<<< Французские эпосы

<<< Нимская телега

LE CHARROI DE NÎMES - НИМСКАЯ ТЕЛЕГА

(на древнефранцузском языке)

 

Texte intégral/Полный текст:

1-404

405-769

770-1111

1112-1485

I

Oez, segnor, Dex vos croisse bonté,

Li glorïeus, li rois de maiesté !

Bone chançon plest vous a escouter

Del meillor home qui ainz creüst en Dé ?

C’est de Guillelme, le marchis au cort nes,

Conme il prist Nymes par le charroi monté ;

Aprés conquist Orenge la cité

Et fist Guibor baptizier et lever

Que il toli le roi Tiebaut l’Escler ;

Puis l’espousa a moillier et a per,

Et desoz Rome ocist Corsolt es prez.

Molt essauça sainte crestïentez.

Tant fist en terre qu’est ciels est coronez.

Ce fu en mai, el novel tens d’esté :

Fueillissent gaut, reverdissent li pré,

Cil oisel chantent belement et soé.

Li quens Guillelmes reperoit de berser

D’une forest ou ont grant piece esté.

Pris ot dos cers de prime gresse assez,

Trois muls d’Espaigne et chargiez et trossez.

Quatre saietes ot li bers au costé ;

Son arc d’aubor raportoit de berser.

En sa conpaigne quarante bacheler :

Filz sont a contes et a princes chasez,

Chevalier furent de novel adoubé ;

Tienent oiseaus por lorcors deporter,

Muetes de chiens font avec els mener.

Par Petit Pont sont en Paris entré.

Li quens Guillelmes fu molt gentis et ber :

Sa venoison fist a l’ostel porter.

En mi sa voie a Bertran encontre,

Si li demande : « Sire niés, dont venez ? »
Et dist Bertran : « Ja orroiz veritez ;

De cel palés ou grant piece ai esté ;

Assez i ai oï et escouté.

Nostre emperere a ses barons fievez :

Cel done terre, cel chastel, cel citez,

Cel done vile selonc ce que il set ;

Moi et vos, oncle, i somes oublïé.

De moi ne chaut, qui sui un bacheler,

Mes de vos, sire, qui tant par estes ber

Et tant vos estes traveilliez et penez

De nuiz veilliez et de jorz jeünez. »

Ot le Guillelmes, s’en a un ris gité :

« Nies, » dit li cuens, « tot ce lessiez ester.

Isnelement alez a vostre hostel

Et si vos fetes gentement conraer,

Et ge irai a Looýs parler. »

Dist Bertran : « Sire, si con vos conmandez. »

Isnelement repere a son hostel.

Li quens Guillelmes fu molt gentis et ber;

Trusqu’au pales ne se volt arester,

A pié descent soz l’olivier ramé,

Puis en monta tot le marbrin degré.

Par tel vertu a le planchié passé,

Ronpent les hueses del cordoan soller ;

N’i ot baron qui n’en fust esfraez.

Voit le le roi, encontre s’est levez,

Dist li a dit : « Guillelmes, quar seez.

-Non ferai, sire, » dit Guillelmes le ber,

« Mes un petit vorra a vos parler. »

Dist Looýs : Si con vos conmandez.

Mien escïent, bien serez escoutez.

-Looys, frere, » dit Guillelmes le ber,

« Ne t’ai servi par nuit de tastonner,

De veves fames, d’enfanz desheriter ;

Mes par mes armes t’ai servi conme ber,

Si t’ai forni maint fort estor chanpel,

Dont ge ai morz maint gentil bacheler

Dont le pechié m’en est el cors entré.

Qui que il fussent, si les ot Dex formé.

Dex penst des armes, si le me pardonez !

-Sire Guillelmes, » dist Looys le ber,

« Par vos merciz, un petit me soffrez.

Ira yvers, si revenra estez ;

Un de cez jorz morra uns de voz pers ;

Tote la terre vos en vorra doner,

Et la moillier, se prendre la volez. »

Ot le Guillelmes, a pou n’est forsenez :

“Dex!” dist li quens, “qui en croiz fus penez,

Con longue atente a povre bacheler

Qui n’a que prendre ne autrui que doner !

Mon auferrant m’estuet aprovender ;

Encor ne sai ou ge en doi trover.

Dex ! con grant val li estuet avaler

Et a grant mont li estuet amonter

Qui d’autrui mort atent la richeté ! »

 

 

II

 

« Dex ! » dit Guillelmes, « con ci a longue atente

A bacheler qui est de ma jovente !
N’a que doner ne a s on hués que prendre.

Mon auferrant m’estuet livrer provende ;

Encor ne sai ou le grain en doi prendre.

Cuides tu, rois, que ge ne me demente ? »

 

III

 

« Looys, sire, » dit Guillelmes li fers,

« Ne me tenissent mi per a losengier,

Bien a un an que t’eüsse lessié,

Que de Police me sont venu li briés

Que me tramist li riches rois Gaifier,

Que de sa terre me dorroit un quartier,

Avec sa fille tote l’une moitié.

Le roi de France peüsse guerroier. »

Ot le li rois, le sens cuide changier.

Dist tel parole que bien deüst lessier.

Par ce conmence li maus a engragnier,

Li maltalanz entr’eus a enforcier.

 

IV

 

« Sire Guillelmes, » dist li rois Looys,

« Il n’a nul home en trestot cest païs,

Gaifier ne autre, ne le roi de Polis,

Qui de mes homes osast un seul tenir

Trusqu’a un an qu’il n’en fust morz ou pris,

Ou de la terre fors chaciez en essill.

-Dex ! » dit li quens, « con ge sui malbailliz
Quant de demande somes ici conquis !

Se vos serf mes, dont soie je honiz ! »

 

V

 

« Gentill mesniee, » dit Guillelmes le ber,

« Isnelement en alez a l’ostel

Et si vos fetes gentement conraer

Et le hernois sor les somiers trosser.

Par maltalant m’estuet de cort torner ;

Quant por viande somes au roi remés,

Dont puet il dire que il a tot trové. »

Et cil responent :  « Si con vos conmandez. »

Sor un foier est Guillelmes montez ;

Sor l’arc d’aubor s’est un pou acotez

Que il avoit aporté de berser,

Par tel vertu que par mi est froez,

Que les tronçons en volent trusqu’as trez ;

Li tronçon chieent au roi devant le nez.

De grant outrage conmenca a parler

Vers Looys, quar servi l’ot assez :
« Mi grant servise seront ja reprové,

Les granz batailles et li estor chanpel ?
Looyes, sire, » dist Guillelmes le ber,

Dont ne te menbre del grant estor chanpel

Que je te fis par desoz Rome es prez ?

La conbati vers Corsolt l’amiré,

Le plus fort home de la crestïenté

N’en paienime que l’en peüst trover.

De son brant nu me dona un cop tel

Desor le hiaume que oi a or gemé

Que le cristal en fist jus avaler.

Devant le nes me copa le nasel ;

Tresqu’es narilles me fist son brant coler ;

A mes dos mains le m’estut relever ;

Grant fu la boce qui fu au renoer –

Mal soit del mire qui le me dut saner ! –

Por ce m’apelent « Guillelmes au cort nes ».
Grant honte en ai quant vieng entre mes pers,

Et vers le roi en nostre segnoré.

Maldahé ait qui en ot onc espié,

Lance n’escu ne palefroi ferré,

Son brant d’acier o le pont conquesté. »

 

VI

 

« Looys, rois, » dit Guillelmes li sages,

« Droiz emperere, ja fustes vos filz Charle,

Au meillor roi qui onques portast armes

Et au plus fier et au plus justisables.

Rois, quar te menbre d’une fiere bataille
Que ge te fis au gue de Pierrelate :
Pris Dagobert qui vos ert demorable.

Veez le vos a ces granz peaus de martre ;

S’il le desfent, bien en doi avoir blasme.

Aprés celui vos refis ge une autre :

Quant Charlemaines volt ja de vos roi fere

Et la corone fu sus l’autel estable,

Tu fus a terre lonc tens en ton estage ;

François le virent que ne valoies gaires :
Fere en voloient clers ou abé ou prestres,

Ou te feïssent en aucun lieu chanoine.

Quant el mostier Marie Magdalaine

Et Herneïs por son riche lignage

Vot la corone par devers li atrere,

Quant ge le vi, de bel ne m’en fu gaire ;

Ge li doné une colee large,

Que tot envers l’abati sor le marbre ;

Haïz en fui de son riche lignage.

Passai avant si con la cort fu large,

Que bien le virent et li un et li autre,

Et l’apostoile et tuit li patriarche ;

Pris la corone, sor le chief l’enportastes.

De cest servise ne vos remenbre gueres

Quant vos sanz moi departistes voz terres. »

 

VII

 

« Looys, sire, » dit Guillelmes li prouz,

« Dont ne te menbre del cuvert orgueillous

qui desfïer te vint ci en ta cort ?
-N’as droit en France.- ce dist il, oiant toz.

En ton empire n’eüs un seul baron,

Droiz emperere, qui deïst o ne non,

Quant me menbra de naturel segnor.

Passai avant, tant fis plus que estot,

Si le loial a un pel con felon ;

Puis fu tele heure que g’en oi guerredon,

Quant reperai de Saint Michiel del Mont

Et g’encontrai Richart le viell, le ros.

Icil ert peres au Normant orgueillous ;

Il en ot vint et ge n’en oi que dos ;

Ge tres l’espee, fis que chevaleros,

A mon nu brant en ocis set des lor,

Voiant leur elz abati lor segnor.

Gel te rendi a Paris en ta cort ;

Aprés fu mort par dedenz ta grant tor.

De cel servise ne vos remenbre il prou

Quant vos sanz moi des terres fetes don.

Rois, quar te menbre de l’Alemant Guion :

Quant tu aloies a saint Pere au baron

Chalanja toi, François et Borgoignon,

Et la corone et la cit de Loon.

Jostai a lui, quel virent main baron ;

Par mi le cors li mis le confenon,

Getai le el Toivre, sel mengierent poisson.

De cele choseme tenisse a bricon,

Quant ge en ving a mon hoste Guion

Qui m’envoia par mer en un dromon.

Rois, quar te menbre de la grant ost Oton :
O toi estoient François et Borgoignon,

Et Loherenc et Flamanc et Frison.

Par sus Monjeu enaprés Monbardon,

Desiqu’a Rome, qu’en dit en pré Noiron,

Mes cors meïsmes tendi ton paveillon,

Puis te servi de riche venoison.

 

VIII

 

Quant ce fu chose que tu eüs mengié,

Ge ving encontre por querre le congié.

Tu me donas de gré et volentiers

Et tu cuidas que m’alasse couchier

Dedenz mon tref por mon cors aesier.

Ge fis monter dos mile chevaliers ;

Derriers ton tref te ving eschaugaitier

En un bruillet de pins et de loriers,

Ilecques fis les barons enbuchier.

De ceus de Rome ne te daignas gaitier ;

Monté estoient plus de quinze milliers,

Devant ton tref s’en vinrent por lancier,

Tes laz deronpre et tes trez trebuchier,

Tes napes trere, espandre ton mengier.

Ton seneschal vi prendre et ton portier ;

D’un tref en autre t’en fuioies a pié

En la grant presse con chetif lïemier.

A haute voiz vorment escrïïez :

« Bertran, Guillelmes, ça venez, si m’aidiez ! »

Lors oi de vos, dan rois, molt grant pitié.

La jostai ge a set mil enforcié,

Et si conquis a vos de chevaliers

Plus de trois cenz as auferranz destriers.

Delez un marbre vi lor segnor bessié ;

Bien le connui au bon heaume vergié,

A l’escharbocle qui luisoit el nasel.

Tel li donai de mon tranchant espié

Que l’abati sor le col del destrier.

Merci cria, por ce en oi pitié :
-Ber, ne m’oci, se tu Guillelmes iés!-

Menai le vos, onc n’i ot delaié.

Encore en as de Rome mestre fié ;

Tu es or riche et ge sui po prisié.

Tant con servi vos ai tenu le chief,

N’i ai conquis vaillissant un denier

Dont nus en cort m’apelast chevalier. »

 

IX

 

« Looys, sire, » Guillelme a respondu,

« Tant t’ai servi que le poil ai chanu.

N’i ai conquis vaillissant un festu,

Ne en ta cort en fusse mielz vestu ;

Encor ne sai quel part torne mon huis.

Looys, sire, qu’est vo sens devenuz ?

L’en soloit dire que g’estoie voz druz.

Et chevauchoie les bons chevaus crenuz,

Et vos servoie par chans et par paluz.

Maldahé ait qui onques mielz en fu,

Ne qui en clo en ot en son escu

Se d’autrui lance ne fu par mal feru.

Plus de vint mile ai tüé de faus Turs ;

Mes, par celui qui maint el ciel lasus,

Ge tornerai le vermeill de l’escu.

Fere porroiz que n’ere mes vo dru ! »

 

X

 

« Dex, » dit Guillelmes, « qu’issis de Virge gente,

Por c’ai ocis tante bele jovente,

Ne por qu’ai fet tante mere dolente,

Dont li pechié me sont remés el ventre ?

Tant ai servi cest mauves roi de France,

N’i ai conquis vaillant un fer de lance.

 

XI

 

-Sire Guillelmes, » dit Looys le ber,

« Par cel apostre qu’en quiert en Noiron pré,

Encor ai ge soissant de voz pers

A qui ge n’ai ne promis ne doné. »

Et dit Guillelmes : « Dan rois, vos i mentez.

Il ne sont mie en la crestïentez ;

N’i a fors vos qui estes coroné –

Par desus vos ne m’en quier ja vanter.

Or prenez cels que vos avez nomé,

Tot un a un les menez en cel pré

Sor les chevaus garniz et conraez ;

Se tant et plus ne vos ai devïez,

Ja mar avrai riens de tes heritez,

Et vos meïsmes, se aler i volez. »
Ot le li rois, s’est vers lui enclinez ;

Au redrecier l’en a aresoné :

 

XII

 

« Sire Guillelmes, » dist Looys li frans,

« Or voi ge bien, plains es de maltalant.

-Voir, dit Guillelmes, si furent mi parent.

Einsi vet d’om qui sert a male gent :
Quant il plus fet, n’i gaaigne neant,

Einçois en vet tot ades enpirant.

 

XIII

 

-Sire Guillelmes, » dit Looys li prouz,

« Or voi ge bien, maltalant avez molt.

-Voir, » dit Guillelmes « s’orent mi ancesor.

Einsi vet d’ome qui sert mauvés segnor ;

Quant plus l’alieve, si i gaaigne pou.

-Sire Guillelmes, » Looys li respont,

« Gardé m’avez et servi par amor

Plus que nus hon qui soit dedenz ma cort.

Venez avant, ge vos dorrai beau don :
Prenez la terre au preu conte Foucon ;

Serviront toi trois mile conpaignon.

-Non ferai, sire », Guillelmes li respont.

« Del gentil conte dui enfanz remés sont

Qui bien la terre maintenir en porront.

Autre me done, que de cestui n’ai soing.

 

XIV

 

-Sire Guillelmes, » dit li rois Looys,

« Quant ceste terre ne volez retenir

Ne as enfanz ne la volez tolir,

Prenez la terre au Borgoing Auberi

Et sa marrastre Hermensaut de Tori,

La meillor fame qui onc beust de vin ;

Serviront toi trois mile fervesti.

-Non ferai, sire, » Guillelmes respondi.

« Del gentil conte si est remés un fill ;

Roberz a non, mes molt par est petiz,

Encor ne set ne chaucier ne vestir.

Se Dex ce dont qu’il soit granz et forniz,

Tote la terre porra bien maintenir.

 

XV

 

-Sire Guillelmes, » dit Looys le fier,

« Quant cel enfant ne veus desheriter,

Pren donc la terre au marchis Berengier.

Morz est li quens, si prenez sa moillier ;

Serviront toi dui mile chevalier

A cleres armes et a coranz destriers ;

Del tuen n’avront vaillissant un denier. »

Ot le Guillelmes, le sens cuide changier ;

A sa voiz clere conmença a huchier :
 »Entendez moi, nobile chevalier,

De Looyes, mon segnor droiturier,

Conme est gariz qui le sert volentiers.

Or vos dirai del marchis Berengier :

Ja fu il nez enz el val de Riviers ;

Un conte ocist dont ne se pot paier ;

A Monloon en vint corant au sié,

Iluec chaï l’empereor au pié,

Et l’empereres le reçut volentiers,

Dona li terre et cortoise moillier.

Cil le servi longuement sanz dangier.

Puis avint chose, li rois se conbatié

As Sarrazins, a Turs et a Esclers.

Li estors fu merveilleus et plenier ;

Abatuz fu li rois de son destrier,

Ja n’i montast a nul jor desoz ciel,

Quant i sorvint li marchis Berangier.

Son segnor vit en presse mal mener ;

Cele part vint corant tot eslessié ;

En son poing tint le brant forbi d’acier.

La fist tel parc conme as chiens le sanglier,

Puis descendi de son corant destrier

Por son segnor secorre et aïdier.

Li rois monta, et il li tint l’estrier,

Si s’en foui conme coart levrier.

Einsi remest li marchis Berangier ;

La le veïsmes ocirre et detranchier,

Ne l’i peüsmes secorre ne aidier.

Remés en est un cortois heritier ;

Icil a non le petit Berangier.

Molt par est fox qui l’enfant velt boisier,

Si m’aïst Dex, que fel et renoiez.

Li emperere me veult doner son fié :

Ge n’en vueil mie, bien vueil que tuit l’oiez.

Et une chose bien vos doi acointier :

Par cel apostre qu’en a Rome requiert,

Il n’a en France si hardi chevalier,

S’il prent la terre au petit Berangier,

A ceste espee tost ne perde le chief !

-Granz merciz, sire ! » dïent li chevalier

Qui apartienent a l’enfant Berangier.

Cent en i a qui li clinent le chief,

Qui tuit li vont a la janbe et au pié.

« Sire Guillelmes, » dist Looys, oiez :

Quant ceste hennor a prendre ne vos siet,

Se Dex m’aïst, or vos dorrai tel fié,

Se sages estes, dont seroiz sozhaucié.

Ge vos dorrai de Francë un quartier,

Quarte abeïe et puis le quart marchié,

Quarte cité et quarte archeveschié,

Le quart serjant et le quart chevalier,

Quart vavassor et quart garçon a pié,

Quarte pucele et la quarte moillier,

Et le quart prestre et puis le quart mostier ;

De mes estables vos doing le quart destrier ;

De mon tresor vos doing le quart denier ;

La quarte part vos otroi volentiers

De tot l’empire que je ai a baillier.

Recevez le, nobile chevalier.

-Non feré, sire, » Guillelmes respondié.

« Ge nel feroie por tot l’or desoz ciel,

Que ja diroient cil baron chevalier :
Vez la Guillelme, le marchis au vis fier,

Conme il a ore son droit segnor boisié ;

Demi son regne li a tot otroié,

Si ne l’en rent vaillissant un denier.

Bien li a ore son vivre retallié. »

<<<

>>>