<<< Французские эпосы

<<< Взятие Оранжа

 

LA PRISE D'ORANGE - ВЗЯТИЕ ОРАНЖА


(на древнефранцузском языке)

 

Texte intégral/Полный текст:

 

I-XIV
(1-396)
XV-XX
(397-634)
XXI-XXXVI
(635-1128)
XXXVII-LIII
(1129-1542)
LIV-LXII
(1543-1888)

I

 

Oëz, seignor, que Dex vos beneïe,

Li glorïeus, li filz sainte Marie,

Bone chançon que ge vos vorrai dire !

Ceste n’est mie d’orgueill ne de folie,

Ne de mençonge estrete ne emprise,

Mes de preudomes qui Espaigne conquistrent.

Icil le sevent qui en vont a Saint Gile,

Qui les ensaignes en ont veü a Bride :
L’escu Guillelme et la targe florie,

Et le Bertran, son neveu, le nobile.

Ge ne cuit mie que ja clers m’en desdie

Ne escripture qu’en ait trové en livre.

Tuit ont chanté de la cité de Nyme :

Guillelmes l’a en la seue baillie,

Les murs hautains et les sales perrines

Et le palés et les chasteleries ;

Et Dex ! Orenge nen ot encore mie.

Pou est des homes qui verité en die,

Mais g’en dirai, que de loing l’ai aprise,

Si com Orenge fu brisiee et malmise ;

Ce fist Guillelmes a la chiere hardie,

Qui en gita les paiens d’Aumarie

Et ceus d’Eüsce et celz de Pincernie,

Ceus de Baudas et ceus de Tabarie ;

Prist a moillier Orable la roïne ;

Cele fu nee de la gent paienie

Et si fu feme le roi Tiebaut d’Aufrique,

Puis crut en Deu, le filz sainte Marie,

Et estora moustiers et abaïes.

De ceus est poi qui ceste vos deïssent.

 

II

 

Oëz, seignor, franc chevalier honeste !

Plest vos oïr chançon de bone geste :

Si comme Orenge brisa li cuens Guillelmes ?

Prist a moillier dame Orable la saige ;

Cele fu feme le roi Tiebaut de Perse ;

Ainz qu’il l’eüst a ses amors atrete,

Et ot por voir mainte paine sofferte,

Maint jor jeuné et veillié mainte vespre.

 

III

 

Ce fu en mai el novel tens d’esté ;

Florissent bois et verdissent cil pré,

Ces douces eves retraient en canel,

Cil oisel chantent doucement et soëf.

Li cuens Guillelmes s’est par matin levez,

Au moustier vet le servise escouter,

Puis s’en issi quant il fu definez

Et monta el palés Otran le deffaé,

Qu’il ot conquis par sa ruiste fierté.

A granz fenestres s’est alez acouter ;

Il regarda contreval le regné,

Voit l’erbe fresche et les rosiers plantez,

La mauviz ot et le melle chanter.

Lors li remembre de grant joliveté

Que il soloit en France demener ;

Bertran apele : « Sire niés, ça venez.

De France issimes par mout grant povreté,

N’en amenames harpeor ne jugler

Ne damoisele por noz cors deporter.

Assez avons bons destriers sejornez

Et buens hauberz et bons elmes dorez,

Tranchanz espees et bons escuz boclez

Et buens espiez dont li fer sont quarrez

Et pain et vin et char salee et blez ;

Et Dex confonde Sarrazins et Esclers,

Qui tant nos lessent dormir et reposer,

Quant par efforz n’ont passee la mer

Si que chascuns s’i peüst esprover !

Que trop m’enuist ici a sejorner ;

Ensement somes ça dedenz enserré

Comme li hom qui est enprisonné. »

De grant folie s’est ore dementez :
Ja ainz n’iert vespre ne soleill esconsez

Que il orra une novele tel

Dont il iert mout corrocié et iré.

 

IV

 

Or fu Guillelmes as fenestres au vent

Et de François tiex .LX. en estant

N’i a celui n’ait fres hermine blanc,

Chauces de soie, sollers de cordoan ;

Li plusor tienent lor fauconceaus au vent.

Li cuens Guillelmes ot mout le cuer joiant ;

Regarde aval par mi un desrubant ;

Voit l’erbe vert, le rosier florissant

Et l’orïol et le melle chantant.

Il en apele Guïelin et Bertran,

Ses .II. neveus que il pot amer tant :
 « Entendez moi, franc chevalier vaillant.

De France issimes il n’a mie lonc tens ;

S’eüssons ore .M. puceles ceanz,

De ceus de France, as genz cors avenanz,

Si s’i alassent cist baron deportant

Et ge meïsmes alasse donoiant,

Icele chose me venist a talant.

Assez avons beaus destriers auferranz

Et bons hauberz et bons elmes luisanz,

Tranchanz espiez et bons escuz pesanz,

Bones espees dont li heut sont d’argent

Et pain et vin, char salee et froment ;

Et Dex confonde Sarrazins et Persant,

Quant mer ne passent par lor efforcement !

Des or m’anuie le sejorner ceanz,

Quant ge ne puis prover mon hardement. »

De grant folie se vet or dementant :
Ja ainz n’iert vespre ne le soleil cochant

Que il orra une novele grant

Dont mout sera corrocié et dolant.

 

V

 

Or fu Guillelmes as fenestres del mur,

Et des François ot o lui .C. et plus,

N’i a celui n’ait hermine vestu.

Regarde aval si com li Rones bruit,

Vers orïent si com le chemin fu ;

Vit un chetif qui est de l’eve issu :
C’est Gillebert de la cit de Lenu.

Pris fu el Rosne sor un pont a un hu ;

Dedenz Orenge l’en menerent li Tur.

.III. anz l’i ont et gardé et tenu,

Trusqu’a un main que jor fu aparu

Qu’a Deu plot bien que il en fu issu.

Uns Sarrazins le deslia par lui,

Puis l’a forment ledengié et batu.

Au ber en poise, que tant i ot geü ;

Par le toupet l’a sesi, sel tret jus,

De son gros poing l’a si el col feru

Que il li brise et l’eschine et le bu,

Que a ses piez l’a jus mort abatu.

Par la fenestre s’en avale ça jus ;

Puis ne pot estre ne bailliez ne tenuz ;

Desi a Nymes ne s’est aresteüz.

Icil dira tiex noveles encui

A noz barons qui parolent de bruit

Que plus torra Guillelmë a anui

Que a deduit de dames nu a nu.

 

VI

 

Or fu Guillelmes as fenestres le ber ;

Et li chetis ot le Rosne passé,

Monte les tertres, s’a les vaux avalé,

Desi a Nymes ne s’i est aresté.

Par la porte entre en la bone cité ;

Trueve Guillelme desoz le pin ramé,

En sa compaigne maint chevalier menbré.

Desoz le pin lor chantoit uns jugler

Vielle chançon de grant antiquité ;

Mout par fu bone, au conte vint a gré.

Et Gillebert en monte le degré ;

Voit le Guillelmes, sel prist a regarder ;

Il le vit noir, taint et descoloré,

Et megre et pale, velu et descharné ;

Cuida que fust Sarrazin ou Escler

Qui par efforz eüst passee mer

Por ses noveles noncier et escouter,

Quant li chetis le prent a salüer :
 « Cil Damedex qui fist et vin et blé,

Del ciel nos done et lumiere et clarté,

Et home et feme fet aller et parler,

Il saut Guillelme le marchis au cort nes,

La flor de France et la noble barné,

Les poingneors que ci voi assenblé !

-Amis, beau frere, toi beneïe Dé !

Mes or nos dites, gardez nel me celez,

Icest Guillelme qui t’aprist a nommer ?

-Sire, dist il, ja orroiz verité :
Dedenz Orenge ou ai grant piece esté ;

Ainz ne lor poi par efforz eschaper

Trusqu’a un main que il fu ajorné

Qu’a Jhesu plot que je fui delivré. »

Et dist Guillelmes : « Dex en soit aoré !

Mes or me di, garde ne me celer,

Comment as non et de quel terre es nez ?
-Sire, dist il, ja orroiz verité ;

Mes je sui mout traveilliez et penez

De nuiz veillier et de jorz jeüner,

Ge ne menjai .IIII. jorz a passez. »

Et dist Guillelmes : « Tu en avras assez. »

Son chambellenc a li cuens apelé :
 « Aporte li a mengier a planté

Et pain et vin et piment et claré,

Grues et jantes et poons en pevré. »

Et cil si fist, quant i l’ot commandé.

Quant il se fu richement conraé,

As piez le conte s’asist tot de son gré,

Si li commence noveles a conter.

 

VII

 

Guillelmes vit le mesagier estrange ;

Il l’en apele et puis si li demande :
 « Dom es tu nez, amis, et de quel regne ?

Comment as non et ou estas en France ? »

Dist Gilleberz, qui fu de grant vaillance :
 « Filz sui Guion, le duc qui tint Ardane,

Artois et Vermendois ot il en sa poissance.

Par la Borgoigne venoie d’Alemaigne,

Si m’en alai par l’eve de Losanne.

Uns venz me prist et une grant tormente,

Si me mena au port par devant Gene ;

Paiens me pristrent a Lïons sor le Rosne,

Si m’en menerent au port desoz Orenge.

Tel forteresce n’a trusqu’au flun Jordane,

Hauz sont les murs et la tor grant et ample,

Et le palés et les reconoissances.

La dedenz a .XX.M. paiens a lances

Et .VII.XX. Turs qui ont chieres ensaignes,

Qui mout bien gardent cele cité d’Orenge,

Que mout redoutent Looys ne la praigne

Et vos, beau sire, et les barons de France ;

Et Arragons, uns riches rois aufaigne,

Filz est Tiebaut de la terre d’Espaigne ;

Et dame Orable, une roïne gente,

Il n’a si bele desi en Oriente,

Bel a le cors, eschevie est et gente,

Blanche la char comme la flor en l’ente.

Dex ! mar i fu ses cors et sa jovente,

Quant Dex ne croit, le pere omnipotente !

-Voir, dit Guillelmes, mout est de grant poissance ;
Mes, par celui en cui j’ai ma fiance,

Or ne quier mes porter escu ne lance

Se ge par tens n’i port ma connoissance. »

 

VIII

 

Li cuens Guillelmes entendi le baron ;

Dejoste lui s’asist sor un perron,

Il l’en apele, si li dist par amor :
 « Amis, beaus frere, mout as bone reson ;

Te tindrent onques Sarrazin en prison ?

-Oïl voir, sire, .III. anz et .XV. jorz,

Que ne m’en poi eschaper par estor,

Trusqu’a un main que Dex dona le jor

C’uns Sarrazins felon et orgueillox

Me voloit batre com fesoit chascun jor ;

Et gel sesi par le toupet del front,

Tel li donai sor le col de mon poing

L’os de la gueule li esmiai trestot.

Par la fenestre m’en eschapai tot sol

C’onques ne fu perceüz de nul d’ous.

Ving a Beaucaire, au port soz Oriflor…

Tur et Persant et li rois d’Arragon,

Li ainznez filz a Tiebaut l’Esclavon ;

Granz est et gros et parcreüz et lons,

Lee la teste et enbarré le front

Et granz les ongles et agües en son ;

N’a tel tirant soz la chape del mont,

Noz crestiens nos ocit et confont.

Qui avroit ja la cité et la tor

Et avroit mort cel felon traïtor

Mout avroit bien enploie son labor. »

 

IX

 

« Amis, beau frere, dit Guillelmes le ber,

Est tele Orenge comme tu as conté ? »

Dist Gillebert : « Ainz est meillor assez.

Se voiez ore le palés principel

Comme il est hauz et tot entor fermé !

Encontremont a il que regarder.

S’i estïez le premier jor d’esté,

Lors orrïez les oseillons chanter,

Crier faucons et cez ostoirs müez,

Chevaus hennir et cez muls rechaner,

Ces Sarrazins deduire et deporter ;

Ces douces herbes i flerent mout soëf,

Pitre et quanele, dom il i a planté.

La porrïez dame Orable aviser,

Ce est la feme a dant Tiebaut l’Escler ;

Il n’a si bele en la crestïenté

N’en paienie qu’en i sache trover :

Bel a le cors, eschevi et mollé,

Et vairs les eulz comme faucon müé.

Tant mar i fu la seue grant beauté,

Quant D'une croit et la seue bonté !

Uns gentils hom s’en peüst deporter ;

Bien i fust sauve sel vosist creanter. »

Et dist Guillelmes : « Foi que doi saint Omer,

Amis, beau frere, bien la savez loër ;

Mes, par celui qui tot a a sauver,

Ja ne quier mes lance n’escu porter

Se ge nen ai la dame et la cité. »

 

X

 

« Amis, beau frere, est Orenge si riche ? »

Dist li chetis : « Si m’aïst Dex, beau sire,

Se veïez le palés de la vile

Qui toz est fez a voltes et a lices !

Si l’estora Grifonnez d’Aumarice,

Uns Sarrazins de mout merveillex vice ;

Il ne croist fleur desi que en Pavie

Qui n’i soit painte a or et par mestrie.

La dedenz est Orable la roïne,

Ce est la feme au roi Tiebaut d’Aufrique ;

Il n’a si bele en tote paienie,

Bel a le col, s’est gresle et eschevie,

Blanche a la char comme est la flor d’espine,

Vairs eulz et clers qui tot adés li rïent.

Tant mar i fu la seue gaillardie,

Quant D'une croit, le filz sainte Marie !

-Voir, dist Guillelmes, en grant pris l’as or mise ;

Mes, par la foi que je doi a m’amie,

Ne mengerai de pain fet de ferine

Ne char salee, ne bevrai vin sor lie,

S’avrai veü com Orenge est assise ;

Et si verrai icele tor marbrine

Et dame Orable, la cortoise roïne.

La seue amor me destreint et justise

Que nel porroie ne penser ne descrire ;

Se ge ne l’ai, par tens perdrai la vie. »

Dist li chetis : « Vos pensez grant folie.

S’estïez ore el palés de la vile

Et veïssiez cele gent sarrazine,

Dex me confonde se cuidïez tant vivre

Que ça dehors venissiez a complie !

Lessiez ester, pensé avez folie. »

 

XI

 

Guillelmes ot la parole effraee

Que li chetis li a dite et contee ;

Il en apele la gent de sa contree :
 « Conseilliez moi, franche gent hennoree.

Cil chetis m’a cele cité loee ;

Ge n’i fui onques ne ne sai la contree,

Ci cort la Rosne, une eve desrubee ;

Se ce ne fust, ge l’eüsse effraee. »
Dist li chetis : « Folie avez pensee.

S’estïez ore .C.M. as espees,

A beles armes et a targes dorees,

Et vosissiez commencier la mellee,

N’i eüst eve ne nulle destornee,

Ainz qu’eüssiez es grans portes l’entree,

I avroit il feru .M. cops d’espee,

Tant cengles routes, tantes targes troees

Et tant baron abatu par l’estree !

Lessiez ester, folie avez pensee. »

 

XII

 

« Voir, dit Guillelmes, tu m’as mis en effrois,

De la cité me contes orendroit

Que tele n’a nule ne cuens ne rois,

Et tu me blasmes que ne l’aille veoir !

Par saint Morise qu’en quiert en Aminois,

Ge te semoing, tu venras avec moi ;

Mes n’i merron cheval ne palefroi

Ne blanc hauberc ne heaume d’Aminois

N’escu ne lance n’espié poitevinois,

Mes esclavines com chetis tapinois ;

Tu as el regne assez parlé turquois

Et aufriquant, bedoïn et basclois. »

Li cheti l’ot ; cuidiez que ne li poist ?

Lors vosist estre a Chartres ou a Blois

Ou a Paris, en la terre le roi,

Quar or ne set de lui prendre conroi.

 

XIII

 

Or fu Guillelmes corrociez et plains d’ire ;

Ses niés Bertran li commença a dire :
 « Oncle, fet il, lessiez vostre folie.

S’estïez ore el palés de la vile

Et veïssiez cele gent sarrazine,

Connoistront vos a la boce et au rire,

Si savront bien que vos estes espie.

Et lors, espoir, vos menront en Persie ;

Mengeront vos sanz pain et sanz farine,

Ne targeront que il ne vos ocïent,

Giteront vos en lor chartre perrine,

N’en istroiz mes a nul jor de vo vie

Tant que venra le roi Tiebauz d’Aufrique

Et Desramez et Gollïas de Bile,

A lor talant feront de vos justise.

Se por amors estes mis a joïse,

Dont porra dire la gent de vostre empire

Que mar veïstes Orable la roïne.

-Voir, dit Guillelmes, ce ne redot ge mie ;

Que, par l’apostre qu’en requiert en Galice,

Milz voil morir et a perdre la vie

Que je menjuce de pain fet de farine,

De char salee ne de vin viez sor lie,

Einçois verrai comme Orenge est asise

Et Glorïete, cele tor marberine,

Et dame Orable, la cortoise roïne.

La seue amor me destraint et jostise ;

Home qui aime est plains de desverie. »

 

XIV

 

Or fu Guillelmes por Orenge esmaiez ;

Ses niés Bertran l’en prist a chastoier:

« Oncle, dist il, tu te veus vergoignier

Et toi honnir et les membres tranchier.

-Voir, dit li cuens, ce ne dote ge rien ;

Hom qui bien aime est trestoz enragiez.

Ge ne leroie, por les membre tranchier

Ne por nul home qui m’en seüst proier,

N’aille veoir comment Orenge siet

Et dame Orable qui tant fet a proisier.

La seue amor m’a si fort jostisié

Ne puis dormir par nuit ne someillier

Ne si ne puis ne boivre ne mengier

Ne porter armes ne monter sor destrier

N’aller a messe ne entrer en moustier. »

Arrement fist tribler en un mortier

Et autres herbes que connoissoit li ber,

Et Gillebert, qui ne l’ose lessier ;

Lor cors en taignent et devant et derrier

Et les visaiges, la poitrine et les piez ;

Tres bien resemblent deable et aversier.

Dist Guïelin : « Par le cors saint Richier,

A grant merveille estes andui changié ;

Or poëz bien tot le monde cerchier,

Ne seroiz ja par nul home entercié.

Mes, par l’apostre qu’en a Rome requiert,

Ge ne leroie, por les membres tranchier,

N’aille avec vos, si verrai comment iert. »

De l’oignement s’est et taint et torchié.

Ez les mout bien toz trois apareilliez ;

De la vile issent, si ont pris le congié.

« Dex, dist Bertran, beau pere droiturier,

Com somes ore traï et engignié !

Par quel folie est cest plet commencié

Dont nos serons honi et vergoignié,

Se Dex n’en pense, qui tot a a jugier ! 

<<<

>>>