<<< Французские эпосы

<<< Взятие Оранжа

 

LA PRISE D'ORANGE - ВЗЯТИЕ ОРАНЖА


(на древнефранцузском языке)

 

Texte intégral/Полный текст:

 

I-XIV
(1-396)
XV-XX
(397-634)
XXI-XXXVI
(635-1128)
XXXVII-LIII
(1129-1542)
LIV-LXII
(1543-1888)

XV

 

Vet s’en Guillelmes le marchis au vis fier

Et Gillebert et Guïelin le fier.

Li cuens Bertrans est retornez arrier,

Et cil s’en tornent, n’i ont plus delaié.

Desoz Beaucaire ont le Rosne trové

Et a doutance l’ont il outre passé,

A l’aviron se nagierent soëf ;

Puis passent Sorge sanz chalant et sanz nef,

Par Arragon s’en sont outre passé,

Droit vers Orenge, les murs et les fossez,

Les hautes sales et le palés listé

Et les pomeaus et les aigles dorez.

La dedenz oënt les oiseillons chanter,

Crïer faucons et cez ostoirs müez,

Destriers henir et cez muls recaner,

Cez Sarraains en la tor deporter ;

Pitre et quanele qui fleroient soëf,

Ces douces herbes dont orent a planté.

« Dex, dist Guillelmes, qui me feïstes né,

Mout a or ci tres mirable cité !

Tant par est riches qui l’a a gouverner ! »

Trusqu’a la porte ne se sont aresté.

Gilebert a le portier apelé,

En son langaige l’a cortois aparlé :

« Oevre, portier, lai nos leanz entrer ;

Drugement somes d’Aufrique et d’outre mer,

Si somes home le roi Tiebaut l’Escler. »

Dist le portier : « Onques mes n’oï tel !

Vos quel gent estes qui la hors m’apelez ?
Encor n’est mie rois Arragons levez

Ne ge n’os pas la porte deffermer,

Tant redoutons Guillelmë au cort nes

Qui a pris Nymes par sa ruiste fierté.

Estez iluec, au roi irai conter ;

S’il le commande, enz vos lerai entrer.

-Alez dont tost, dist Guillelmes le ber,

Isnelement, gardez ne demorez. »

Et cil s’en torne sanz plus de l’arester ;

Del palés monte les marberins degrez ;

Arragon trueve seant lez un piler,

Environ lui Sarrazins et Esclers.

Cortoisement l’en a araisoné :
 « Sire, dist il, envers moi entendez.

A cele porte a troi Turs hennorez,

Dïent qu’ils vienent d’Aufrique et d’outre mer.

-Va donc, beau frere, lai les ceanz entrer ;

Ge lor vorroie noveles demander,

Que fet mes sires, mout avra demoré. »

Et cil lor cort la porte deffermer.

Or est Guillelmes dedenz Orenge entrez

Et Gillebert et Guïelin le ber ;

Mes n’en istront, si l’avront desirré ;

Ainz avront il paine et ahan assez.

 

XVI

 

Or fu Guillelmes en Orenge leanz

Et Guïelin et Gilleberz li frans.

Fardoillié furent d’alun et d’arrement,

Tres bien resenblent Sarrazin ou tirant.

El palés truevent .II. Sarrazins estant ;

Et s’entrapelent et dïent lor romant,

Dist l’un a l’autre : « Cist vienent d’Aufriquant ;

Encui orrons noveles avenanz. »

Li cuens Guillelmes vet tote voie avant

Trusqu’au palés roi Tiebaut le Persant.

De marbre sont li piler et li pan

Et les fenestres entaillies d’argent

Et l’aigle d’or qui reluist et resplent ;

Soleil n’i luist, n’i cort goute de vent.

« Dex, dist Guillelmes, beau pere roi amant,

Qui ainz mes vit palés si bien seant ?

Tant par est riches li sires de ceanz !

Que pleüst Deu, qui forma tote gent,

Que ci fust ore le palazin Bertran

O tot .X.M. de Francois combatant !

Hui enterroient Sarrazin en mal an,

G’en ocirroie ainz midi plus de .C. »

Arragon tueve lez un piler seant,

Entor lui ot .XV.M. Persanz.

Morz est Guillelmes se de tot ne lor ment ;

Or orroiz ja com il lor vet disant :
 »Amirauz, sire, franc chevalier vaillant,

Mahom te saut et le deu Tervagant ! »

Dist l’amirauz : « Baron, venez avant.

Dont venez vos ? – Del regné Aufriquant,

De vostre pere, le roi Tiebaut poissant.

Hier matinet, endroit prime sonant,

Fumes a Nymes, la fort cité vaillant.

Trover cuidames le riche roi Otran

Et Synagon et Harpin le tirant ;

Mort l’a Guillelmes au barnage des Frans,

Ocis noz homes, detranchiez et sanglanz.

Nos trois ot il en sa prison leanz,

Mes tant est riches d’amis et de parenz

Que nos lessa eschaper par itant :
Ne sai comment, a maufé le comment ! »

Dist Arragon : « Tant sui ge plus dolant.

Par Mahomet, en cui je sui creant,

Se ge tenoie Guillelme ci dedenz,

Tost seroit morz et livrez a torment,

L’os et la poldre en venteroie au vent. »

Guillelmes l’ot, si se vet enbronchant,

Mielz vosist estre a Paris ou a Sanz ;

Dex reclame, le pere, escordement :
 « Glorïeus Sire, qui formas tote gent

Et de la Virge fus nez en Belleant

Quant li troi roi vos aloient querant,

Et en la croiz vos penerent tirant,

Et de la lance fus feruz enz el flanc,

Ce fist Longis qui estoit non voiant,

Que sanc et eve l’en vint as poinz corant,

Tert a ses eulz, si ot alumement,

Si com c’est voirs que ge vois devisant,

Gardez noz cors de mort et de torment,

Ne nos ocïent Sarrazin et Persant. »

 

XVII

 

Or fu Guillelmes el palés sor la tor ;

Il en apele ses autres compaignons

Bassetement por la gent paienor :
 « Seignor, dist il, nos somes en prison,

Se Dex n’en pense par son saintisme non.

-Oncle Guillelmes, Guïelin li respont,

Gentix hom, sire, vos querïez amor ;

Vez Glorïete, le palés et la tor,

Quar demandez ou les dames en sont !

Bien vos poëz engaigier por bricon. »
Et dist li cuens : « Tu dis voir, valleton. »

Rois Arragon l’en a mis a reson :
 « Dedenz Aufrique quant fustes vos, baron ?
-Beau sire chiers, .II. mois a et plus non.

-Voïstes vos roi Tiebaut l’Arragon ?

-Oil, beau sire, a la cit de Vaudon.

Il nos besa, si vos mande par nos

Que vos gardez sa cité et s’onor.

Ou est sa feme ? la nos mosterez vos ?

-Oïl, seignor, dist li roi Arragon,

Il n’a plus bele trusqu’as nues d’amont.

Baron, dist il, de mon pere ai besoing :
François nos tolent noz palés et noz tors ;

Ç’a fet Guillelmes, il et si dui nevou ;

Mes, foi que doi Tervagan et Mahom,

Se ge tenoie Guillelme en ma prison,

Tost seroit ars en feu et en charbon,

L’os et la poldre ventee par enson. »
Guillelmes l’ot, si tint le chief enbron

Lors vosist estre a Rains ou a Loon ;

Deu reclama et son glorïeus non : 

« Glorïeus peres, qui formas Lazaron

Et en la Virge preïs anoncïon,

Garis mon cors de mort et de prison,

Ne nos ocïent cist Sarrazin felon. »

 

XVIII

 

Or fu Guillelmes el palés seignori.

L’eve demandent paien et Sarrazin,

Metent les tables, au mengier sont assis.

Guillelme i sist et ses niés Guïelin ;

Parolent bas, tienent lor chiés enclin,

Forment redoutent que il ne soient pris.

Rois Arragon les fist mout bien servir :
A mengier orent assez et pain et vin,

Grues et gentes et bons poons rostiz ;

Des autres mes ne sai que vos devis,

Tant en i ot com lor vint a plesir.

Quant ont mengié et beü a loisir,

Cil eschancon vont les napes tolir.

As eschés jeuent paien et Sarrazin ;

Guillelmes ot le palés retentir,

Qu’est entailliez de vert marbre et de bis,

Vit les oiseaus et les lïons escris.

« Dex, dist li cuens, qui en la croiz fus mis,

Qui onques vit palés si bien seïr ?

Quar pleüst Deu, qui onques ne menti,

Que or fust ci Bertran le palazin

O tot .XX.M. de François fervesti !

Encui trairoient paien mout male fin,

G’en ocirroie, par mon chief, .IIII.XX. »

 

XIX

 

Rois Arragon a Guillelme apelé ;

Dejoste lui l’assiet lez un piler,

Enz en l’oreille li conseilla soëf :
 « Frans Turs, dist il, or m’en di verité ;

Quieus hom est dont Guillelmes au cort nes,

Qui a pris Nymes par sa ruiste fierté,

Le roi Harpin et son frere a tüé ?

Ja vos ot il en sa prison rüé ? »
Et dist Guillelmes : « Ja orroiz verité.

Tant par est riche, menanz et assazé

Que il n’a cure d’or fin ne d’argent cler ;

Ainz nos lessa por neant eschaper,

Mes sor noz lois nos fist il afïer,

Il le te mande, nel te devon celer,

Que tu t’en fuies en Aufrique outre mer.

Ja ne verras le mois de moi passer

Qu’il te sivra a .XX.M. ferarmez ;

Ne te garront les tors ne li piler,

Les amples sales ne li parfont fossé ;

A maus de fer te seront estroé.

S’il te puet prendre, a martire es livré,

Penduz as forches et au vent encroé. »

Dist Arragon : « De folie parlez.

Or manderai en Aufrique outre mer ;

Venra mon pere et ses riches barnez

Et Golïas et li rois Desramez,

Corsolt de Mables et son frere Aceré

Et Clarïaus et li rois Atriblez

Et Quinzepaumes et li rois Sorgalez,

Li rois d’Egyte et li rois Codroëz

Et rois Moranz et li rois Anublez

Et l’aufarains de Sorgremont sor mer,

Borreaus mes oncles et ses filz toz armez,

Li .XXX. roi qui d’Espaigne sont né ;

Chascuns menra .XX.M. d’adobez,

Ses assaudrons as murs et as fossez.

Morz iert Guillelmes a sa fin alez

Et ses neveuz a forches encroëz. »

Guillelmes l’ot, le sens cuide desver ;

Entre ses denz a respondu soëf :
 « Par Deu, fet il, danz gloz, vos i mentez ;

Einz en seront troi .M. Turs tüez

Soiez de Nymes ne princes ne chasez. »

S’il eüst armes por son cors conraer,

Ja fussent tuit el palés effraez,

Que ja son sens nel peüst atemprer.  


XX

Or fu Guillelmes en la sale perrine.

« Rois Arragon, li commença a dire,

Sire, dist il, monstrez moi la roïne

Que si par aime l’emperere d’Aufrique. »

Dist Arragon : « Il fet mout grant folie,

Quar il est vielz, s’a la barbe florie,

Et ceste est bele et juenete meschine,

Il n’a tant bele en tote paiennie.

Et Gloriete mainne ses drüeries ;

Mielz ameroit… Sorbant de Venice,

Un bacheler juene de barbe prime,

Qui de deport et d’armes set bien vivre,

Qu’el ne feroit Tiebaut d’Esclavonie.

Trop par est fox vielz hom qu’aime meschine,

Tost en est cous et tornez a folie. »

Ot le Guillelmes, si commença a rire :

« Voir, dit Guillelmes, or ne l’amez vos mie ?

-Ge non, por voir, Damedex la maudie !

Ge vorroie ore qu’ele fust en Aufrique

Ou a Baudas, el regne d’Aumarie. »

<<<

>>>