<<< Французские эпосы

<<< Взятие Оранжа

 

LA PRISE D'ORANGE - ВЗЯТИЕ ОРАНЖА


(на древнефранцузском языке)

 

Texte intégral/Полный текст:

 

I-XIV
(1-396)
XV-XX
(397-634)
XXI-XXXVI
(635-1128)
XXXVII-LIII
(1129-1542)
LIV-LXII
(1543-1888)

XXI

 

El palés est dans Guillelmes li frans

Et Gillebert, Guïelin li poissanz.

Par mi la sale s’en vont outre passant,

Si les conduit uns paiens, Malcuidant,

A la roïne que li rois aime tant.

Mielz lor venist qu’arriers retornissant

Outre le Rosne envers Nymes la grant ;

Ja ainz n’iert vespre ne le soleil cochant,

Se Dex n’en pense par son digne commant,

Que il orront dont il seront dolant.

En Glorïete en sont venu a tant.

De marbre sont li piler et li pan,

Et les fenestres entaillies d’argent ;

Et l’aigle d’or si reluist et resplent ;

Soleil n’i luist ne n’i cort point de vent ;

Bien fu paree, mout par fu avenant.

A une part de la chambre leanz

Avoit un pin par tel esperiment

Com vos orroiz se vos vient a talent :
Longue est la branche et la fueille en est grant

La flor qu’en ist par est si avenant,

Blanche est et inde et si est vermeillant.

(Ilueques est li carroiges sovent.)

Pitre et canele, garingal et encens

Flere soëf et ysope et piment.

La sist Orable, la dame d’Aufriquant ;

Ele ot vestu un paile escarinant,

Estroit lacié par le cors qu’ele ot gent

De riche soie cousue par les pans ;

Et Rosiane, la niece Rubiant,

Le vent li fist a un platel d’argent.

Ele est plus blanche que la noif qui resplent

Et plus vermeille que la rose flerant.

Voit la Guillelmes, tot li mua le sanc.

Il la salue bel et cortoisement :
 « Cil Dex vos saut, en cui somes creant ! »

Dist la roïne : « Baron, venez avant.

Mahom vos saut, a cui le mont apent. »

Dejoste lui les assist sor un banc,

Qu’iert entailliez a or et a argent ;

Or pueent dire auques de lor talent.

« Dex, dist Guillelmes, paradis est ceanz ! »

Dist Guïelin : « Onques ne vi tant gent.

Ge vorroie estre ici tot mon vivant ;

Ne m’en querroie movoir ne tant ne quant. »

 

XXII

 

Or fu Guillelmes en Glorïete assis

Et Gillebert et li preuz Guïelins,

Lez les puceles desoz l’ombre del pin.

La sist Orable, la dame o le cler vis ;

Ele est vestue d’un peliçon hermin

Et par desoz, d’un bliaut de samit,

Estroit a laz par le cors qui bien sist.

Voit la Guillelmes, tot le cors li fremist.

« Dex, dist Guillelmes, ceanz est paradis !

-Se Dex m’aïst, ce respont Guïelins,

Ge esseroie toz jors volentiers ci ;

Ja n’i querroie ne mengier ne dormir. »

La gentil dame les a a reson mis :
 « Dont estes vos, franc chevalier gentill ?
-Dame, nos somes del regne de Persis,

De cele terre Tiebaut vostre mari.

Hier matinet, quand jor fu esclarci,

Fumes a Nymes, cele mirable cit.

Trover cuidames la gent de nostre lin,

Roi Synagon et Otran et Harpin ;

Mes Fierebrace les a toz trois ocis.

François nos pristrent as portes de la cit,

Si nos menerent devant le palasin.

Mes tant est riches et enforciez d’amis

Que il n’a cure ne d’argent ne d’or fin ;

Ainz nos lessa eschaper par einsi :
Desor noz lois nos convint a plevir,

Il le vos mande, ge sui qui le vos di,

Que tu t’en fuie el regne de Persis ;

Qua’inz ne verras passer le mois d’avrill

Que te sivra a .XX.M. fervestiz ;

Ne te tendront li mur ne li paliz,

Les amples sales ne li forz roilleïz ;

A maus de fer vos seront desconfit.

Se il puet prendre Arragon l’Arrabi,

Vostre fillastre que vos amez einsi,

Il le fera de male mort morir,

Pendre ou ardroir et en flambe broïr. »

La dame l’ot, si gita un soupir.

 

XXIII

 

La dame entent les estranges mesaiges ;

Lors les apele, de noiant ne se targe :

« Seignor baron, bien sai vostre langaige.

Quiex hom est dont Guillelmes Fierebrace

Qui a prist Nymes, le palés et les sales,

Et mort mes homes et encor me menace ?
-Voir, dit li cuens, mout a fier le corage

Et gros les poinz et merveilleuse brace.

N’a si grant home desi que en Arabe,

Se il le fiert de l’espee qui taille,

Que ne li tranche tot le cors et les armes ;

Desi en terre cort l’espee qui taille.

-Voir, dist la dame, ce est mout grant damaige.

Par Mahomet, il doit bien tenir marche ;

Liee est la dame en cui est son coraige. »

Felon paien vienent iluec a masse ;

Encui orra Guillelmes tel contraire

Qu’ainz n’oï tel en trestot son aage.

Dex le deffende de perte et de damage !

 

XXIV

 

Or est Guillelmes dedenz la tor monté

Et Gillebert et Guielin le ber,

Lez les puceles desoz le pin ramé ;

A la roïne se desresna soëf.

Felon paien i furent amassé

Por les barons veoir et esgarder ;

Se Dex n’en pense qui en croiz fu pené,

Encui sera Guillelmes mal mené.

A tant ez vos un paien, Salatré ;

Cil le confonde qui tot a a sauver !

Li cuens l’ot pris a Nymes la cité ;

Une vespree fu li gloz eschapé,

Si s’en torna fuiant tot un fossé

Qu’il ne pot estre ne baillie ne trové.

Cil a Guillelme si mauvés plet mené

Com vos orroiz ici avant conter.

Lez Arragon s’en est venuz ester,

Enz en l’oreille li conseilla assez :
 « Par Mahom, sire, barnaiges vos apert ;

Ja iert vendue la fiere cruiauté

Qu’en me volt fere a Nymes la cité.

Veez vos ore cel parcreü monté ?

Ce est Guillelmes, le marchis au cort nes ;

Et cil, ses niés, cel autre bacheler ;

Et cil aprés qui tient cel fust quarré,

C’est li marchis qui de ci fu torné.

Por vos traïr se sont atapiné,

Qu’il cuident prendre ceste bone cité. »

Dist Arragons : « Diz me tu verité ?

-Sire, dist il, ja mar le mescreez.

Vez la Guillelme qui m’ot enprisonné,

Si me volt pendre et au vent encroër

Se Mahomez ne m’en eüst ensé.

Hui est le jor qu’il iert guerredoné. »

Or oëz ore, franc baron naturé,

Por l’amor Deu, qui en croiz fu pené,

Del pautonnier comment il a ovré.

Prist une cote, Guillelme en a hurté,

Qui tote estoit de fin or esmeré ;

Fiert en Guillelme el front desus le nes ;

Lors se descuevre et la color li pert :
Blanche ot la char comme flor en esté.

Voit le Guillelmes, le sens cuide desver,

Trestot le sanc del cors li est müé ;

Deu reclama, le roi de majesté :
 « Glorïeus peres, qui tot as a sauver

Et en la Virge te deignas aonbrer,

Tot por le pueple que tu vosis sauver,

Lessas ton cors traveillier et pener

Et en la croiz et ferir et navrer,

Si com c’est voirs, par la teue bonté,

Garis mon cors de mort et d’afoler,

Ne nos ocïent Sarrazin et Escler. »

 

XXV

 

Quant Arragon entendi l’Esclavon

Que il connut toz trois les compaignons,

En piez se dresce, ses a mis a reson :
 « Sire Guillelmes, l’en set bien vostre non.

Mar i passastes le Rosne, par Mahom !

Tuit seroiz mort a grant destructïon,

L’os et la poldre venterons par le mont ;

Ge n’en prendroie d’or fin plain cest donjon

Ne soiez mort et ars tot en charbon. »

Guillelmes l’ot, si taint comme charbon ;

Dont vosist estre a Rains ou a Loon.

Guïelins voit que ne se celeront ;

Detort ses poinz et ses cheveus deront.

« Dex, dist Guillelmes, par ton saintisme non,

Glorïeus pere, qui formas Lazaron

Et en la Virge preïs anoncïon,

Jonas garis el ventre del poisson

Et Danïel en la fosse au lïon,

La Madaleine feïstes le pardon,

Le cors saint Pere meïs en Pré Noiron

Et convertis saint Pol son compaignon,

Qui en cel tens estoit mout cruiex hom,

Puis refu il des creanz compaignons,

Ensemble o els sivi processïon,

Si com c’est voir, Sirë, et le creon,

Deffendez nos de mort et de prison,

Ne nos occïent cist Sarrazin felon. »

Un bordon ot, grant et forni et lonc ;

A ses .II. mains le leva contremont

Et si en fiert Salatré le gloton,

Qui l’encusa vers le roi Arragon,

Par mi le chief, mout grant cop del baston

Que la cervele en vola contremont.

« Monjoie ! escrie, ferez avant, baron ! »

 

XXVI

 

Guillelmes a le palés effraé,

Devant le roi a le paien tüé.

Li cuens Guillelmes ra choisi un tinel

Qui por feu fere i estoit aporté ;

Cele part vient poignant et tressüé,

As poinz le prent, contremont l’a levé ;

Baitaime vet ferir, le desreé,

Par mi le chief, ruiste cop del tinel

Que le cervel li fet del chief voler ;

Devant le roi l’a mort acravanté.

Et Gilebert rala ferir Quarré,

De son baston l’a el ventre bouté,

C’une grant piece l’a fet outre passer ;

Mort le trestorne devant lui au piler.

« Monjoie ! escrie, baron, avant venez !

Puisqu’ainsi est qu’a mort somes livrez,

Vendons nos bien tant com porrons durer ! »

Ot l’Arragon, le sens cuide desver,

A voiz s’escrie : « Baron, quar les prenez !

Par Mahomet, ja seront afolé

Et enz el Rosne balancie et gité

Ou ars en feu et la poldre venté. »

Dist Guielin : « Baron, ensus estez ! 

Que, par l’apostre qu’en quiert en Noiron Prez,

Ainz que m’aiez sera chier comparé. »

Par maltalent en a son fust crollé ;

Li cuens Guillelmes i fiert de son tinel

Et Gillebert de son bordon ferré.

Granz cops i donent li baron naturel ;

.XIIII. Turs lor i ont mort gitez

Et toz les autres i ont si effraez

Par mi les huis les ont ferant menez ;

Font les torouz verroillier et fermer,

A granz chaienes ont le pont sus levé.

Or en penst Dex, qui en croiz fu pené !

Qu’or est Guillelmes en perilleus hostel

Et Gillebert et Guïelin le ber,

Et Glorïete ou il sont enserré ;

Et Sarrazin, li cuvert forsené,

Bien les assaillent qu’il n’i ont demoré.

 

XXVII

 

Li Sarrazin sont orgueilleus et fier ;

Bien les assaillent a .C. et a milliers,

Lancent lor lances et dars tranchanz d’acier.

Cil se deffendent com gentill chevalier ;

Ces gloutons versent es fossez et es biez,

Plus de .XIIII. en i ont trebuchié,

Li plus halegres ot le col peçoié.

Voit l’Arragon, a pou n’est enragié,

De duel et d’ire a pou n’est forvoié ;

A sa voiz clere commença a huichier :
 « Es tu lassus, Guillelmes au vis fier ? »

Et dist li cuens : « Voirement i sui gié,

Par ma proesce i sui ge herbergié ;

Dex m’en aïst, qui en croiz fu drecié ! »

 

XXVIII

 

Or fu Guillelmes en Glorïete entré ;

As Sarrazins commença a parler :
 « Mal dahé ait por vos se quiert celer !

En ceste vile entrai por espïer ;

Or vos ai tant mené et losangié

De Glorïete vos ai ge fors chacié.

Des or seroiz de ceste tor bergier ;

Gardez la bien, s’en avroiz bon loier. »

Arragons l’ot, le sens cuide changier ;

Il en apele Sarrazins et paiens :
 « Or tost as armes, nobile chevalier !

Par force soit li assauz commenciez !

Qui me prendre Guillelme le guerrier

De mon rëaume sera confanonnier ;

Toz mes tresorz li ert apareilliez. »

Quant cil l’entendent, si sont joiant et lié ;

As armes corent li cuvert losangier,

Guillelme assaillent et devant et derrier.

Voit le li cuens, le sens cuide changier ;

Deu reclama, le verai justisier.

 

XXIX

 

Or fu Guillelmes corrocié et dolant

Et Guïelin et Gillebert le franc

En Glorïete ou il sont la dedenz.

Bien les requistrent cele paiene gent,

Lancent lor lances et dars d’acier tranchanz.

Voit le Guillelmes, a pou ne pert le sens.

« Niés Guïelin, qu’alons nos atendant ?

James en France ne serons reperant ;

Se Dex n’en pense par son commandement,

Ne reverrons ne cosin ne parent. »

Dist Guielin o le cors avenant :
 « Oncle Guillelmes, vos parlez de neant.

Par amistiez entrastes vos ceanz ;

Vez la Orable, la dame d’Aufriquant,

Il n’a si bele en cest siecle vivant ;

Alez seoir delez li sor cel banc,

Endeus vos braz li lanciez par les flans

Ne de besier ne soiez mie lenz ;

Que, par l’apostre que quierent peneant,

Ja n’en avrons del besier le vaillant

Qui ne nos cost .XX.M. mars d’argent,

A grant martire a trestoz noz parenz.

-Dex, dist Guillelmes, tu m’avras gabé tant

Que par un pou que ge ne pert le sen. »

 

XXX

 

Or fu Guillelmes correciez et irez

Et Gillebert et Guïelin le ber,

En Glorïete ou il sont enserré.

Bien les requierent Sarrazin deffaé ;

Cil se deffendent com chevalier membré,

Gietent lor perches et les granz fuz quarré.

Et la roïne les en a apelez :
 « Baron, dist ele, François, quar vos rendez !

Felon paien vos ont cueilli en hez ;

Ja les verroiz par les degrez monter,

Tuit seroiz mort, ocis et desmenbrez. »

Ot le Guillelmes, le sens cuide desver ;

Cort en la chambre desoz le pin ramé,

A la roïne se prist a dementer :
 « Dame, dist il, garnemenz me donez,

Por l’amor Deu, qui en croiz fu penez ;

Que, par saint Pere, se ge vif par aé,

Mout richement vos iert guerredoné. »

La dame l’ot, s’a de pitié ploré;

Cort en sa chambre, n’i a plus demoré,

A un escrin que ele a deffermé ;

En a tret hors un bon hauberc saffré

Et un vert heaume, qui est a or gemé.

Guillelme encontre le corut aporter.

Et cil le prist, qui tant l’ot desirré ;

Il vest l’auberc, si a l’eaume lacié ;

Et dame Orable li ceint l’espee au lé,

Qui fu Tiebaut son seignor, a l’Escler.

Ainz ne la volt a nul home doner,

Nes Arragon, qui tant l’ot desirré,

Qui ert ses filz de moillier espousé.

Au col li pent un fort escu listé

A un lïon qui d’or fu coroné.

El poing li baille un fort espie quarré,

A .V. clos d’or le confanon fermé.

« Dex, dist Guillelmes, comme or sui bien armé !

Por Deu vos pri que des autres pensez. »

 

XXXI

 

Quant Guïelin vit adoube son oncle,

Cort en la chanbre a la dame seconde ;

I l’en apele, doucement l’aresonne :
 « Dame, dist il, por saint Pere de Rome,

Donez moi armes por le besoing qu’abonde.

-Enfes, dist ele, mout es juene personne ;

Se tu vesquisses, tu fusses mout preudome.

De mort te heent li Vavar et li Hongre. »

Vint en la chambre, s’en a tret une broigne ;

Cele forja Ysac de Barceloigne,

Onques espee n’en pot maille derompre ;

El dos li vest, mout en fu liez li oncles.

L’eaume li lace Aufar de Babiloine,

Au premier roi qui la cité fu onques ;

Onc nule espee nel pot gaires confondre,

Abatre pierre ne flor de l’escharbocle.

Ceint li l’espee Tornemont de Valsone,

Que li embla li lierres de Valdonne,

Puis la vendi Tiebaut a Voireconbe,

Si l’en dona .M. besanz et .M. onces,

Qu’il en cuida son fill livrer coronne ;

Au flanc li ceint, dont les renges sont longues.

Au col li met une targe roonde.

L’espié li baille madame de Valronne ;

Grosse est la hante et l’alemele longue.

Bien fu armez, et Gilleberz adonques.

Huimés avra Glorïete chalonge.

 

XXXII

 

Bien fu armez Guillelmes et ses niés

Et Gillebert, dont sont joiant et lié.

El dos li vestent un fort hauberc doublier ;

El chief li lacent un vert heaume vergié ;

Puis li ont ceint une espee d’acier ;

Au col li pendent un escu de quartier.

Ainz qu’il eüst le bon tranchant espié,

Felon paien orent tant esploitié

Que les degrez en monterent a pié.

Li cuens Guillelmes vet ferir Haucebier ;

Et Gillebert, Maretant le portier ;

Et Guïelin revet ferir Turfier ;

Cil troi ne furent de la mort espargnié.

Brisent les lances des noielez espiez

Que les esclices en volent vers le ciel ;

A lors espees lor convint repairier,

Ja se vorront prover et essaier.

Li cuens Guillelmes tret l’espee d’acier ;

Fiert un paien en travers par derrier,

Aussi le cope comme un rain d’olivier ;

Sus el palés en chieent les moitiez.

Et Gillebert revet ferir Gaifier,

Sus el palés en fist voler le chief.

Et Guïelin ne fu pas esmaié ;

Il tint l’espee, s’a l’escu enbracié ;

Cui il consuit tot est a mort jugié.

Paien le voient, si se sont tret arrier ;

En fuie tornent li cuvert losangier,

Franc les enchaucent, li nobile guerrier ;

Plus de .XIIII. en i ont detranchiez,

Que toz les autres en ont si esmaiez

Par mi les huis les en ont hors gitiez.

François les corent fremer et verroillier ;

As granz chaennes ont le pont sus saichié,

A la tor furent ferme et atachié.

Or en penst Dex qui tot a a jugier !

Voit l’Arragon, le sens cuide changier.

 

XXXIII

 

Or fu Guillelmes dolant et correços

Et Gillebert et Guïelin li proz ;

Mout les destraignent cele gent paiennor,

Lancentlor lances et dars ovrez a tor,

A maux de fer toz les murs lor deffont.

Voit le Guillelmes, a pou d’ire ne font.

« Niés Guïelin, dist il, quel la ferons ?

Jamés en France, ce cuit, ne revenrons

Ne ja neveu, parent ne beserons.

-Oncle Guillelmes, vos parlez en pardon ;

Que, par l’apostre qu’en quiert en Pré Noiron,

Ge me cuit vendre ainz que nos descendon. »

Il avalerent les degrez de la tor ;

Cez paiens fierent sor cez heaumes reonz ;

Toz lor detranchent les piz et les mentons,

Tel .XVII. en gisent el sablon

Li plus halegres ot copé le pomon.

Paien le voient, s’en ont au cuer friçon ;

A voiz escrïent le fort roi Arragon :
 « Quar prenez triver, que ja n’i enterron ! »

Arragon l’ot, a pou d’ire ne font ;

Mahomet jure que il le comparront.

 

XXXIV

 

Arragons voit les paiens qui se targent ;

Il les apele belement et aresne :
 « Fill a putain, gloton, mar i entrastes !

Jamés de moi ne tendrez fié ne marches ;

Requerez les as plus fieres batailles ! »

Et il si firent, li gloton mescreable ;

Gietent lor dars et lances miserables,

A maus de fer toz les murs lor deffacent.

Voit le Guillelmes, a pou d’ire n’enraige.

« Niés Guïelin, comment le porrons fere ?

Tuit somes mort et livré a damaige.

-Oncle Guillelmes, vos parlez de folaige ;

Que, par l’apostre que l’en requiert en l’arche,

Chier me vendrai ainz que paien me baillent. »

De lor espiez furent les pointes fraites ;

Chascuns d’els trois recovra une haiche

Que lor bailla la gentil dame Orable.

Fors s’en issirent adoubé de lor armes ;

Cez paiens fierent sor ces vermeilles targes ;

Toz lor detranchent les piz et les visaiges,

Plus de .XIIII. en gisent sor le marbre

Qui furent mort et li autre se pasment ;

Ainz par trois homes ne fu fet tel domage.

Voit l’Arragon, a pou d’ire n’enrage.

 

XXXV

 

Quant Arragon voit tormenter sa gent,

Lors a tel duel a pou d’ire ne fent.

A clere voiz s’escria hautement :
 « Es tu lassus, Guillelmes au cors gent,

Filz Aymeri de Nerbone la grant ?

Fai une chose qui me vient a talant :

Lai Glorïete, le palés, en estant,

Et si t’en va et sain et sauf, vivant,

Ainz que tu perdes tes membres et ton sanc.

S’einsi nel fez, mout t’iert mal covenant ;

Par Mahomet en cui je sui creant,

En ceste place feron un ré si grant

Tuit seroiz ars et graïllié leanz. »
Et dist Guillelmes : « Vos parlez de neant.

Assez avrons pain et vin et froment

Et char salee et claré et piment,

Et blans hauberz et vers heaumes luisanz,

Bones espees dont li pont sont d’argent,

Tranchanz espiez et bons escuz pesanz,

Et beles dames por esbanoiement.

N’en partirai nul jor de mon vivant,

Ainz le savra rois Looys li frans,

Bernarz mes freres, li chenuz et li blans,

Et d’Anseüne Garin le combatant,

De Commarchis dux Bueves le poissant,

Bertran mes niés, qui est preuz et vaillant,

Que nos lessames a Nymes a devant.

Chascuns de cels, quant il en a talant,

Puet bien mander .XX.M. combatant.

Quant les noveles en savront voirement

Que assis somes ceanz si faitement,

Secorront nos bel et cortoisement,

A tant comme il porront avoir de gent.

Ja voir cez murs ne vos avront garant

Ne cest palés ou l’or luist et resplant ;

Tot le verroiz depecier en mil sens.

Se il te prennent, mout t’iert mal convenant ;

Penduz seras et encroëz au vent. »

Dist Arragons : « Tant serons plus dolant. »

Dist Pharaons, li rois de Bonivent :
 « Amirauz, sire, tu ne vaus pas un gant.

Par Mahomet, mout as povre escïent :
Tes peres fu mout preuz et mout vaillant,

Qui te lessa ceste vile gardant

Et Glorïete, le palés, ensement ;

Cil troi gloton le te vont chalenjant,

Si ont occis tes homes et ta gent ;

Par Mahomet, ne vaus ne tant ne quant

Quant tu nes ars en feu grezois puant. »

 

XXXVI

 

« Faraon, sire, dist li rois Arragon,

Car me donez bon conseil, por Mahom.

Vez Glorïete, le palés et la tor,

Le fondement en est fet trusqu’en son ;

Trestuit li home deci a Moncontor

Pas n’i feroient un pertuis contremont.

Ou, vis deables, se prendroit le charbon ?

Il n’i a broche de fust ne de baston.

Par lor orgueill i sont cil troi gloton,

Devant .VII. anz n’en istront il par nos. »

<<<

>>>