<<< Французские эпосы

<<< Взятие Оранжа

 

LA PRISE D'ORANGE - ВЗЯТИЕ ОРАНЖА


(на древнефранцузском языке)

 

Texte intégral/Полный текст:

 

I-XIV
(1-396)
XV-XX
(397-634)
XXI-XXXVI
(635-1128)
XXXVII-LIII
(1129-1542)
LIV-LXII
(1543-1888)

XXXVII

 

« Faraon, sire, dit Arragon li rois,

Por Mahomet, de qui tenons noz lois,

Car me donez bon conseil orendroit.

Vez Glorïete, le palés majorois,

Li fondemenz en est fez a rochois ;

Trestuit li home trusqu’as porz de Vanquois

Si n’i feroient un pertuis en un mois.

A quex deables li charbons se prendroit,

Quant n’i a broche de fust ne de lorois ?

Par lor orgueill i sont entré cil troi,

Devant .VII. ans n’en istront il par moi. »

A tant ez vos un paien, Orquanois ;

Noire ot la barbe, si ot chanu le poil

Et blans sorcils, si lor juge lor droiz.

A sa voiz clere s’est escrïez .III. foiz :
 « Amirauz, sire, entendez envers moi.

Car me di ore se de mielz m’en seroit

Se te rendoie Guillelme le François

Qu’en ta prison le peüsses avoir. »

Dist Arragon : « Oïl, en moie foi.

.X. muls chargiez de fin or espanois

En liverroie, mes qu’en me deïst voir. »

Dist Orquanois : « Entendez envers moi ;

Se la promesse me rendez orendroit,

G’en penserai, moi ne chaut que en soit. »

Dist Arragon : « Einsi le vos otroi ;

Et vos affi loiaument orendroit

Qu’a vo plesir vos bailleroi l’avoir. »

Dist li paiens : « Et ge le vos otroi. »

 

XXXVIII

 

Dist Orquanois : « Par Mahomet, beau sire,

Or vos dirai coment l’avroiz par guile.

Vez Glorïete, icele tor mabrine,

Le fondement est assis en principle;

Si l’estora Grifaigne d’Aumarie,

Uns Sarrazins de mout tres grant voidie.

Ne savez mie quel enging il i firent :

Par desoz terre une volte soltive,

En ton palés est porte coleïce.

Prenez .M. Turs, s’i alez vos meïsmes ;

Par de devant lor fetes assaillie

Et par derriers merveilleuse envaïe.

Morz iert Guillelmes et livrez a martire. »

Dit Arragon : « Par Mahomet, voir dites ;

Preu i avroiz, par Apolin mon sire. »

 

XXXIX

 

Quant Arragon entendi la novele

Que la bove est desoz lui en la terre,

Lors a tel joie que le cuer li sautele.

Il prent .M. Turs, qui ont lacié les elmes,

Et mil en lesse par devant en la place

Qui assaillirent Guïelin et Guillelme.

Cil s’en tornerent, ne finent ne arrestent,

Trusqu’a la croute ne s’aresterent gaires ;

Avec els portent et cierges et lanternes ;

Enz s’en entrerent la pute gent averse.

N’en sorent mot li chevalier honeste

Desi qu’il furent enz el palés as estres ;

Premierement les aperçut Guillelmes.

« Dex, dist li cuens, beaus glorïeus celestre,

Tuit somes mort et livré a maltrere ! »

Dist Guïelin : « Par le cors saint Hylaire,

Se Dex m’aïst, traï nos a Orable ;

Et Dex confonde la sarrazine geste ! »

 

XL

 

Li cuens Guillelmes vit le palés emplir

De Sarrazins qui vienent par aïr,

Vit les hauberz et les heaumes luisir.

« Dex, dist li cuens, qui onques ne menti,

Com somes mort et livré a essill !

-Par foi, beau sire, ce respont Guielin,

Traï nos a Orablë au cler vis ;

Et Dex confonde paiens et Sarrazins !

Hui est li jorz qu’il nos convient fenir ;

Aidons nos bien tant comme avons loisir,

Nos n’i avons ne parenz ne amis. »

Li cuens Guillelmes tint le brant acerin ;

Par mautalen vet un paien ferir

Arriere main qu’il le cope par mi.

De celui cop sont paien esbahi,

Seure li corent irié et engrami.

Il se deffendent com chevalier hardi,

Granz cops i donent li conte palazin.

Grant fu l’assaut et grant le chapleïz,

Ainz ne fina si furent desconfit ;

Onc nul estor ne fu si bien feni :
Sus els deffendre ont .XXX. Turs ocis.

Cui chaut de ce ? que ja n’i metront fin !

As mains les prennent paien et Sarrazin,

Tur et Persant et li Amoravi

Et Acopart, Esclamor, Bedouin.

Mahomet jurent que venjance en iert pris ;

Hui generont la mort de lor amis.

 

XLI

 

Pris fu Guillelmes par mortel traïson

Et Gillebert et Guïelin li proz.

As poinz les tienent li Sarrazin felon ;

Mahomet jurent que venjance en prendront.

En la cité manderent .XX. garçons ;

Un grant fossé font croser en parfont ;

Assez i metent asteles et bastons,

Qu’il i voloient graïllier noz barons.

Orable vint a la clere façon,

Elle en apele son fillastre Arragon :
 « Amis, dist ele, rendez moi ces prisons,

Si les metrai en ma chartre en parfont ;

Boz i a et coluevres qui toz les mengeront

Et serpentines qui les devoreront.

-Dame roïne, dist li rois Arragonm

Tot cest contrere nos est venu par vos,

Que la deseure armastes ces glotons.

Ques vos rendra, Mahomez mal li dont ! »

La dame l’ot, a pou d’ire ne font.

« Mal le pensastes, filz a putain, gloton !

Par Mahomet que ge pri et aor,

Ne m’estoit ore por cez autres barons,

Ge vos dorroie sor le nes de mon poing.

Isnelement issez hors de la tor !

Ja plus ceanz mar seroiz a sejor. »

Ele en apele le feilon traïtor :
 « Lerres, dist ele, mes les en ta prison,

Tant que Tiebauz revieigne de Valdon

Et Desramez et Golïas li blonz ;

A lor talent en prendront venjoison.

-Ge l’otroi, dame, » dist li roi Arragon.

Guillelme gietent en la chartre parfont

Et Guïelin et Gillebert le prou.

Or vos lerons ester de noz barons ;

Quant leux en iert, assez i revenrons ;

Si chanterons de la gent paiennor.

 

XLII

 

Rois Arragons ne s’aseüra mie ;

I prent ses mes, outre mer les envie.

Et cil s’en tornent, ne cessent ne ne finent,

Desi au Rosne ne s’aresterent mie ;

D’iluec avant entrent en lor galie,

Dedenz la nef Maudoine de Nubie.

Couverte fu de soie par mestrie,

Ele ne dote ne orage ne bise.

Traient lor ancre, si drecierent lor sigle,

En mer s’empaignent, s’ont la vile esloignie,

Nagent et traient et gouvernent et siglent ;

Bon oré orent qui droitement les guie.

Il ariverent au port soz Amurdrie ;

Gietent lor ancre, s’ont lor voile beisie.

Es chevaus montent, ne s’aresterent mie,

De chevauchier ne cessent ne ne finent

Tant que il vinrent en la cité d’Aufrique.

Il descendirent en l’ombre soz l’olive

Et en monterent en la sale perrine.

Tiebaut troverent et sa gent paiennime ;

Il le saluent en la loi sarrazine :
 « Cil Mahomez, qui tot a en baillie,

Il saut le roi Tiebaut d’Esclavonie !

Tez filz te mande, a la chierre hardie,

Que le secores o ta chevalerie.

Pris a Guillelme, ne tel celerai mie,

Filz Aymeri de Nerbone la riche,

Dedenz Orenge, cele cité garnie.

Par tapinaige fu entrez en la vile,

Cuida la prendre si comme il ot fet Nymes,

Et dame Orable volt avoir a amie ;

Mes il ne porent tant fere deablie.

De Glorïete nos fist male partie,

Que o lui l’ot .VII. jorz en sa baillie ;

Ne fust la bove qui soz terre est bastie,

Dont la pierre est sus el palés assise,

Jamés Orable n’eüssiez en baillie,

Vostre moillier qui tant est seignorie.

Mes Mahomez vos en fu en aïe,

Que nos l’avons en la chartre enhermie

Dont il n’istra jamés jor de sa vie ;

A vo talant en iert venjance prise. »

Ot le Tiebauz, si commença a rire ;

Il en apele la gent de son enpire :
 « Or tost as armes, franc chevalier nobile ! »

Et il si font, que il ne targent mie ;

Es chevaus montent de Puille et de Rossie.

Quant Tiebauz ist de la cité d’Aufrique,

O lui en mainne les paiens d’Aumarie

Et cels de Suite et ceus d’Esclavonie ;

El chief devant furent .LX. mile.

Trusqu’a la mer ne cessent ne ne finent ;

En petit d’eure furent les nes garnies

De vin, de char, de bescuit, de ferine.

Enz s’en entrerent cele gent sarrazine,

Traient lor ancres, si drecierent lor sigle ;

Li venz s’i fiert, qui droitement les guie,

Entrent en mer, s’ont lor voie acueillie.

Lors oïsiez tant cor, tante buisine,

Braient cil ors et cil viautre glatissent,

Cil mul rechanent et cil destrier rechinent,

Cil espervier desus cez perches crïent,

Bien les puet l’en oïr d’une grant lieu.

.VIII. jorz nagierent tant qu’au nuevieme vinrent.

Mes ainz qu’il viegnent a Orenge la riche,

Avra Tiebauz tel duel et si grant ire

C’onques n’ot tel a nul jor de sa vie ;

Quar il perdra sa fort cité garnie

Et sa moillier, Orable l’eschevie.

 

XLIII

 

Guillelmes fu en la chartre leanz,

Et Gilleberz et Guïelins li frans.

« Dex, dist li cuens, beau pere roi amans,

Com somes mort et livré a torment !

Dex ! qu’or nel set rois Looys le franc,

Bernart mon frere, le chanu et le blanc,

Et d’Anseüne dan Garin le poissant,

De Commarchis Bueves le combatant,

Bertran mes niez, le preu et le vaillant,

Que nos lessasmes a Nymes ça devant,

A tot .XX.M. de François combatant.

De lor secors avrïons mestier grant. »

Dist Guïelin au gent cors avenant :

« Oncle Guillelmes, vos parlez de neant.

Mandez Orable, la dame d’Aufriquant,

Qu’ele secore par amors son amant.

-Dex, dist Guillelmes, tu m’avras gabé tant

Par un petit que le cuer ne me fent. »

 

XLIV

 

Or fu Guillelmes correciez et marriz,

Et Gillebert et li preuz Guïelins,

Dedenz la chartre ou il font male fin.

Endementieres qu’il se dementent si,

Ez vos Orable qui a la chartre vint ;

Ou voit les contes, ses a a reson mis :
 « Entendez moi, franc chevalier gentil.

De mort vos heent paien et Sarrazin ;

Il vos pendront anuit ou le matin.

-N’en poons mes, dame, dist Guïelin.

Quar en pensez, franche dame gentill,

De ceste chartre que en fusson hors mis !

Vostre hom seroie et jurez et pleviz,

Mout volentiers en rendrai le servis,

Quant vos plera ; gentill dame, merci !

-Voir, dist Guillelmes, ele nos a traï,

Que par lui somes en ceste chartre mis. »

La dame l’ot, si gita un soupir.

 

XLV

 

« Seignor baron, dist la cortoise Orable,

Par Mahomet, a tort me metez blame :

En cele tor vos donai ge les armes.

S’en cel palés vos peüssiez combatre

Tant quel seüst Looys li filz Challe

Et danz Bernarz de Breban et li autre

Et Aymeris et vo riche lignage,

Ne le seüssent li glouton mescreable

Tant que il fussent en ceste tor mirable,

Einsi peüssent aquiter ceste marche

Et les destroiz, les guez et les passaiges. »

Dist Guïelin : « Dame, bien en parlastes,

Se estïons mis hors de ceste chartre,

Vostre hom seroie a trestot mon aaige.

-En moie foi, dist la roïne Orable,

Se ge cuidoie que ma paine i fust sauve,

Que me preïst Guillelmes Fierebrace,

Ge vos metroie toz troi shors de la chartre,

Si me feroie crestïenner a haste. »

Ot le Guillelmes, tot le cuer li esclaire.

« Dame, dist il, ge vos en doing mon gaige :
Ge vos plevis sor Deu et sor saint Jaque

et sor l’apostre que l’en requiert en l’arche.

-Voir, dist la dame, ge n’en quier autre gaige. »

Ele defferme toz les huis de la chartre,

Et cil s’en issent, qui tant ont vasselaige ;

Mout par fu liez chascun en son corage.

 

XLVI

 

Or la dame les contes afïez ;

Ele les a de la chartre gitez,

En Glorïete et conduiz et guïez.

Sus el palés sont assis au digner ;

Quant il se furent richement conraé,

La gentill dame les en a apelez :
 « Seignor baron, envers moi entendez.

Or vos ai ge de la prison gitez,

Sus el palés conduiz et amenez ;

Or ne sai ge comment ert d’eschaper ;

Ce que ge pens vos doi ge bien conter :
par desoz nos a une bove tel

Nel set nus hom qui de mere soit nez,

Fors mes aieus qui la fist enz chever ;

Desi qu’au Rosne fist la bove percier.

S’eüssiez or un messaige envoié

Bertran le conte et a l’autre barné,

Par desoz terre venist a vos parler,

Ne le seüssent li paien deffaé

Tant que il fussent sus el pales pavé

Et il ferissent des espees des lez,

Einsi porroient la cité aquiter

Et les destroiz et les porz et les guez. »

Et dit Guillelmes : « Dame, c’est veritez ;

Mes ge ne sai ou le mes soit trovez. »

 

XLVII

 

« Niés Guïelin, ce dit li cuens Guillelmes,

Desi a Nymes ne fines ne ne cesses ;

Bertran ton frere me diras cez noveles

Qu’il me secore o la gent de sa terre.

-Oncle Guillelmes, dist Guïelins, chaeles !

Si m’aïst Dex, vos parlés de granz beffes ;

Que, par la foi que doi a saint Estiene,

Mielz voil morir en iceste tor bele

Qu’en douce France ne a Es la Chapele. »

 

XLVIII

 

« Niés Guïelins, dist Guillelmes li frans,

Tu enterras en la bove leanz,

Desi a Nymes ne t’iras arestant,

Si me diras le palazin Bertran

Qu’il me secore tost et isnelement.

-Oncle Guillelmes, vos parlez de neant.

Ne vos leroie por les membres perdant ;

Mielz vueill morir en ceste tor ceanz

Qu’en douce France ne entor mes parenz.

Envoiez i Gillebert le Flamenc.

-Iras i, frere ? » dit Guillelmes le franc;

Et dist li bers : « Ge irai voirement

Et le mesaige vos ferai lealment.

-Va dont, beau frere, a Jhesu te commant ;

Si me diras le palasin Bertran

Qu’il me secore, ne voist ja atardant ;

Ou se ce non, par Deu le roi amant,

Ne verra mes Guillelmes son parent. »

 

XLIX

 

Quant li mes ot qu’il li convient aller,

Adont se prent forment a dementer

Comment il puisse de leanz eschaper :
 « Quar n’i fui onques ne ne sai ou torner.

Et dit la dame : « Ge te cuit bien guïer ;

Ne douteras home de mere né

Fors seulement Jhesu de majesté. »

Lez un piler fist un carrel bouter,

Une grant toise ot de lonc et de lé.

« Frere, dist ele, par ci poëz entrer ;

El chief de la troveras .III. pilers,

A ars voluz furent fet et ovré. »

Et cil s’en torne, si commence a errer,

Il ne sout ou, par desoz la cité.

Li cuens Guillelmes le convoia assez

Et dame Orable et Guielin le ber ;

Onc ne finerent desi as .III. pilers.

Par le moien s’en est outre passez,

Et vient au Rosne, s’a un batel trové ;

A l’aviron se naige outre soëf.

Li cuens Guillelmes est arriers retorne

Et Guïelin et Orable au vis cler ;

En Glorïete en sont tuit troi entré.

Milez lor venist qu’il s’en fussent torné,

Enz en la chartre descendu, avalé,

Qu’il n’ont fet chose ne dit ne devisé

C’uns Sarrazins n’ait trestot escouté ;

Roi Arragon le vet dire et conter.

 

L

 

Li Sarrazins fut mout mal vezïez,

Roi Arragon le vet dire et noncier.

Quant il le vit, si l’en a aresnié :
 « Amirauz, sire, vetes pes, si oiez

De vo marrastre comment a esploitieé

Vers les chetis qu’en prison avïez :
Ele les a de la chartre gitiez,

Sus el palés et conduiz et guïez ;

En Glorïete sont assis au mengier. »

Dist Arragon : « Dis tu voir, mesaigier ?
-Sire, dist il, ne sui pas mençongier.

Ge les i vi a estrait conseillier

Et un et un acoler et besier.

Plus les aime ele, et Guillelme au couchier,

Que vostre pere ne le roi Haucebier. »

Arragons l’ot, le sens cuide changier ;

Il en apele Sarrazins et Escler :
 « Baron, dist il, sor ce me conseilliez

Com faitement ge porrai esploitier

De ma marrastre qui tant m’a avillié,

Moi a honni, mon pere vergoignié. »

 

LI

 

Dist Arragon : « Franc chevalier membré,

Por Mahomet, vos armes tost prenez !

Qui sera ore as garnemenz livrer,

Ainz ques aions sera chier comparé. »

Et cil responent : « Si com vos commandez. »

.XV.M. home s’en corent adouber.

Dex ! quel damage quant Guillelmes nel set

Et dame Orable et Guïelins le ber ;

En Glorïete ou furent a celé,

As eschés jeuent, tuit sont asseüré ;

N’en sorent mot li conte naturel

Quant sor els vinrent Sarrazin et Escler.

 

LII

 

Arragon trueve Guillelme soz le pin

Et dame Orable et le preu Guïelin ;

N’en sorent mot li conte palasin

Qu’as poinz les prennent paien et Sarrazin,

Tur et Persant et felon Bedoïn.

Mahomet jurent venjance en sera pris ;

Dist Faraons, qui se fet li plus fins :
 « Enmirauz, sire, entendez envers mi.

Tiebauz tes peres si est preuz et gentis,

Qui te lessa ceste vile a tenir

Et Glorïete, le palés seignori ;

Icist glouton i ont chalonge mis,

Morz ont tes homes, detranchiez et ocis :
Par Mahomet, ne vaus un romoisin

Se ne lor fez toz les menbres tolir ;

Et ta marrastre, qui si nos a honi,

Refai ardoir et en un feu broïr. »

Dist Esquanors, li velz chenuz floriz :
 « Rois Faraon, n’avez mie bien dit. »

 

LIII

 

Dist Esquanor, li chenuz et li vielz :
 « Roi Faraon, n’avez pas bien jugié.

Ne devez mie folie commencier ;

Tiex la commence ne la puet abessier.

Amirauz, sire, fetes pes, si m’oiez.

Tiebauz tes peres est mout bien afetiez

Qui te lessa ceste vile a garder

Et Glorïete, le pales et le fié ;

S’einsi estoit qu’ardissiez sa moillier,

Tost s’en seroit envers vos correciez.

Mes fai cez contes en ta prison gitier

Et dame Orable avec els trebuchier ;

Prenez vo mes, outre mer l’envoiez.

Venra tes peres et li rois Haucebier,

A lor talent se seront tost vengié. »

Dist Arragon : « Mout avez bien jugié ;

Preu i avroiz que de riens n’i faudrez.

Mes le mesaige ai ge ja envoié

Au roi mon pere qu’Aufrique a a baillier ;

Trusqu’a .VIII. jorz resera ci arrier. »

Guillelme font en la chartre gitier

Et Guïelin, qui preuz fu et legier,

Et dame Orable avec els trebuchier.

Or en penst Deu qui tot a a jugier !

<<<

>>>