<<< Французские эпосы

<<< Взятие Оранжа

 

LA PRISE D'ORANGE - ВЗЯТИЕ ОРАНЖА


(на древнефранцузском языке)

 

Texte intégral/Полный текст:

 

I-XIV
(1-396)
XV-XX
(397-634)
XXI-XXXVI
(635-1128)
XXXVII-LIII
(1129-1542)
LIV-LXII
(1543-1888)

LIV

 

Or fu Guillelmes trebuchiez en la chartre

Et Guïelin et la cortoise Orable ;

Sovent se claime maleüreuse lasse :
 « Dex, dist la dame, beau pere esperitable,

Que n’a baptesme receü ceste lasse ?

Gel cuidai prendre et estre en Deu creable.

Sire Guillelmes, mar vi vostre barnage,

Vostre gent cors et vostre vasselaige,

Quant por vos sui gitee en ceste chartre,

A tele angoisse comme fust par putage. »
Dist Guïelins : « Vos parlez par folage.

Vos et mes oncles estes ore en grant ese ;

Par grant amor devez or cest mal trere. »

Ot le Guillelmes, a pou d’ire n’enrage,

Par maltalent en a juré saint Jaque.

« Se n’estoit or por honte et por viltage,

Ge te dorroie une colee large. »

Dist Guïelins : « Vos feriez folage.

Huimés dirai, ne me chaut qui le sache,

L’en soloit dire Guillelme Fierebrace,

Or dira l’en Guillelme l’Amïable :
En ceste vile par amistie entrastes. »
Ot le li cuens, s’enbronche le visage.

 

LV

 

Or fu Guillelmes dolanz et correciez

Et dame Orable et Guïelin ses niés

Dedenz la chartre ou il sont trebuchié.

« Dex, dist li cuens, glorïeus rois del ciel,

Com somes mort, trai et engignié !

Par quel folie fu cist plez commenciez

De quoi nos somes honi et vergoignié,

Se cil n’en pense qui tot a a jugier !

Las ! qu’or nel set rois Looys le fier,

Bernarz mes freres, li chanuz et li velz,

Et d’Anseüne dans Garins li proisiez,

Et dedenz Nymes Bertran li enforciez ;

De lor secors avrïons nos mestier.

-Oncle Guillelmes, dist Guielin le fier,

Lessier ester, que ice n’a mestier.

Vez ci Orable, la cortoise moillier ;

Bien la poëz acoler et besier,

Plus bele dame ne demant ne ne quier.

-Dex, dist li cuens, ja serai enragiez ! »

Paien les oënt en la chartre tancier,

Plus de .XL. s’en i son t eslessié

Qui les .II. ont de la chartre gitié ;

Orable i lessent, la cortoisse moillier.

El palés mainent et l’onclë et le niés.

Dist Pharaons, qui se fesoit plus fier :
 « Amirauz, sire, faites pes, si m’oiez.

Tiebauz tes peres si fet mout a proisier,

Qui te lessa ceste vila a baillier

Et Glorïete, le palés et le fié ;

Vez cel glouton, cel juesne bacheler,

Riens que tu dies ne prise un seul denier.

Par Mahomet, ne vaus pas un berchier

Se ne li fez toz les menbres tranchier,

Lui et Guillelme son oncle, le guerrier. »

Guïelins l’ot, le sens cuide changier ;

Les denz rechine, s’a les eulz reoillié ;

Et passe avant quant se fu rebracié,

Le poing senestre li a mellé el chief,

Hauce le destre, enz el col li asiet,

L’os de la gueule li a par mi brisié,

Mort le trebuche devant lui a ses piez.

Voit le Guillelmes, s’en est joianz et liez.

« Dex, dist li cuens, qui tot as a jugier,

Com somes mort et a essil baillié ! »

 

LVI

 

Guillelemes vit Pharaon qui chaï.

« Cex, dist li cuens, beaus rois de Pardis,

Com somes mort et livré a essill !

-Ne t’esmaier, oncles, dist Guïelin,

En cest palés n’estes pas sanz amis.

-Voir, dist Guillelmes, il en i a petit. »

Dont se regarde li enfes Guïelin,

Une grant hache lez un piler choisi

Il passe avant, a .II. mains la sesi,

Et vet ferir un paien barbarin,

Tot le porfent entresi que el piz.

Voit l’Arragon, le sens cuide marrir ;

A voiz s’escrie : « Prenez les, Sarrazin !

Par Mahomet, il seront malbailli,

Et enz el Rosne et balancié et mis. »

Dist Guïelin : « Glouton, tornez de ci !

Vos nos avez hors de la chartre mis,

Sus el palés aconduis et aquis ;

Mes, par l’apostre qu’a Rome est beneïz,

Tiex compaignons i avez acueilliz

Qui vos feront correciez et marriz. »

A ces paroles ez vos .II. Sarrazins ;

Une portee aportoient de vin,

Sus el palés en voloient servir ;

Mes quant il virent les ruistes cops ferir,

En fuie tornent, si lessent tot chaïr.

Li cuens Guillelmes vet le tinel sesir,

Isnelement o les .II. mains le prist,

Granz cops en done paien et Sarrazins ;

Cui il consuit ne puet de lui joïr.

 

LVII

 

Or fu Guillelmes enz el palés pavé

Et Guïelin ses niés, li alosez.

L’un tint la hache, l’autre tint le tinel ;

Granz cops en donent li vassal naturel.

.XIIII. Turs lor i ont morz gité

Et toz les autres lor ont si effraé

Par mi les huis les en ont hors gité ;

Puis les corurent verroillier et serrer,

A granz chaenes ont le pont sus levé.

Voit l’Arragon, le sens cuide descer ;

Il en apele Sarrazins et Escler :
 « Conseilliez moi, por Mahomet mon dé !

Icil Guillelmes malement m’a mené,

Qui m’a tolu mon palés principé.

Or ne voi ge mes neant de l’entrer ! »

Ci vos lerons des Sarrazins ester ;

De Guillebert devons huimés chanter,

Le mesagier qui le Rosne a passé.

Monte les tertres, s’a les vaux avalé,

Desi a Nymes ne s’est mie arresté.

Li cuens Bertran s’est par matin levé,

Monte el palés Otran le deffaé

Qu’il ot conquis par sa ruiste fierté.

As granz fenestres s’est li cuens acoté ;

Il regarda contreval le regné ;

Vit l’erbe vert et le rosier planté,

Et l’orïol et le melle chanter.

Lors li remenbre de Guillelme au cort nes,

De Guïelin son frere, l’alosé ;

Mout tendrement commença a plorer,

Or les regrete com ja oïr porrez :
 « Oncle Guillelmes, tant feïs foletez,

Quant en Orenge alas por regarder,

Com pautonnier einsi atapiné ;
Guïelin frere, com vos estïez ber !

Or vos ont mort Sarrazin et Escler.

Ge sui toz seus en cest païs remés,

Si n’i voi home de mon grant parenté

A cui je puisse bon conseill demander.

Or revenront ceste part li Escler

Et Goulïas et li rois Desramez

Et Clarïaus et son frere Acerez

Et Aguisanz et li rois Giboëz

Et li aufins de Rëaumont sor mer,

Li rois Eubrons et Borreaus et Lorrez

Et Quinzepaumes et ses freres Gondrez,

Li .XXX. roi qui d’Espaigne sont né.

Chascuns avra .XXX.M. adoubé ;

Si m’assaudront a Nymes la cité,

Si me prendront par vive poesté ;

Ge serai mort, ocis ou afolé.

Mes d’une chose me sui ge porpensé :
Ge ne leroie por l’or de .X. citez

Que je ne voise el regne dont fui nez,

Si remenrai avec moi mon barné

Que amena Guillelmes au cort nes.

Quant ge venrai a Paris la cité,

Ge descendrai au perron noielé ;

Venront encontre serjant et bacheler,

Qui de Guillelme me vorront demander,

De Guïelin mon frere, qui est ber.

Hé ! las, dolent, n’en savrai que conter,

Mes qu’en Orenge les ont paien tüez. »

.II. foiz se pasme sor le mabrin degré,

Quant le barnage le corut relever.

 

LVIII

 

Li cuens Bertrans fu mout grains et dolanz

Por Guïelins et Guillelme le franc ;

Il les regrete bel et cortoisement :
 « Oncle Guillelmes, tant feïs folement,

Quant en Orenge alas si faitement,

Com pautonnier en atapinement ;

Guïelins frere, com vos estïez franc !

Or vos ont mort Sarrazin et Persant.

Ge sui toz seus el regne des paiens,

N’ai ovec moi ne cosin ne parent.

Or revenra rois Tiebauz d’Aufriquant

Et Desramez et Goulïas le grant,

Li .XXX. roi o lor efforcement ;

Si m’assaudront a Nymes ci devant,

Ge serai morz et livrez a torment.

Mes, par l’apostre que quierent peneant,

Ge ne leroie por les menbres perdant

Que ge n’en aille a Orenge la grant,

Si vengerai le duel et le torment

Que Sarrazin ont fet de noz parenz.

Hé ! las, chetis, que vois ge atendant

Que ge mon cors ne lor met en present ? »

 

LIX

 

Li cuens Bertrans fu dolanz et plains d’ire.

Endementiers que il pleure et sopire,

Ez Gillebert qui entra en la vile,

Les degrez monte de la sale perrine.

Voit le Bertrans, si commença a rire ;

A sa voiz clere hautement li escrie :
 « Bien vieigniez vos, franc chevalier nobile !

Ou est mes oncles a la chiere hardie ?

Et Guïelin ? nel me celer tu mie. »

Et cil respont com chevalier nobile :
 « Dedenz Orenge, cele cité garnie,

En Glorïete, cele tor marberine ;

Felon paien les tienent et justisent,

Ge ne gart l’eure que endeus les ocïent.

Guillelmes mande, nel te celerai mie,

Que le secores o ta chevalerie

Isnelement, que ne te targes mie. »

Ot le Bertran, si commença a rire ;

Oiant trestoz, apela son empire :
 « Or tost as armes, franc chevalier nobile ! »

Et cil si font, qu’il ne se targent mie ;

Es chevaus montent d’Espaigne et de Sulie.

Quant Bertrans ist de la cité de Nymes,

O lui en maine la gent de son empire ;

El chief devant sont plus de .XV.M.

Desi au Rosne ne cessent ne ne finent ;

Tuit s’en entrerent es nes et es galies,

Naigent François et governent et siglent.

Desoz Orenge, en la grant praarie,

La arriverent les fieres compaignies,

Tendent lor tres et paveillons i fichent.

Li cuens Bertrans ne s’i atarge mie ;

Ou voit le mes, si li commence a dire :
 « Gilebert, sire, ne me mentir tu mie,

Assaudrons nos Orenge ceste vile ?

Fendrons cez murs et cez sales perrines ? »
Dist Gilebert : « Vos parlez de folie,

Qu’ele ne doute de France tot l’empire ;

Ne la prendrez a nul jor de vo vie. »

Ot le Bertran, a pou n’enrage d’ire.

 

LX

 

« Gillebert, frere, ce dit li cuens Bertran,

Assaudrons nos Orenges la vaillant ?

Fraindrons cez murs et cez hauz mandemenz ? »
Dist Gilebert : « Vos parlez de neant ;

Ne la prendrez a jor de vo vivant. »

De cele chose se correça Bertran,

Quant le message le vet reconfortant :
 « Sire, fet il, entendez mon senblant ;

En la cité vos metrai de tel sens

Ja nel savront Sarrazin ne Persant.

-Va dont, beau frere, a Jhesu te commant ! »

Et cil s’en torne, qui set le convenant,

A .XIII.M. de Francois combatanz ;

Les autres lessent as tres et as brehanz,

Trusqu’a la croute ne se vont arrestant ;

Par les pilers s’en entrerent dedenz,

Il n’orent cierges ne chandoiles ardanz,

L’un avant l’autre, l’ocurté i fu granz.

De cele chose s’esmaia mout Bertran ;

Le mes apele, si li dit en oiant :
 « Gilebert, frere, nel me celer neant,

Morz est mes oncles, par le mien escïent ;

Venduz nos as a la gent mescreant. »
Dist Gileberz : « Vos parlez folement ;

Ge nel feroie por les menbres perdant.

En Glorïete venroiz ja ci dedenz ;

Por Dieu vos pri, fetes le gantement.

-Va dont, beau frere, a Dieu commandement ! »

Endementiers qu’il vont einsi parlant,

En Glorïete en sont venu a tant.

Li cuens Guillelmes les aperçut avant.

« Diex, dist li cuens, beau pere roi amant,

Or voi la voie que j’ai desirré tant ! »

Lor eaumes ostent li chevalier vaillant,

Puis s’entrebesent, de joie vont plorant.

Li cuens Bertran l’en apelë avant :
 « Comment t’est, oncles ? nel me celer neant.

-Mout bien, biau niés, la merci Deu le grant !

Mout ai soffert grant paine et grant ahan ;

Ne vos cuidai veoir en mon vivant,

Tel duel m’ont fet Sarrazin et Persant.

-Oncle Guillelmes, vengiez seroiz par tens. »

Sus el palés sonent un olifant ;

Cil dehors s’arment as tres et as brehans.

Li cuens Guillelmes qui fu preuz et vaillanz !

Les ponz avalent, si descendent a tant,

Vienent as portes de la cité vaillant,

Si les ovrirent tost et delivrement ;

Et cil dehors vont par dedenz entrant ;

Monjoie escrïent et derrier et devant.

De cele joie sont paien esmaiant ;

As armes corent li cuvert souduant,

De lor hostieus issent de maintenant,

Por eaus deffendre garni furent errant ;

Mes ne lor vaut la montance d’un gant,

Que trop i ot de la françoise gent ;

Tote la vile a porprise Bertrans.

Por gaagnier la fort cité vaillant,

La veïssiez un estor si pesant,

Tant hante fraindre et tant escu croissant

Et desmaillier tant haubers jazerant,

Tant Sarrazin trebuchier mort sanglant !

Quant Arragon voit ocirre sa gent,

Lors a tel duel a pou ne pert le senz ;

Saut en la selle del destrier auferrant,

Prist un escu qu’il tolli a un Franc,

Garde a la terre, voit un espié tranchant,

Il s’abessa, a ses .II. mains le prent ;

Le cheval broche des esperons tranchanz,

Fiert s’en la presse de la bataille grant ;

La noz a mort Foucher de Meliant

Et puis un autre et le tierz ausiment.

Voit le Bertrant, a pou ne pert le sen ;

Il tret l’espee dont bien tranche le brant,

Fiert Arragon, nel vet mie esparnant ;

Un cop li done par si fier maltalant

Tot le porfent desi el piz devant,

Mort l’abati del destrier auferrant.

Paien en perdent et force et hardement.

Que vos iroie le plet plus aloignant ?

Mal soit de cel qui en soit eschapant,

Desus la terre en cort le ru del sanc.

Li cuens Guillelmes ne se vet atarjant,

Vient a la chartre tost et isnelement,

S’en tret Orable, la dame au cors vaillant.

Bertran apele, si li dit en oiant : 
 « Beau niés, dist il, entendez mon semblant

De ceste dame au gent cors avenant

Qui m’a gari de la mort voiremant ;

La moie foi li plevi loiaument

Que la prendrai a moillier voirement. »

Et dit Bertran : « Qu’alez vos atarjant ?

Tenez li bien tot le suen convenant,

Si l’espousez a joie lïemant.

-Niés, dist Guillelmes, tot a vostre comment. »

 

LXI

 

Li cuens Guillelmes fu mout gentiz et ber.

Quant ot par force conquisse la cité,

Une grant cuve avoit fet aprester ;

De l’eve clere firent dedenz giter.

La fu l’evesque de Nymes la cité ;

Orable firent de ses dras desnüer,

Il la baptisent en l’enor Damedé,

Le non li otent de la paieneté ;

Bertran la tint et Guïelin li ber

Et Guilebert, le preuz et le sené ;

A nostre loi la font Guibor nomer.

A un mostier qu’eurent fet dedïer,

La ou Mahom fu devant reclamé,

L’ala li cuens Guillelmes espouser,

Messe lor chante li evesque Guimer.

Aprés la messe sont del mostier torné,

Et Glorïete font la dame monter ;

Granz sont les noces sus el palés pavé.

Li cuens Bertrans les servit au digner

Et Guilebert et Guïelin le ber.

.VIII. jorz durerent a joie et a barné ;

Assez i orent harpeor et jugler

Et dras de soie et hermins engoulez

Et muls d’Espaigne et destrier sejornez.

 

LXII

 

Li cuens Guillelmes ot espousé la dame ;

Puis estut il tiex .XXX. anz en Orenge

C’onques un jor n’i estut sanz chalenge.

<<<

>>>