<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

I

 

A l’issue d’avrill, un tans douç et joli,

Que herbeletes pongnent et pre sont raverdi

Et arbrissel desirent qu’il fussent parflori,

Tout droit en cel termine que je ici vous di,

A Paris la cité estoie un vendredi ;

Pour ce qu’il ert devenres, en mon cuer m’assenti

K’a Saint Denis iroie por priier Dieu merci.

A un moine courtois, c’on nonmoit Savari,

M’acointai telement, Damedieu en graci,

Que le livre as estoires me moustra et g’i vi

L’estoire de Bertain et de Pepin aussi

Conment n’en quel maniere le lion assailli ;

Aprentiç jougleour et escrivain mari,

Qui l’ont de lieus en lieus ça et la conqueilli,

Ont l’estoire faussee, onques mais ne vi si.

Ilueques demorai de lors jusqu’au mardi

Tant que la vraie estoire enportai avoec mi,

Si conme Berte fu en la forest par li,

Ou mainte grosse paine endura et soufri.

L’estoire iert si rimee, par foi le vos plevi,

Que li mesentendant en seront abaubi

Et li bien entendant en seront esjoy.

 

II

 

A cel tans dont vous ai l’estoire conmencie

Avoit un roi en France de molt grant seignorie,

Qui molt fu fel et fiers et de grant estoutie.

Charles Martiaus ot non, mainte grant envaye

Fist Gerart et Foucon et ceaus de lor partie ;

Mainte ame en fu de cors sevree et departie,

Et maint hauberc rompu, mainte targe percie,

Mainte tour abatue, mainte vile essillie ;

Puis en fu la pais si et faite et establie

Qu’il furent bon ami sans mal et sans envie.

Aprés vinrent li Wandre, une gent maleye,

Qui furent molt grant gent, plain de mescreandie ;

Puis furent leur gent morte et trestoute essillie.

D’autre chose vous ai la matere acueillie.

Entour la Saint Jehan que la rose est florie,

Fu rois Charles Martiaus en sa sale voutie,

A Paris la cité ot grant chevalerie.

Ainc n’ot que deus enfans, n’est drois c’on m’en desdie :
L’uns ot non Carlemans, mot fu de bone vie,

Quatre ans fu chevaliers, plains fu de courtoisie,

Et puis se rendi moines dedens une abeys ;

L’autres ot non Pepins, par Dieu le fill Marie,

Cinc piés ot et demi de lonc, plus n’en ot mie,

Mais plus hardie chose ne fu onques choisie.

El jardin le roi ot mainte table drecie,

Au mengier sist li rois et sa gente maisnie ;

D’autre part sist Pepins o la bachelerie.

Leens ot un lion norri d’ancesserie

De plus crueuse beste ne fu parole oye ;

Sa cage ot derrompue et toute depecie

Et son maistre estranglé, qui fu de Normendie.

Par le jardin ou ot mainte  ente bien fueillie

S’en venoit li lions conme beste enragie ;

Deus damoisieaus a mors, estrais de Lombardie,

Qui aloient joant seur l’erbe qui verdie.

Charles Martiaus saut sus, que il plus ne detrie,

Sa fenme enmaine o lui, ne l’i a pas laissie,

‘en y a un tout seul n’ait la table guerpie.

Quant Pepins l’a veu, de maltalent rougie,

Dedens une chambre entre, n’ot pas chiere esmarie,

Un espiel i trouva, fierement le paumie,

Vers le lion s’en va, ou soit sens ou folie.

 

III

 

Quant Pepins tint l’espiel, n’i volt plus demorer,

Vers le lion s’en va, n’ot talent d’arrester.

Apertement li va Pepins tel cop donner,

Devant en la poitrine bien le sot aviser,

L’espiel jusk’a la crois li fait el cors coler,

Parmi le cors li fait le froit acier passer,

Mort l’abat sor la terre, puis ne pot relever.

Chascuns i acorut la merveille esgarder ;

Charles Martiaus meïsmes keurt son fill acoler

Et sa mere en conmence de la joie a plorer.

« Biaus tres douz fils », fait ele, « conment osas penser

Que si hideuse beste osas ains adeser ?
-Dame, » ce dist Pepins, « on ne doit pas douter

Chose que on ne puist a nul blasme atorner. »
Vint ans avoit Pepins, a tant l’oy esmer.

En cesit ci matere ne vueil plus demorer,

Parmi la vraie estoire m’en vorrai tost aller

Et briement la matere et dire et deviser.

Bien savés c’on ne puet pas trestous jors durer

-Il fait molt bon bien faire, plus n’en puet on porter –

Car nus ne vient a vie ne couviengne finer.

Le roi Charle Martel couvint a fin aller ;

Aprés morut sa fenme, la royne au vis cler.

Conme droit hoir de France font Pepin coroner,

Aprés le marierent por son cors honorer ;

Sa fenme fu estraite, sans menconge parler,

De Gerbert, de Gerin, de Malvoisin le ber.

A Fromont orent guerre, ch’avez oy conter,

Dont il couvint de cors mainte ame desservrer,

Maint chastel, mainte tour a terre craventer,

S’en couvint a Pepin mainte paine endurer.

Onques de cele fenme ne pot hoir engendrer,

Car il ne plot a Dieu qui tout a a garder.

Grant tans furent ensamble ; se voloie aconter

Toutes leur aventures, n’i porroie assener.

Cele dame morut, l’ame en puist Dieus sauver !

Aprés volrent Pepin assez tost marïer ;

Por iceste raison i ot fait asambler

Li rois tous ses barons en cui se dut fier,

Por regarder quel fenme li porront aviser,

Mais ne sevent quel part fenme puissent trouver.

Premiers en a parlé Engerrans de Montcler :
 « Sire, je en sai une, par le cors saint Omer,

Fille au roi de Hongrie, molt l’ai oy loer ;

Il n’a si bele fenme deça ne dela mer,

Berte la debonaire, ainsi l’oy nonmer.

-Seignor, » ce dist Pepins, « n’i a fors dou haster,

Car cele vueil avoir a moillier et a per. »

Li rois Pepins a fait molt grant gent assambler,

Por aler en Hongrie la dame demander.

Tous ceaus qui i alerent ne vous vueil deviser ;

Parmi cele Alemaigne acueillent lor errer,

Mainte diverse gent lor couvint trespasser.

En Hongrie s’en vinrent un mardi au disner,

A une grant cité, Strigon l’oy nonmer ;

La trouverent le roi, qui molt fist a loer.

Trestoutes leur paroles ne vous vueill raconter ;

De par Pepin li vont la pucele rouver

Et li rois lor otrie, molt li pot agreer.

Blancheflor la royne fist sa fille mander,

A nostre gent françoise la fist li rois moustrer

Et no François la vont sagement saluer ;

Tant ert blanche et vermeille c’on s’i peüst mirer.

Les tables furent mises, s’assisent au souper.

Tant com il furent la, tres bien en font penser

Li rois et la royne et forment honnorer.

En la terre ne vorrent longuement sejorner,

Plus tost qu’il onques porent font lor oirre aprester ;

Chevaus, or et argent lor fist on presenter,

Mais ainc n’en vorrent prendre la monte d’un soller.

 

IV

 

Berte la debonaire, qui n’ot pensee avere,

Molt durement plorant prent congié a son pere :
 « Sire, » dist ele, « a Dieu ! Saluez moi mon frere,

Qui tient devers Poulane la terre de Grontere.

-Fille, » ce dist li rois, « ressamblés vostre mere.

Ne soiés vers les povres ne sure ne amere,

Mais douce et debonaire et de bone matere,

Si k’a Dieu et au siecle la bonté de vous pere ;

Car qui ainsi le fait molt noblement se pere,

Et cil qui bien ne fait en la fin le compere.

Ainc plus bele de vous ne vit rois n’emperere.

Je vous conmant a Dieu qui est vrais gouvernere,

Qui en cors et en ame en soit dou tout gardere. »

 

V

 

Tout droit a celui tans que je ci vous devis

Avoit une coustume ens el tiois pays

Que tout li grant seignor, li conte et li marchis

Avoient entour aus gent françoise tous dis

Pour apprendre françois lor filles et lor fis.

Li rois et la royne et Berte o le cler vis

Sorent pres d’aussi bien le francois de Paris

Co se il fussent né ou bourc a Saint Denis,

Car li rois de Hongrie fu en France norris,

De son pays i fu menez molt tres petis.

François savoit Aliste, car leens l’ot apris ;

C’ert la fille la serve, ses cors soit li honnis,

Car puis furent par li maint grant malice empris.

Adont tenoient Franc les Tiois por amis,

S’aidoient li un l’autre contre les Arrabis ;

Bien parut puis a Charle, qui fu rois poestis,

Que Alemant estoient chevalier de grant pris ;

Par aus fu puis mains Turs et mors et desconfis.

De ce ne vous iert ore nus lons racontes dis,

De ce vous vueil parler que vous ai entrepris.

 

VI

 

Molt fu Berte courtoise et plaine de franchise,

N’est nus qui la connoisse qui forment ne la prise.

Le jour que ele dut sa voie avoir emprise

S’est devant le roi Floire son pere a genols mise,

En plorant prent congié sans mal et sans faintise.

Blanche fu et vermeille et plaisans a devise,

N’ot plus bele pucele de la dusques en Pise

Et de faire tout bien fu en grant couvoitise,

Si k’a piece ne fust de nul meffait reprise.

Mais puis fu par la serve en la forest malmise,

Ainsi com vous orrse l’estoire le devise.

 

VII

 

Quant Berte ot pris congié a son pere au cuer vrai,

Forment li duelt li cuers, molt fu en grant esmai.

Les gens de cele terre, ne vous en mentirai,

En plorerent forment, car vraiement le sai.

« Fille, » dist la royne, « je vous convoierai,

Sachiez, au plus avant que je onques porrai.

Margiste nostre serve avoec vous laisserai

Et Aliste sa fille, plus bele riens ne sai

-Pour ce que vous ressamble, assés plus chiere l’ai –

Et Tibert leur cousin avoec envoierai.

Bien savés que tous trois de servage getai

Et que de mes deniers chascun d’aus rachetai,

Et por ceste raison trop plus m’i fierai.

-Dame, ce a dit Berte, - et je les amerai

Ne de chose que j’aie ja mais ne leur faurrai ;

Trestoutes mes privances par leur conseil ferai,

Aliste, se je puis, tres bien marïerai.

-Fille, dist le royne, - bon gre vous en sarai. »

Un lundi par matin, por voir le vous dirai,

Orent Bertain montee sor un palefroi bai.

Des jornees qu’il firent trop ne vous conterai.

Par Sassongne s’en vinrent, par le duc Nicholai ;

La duchoise estoit suer Bertain (quant j’esgardai

L’estoire a Saint Denis, tout ainsi le trovai).

D’aprochier la besongne plus ne detrierai.

« Fille, » dist Blancheflor, « arriere m’en irai,

De par vous vostre pere forment saluerai.

Se bien ne vous prouvez, de la dolor morrai.

Cel anel de vo doit o moi enporterai,

En lermes et en plors souvent le baiserai. »

En plorant li dist Berte : « Dame, je le ferai. »

 

VIII

 

Berte prent l’anelet, qu’ele plus n’i delaie ;

A sa mere le baille, molt pleure, molt s’esmaie.

« Fille, a Dieu vous conmant par cui li solaus raie.

Or vous faites amer gent letree et gent laie ;

Qui de bien est venus, drois est k’a bien retraie

Adés de plus en plus, si que ja n’en retraie.

-Douce mere, » fait ele, « il m’est avis que j’aie

Parmi le cuer dou ventre d’un coutel une plaie.

-Fille, » dist la royne, « soiés joians et gaie ;

Vous en alés en France, de ce mes cuers s’apaie

K’en nul pays n’a gent plus douce ne plus vraie. »

Au departir chascune a plorer se rassaie ;

Berte chay pasmee sor un drap noir com saie.

 

IX

 

La royne s’en va a Dieu conmandement.

Berte remest pasmee deseur le pavement ;

La duchoise sa suer entre ses bras la prent,

Blancheflor fait tel duel pres li cuers ne li fent ;

En Hongrie revient la ou li rois l’atent.

Leur oirre ont aprestee nostre françoise gent,

A sa suer prent congié Berte qui ot cors gent,

El palefroi la metent sa gent molt doucement.

Alemaigne trespassent, n’i font delaiement ;

A Saint Herbert passerent le Rin isnelement,

Par Ardenne chevauchent sans nul detriement ;

A Rostemont sor Muese ont pris herbergement,

Un tres riche chastel qui siet molt noblement :

Entre deus grans rivieres siet seignoriement,

Forés et praeries, tout ce n’i faut noient ;

Puis le frema dux Namles de Baiviere autrement

Qu’ele n’estoit fremee et molt plus fortement ;

Pour ce que Namles ert plains de grant hardement,

Preus et loiaus et sages et de bon escïent,

Fu Namur apelee despuis conmunement.

Li quens les herberga molt honnoreement ;

Cousins ert le roi Floire a cui Hongrie apent.

A nostre gent françoise fist maint riche present,

Mais ains ne vorrent prendre chevaus, or ne argent.

De Rostemont se partent au matin liement,

Hainau ont trespassé, Vermendois ensement ;

De ce ne vous ferai plus nul alongnement.

Tout droit un diemenche, ainsi com je l’entent,

Sont venu a Paris devant l’avesprement.

Encontre va li rois molt tres joieusement

Et sont en sa conpaigne plus de mil et set cent,

Qui trestout sont de lui tenant grant chasement.

Berte vont saluer bel et courtoisement ;

Conme sage et courtoise chascun son salu rent,

Com cele qui estoit de grant apensement ;

Et dist li uns a l’autre : « Par le cors saint Climent,

Molt avons bele dame et de joene jouvent. »

Les cloches de la vile sonnerent hautement ;

De ce ne vous vueill faire nul lonc acontement,

Car n’ot rue en la vile, par le mien escïent,

Ne fust toute couverte de dras tres richement,

Et les rues jonchies d’erbe tres netement,

Et les dames parees contre l’avenement

Carolent et festient et chantent hautement ;

De joiaus, de richesces toute Paris resplent.

Au perron de la sale la royne descent ;

Maint haut baron l’adestrent molt debonairement,

Car de li honnorer a chascuns grant talent.

 

X

 

Aprés la mi aoust, ne quier que vous en mente,

Par un jour si tres bel qu’il ne pluet ne ne vente,

Espousa rois Pepins Berte la bele gente.

Richement fu vestue d’un riche drap d’Octrente ;

Tel coronne ot el chief qui molt li atalente,

Cent mile mars valoit et plus, a droite vente.

Berte fu gracïeuse com est la flors sor l’ente ;

Chascuns la tient a bele, n’est nus ne s’i assente.

Ou jardin orent fait drecier la maistre tente ;

Quant la messe fu dite, n’i firent longue atente,

Au mengier sont assis, ça cent, ça vint, ça trente.

Mains grans princes le jour de servir se presente ;

Devant la royne ot mainte bele jouvente

Qui volentiers la servent, nus ne s’en destalente.

Or est ele molt aise mais tost sera dolente ;

Margiste li fera recevor tele rente,

Par son tres grant malice la metra en tel sente

Dont souvent iert de lermes sa chiere molt sullente.

Damedieus la confonde, l’orde vielle pullente !

<<< >>>