<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

CXII

 

Molt fu Berte dolente, la royne au vis cler.

« Frans hom, » fait ele au roy,  « pour Dieu, laissiez m’ester !

Trop me faites ici longuement demorer,

Car mes oncles Symons doit assez tost disner,

Pour ce k’aprés mengier s’en doit au Mans aller

As gens le roi de France, pour vitaille porter.

-Bele, » ce dist Pepins, « je vous vueil demander

Qui vous fait ci si seule par ce bois converser.

-Sire, » ce a dit Berte, « je nel vous quier celer.

A ceste chapelete que ci veez ester

Estoie hui main venue pour la messe escouter

Avoec Symon mon oncle dont m’oez reclamer ;

En un anglet m’alai toute seule acouter

Pour pardire mes heures, ce m’a fait oublier. »

Quant li rois Pepins l’ot si doucement parler

Et la voit si tres bele c’on s’i peüst mirer

-Le vis ot rouvelent, bel et riant et cler –

Lors la prent en son cuer forment a goulouser.

De la serve li menbre, cui Dieus puist mal donner :
Vis li est k’ains ne vit fenme mieus ressambler ;

Encor li samble Berte plus bele a esgarder.

Lors ne se tenis mie, qui le deüst tuer,

Que son pouoir ne face de s’amour conquester.

« Bele, » ce dist Pepins, « par le cors saint Omer,

Faites ma volenté, je vous vueil creanter

Tant vous donrai d’avoir com oserez penser ;

En France vous menrai pour vo cors honnorer.

Je sui maistres le roy qui France a a garder,

Mieus sui de lui que nus, sans menconge conter ;

Sachiez tant ai d’avoir k’assez vous puis donner.

Ce est chose passee, ja n’i estuer penser,

Ma volenté ferez, quoi qu’il doie couster. »

Quant Berte l’entendi, si prent a souzpirer,

Des biaus ieus de son chief conmença a lermer ;

Bien voit par autre tour ne porra eschaper

K’a dire qui ele est, ne puet plus contrester.

« Sire, » fait ele au roy, « je vous vueil conmander,

El non a cel seignor qui se laissa pener

Enz en la sainte crois pour son pueple sauver,

K’a la fenme Pepin ne puissiez adeser :
Fille sui le roy Floire, de ce n’estuer douter,

Et fille Blancheflour, que Dieus puist honnorer. »

Quant li rois l’entendi, color prist a muer,

De la joie qu’il ot ne pot un mot sonner.

 

CXIII

 

« Sire, » ce a dit Berte, « de Dieu et de sa mere

Desfeng que envers moi n’aiez pensee amere

Que de mon pucelage ne me soiez tolere.

Royne sui de France, ja n’en soit nus doutere,

Fenme au roi Pepin sui, rois Floires est mes pere

Et si est Blancheflour la royne ma mere,

Qui de tous biens est plaine, n’est escharse n’avere,

Mais douce et debonaire et de franche matere ;

La dame de Sassoigne est ma suer, s’ai un frere

Qui est dux de Poulane et des pors de Grontere.

De par Dieu vous desfeng, qui est vrais gouvernere,

Que ne me faciez chose qui a honte me pere ;

Mieus vorroie estre morte, si me soit Dieus sauvere.

 

CXIV

 

Quant li rois ot que Berte li dist par verité

Que royne est de France, molt bien l’a escouté,

Mais molt en ot le cuer durement trespensé.

« Bele, » fait il, « s’eil est si com m’avez conté,

Ne vous feroie mal pour mil mars d’or pesé. »

Quant Berte l’entendi, forment le prist en gre,

En son cuer en a molt Damedieu aoré ;

Vers la maison Symon a son vis retorné.

En alant cele part li a molt demandé

Li rois de son afaire, mais molt l’en a celé ;

Ele ne fait pas force que li ait raconté,

Mais qu’ele eüst son cors de ce perill geté.

Ele a bien en son cuer vraiement enpensé

Que mais n’ira si seule en jour de son aé.

Tant a le roi Pepin par parole mené

K’enz ou manoir Symon sont tout ensamble entré.

A l’entree ont Symon et Constance encontré,

Ysabel et Aiglente qui avoient ploré

Pour amour de Bertain qui tant ot demoré

Il l’aloient requerre quant ill ont regardé

Que uns hom la ramaine, si se sont arresté.

Le visage Bertain voient tout esfreé,

Bien voient que n’a pas eü sa volenté ;

Or sachiez vraiement de cuer lor a pesé.

Et li rois a Constance et Symon salué,

Ysabel et Aiglente n’i a pas oublié,

Car molt avoit le cuer tres sage et avisé.

Bien voient qu’il est hom de grant nobilité ;

Dist leur qu’il ert au roi de Paris la cité

Et que il est maris dedens ce bois ramé ;

Quant il l’ont entendu, forment l’ont honnoré.

Pepins a pris Symon, d’une part l’a mené,

Car de Bertain vorra enquerre la purté,

Com cil qui longuement l’a de cuer desiré.

 

CXV

 

A la maison Symon, en la forest ramee,

Fu li bons rois Pepins a la chiere menbree.

Quant a Symon ot dit un pou de sa pensee,

Constance a cel conseil fu molt tost apelee.

« Dame, » ce dist li rois, « dites moi, s’il vous gree,

Qui est cele pucele que j’ai ci ramenee ?

-Sire, c’est nostre niece, lonc tans l’avons gardee ;

Toute a par sa bonté nostre amour conquestee,

Plus l’aim que mes enfans, si soit m’ame sauvee.

Forment se plaint de vous, molt en sui aïree,

A force la vousistes avoir despucelee ;

Mais foi que doi Symon a la barbe mellee,

Se ne fussiez au roi de France l’onnoree,

La paour k’a eüe eüssiez achetee.

Mieus vorroie estre morte, se ne soie dampnee,

Que de son pucelage l’eüssiez desrobee,

C’onques mais ne vis fenme de tous biens plus senee

Ne qui si fust a Dieu dou tout en tout donnee. »

Quant li rois Pepins l’ot, Constance a regardee.

« Dame, » fiat il, « ne soit pas la chose celee ;

Sachiez que par li m’est tel chose racontee

Que, se c’est verité, bien serez eüree

De ce que vous l’avez si lonc tans ostelee.

Ele m’a conneü qu’ele est Berte apelee

Et que fenme est le roy de France la loee ;

Dites moi se c’est voirs sans longue demoree

Et gardez k’en menconge n’en soiez pas trouvee,

Car vous en porriez estre honnie et vergondee. »

Quant Symons et Constance ont la chose escoutee,

N’i a celui des deus n’ait la colour muee ;

Molt sont dolent de ce que niece l’ont clamee.

« Sire, » ce dist Symons, « or oiés ma pensee.

Puisk’ainsi est la chose et venue et alee

Et que ele meïsme la vous a devisee,

Dieus en soit gracïés et sa mere aoree,

Car nous n’en saviens riens, par la Virge honnoree. »

Lors li a devisé le tans et la jornee,

Conment il la trouva droit a une ajornee.

Tout le meschief li conte conment ert esgaree

Et de fain et de froit desprise et malmenee,

Et sa desconnoissance n’i a pas oubliee,

Conment dist que d’Aussai estoit norrie et nee

Et que par guerre estoit dou pays dessevree,

Et conment ele estoit cele nuit engelee ;

-Sire, et vous di pour voir k’a cele matinee

Fust morte, ainsi le croi, se ne fust reschaufee.

Des puis l’avons ceens norrie et alevee

Et l’avonmes tous dis nostre niece apelee,

Pour ce que voulïons qu’ele en fust plus doutee,

C’on ne li fesist chose dont point fust tormentee.

Sachiez que de tous biens est si sage et fondee

Et a tout son afaire a tel chose atornee

Qu’il n’a si preude fenme en toute la contree. »

Quant Pepins l’entendi, motl li plaist et agree.

 

CXVI

 

« Sire, » ce dist Symons, « par la foi que vous doi,

Puiscedi que vous estes des gens a nostre roi,

Ceens en mon ostel molt volentiers vous voi

Et ce que vous me dites molt tres volentiers oi.

Onques mais en ma vie si tres grant joie n’oi,

Mais n’en savieens riens, par le cors saint Eloy,

Ne ce n’est ele pas, c’est ce que je mieus croi :

Si me puist Dieus aidier, ne saroie pour quoi

Ele l’eüst celé, s’en sui en grant esfroi,

Selonc ce qu’ele est sage, sans mal et sans desroi.

-Symons, » ce dist li rois, « savez que je vous proi ?

K’alons a li parler, se il vous plaist, nous troi.

-Sire, puisqu’il vous plaist, » dist Symons, « je l’otroi. »

 

CXVII

 

« Sire, » ce dist Symons, « savez que je feroie ?

S’il vous venoit en gre, a li parler iroie

Et Constance ma fenme avoeques moi menroie.

Derrier cele courtine tres bien vous reponroie,

Bertain ici endroit tout errant amenroie,

De ceste chose ci, oiant vous, enquerroie.

C’est le mieus que g’i sache, ainsi le loeroie. »

Et li rois dist que ce li samble bonne voie ;

Ainsi l’ont arreé, puisque li rois l’otroie.

Symons vint a Bertain, si la prent par la doie,

Et Constance en sa chambre doucement la convoie.

« Dame, » ce a dit Berte, « je vous demanderoie

Que cil est devenus, se demander l’osoie,

Qui me fist tant d’anui orains quant revenoie

De vers nostre chapele, encore m’en anoie.

-Bele, il en est alez, ne vous en mentiroie.

Tel chose nous a dite dont nous avons grant joie ;

Pour quoi l’avés celé ? li cuers m’en assouploie. »
Berte esgarde vers terre, un petit se hontoie ;

Symons l’assiet lés lui, molt fu taisans et coie.

 

CXVIII

 

« Berte, » ce dist Symons, « par le cors saint Remi,

Cis hom qui orendroit s’en est alez de ci

Nous a dit tés nouveles dont Damedieu graci,

Que fenme estes Pepin, le bon roi poesti.

Lonc tans l’avez celé, certes ce poise mi ;

Plus eüsse vo cors honnore et servi.

-Bele, » ce dist Constance, « n’i ait de riens menti,

Mais dites verité, pour Dieu je le vous pri. »

Quant Berte l’entendi, molt durement rougi ;

Molt debonairement tout errant respondi :
 « Dame, autre fois, » fait ele, « m’avez vous dit ainsi ;

Des lors, se je le fusse, l’eüsse je gehi

Voire le premier jour que je onques ving ci.

Voirs est que autrement ne poi trouver merci

De l’home qui hui main enz ou bois m’assalli ;

Se ce ne fust, mon cors, je croi, eust honni.

Mais par ceste menconge vers lui me garanti :
Dis li que g’ere fenme Pepin le roi hardi

Et fille le roi Floire, un roi molt seignori ;

Bien avoie oy dire conment on ot tray

La royne de France au gent cors et poli

Et conment fu laissie dedenz le bois fueilli ;

Si tost que dit li oit, tout errant me guerpi.

Nul autre eschivement de moi garder n’i vi,

De ce tour m’apensai, Damedieu en graci. »

 

CXIX

 

Berte fu en la chambre, la gente, l’eschevie,

Entre li et Symon et Constance s’amie ;

Li rois Pepins i fu, mais ele nel set mie.

De mainte chose i fu Berte molt araisnie

Et souvent oposee et forment assaillie ;

Tant doute a courroucier Dieu et sainte Marie

K’ainc ne lor volt connoistre denree ne demie.

Constance la remaine en une autre partie,

En une chambre l’a lés ses filles laissie,

Puis s’en est tout errant vers Symon repairie ;

Le roi i a trouvé, qui ot chiere esmarie.

« Sire, » ce dist Constance, qui fu bien ensaignie,

« Ne sai que vous en dites, toute en sui abaubie.

Par foi, se ce fust ele, trop seroit esbahie,

Se ele le celoit, ce seroit derverie.

Selon ce qu’ai oï ne sai que vous en die. »

Lors se leva li rois, mais n’a talent qu’il rie ;

Congié prent a Constance, que il plus ne detrie,

Et Symons le convoie, cui Jhesus beneïe.

Droit au Mans l’en remaine, s’a sa chace laissie,

A cele heure li fu molt pou de chacerie.

 

CXX

Quant li rois Pepins fu dou anoir esloingniés,

Symon en apela, qui bien fu ensaigniés.

« Symon, » fait il a lui, « vous ne me connoissiés ;

Je sui li rois Pepins, tout de fi le sachiés. »

Quant Symons l’entendi, joians en fu et liés ;

Sagement s’est Symons vers lui humeliiés :
 « Sire, » fait il au roi, « tres bien venus soiés !

Molt sui dolans de cuer, quant si fui engingniés

Quant je ne vous connui, s’en sui mesaaisiés,

K’autrement honnorés en ma maison fussiés.

-Ne vous chaut, » dist li rois, « bien m’en tieng a paiés,

Fors que pour la royne ma fenme sui iriés,

Que par grant mescheance m’a tolue pechiés. »

Molt souvent fu Symons de Pepin araisniés,

Tous leur parlemens fu de Bertain as grans piés.

 

CXXI

 

« Symon, » ce dist li rois, « savez que vous ferés ?

Quant vendrai lez le Mans, arrier retornerés,

De ceste chose ci a nului ne parlés,

Fors sans plus k’a vo fenme, tres bien vous en gardés,

Car sachiez que mes cuers est a ce atornés

Que cele soit ma fenme, ja mar le mescrerrés ;

De ce qu’ele le noie, tous en sui trespensés.

-Sire, » ce dist Symons, « ja mais ne me creés

Se ce n’est vostre fenme, Berte que tant amés.

Quant la trouvai ou bois, molt ot de povretés,

Toute estoit afamee, ses cors ert engelés ;

Espoir fu en ce point de li teus veus voués

Par quoi de li doit estre ses affaires celés ;

Et s’ele l’a voué, ja mar le mesrerrés,

Ne le briseroit mie pour l’or de dis cités,

C’onques plus preude fenme ne vit hom qui soit nés.

-Symon, » ce dist li rois, « bien estes avisés,

Je croi bien vraiement que vous voir dit avés ;

Mais bien savez par fenme ai esté enganés,

Et pour ce que ce soit plus grande seürtés,

Manderai au roi Floire, qui est preus et senés,

Et Blancheflour aussi, n’en iert uns oubliés,

Conment sui a Bertain en ce bois assenés ;

Bien sai li uns des deus sera ça tost tournés.

Ou ennuit ou demain iert li més aprestés

Par cui iert li messages en Hongrie portés.

Au plus tost que porrai, sachiez me reverrés ;

Gardez de ceste chose ne soit nus mos sonnés,

Constance vostre fenme molt me saluerés,

Si vous pri de Bertain que vous plus l’onnorés

Que ne faisiez devant, se vous de rien m’amés.

-Sire, si ferai je, puisque vous le voulés. »

Tant est Symons avoec le roi Pepin alés

Que de molt de sa gent fu li rois retrouvés.

Par le conmant le roi est Symons retornés,

Doucement fu dou roi a Jhesu conmandés ;

A sa maison s’en vint, qui ot non Florimés.

De lui fu a Constance cis affaires contés ;

De Constance en fu molt Damedieus aorés,

Symons en fu de joie baisiez et acolés.

En la cité dou Mans en est li rois entrés.

Quant il fu descendus, ne s’i est arrestés,

Un chapelain apele qui estoit ses privés,

Le brief li fait escrire, tantost fu seelés ;

En celui jour meïsme s’en es tli mes tornés,

Damedieus le conduie, le rois de majestés !

<<<

>>>