<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

CXXII

 

Or s’en va li messages, durement se hasta,

Car li bons rois Pepins molt de cuer l’en pria,

Dit li a k’au retour riche home le fera.

A Paris la cité li rois s’en retorna,

O lui le duc Namlon, que durement ama ;

Lui et ses conpaignons molt forment honnora.

Li més par ses jornees tant fist et tant ala

Que le roi de Hongrie en sa terre trouva ;

O lui fu Blancheflour ou molt de tous biens a.

Droit devant le roi Floire li mes s’agenoilla,

De par le roi Pepin a point le salua,

Et lui et la royne, les lettres lor donna.

Li rois oevre la cire, la lettre reversa ;

Ains qu’il eust parlut, la royne apela :
 « Blancheflour, douce amie, » fait il, « entendez ça !

Vez ci teles nouveles dont Dieus loez sera ;

C’est bien drois, que mains cuers grant joie en avera. »

Li rois a lut le brief, que riens n’i oublia ;

Trouvee i a la chose ainsi com ele va,

Conment li rois Pepins dedens le bois chaca,

Conment Berte la bele ens ou bos encontra

Et la raison pour quoi il l’a laissie la ;

Bien croit que ce soit ele, mais la la laissera

Jusk’a tant que rois Floires la reconnoistera

Ou Blancheflour sa mere ; par foi, or i parra

Se li uns ne li autres onques Bertain ama.

Li rois et la royne l’uns l’autre regarda,

Si sont espris de joie que nus d’aus ne parla ;

De joie et de pitié rois Floires lermoia,

La royne de joie trestoute tresala.

Li rois entre ses bras Blancheflour releva ;

Quant ele pot parler, si dist n’arrestera

Ne mais en une vile c’une nuit ne gerra

Jusqu'à tant que la bouche de Bertain baisera ;

Que bien set que c’est ele, ja plus n’i pensera,

Li cuers li dist pour voir, bien s’en asseüra.

« Dame, » ce dist li rois, « ne vous esmaiez ja,

Que j’ai non li rois Floires qui avoec vous ira

Et qui demain a l’aube, se Dieu plaist, mouvera. »

Quant la dame l’entent, forment l’en mercia.

Tout tantost li rois Floires son oirre apareilla

Pour l’endemain mouvoir, ainsi le conmanda.

La royne se drece, le message acola,

Voiant ceus qui la furent doucement le baisa.

L’endemain li rois Floires molt tres matin monta,

Maint haut baron o lui en la voie mena.

Tant fist par ses jornees et si bien esploita

K’a Paris est venus ; grant joie demena

Li rois et si baron, chascuns molt l’onnora,

Et lui et Blancheflour, car bien raison y a.

 

CXXIII

 

Molt a li rois Pepins noblement receü

Le bon roi de Hongrie qui ot le poil chenu

Et Blancheflour sa fenme, mieudre dame ne fu ;

Mainte chose a l’uns l’autre iluec ramenteü.

« Rois Pepins, » dist la dame, « pour Dieu le roi Jhesu,

Hastons nous d’aller la pour quoi sonmes venu.

-Dame, » ce dist Pepins, « trop avons atendu ;

Mais demain, se Dieu plaist, serons matin meü. »

A Paris la cité n’ont c’une nuit geü.

Tant vont par leur jornees que au Mans sont venu

A heure de disner, ainsi l’ai entendu ;

Mais Blancheflour n’i a ne mengié ne beü,

Pour l’amour de sa fille a le cuer esperdu,

Que mais ne sera aise si avera seü

Se c’est Berte sa fille, tost l’avera veü,

A tant ez vous Symon le bon voier venu,

Vers le roi Pepin va, si il fist gent salu ;

Et quant li rois le voit, tost l’a reconneü,

D’une parte l’a mene en un lieu destolu.

 

CXXIV

 

« Sire, » ce dist Symons, « est Blancheflour venue ?

-Oïl, » ce dist li rois, « mais si est esperdue

Qu’ele ne puet dormir, ne boit ne ne menjue ;

N’avra joie s’avra Bertain reconneüe.

Sachiez se c’est sa fille que tant avez eüe,

Vous pouez tres bien dire k’onnours vous est creüe.

-Sire, » ce dist Symons, « si soit m’ame assolue

Que c’est Berte vo fenme, qui doit estre vo drue,

Bons rois, que vous avez en ma maison veüe.

Mainte fois en ai puis a li raison tenu ;

Si tost com j’en parole, tantost sa color mue

Ne ne me veut respondre, tant est taisans et mue,

Si en est abaubie que trestoute tressue.

Si vraiement me face Dieus a ma fin aiue

Qu’il n’a plus preude fenme de li desouz la nue. »

Quant li rois l’entendi, grant joie en a eüe.

« Symons, » ce dist li rois, « la chose iert tost seüe.

Tout maintenant sera nostre voie tenue

Droit a vostre mainson en la forest ramue,

Querre i alons grant joie, bien l’avons pourseue ;

Dieus la nous doinst trouver, bien l’avons atendue ! »

CXXV

 

Molt ot ou roi Pepin sage home et apensé ;

Roi Floire et Blancheflour a tout errant mandé,

Et il i sont venu, de l’aller apresté.

A privee maisnie issent de la cité

Et Symons les convoie, qui plains fu de bonté.

Pepins a bien roi Floire et Blancheflour celé

Que ce soit li preudons qui leur fille ait gardé,

Jusqu'à tant qu’il en sachent vraiement la purté.

Ainsi s’en vont ensamble parmi le bois ramé,

Jusk’au manoir Symon ne se sont arresté,

Blancheflour la royne l’avoit molt desiré.

Par dedens le manoir sont tout ensamble entré ;

Symons vint a Constance, si li a demandé :
 « Bele suer, ou est Berte, pour sainte charité ?
Vez ci le roi Pepin que j’ai ci amené

Et Floire et Blancheflour ou molt a de bonté.

-Sire, » ce dist Constance, « Dieus en ait hui bon gré !

Ele siet en ma chambre, par fine verité,

Ou ele a des hui main molt durement ouvré

Au drap de nostre autel que trouva desciré. »

 

CXXVI

 

Quant Symons li voiers ot sa fenme escoutee,

Le roi Floire apela a la barbe mellee,

Pepin et Blancheflour, n’i fait plus d’arrestee ;

En sa chambre les maine, qui estoit desfermee,

Bertain la debonaire ont la endroit trouvee.

Quant ele les choisi, tout tantost s’est levee,

Tantost connut sa mere, au pié li est alee

Et Blancheflour de joie a terre chiet pasmee.

« Ayde Dieus ! » dist Floires, « nostre dame honnoree,

Ce est Berte ma fille que j’ai ici trouvee,

Dieus par sa grant douçour la nous a rassenee. »

Doucement l’a baisie, estrainte et acolee ;

Blancheflour se relieve, des mains li a ostee,

De li baisier ne puet estre bien saoulee.

La gent qui la estoient sont iluec assamblee,

Quant il sevent conment ont joie recouvree ;

La oïssiez de joie conmencier tel criee

K’ainc tel joie ne fu veüe n’esgardee.

« Ha ! Dieus, » ce dist Pepins, « qui fist ciel et rousee,

Sire, loez soiez de ceste destinee !

Ma mescheance ai, sire, pour vous en gre portee

Et vous la m’avez, sire, tres bien guerredonnee,

Car ma mesaise avez en grant joie muee,

C’onques mais en ma vie n’oi de joie denree

Qui ore ne se soit a cent doubles doublee.

Que cele qui de vous fist la sainte portee

En soit hui en ce jour graciie et loee ! »

Jusk’au Mans est molt tost cele nouvele alee,

Toute la gent le roi i keurt conme dervee,

Il n’a cloche en la vile que l’en n’i ait sonnee.

 

CXXVII

 

Quant Berte voit son pere et sa mere autressi,

Ele ot si tres grant joie, par verté le vous di,

K’a paines pot mot dire, tous li cuers li failli.

Pepins vint lés Bertain, n’i mist pas lonc detri ;

« Douce amie, » fait il, « pour Dieu, parlez a mi.

Je sui li rois Pepins, qui vous prie merci

De ce k’ains en ma vie certes ne desservi. »

Forment s’esmerveilla Berte quant l’entendi,

Molt debonairement et a droit respondi :

« Sire, se c’estes vous, Damedieu en graci,

Qui de la sainte Virge en Bethleem nasqui. »

Blancheflour et rois Floires ont de cuer conjoi

Berte la debonaire cent tans plus que ne di ;

Onques de plus grant joie nus hom parler n’oy

K’ot ce jour chiés Simon dedens le bois fueilli.

Li rois Pepins apele un sien serjant Henri,

Gautier son mareschal, son chambellenc Tierri :

« Alez ent tost au Mans, ne soiez alenti,

Faites venir des tentes, car je le vueil ainsi,

Ci endroit remanrai, par le cors saint Remi,

Joie i ai retrouvee que je pieça ne vi.

Or nous pourveez bien, car nous remanrons ci ;

Faites venir Namlon, ce vous conmant et pri. »

Cil s’en vont, qui dou faire sont tout atalenti ;

Tout ainsi l’arreerent, ce fu par un lundi.

 

CXXVIII

 

Molt refu Blancheflour de joie revestie,

Puis qu’ele tient sa fille doucement, embracie,

Berte la debonaire, la blonde, l’eschevie ;

Mainte fois l’a le jour acolee et baisie.

Devant leur vint Symons et Constance s’amie,

Ysabiaus et Aiglente, que Berte ne het mie.

Quant Berte les choisi, molt tost est sus saillie.

« Mere, » ce a dit Berte, « pour Dieu le fill Marie,

Vez ci ma douce dame qui souef m’a norrie,

Et vez ci mon seignor, cui Jhesus beneïe,

Qui seule me trouva en la forest antie.

Bein sai, se il ne fust, morte fusse ou mengie ;

Apres Dieu, fui par aus de la mort garantie,

Sachiez que, s’il ne fussent, ne fusse pas en vie. »

Quant Blancheflour l’entent, encontre aus s’est drecie ;

Aussi fist li rois Floires, li sires de Hongrie ;

Molt forment ont Constance de vrai cuer conjoie

Et Symon le voier a la barbe flourie.

Ez vous le roi Pepin qui faisoit chiere lie,

Ensamble sont assis en la chambre voutie ;

Or fu bien cele chambre de joie raemplie.

 

CXXIX

 

En la bele forest, mentir ne vous en quier,

Ont demené grant joie chies Symon le voier ;

Assez i firent tentes et paveillons drecier,

Grant joie demenerent, de ce n’estuet plaidier.

Cele nuit jut Pepins avoeques sa moillier.

Trois jours i sejornerent, si l’oy tesmoignier.

Une fille engendra, de ce n’estuet cuidier,

Gille ot non et fu mere Rollant le bon guerrier ;

Apres ot Charlemaine, le bon roi droiturier.

Le bon Symon a fait Pepins apareillier

Et lui et ses deus filz, chascun fait chevalier ;

Mantiaus de fin drap d’or fait a chascun baillier,

Bien seans a lor gre si conme a souhaidier ;

De  Symon fait li rois son maistre conseillier.

Dux Namles lor ala les esperons chaucier

Et li bons rois Pepins leur ceint les brans d’acier,

La colee leur donne, puis les ala baisier.

Quant Symons se voit si d’onnour montepliier,

Dieu en prent en son cuer forment a graciier.

Il et si doi enfant se vont agenoillier

Devant le roi Pepin pour lui a merciier

Et li vorrent le pié et la jambe baisier,

Et li rois il meïsmes les prent a redrecier.

« Symon, » ce dist li rois, « par le cors saint Richier,

Molt doi vous et Constance amer et tenir chier,

Car bien avez de joie mon cuer fait aaisier ;

Par la grace de Dieu le pere droiturier,

M’avez gardé ma fenme de mortel encombrier. »
Qui veïst Blancheflour, la dame au cuer entier,

Constance et ses deus filles estraindre et enbracier,

De joie et de pitié a la fois lermoier,

Bien deïst que ce fust joie de desirrier.

 

CXXX

 

Motl fu sage Constance et de bone maniere,

Et molt ert preude fenme et tres bonne aumosniere ;

Symon et ses enfans voit qu’il font lie chiere,

Chascuns avoit mantel a penne bonne et chiere,

Damedieu en gracie et le baron saint Piere :
 « Ha ! sire Dieus, » fait ele, « dous rois, vrais justisiere,

Plus nous faites d’onnour, sire, k’a nous n’afiere ;

Nostre Dame en graci, la dame droituriere.

Bien sonmes en biau pre mis de povre bruiere ;

Pour ceus de cui part vient ferai mainte priiere,

Se Dieu plaist et je puis, n’en serai pas laniere. »

 

CXXXI

 

Bien avez entendu ainsi com adouba

Nostre bons rois Pepins Symon qu’il molt ama,

Et lui et ses deus fils, grant amour leur moustra.

Symon et ses enfans chascun grant don donna,

Mil livrees de terre a Symon presenta

Et cinc cens biens seans chascuns de ses fils a ;

Ysabel et Aiglente, ce dist, marïera,

Cinc cens livres par an a chascune donra.

Et Symons passe avant, mie ne s’oublia,

E il et si doi fill, chascuns s’agenoilla ;

Constance et ses deus filles nule n’i demora,

Chascuns de Damedieu le roi en mercia.

La devienent si home, chascun en foi baisa ;

Les armes qu’il porterent li rois les devia :
D’asur, mais que de blanc un poi les dyaspra

Li maistres qui les fist, car on li conmanda ;

Une grant fleur de lis d’or tout en mi lieu a ;

A cinc labiaus de gueules l’ainsné fils le porta,

Le label au mansné d’argent on besenta.

Li rois, cui Jhesus gart qui tout le mont forma,

Pour l’amour k’ot a aus ces armes lor charcha ;

Des puis l’a li lignages porté et portera,

Encor le porte cil qui l’eritage en a.

 

CXXXII

 

Apres ce que Symons fu ainsi adoubés

Et que li rois li ot donné grans iretés,

Se sont tout li baron parti de Florimés.

De la royne Berte fu mains souzpirs getés

Au partir de leens, car lonc tans i ot més :
Droit nuef ans et demi i fu, c’est verités.

Sachiez k’en la maison n’est uns tous seuls remés,

Ne vallet ne meschine, estrange ne privés,

Qui de par la royne ne soit grans dons donnés ;

Blancheflour et rois Floires nes ont mie oubliés,

Tant leur donnent que mais n’averont povertés.

Et Symons et Constance chascuns s’en est alés

Et lor filz et lor filles, n’en i est uns remés.

Au partir de leens, ja mar le mescrerrés,

I fu de la maisnie mains piteus cris getés,

Mainte paume batue et mains cheveus tirés.

« A ! douce dame, a Dieu », font il, « vous en alés.

A Damedieu de gloire soit vos cors conmandés,

Qui vous rende les biens que vous fais nous avés ! »

En plorant s’en part Berte, cui Dieus croisse bontés,

Et Constance et ses filles jouste li lés a lés.

« Constance, » ce dist Berte,  « o moi vous en venrés

En la terre de France ne mais ne me lairés ;

Ysabel et Aiglente vos filles me donnés,

Ja n’averai richoise pour k’aient povretés.

-Dame, » ce dist Constance, « si soit com dit avés,

Bien est drois que façons toutes vos volentés. »

<<<

>>>