<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

CXXXIII

 

Par un mardi matin, ce sachiez vraiement,

Partent de Florimés mainte gente liement,

Car leur dame en remainent, Berte o le cors gent.

Encontre sont venu cil dou Mans baudement,

Leur dame ont saluee bel et courtoisement ;

Rois Floires l’adestroit et Namles ensement,

Delés li fu sa mere, qui l’esgarde souvent.

Ce jour i ot de lances fait grant defroissement,

Tout li saint de la vile sonnoient hautement ;

Li clergiez vient encontre molt ordeneement

A grant processïon et bel et netement,

Fiertres et encensiers i ot d’or et d’argent,

De dras d’or et de soie la champaigne resplent.

Tous li pays i ert venus conmunaument,

Dames et chevalier i vienent noblement

Pour connoistre leur dame, qu’il en ont grant talent.

En la cité dou Mans entrerent erranment ;

Les rues sont couvertes et bel et richement,

Les chaucies jonchies deseur le pavement

De fresche herbe et de jons partout espessement.

Les dames as fenestres sont acesmeement ;

Ce jour i peüssiez veoir maint parement,

De ce ne vous ferai nul lonc acontement.

Au perron de la sale la royne descent,

Namles et li baron l’adestrent doucement,

Par la main tient sa mere, qui l’aime durement ;

Grant feste ot en la vile uit jours entierement.

Par trestout le roiaume la nouvele s’estent

Que retrouvee est Berte, s’en graci’ on souvent

Dieu et sa douce mere et ses sains ensement.

Dou Mans s’en departirent, n’i font arrestement,

Vers Paris la cité s’en vont joieusement.

 

CXXXIV

 

Or s’en vont li doi roi, n’i firent plus d’atente,

Et Blancheflour et Berte, cui forment atalente.

Pres d’eles fu Constance, Ysabel et Aiglente ;

Joieusement chevauchent, n’est riens qui les tormente,

Droit vers Paris s’en vont, la cité noble et gente.

La serve deputaire, cui li cors Dieu cravente,

A oy ces nouveles, forment en fu dolente,

Durement li desplaist et molt li destalente,

Molt en a grant paour, forment s’en espoente ;

Grant duel a que li rois a Symon donne rente,

Dueil a, quant bien adrece, l’orde serve pullente.

De son tres faus marchie li rende Dieus la vente !

 

CXXXV

 

Par trestoutes les viles ou Berte trespassoit,

La gent encontre li de toutes pars venoit

A grant pourcessïon, chascuns molt l’onnoroit

Et prioient a Dieu, qui haut siet et loing voit,

Qu’il confonde la serve, en quel lieu qu’ele soit,

Et li et les enfans qu’ele porté avoit,

Quant pour li si lonc tans Berte perdue estoit.

Par trestout le roiaume si tres grant joie avoit

Pour amour de leur dame que Dieus lor renvoioit

Que trestous li pays contre li acoroit,

A pié et a cheval que nus n’i demoroit.

Bien cuidoit estre sires qui veoir la pouoit.

Ce n’est pas grant merveille se on la desiroit

Pour les bonnes nouveles que chascuns en disoit

Et pour le biau miracle que Dieus en demoustroit.

Encontre la royne chascuns s’agenoilloit

Et de sa revenue Damedieu gracioit,

Et ele conme sage vers aus s’umelioit.

 

CXXXVI

 

La royne de France fu molt sage et adroite,

Chascuns pour sa bonté a veoir la couvoite ;

Or est bien Blancheflour d’aise en la droite ploite,

Nostre Dame en gracie, la dame beneoite.

Par petites jornees vont, n’ont pas trop grant coite ;

Menestrel i font joie, car chascuns la couvoite ;

Qui plus i fait de joie, vis li est mieus esploite.

Molt fu fausse la vielle et diverse et revoite,

Qui tel dame tray faussement en recoite.

Maudite soit sa fille, l’orde serve destroite !

Molt li sera la voie de Paradis estroite,

S’ele n’a repentance d’uevre si maleoite.

 

CXXXVII

 

Grant joie orent en France li joene et li chenu,

Encontre Pepin vinrent si ami et si dru,

Et encontre leur dame dont grant joie ont eü ;

De ce qu’est retrouvee gracient molt Jhesu.

Tant vont que de Paris ont maint clochier veü ;

Paris ert acesmee c’onques mais si ne fu,

Car molt furent la gent de grant joie esmeü

Pour le bien que il voient que Dieus lor a rendu.

Ne remest en la vile ne chauf ne chevelu,

Ne moine ne abé, ordené ne rendu

Qui a poucessïon ne soient tuit venu.

Sachiez cel jour i ot maint grant destrier coru

Et i ot mainte lance brisie sor escu.

Berte la debonaire ot cel jour maint salu.

 

CXXXVIII

 

La royne de France est a Paris venue,

De mainte gent i fu molt volentiers veüe,

Noblement l’en amainent contreval la grant rue.

« Ha ! Dieus, » disoit chascuns, « sainte Marie, ayue !

De la male mort soit l’orde serve ferue

Par cui si douce dame a tant esté perdue ! »

Au perron de la sale ont Bertain descendue.

Or fu bien Blancheflour de grant joie esmeüe,

Quant ele voit sa fille qui si est receüe

Et voit conment chascuns en a grant joie eüe ;

Damedieu en gracie, qui fait courre la nue,

Lui et sa douce mere, ne s’en est pas tenue.

A Paris ont uit jours la feste maintenue,

Plus noble ne plus riche n’iert mais ramenteue.

 

CXXXIX

Molt ot ou roi Pepin tres gentill home et ber ;

De cuer se penoit molt dou roi Floire honnorer

Et Blancheflour aussi, qui molt fist a loer.

Tout droit un dyemenche, si conme aprés disner,

Ez vous venu Morant qui revient d’Outremer ;

Ou que il voit le roi, si le va saluer ;

Tel joie a des nouveles qu’il a oy conter

K’a paines puet de joie au roi un mot sonner.

« Sire, » ce dist Morans, « Dieus puisse j’aourer,

Quant vous ravez madame, la royne au vis cler !

Hé ! las ! or n’oserai je mais devant li aler,

Car je sui uns de ceaus, je ne le puis celer,

Qui ou bois la menerent pour son cors vergonder. »

Lors conmence Morans durement a plorer.

« Morans, » ce dist li rois, « nen faites a blasmer,

Car par vous eschapa, ch’ai oy recorder. »

Uns més le va tantost la royne conter ;

Quant la royne l’ot, n’i volt plus demorer,

Voiant tous s’est levee, Morant va acoler.

« Sire, » fait ele au roi, « un don vous vueil rouver,

C’est ce que vous Morant vueilliez de cuer amer

Et chevalier le faites maintenant adouber

Et li faites dou vostre si largement donner

Que si hoir aprés lui s’en puissent gouverner ;

S’il ne fust, morte fusse, sor sains le puis jurer,

Quant Tybers li traïtres me volt le chief couper.

En Symon et en lui me vueil tous jours fier

Et de toutes mes choses par leur conseil ouvrer. »

Quant li rois l’entendi, ne le volt refuser,

De deus cens mars par an le fait bien assener ;

Et Morans, qui fu sages et molt fist a loer,

En va le roy baisier le pié sor le soller

Et en va la royne a genouls encliner.

Li rois Pepins le fist l’endemain arreer ;

Morans fu chevaliers si com m’oez conter.

Blancheflour et rois Floires font Morant presenter

Grant avoir pour leur fille qui en oent parler.

Pour ce fait bon bien faire, chascuns i doit penser,

K’en la fin pert li biens, tant ne puet demorer.

 

CXL

 

« Morans, » dist la royne, « a molt grant paour ere,

Quant Tybers tint l’espee qui ert trenchans et clere ;

La teste me vouloit jus des espaules rere.

La vous trouvai piteus et de bone matere ;

Se vers moi eüssiez eü pensee amere

Si conme avoit Tybers, qui ert traïtre et lere,

Mais n’eüsse veüe ma douce chiere mere

Ne le roi des François ne roi Floire mon pere.

Ja vous trouvai loial et ami conme frere,

Mais de guerredonner ne serai pas avere.

-Dame, » ce dist Morans, « Dieus nostre vrais sauvere

Vous soit, tres douce dame, de ce guerredonnere ! »

 

CXLI

 

Molt fu grande la joie a Paris la cité.

Molt a li rois Pepins le roi Floyre honnoré,

Et lui et Blancheflour, molt les tient en chierté.

Aprés ce que li rois ot Morant adoubé,

Ne demora rois Floires c’un mois enz ou regné.

Ne vous aroie pas en grant piece aconté

Les dons ne les richesces que on a presenté

De par le roi Pepin as Hongrois et donné,

Et de par la royne, ou molt ot de bonté.

Par un joesdi matin ont lor oirre apresté,

Au partir de Paris ont maint souzpir geté ;

Roi Floire et Blancheflour ont a Dieu conmandé

Toute gent une et autre qui les ont encontré ;

Trestout les beneïssent et estrange et privé.

Li rois Pepins de France et Berte au cuer sené

Sont dusk’a Saint Quentin tous jours avoec alé ;

La endroit n’ont ensamble que deus jours sejorné.

 

CXLII

 

Tout droit a Saint Quentin, c’est verités prouvee,

Se parti Blancheflour de Berte la senee,

Rois Floires a sa fille baisie et acolee,

A li prennent congié, a Dieu l’ont conmandee,

Et Berte la royne remest toute pasmee ;

Doucement l’a li rois Pepins reconfortee,

Et cele gent hongroise s’en est tantost alee.

Mainte terre trespassent, mainte estrange contree,

Tant k’en leur terre vinrent ; joie i ont raportee,

Dont Dieus fu molt loez et sa mere aoree.

Aprés lor revenue, tout droit en cele annee,

Orent il une fille, Constance l’ont nonmee,

Pour l’amour de Constance qui leur fille ot gardee,

Si comme avez oy, en la forest ramee.

Cele fu de Hongrie puis royne clamee,

Danois li murent guerre, dont molt fu destorbee ;

De ce ne vous iert ore plus raison racontee.

Rois Floires, qui molt ert de tres bonne pensee,

Et Blancheflour aussi, la royne loee,

Une bele abeie ont ou pays fondee

En l’onnour de Jhesu qui fist ciel et rousee,

Pour l’amour de Bertain que Dieus ot ramenee

Et que de tel perill fu ainsi eschapee ;

De soisante nonnains l’ont ainsi estoree,

Encore est l’abeïe la Valberte apelee.

Ci lairai dou roi Floire a la barbe mellee,

De Blancheflour, que s’ame soit de Dieu coronnee,

Si dirai de Pepin a la chiere menbree

Et de Berte cui Dieus doinst bone destinee,

Qui pour pere et pour mere remest molt esploree ;

Aprés ce qu’ele fu d’aus partie et sevree,

S’en vinrent a Paris, n’i firent demoree.

 

CXLIII

 

Rois Pepins et sa fenme au gent cors seignori

Revindrent a Paris, n’i mirent lonc detri.

Forment ama li rois Symon et conjoi

Et Constance sa fenme, bien l’orent desservi ;

Ysabel et Aiglente marïa li rois si

Que de grant seignorie chascune revesti.

La serve ert a Montmartre, qui sa dame tray ;

Avoec li ses enfans, et Rainfrois et Heudri.

Molt seignoriement la serve les norri,

Puis furent par aus deus mainte gent mal bailli

Par leur tres grant avoir dont il erent saisi,

Si com porrés oïr, se l’estoire vous di.

 

CXLIV

 

Li premiers des enfans, de ce ne doutez mie,

Que Pepins ot de Berte, la blonde, l’eschevie,

Orent il une fille, sage et bien ensaignie,

Fenme Milon d’Aiglent, molt ot grant seignorie,

Et fu mere Rollant qui fu sans couardie,

Ains fu preus et hardis, plains de chevalerie.

Aprés ot Charlemaine a la chiere hardie,

Qui puis fist seur paiens mainte grant envaie.

Par lui fu la loys Dieu levee et essaucie,

Par lui fu mainte terre de paiens essillie,

Maint hiaume decoupé, mainte targe percie,

Maint hauberc derrompu, mainte teste trenchie ;

Molt guerroia de cuer sor la gent paiennie,

Si k’encore s’en duelent cil de cele lignie.

 

Explicit de Berte as grans piés

<<<

>>>