<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

XI

 

Les napes ont ostees, quant vint aprés mengier ;

Menestrel s’apareillent por faire lor mestier.

Trois menestrés i ot qui molt font a prisier,

Devant le roi s’en vinrent, ni vorrent detriier,

Et devant la royne por li esbaniier :
Li uns fu vieleres, on l’apeloit Gautier,

Et l’autres fu harperes, s’ot non maistre Garnier,

L’autres fu leüteres, molt s’en sot bien aidier,

Ne sai conment ot non, mentir ne vous en quier.

Volentiers les oyrent dames et chevalier ;

Quant leur mestier ont fait, si s’en revont arrier.

Dont se dreça li rois, n’i volt plus atargier ;

Dames et damoiseles prennent a festiier,

Danses, baus et caroles veïissiés conmencier.

La royne adestrerent duc et conte et princier,

En ses chambres l’enmainent por son cors aaisier,

Puis retornent arriere, n’i vorrent delaiier,

La royne ne vorrent longuement traveillier.

A tant ez vous Margiste, cui Dieus doinst encombrier ;

Ja avoit en son cuer le conseill l’aversier,

Qu’ele avoit enpensé molt mortel destorbier.

Encoste la royne se va agenoillier,

En l’oreille li prent tantost a conseillier :
 « Dame, trop sui dolente, par le cors saint Richier,

Uns miens amis me vint des ersoir acointier

Que puis que Dieus son cors laissa crucefiier

Ne fu hons nus qui tant fesist a ressongnier

Com fait li rois Pepins por deles vous couchier.

Quant li rois vous devra enquenuit conpaignier

Et faire la droiture c’on fait a sa moillier,

Paour ai ne vous tut, si me puist Dieus aidier.

Je le sai grant pieç’a, ne l’osoie noncier

Pour vous que ne voloie pas trop assoploiier. »

Quant ce ot la royne, si prent a lermoiier,

De la paour qu’ele a cuide le sens changier.

« Dame, » ce dist la vielle, « ne vous chaut d’esmaier ;

Bien vous garandirai, par Dieu le droiturier.

Quant evesque et abé revenront de saignier

Le lit au roi Pepin qui France a a baillier,

Vostre chambre ferai de toutes pars vuidier ;

Alistete ma fille ferai tost despoillier,

En lieu de vous el lit la ferai je mucier.

J’en ai parlé a li, fait li ai otriier ;

J’aim mieus que ele muire que vous, mentir n’en quier. »

Quant Berte l’entendi, prist la a enbracier,

Damedieu et ses sains en prent a graciier,

Ne fust mie si lie por l’or de Monpellier.

 

XII

 

Grant joie ot la royne quant ele ot la maniere

Conment dou roi Pepin se porra traire arriere ;

Nostre Dame en gracie, la dame droituriere.

De li se departi la male chamberiere,

En une autre chambre entre l’orde vielle sorciere,

Vers le jardin le roi bien pres de la riviere.

Sa fille y a trouvee, cui la male mors fiere,

A une fenestrele qui ert faite de piere ;

Mieus ressamble Bertain que ne paindroit paigniere,

N’ert fenme qui a eles de grant biauté s’afiere

Nient plus c’uns pres floris samble gaste bruiere.

A tant es vous la vielle qui fait molt lie chiere,

Sa fille a embracie, si la baise en la chiere.

La vielle et lsa fille orent porparlé en derriere

Conment trayr porront Bertain n’en quel maniere.

« Fille, » de dist la vielle, « molt forment vous ai chiere,

Car vous seres royne, se Dieu plaist et saint Piere.

-Mere, » ce dist Aliste, « Dieus oie vo priiere !

Envoiiés pour Tibert, avis m’est qu’il afiere

Qu’il soit de ceste chose maistres et conseilliere ;

Mandes li k’a moi viengne, hastez que on le quiere,

A toutes ces ensaignes k’ersoir ot m’aumosniere. »

Et la vielle meïsmes i keurt conme levriere,

De la trayson faire ne fu mie laniere.

 

XIII

 

Quant Tibers ot le mant, molt fu en grant desir

K’a sa cousine puist hasteement venir ;

Et quant il fu venus, tost le font assentir

A cele trayson, molt li vint a plaisir.

La trayson devisent entre aus trois a loisir,

Conment n’en quel maniere i porront avenir

Par quoi Berte leur dame puissent France tolir.

« Fille, » ce dist la mere, « ne vous en quier mentir,

On doit bien reculer por le plus loing saillir,

De ceste chose arés un petit a soufrir.

Ennuit ferai Bertain avoeques moi dormir ;

Tout droit a l’ajorner, quant devra esclarcir,

A vous  l’envoierai si com por la gesir ;

D’un coutel en vo cuisse vous couvenra ferir

Tel cop que le cler sanc en couvenra saillir,

Dont crierés haro qu’ele vous veut murdrir ;

En la chambre enterrai, tantost l’irai saisir,

Dont de la en avant m’en laissiés couvenir.

-Dame, » ce dist la serve, « tout a vostre plaisir. »

Ainsi l’ont devisé, Dieus les puisse honnir !

La nuit aprés souper, quant vint a l’enserir,

S’en vont vesques et abé por le lit beneyr.

Aprés a fait la vielle toute gent fors issir,

Les uns aprés les autres belement departir.

La clarté fait oster c’on n’i pot riens choisir.

El lit le roi Pepin fait sa fille couvrir ;

Le coutel dont il doivent la trayson fournir

Ont mis droit a l’esponde, Dieus les puist maleir !

 

XIV

 

Molt  fu la vielle a aise, de joie prist a rire ;

En sa chambre s’en va Berte sa dame dire :

« Dame, je lais ma fille dolente et plaine d’ire ;

Tant avons fait pour vous nus nel porroit descrire.

-Dame, vous dites voir, Damedieus le vous mire ! »

Couchier la fait la vielle. Dieus envoit mal martire

Li, sa fille et Tybert, tous maus en aus s’atire !

La vielle li dist lors belement tire a tire

Que droit au point dou jour couvient qu’ele s’atire

Et que molt sagement delez le roi se vire.

Berte la debonaire sans corrouz et sans ire

Dist k’ainsi le fera, n’ot talent d’escondire,

Riens que la vielle vueille ne li veut contredire.

En son lit en seant prist ses heures a dire,

Car bien estoit letree et bien savoit escrire.

 

XV

 

Cele nuit fist li rois toute sa volenté

De la tres fausse serve, plaine de mauvaisté ;

Un hoir i engendra, par fine verité,

Qui Rainfrois ot a non, n’ot gaires de bonté ;

Puis en ot il un autre, Heudri l’ont apelé ;

Plain furent de malice et de grant fausseté.

Devant l’aube aparant, ains qu’il fust ajorné,

A la vielle Tybert le traïtour mandé

Et il i est venus volentiers et de gré.

Berte s’est esveillie, n’i a plus demoré,

En la chambre s’en entre belement et soé,

Ainsi conme la vielle li avoit conmandé ;

Venue est a la serve qui gist ou lit paré.

La serve l’aperçoit, n’i a plus sejorné,

Le coutel a saisi, si l’a amont levé,

En sa cuisse derriere a tel coup assené

Que li clers sans en raie et de lonc et de lé.

La serve a le coutel a Bertain presenté

Et Berte le reçoit, qui mal n’i a pensé,

Quar la vielle li ot tout ainsi enorté.

Lors a la male serve un molt grant cri geté :
 « Ha ! rois Pepins, » fait ele, « je croi mal vous vi né,

Quant on me veut murdrir delez vostre costé. »

Et li rois s’esveilla, s’a le coutel visé

Que la royne tient trestout ensanglenté ;

En son seant se drece, pres n’a le sens dervé.

A tant es vous la vielle qui fist samblant iré,

Vers sa fille s’en va, s’a le sanc esgardé.

Quant li rois la choise, si en a Dieu juré

Que sa fille iert destruite, ja nen iert trestorné.

« Ha ! rois, » ce dist la vielle, « pour sainte charité,

Faites la tost destruire, ja n’en aiez pité,

Ja mais ne l’amerai nul jour de mon aé. »

La vielle prent Bertain, grant coup li a donné,

De la chambre l’en boute, Bertain vint molt en gré,

K’encore cuidoit ele que ce fust amisté ;

Et nepourquant dou coup li sont li œil lermé.

Et Tybers l’a saisie, qui molt ait mal dahé,

Par le mantel l’enmaine, si qu’il l’a desciré.

« Aïide Dieus, » fait Berte, « rois plains d’umilité !

Que m’est il avenu, c’ont ces gens enpensé ? »

Lors a la male vielle un pou avant passé,

Un loien a ataint, Tybert l’a presenté ;

Bertain ont abaute, n’i ont plus arresté,

A fource li ouvrirent sa bouche estre son gré,

A guise de cheval que on a afrené

Li ont mis cele corde, ce fu grant cruauté ;

Derrier ou haterel li ont si fort noé

Que pour cent mile mars n’eust un mot sonné ;

Les mains li ont loiies par lour desloiauté,

Deseur un lit l’abatent, un drap ont sus geté.

Or en ait Dieus pité, li rois de majesté !

 

XVI

 

Quant il orent Bertain en tel point atornee

K’estroit li ont la corde en la bouche noee,

En travers sor le lit l’ont ilueques getee ;

Et la mauvaise vielle s’est lez li acoutee,

En l’oreille li dist basset a recelee :
 « Se vous criez, » fait ele, « par la Virge honnoree,

Vous arez ja molt tost cele teste coupee. »

Quant Berte l’entendi, molt fu espoentee,

Bien voit qu’il l’ont traïe et qu’ele est enganee ;

De duel et de mesaise s’est ilueques pasmee.

Et la vielle s’en torne, n’i est plus arrestee ;

Tybert lait lez Bertain qu’ele soit bien gardee.

En la chambre le roi s’en est la vielle entree,

Molt faisoit la dolente et molt sambloit iree ;

Ou qu’ele voit sa fille, au pié li est alee :

« Dame, merci, pour Dieu qui fist ciel et rousee,

Se vous veiez conment j’ai ma fille atornee,

Bien diriez que n’ai coupes en ceste destinee.

-Taisiez vous, » dist li rois, « pute vielle prouvee,

Bien est vo traïson veüe et esprouvee,

Berte vouliez murdrir, ma fenme, en recelee ;

Vo fille sera arse, ja nen iert trestornee.

-Sire, » ce dist Aliste, « or n’aiez ja pensee

Que par ceste fust onques traïson pourparlee,

Qu’il n’a plus preude fenme jusqu'à la Mer Betee ;

Mais tous jours a sa fille esté sote noee,

Si com par lunoisons aussi conme dervee.

Sire, un don vous requier a ceste matinee,

C’est la premiere chose que je vous ai rouvee,

Puis que m’eüstes, sire, a moillier espousee

Et de coronne d’or fui pour vous coronnee :

Je vous pri seur la foi que vous m’avez juree

Que ceste chose soit si teüe et celee

Que nus hom ne le sache qui soit de mere nee ;

Pour la raison de ce k’o moi l’ai amenee,

Trop dolente en seroie s’en faisiez renonmee,

Mais prenez trois serjans droit a ceste ajornee,

Si leur soit tost la garce et errant delivree ;

En un lointain pays en soit tantost menee,

La sera enfouïe ou ele iert estranglee :

Moi n’en chaut c’on en face, mais qu’ele soit tuee.

-Dame, » ce dist la vielle, « bien estes avisee ;

Je vorroie, par m’ame, qu’ele fust decolee

Ou en aigue noiie ou au dyable alee. »

Li rois ot la requeste, ne l’a pas refusee,

Ainçois li a trestoute otroiie et graee.

Tant a brassé la serve et tant s’en est penee

Que la vielle sa mere s’est au roi acordee

Et que par li sera toute l’uevre achevee.

De joie s’est la vielle vers le roi enclinee,

Molt faisoit laide chiere, molt par ert esploree ;

Bien ot la trayson et faite et atempree.

 

XVII

 

Li rois se drece en piez, n’i volt plus demorer,

Car forment le hastoient de la chose achever.

Il meïsmes ala trois serjans apeler,

Mais ne lor volt de riens la chose demoustrer ;

A Margiste les maine, prent lor a deviser

Que tout ce qu’ele veut facent sans refuser.

« Seignor, » ce dist la vielle, « alez vous atorner

Et je irai la chose tout a point aprester,

Et lors ferez vous ce que vorrai conmander. »

La chambre ou Berte fu lor a pris a moustrer :

« Revenez la a mi, molt vous couvient haster. »

Lors s’en torne la vielle, n’i volt plus sejorner,

Congié a pris dou roi, si prist a souspirer ;

Il samble a sa maniere qu’ele doive derver.

Tout en plorant en prent le roi a apeler :
 « Sire, recouchiez vous, bien vous pouez vanter

Que ja mais de la garce n’orrez un mot sonner ;

Ne la tieng pas a fille, pour voir le puis jurer,

Puisqu’ele veut ma dame murdrir ou estrangler. »

Lors s’en depart la vielle, Dieus la puist craventer !

Et la serve sa fille prent forment a plorer,

Aussi qu’ele eüst duel, prent molt a souspirer.

Molt fu courtois li rois, prent l’a reconforter :

« Bele, » ce dist li rois, « laissiez ce duel ester.

Laissiez aller la garce, Dieus li puist mal donner !

Bien vous peüst encore ocire ou enherber.

Estes vous molt blecie ? Nel me devez celer.

-Sire, nenil, » fait ele, « ce ne me puet grever.

Ce que je vi mon sanc me fait espoenter ;

Je le vous mousterrai, alez l’uis refermer. »

Tout ce li disoit ele pour lui faire muser,

Pour avoir plus d’espace de leur chose arreer.

Et Tybers et la vielle n’ont cure d’arrester,

Ains font Bertain lor dame sor un ronchi lever ;

Li troi serjant l’enmainent droit aprés l’ajorner,

Et Tybers fu li quars ; Dieus puist Bertain sauver,

Qui de ce grant perill la vueille delivrer !

La vielle prent Tybert son cousin a rouver

Que le cuer l’en raport, ce ne veut oublier ;

Bien li aprist la vielle trestout a enorter,

Conment la trayson il devra gouverner

Et com Berte iert gardee qu’ele ne puist parler.

« Dame, » ce dist Tybers, « d’el vous couvient penser,

Bien ferai la besoigne, ja n’en estuet douter. »

Congié prent de la vielle, s’acueillent lor errer.

 

XVIII

 

Aprés l’auber aparant luisoit la lune clere ;

Bertain en ont menee, qui a grant meschief ere,

Molt ere plaine de foi et de bone matere ;

Bien l’orent acouverte pour ce qu’ele ne pere.

« Ha ! sire Dieus, » fait ele, « qui estes souvrains pere,

Ce que n’ai desservi couvient que je compere.

Lasse ! com ai trouvé gent mauvaise et amere !

A il mesaise ou monde qui la moie compere ?

Lasse ! mais ne verrai ma douce chiere mere

Ne roi Floire mon pere, ma seror ne mon frere.

Or soit Dieus de mon cors et de m’ame gardere ! »


XIX

 

Molt fu Berte dolente, mentir ne vous en quier,

Damedieu reclama, le Pere droiturier,

Ne set ou on la maine, ou avant ou arrier.

Trestoutes leur jornees ne vous nueil rehercier.

Quant a l’ostel venoient, en chambre ou en solier

Metoit Tybers Bertain, n’i laissoit aprochier

Nului fors lui tout seul, Dieus li doinst encombrier !

Et quant il li donnoit n’a boire n’a mengier,

En son poing tenoit nu son brant fourbi d’acier,

Pour ce que la vouloit telement esmaier

Qu’ele ne desist mot ne que n’osast noisier ;

De li ne se vouloit nule fois eslongnier,

Puis remetoit la corde dedens sa bouche arrier,

Puis li lioit les mains com felon pautonnier,

Enserrer la faisoit dusques a l’aisclairier.

Tout ainsi s’en alerent, sans menconge acointier,

Bien cinc grandes jornees, ne vorrent detriier,

Tant k’en un bois s’en vinrent haut et grant et plenier,

C’ert la forest dou Mans, ç’ai oy tesmoignier ;

Lors se sont arresté desouz un olivier.

« Seignor, » ce dist Tybers, « par le cors saint Richier,

De plus avant aller n’avons nous nul mestier. »

Et cil li respondirent : « Bien fait a otroier. »

Lors sont tout descendu a terre sor l’erbier ;

L’uns avoit non Morans, forment fist a prisier,

Et l’autre Godefrois, li tiers ot non Renier.

La royne descendent, or li puist Dieus aidier !

Onques mais de si pres nel porent maniier,

Car Tybers n’i laissoit fors que lui aprochier.

Le drap deseur sa robe li font tost despoillier,

Cote ot d’un blanc bliaut et mantel mot tres chier ;

Quant si bele la voient, prennent a lermoier,

Et Tybers li traïtres prent s’espee a sachier.

« Seignor », ce dist Tybers, «  or vous traiez arrier,

A un coup li ferai la teste trebuchier. »

Quant Berte vit l’espee, lors prent a souploier,

De paour va adenz sor la terre couchier,

Lors conmence la terre doucement a baisier ;

Sa grant mesaventure ne leur puet anoncier,

Car la corde en la bouche ne la laisse raisnier.

« Tybert, » ce dist Morans, « garde sor li ne fier,

Car par cel saint seignor qui tout a a baillier,

Ja verroies tes menbres et ta teste trenchier,

Se ja mais ne devoie en France repairier. »

<<<

>>>