<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

XX

 

Cel jour fist molt lait tans et de froide maniere,

Et Berte gist adens par deseur la bruiere ;

Paour a de Tybert que il sor li ne fiere,

Nostre Dame reclaime, la dame droituriere.

« Seignor, » ce dist Morans, « pensee aroit laniere

Qui si bele pucele mousterroit laide chiere.

-Par Dieu, » ce dist Tybers, « vis m’est que il afiere

Que nous l’ocions tost, puis retornons arriere,

Car je l’oi en couvent Margiste que j’ai chiere.

-Tybert, » ce dist Morans, « dur cuer as conme piere.

Se tu li fais nul mal, par l’apostre saint Piere,

Ne te gariroit mie tous li ors de Baiviere

Que cis bois ne te soit a tous jours mais litiere. »

 

XXI

 

Molt ot Tybers li lerres le cuer tres corroucié,

Quant de tuer Bertain ne li ont otriié.

Neporquant a li fel le bran fourbi sachié,

Et li troi serjant l’ont par les flans enbracié

Si qu’il l’ont contre terre par force agenoillié.

Chascuns a trait s’espee, plus n’i ont atargié ;

Entrués que li doi tienent Tybert le renoié,

La desloie Morans, qui en ot grant pitié,

Le loien de la bouche n’i a il pas laissié.

« Bele, fuiez vous ent, n’i ait plus detriié,

Damedieus vous conduise par sa douce amistié ! »

Berte s’en va fuiant, le cuer ot esmaié,

Car bien cuidoit sans faille avoir le chief trenchié ;

En la forest s’en fuit, molt a Dieu graciié.

Ainsi eschapa Berte Tybert sans son congié.

Quant Tybers l’a veü, molt ot le cuer irié :
 « Seignor, » ce dist Tybers, « mal avez esploitié,

Trestous vous ferai pendre quant serez repairié. »

 

XXII

 

Cel jour fist molt lait tans, car il plut et espart.

Berte s’en va fuiant par delez un essart ;

Tant fuit que de li perdent li serjant le regard.

« Seignor, » ce dist Morans, « si ait Dieus en moi part

Que nous fesimes molt que fol et que musart

Que pour faire tel murdre venimes ceste part ;

Bien samble gentill fenme et sans nul mauvais art,

Damedieus la conduise et la praigne a sa part !

En ceste forest a maint ours et main liepart

Qui mengie l’aront ne demorra pas tart.

Esploitié en avons com felon et renart,

De duel et de pitié trestous li cuers m’en art. »

A ce mot remonterent, chascuns de la se part.

 

XXIII

 

En la forest fu Berte repuse entre buissons ;

Damedieus la consaut et ses saintismes nons !

De li ici endroit a parler vous lairons ;

Quant tans et lieus en iert, ici le reprendrons.

Li serjant s’en repairent, n’i font arrestoisons.

« Seignor », ce dist Morans, « savez que nous ferons ?

Je lo que nous le cuer d’un pourcel enportons,

A ma dame Margiste si le presenterons ;

Par iceste maniere bien nous escuserons,

Et si savez bien tuit k’en couvent li avons

Que le cuer de celi raporter li devons.

Tybert, » ce dist Morans, « si m’aït sains Symons,

Se vous ne l’otriiez, tantost vous ocirons.

-Seignor, » ce dist Tybers, « cis consaus est molt bons ;

Puisqu’ele est eschapee, au meillor nous tenons.

Plus dout que vous ne faites, ne le vous celerons,

Que nous de ceste chose acuse ne soions. »

Chascuns n’a fiancié, cours en fu li sermons.

En iceste matere plus ne detrierons,

Trestout ainsi le firent com ci vous devisons.

A Paris sont venu, ne vous en mentirons ;

Grant joie en ot la vielle, quant oy lor raisons.

« Dame, » ce dist Tybers, « nous vous en raportons

Le cuer, vez le vous ci, present vous en faisons ;

La pucele avons morte, pour voir le vous disons.

-Seignor, » ce dist la vielle, « bien le desservirons ;

N’avoit si male garce tant com dure li mons. »

 

XXIV

 

Li troi serjant s’en vont, nus n’en est arrestus ;

A leur ostel s’en vienent, chascuns est descendus.

Et Tybers et la vielle sont illuec remasus ;

A la fausse royne vont ensamble la sus,

Grant joie a de Tybert qui estoit revenus.

« Dame, » ce dist Tybers,  « grans biens vous est creus,

Bertain avons ocise a nos brans esmolus.

-Tybert, » ce dist Aliste, « loez en soit Jhesus,

Bien avez desservi que vous soiez mes drus. »

Ainsi fu de la serve liement respondus

Tybers, car de grant joie fu ses cuers esmeüs.

Ains de tel trayson n’oy a parler nus,

Puis que de Judas fu nostre Sires vendus.

Damedieus qui en crois fu pour nous estendus

Doinst k’encor leur en soit li guerredons rendus !

Bien ot li rois Pepins les Hongrois receüs

Et riches dons donnés et noblement veüs.

Tant font qu’en leur pays est chascunes revenus ;

Floire et Blancheflour font de par Pepin salus

Et de par l’orde serve, ses cors soit confondus !

D’aus laira a parler, n’en dirai ore plus.

A Bertain revenrai c’u bois qui ert ramus

Ert a molt grant meschief, ses cuers ert esperdus.

Souvent reclaime Dieu et ses saintes vertus,

Ne sot quel part aller, tous jours se trait ensus

Dou lieu ou l’ot laissie Tybers li mescreüs.

 

XXV

 

La dame fu el bois, qui durement plora ;

S’oy les leus uller et li huans hua ;

Il esclaire forment et roidement tonna

Et pluet menuement et gresille et venta,

C’est hideus tans a dame qui conpaignie n’a.

Damediu et ses sains doucement reclama :
 « Ha ! sire Dieus, » fait ele, « voir est k’ainsi ala :

De virge nasquesistes ; quant l’estoile leva,

Li troi roi vous requirent ; ja nus hom ne sera

Le jour desconseilliez qu’il les reclamera ;

Melcior ot non cil que le mirre porta,

Jaspar ot non li autres qui l’encens vous donna,

Et Baltazar li tiers qui l’or vous presenta.

Sire, vous le presistes, chascuns s’agenoilla.

Si voirs com ce fu, Dieus, ne mençonge n’i a,

Si garis ceste lasse qui ja se dervera. »

Quant ot fait sa proieire, son mantel escourca,

A Dieu s’est conmandee, aval le bois s’en va.

<<<

>>>