<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

XXVI

 

Berte s’en va molt tost lez le pendant d’un val.

Damedieu reclama, le pere esperital,

Lui et sa douce mere, qu’il la gardent de mal ;

Ne set qu’ele puist faire, molt ot grant duel coral.

« Ahi ! vielle, » fait ele, « cuer eüs desloial

Qui ainsi m’as traye de trayson crual.

Lasse ! com arai hui soufert pesant jornal,

Mal samble que je soie de lignage roial.

Dieus et sains Julïens m’envoit a tel ostal

Que mengier ne me puist nule beste mortal,

Car a Dieu ai mon cuer fin et ferme et loial.

 

XXVII

 

Cel jour ot la royne travail et paine male ;

N’i ot sonmiers a cofres ne drap troussez en male,

Maison pour osteler, chambre a voute ne sale ;

Plus dolente ert de cuer que cil c’on en mer cale.

Il n’ot plus bele dame de ci jusqu’en Tessale,

Non au mien escïent de la jusques en Gale ;

Mais traveillie estoit, s’en ert un petit pale.

Or sachiez vraiement n’a talent qu’ele bale.

Dou mal tans ert sa robe un poi pesant et sale.

Une riviere trueve qui d’un pendant avale ;

Volentiers en beüst, mais trouble ert com godale.

 

XXVIII

 

Par le bois va la dame, qui grant paour avoit

-Ce n’est pas grant merveille se li cuers li doloit –

Com cele qui ne set quel part aller devoit.

A destre et a senestre molt souvent regardoit,

Et devant et derriere, et puis si s’arrestoit.

Quant s’estoit arrestee, molt tenrement ploroit,

A nus genous sus terre souvent s’agenoilloit,

En crois sus l’erbe drue doucement se couchoit,

La terre molt souvent piteusement baisoit ;

Quant s’estoit relevee, maint grant souzpir getoit,

Blancheflour la royne, sa mere, regretoit :
 « Ha ! madame, » fait ele, « se saviez orendroit

A quel meschief je sui, li cuers vous partiroit. »

Lors rejoingnoit ses mains et vers Dieu les tendoit :
 « Cil Damedieus, » fait ele, « qui haut siet et loing voit,

Parmi ceste forest hui en ce jour m’avoit,

Et sa tres douce mere en tel lieu me convoit

Ou mes cors a hontage mie livrez ne soit ! »

Lors s’assiet souz un arbre, car li cuers li failloit ;

Ses tres beles mains blanches molt souvent detordoit,

A Dieu et a sa mere souvent se conmandoit.

 

XXIX

 

En la forest fu Berte qui fu gente et adroite ;

D’aller aval le bois molt tres forment s’esploite,

Car fors a estre as chans molt durement couvoite ;

Mais la voie li est molt diverse et estroite,

Ne set quel part aller pour trouver la plus droite.

« Ahi ! vielle, » fait ele, « tres mauvaise et revoite,

Pour quoi m’as envoiie en grant haste et en coite

Dedens ceste forest, en essil, en recoite ?

Ne gart l’eure que bestes m’i aient acueilloite.

D’avoir paine et travail m’avez bien escueilloite,

De Dieu et de sa mere soiez vous maleoite.

Ha ! sire Dieus, » fait ele,  « com sui en male esploite,

D’anui et de paour sui au cuer si destroite,

Et car me secorez, mere Dieu beneoite ! »

 

XXX

 

La fille Blancheflour, la royne au cler vis,

Fu dedens la forest, molt fu ses cuers pensis.

Fille fu au roi Floire, qui fu preus et gentis ;

S’il savoit ce meschief, molt seroit abaubis.

Une seror avoit qui ot non Aelis,

Fenme au duc de Sassoigne, et si ert quens marchis,

De Brandebourc tenoit la terre et le pays.

Molt fu de haut lignage Berte, ce vous plevis,

De rois, d’empereours et de princes eslis.

Souz un arbre est assise, molt ot poi de delis ;

Vermeille ert conme rose, blanche com flours de lis.

« Ha ! Dieus, verrai je mais, » fait ele, « mes amis ?

Ainmi ! lasse, dolente, com mes cors est malmis,

Dolens et a mesaise, courrouciez et maris,

Povres et esgarez, essilliez et despris !

Ha ! Dieus, je cuidoie estre montee en molt haut pris,

Quant Pepin fui donnee, qui est rois pestis,

Et je fui amenee en la cit de Paris ;

Mais je voi vraiement, si com moi est avis,

Que ma chose s’en va tous jours de mal en pis. »

Piteusement fait crois de ses braz seur son pis.

 

XXXI

 

La dame fu ou bois desouz un arbre assise ;

Vestu ot un bliaut par desus sa chemise,

Afuble un matel dont la penne fu grise

Et li drap en fu fais el regné de Lutise ;

Bien sambla gentil fenme, grans en fu la devise,

Mais li cuers li failloit, ou n’ot point de faintise,

Car si l’avoit atainte et la pluie et la bise

Et la grelle qui s’ert sus sa robe remise

Qu’elle chay pasmee seur une pierre bise.

Quant vint de pasmoison, sa parole a emprise,

A Dieu s’est conmandee et au cors saint Denise :
 « Ha ! cor ne set mes peres, li rois plains de franchise,

Que j’ai sans ma desserte tel mescheance aquise

Et k’en ceste forest sui si seule et desprise !

Je sai bien que encore fusse par lui requise,

Requerre me feroit d’Espaigne dusqu’en Frise,

Mais je ne sai par quoi ne conment n’en quel guise

Soit mais de moi a lui nule nouvele aprise.

Je me conmant a Dieu qui le mortel juise

Recut pour pecheours ; si com je l’aim et prise,

Destourt mon cors de honte que ne soie malmise

Ne de beste sauvage devoree ne prise. »

 

XXXII

 

Berte fu enz ou bois assise souz un fo,

Sor une riverete c’on apeloit Minclo ;

Ne puet outre passer, s’ele n’i passe a no.

« Ha ! sire Dieus, » fait ele, « mon cuer a vous ano ;

Vueilliez qu cors et ame et quanque j’ai soit vo,

Com cele qui dou tout a vous servir me vo. »

Si durement s’estoit hurtee a un chaillo

Que parmi son soller ot en son pié un tro,

Si sainnoit com ce fust perceüre de clo.

« Ainmi ! lasse, » fait ele, « je criasse haro,

Mais je n’os pour ces bestes k’en ce bois glatir o.

D’aller ou biens m’aviengne puis je bien dire ho,

Car pour ce que j’ai froit, en mon mantel m’enclo ;

Mais quel mesaise k’aie, tout adés Dieu en lo.

Ha ! rois Pepins, » fait ele, « vo bien ne sont pas no,

Vous en avez assez et je en ai trop po. »

 

XXXIII

 

Berte gist sor la terre, qui est dure com groe.

Il n’ot plus bele dame jusques a le Dynoe ;

Sage fu et courtoise, sans chiere et sans chipoe.

Ne sai qui ot la fait un sieget d’une hoe ;

La s’apoia la bele qui de plorer fu roe,

Car de paine clochoit com chevaus c’on encloe.

En fuiant li ont fait les ronces mainte escroe

De sa robe, et la dame entour li la renoe.

Sa color n’estoit pas de semblance de choe,

Qu’ele estoit aussi blanche conme croie c’on hoe,

Mellee de vermeill et polie com poe.

Uns rainsiaus l’ot atainte parmi sa destre joe

Si angoisseusement que la chars en fu bloe ;

De travail et de paine fu forment feble et floe,

Mais quoi k’ait a soufrir, Dieu et sa mere en loe,

Basstement, k’aucune beste parler ne l’oe.

Souvent de son meschief li siens maus li refroe.

« Ahi ! Eürs, » fait ele, « com me faites la moe !

De Fortune me torne diversement la roe,

Quant de si haute honnor sui cheüe en la boe.

Je ne sui pas si aise com li poissons qui noe,

Pres sui k’en autel point que pinchons ou aloe

K’espreviers fameilleus tient saisi en sa groe,

Car je ne garde l’eure que a dens ou a poe

Me tiengne ours ou lyons qui toute me defroe.

Dieus, si com vous savez que je dou tout sui voe,

Vueilliez que vostre mere m’ame de s’amour doe

Si amoreusement que mais ne l’en descloe,

Si que ne Paradis avoeques li l’encloe,

Car des mains au dyable maint pecheour desnoe. »

 

XXXIV

 

Molt fist cele jornee felon tans et cuivert ;

Et la royne pleure, qui suefre et a soufert

Grant travail et grant paine, mais de cuer aouvert

Le prent pour Dieu en gre et loiaument le sert,

Car qui ainsi le fait Paradis en dessert.

« Dieus ! que nel set ma mere », fait ele, « au cors apert

Qu’ele Berte sa fille en ceste forest pert !

Molt ot li rois mes peres fol conseil et foubert

Qui me charcha la vielle et son cousin Tybert ;

Dieus m’en doinst tel venjance k’encor soit descouvert

Lor male trayson devant tous en apert.

Quant je passai le Rin tout droit a Saint Herbert,

Ne cuidai pas que ci fussent pris mi herbert. »

 

XXXV

 

En la forest dou Mans fu la royne Berte

Et la nuis estoit molt et orrible et desperte ;

De chief et de viaire fu pres que descouverte

La royne s’en a grant froidure souferte,

Qu’ele ert en la forest toute en la plus deserte :

N’i ot fors buissonciaus ou dou vent s’est couverte,

Car selonc son travail estoit forment aperte.

Parmi son douz viaire s’est de son bliaut terte.

Sainte Barbe reclaime, qui fu vraie converte,

Et sainte Katerine – chascune fu offerte

Pour Dieu a grant martire, s’en orent tel desserte

K’en Paradis lor fu la droite porte ouverte ;

Dont doi je prendre en gre, se j’ai froit et poverte.

Dieus, si que de vous croire sui fine et vraie et certe,

Me gardez que ne soie prise a beste cuiverte

Ne mengie en ce bois ne tornee a tel perte. »

 

XXXVI

 

Seignor, or escoutez, pour Dieu ne vous anuit,

Si orrez vraie estoire dont li ver sont bien duit.

Molt volentiers la doivent oïr toutes et tuit,

Car il en est molt poi, si com je croi et cuit,

Qui de vraie matere a cesti ci s’apuit ;

A Saint Denis en France, la ens ai mon acuit,

Ou je trouvai l’estoire dedenz un livre estuit.

Li jours va a declin, si aprocha la nuit ;

Quant ce voit la royne, ou parfont bois s’enfuit,

En un lieu que bestailles orent fait et estruit,

Arbrissiaus i avoit ne sai ou set ou huit.

Grant paour ot dou vent qui menoit trop grant bruit,

Souvent s’est conmandee au Damedieu conduit.

Riens c’on peust mengier n’i ot, ne cru ne cuit,

Ne pain ne char ne vin ne gastiaus ne bescuit ;

Un poi s’est aclinee, qu’ele avoit le chief vuit.

Sachiez que n’i ot gaires ne joie ne deduit

La royne qui puis porta le noble fruit

De quoi maint Sarrazin furent mort et destruit.

 

XXXVII

 

Quant ore voit la dame k’ens ou bois li anuite

Et que la vespree ert felonnesse et recuite,

Contre vent fait escu d’arbrissiaus, molt i luite.

« Dieus, » fait ele, « com sui engingnie et souduite !

Ris et soulas et joie m’ont bien clamee quite,

Dedenz ceste forest sui povrement deduite.

Je croi ceste muchote que bestes l’ont estruite,

Car ele est, ce me samble, molt diversement duite ;

Je ne voi que ma chose a nesun bien s’afruite,

Car se eles me truevent, je sui morte et destruite,

Qu’eles me mengeront plus tost crue que cuite,

Tout aussi volentiers com li lus fait la truite.

Dieus me puet bien garder qui ci m’a aconduite ;

Ci endroit remaindrai, je n’i voi autre fuite. »

 

XXXVIII

 

Povre ostel ot la dame, quant vint a l’anuitier ;

N’i ot maison ne sale ne chambre ne solier,

Ne coute ne coussin, linçueil ne oreillier,

Ne dame ne pucele, serjant ne escuier,

Ne tapis estendus pour son cors aasier.

Damedieu reclama, le Pere droiturier.

Un moncelet a fait de fueilles d’oliver,

Que ele se cuida un petitet cluingnier.

Mais se Jhesus n’en pense, qui tout a a baillier,

Ele avra ja molt tost merveilleus destorbier ;

Car doi larron venoient de marcheans gaitier,

Il regardent, si voient le bliaut blanchoier.

Li uns d’aus passe avant, si le corut sachier ;

La royne saut sus, si prent a fourmiier,

Cuida que ce fust beste qui la vousist mengier.

Quant cil la vit si gente, si la keurt enbracier,

Et l’autre li escrie : « Lai l’ester, pautonnier,

Ele sera m’amie, par le cors saint Richier.

-Voire, sire, car vous la fesistes forgier !

Se plus en parliiez, vous le comparries chier. »

Cil oy la lanace, le sens cuide changier,

Un grant coutel a trait, u cors li va fichier ;

Et cil sache s’espee, tel coup l’en va paier

K’ambedoi s’entrabatent tout sanglent en l’erbier.

Et la royne Berte s’est tost mise au frapier

Et pour le mieus fuïr se prist a escourcier.

Tant a fuï la lasse tout un estroit sentier

Que l’alaine li faut ; ou bois se va lancier,

En une drue espesse s’est alee mucier,

Jusqu'à tant qu’il fu nuis ne s’osa redrecier.

Quant la nuis fu venus, si prist a lermoier :
 « Ha ! nuis com serez longue, molt vous doi ressoignier ;

Et quant il sera jours, si me puist Dieus aidier,

Ne sarai ou aller ou avant ou arrier,

Dont y a bien de quoi je me doi esmaier.

De trois choses a l’une me couvient aprochier :
Ou je morrai de fain ou de froit sans targier,

Ou je serai mengie ains qu’il doie esclairier ;

C’est povre parteüre selonc mon desirrier.

Mere Dieu, car vueilliez vostre douz fill priier

K’a ce besoing me voeille, se lui plaist, conseillier,

Dame, si vraiement com j’en ai grant mestier. »

Lors se met a genous, la terre va baisier.

« Sains Julïens, » fait ele, « vueilliez moi herbergier ! »

Sa paternostre a dite, que n’i volt detriier,

Sus son dester costé s’est alee couchier,

De Dieu et de sa mere se conmence a saignier,

Plorant s’est endormie ; Dieus la gard d’encombrier !

 

XXXIX

En un molt divers lieu d’encoste une bruiere,

Ens ou pendant d’un tertre, delez une riviere,

Dort la royne Berte souz son chief une pere ;

A Dieu s’est conmandee et au baron saint Piere,

Et a la mere Dieu, la douce dame chiere,

Et a saint Julïen qui fu vrais herbergiere.

A ses mains avoit trai un petit de feuchiere,

Si en avoit couvert et son cors et sa chiere

Au mieus qu’ele pouoit, et devant et derriere,

Car molt doutoit la bise qui ert trenchans et fiere,

Ne les ronces n’ont pas laissié sa robe entiere.

Et s’estoit joene et tenre com rousee en herbiere ;

Molt ert sage et courtoise et de bonne maniere ;

N’ot pas plus de seize ans, quant la vielle sorciere

L’amena de Hongrie, cui la male mors fiere,

Et Tybert son cousin qui est faus et trichiere ;

Grant honte leur envoit la Dame droituriere !

 

XL

 

Ens ou bois ert la dame, qui n’ert pas asseür ;

Plus fust asseüree, s’ele fust a Namur,

Qu’ele estoit dou lignage au bon conte Glansur,

Qui l’escu portoit d’or a un lyon d’azur

Et tint de par sa fenme la terre de Saumur,

Puis fu mors en bataille outre mer devant Sur,

Ou de gens sarrazines ot estour molt tres sur.

Ne croi qu’il eüst dame de la dusqu’a Delfur

Qui de si grant afaire fust a tel meseür ;

Damedieus par sa grace li renvoit bon eür,

Car de tres fin cuer l’aime, de vrai et de meür.

Da paine et de travail dort si fort et si dur,

Desouz un arbrissel, lez un viés petit mur,

Que on ne l’esveillast pas dou son d’un tabur.

 

XLI

 

Berte dort enz el bois desus la terre dure.

Et la nuis estoit molt et hideuse et oscure

Et molt estoit li airs de froide tempreure ;

Et la dame n’ot pas assez de vesteüre,

Selonc ce qu’ele ert joene et tenre creature ;

Mais ele par estoit de si fine nature,

De foi et de creance si certaine et meüre,

Com cele qui n’avoit fors de bien faire cure,

K’en Dieu croire et amer ot si mise sa cure

Que plus li ert la chose fors et pesans et dure,

Prent pour Dieu plus en gre tous les maus qu’ele endure.

Devant la mienuit li tans un poi s’escure

Et la lune est levee et bele et clere et pure,

Et li vens est cheüs et li tans s’asseüre ;

Il laissa le plouvoir, s’amenri la froidure.

 

XLII

 

Endroit la mienuit laissa il le venter.

La royne s’esveille, si prent a souzpirer,

De la paour qu’ele ot conmença a trambler ;

A destre et a senestre conmence a regarder,

Cuida que il fust jours pour ce qu’il faisoit cler.

« Ha ! sire Dieus, » fait ele, « quel part porrai aller

Ou a mengier peüsse un petitet trouver,

Que j’ai si tres grant fain que ne sai que penser ? »

Lors conmence la dame tenrement a plorer

Et son pere et sa mere forment a regreter :
 « Ahi ! ma douce mere, tant me souliez amer,

Et vous, biau tres douz pere, baisier et acoler ;

Ja mais ne me verrez, ce puis je bien jurer. »

A genous et a coutes va la terre encliner. 

« Ha ! sire Dieu, » fait ele, « tu te laissas cloer

Enz en la sainte crois pour ton peuple sauver,

Dont vous doit bien chascuns servir et honnorer.

Qui plus a a soufrir, plus vous doit aorer,

Car vous le pouez, sire, si bien guerredonner

Ceaus qui ainsi le font, ce sai je sans douter

K’en vo saint paradis les faites coronner.

Puisqu’il vous plaist, biau sire, que j’aie a endurer,

Je vueil pour vous mon cors traveillier et pener ;

Or me vueilliez, biau sire, de ce perill geter.

Je vueil pour vostre amour ici endroit vouer

Un veu que je tenrai a tous jours sans fausser,

Que ja mais ne dirai, tant com porrai durer,

Que soie fille a roi ne k’a Pepin le ber

Soie fenme espousee, ja mais n’en quier parler,

-G’iroie ains d’uis en huis mes aumosnes rouver-

Se ce n’est par un point, celui en vueil oster :
J le diroie avant, pour moi faire douter,

Que dou cors me laissasse honnir ne vergonder ;

Ma virginité vueil, se Dieu plaist, bien garder,

Car qui pert pucelage, ce est sans recouvrer.

Dieus me doinst et sa mere de mon veu si ouvrer

Que a leur amour puisse droite voie assener ! »

Une ondee revint, si prist a plouviner,

Lors remuce ou buisson, si lait le tans aller.

 

XLIII

 

Berte la debonaire a molt grant meschief ere,

K’a l’ajorner fist tans de molt froide matere.

« Ha ! Dieus, » fait ele, « sire, vrais rois, vrais gouvernere,

De mon cors et de m’ame soiez vous hui gardere,

Car la nuis k’ai passee ai trouvé molt amere,

De moi faire a soufrir n’a pas esté avere.

Ahi ! vielle, » fait ele, « et Tybert, mauvais lere,

Vostre grant trayson m’est vis que je compere ;

Dieus par sa pitié doinst que encore vous pere ! »

Ainsi que gaires de jour la endroites apere,

S’en depart la royne, car la lune luist clere.

 

XLIV

 

Par la forest dou Mans, si qu’il fu ajorné,

S’en va Berte as grans piez, n’i a plus demoré ;

Souvent reclaime Dieu, le roi de majesté.

Une fontaine trueve, si en but a plenté ;

Aprés ot si grant froit qu’ele a forment tramblé,

Ne set conment le froit puist avoir eschivé.

Un petit sentier a la roïne trouvé,

En cel sentier s’embat, n’i a plus arresté.

Tant a celui sentier poursivi et alé

C’un hermitage trueve, Dieu en a aoré ;

Bien sambloit l’ermitage de viel antiquité.

Cele part est alee, si a l’uisset hurté,

D’un maillet qui la pent a sor l’uis assené,

Et l’ermites i vient, qui fu plains de bonté,

Un tres petit huisset a tantost desfermé.

Quant Berte voit l’ermite, de Dieu l’a salué :

« Frans hom, » fait ele, « ouvrés, pour sainte charité,

Tant que mon cors eüsse un petit eschaufé,

Car molt sui traveillie et plaine de lasté. »

Quant cil la vit si bele, le cuer ot trespensé,

Forment fu esbahis de sa tres grant biauté.

« Dieus, » fait il, « je vous tieng a mon droit avoué ;

Ne soufrez k’anemis ait sor moi poesté !
Dont vient si bele fenme parmi ce bois ramé ?

Ainc mais ne vi si bele en trestout mon aé.

Li dyables me cuide bien avoir engané,

Mais n’i ara pouoir, se Dieus me doinst santé. »

Devant son vis fist crois, puis li a demandé

S’ele estoit de par Dieu, molt l’en a conjuré.

« Sire, » fait ele, « oïl, mon cuer li ai donné.

-Et dont estes vous nee dites en verité.

-Sire, une fenme sui plaine de povreté.

Laissiez m’entrer leens, tout vous sera conté

Qui sui et que je quier, ja ne vous iert celé.

-Bele, » ce dist l’ermites, « ne l’ai pas enpensé

Que ceens entre fenme ne yver ne esté,

K’ainsi ont no menistre cest ordre devisé,

Il a passé maint an k’ainsi fu ordené.

Vous n’i enterrez pas, car ainsi l’ai voué. »

Quant Berte l’entendi, tenrement a ploré,

Et l’ermites li a de son pain presenté :
Noirs ert et plains de paille, ne l’ot plus buleté.

Berte le prent et dist que Dieus l’en sache gre,

Mais si fu traveillie qu’elle n’en a gousté,

Nes un tout seul morsel n’en a ele avalé.

Quant l’ermites le voit, si en a  souzpiré,

Ne s’en pot astenir, des ieus en a larmé ;

De bone part li samble, si en a grant pité.

Il l’eüst ens laissie, ja nen fust trestorné,

Mais il avoit le cuer si plain de loiauté

Qu’il redoutoit que il n’eüst son veu faussé.

 

XLV

 

« Bele, » dist li preudons, « ne soiez si iree,

Bien vous est avenu a ceste matinee ;

Se croire me voulez, bien serez assenee.

A la maison Symon soit vo voie aprestee

Et Constance sa fenme, qui est sage et senee ;

Bone gent sont et sage et de grant renonmee.

La serés herbergie et tres bien eschaufee,

K’ainc ne vi meilleurs gens, si soit m’ame sauvee.

-Sire, » ce a dit Berte,  « je sui molt trespensee,

Car je n’i sai la voie, s’ele ne m’est moustree.

-Bele, » ce dist l’ermites, « ne soiez esfreee ;

Entrez en cel sentier, n’en issiez pour riens nee.

-Sire, Dieus le vous mire, qui fist ciel et rousee,

Car je sai vraiement morte sui et alee,

S’encore gis ennuit en la forest ramee,

K’ennuit i ai esté povrement ostelee ;

Se j’avoie cent vies, par la Virge honneree,

Ne m’en porroit pas estre une seule eschapee. »

Quant l’ermites l’entent, la porte a deffermee,

En la voie la met, a Dieu l’a conmandee ;

De la pitié k’en a mainte lerme a ploree.

Et Berte rentre ou bois, dolente et tormentee.

Quant ele ot une piece la sentelete erree,

Une ourse a encontree en une grant valee,

Qui vers li s’en venoit corant gueule baee.

Quant Berte l’a veüe, molt fu espoentee :

« Aïde Dieus, » fait ele, « qui fist la mer salee ;

Pere de paradis, or est ma vie outree ! »

De la paour qu’ele ot est cheue pasmee,

Et l’ourse s’en depart, autre voie est tornee ;

Molt tost eüst Bertain mengie et estranglee,

Mais Dieus la garanti et sa mere honnoree,

Ne lor plot k’ainsi fust Berte a sa fin alee.

Quant vin de pasmoison, si fu desseüree

K’a pou que ele n’ot sa voie entroubliee.

A l’aïde de Dieu sa voie a rassenee,

Car ce que ne voit l’ourse l’a molt rasseüree.

La mere Dieu de li fu souvent reclamee,

Ne pouoit mais aller, car forment ert lassee,

Car la fains et li frois l’avoit si adoulee

Que se Dieus nel fesist, c’est veritez prouvee,

Ne peüst vers tel paine avoir nule duree

Selonc sa norreture dont ele ert gouvernee.

A ce point l’a Symons li voiers encontree ;

Si tost com le choisi, a sa resne tiree,

Grant pitié ot pour ce qu’ele ert si esploree.

Quant vit son mantel gris dont ele ert afublee

Et sa cote qui ert en maint lieu depanee

Des ronces qui l’avoient ens ou bois desciree,

Et vit Berte si blanche et si encoloree,

Forment s’esmerveilla qui la l’ot amenee

Ne ou si bele fenme pouoit estre trouvee.

Quant Berte le choisi, tantost s’est arrestee,

Symons li vient devant, de Dieu l’a saluee ;

Son salu li rent Berte conme sage et senee :

« Sire, que la vostre ame soit de Dieu coronnee !

Car me moustrez la voie, s’il ne vous desagree,

A la maison Symon, c’on la m’a molt loee ;

Si arés fait aumosne, car molt sui esgaree,

Je ne menjai pieça, toute sui afamee,

Et de froit en ce bois sui ennuit engelee. »

<<<

>>>