<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

XLVI

 

Quant Symons ot Bertain parler si faitement,

Bien samble gentil fenme, molt grant pitié l’en prent,

Si que l’aigue dou cuer sus sa face en descent :
 « Bele, qui estes vous ? dites seürement.

-Sire, » ce dist la dame,  « jel vous dirai briement.

Devers Aussai fui nee, sachiez certainement.

Molt a eü grant guerre ou pays longuement ;

Fille un vavasseur sui c’on apeloit Climent,

Qui en perdi sa terre et tout son chasement,

Tout fumes essillié et tout nostre parent.

Par estrange pays queriens chevissement ;

Une marrastre avoie, Damedieus la cravent !

Qui tous jours me batoit molt dolereusement

Et de poins et de piez et menu et souvent ;

Je nel poi plus soufrir, ne me vint a talent,

D’aus m’enblai l’autre jour, molt forment m’en repent,

Car puis en ai soufert grant paine et grant torment.

Uns hermites me dist orains molt doucement

Que se venir pouoie par nul assenement

Chiez Symon le voier, trop y a bone gent,

Herbergie seroie et bien et liement ;

Mais je n’i sai la voie, s’en pleure molt souvent.

Gentieus hom debonaires, pour Dieu, car la m’aprent,

Si ferez grant aumosne, par Dieu omnipotent.

-Bele, » ce dist Symons, « or ne plorez noient ;

Cil sui que demandez, sachiez le vraiement. »

Quant Berte l’entendi, ses mains a Dieu en tent ;

Ne pot parler de joie, quant le preudome entent.

En sa maison l’enmaine le passet belement ;

Symons huche sa fenme, Constance o le cors gent,

Molt estoit preude fenme et de bon escïent :
 « Regardez, suer, » fai il, « dont je vous faz present,

Trouve l’ai en ce bois trop merveilleusement.

Conté m’a son afaire et tout son errement :

De bon lieu est venue, par amours pensés ent ;

Ennuit a jut ou bois molt perilleusement,

Molt forment me merveil, par le cors saint Vincent,

Conment est eschapee des bestes telement ;

Ele est toute engelee et s’a fain molt forment.

Or soiez bien soigneuse de son respassement.

-Sire, si serai je, ce vous ai en couvent. »

Par la main la saisist molt tres courtoisement.

Berte pleure de froit et dou mal qu’ele sent,

Et Constance en lermie molt tres piteusement.

En sa chambre l’enmaine, delez le feu l’estent,

Et ses deus beles filles sachiez molt humblement

La frotent et eschaufent de cuer soigneusement,

Et de pitié en pleure chascune tenrement.

Quant Berte sent le feu, a Dieu graces en rent.

 

XLVII

 

A la maison Symon, ne quier que vous en mente,

Fu Berte la royne, forment li atalente

Ce qu’ele est eschapee de si male tormente.

De son meschief estoit Constance molt dolente

Et ses filles aussi, chascune se gaimente ;

L’une ot non Ysabiaus et l’autre ot non Aiglente,

Bones erent et beles et de joene jovente,

Chascune ert de maniere et bone et bele et gente.

A Bertain aaisier met chascune s’entente,

A mengier li aportent, chascune l’en presente ;

Mais ele avoit ou bois reçut si male rente

Que de pluseurs meschiés ot eüs plus de trente

Si que ne pot mengier, tant fu et feble et lente.

« Ha ! ermites, » fait ele, « Dieus t’ame o lui assente,

Quant pour ici venir me mesis en la sente,

Car mes cors estoit mis a dolereuse vente

Enz ou bois ou fait froit, car il i pluet et vente. »

Tout en plorant de joie delez le feu s’adente.

 

XLVIII

 

Grant pitié ot Constance quant vit plorer Bertain,

Et Symons et ses filles, chascune ot cuer certain

Et douz et debonaire, piteus et fin et sain.

A Bertain aaisier met chascune la main

Et Symons fait le feu, qui n’ot pas cuer vilain ;

Entour li font estendre tapis et blanc estrain,

Touailles eschaufees li boutent en son sain.

« Constance », dist Symons, « je croi bien qu’ele ait fain.

-Sire, si mengera, par le cors saint Germain.

-Dame, » ce a dit Berte, « molt mieus a chaufer m’ain,

Si ne menjai je riens, ce sachiés, des ier main ;

Nonpourquant me donna l’ermite de son pain,

Mais je n’en poi mengier, tant avoie cuer vain. »

 

XLIX

 

Ce fu par un lundi, au chief de la semaine,

Que Berte fu trouvee en la forest dou Maine,

Ou ele ot molt soufert de travail et de paine ;

Mais Dieus, qui est donneres de joie souveraine,

Li a a cel lundi envoié bonne estraine,

Selonc ce que ele ert de ses amis lointaine,

Car Dieus maint desoié bien a voie ramaine.

Symons ist de la chambre, toute la gent enmaine,

Fors Constance et ses filles : Berte lor fu prochaine,

De li bien aaisier chascune molt se paine ;

La char avoit plus blanche que ne soit blanche laine

Et les cheveus plus blons que onques n’ot Elaine.

 

L

 

Berte fu chiez Symon enz ou grant bois ramu ;

Constance et ses deus filles en ont pitié eü,

Bien en moustrent samblant et bien y a paru

Que ce qu’eles en font a Bertain molt valu ;

Un petitet menjue, quant reposee fu.

« Bele, » ce dist Constance, « que vous est avenu ?

Dont venez vous si seule parmi ce gaut fueillu ? »

Berte de son afaire li a tost respondu

Tout ainsi k’a Symon l’avoit reconneü.

« Bele, » ce dist Constance, « par Dieu le roi Jhesu,

Mal fustes conseillie, tart vous en a chalu ;

Quant pour vostre marrastre vo pere avez perdu,

Sachiez vous en avez mauvais conseil creü.

-Dame, vous dites voir, ainsi m’est mescheü ;

Je croi k’a moi requerre ont molt petit tendu,

Ne donroient de moi la monte d’un festu. »
Par ceste escusion a bien son veu tenu,

C’onques tant qu’ele pot ne fu par li seü.

Cel jour s’est bien chaufee Berte delez le fu

Et a son plaisir a et mengie et beü.

 

LI

 

« Bele », ce dist Constance, « ne soiez esperdue.

Conment avez a non ? Que bien soiez venue !

-Dame, j’ai a non Berte, si soit m’ame assolue.

-Ce soit a vostre joie, qui vous soit avenue !

Ainsi a non la dame qui a Pepin est drue,

Fille au roi de Hongrie, n’a mieudre souz la nue,

Chascuns dist k’ains ne fu plus bele riens veue. »

Quant Berte l’entendi, tous li sans li remue,

Poise li que de non ne s’est desconneüe.

« Bele », ce dist Constance, « mesaise avez eüe.

Que longuement avez esté ou bois perdue ?

-Dame, des ier matin, toute en sui confondue.

Ennuit me sui ou bois toute seule geüe,

Mainte ronce i trouvai et mainte espine agüe,

Qui m’ont toute ma robe desciree et rompue,

Mainte trace m’ont fait par deseur ma char nue,

Car de paour fuioie conme une beste mue.

L’amour que m’avez faite vous soit de Dieu rendue ;

Bien a Dieus et sa mere esté hui en m’ayue,

Quant je si matin sui de la forest issue ;

Bien m’avez reschaufee et molt bien repeüe,

Grant mestier en avoie, toute estoie vaincue. »

 

LII

 

Forment se repent Berte que son non lor a dit ;

Ele amast assez mieus que ele eüst mentit.

« Constance, » dist Symons, « faite li faire un lit,
Tant c’un petit eüst reposé et dormit,

Que ou bois a ennuit eü pou de delit.

-Sire, » ce a dit Berte, « de Dieu vous soit merti !

Or ne puis je pas dire que m’eust en despit

Li bons preudons hermites qui hui si main me vit,

Qui m’ensaigna la voie, de s’ame ait Dieus mercit !

S’il ne fust, morte fusse, n’i eüst contredit. »

Puis dist entre ses dens, que nus ne l’a oït :

« Cil Dieus qui de la Virge en Bethleem nasquit,

Il confonde Tybert, le mauvais, le faillit,

Et Margiste la vielle qui ainsi m’a traït !

Ne cuida pas mes peres, li rois au cuer hardit,

Ne Blancheflour ma mere, ne ma suer Aelit

Que pour tele aventure me donnassent marit.

Bien sai, se la savoient, que maint cuer alentit

Aroit en leur roiaume et dolent et marit. »

Lors conmence a plorer, le cuer ot abaubit.

 

 

LIII

 

« Berte, » ce dist Constance, « ne soiez desconfite ;

Vo marrastre vous a et batue et laidite,

Sachiez que ele a fait que mauvaise et despite,

Dieus l’en rendra encore, sachiez, tout son merite ;

De mauvaise marrastre est l’amor molt petite.

Laissiez tout ce aller, n’en soit parole dite,

Car dedenz cest ostel ne serez pas sougite ;

Un mois vous doing l’ostel trestout a vostre eslite,

De riens que conmandez ne serez ja desdite.

-Dame, » ce a dit Berte, « ce don ne claim pas quite.

Damedieus le vous mire et le preudome hermite !

Que dou Pere et dou Fill et dou saint Esperite

Soit vostre ame et la seue hui ce jour beneïte ! »

 

LIV

 

En la bele forest ou ot maint haut sapin,

En la maison Symon et Constance au cuer fin,

Fu Berte la royne, molt tint le chief enclin,

Molt souvent prie Dieu qu’il envoit bone fin

Celui qui cele part la mist ens el chemin.

Molt en pense Constance de vrai cuer enterin

Et ses filles andeus, Dieus lor doinst bon destin !

Li une li aporte a mengier d’un poucin

Et l’autre li retrempe de fresche aigue son vin ;

Puis la recuevrnt chaut et de gris et d’ermin,

Molt s’en painent de cuer au soir et au matin ;

Dieus, que ne sevent ore qu’ele est fenme Pepin !

 

LV

 

A la maison Symon, en la chambre perrine,

Se gist Berte as grans piez desouz une courtine.

Dieus, que ne set Constance que ce soit la royne

Que on eüst ainsi laissie en la gaudine !

Se ele le seüst, molt fust a li acline,

Quant orendroit li est si prochaine voisine.

Berte se fait amer com cele qui ne fine

De servir plus a gre c’une povre meschine,

Car ele ert apensee et bonne et sage et fine ;

Ne briseroit son veu pour soufrir decepline,

Ainçois se lairoit traire le cuer souz la poitrine,

Com cele qui ert plaine de foi tres enterine.

Bien li moustre Constance k’a li n’a pas hayne,

Plus l’aime que ses filles pour sa bonne doctrine.

 

LVI

 

Les deus filles Constance, ne vous en mentirai,

Sorent d’or et de soie ouvrer, car bien le sai ;

Delez eles sist Berte, qui molt ot le cuer vrai.

Quant ot veü lor oevre, si dist : « Je vous ferai

Une oevre, s’il vous plaist, que vous aprenderai ;

Ma mere fu ouvriere, nee fu vers Aussai.

-Berte, » dist Ysabiaus, « bon gre vous en sarai. »

Lors prent Berte a ouvrer si com je vous dirai,

Si conme a Saint Denis en escrit le trouvai ;

N’avoit meillour ouvriere de Tours jusk’a Cambrai.

« Ysabiaus, » dist Aiglente, « ne le vous celerai,

A cesti n’en savons la montance d’un glai.

A ma mere m’en vois corant, li noncerai

Se Berte nous eschape ja mais joie n’arai. »

Corant vin a sa mere, n’i mist pas lonc delai :

« Dame, foi que je doi Dieu et saint Nicholai,

Berte est la mieudre ouvriere que j’onques esgardai ;

Sachiez, s’ele s’en va, k’avoec li m’en irai,

Ysabiau ma sereur mie n’i laisserai.

-Taisiez vous, bele fille, k’o moi la retenrai ;

Se ele veut bien faire, ja mais ne li faurrai,

Et s’ele le dessert, je la marïerai ;

Ensamble vous et li vous acompaignerai,

Vous deus dedenz ma chambre ensamble coucherai. »

De joi en rist Aiglente de fin cuer et de vrai :

« Bele mere, » fait ele, « Dieu en gracierai,

Quant je tele compaigne avoeques moi arai,

C’onques si douce chose ne vi ne n’acointai,

Ele est plus gracïeuse ne soit la rose en may. »

 

LVII

 

Constance entre en la chambre, qu’ele plus n’i delaie,

Et Aiglente sa fille, qui molt fu lie et gaie ;

Bertain truevent ouvrant oevre tres fine et vraie,

D’ouvrer bien et a droit molt petitet s’esmaie.

Quant Constance le voit, tous li cuers l’en apaie.

« Berte, » ce dist Constance, « or n’est il riens que j’aie

Ne soit a vo conmant, n’ai talent qu’en retraie ;

Or vous metez dou tout en la moie manaie,

Et je soie honnie se je bien ne vous paie.

-Dame, Dieus le vous mire, par cui li solaus raie ;

Tres bien vous servirai, quel paine que j’en aie. »

 

LVIII

 

« Dame, o vous remaindrai, puisqu’il vous plaist ainsi ;

Li vrais Dieus le vous mire qui onques ne menti !

L’eure soit beneoite que je onques vous vi ! »

A tous se fist amer Berte, tant vous en di ;

Mais de li vous lairons ore a parler ici,

Et quant lieus en venra, tost i serons verti.

Avoec Constance fu bien nuef ans et demi,

Et avoeques Symon, qu’el trouva bon ami.

Tant fist que leens n’ot nul souverain de li,

De tout portoit les cles, qu’ele l’ot desservi ;

Ne vivoit fors de pain et d’yaue au samedi

Et si vestoit la haire tous jours le venredi,

En l’onnour de Jhesu qui pradon fist Longi

Et de sa douce mere de cui vint et nasqui.

Pour le roi Pepin prie, nel mist pas en oubli,

Que Dieus le gart et s’ame face en la fin merci ;

Le roy Floire son pere regrete molt aussi

Et Blancheflor sa mere, qui soëf la norri.

« Ahi ! mere, » fait ele, « com ariez cuer mari,

Se vous saviez conment la serve m’a tray !

Vous m’avez marïee a un riche mari,

Car je sui marïee a Dieu qui ne menti :

C’est li rois souverains a cui dou tout m’afi ;

Qu’il soit garde de vous si que de cuer l’em pri

Et dou bon roi mon pere, le chevalier hardi. »

 

LIX

 

Ci lairons de Bertain cui Jhesus beneïe,

Qui avoeques Constance a pris herbergerie

En la maison Symon, en la forest antie ;

Molt erent bone gent et de tres sainte vie.

Ains qu’ele i eüst més annee ne demie,

L’orent si enamee en cele manandie

Et Symons et Constance et toute leur maisnie,

Et leur enfant trestout l’orent si enchierie

Qu’il l’amoient de cuer conme bien ensaignie ;

Symons en fait sa niece et Constance s’amie,

Chascuns li porte honnor, douçour et conpaignie.

De Pepin vous dirons a la chiere hardie

Et de la male vielle qui sa dame a traye

Et d’Aliste sa fille, cui li cors Dieu maudie.

Droit aprés ce que Berte fu de Paris partie

Et en la grant forest et menee et ravie,

Que Tybers et li autre l’orent iluec laissie,

Fu li rois a Paris, la cité seignorie.

Bien cuidoit vraiement, de ce ne doutez mie,

Que il eüst sa fenme o lui en sa baillie

Et que la serve fust fille au roi de Hongrie.

Entrués que Berte fu de Pepin esloignie,

Gaigna il deus enfans en la serve haïe :

L’uns ot a non Rainfrois, plains fu de tricherie,

Et li autres Heudris, faus fu et plains d’envie ;

Damedieus les confonde, li fieus sainte Marie,

Car puis fu par aus deus mainte gent essillie

Et mainte trayson pourtraite et pourchacie,

Ainsi com vous orrez, s’il est qui le vous die.

Cele serve ot en France la terre si honnie

Par le conseil sa mere, l’orde vielle froncie ;

Mainte male coustume i ot cele establie,

Taille et tolnieus assist ou pays par maistrie,

De quoi la povre gent estoit molt mal baillie

Et la terre en fu molt en maint lieu apovrie.

Encor le maintient on a Paris la garnie,

Des puis en fu la vile assez plus asservie

Qu’ele n’estoit devant, puis n’en fu netiie.

Voirs est que on arree tel chose a la fiie

Que, s’on l’avoit jure, nel desferoit on mie.

Il n’avoit ou pays prioré n’abeïe

Dont la serve n’eüst outrageuse partie ;

Il n’i ot si hardi qui riens li contredie,

Car molt forment doutoient sa tres grant felonnie,

Que plus faisoit la serve outrage et dyablie,

Plus en estoit sa mere baude et joians et lie.

<<<

>>>