<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

LX

 

Trestous li premiers enfes qu’ot la serve et li rois,

Bien avez oy dire qu’il ot a non Rainfrois ;

L’autres ot non Heudris, fel furent et revois.

En Hongrie en alerent messagier par deus fois

Au roi Floire, qui ert et sages et courtois,

A Blancheflor sa fenme, qui avoit les crins blois ;

Les messagiers donnerent chevaus et palefrois,

Avoir et grans richeces orent tout a leur chois ;

De retorner arriere fu tost pris li conrois,

En France s’en revinrent a molt riche harnois.

Se seüst li rois Floires conment sa fille ou bois

Fu ne en quel maniere, ne fust pas esbanois.

Sa fille la duchoise et ses fieus Godefrois

Morurent tout ensamble, vraiement le sachois,

Aprés le marïiage Bertain quatorze mois ;

Dolans en fu rois Floires, ce fu raisons et drois.

Une fille en remest, hoirs fu des Sassoignois,

Puis li toli Sassoigne uns rois sarrazinois,

Bours et chastiaus et viles, fermetez et destrois,

Pour ce que si ancestre l’orent tenu ainçois ;

Justamons et a non, maistres fu de lor lois.

Aprés l’ot Guithechins, qui ainc n’ama François ;

Cil fu fieus Justamont, molt fu de grant bufois,

Car bien cuida conquerre et France et Orlenois,

Champenois et Bourgoigne et Flamens et Englois ;

Jusqu'à Coloigne fu, la i fist mains desrois.

Longuement tint Sassoigne, k’ains nus n’i fist defois,

Mais puis fu reconquise par Frans et par Tyois ;

Au reconquerre furent li baron Hurupois

Et Flamenc li euwage, Brabançon, Ardenois.

Mais de ceste matere orendroit plus n’orrois,

A la premiere estoire ou or fui m’en revois.

 

LXI

 

Dolans fu li rois Floires, car molt forment li poise

De ce que morte estoit sa fille la duchoise

Et Godefrois ses fieus, qui tint la tour d’Argoise ;

N’ot plus d’oirs de son cors fors Berte la courtoise,

Damedieus la consaut quel part que ele voise !

Arriere revernrai a nostre gent franchoise,

Qui voient tout a vue que la serve les boise

Et k’a force leur tolt leur biens et leur richoise ;

Nes en la bucherie prent la disime boise ;

N’est nus qui en parolt ne qui en face noise,

Nus n’en ose parler, l’uns pour l’autre s’acoise.

 

LXII

 

Forment se fist la serve et douter et cremir,

Tant fist que molt forment se fist partout haïr.

Deseur les marcheans fist coustume asseïr,

Et quant nus en parloit, ce sachiez sans mentir,

As serjans le faisoit Tybers tantost saisir

Et puis le faisoit tant en la prison gesir

Que cil estoit tous liés qui s’en pouoit partir.

Chascuns redoutoit molt en leur mains a cheïr,

Mieus amoient dou leur a donner k’a morir

Ne que en la prison les feist on languir.

Grant avoir assamblerent – Dieus les puist maleir ! –

Car li rois les laissoit de trestout couvenir,

K’en la serve avoit mis cuer et cors et desir.

Qui bien la regardast a droit et a loisir,

Bien desist que plus bele ne peüst on choisir ;

Mais tant estoit mauvaise que Dieu nes obeïr

Ne vouloit n’au moustier ne aller ne venir.

Ains puis qu’eles leur dame vorrent faire murdrir

Et que premiers les prist talens de li trayr

Entre li et sa mere – que Dieus puisse honnir ! –

Et que Tybert i firent avoec aus assentir,

Ne porent une messe entiere paroyr,

Car Dieus ne le vouloit, ce sachiez, consentir.

Dieus consent mainte gent traïson a fournir,

Mais en la fin le set Dieus si a point merir

Que leur trayson pert ains qu’il puissent morir,

Car Dieus fait maintes fois droit a droit revenir.

 

LXIII

 

Tant fist la male serve, cui Dieus doinst mal martire,

Ou roiaume de France, par force et par maistrie,

Seur trestoutes les choses que faire i pot eslire,

Seur poivre, seur conmin, seur espices, seur cire

Et seur bles et seur vins, tout fist ensamble escrire,

Ne saroie pas tout deviser tire a tire.

Tant d’avoir assambla que nel saroie dire,

Dont mainte povre gent en orent dueil et ire ;

Son tresor la faisoit souvent de joie rire,

Mais se ele fust sage, mieus le deüst despire,

K’en la fin l’en couvint tenir dever le pire.

 

LXIV

 

Molt assambla la serve en France grant avoir,

Tout partout le prenoit ou le pouoit avoir,

Mainte gent povre et riche en fist le cuer doloir ;

Molt avoit grant desir d’acomplir son vouloir,

K’en assambler tresor avoit mis son espoir,

Mais foir et loiauté ot mis en nonchaloir ;

Tant fist de males teches ou roiaume asseoir

K’encor s’en pueent cil qui or sont percevoir.

Un jour estoit rois Floires a un sien grant manoir,

Tout droit en Honguerie un dyemenche au soir,

Delez lui Blancheflour, qui cuer ot triste et noir

Pour sa fille Bertain que desire a veoir.

« Dame, » ce dist rois Floires, « or n’avonmes nul hoir

Fors Berte qui me fait souvent le cuer doloir,

Qui si ensus de nous est alee manoir.

Le petit Heudriet vorroie bien avoir,

Si li donriens no terre et trestout nostre avoir ;

Se Dieus li donnoit vie, qui seur tous a pouoir,

Rois seroit de Hongrie, ne porroit remanoir.

En France envoierons savoir s’il puet valoir,

Bien le vorroit Pepins ainsi com je l’espoir.

-Cis consaus », dist la dame, « me plaist et doit chaloir. »

 

LXV

 

Un mardi par matin, ce tesmoigne l’estoire,

Envoierent en France Blancheflor et rois Floire

Un certain messagier qui bien faisoit a croire ;

Pour bien faire un message n’estuet pas c’on le loire,

Ne ressambloit pas ceus qui tant font par trop boire

Que il en perdent si le sens et le memoire

Qu’il ne saroient pas dire parole voire.

Bien et tost et a droit apareilla son oire

Et fu tres bien montez sor une mule noire,

Trop fust grans la jornee qui la fesist recroire.

Droit en France s’en vint, ne m’en devez mescroire ;

Le roi Pepin trouva a Tours qui siet sor Loire.

 

LXVI

 

Quant li messages ot son afaire apresté,

Au roi Pepin s’en va, n’i a plus arresté ;

Bel et couroisement a le roi salué

Et de par le roi Floire li a le brief donné.

Li rois oevre la cire, s’a dedens regardé

C’un de ses deus enfans li a Floires mandé,

Et Blancheflour aussi, par molt grant amisté ;

Et bien truevent es lettres que il ont devisé

Qu’il iert rois de Hongrie et de leur ireté

Et qu’il n’ont mais nul hoir, c’est fine verité,

Et qu’il sont trestout mort et a leur fin alé,

Forst seulement Bertain ou tant a de biauté.

Quant Pepins l’entendi, si en ot grant pité ;

Lors s’assist au mengier si tost qu’il ot lavé.

Et no François en ont le messagier mené

A la fausse royne, cui Dieus doinst mal dehé ;

Ainsi fist son message c’on li ot conmandé,

Les lettres li bailla si c’om li ot rouvé.

Grant joie en fist la serve, forment l’a honnoré ;

Quant ele ot lut les lettres et ele ot enz visé

Que il n’est au roi Floire nul enfant demoré

Fors Bertain la royne que tienent en chierté,

Par trayson en a un petitet ploré

Et Margiste sa mere en a molt souzpiré,

Com cele qui estoit plaine de fausseté

Et de grant trayson et de desloiauté ;

Damedieus la confonde, li rois de majesté !

Quant li més ot assez a la dame parlé,

Devant le roi enmainent le mes, la a disné ;

Dusques a l’endemain a a Tours sejorné.

 

LXVII

 

L’endemain par matin, droit aprés l’ajornee,

Se leva li messages, n’i volt faire arrestee ;

Au moustier Saint Martin a la messe escoutee,

Congié prent a la serve quant ele fu levee,

La serve a et Margiste a Jhesu conmandee,

Lettres li ont baillies en cire seelee.

Par samblant lait la serve dolente et esploree,

Puis vint devant Pepin en la sale pavee ;

Quant li rois l’a veü, si li dist sa pensee :

« Amis, vous en irés en la vostre contree.

Saluez moi roi Floire par bonne destinee

Et Blancheflor ma dame, la royne senee ;

De leur anui me poise, par la Virge honnoree,

Mais si vienent les choses que Dieu plaist et agree.

De Heudriet mon fil dites li pour riens nee

Ne seroit pas sa mere un seul jor consirree. »

Bien entent li messages que c’est chose passee

Et que c’est pour noient que rois Floires i bee.

Congié prent, si s’en va ; sa voie a si hastee

K’en Hongrie s’en vint sans gaire d’arrestee.

Le roi a sa nouvele bien dite et bien contee

Que des enfans Pepin n’iert sa terre gardee,

D’autre lignie estuet que ele soit peuplee.

Quant li rois l’entendi, forment li desagree

Et Blancheflor en est si forment adolee

Et si tres a mesaise et si fort tormentee

K’a pou qu’ele de duel n’est cheüe pasmee ;

Nes la gent dou royame en fu molt destorbee.

 

LXVIII

 

Bien avez oy dire mainte fois et retraire

Que trayson et murdre couvient k’en la fin paire.

Molt fist la male serve que fausse et deputaire,

Qui a sa droite dame fist tant de paine traire ;

Dieus nel volt plus soufrir, car ne li devoit plaire,

Qui de tous mesfais est sire et prevols et maire.

Bon se feroit garder, qui porroit, de mal faire :

Dieus consent mainte gent lor trayson a faire,

Mais puis leur fait il si desclorre leur aumaire

Que trestous leur malices leur retorne a contraire

Et puet on clerement connoistre leur afaire.

 

LXIX

 

Blancheflour la royne fu molt de haut parage

Et bien creans en Dieu et de tres bon corage.

Une nuit se gisoit delez Floire le sage,

En la terre hongroise, a un leur biau manage ;

En dormant li sambloit que une ourse sauvage

Li menjoit le bras destre, le costé et la nage

Et uns aigles venoit seoir seur son visage.

Paour ot, si s’esveille, si mua son corage,

Forment fu esfreee, de riens ne s’assouage,

Si li doloit li cuers k’a pou qu’ele n’enrage.

 

LXX

 

Blancheflour s’esveilla, molt ot le cuer mari,

Son songe dist au roi, a bien li averti ;

« Sire, » dist la royne, « pour Dieu qui ne menti,

Car me donnez un don, par amours le vous pri,

Que en France m’en voise a ceste Pasque ci,

Veoir Bertain ma fille, la bele que j’aim si,

Ou li cuers de mon ventre se partira par mi.

-Dame, » ce dist li rois, « pour le cors saint Remi,

Conment porriens nous estre si lonc tans departi ?

-Sire, » ce dist la dame, « pour amour Dieu, merci !

En’ a il ja passé pres d’uit ans et demi

Que Berte nostre fille ne nous vit, ne nous li ?

Mal li moustrons samblant que soion si ami. »

Quant li rois l’entendi, un petit s’assoupli ;

Tant li pria la dame que li rois s’assenti

A ce que ele i voist, mais que soit par un si,

Qu’ele amaint, s’ele puet, ou Rainfroi ou Heudri.

« Sire, si ferai je, ma foi vous en plevi,

Ou Rainfroi ou Heudri amenrai avoec mi.

-Dame, » ce dist li rois, « et je le vous otri. »

 

LXXI

 

Grant joie ot la royne quant li rois li otrie

Que ele s’en ira en France la garnie.

« Dame, » ce dist li rois, « savez que je vous prie ?

Puisque l’aller en France ne voulez laissier mie,

Je vueil k’o vous s’en voist noble chevalerie :

Cent chevaliers menez en vostre conpaignie,

Des plus vaillans qui soient en toute Honguerie.

Ne vueil pas qu’i alez a petite maisnie,

Car gent francoise sont de grant beubancerie. »

Quant la dame l’entent, molt fu joians et lie ;

Conme sage et courtoise son seignor en mercie.

Son afaire apareille, mains qu’ele puet detrie ;

Tout ainsi com li rois l’ot dit a cele fie,

L’arrea Blancheflour conme bien ensaignie.

De la se departi a une aube esclairie,

Li rois la convoia bien jornee et demie.

Au partir l’a li rois molt doucement baisie,

A Dieu la conmanda, le fill sainte Marie ;

Ainçois que le revoie, sera molt esmarie

Et a meschief de cuer et forment corroucie.

Mainte terre trespassent, mainte forest antie

Et mainte grant riviere qui bien porte navie,

Tant que en France vienent, la terre seignorie.

Quant la gent dou roiaume ont la nouvele oye

Que mere ert la royne, n’est nus ne la maudie ;

Souvent prient que Dieus li doinst tel maladie

K’ainçois qu’ele retourt soit morte et enfouie,

Et li ame de li soit en enfer ravie,

-Quant porta tel royne qui ainsi nous maistrie

Et ainsi nous formaine par sa mauvaise vie,

Et cil qui l’engendra, s’ame soit maleie ! »

A Blancheflour en fu la nouvele noncie

K’ainsi estoit sa fille ou roiaume haïe ;

Quant ele ot la nouvele, molt en fu asouplie

Et molt en fu de cuer dolente et abaubie.

« Dieus, » fait ele, « dont vient si faite dyablie ?

Ja fu Berte ma fille en si bon lieu norrie

Et s’est nee et estraite de si bonne lignie

Et de pere et de mere de viel ancisserie,

Dont li est or venue ceste melancolie

Que ainsi tolt la gent le leur par tricherie ?

Ja n’a il plus preudome de ci jusqu’en Surie

Com est Floires ses peres, ne plus sans vilonnie ;

Je meïsmes n’aim pas outrage ne folie ;

Si en sui a mesaise que ne sai que j’en die.

Aincois que je retrone, l’arai si chastoïe

Que tout li ferai rendre ce dont ele est saisie,

De quoi la povre gent est povre et mal baillie.

De ces nouveles ci me tieng a mal païe. »

 

LXXII

 

Or s’en va Blancheflour qui ot le cuer certain ;

Molt forment li anuie de sa fille Bertain

De quoi la gent se plaignent de toutes pars a plain.

Enmi sa voie encontre un paysant vilain ;

Ou qu’il voit Blancheflour, si la prent par le frain :
 « Dame, merci pour Dieu, de vo fille me plain !

N’avoie c’un cheval dont gaignoie mon pain,

Dont je me garissoie et ma fenme Margain

Et mes petis enfans, qui or morront de fain ;

A Paris en portoie chaume et buche et estrain,

Soisante sous cousta, un an a, en certain,

Or le m’a fait tolir, Dieus li doinst mal demain !

A meschief l’ai norri cest yver de mon grain.

Mais, par ce saint seignor qui d’Adam fist Evain,

Je la maudirai tant, et au soir et au main,

Que venjance en arai dou Pere souverain. »

Pitié en ot la dame, de duel ot le cuer vain,

Cent sous li fait donner tout errant en sa main ;

Cil l’en baise de joie l’estrief et le lorain :
 « Dame, Dieus le vous mire, c’or ai cuer lié et sain,

Mais ne maudirai Berte, par le cors saint Germain. »

 

LXXIII

 

Ce fu par un lundi, au chief de la semaine,

Que Blancheflour la bele, cui Dieus doinst bonne estraine,

S’en aloit vers Paris qui siet par desus Saine ;

Riches dras ot vestuz, qui furent taint en graine.

De sa fille ot nouvele k’au cuer li est grevaine ;

Chascuns se plaint de li, molt grant duel en demaine :
 « Ha ! sire Dieus, » fait ele, « qui sesis a la Çaine,

Mere Dieu debonaire, royne souveraine,

Dont vient ce que ma fille, qui plus bele est k’Elaine,

Se fait ainsi haïr gent voisine et lointaine ?

Quant parti de ma terre, de tous biens estoit plaine,

N’avoit mieus ensaignie dusqu’as pors d’Aquitaine ;

Or a bien fait compieg de sa clere fontaine,

Car c’est la plus haye k’ainc vesti dras de laine.

Dieus, par ta grant douçour, a droit port la ramaine ! »

<<<

>>>