<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

LXXIV

 

Or s’en va la royne vers la cit de Paris.

Au roy Pepin en fu uns messages tramis

Que Blancheflour estoit entree en son pays.

Quant li rois l’entendi, molt en fu esjoïs ;

Il meïsmes l’ala dire, ce m’est avis,

En sa chambre la serve qui molt ot cler le vis.

Quant la serve l’entent, molt su ses cuers maris,

Semblant fait k’en fust lie, s’en geta un faus ris.

Et li rois Pepins s’est de la endroit partis,

Et la serve remaint, molt fu ses cuers pensis.

Sa mere a tost mandee, n’i fu lons termes mis,

Et Tybert son cousin, qui de Dieu soit maudis ;

En la chambre s’assieent tout troi seur les tapis.

« Mere, » ce dist la serve, « par le cors saint Denis,

Blancheflour la royne est ja en Cambresis,

Ne sai que puissons faire, or va la chose au pis. »

Quant Tybers l’entendi, forment fu abaubis.

« Tybers, » ce dist la vielle, « ne soiez si pensis,

Tel conseil sai donner qui est bons et soutis :
C’est que ma fille face la malade tous dis

Ne pour riens qui aviengne ne soit ses lis guerpis ;

Se tant poonmes faire k’au retour fussent pris

Ces gens qui ci s’en vienent, par Dieu de paradis,

Ja mais n’en ariens garde, par foi le vous plevis.

-Dame, » ce dist Tybers, « vos cors soit beneïs ! »

Au besoing estes vous apensee et gentis,

Sans vous ne sauriens pas vaillant deus paresis. »

A cel conseil se tienent, ainsi fu establis,

Et lors fu molt tres tost apareilliez li lis

Et la serve se couche, ses cors soit li honnis !

 

LXXV

 

Or fu la male serve deseur son lit remise ;

Molt faisoit le malade, plaine estoit de faintise,

La vielle de paour tremble souz sa chemise,

Damedieus la confonde et li cors saint Denise !

« Ha ! Dieus, » ce dist la vielle, vrais rois plains de franchise,

Quel dyable ont la voie Blancheflour ci aprise ?

Maudis soit il par cui sa voie fu enprise,

Quant ma fille en est si de cuer triste et desprise ! »

Pour conforter sa fille est delez li assise,

Car ele a tel paour que toute s’en debrise.

« Fille, » ce dist la vielle, « savez ou je m’avise ?

A enherber m’aprist jadis une juise,

Mieus le sa ne set fenme qui soit dusques en Frise ;

Blancheflour trayrai en poire ou en cerise,

Dou venin serai tost pourveüe et pourquise. »

Quant la serve l’entent, ce conseil pas ne prise.

 

LXXVI

 

« Mere, » ce dist la serve, « cis consaus n’est pas bons.

De ci me vueil lever, si nous apareillons,

Je lo pour le meilleur que nous nous enfuions ;

Bien sai que par mez piez conneües serons,

N’ai pas de la moitié tés piez ne tés talons

Conme ot Berte no dame que nous traye avons,

Ce fu par vo conseil, dont c’est grans mesprisons.

Je lo en bonne foy que nous nous en alons.

Argent et or en plates sor les sonmiers troussons.

Mes deus enfans ici a leur pere lairons,

Cil n’ont mort desservie, pas a ce ne pensons.

Droit a la mie nuit au chemin nous metons,

En Puille ou en Calabre ou en Sezile alons

Et Tybert no cousin avoec nous enmenrons,

Car bien a desservi que pas ne li faillons ;

De prester a usure tres bien nous garirons.

Autrement ne voi pas conment nous eschapons,

Car s’on set nos malices, bien sai k’arses serons.

-Par Dieu, » ce dist la vielle, « pas ne nous enfuirons.

Laissiez moi couvenir, si bien esploiterons

Que nous le roi Pepin avoec enherberons.

Ains que de ceste chose a bon chief ne venons,

Les huis et les fenestres tres bien estouperons ;

Gesez trestoute coie, car bien arreerons

Que de vous n’iert veüs ieus ne nés ne mentons ;

Par iceste maniere bien nous escuserons.

-Mere, » ce dist la serve, « vostre conseil ferons.

Damedieus nous consaut et ses saintismes nons

Que nous de ceste chose bien eschaper puissons,

Car se nous la besoigne ainsi faire poons,

Sagement et a droit esploitié averons ! »

 

LXXVII

 

A ce conseil se tienent. La vielle se dreça ;

Si com devisé l’orent, tout ainsi l’arrea :

Les huis et les fenestres tout errant estoupa,

Tybert le traïtour pour l’uis garder laissa.

Devers le roy Pepin tout en plorant s’en va ;

Ou qu’ele voit le roy, d’une part l’acena.

Li rois Pepins vit bien que ele lermoia :

« K’avez vous ? » dist li rois, « nel me celez vous ja !

-Sire, » ce dist la vielle, « mauvaisement m’esta :

Madame la royne maintenant se coucha

Si malade k’a paines ja mais en levera ;

Maintenant li est pris, je ne sai que ele a,

Je croi que Blancheflour mais a tans n’i venra. »

Quant li rois l’entendi, forment l’en anuia.

Grant duel faisoit la vielle, arriere retorna ;

A sa fille s’en vint, molt la reconforta

Et li a dit conment au roi Pepin parla.

Par toute la cité la nouvele en ala

Que malade est la dame si que ele morra.

Quant la gent l’entendirent, chascuns grant joie en a ;

Molt maudient celui, de Dieu qui tout forma,

Qui a sa garison nul conseil metera.

« Dieus maudie celui qui la nous amena

Ne a la gent françoise premerains l’acointa

Et qui au roi Pepin premerains la donna,

Et confonde la mere k’en ses flans la porta,

Et maudis soit li peres qui onques l’engendra,

K’ains plus desloial fenme ne but ne ne menga. »

De li vous lairai ci, mais g’i revenrai ja.

Ez vous un messagier qui le roi salua

Et qui de Blancheflour nouveles anonca,

Dist li que a Montmartre la messe escoutera.

Quant li rois l’entendi, trestout errant monta

Et Rainfrois et Heudris, chascuns o lui ala ;

Mainte haute personne les enfans adestra ;

Arcevesque et evesque, chascuns s’apareilla,

Et duc et conte et prince, nus n’en i demora.

Contre Blancheflour vont, qui molt grant duel ara

Quant de Bertain sa fille les nouveles sara.

 

LXXVIII

 

Li rois Pepins de France ot le cuer irascu,

Pour le mal la royne cuide avoir tout perdu.

Deci que a Montmartre ne se sont arrestu.

La royne ont trouvee, si li font gent salu

Et Blancheflour lor a lor salu biau rendu ;

Doucement a le roi en ses bras receü,

Puis li a demandé, plus nen a atendu :
 « Que fait Berte ma fille, pou le vrai roi Jhesu ?

-Dame, jel vous dirai. Puis que ele ot seü

Que la veniez veoir, si tres joians en fu,

De joie ot si le cuer ouvert et esmeü

K’ainc puis ne fu levee, ains a tous jours geü ;

Mais n’ara si bien non, quant vous ara veü. »

Quant Blancheflor l’entent, le cuer ot esperdu,

Cuida que fust sa fille dont a nouvele eü.

 

LXXIX

 

Dolente fu la dame, molt fu taisans et mue,

Car ele n’ot nouvele qui en mal ne se mue.

Li rois Pepins la prent par sa blanche main nue :

« Dame, » ce dist li rois, « ne soiez esperdue,

Mais faites bon samblant, que bien soiez venue,

Car vo fille iert garie, quant vous ara veüe

Et l’arez doucement entre vos bras tenue. »

Ez vous les filz le roy chevauchant par la rue,

A pié sont descendu souz une ente fueillue,

Chascuns d’aus la royne courtoisement salue.

« Dame, » ce dist li rois, « honnor vous est creüe,

Cil doi sont mi enfant de vo fille ma drue. »

Quant Blancheflour les voit, tous li sans li remue ;

Li cuers ne l’i trait point que joie en ait eüe,

Maigrement les salue, tous li cors li tressue.

 

LXXX

 

Blancheflour la royne, ou molt ot de bonté,

Regarda les enfans qui sont de joene aé ;

Ele n’en a nesun baisié ne acolé,

Car li cuers ne l’i trait, ce sachiez par verté.

Et les gens qui la furent l’en sorent mauvais gré,

En en a li uns l’autre tout coiement bouté

Et en ont molt entr’aus conseillié et parlé

Et dient qu’il li vient de tres grant mauvaisté,

-Bie est drois que sa fille n’ait gaires d’amisté,

N’a fenme en tout le monde ou tant ait fausseté.

Maudis soit qui premiers l’amena el regné !

Ele gist molt malade : que cent mile maufé

Boinsent que le hatrel ait ennuit desnoé ! »

Dou moustier sont issu, n’i ont plus demoré.

Li rois et si baron sont vestu de moré ;

Maint duc, maint conte y ot, maint vesque, maint abé.

La royne ont montee sa gent, lors sont monté ;

Li rois Pepins l’adestre, d’iluec s’en sont torné.

Molt souvent fu maudite, ja ne vous iert celé,

Pour l’amour de la serve, cui Dieus doinst mal dahé.

Blancheflour ot le cuer molt triste et molt iré ;

Bien set que se sa fille fust en bonne santé,

Qu’ele l’eüst veüe ou aucun mant mandé.

Vers Paris s’en avalent, l’amirable cité ;

La contree regarde et de lonc et de lé,

Molt li plot li pays quant l’ot bien avisé.

 

LXXXI

 

La dame ert a Montmartre, s’esgarda la valee,

Vit la cit de Paris, qui est et longue et lee,

Mainte tour, mainte sale et mainte cheminee ;

Vit de Montleheri la grant tour quarnelee ;

La riveire de Saine vit, qui molt estoit lee,

Et d’une part et d’autre mainte vigne plantee ;

Vit Pontoise et Poissi et Meullent en l’estree,

Marli, Montmorenci et Conflans en la pree,

Dantmartin en Goiele, qui molt ert bien fermee,

Et mainte autre grant vile que je n’ai pas nonmee.

Molt li plot li pays et toute la contree.

« Ha ! Dieus, » fait ele, « sire, qui fist ciel et rousee,

Com est Berte ma fille richement marïee

Li rois Pepins l’adestre, forment l’a honnoree

Et souvent dou roi Floire nouvele demandee.

« Sire, » dist la royne, qui fu sage et senee,

« Il est sains et haitiez, a bonne destinee.

S’il savoit que sa fille eüsse ainsi trouvee

Que de sa santé fust en tel point destempree,

Molt tost seroit sa joie a grant duel retornee,

Car il aime sa fille plus que riens qui soit nee.

-Dame, » ce dist Pepins, « a ce n’aiez pensee,

Car se Dieu plaist, ele iert assez tost respassee ;

Quant vous verra, tost iert sa maladie alee,

Car sa joie li iert a cent doubles doublee. »

En la vile s’en entre qui molt fu bien paree :

As fenestres avoit mainte dame acesmee,

Trestoute la grant rue estoit encourtinee.

De mainte gent i fu Blancheflour esgardee,

Pour amour de la serve reçut cele jornee

Maint dolereus maudit, basset a recelee.

Au perron descendi de la sale pavee,

Li rois et li baron l’ont ou palais menee.

A tant ez vous Margiste, forment fu esploree,

A ses ongles s’estoit un pou esgratinee ;

Devant Blancheflour vient aussi conme dervee,

A ses piez se laissa cheoir conme pasmee.

Blancheflour la connut, si l’en a relevee ;

Tout en plorant la baise, forment l’a acolee.

« Margiste, ou est ma fille ? Fai que me soit moustree !

-Dame, » ce dist Margiste, « de male heure fui nee,

Quant vous avez vo fille en si fait point trouvee !

Des puis qu’ele ot de vous la nouvele escoutee,

Ne fu ainc puis haitie ne soir ne matinee ;

De la joie k’en ot fu si desnaturee,

Pour ce que longuement vous avoit desiree,

Que onques puis ne fu de son lit remuee.

Laissiez la reposer dusques a l’avespree. »

Quant Blancheflour l’entent, molt fu espoentee ;

De la sale est issue, en la chambre est entree,

Molt li doloit li cuers, forment fu trespensee.

Et la vielle s’en est tout errant retornee

A la serve en sa chambre, qui bien fu estoupee,

De dras d’or et de soie tres bien encourtinee.

 

LXXXII

 

Blancheflour la royne ot molt le cuer dolent,

Et li rois la conforte molt debonairement.

« Sire, » dist Blancheflour, « par le cors saint Vincent,

Quant parti dou roi Floire, je li oi en couvent

Que tant feroie a vous par vostre assentement

Que d’un de vos enfans li feroie present ;

Si arons de no fille aucun restorement,

Et nous en ferons roi, sachiez le vraiement.

-Dame, » ce dist Pepins, « faites le liement,

Et je ferai trestout vostre conmandement.

-Sire, » dist la royne, « grans mercis vous en rent. »

Les tables furent mises sanz lonc delaiement,

Au mengier sont assis chevalier quatre cent ;

Molt honneure li rois Blancheflour et sa gent.

Quant vint aprés mengier, Blancheflour plus n’atent,

La ou cuide sa fille s’en va isenelement.

La vielle vient encontre, entre ses bras la prent ;

« Dame, » ce dist la vielle, « pour le cors saint Climent,

J’ai dit a la royne que ne venrez noient

Devant que il sera pres de l’avesprement.

Un pou s’est endormie, pour Dieu ralez vous ent !

-Volentiers, » dist la dame, qui nul mal n’i entent ;

« Ci endroit remaindrai, par Dieu omnipotent ;

De ci ne partirai, sachiez le vraiement,

S’arai veü ma fille Bertain o le cors gent

Et baisie sa bouche, se Dieu plaist, doucement. »

Quant la vielle l’entent, ne li vint a talent ;

Tel paour ot k’a pou que li cuers ne li fent.

Damedieus la confonde qui fist le firmament !

 

LXXXIII

 

En un tres biau prael souz une fueillie ente,

Droit par devant la chambre l’orde serve pullente,

La se siet Blancheflour qui forment se demente ;

Pour sa fille fu molt a mesaise et dolente.

Dieus ! que ne set la dame le mal et la tormente

Que sa fille a soufert, Berte la bele gente,

Par la mauvaise vielle, cui li cors Dieu cravente,

Et par Tybert aussi, qui met molt grant entente

A conforter la serve, qui forment s’espoente !

Damedieus lor envoit tous trois si male entente

Que de leur faus marchié viengnent a droite vente !

 

LXXXIV

 

Blancheflour fu assise souz l’ente en un prael ;

La fausse vielle apele, feu arde son musel !

Et ele i est venue molt tost et molt isnel.

« Dites moi, » fait la dame, « pour le cors saint Marcel,

Qui a fait a ma fille brasser si fait chaudel

Tout se plaignent de li et vieil et jouvencel ?

Or sachiez vraiement que ce ne m’est pas bel,

Car en dame haye a molt vilain jouel.

-Dame, il ont tort, par Dieu qui forma Daniel.

Qui ce vous a conté, maudite soit sa pel,

Car onques mieudre dame n’ot en son doit anel ;

Tout ce que ele fait, ce n’est fors par revel. »

 

LXXXV

 

Blancheflour la royne n’a talent que revele.

D’autre chose la vielle a parler en rapele :

« Ou est ore ta fille, Alistete la bele ?

-Dame, jel vous dirai. Sachiez de voir que ele

Morut soubitement seant sus une sele ;

Ne sai quels maus la prist souz sa destre maissele,

Je croi bien k’en la fin eüst esté mesele.

Sachiez si m’en deut si li cuers sous la mamele,

Car molt estoit aperte et plaisans et isnele.

Je la fis enterrer vers une viés chapele

Coiement que les gens n’en seüssent nouvele. »

Ainsi li fait la vielle entendant la favele,

Mais pas n’ira ainsi longuement la querele.

<<<

>>>