<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

LXXXVI

 

Deus jours fu Blancheflour en tel point, sans mentir,

K’ains ne pot a la serve ne aller ne venir,

Car Tybers et la vielle, cui Dieus puist maleir,

Queroient tousdis tours pour aus mieus escremir.

Droit devant le souper, si com dut avesprir,

Prist talent Blancheflour, ne s’en volt plus soufrir,

Qu’ele verroit sa fille, ne s’en pot atenir.

Maleoit gre Tybert, li a fait l’uis ouvrir.

Une joene pucele, que Dieus puist beneïr,

Qui gentill fenme estoit – li rois l’ot fait norrir –

Esprist une chandele, c’on n’i pouoit veïr ;

Mais la vielle l’ala d’un baston si ferir

Que ele en fist le sanc a la terre geisr.

« Alez ent, orde garde, Madame veut dormir,

Ele ne puet pour riens nule clarte choisir. »

Quant ce voit la pucele, si conmence a fremir,

Kanque ele onques puet s’en conmence a fuïr,

Bien voit que la vielle est plaine de mal espir.

Duel en ot Blancheflour, mais tant ot grant desir

De venir a sa fille que tout lait couvenir.

Au lit la serve vient, sel conmence a sentir.

« Mere, » ce dist la serve, « bien puissiez vous venir ! »

Si feblement k’a paines le pot la dame oïr ;

« Dame, que fait mes peres, que Dieus puist beneïr ?

-Fille, il le faisoit bien, quant de lui duch partir.

-Dame, loez en soit Jhesus par son plaisir !

De vous a festiier n’ai ore pas loisir,

Dont il me poise si que j’en cuide morir,

Pour ce que ne vous puis a mon gre conjoir. »

 

LXXXVII

 

Grant paour ot la serve plus que ne vous puis dire,

Trestous li cors li tramble, n’a pas talent de rire ;

Ensus de Blancheflour se trait tous jors et vire.

« Fille, » dist Blancheflour, « tous li cuers me descire

De ce que ne vous voi, car forment le desire.

-Mere, » ce dist la serve, « je suefre tel martire

Que j’en sui aussi jaune devenue com cire.

Fisicïen me dient que la clarté m’enpire

Et li parlers aussi, nule riens ne m’est pire ;

Ne vous ose veoir, s’en ai au cuer grant ire.

Aprés le roi mon pere li cuers si fort me tire

Que je ne sai que faire, pres sui de desconfire.

Laissiez me reposer, que Jhesus le vous mire ! »

 

LXXXVIII

 

Quant Blancheflour la serve ainsi parler oy,

Bien voit qu’ele desire le departir de li ;

Dou duel que ele en ot dusqu’au cuer s’en senti :

« Ayde Dieus, » fait ele, « qui onques ne menti !

Ce n’est mie ma fille que j’ai trouvee ci ;

Se fust demie morte, par le cors saint Remi,

M’eüst ele baisie assez et conjoy. »

Par maltalent se lieve, qu’ele plus n’atendi,

Le grant huis de la chambre Blancheflour entrouvri,

Sa maisnie apela, qui l’atendent iki :
 « Venez avant, » fait ele, « pour Dieu je vous en pri,

N’ai pas trouvé ma fille, on m’a dou tout menti ;

Ja sarai se c’est voirs, se Dieus l’a consenti. »

Tybers, qui gardoit l’uis, de paour enrougi.

Blancheflour la royne n’i mist pas lonc detri :
En la chambre retorne et sa maisnie aussi,

Par terre ont abatu maint drap d’or, maint tapi.

« Dame, » ce dist la vielle, « pour amour Dieu, merci !

Voulez tuer vo fille ? Trois jours a ne dormi.

-Tais te, vielle », fait ele, « n’en ferai riens pour ti. »

Les fenestres ouvrirent, ne sont pas alenti.

Quant Tybers et les serves voient qu’il va ainsi,

Or ne demandez mie s’il furent abaubi.

Blancheflour vint au lit ou la serve choisi,

Toute la couverture a ses deus mains saisi,

Si la sacha que toute la serve descouvri :
Blancheflour voit les piez, tous li cuers li failli.

La serve prent un drap, jus dout lit se sailli ;

Blancheflour par les treces a terre l’abati,

Qui estoient molt blondes, par verté le vous di.

Chascuns entre en la chambre quant il oent le cri ;

Des mains li ont ostee et ele s’enfuï,

Dedens une autre chambre l’ont sa gent recueilli.

Et Blancheflour s’escrie : « Harou ! tray ! tray !

Ce n’est mi ma fille, lasse, dolente, ainmi !

C’est la fille Margiste k’avoeques moi norri ;

Murdri m’ont mon enfant, Bertain qui m’amoit si. »

Un més s’en vint au roi, qui tout li a gehi,

Et Pepins i akeurt quant la nouvele oy,

Et maint autre baron qui de pres k’ont sivi.

Quant ces nouveles oent, tout furent esbahi.

 

LXXXIX

 

Blancheflour la royne fu forment esmarie ;

Ou qu’ele voit Pepin, en plorant li escrie :
 « Frans roys, ou est ma fille, la blonde, l’eschevie,

La douce, la courtoise, la tres bien ensaignie,

Berte la debonaire qui souef fu norrie ?

Se tost n’en oi nouveles, ja serai enragie.

Rois, ce n’est pas ma fille qui ci s’estoit couchie,

C’est la fille Margiste, cui li cors Dieu maudie.

Faites aller aprés, ja s’en sera fuïe,

Et gardez que sa mere ne vous eschape mie. »

A ce mot chiet pasmee en la chambre voutie

Et li rois l’en redrece, qui de pitié lermie ;

A ce qui’il a oy connoist la tricherie,

Bien se perçoit conment Berte li fu changie

Et voit tout clerement qu’ele a esté traie.

Toute pasmee enportent Blancheflour sa maisnie,

Et Pepins a telu duel k’a pou qu’il ne marvie.

« Ahi ! Berte, » fait il, « bele suer, douce amie,

Com je vous ai porte mauvaise conpaignie,

Mais cil le comparront, par Dieu le fill Marie,

Qui par leur fausseté vous ont ainsi traye.

Je sai bien vraiement Tybers vous a murdrie,

Il vous a estranglee ou la teste trenchie

Entre lui et Margiste, cui li cors Dieu maudie ;

Par aus avez esté souduite et engingnie,

Mais ains qu’il soit demain li heure de complie,

Porront il bien savoir se il ont fait folie.

 

XC

 

Maltalent ot li rois si que tous en rougist ;

Tant fu dolans de cuer k’a pour qu’il ne marist.

Pitie ot de Bertain ; sachiez, s’il le seuïst

Nule part en ce mont, que il la requesist.

Quatre de ses serjant il meïsmes choisist,

La ville leur fait prendre, chascuns la main i mist,

Ou par bras ou par robe chascuns d’aus la saisist,

Tous li plus corrouciez de la joie en souzrist.

« Vielle, » ce dist li rois, « a honnir t’enteprist

Qui ceste trayson t’enseigna et aprist ;

Saches que envers toi molt malement mesprist,

Car tu en seras arse, par le cors Jhesu Crist. »

Kant k’entendi la vielle, de la paour fremist.

Aprés ceste parole li rois de la chambre ist,

En la sale est venus, sor un siege s’assit,

Ses barons fait mander que chascuns i venist.

Quant il furent venu, li rois Pepins lor dist

Que ce seroit bien fait que on la vielle arsist.

« Sire, » dient si home, « bon fust que gehisist

Que Berte est devenue ne quel chose ele en fist,

Se ele la noia ou s’ele la murdrist. »

Et li rois lor respont bon fust c’on le fesist.

La vielle fu mandee, nus ne le contredist.

Quant li rois l’a veüe, il meïsmes maudist

Qui premier pour Bertain a norrice l’eslist.

 

XCI

 

Quant la vielle fu prise, molt fu dolente et triste.

Cel jour fist molt lait tans de tonnoire et d’escliste.

Li rois fu en sa sale d’or painturee a liste ;

La vielle demanda qui ot a non Margiste,

Et sa fille ot non Berte en France mais Aliste

Fu nonmee en baptesme et fu nee a Valgiste.

« Ha ! vielle, » dist li rois, « di, pour quoi traïsis te

Bertain ta douce dame ne pour quoi le fesis te ?

Tu sés bien que ta fille lés moi gesir mesis te,

Ce fu grans faussetez, pour quoi ne le gehis te ?

Se tes cors est perdus, l’ame que ne garis te ?

Bien croi la trayson de ton cuer l’empresis te.

Tu es de la semblance a la gent Antecriste. »

 

XCII

 

Quant li rois ot fait prendre et Margiste et Tybert

Et la fausse royne, tantost fu descouvert

Leur male trayson devant tous en apert.

« Ha ! Dieus, » ce dist chascuns, « pour quoi avez soufert

Si longuement tel murdre si lait et si despert ?

Conment le pueent il ainsi avoir couvert ?

Bons rois, faites qu’il soient tout a leur droit offert ;

Se pitié en avez, mal dahait qui vous sert !

-Voire a foi, » dist li rois, qui ot le cuer apert,

Se Tybers de son dos la grant rue ne tert. »

 

XCIII

 

Tybers et les deus serves voient la chose aperte

Et que leur faussetez est toute descouverte ;

Bien voient qu’il aront de leur fais la desserte.

« Vielle, » ce dist chascuns, « com vous fustes desperte,

Qui de vo fille aviés fait la royne Berte !

A cestui tour vous estes mauvaisement couverte ;

No dame avec murdrie, fait avons grande perte,

Mais vous en serez tost a vo merite offerte.

Conment a Dieus tel gent si longuement souferte ?

Blancheflour qui est molt de tous biens aouverte

Les geta de servage et de toute poverte ;

Molt mal li ont meri, ceste chose est bien certe. »

 

XCIV

 

Li rois voit les deus serves et Tybert ensement,

Sachiez que molt les het de cuer entierement.

Il fait prendre la vielle trestout premierement.

En un trou de tarere li boutent erranment

Ses deus pols puis les coignent molt angoisseusement,

Pour li faire gehir la destraignent forment.

« Ha ! rois Pepins, » fait ele, « pour Dieu omnipotent,

Delivres moi mes mains, je dirai tout briement. »

Lors ostent la cheville, n’i font delaiement,

Et la vielle a gehi oiant toute la gent :
La trayson connoist tout ainsi faitement

Com ele l’arrea des le conmencement,

Et a reconneü conme ele avoit talent

D’enherber Blancheflour et Pepin ensement,

Et avoit pourveü tout l’enpoisonnement.

A ardoir fu jugie et par droit jugement.

Aprés parla Tybers tost et isnelement :

« Sire rois, » dist Tybers, « par le cors saint Vincent,

Je n’ocis pas Bertain, sachiez le vraiement ;

Mais je l’eüsse morte, n’en mentirai noient,

Ne fust Morans de cui j’en oi desfendement. »

Lors leur conta la chose tout descouvertement,

Tout ainsi com Morans mist Berte a sauvement ;

-Ou bois avoec les bestes, dont i avoit granment,

Ours, senglers et lyons, ainsi com je l’entent,

La la laissames nous enz ou bois seulement.

Je croi qu’ele soit morte, par le mien escïent. »

Et aprés leur conta tout ainsi faitement

Com a Margiste firent dou cuer d’un porc present

Et a la fausse serve, cui li cors Dieu cravent.

De la corde leur conte conment estroitement

En fu Berte loiie et anuieusement,

Qu’ele ne peüst dire son mesaaisement,

Et conme la feroit et menu et souvent.

Trestout a conneü dont ot apensement.

De pitié en plorerent plus de mil et set cent.

Lors vint avant la serve, cui Dieus doinst marement :
 « Sire, » fait ele au roi, « vous veez bien conment

La chose ne vint pas de mon arreement ;

De ma mauvaise mere vint il premierement

Et par li sonmes nous venu a ce torment.

Damedieus la confonde qui maint ou firmament ! »

 

XCV

 

Molt fu toute la gent qui la estoit dolente

Pour amour de leur dame, Berte la bele gente.

Un grant feu font d’espines, n’i firent longue atente,

L’uns atise le feu et li autres le vente.

La vielle ara ja tost de son marchié la vente,

Ele a bien desservi a recevoir tel rente :
Qui trayson pourchace, drois est qu’il s’en repente ;

De trayson a faire n’ert pas la vielle lente.

Cel jour i a ploré mainte bele jouvente

Pour l’amour de Bertain, ne quier que vous en mente.

Dedenz le feu geterent l’orde vielle pullente,

Ainsi fu la vielle arse et livree a tormente.

Quant sa fille le voit, forment s’en espoente,

De la paour qu’ele ot sus la terre s’adente.

 

XCVI

 

Quant la vielle fu arse, Tybert font ateler,

Tout parmi la grant rue le firent trayner,

A Montfaucon le firent sus au vent encroer.

D’une part furent trait li demaine et li per :

« Sire, » font il au roi, « nous vous voulons moustrer

Que grant chose est de roi, ce ne puet nus veer.

Se vous voulez la serve par no conseil mener,

Dont ne li faites mie dou cors la vie oster,

Mais laissiez la tant vivre qu’ele porra durer.

Puisk’enfans en avez, ne doit pas demorer

Que les enfans et li ne doiez gouverner ;

Mais nous disons par droit, nel vous voulons celer,

Que mais aprés ce jour ne doit a vous parler

Ne nule conpaignie en ce siecle porter. »

Quant li rois l’entendi, si prist a souzpirer ;

« Seignor, » ce dist li rois, « par le cors saint Omer,

Ele eüst desservi destruire et lapider ;

Mais contre jugement ne vueil je mie aler. »

Quant la serve sot ce, Dieu en prist a loer ;

Devant le roi se fist trestout errant mener ;

Ou qu’ele voit le roy, si li ala rouver :

« Sire, car me vueilliez pour Dieu un don donner,

K’a Montmartre me faites, s’il vous plaist, osteler ;

La vorrai estre nonne, bien sai lire et chanter.

Pour l’amour des enfans que m’avez fait porter,

Me devez, biau dous sire, un petit deporter ;

Donnés me un pou d’avoir que j’ai fait assambler.

Quant mi fill ierent grant, ferai les marïer

Et, s’il vous plaist, biau sire, ferez les adouber,

Car il sont vostre enfant, de ce n’estuet douter. »

Et li rois li otrie, nel daigna refuser ;

Ainsi ala la chose que m’oez deviser.

Son avoir a Montmartre fist la serve guier,

Sor chars et sor charretes et sor sonmiers trousser ;

Huit jours mirent tous plains a l’avoir auner :
Tant i avoit tresor, entre argent et or cler,

Sans les autres richeces que ne sai raconter,

K’a paines le puet on ne dire ne esmer.

 

XCVII

 

Molt fu li rois Pepins de tres franche matere,

N’avoit plus gentill cuer ne rois ne emperere.

La perte de Bertain li fu sure et amere ;

Blancheflour reconforte qui a grant meschief ere,

Qui pour Berte estoit molt de cuer dolente mere.

« Ahi ! fille, » fait ele, « que dira vostre pere,

Qui ca vous envoia bele et plaisans et clere !

Vers povres gens n’estiez escharse ne avere.

Or a Floires perdu et vo suer et vo frere ;

Or en soit Dieu des ames, se il li plaist, gardere,

Cil qui de toute rien est sire et gouvernere.

Vers mon seignor irai demain ains que jours pere. »

XCVIII

 

Droit delez Blancheflour, la royne au cler vis,

Seoit li rois Pepins molt dolans et pensis ;

Molt forment sont dolent la gent de son pays

Que la serve n’est arse ou ses cors enfouïs.

Ne volt plus Blancheflour demorer ou pays ;

Lor afaire arreerent, n’i ont lonc terme mis ;

Li rois Pepins, qui fu courtois et bien apris,

En fist tout son desir, n’en doit estre repris.

L’endemain par matin, quant jours fu esclarcis,

Blancheflour la royne ont en litiere mis

Entre deus palefrois qui furent de grant pris,

Car ne pot chevauchier, tant fu ses cuers maris.

Chascuns maudit la serve et crient a haut cris

Que Jhesus la confonde, li rois de paradis,

Quant par li est Pepins li gentis rois trays

Et trestous li roiaumes essilliez et honnis ;

De Dieu soit li siens cors essilliez et maudis 

Et si enfant aussi, et Rainfrois et Heudris !

Blancheflour la royne s’en va par Saint Denis ;

Li rois la convoia de la dusqu’a Senlis,

L’endemain s’en parti dolens et abaubis.

 

XCIX

 

Or s’en va Blancheflour molt dolente et desprise.

« Ha ! mere Dieu, » fait ele, « com sui ore malmise !

Berte, ma bele fille plaine de gentelise,

Com par estiiés douce et plaine de franchise !

De moi iert a vo pere povre nouvele aprise,

Qui vous amoit de cuer sans nul point de faintise ;

Je croi bien que detraite en iert sa barbe grise.

Quant sara conment fu la traïson emprise,

N’ara plus dolent home d’Outremer dusk’en Frise.

He ! las ! pour quoi ne crieve mes cuers souz ma chemise !

Je n’arai ja mais joie, par le cors saint Denise,

Se je tous jours duroie dusk’au jour dou juise ;

Mieus aim morir que vivre, si sui de duel aquise. »

<<<

>>>