<<< Французские эпосы <<< Большеногая Берта

BERTE AS GRANS PIÉS - БОЛЬШЕНОГАЯ БЕРТА

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

I-X XI-XIX XX-XXV XXVI-XLV
XLVI-LIX LX-LXXIII LXXIV-LXXXV LXXXVI-XCIX
C-CXI CXII-CXXI CXXII-CXXXII CXXXIII-CXLIV

C

 

Or s’en vont li Hongrois, n’i ont plus atendu,

Mainte terre trespassent et maint grant bois ramu ;

Grant duel fait Blancheflour de cuer tres irascu.

Tant ont par lor jornees alé et pourseü

Qua a la Saint Jehan, un haut jour assolu,

Sont tout droit en Hongrie, lor pays, revenu.

Le roy Floire trouverent, qui a grant meschief fu,

Quant il ot la nouvele de sa fille entendu.

Il et Blancheflour sont en plorant receü,

Il ne porent mot dire tant par sont esperdu ;

En acolant l’un l’autre sont a terre cheü,

Lor gent les en relievent qui la sont acoru.

« Ha ! Dieus, » dist li rois Floires, « que nous est avenu,

Quant Bertain nostre enfant avons ainsi perdu ! »

Grant duel pour Bertain li joene et li chenu.

« Biaus Dieus, » fait li rois Floires, « vrais peres rois Jhesu,

Puisqu’il vous plaist, biau sire, qu’il me soit mescheü,

Loez en soiez vous, par vo douce vertu,

Car, quant il vous plaira, bien me sera rendu. »

 

CI

 

Quant en son pays fu Blancheflour revenue

Et la gent dou royaume ont la nouvele eüe

Conment Berte as grans piés a esté deceüe,

Maint cheveil i ot trait, mainte paume batue.

Rois Floires fait tel duel k’a pou qu’il ne se tue,

Et Blancheflour aussi, que trestoute tressue.

Les gens pleurent forment parmi chascune rue.

« Dieus, » font il, « com a ci laide descouvenue,

Quant la bele Bertain avons ainsi perdue !

En ceste terre avoit, ains qu’ele en fust issue,

La povre gent souvent chaucie et revestue

Et de ses biens aussi mainte fois repeüe.

Dieus maudie la serve, qui fait courre la nue,

Et Tybert et Margiste, car bien ont abatue

La joie en ce pays, qui i estoit creüe !

Or soit de Dieu li ame de Bertain assolue,

C’onques mieudre de li ne fu par ieus veüe. »

 

CII

 

Molt par furent la gent en Hongrie adolé

Pour l’amour de Bertain ou tant ot de bonté ;

Tant ot tous jours eü de debonaireté

Qu’ele ot non Debonaire tous jours en son regné.

Ne vous porroie dire, se l’avoie juré,

Conment cil de Hongrie l’ont plaint et regreté

Ne la tres grant dolor qu’il en ont demené.

Blancheflour a le roi trestout dit et conté

Conment la trayson ot Margiste arreé ;

En plorant li a tout et dit et devisé

L’afaire de Bertain, n’en a riens oublié,

En conment fu changie dedenz le lit paré

Et conment l’enmena Tybers par fausseté

Et conment l’atornenrent qu’ele n’eüst parlé,

Com Tybers li eüst ou bois le chief coupé,

Ne fust Morans cui Dieus envoit joie et santé.

Il et si conpaignon par debonaireté

En laissierent Bertain fuïr ou bois ramé ;

La ont son cors les bestes mengié et estranglé.

En plorant l’a li rois mot a mot escouté,

De parfont cuer souzpire de duel et de pité.

Ci lairons dou roi Floire qui le cuer ot iré,

De Blancheflour sa fenme qui ot cuer apensé ;

Pour leur fille Bertain ont souvent souzpiré ;

Dou roi Pepin dirons, le preu et le sené.

Quant il et Blancheflour se furent dessevré

Et en plorant se furent a Jhesu conmandé,

A Paris s’en revient, l’amirable cité ;

Lors a tantost Morant par devant lui mandé

Et ses deus conpaignons, ainsi l’ot conmandé.

Et il i sont venu volentiers et de gré,

Pour leur dame Bertain ont de pite ploré.

 

CIII

 

« Morans, » ce dist li rois, « or oiez ma pensee !

Avoec ma fenme alastes, quant ele en fu menee,

Bien sair, se ne fussiez, la teste eüst coupee ;

Je croi bien que les bestes l’ont morte et devoree,

Car s’ele ne fust morte, deça fust retornee.

Je vueil que vers le Mans soit vo voie aprestee

Et demandez tres bien par toute la contree

Pour savoir se de li seroit riens retrouvee

Ne se nul l’aroit puis veüe n’encontree

Que l’eüstes laissie en la forest ramee.

S’aucune chose en ai, par la Virge honnoree,

De li ou de la robe que ele en ot portee,

Sachiez je l’ameroie assez plus que riens nee

Et si la baiseroie et soir et matinee.

Pour Dieu, or en pensez, qui fist ciel et rousee,

Et la paine vous iert tres bien guerredonnee.

-Sire, nous le ferons, puisque il vous agree. »

L’endemain se departent de la a l’ajornee.

Tant vont et tant cheminent, sans longue demoree,

Que tout droit au lieu vienent, lez une grant valee,

Ou la derraine fois fu Berte d’aus sevree ;

Lors ont seur cele place mainte lerme ploree.

De la se departirent, n’i font longue arrestee ;

Par trestout le pays ont Bertaine demandee.

Par toute la contree en va la renonmee

C’on requiert la royne de France la loee

Et k’ens ou bois dou Mans fu laissie esgaree.

Quinze jours l’ont requise, mais n’en ont pas trouvee,

Onques de li n’aprirent maillie ne denree.

A Symon le voier est la nouvele alee

Et Symons l’a sa fenme Constance recontee ;

Quant Constance l’entent, toute en fu trespensee.

 

CIV

 

« Symons, » ce dist Constance, « par la foy que vous doi,

Trestout droit en cel point dont ci parler vous oi,

Trouvastes vous Bertain, ainsi com je le croi ;

Alons a li parler, sire, entre vous et moi.

-Constance, » dist Symons, « par mon chief, je l’otroi. »

Bertain ont apelee d’une parte en requoi ;

D’une parte sont ale, il ne furent que troi.

Lors li conte Symons, qui molt fu plains de foi,

Le meschief et l’anui, le mal et le desroi

Que il est avenu a Pepin le bon roi.

-Berte, aussi vraiement que devant moi vous voi,

Avint ce en cel point que trouvee vous oi ;

Se c’estes vous, sel dites, ce vous requier et proi. »

Quant Berte l’entendi, molt fu en grant esfroi.

« Sire, » ce a dit Berte, « bien vous entent et oi ;

Mais ce ne sui je mie, sachiez je le vous noi. »

 

CV

 

Quant Berte entent Symon, molt forment s’en esfroie,

Des nouveles qu’ele ot tous li cuers l’en souploie.

« Dieus, » fait ele en son cuer, « tenez m’en droite voie,

Sire, que de mon veu deceüe ne soie.

Symon, » fait ele, « sire, pour quoi vous celeroie,

Se j’estoie royne ? Grant folie feroie.

Pleüst Dieu que le fusse, j’en aroie grant joie.

Vous pouez bien savoir que je mieus l’ameroie

Que manoir en ce bois ; bien dervee seroie,

Se j’estoie royne et puis le vous celoie.

Ce ne seroit pas sens, se je m’en escusoie,

Ains seroie molt fole, se de ce vous mentoie. »

De celi la besoigne Berte si le desvoie

Qye Symons, et Constance, tous ses bons li otroie.

 

CVI

 

Ci lairons de Bertain au gent cors avenant,

De Symon le voier qui ot le cuer vaillant,

De Constance sa fenme, cui Dieus doinst joie grant ;

Tant leur a Berte dit et arriere et avant

Que tout kanqu’il leur plaist leur a fait entendant.

De ceus vous parlerons qui Berte vont querant.

Par trestout le pays vont la terre cerchant,

De la chose qu’il quierent vout partout demandant,

Mais onques n’en aprirent un bouton vaillissant.

A Paris s’en revindrent la cité bien seant ;

La trouverent le roy de cuer triste et dolant,

Et quant li rois les voit, si apele Morant,

Et Morans vint a lui molt durement plorant.

« Sire, » ce dist Morans, « par le cors saint Amant,

Requis avon madame de cuer tres desirant :
N’a entour la forest remés home vivant,

Chevalier ne bourjois, vilain ne paysant,

Sarteur ne charbonnier ne vilain ahanant,

Nes ceus qui sont des bestes en la forest gardant,

A glyse n’a chapele ne a gent trespassant,

Cui n’aions raconté trestout le couvenant ;

Mais or en savons mains que ne saviens devant. »

Quant li rois l’entendi, de cuer va souspirant,

Et li serjant se partent de lui a cuer dolant.

 

CVII

 

Quant voit li rois Pepins que nouveles n’orra

De sa fenme Bertain, grant duel en demena.

Tel duel en ot Morans de ce que il laissa

Sa dame en la forest, quant Tybers l’enmena,

Et si doi conpaignon que chascuns se croisa ;

Pour faire penitance, chascuns outre mer va.

De ces trois conpaignons nus ne s’en retorna,

Forst que Morans sans plus ; cil revint par deca

Et li autre morurent, sachiez k’ainsi ala.

Or en ait Dieus les ames, qui tout le mont forma !

Un jour li rois Pepins son oirre apareilla

Pour aller vers Angieus ou n’ot esté pieça.

Par la terre d’Anjou longuement conversa.

Tout droit en cel termine que li rois estoit la,

Vint dux Namles a lui – la endroit le trouva –

Pour estre chevalier, grant volenté en a ;

Bien douze conpaignons avoec lui amena.

Devant le roy Pepin Namles s’agenoilla

Et tuit li autre ensamble, chascuns le salua.

Dux Namles de Baiviere premierement parla :

« Bons rois, » ce a dit Namles, « nous venons a vous ça.

Ne sonmes d’Alemaigne, de la terre dela ;

Fieus le duc de Baiviere sui, n’en mentirai ja,

Pour estre chevalier, a vous nous envoia.

Quant partimes de lui, tres bien nous conmanda

Ne fussiens chevalier fors de vous ; ce sera,

Gentieus rois debonaires, si tost com vous plaira,

Et de vous a servir chascuns se penera. »

Quant li rois ot Namlon, durement le prisa.

Tous les a retenus, forment li agrea

Et dist k’a Pentecouste chevaliers les fera,

Droit au Mans la cité, la les adoubera.

Chascuns des damoisiaus le roi en enclina.

A tele heure dux Namles en la court demora

Avoec le roy Pepin et si bien s’i prouva

Que maistres fu de France et chascuns l’i ama ;

Puis au roi Charlemaine maint bon conseil donna.

Droit au Mans la cité li rois Pepins ala,

Le jour de Pentecouste Namlon i adouba

Et tous ses conpaignons que nul n’en i laissa,

Et de ceus de sa terre tant que cent en y a.

 

CVIII

 

Le jour de Pentecouste, si conme avés oy,

Fu Namles chevaliers et maint autre avoec li.

Molt par ot li dux Namles loial cuer et hardi,

Par son hardement furent puis maint Turc assailli

Et par le sens de lui et mort et desconfi.

Forment les honnora li rois et conjoi ;

Quintaine font fermer en un biau pre flouri

Dux Namles et li autre, chascuns d’aus i feri,

Des nouviaus chevaliers nus ne s’en alenti.

Li rois fu en un pre desouz un pin fueilli,

Devant lui sont venu si plus privé ami :

« Sire, » font il a lui, « pour le cors saint Remi,

Pour quoi ne prenez fenme, serez tous jours ainsi ?

-Seignor, » ce dist li rois, « savez que je vous di ?

Ma premeraine fenme amai molt et chieri,

Ne plot Dieu que j’eüsse onques nul hoir de li ;

Puis en repris une autre dont molt me meschai,

Berte la debonaire que je molt petit vi,

S’en ai si durement le cuer triste et marri

Que mais ne prenderai fenme, ce vous afi.

Or ne m’en parolt nus, car, pour voir le vous di,

Quant me souvient de Berte, a pou que ne m’oci.

Mais puisqu’il plaist a Dieu qui onques ne menti

Et a sa douce mere, de cuer les en graci

De kanques il m’envoient et molt les en merci. »

Quant li baron l’oïrent, molt furent esbahi,

Quant si faites paroles ont de Pepin oy ;

Nus ne parla aprés, tout furent abaubi.

Quant fu tans de souper, n’i mirent lonc detri,

En la cité dou Mans sont arrier reverti ;

La demora li rois dusques au merkedi.

En la forest ala chacier droit au joesdi,

Un grand cerf ont trouvé, celui ont acueilli.

Quant li rois l’a veü, forment li abeli ;

Sor un bon chaceour si le cerf poursuivi

Que trestoutes ses gens uns et autres perdi.

 

CIX

 

Or fu li rois Pepins en la forest antie,

Parmi le bois s’en va tous seuls sans conpaignie.

De Pepin vous lairai un pou a ceste fie,

Si dirai de Bertain cui Jhesus beneïe,

Qui lonc tans ens ou bois a esté herbergie

A la maison Symon et Constance s’amie,

Qui l’ont avoec lor filles molt doucement norrie.

Lez la maison Symon, pres d’une praerie,

Avoit une chapele de grant ancisserie

Que hermite jadis i orent establie ;

La chapele ert venue es mains d’une abeïe.

La ooit Symons messe et toute sa maisnie ;

Quatre archies ert loing dou manoir et demie.

En la chapele ert Berte qui bien fu ensaignie,

Par derriere l’autel s’ert la bele mucie

Ou de cuer prioit molt Dieu et sainte Marie

Que son pere et sa mere doinst Jhesus bonne vie ;

Pour le roi Pepin prie, celui n’oublie mie,

Que Damedieus le gart de mal et de folie,

Car bien li a esté la nouvele noncie

Que pour li a li rois souvent chiere assouplie

Et que la gent de France en est toute esmarie.

Constance et ses deus filles l’ont ilueques laissie :

Pour la raison de ce qu’eles n’en virent mie,

Cuidierent k’a l’ostel fust arrier repairie ;

La remest toute seule, Dieus li soit en aye,

Car assez tost sera durement corroucie.

 

CX

 

Par dedenz la chapele fu Berte o le cors gent ;

Quant ele se perchoit qu’ele est si seulement,

Son sautier et ses heures prent molt isnelement,

Devers l’autel s’encline, puis s’en ist erranment.

Ez vous le roi Pepin qui ne va mie lent,

Corant par la forest et requerant sa gent.

Ou qu’il voit la pucele, vers li vint belement,

Et quant Berte le voit, molt grant paour l’en prent ;

Et li rois la salue molt tres courtoisement,

Et Berte conme sage au roi son salu rent.

« Bele, » ce dist Pepins, « n’aiez esfreement !

Je sui des gens le roy ou douce France apent,

J’ai ma route perdue, s’en ai le cuer dolent.

Sauriies vous ci pres maison ne chasement

Ou je peusse avoir aucun rassenement ?

-Sire, » ce a dit Berte, « par Dieu omnipotent,

Ci devant maint Symons, preudons est durement,

Bien vous ravoiera par le mien escïent.

-Bele, » ce dist Pepins, « grans mercis vous en rent. »

Quant Pepins voit son vis vermeil et rouvelent,

Qu’ele ert blanche et vermeille et de joene jouvent,

D’amour et de desir tous li cuers li esprent.

De son cheval a terre tout maintenant descent

Et Berte remest coie, qui nul mal n’i entent,

Et li rois l’araisonne molt debonnairement

Et Berte li respont molt apenseement ;

Et li rois assez tost entre ses bras la prent,

Et quant Berte voit ce, molt ot grant marement,

Damedieu reclama, qui maint ou firmament.

 

CXI

 

Li jours fu biaus et clers, qu’il ne pluet ne ne vente,

Et Berte fu ou bois delez Pepin dolente,

Qui molt estoit plaisans et de joenne jouvente ;

Et Pepins li requiert pour Dieu k’a lui s’assente

Et que de son vouloir faire ne soit pas lente

-O moi venrez en France, la terre noble et gente ;

Ja n’i verrez jouel, tant soit de chiere vente,

Que je ne vous achate, se il vous atalente ;

Et si vous asserrai ou pays bele rente,

N’avra home en la terre qui de riens vous tormente. »

Tout ce ne prise Berte une fueille de mente,

Molt se blasme en son cuer et forment se demente

K’ainsi s’est oubliee seule, molt s’en gaymente.

Li rois Pepins voit bien que ele s’espoente.

<<<

>>>