<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[1.1]  Qui vers de riche istoire veut entendre et oïr,
Pour prendre bon example de prouece acueillir,
De connoistre reison d'amer et de haïr,
De ses amis garder et chierement tenir,
Des anemis grever, c'on n'en puisse eslargir,
Des ledures vengier et des biens fes merir,
De haster quant leus est et a terme soffrir,
Oëz dont le premier bonnement a loisir.
Ne l'orra guieres hom qui ne doie pleisir;
Ce est du meilleur roi que Dieus laissast morir. [10]
D'Alixandre vous voeil l'istoire rafreschir,
Qui Dieus donna fierté et u cors tel aïr
Que par mer et par terre osa gent envaïr
Et fist a son commant tout le pueple obeïr
Et tant roy orgueilleus a l'esperon venir.
Qui service li fist ne s'en dut repentir,
Car touz ert ses corages en leur bons acomplir,
Et il i parut bien aus durs estors soufrir,
Car au destroit besoing ne li volt nus faillir.
Qui servir nel deigna, nel pot tor garantir [20]
Ne deserz ne mal pas, tant seüst loing foïr.
A l'eure que li enfes dut de sa mere issir
Dieus demoustra par signe qu'il se feroit cremir,
Car l'en vit l'air müer, le firmament croissir
Et la terre croller, la mer par leus rougir
Et les bestes trambler et les homes fremir;
Ce fu senefiance que Dieus fist esclarcir
Pour moustrer de l'enfant qu'en devoit avenir
Et com grant seignorie il avroit a baillir.
[1.2]   L'estoire d'Alixandre vous voeil par vers tretier [30]
En romans qu'a gent laie doie auques profitier;
Mes tieus ne set finer qui bien set commencier,
Ne moustrer belle fin pour s'ouvraigne essaucier,
Ainz resamble l'asnon en son versefïer,
Qui biaus est quant il nest et mainte gent l'ont chier;
Com plus croist, plus ledist, et resamble aversier.
Cil trouveour bastart font contes abessier
Si s'en veulent en court seur les meilleurs prisier,
Ne conoissent bons mos et les veulent jugier,
Et quant il ont tout dit, si ne vaut un denier, [40]
Ainz couvient la leur oevre par paniaus atachier.
Mes encontre ces vers doit la teste drecier
Qui veut de bonnes meurs son cuer asouploier
Et savoir qu'il doit fere et et quel chose leissier,
Comme il doit ses amis et blandir et proier,
Ceus qu'il a fes tenir et autres pourchacier
Et ceus qu'il ne connoist par oevres essaier,
Ses anemis grever et si estoutoier
Que uns seuls envers lui n'ost mostrer samblant fier,
Plus le tiegne cremeus qu'aloëte en gibier [50]
Quant el voit de la main departir l'espervier.
Mes ne soit mie avers, s'aneur veut essaucier,
Car ainc par averté ne puet riens gaagnier;
Qui trop croit en tresor trop a le cuer lanier,
Ne puet conquerre aneur ne terre justicier.
Je ne vous commens mie de Landri ne d'Auchier,
Ainz vous commens les vers d'Alixandre d'Alier,
De qui sens et proëce furent gonfanonnier;
A lui prengne regart qui se veut affetier
Et de bonnes coustumes estruire et enseignier [60]
Si m'oie bonnement et sanz contralïer.
 
 

[1.3]   La vie d'Alixandre, si comme elle est trouvee
En pluseurs leus escrite et par bouche contee,
El fu a sa naissance par signe demostree,
Qu'apercevoir s'en pot toute chose senee
Que large seignorie ert en celle heure nee.
Pour ce mua li airs, c'est veritez provee,
Et parurent esclistre souz la noire nüee,
Li firmamenz croissi, dont gent fu estonnee,
Qu'il esmouvroit tel noise et de cors tel sonnee
[70]
Quant il chevaucheroit en parfonde valee
Que li tertre souvrain orroient la menee;
Et la voie du ciel refu par lui tentee,
Quant la chaiere d'or en fu lassus portee
Par les quatre grifons, a qui fu acouplee;
Et fu d'astronomie sa pense enluminee,
Que de toutes estoiles connut la compassee.
Pour ce crolla la terre en icelle jornee
Qu'en celle eure nessoit la persone doutee
A la qui poësté el fu puis aclinee. 
[80]
Et la mer enrougi par celle destinee
Que en lui prist l'enging de la guerre aduree
Et d'enbuschier aguez dedens selve ramee,
Dont sans fu espandus en lointiegne contree.
Et li mont en tramblerent sanz nule recelee,
Pour ce que mainte force fu par le roy matee
Et de maint orgueilleus abati la posnee. 
Les bestes en fremirent, quant sorent la menee,
Que maniere de char n'ert el monde formee
Dont aucune ne fust par le roi sormontee, 
[90]
L'une por lui servir du tot abandonnee
Et l'autre por nuisir encontre revelee,
Si comme li serpens en la terre eschaudee
Dont grant masse de l'ost fu puis envenimee.
A l'eure qu'il nasqui fu joie recouvree
Et barnages creüz et bontez ravivee,
Qui par mauvés seigneurs ert si anïentee
Que nuz hom ne donnoit vaillant une denree
Ne seul tant qui montast une pomme paree,
S'ainz ne seüst de quoi li fust guerredonnee. 
[100]
Mes puis donna li enfes et ot chiere levee,
Car la seue maniere li fu si esmeree
Et la seue bontez des autres desevree
Qui chose li rouva, ainz ne li fu veee;
Chiens donnoit et oisiaus et mainte chose amee,
Mainte pelice grise et d'ermine engoulee
Et maint hanap d'argent, mainte coupe doree,
Maint cheval bel et cras, mainte mule afeutree,
Ducheez et royanmes, puis qu'il ot çaint espee;
Et pour ce fu sa gent si bien entalentee 
[110]
De conquerre s'onnour en bataille joustee.
Des puis qu'il ert armez et sa gent conraee,
Nus regnes envers lui n'ot nulle contrestee.
Ainsi vet de seigneur o maisnie honoree;
Quant tant a esploitié que il l'a assamblee,
Adont li fait honour et ce que li agree,
Ne chose ne li dit dont el cuer soit grevee,
Ainz vet touz premerains sa targe enchantelee;
Ses anemis requiert o la lance aceree,
Dont est la seue enseigne hautement escrïee 
[120]
Et celle gent hetiee qui si est commandee.
Honour de seignorie fu en cestui plantee,
Mes cil qui sont remés chantent la descordee,
La cueillent mauvestié ou honte fu semee.
Li avoirs qu'il dona li fist tel presentee
Et li riches corages o la fiere pensee
Que par tout Oriant fu sa force moustree;
Jusqu'aus bonnes Artu fu s'enseigne portee
Et il les trespassa plus d'une aubalestee
Et lança son espiel tout outre une rüee. 
[130]
Trestoute eüst la terre qui pot estre habitee,
Se ne li fust si tost la poison destrempee,
Par quoi sa belle char fu morte et enterree,
Quant prise ot Babyloine, que tant ot desirree.
Mains de trente anz vesqui, ce fu corte duree,
Mes nuz hom entretant ne fist tel conquestee, 
Ne Julïus Cesar ne Crassus ne Ponpee.
Aprés refu la terre a martire livree
Par l'orgueil des barons et gaste et desertee,
Car l'estache ert froissie ou elle fu fermee; 
[140]
Perte de bon seigneur n'est pas tost recovree.
De toutes bonnes gens devroit estre ploree,
Ainz puis terre ne fu a si bon commandee.
Or commencent li ver ou ou sa vie ert mostree.
[1.4]   Li rois qui Macidoine tenoit et Alenie
Et Gresse en son demaine et toute Esclavonie,
Cil fu pere a l'enfant dont vous orrez la vie;
Phelippes ot a non, mout ot grant seignorie.
Une dame prist belle et gente et eschevie,
Olimpias ot non, fille au roy d'Ermenie, 
[150]
Qui riches ert d'avoir, d'or et de manantie,
De terres et d'onors et de gent mout hardie;
Et la dame fu preus et de grant cortoisie
Si ama biaus deduiz de bois, de chacerie,
Rote, harpe et vïele et gigue et siphonie
Et autres instrumens o douce melodie.
Cil ert privez de li, si ne s'en covroit mie,
Qui par armes queroit pris de chevalerie;
Et li donnoit biaus dons, car de biens ert guarnie,
Et biaus chevaus d'Arrabe et mules de Surie 
[160]
Et riches garnemens, palefroiz de Hongrie,
Les siglatons d'Espaigne et pailes d'Aumarie,
Et cendaus et tirés et le vair de Rossie,
Dyapres d'Antioche, samis de Romenie,
Les chainsils d'Alemaigne, qu'ele avoit en baillie.
Puis li fu sa bonne oevre a grant mal revertie,
Car la mauvese gent, qu'ele avoit enhaïe
Et de qui el n'avoit soulaz ne compaignie,
L'orent en traïson de maldire aqueillie,
Distrent qu'ele fesoit de son cors lecherie, 
[170]
Ne gardoit pas sa foy qu'ele ot le roy plevie,
Car a pïeur de lui se connoissoit amie
Et de cors et d'avoir li otrioit partie.
Autresi sont encor li garçon plain d'envie;
N'est dame, se tant fet qu'ele se jeut ne rie
Ne moustre biau samblant, qu'el ne soit envaïe.
Qui mal leur quiert a tort, Damedieus les maudie.
De bouches mesdisans est la meison emplie
Ou li deables regne o sa grant ost banie,
Car li siecles est plains de grant losengerie, 
[180]
Si ne commence or pas, ainz muet d'ancesserie.
La roÿne le sot, qui mout en fu leidie,
Car neïs de l'enfant distrent il vilanie,
Que il estoit bastars, nez par enchanterie. 
El tans que il fu nez, si com l'istoire crie,
Ert uns hom en la terre plains de mout grant boisdie,
Naptanabus ot non en la terre arrabie;
A nestre aida l'enfant, que que nuz vous en die,
Qu'il fu nez pres du point qui done seignorie.
Et s'il eüst un poi ceste nuit devancie, 
[190]
Qu'il fust nez en l'espace que il avoit choisie,
Ne fust mie si tost sa proëce fenie
Ne par venin mortel la seue euvre acomplie,
Plus regnast longuement et plus eüst baillie.
[1.5]   Molt fu li varlés larges et preus de toutes riens;
Qui du sien li rouva, du veer ne fu riens,
Car de lui commença li donners et li biens.
Il conquist les Hermins, Persans et Surïens
Et la gent d'Oriant et les fiers Indïens,
Ceuls d'Aufrique, les noirs et les Egypcïens 
[200]
Et ceus de Babiloine aprés les Tyrïens;
Ce conte l'escripture touz li mondes fu siens.
Aprés sa mort le dist Cesaires Julïens
Que ce fu touz li mieudres des princes terrïens.
[1.6]   Grant joie vint en Grece le jour que il fu nez.
Ja estoit touz li siecles ainsi anïentez
Et donners refroidiez et creüe avertez,
Avarices estoit en si haut bruit montez,
Qui avoit le tresor, ja mes ne fust mostrez,
Ainz ert sempres en terre et repoz et boutez; 
[210]
Encore en a en terre cinc cens somiers troussez
Que ja mes ne sera ne veüz ne trouvez.
Mes puis fu par le roi mains tresors effondrez
Et aus frans chevaliers departis et donnez
Par qui prist les chastiaus et brisa les citez,
Dont fu par tout le mont rois et sires clamez.
Et puis en fu Porus griement aresonnez
Seur l'eve de Caulus ou il fu encontrez;
A plus de vint mile homes i ot les chiez copez
Et li siens cors meïsmes retenuz et matez. 
[220]
Mout fu fiers Alixandres et hardis ses penssez,
Que se nuz li moustra ne orguel ne fiertez,
Onques nel pot guerir chastiaus ne fermetez
Que il nel suivist tant qu'il fust desiretez;
Mes ançois qu'il eüst quarante jorz passez,
Fu ses cuers de noblece ainsi enluminez
Onques sers de put ere ne devint ses privez,
Mes a la franche gent volt fere touz lor sez;
Vilaine ne ancelle nel pot servir a grez. 
[1.7]   L'enfance d'Alixandre fu mout gentil et belle,  [230]
Biau samblant fet et rit a chascun qui l'apele,
Onques nel pot servir vilaine ne ancelle,
Ainz le couvint touz jorz nourir une pucele,
Et d'une franche dame aletoit la la mamelle.
Desci en Ocident en ala la nouvelle,
Mes nus hom ne l'ot dire, qui la merveille espelle,
Qu'il ne cuit, s'il vit tant qu'il puist monter en selle,
Que ce ert Alixandres, qui tout le mont chadelle,
Tout avra desouz lui, com faus la tourterelle.
[1.8]   Quant li roys Alixandres fu nez en icel jour,  [240]
Avoec lui furent né trente fuiz de contour
Qui furent gentil homme et bon conquereour;
De la terre de Gresce estoient li plusour
Et tuit li autre estoient gentil Macedonour.
Cil soffrirent o lui mainte ruiste dolour
En la terre eschaudee ou onques n'ot froidor,
Touz jorz vesquirent d'armes, itel fu lor labor.
Par ceus et par les autres conquist il mainte honor,
Car de par toute terre le tint on a seignor.
[1.9]   En l'aé de cinc ans, ce conte l'escripture,  [250]
Se dormoit Alixandres en un lit a painture;
D'un chier paile a orfroiz estoit la couverture,
De martrines dedens estoit la forreüre.
La nuit sonja un songe, une avison oscure,
Qu'il manioit un oef dont autres n'avoit cure,
A ses mains le roloit par mi la terre dure,
Si que li oés brisoit par mi la paveüre;
Uns serpens en issoit d'orgueilleuse nature,
Onques hom ne vit autre de la seue figure;
Son lit avironnoit trois foiz tot a droiture, 
[260]
Puis reperoit arriere droit a sa sepouture,
A l'entrer cheoit mors, ce fu grant aventure.
[1.10]   Quant li chambellens vit qu'Alixandres s'esveille,
Effreez de son songe, qu'il ne dort ne someille,
Ses garnemens li donne, gentement l'apareille,
Et quant il fu vestuz, a Phelippe conseille.
Quant li rois l'entendi, durement se merveille;
La ou il sot sage homme jusqu'a la mer Vermeille
Pour espondre le songe ses mesages traveille. 
[1.11]   Phelippes a mandé la sage gent lointiegne,  [270]
Les bons devineours fet querre par le regne,
Devins et sages clers communalment amene;
Premiers i est venus Aritotes d'Ateine.
Quant furent assamblé, une chambre i ot plene.
Tout le songe leur conte et chascuns d'els se peine
De respondre par sens bonne reison certaine.
[1.12]   Uns Grieus parla premiers qui cuidoit estre flors
De maintes sapïences et de sortisseors
Et de l'art d'ingremance et de devineours;
Pour ce ot non Astarus que il sot touz les cors 
[280]
Des estoiles du ciel et du sens des auctours.
"Ore entendez, fet il aus granz et aus menors,
De vostre songe espondre serai maistre doctors.
Li oés est vaine chose, petite est sa vigours;
Li serpens qu'en issoit, fiers et de fieres mours,
C'est uns hom orgueilleus qui movra mains estors
Et voudra seurmonter rois et empereours
Et metre desouz lui et princes et contours
Et conquerre par force les chastiaus et les tours
Et prendre et retenir et terres et honours, 
[290]
Mes nel porra pas fere, petite ert sa labors,
Lors tornera arriere si charra sa valors."
Quant Phelippes l'entent, d'ire mua colors,
Et cuide d'Alixandre que soit mauvés oirs sours.
[1.13]   Aprés celui parla Salios de Minier,
Sages hom de la loy, assez sot du mestier.
"Oëz, seignor, fet il, dont vous voeil acointier:
De chose qui en songe peçoie de legier
Ne m'est vis que nuz hom puisse bien esploitier.
Li oeus est veine chose si brise de legier; 
[300]
Li serpens qu'en issoit, qu'il vit felon et fier,
C'est uns hom de fol cuer, qui vodra guerroier
Et le païs conquerre et par force regnier
Et les sauvages terres desouz lui abessier;
Mes ja de riens qu'il voeille ne porra esploitier,
Car tuit cil li faudront qui li devront aidier,
Et mout mauvesement l'estevra reperier,
Si com fist li serpens qui retorna arrier."
Cil respons fist Phelippe durement esmaier.
[1.14]   Aprés ces deus parla Aritotes d'Ateine,  [310]
En piez s'en est levez, de bien dire se peine. 
"Oëz, seigneur, fet il, une reison certaine.
Li oés dont cil parole n'est mie chose veine,
Le monde senefie et la mer et l'areine,
Et li moieus dedens est terre de gent plaine;
Du serpent qu'en issoit vous di chose certaine,
Que ce est Alixandres qui sofferra grant poine
Et ert sires du mont, ma parole en ert seine,
Et si homme aprés lui le tendront en demeine,
Puis retournera mors en terre macidoine, 
[320]
Si com fist li serpens qui vint a sa cavaine."
Quant Phelippes l'entent, mout grant joie en demaine.
[1.15]   Phelippes ot grant joie du songe qui bien prent,
Mout ama Aritote et le tint richement,
Tout li abandona son or et son argent.
Alixandres fu preus et de grant escïent;
Ce conte l'escripture, se la letre ne ment,
Que plus sot en set jourz que uns autres en cent.
La nouvelle est alee deci en Ocident;
De ne sai quantes terres i sont venu la gent, 
[330]
Li mestre des escolles, li bon clerc sapïent,
Qui vouloient connoistre son cuer et son talent.
Aritotes d'Athenes l'aprist honestement;
Celui manda Phelippes trestout premierement.
Il li moustre escripture, et li vaslés l'entent,
Grieu, ebrieu et caldieu et latin ensement
Et toute la nature de la mer et du vent
Et le cours des estoiles et le compassement
Et si com li planete hurtent au firmament
Et la vie du siecle et quanqu'a lui apent 
[340]
Et connoistre reison et savoir jugement,
Si comme rethorique en fet devisement;
Et en aprés li moustre un bon chastïement,
Que ja serf de put ere n'et entour lui souvent,
Car maint home en sont mort et livré a torment,
Par losenge, par murtre, par enpoisonnement.
Li mestres li enseigne et li varlés aprent;
Il en jure le ciel et quanqu'a lui apent
Que ja nus sers par lui n'avra essaucement.
[1.16]   Une grant piece aprés qu'Alixandres fu nez,  [350]
Vint uns hom en la terre, de grant sens esprouvez,
Naptanabus ot non, d'engin estoit parez.
Cil fu puis Alixandre et mestres et privez,
Cil li moustra de l'air toutes les oscurtez
Et par con fete guise li soleus est posez
Et si comme la lune remue ses clartez 
Et le cours des estoiles quant li airs est troblez;
Mes tant lut ingremance et tant en fu usez
Que si bons enchanterres ne fu onques trouvez.
S'il eüst devant vous cinc cens homes armez, 
[360]
Vous semblast qu'il feïst de touz abres ramez
Et d'une eve courant quatorze arpens de prez
Et meïst en sa bourse les tours de vint citez.
De lui fu Alixandres mescreüs et blasmez,
Pour ce que de sa mere et de lui ert privez;
Dïent qu'il ert ses fuiz et de lui engendrez.
Un jour le prist aus mains, d'un tertre ou ert montez
Sel bouta contre val que sempres fu tüez.
[1.17]   Mout fu preus Alixandres, quant ot passez dis ans;
De par toutes les terres a mandez les enfans, 
[370]
Les fuiz aus gentils homes et touz les mieus vaillans;
Assez en poi de terme en ot avoec lui tans
Com s'il eüst la terre a quatorze amirans.
Largement leur donoit et fezoit lor talens:
Chevaus et muls d'Espaigne et palefroiz amblans,
Tirés et dras de soie et pailes aufriquans.
Ses ostieus resambloit foire de marcheans,
Tant avoit entour lui de petis et de grans.
Ne prenoit pas conseil aus honnis recreans,
Mes a ses gentils hommes, a touz les mieus vaillans, 
[380]
A ceus qui mieus resamblent hardis et conbatans.
La parole est bien voire et si est connoissans
Que li bons fet le bien et si est conseillans;
Ja de male racine n'ert abres bien portans.
[1.18]   Alixandres s'aloit par un jour deporter
Entre les murs d'areine et la greve de mer;
La contree fu belle et li soleus luist cler.
Tout entour lui commence l'enfes a regarder;
Environ lui aloient tel troi cens bacheler,
N'i a cel ne soit fuiz a demeine ou a per 
[390]
Ou a prince de terre que li roys doit amer.
Alixandres les fist par ses letres mander,
Pour ce que, quant il ert au terme d'adouber,
Avoec lui les fera richement atorner;
Puis leur couvint o lui mainte paine endurer
Et mainte nuit veillier et maint jor jeüner
Par les terres sauvages que il vot conquester.
Alixandres s'estut si prist a escouter,
Desus toute la ville oïun cri crïer,
A touz ceus de la ville estut le sanc müer, 
[400]
Ainz n'i ot si hardi qui n'esteüst trambler. 
Alixandres les lui vit un sien mestre ester,
Du cri qu'il ot oïli prist a demander,
Car n'a soing qu'il li doie grant merveille celer.
Li mestres li commence autre chose a mostrer,
Pour ce que ceste chose li veut fere oublïer,
Car il set son corage si felon a danter
Que ja de riens qu'il voeille nel porroit destorner.
De Nicholas le roy li commence a conter,
Qui guerroie son pere pour lui desheriter 
[410]
Et veut toute sa terre escillier et gaster,
Car treü li demande qu'il ne li doit donner.
Alixandres ot ire si commence a pensser,
Aprés li respondi: "Nel puis or amender;
Tant com je sui en mue, me couvient endurer,
Et quant je avrai elles, si m'estevra voler;
Tieus me veut or mal fere qui le puet comparer."
[1.19]   Alixandres apelle un sien dru Festion,
De Dieu le conjura selonc s'entencion
Que del cri qu'il oïli die la reison, 
[420]
Et li quens respondi: "N'en dirai se voir non,
Pour quant c'est grant folie que nous le vous dison.
Une beste est mout fiere, ainz telle ne vit on,
Felonnesse et diverse, cheval l'apellë on;
En un jour fustes né, que de fi le set on.
La roÿne d'Egypte le tramist Phelipon,
Assez de jeune aage et petitet faon;
Or n'a en tout le siecle cheval issi felon.
Onques hom ne vit beste de la seue façon:
Les costez a bauçans et fauve le crepon, 
[430]
La queue paonnace, fete par devison,
Et la teste de buef et les ieus de lion
Et le cors de cheval, pour ce a Bucifal non.
Clos est en une volte et murez environ,
Ja ne veut vooir homme en la seue meson,
Ainz en toute sa vie n'ot soing de compaignon.
Quant en prent en ce regne traïtor ne laron,
Ja nus hom n'en fera justice se il non;
A la beste le livrent, s'en fet destruicion;
Il en ocirroit bien quatre vins d'un randon. 
[440]
N'a cent hommes en Grece, ainsi com noz cuidon,
Qui osassent geter Bucifal de prison."
Lors respont Alixandres a guise de baron
Et jure cel seigneur qui fist Oceanon
Qu'il savra a court terme se ce est voir ou non;
A ce mot le seisirent et pristrent environ.
Il en jura son chief et met sa main en son
Que, se nus le tient mes, ja n'avra guerison 
Du poing ou du pié perdre sanz nule raençon;
Ainz puis n'i ot un seul ne li feïst bandon. 
[450]
[1.20]   Pour le dit du cheval fu Alixandres liez;
Ja mes n'avra grant joie si s'i ert acointiez;
Assez plus le desirre que fameilleus daintiez.
N'a homme en sa compaigne qui mout n'en soit iriez,
Car il ne gardent l'eure que il soit depeciez
Et les menbres du cors desrompus et sachiez,
Et chascuns en cuide estre destruis et escilliez.
Droitement a la volte est venus eslaissiez,
A l'uis s'est arrestez si a feru des piez
Et d'un mail qu'il trova que touz est debrisiez. 
[460]
Li chevaus vit son mestre si s'est humelïez;
Son corage li moustre si s'est agenoilliez,
Plus se tint cois et mus qu'esmerillon en giez.
Alixandres l'esgarde, mout en devint hetiez;
Sempres li fu li cors par tout aplanoiez,
Hui istra de prison, tant a esté lïez.
[1.21]   Mout fu liez Alixandres, quant il vit le cheval
Qui vers lui s'umelie, onques ne li fist mal;
La croupe li aplaigne et les crins contre val,
Qui plus estoient cler que pierre de cristal, 
[470]
Et le front li essue du pan de son cendal,
Ou chief li met le frain a or et a esmal;
Au plus tost que il pot monta sus Bucifal
Et issi de la volte dont fort sont li mural;
Ou mi leu de la sale s'areste et prent estal.
De toutes pars li fuient, ainz n'i ot si vassal
Qui osast arrester, tant le tienent a mal,
Car ne sai a quans homes a fet felon hostal.
Alixandres descent devant le dois royal,
Tholomer le commande, cil le rent Helyal, 
[480]
A un homme le roy, son prince mareschal.
Li grant et li petit crïent tout communal:
"Icist fet bien enseigne de roy emperial!"
[1.22]   Tuit ont ceste merveille oïe et entendue,
Qu'Alixandres a tret Bucifal de la mue;
Onques n'ot en ce mont tant fiere beste mue.
Quant le virent venir, s'ont tel paor eüe
Que la gent d'environ en est toute esperdue;
Cil se tient a gueri qui premiers se remue.
Tost fu par tout le mont la nouvelle espandue; 
[490]
Grieu et Macedonois en ont grant joie eüe
Et dïent que leur terre ert par lui secourue
Et la gent Nicholas gastee et confondue.
[1.23]   Mout fu de ceste chose joians li rois Felis
Que tant est Alixandres preus et volenteïs,
Onques en icest siecle ne nasqui si bons Gris.
La roÿne en fu liee, qui le sien i ot mis,
Son or et son argent et son ver et son gris,
Qu'Alixandres donnoit aus damoisiaus de pris,
Aus fuiz aus nobles hommes de par tout le païs, 
[500]
Tant que par tout le mont est si montez ses pris
Qu'en ne cuidoit qu'el siecle fust autretieus hom vis.
A treze ans et cinc mois fu ses termes assis
Que chevaliers doit estre, li congiez en est pris.
Li baron vont au roy, a reison l'en ont mis:
"Une rien pouëz croire et si en soiez fis
Que il a son corage de grant fierté espris
Et tant cuide conquerre desus ses anemis
Qu'au partir en sera li plus riches mendis;
Et vous soiez a eise, en repos soiez mis 
[510]
Avoec vostre moillier, qui tant a cler le vis,
Et alez en riviere o vos faucons volis,
Et il soit chevaliers si deviegne penis
Et conquiere les terres sus touz ses anemis.
Dieus a fet petit terre, si com nous est avis,
Car se il en estoit sires poësteïs,
Toute l'avroit donnee desci a quinze dis.
Cestui plet conperront li cuvert riche assis
Qui les frans chevaliers ont fez povres mendis
Et ont les granz tresors et les chiers pailles bis 
[520]
Dont li regnes de Grece est vestus et porpris."
[1.24]   Entour le roy estoient si demaine et si per;
D'Alixandre li prïent nel face demourer,
Car bien est de l'aage qu'il doie armes porter.
La roÿne de Grece en vet au roy parler;
Li roys ot la parole et le terme nonmer.
Riant dist la roÿne: "Or vous esteut penser
De dras de mainte guise a leur cors conraer,
Et je m'entremetrai de bons conrois donner,
Si en ferai trois cens pour s'amour adouber." 
[530]
La roÿne en fu liee, qui mout s'en vot pener,
Car c'est la riens el siecle qu'ele pot plus amer.
A icest mot commence li baniers a crïer:
Pour les varlés bagnier facent l'eve tremper.
Alixandres l'ot dire si respont comme ber 
Et jure le seigneur, qui fet le soleil cler
Seoir el firmament pour le mont alumer,
Que ja n'i avra iaue fors la sausse de mer.
Le soir d'une grant feste qu'il durent celebrer
Sont venu a la rive pour leur cors eslaver; 
[540]
Ilueques veïssiez baignier tant bacheler
Et courre par celle iaue et saillir et noër;
Icel jour les alerent maintes gens esgarder.
[1.25]   Dementiers qu'Alixandres s'estoit alez baignier,
La roÿne de Grece fist deus chevaus charchier
De riches dras de soie qui mout estoient chier,
Droitement a la rive les a fet envoier.
Li nouviaus roys de Grece, qui le corage ot fier,
Qui onques nen ama traïteur losengier,
A fet ses compaignons devant apareillier 
[550]
Et dist que li plus povre soient vestu premier,
S'ait chascuns bonnes armes et bon courant destrier.
Les conroys Alixandre ne porroit nus prisier;
Toutes ses vesteüres ne vous sai desraisnier:
Ses haubers fu ouvrez en l'ille de Durier,
Li pan sont a argent, la ventaille d'or mier,
La maille ne crient lance ne cop d'aubalestier,
Onques de sa bonté ne vit hom si legier;
Le cercle de son hiaume ne poïst esligier
Li roys de Maceline pour or ne pour denier, 
[560]
Douze pierres i ot que fols ne doit baillier,
Devant seur le nasel un escharboucle chier;
Ses escus de synople et ses brans fu d'acier,
Quatre mois et demi mist Bilés au forgier,
Les renges sont de paile fetes par eschequier.
Devant lui amenerent Bucifal le legier,
Alixandres i monte par son estrier d'or mier.
La veïssiez grant joie a l'issir du gravier,
Et furent bien troi cens tuit nouvel chevalier;
Chascuns point son cheval, qui le vot eslessier. 
[570]
Li roys Phelis commande la quintaine a drecier;
A cel tens ert coustume, si nel vodrent lessier.
Icel jour i ferirent li nouvel sodoier,
A l'aubaleste jouent cil qu'en sont coustumier,
Et Phelippes meïsmes s'i vet esbanoier;
Li auquant se deduient a trere et a lancier.
Aprés trestouz les geus ala li roys mengier;
Ilueques veïssiez tant conte et tant princier,
De la terre de Grece i furent li guerrier.
 Ainz qu'il lievent des tables, es vous un mesagier 
[580]
Qui conta tel parole, sanz dit de mençongier,
Dont morurent aus armes maint vaillant chevalier. 
[1.26]   Mout fu belle la court en la salle a lambrus.
Pour l'amour Alixandre servi Antiocus,
Tholomer et Dans Clins, Arristez et Caulus,
Perdicas et Lyoines, li preus Antigonus,
Licanor et Filotes, Aridés li menbrus;
Devant le mestre dois servi Emenidus.
A tant ez vous un mes que on claime Crebus,
Le roy Phelippe apelle voiant contes et dus: 
[590]
"Roys Nicholas te mande que li rendes treüs
De toi et de ta terre, ne li demourer plus;
Et se tu nel veus fere, d'une chose t'encus:
En ta terre vendra o Hermins et o Turs;
Ne te guerra chastiaus ne cité ne fors murs,
Que tant ne te guerroit qu'il vendra au desus,
Si que par vive force te metra en reclus."
Quant l'entendi Phelippes, plus dolens ne fu nus;
Ne pot un mot respondre, ains bessa le chief jus.
[1.27]   Iriez fu Alixandres, quant il vit le mesage  [600]
Qui li a raconté son duel et son domage,
De mautalent nerci et mua son visage.
Voiant toute la court se drece en son estage,
Seur l'espaule s'apuie Emenidus d'Arcage,
Le mesagier apelle si li dist son corage:
"Je mant a ton seigneur trop a fet grant outrage
Qui du regne de Grece demande treüage;
A brief terme l'avra, se je puis, si sauvage
Que mout li tornera a perte et a domage.
Ja nul jour que je vive ne l'en donrai ostage 
[610]
Ne n'avra, se je vif, fermeté ne estage
Quel puisse garantir, tant i ait fier passage.
De ma part le deffi, voiant tout mon barnage,
Que el regne de Grece ait plain pié d'eritage.
Or m'en irai seur lui prover mon vasselage;
Ja n'avrai mes grant joie en trestout mon eage
Tant qu'il m'ait ceste honte amendé par son gage,
Si que le chief de lui en avrai en ostage."
[1.28]   Li mes ot la parolle si se met el repaire;
Ainz ne fina d'esrer tant qu'il vint a Cesaire. 
[620]
Et au roy Nicholas raconta son affere;
Et conte d'Alixandre, qui a fier le viaire
Et plus hardi le cuer que lyon qu'en ot braire:
"Ains ne nasqui tieus princes pour bonne gent atrere;
A ceus qui sont o lui est frans et debonnere,
Et vers ses anemis trop fel et de put ere.
Ne vous cuide leissier ne chastel ne repere
Ainz vous en cuide bien a vive force trere."
Quant Nicholas l'entent, sachiez ne li pot plere;
Il en jure son cuer et sa pelice vere, 
[630]
S'aus poins le puet tenir, il li fera contrere:
"Je li cuit destremper si felon letuaire
Nel donroit son parent, s'il li veoit l'ueil trere."
Li mes dist en riant a Bruiant de Valquerre:
"De loing le menaciez, il ne vous prise gaire."
[1.29]   Merveille ot Alixandres, quant il ot de la guerre,
Que li roys Nicholas veut treü de sa terre.
Par les lointiens païz fet les bachelers querre,
Les povres chevaliers qui n'ont mie grant terre,
C'or viegnent cil a lui qui ont oés de conquerre. 
[640]
Li nouviaus roys de Grece les granz tresors desserre,
C'uns n'en puet remanoir en huche ne en serre;
A ceus les fet donner que la povretez merre,
Qui vodront avoec lui les granz poines souferre.
[1.30]   De ce fist Alixandres que gentilz et que fiers,
Que frans roys debonneres, que nobles chevaliers:
Quant ot par les contrees mandé les sodoiers,
Par le congié son pere a pris les usuriers,
Les sers de put afere, les felons pautonniers,
Qui les tresors avoient et les mons de deniers 
[650]
Qu'il lessoient moisir a muis et a sestiers;
Touz les a departiz aus povres chevaliers,
Aus povres bacheliers qui il estoit mestiers;
Il les a atornez d'armes et de destriers,
De riches vesteüres et de garnemens chiers;
N'i a celui qui n'ait o lui trois escuiers,
Cinc sergans a cheval et bons aubalestiers.
Pour ce qu'iert preus et larges et touz jorz costumiers
De conquerre les terres et les regnes pleniers,
A touz ses anemis veut estre justiciers; 
[660]
Et quant vint en bataille, touz jorz fu li premiers.
Quant furent assamblé par les plaines d'Aliers,
Plus en ot Alixandres de quarante milliers;
Emenidus d'Arcage fu ses gonfanoniers.
[1.31]   Onques n'issi de Grece tant gent pour Phelippon
Comme Alixandres ot es plaines de Valbon.
En la terre d'Alier dont il ot le seurnon
La veïssiez tendu maint riche paveillon.
Aritotes se jut seur un paile esclavon
Qui fu orlez d'orfrois et bordez environ; 
[670]
Sous ciel nen a senblance d'oiseil ne de poison
Dont ilueques ne soit escrite la façon.
Alixandre en apelle si l'a mis a reison:
"Eslisiez douze pers qui soient compaignon,
Qui merront voz batailles touz jorz par devison,
Et amez touz voz hommes et leur fetes gent don.
Ce sachiez: qui bien donne, volentiers le sert on,
Par donner puet l'en bien amoloier felon;
Qui tout veut trestout pert, des auquans le voit on.
Se voulez estre larges, plus en serez preudon 
[680]
Et conquerrez les terres jusqu'en Oceanon;
Ja n'avra roys ne princes vers vous deffension
N'autre gent en bataille a la vostre foison."
Quant l'entent Alixandres, si dreça le menton:
"Vostre merci, biaus mestre, ci a bonne reison,
A maint homme est il mieus de la vostre aprison;
Eslisiez vous meïsmes de qui noz les feron."
"Premerains i metez Tholomer et Cliçon,
Licanor et Filote et dant Emenidon,
Perdicas et Lyoine avoec Antigonon, 
[690]
Et le conte Aridés, Aristés et Caulon,
Antiocus avoec, es les vous touz par non;
Icil sont tuit preudomme et chevalier baron.
Emenidus d'Arcage port vostre gonfanon."
Et respont Alixandres: "A Dieu beneïçon."
[1.32]   En icel jour que furent eslit li douze per,
Que li roys Alixandres les ot fet deviser,
Lors fet monter sa gent et ses grelles sonner;
El regne Nicholas voudra des or entrer.
Emenidon commande son gonfanon porter; 
[700]
Ja mes ne finera si vendra a la mer
Dont Dieus a clos la terre por le ciel deviser.
Devant ses ieus encontre li roys un bacheler
Qui les cheveus ot blons et le viaire cler;
Son samblant ne sa face ne vous sai deviser,
De plus gentil danzel n'orrez ja mes parler.
Afublez d'une guiche, touz nus piez, sans soler,
A ceus devant commence le roy a demander.
Uns danzels l'esgarda si li ala moustrer;
Bonnement commença le roy a salüer: 
[710]
"Sire, entent ma parole, bien la dois escouter;
Ne m'aiez pour ce vil que me vois povre aler,
Ja me peüsse mieus vestir et atorner;
Mes tieus hom me fet querre, s'il me pooit trover,
Qui me feroit le bu de la teste sevrer.
Je sui niez le roy Daire, ne le te quier celer,
Fuiz sui de sa serour, mout me deüst amer,
Mes il me tolt ma terre por moi desheriter.
Or sui venuz a toi, que j'ai oïconter
Que tu retiens les povres qui ont oeus d'amender, 
[720]
Et plus povre de moi ne pues tu esgarder,
Car je n'ai tant d'avoir dont je pregne un diner."
A ice mot a fet maint chevalier plorer;
Alixandres meïsmes commence a souspirer,
Aprés li demanda: "Comment te fes nonmer?"
"Sire, j'ai a non Sanses, fuiz sui le roy Omer;
Li roys Daires, mes oncles, le fist enpoisonner
Et moi fist de son regne escillier et jeter;
Tyr me tolt et ma terre qui est selonc la mer
Plus c'uns hom ne porroit en quatre jorz aler. 
[730]
El royanme de Perse t'oïforment loër;
Onques entrusque ci ne me vos arrester.
Hui devieng tes hom liges, mout me vodrai pener
De fere ton service, bien t'i porras fïer.''
Li roys en ot grant joie, quant si l'oïparler;
A pié descent, sel beise, pour lui mieus honorer.
Son mestre chambellenc fist li roys apeler,
De riches dras de soie le fist bien conreer,
Chevaus et bonnes armes li commande a donner;
Sa terre li rendra, s'il la puet conquester, 
[740]
Et du sien li donra, s'il le sert sanz fausser,
Dont bien porra en ost dis mile hommes mener;
Et Sanses chierement l'en prist a mercïer.
[1.33]   Bel homme ot en Sanson quant il fu bien vestus;
Ses mantiaus fu hermins par deseure volus,
D'un samit de Palerne vermeil, ouvrez menus,
Li tassel sont a pierres, li ors i est batus,
Chauces ot d'un brun paile et esporons agus.
En riant dist au roy: "Tieus amis t'est creüz
Qui ja ne te faudra tant com durt sa vertus." 
[750]
Voiant les douze pers est ses hom devenus
Et il fu d'Alixandre volentiers receüs;
De terre a dis mile homes li est ses fiez creüs.
"Sire, ce li dist Sansses, granz biens m'est avenus,
Encor cuit vooir l'eure que Daires ert veincus;
Vous en avrez la terre et il ert confondus.
Quant j'eschapai de Perse et j'en fui fors issus,
Assés fui de maint homme pour ocirre seüs;
Par Cesaire la grant m'en ving touz irascus,
Mes onques par nul homme n'i fui reconneüs. 
[760]
La trouvai Nicholas qui ert d'ire esmeüs,
Ainsi menace Grece a ardoir comme fus,
Pour ce que ne l'en est aportez li treüz."
Lors respont Alixandres sanz conseil de ses drus:
''Vous irez a Cesaire, qui en estes venus,
Et direz Nicholas que je sui ja meüs,
Treüage li port a tout cent mile escus
Se par temps nel vient querre, a son oés est perdus.
Mes avant li direz de par moi tieus salus,
Que je serai ainz mors ou il sera veincus 
[770]
Que ja cist treüages li soit par moi rendus.
La bataille li mant, ou soit armez ou nus,
Et cil qui veincus ert sera roys abatuz;
Ne doit terre tenir jeunes hom recreüz."
[1.34]   Sanses ot la parolle si monte el bai de pris.
A Cesaire est venuz ains que past li midis
Et trouva Nicholas en son palés assis;
Mout ot entour lui princes, demaines et marchis.
Son mesage li conte devant en mi le vis:
"Alixandres te mande, li roys poësteïs, 
[780]
Que de mort te deffie et n'est pas tes amis.
Pour ce que de sa terre as treüage quis,
Fierement le t'aporte a tout cent mile Gris;
En ta terre est entrez, par foi le te plevis
Que ja mes n'en istra par homme qui soit vis
Tant que seraz veincus ou il en ert ocis.
Ne veut que autres hom en soit mors ne malmis;
La bataille te mande et je la te devis:
Ambedui cors a cors seur les chevaus de pris,
Et cil qui veincus ert avra perdu son pris." 
[790]
Lors s'enbronche li roys d'ire plains et pensis;
Aprés li respondi comme maltalentis:
"Mesages, comme as non?" "Sire, Sanses de Tyr[s],
Et sui niez le roy Daire, mes ore en sui eschis.
A tort me desherite, mes a tel me sui pris
Qui me rendra ma terre et plus m'en a promis,
Dont puis mener en ost set mile homes et dis;
C'est touz li mieudres roys et li plus volentis,
D'amour et de bon cuer et de doner espris,
Qui nasquist puis qu'Adans issi de Paradis. 
[800]
S'il te treuve en bataille, de ce soies tu fis:
Tu remaindras veincuz et tes regnes conquis.
Seur le fer de sa lance est jugiez tes juïs,
Ja mes ne finera tant qu'il t'ait mort ou pris."
Quant l'entent Nicholas, de faintié fet un ris:
"Va, si di ton seigneur ses mortieus anemis
Le semont de bataille d'ui en quarante dis,
Se il veut cors a cors ou gent contre gent mis."
[1.35   Quant Nicholas entent le dit dou mesagier,
Quel menace Alixandres de la teste a trenchier 
[810]
Et seur touz autres hommes le vodra empirier,
Le mesage commence forment a losengier; 
A soi le voudra trere, se il puet esploitier:
"Amis, ce dist li roys, je te voeil acointier.
Des que tu es niez Daire, je te voeil mieus prisier,
Mes parens es mout pres, ne me dois esloignier;
Mout en ledist sa face qui son nez fet trenchier,
Qui honnist son lignage nel doit en avoir chier,
Mes guerpis Alixandre et si me vien aidier;
Donrai toi de mon regne, se toi plest, un quartier 
[820]
Et te ferai vers Daire, ton oncle, rapezier
Et te rendrai ta terre toute sanz chalengier.
Or veus celui servir qui me veut guerroier;
Se treü ne m'aporte, jel cuit si chastoier
Et de l'orgueil qu'il a si durement plessier
Nel voudroient veoir cil qui or l'ont plus chier."
"Or oi plet, ce dist Sanses, qui bien fet a leissier.
Celui qui bien m'a fet me reuves tu changier?
Ja, tant comme je aie le cuer du ventre entier,
Nel guerpirai pour homme, por les menbres trenchier. 
[830]
Comment guerra autrui qui lui ne puet aidier?
Toi meïsmes quide il destruire et escillier,
Par temps te cuide ocirre et de terre chacier;
Ce n'est mie roys Daires o le cuer pautonnier.
Qui d'un serf racheté a fet son conseillier
Ja devant Alixandre n'oseroit aprochier.
S'uns li disoit losenge por nului empirier,
Li roys le feroit pendre ou tout vif escorchier;
De lui et de ses hommes te couvient acointier."
Quant il l'ot deffïé, si monte en son destrier; 
[840]
Jusqu'au tref Alixandre ne se volt atargier.
[1.36]   Quant Alixandres vit son mesage venir,
Encontre va, sel beise, ne s'en pot astenir.
Nouvelles li demande, car mout les veut oïr:
"Que mande Nicholas? Vodra s'en il fouir
Ou se voudra vers moi en bataille tenir?"
Et cil li respondi: "Mout est de grant aïr.
Par mon chief, ce dist Sanses, il vous cuide honnir;
Ainz mes ne vi si homme de bataille aatir.
Il me cuida de vous par losenge partir, 
[850]
Mes je n'ai pas corage de mon seignor traïr.
Le treü vous demande, ne s'en veut pas souffrir."
Quant l'entent Alixandres, d'ire jete un soupir
Et jure cel seigneur qui soleil fet luisir
Que par temps en couvient l'un des deus a morir.
A ce mot s'en alerent aus herberges gesir.
Au matin quant il vit le soleil esclarcir,
Lors fet monter ses hommes et ses tentes cueillir.
Ja mes ne se vodra par homme retenir
Deci que de Cesaire puisse les tors chosir. 
[860]
[1.37]   Dolens fu Nicholas et pensis des respons
Qu'Alixandres manda, orgueilleus et felons,
Que nel guerra vers lui fermetez ne donjons.
De par toutes ses terres a mandez ses barons.
"Or leur couvient leissier deduis d'esmerillons
Et la chace des chiens et le giet des faucons,
Et facent rafreschir de nouvel leur blasons,
Et aient bonnes armes et bons chevaus gascons,
Frains nués et selles nueves et escus a lions,
Et viegnent a Cesaire a coite d'esperons, 
[870]
Apareillié de guerre, car aparmain l'avrons."
Tout semont le païs, qui fu larges et lons,
Trusqu'el regne d'Egipte en ala la reisons;
Il en jure ses dieus, qui il fet oroisons,
Que se il i remaint chevaliers ne paons
Qui puisse porter armes ne monter en arçons,
Qu'il en fera justice voiant ses compaignons.
Quant furent assamblé et il les ot semons,
Plus sont de deus cens mile, ainsi com noz cuidons;
Ilueques veïssiez tans vermeus gonfanons, 
[880]
Vers et indes et jaunes et de toutes façons.
Seur l'eve de Barsis tendent leur paveillons.
[1.38]   Quant li roys Nicholas ot s'ost a soi mandee,
Seur l'eve de Barsis en la plaine assamblee,
Plus durerent les loges de demie jornee;
Ne cuide que par homme soit ja desbaretee,
Mes ja ainz ne verra la quinzaine passee
Que tieus a grant orgueil qui perdra sa posnee.
Alixandres chevauche, l'oriflambe levee,
O sa grant compaignie d'une gent aduree, 
[890]
Qui sera en bataille essaïe et prouvee.
Ja mes ne verrez gent qui mieus soit pourpensee,
De bon seigneur garnie et si enluminee,
Qui tout fet quanqu'il veulent et quanqu'il lor agree;
Et elle rest pour lui ainsi entalentee
Que set tans d'autre gent n'avront vers li duree.
La terre Nicholas ont ja par leus gastee
Et chevauchent a force tres par mi la contree.
Tholomer regarda vers une plaine lee,
Des loges Nicholas a choisi la fumee 
[900]
Et vit mil paveillons el fons d'une valee
Seur l'eve de Barsis ou elle est arrestee.
Li uns des Grieus a l'autre a l'ost au doi mostree,
Et dïent en riant: "Ja mes ne çaigne espee
Qui de ceus partira s'ert sa terre effondree.
La richece Alixandre, qui tant nous est privee,
Doit bien estre a iceus premerains comparee." 
Ja fust l'ost Nicholas a ce mot escrïee,
Mes li roys Alixandres a sa teste juree
Que mar s'en mouvra uns s'ert sa gent ordenee 
[910]
Et chascune bataille sagement devisee;
Que puis que si grant gent ert ensamble ajoustee,
Sous ciel n'a homme en terre par qui fust desevree
Desci que mainte teste en esteroit copee
Et chevaliers cheüz et selle reversee.
Par la geude de pié commença la meslee.
[1.39]   Quant de deus pars se sont les os reconneües
Et les geudes de pié, qui devant sont venues,
Ont de l'ost Nicholas les herberges veües,
Tentes et paveillons et aucubes tendues, 
[920]
De pourpre, de couleurs, estelees menues,
Et ont les granz richeces de l'ost aperceües
Et n'orent les deffensses Alixandre entendues,
Celle part vont courant, n'i ont regnes tenues,
Granz cops se vont donner de leur lances agües;
Li dart que li Grieu lancent et seetes menues
Voloient plus espés qu'en mai pluies menues,
Et cil se redeffendent o les espees nues.
Ainz qu'en ait Alixandres les nouvelles eües,
I ot sanc et cervelles de deus pars espandues. 
[930]
"Sire, dist Tholomer, les os sont esmeües,
Ja i a de deus pars maintes testes tolues.
Fetes armer voz gens par ces plaines herbues
Et joustez voz batailles, quant seront fervestues,
Que ne soient ancui folement decheües;
S'erent ces trois batailles Nicholas bien ferues
Que je voi la armees les ces brueilles foillues,
Si que soient ancui ledement desrompues,
Ja mes toutes les autres ne seroient tenues."
[1.40]   Quant Nicholas vit l'ost des Grijois en la plaigne  [940]
Et les geudes de pié qui paient leur bargaigne,-
Tieus i ala touz sains qui perciee a l'entraigne,-
Lors commande li roys a mener sa compaigne
Et fet le harnois trere vers les puis d'Aliagne,
S'il vient au desconfire, qu'aient large champagne.
Mout bien les amoneste et estruit et ensaigne,
Chascun prie par soi que nus d'eus ne se faigne,
Ne se desroit pas l'ost, mes ensamble se taigne:
"Alixandres est fiers et sa gent est grifaigne;
Ne vous esmaiez mie, se l'uns l'autre mehaigne. 
[950]
Au departir du champ verra l'en la gaagne;
Ja mes ne sera jour que chascuns ne s'en plaigne
Mieus vodroie estre mors que ma terre pourpraigne."
Abilas de Laserre a commandé s'ensaigne;
Ne cuide que tel homme ait tant com la mer çaigne.
[1.41]   Quant Alixandres vit de l'ost la commençaille
Et les geudes a pié qui muevent la bataille,
Uns Greus s'en est partis, ferus par mi l'entraille,
Li sans qui du cors ist seur son arçon li caille.
Alixandres li dist: "Ce n'est pas devinaille." 
[960]
Et dist par maltalent: "Ja Dieus ne m'ait en baille,
Se ja de l'assamblee i a mes desevraille.
Sa chape gart chascuns, tout voist a communaille."
Douze eschielles devise, mout bien les aparaille.
Emenidon d'Arcage la premeraine baille
Et dist que bien les maint et sagement i aille
Et gart ne se desroit ne nuz des rens ne saille,
Car a si fier besoing et a tel assamblaille
Ne puet nus hom bien fere, se mout ne se travaille.
Emenidus respont: "Ja tant com j'avrai maille 
[970]
En l'auberc de mon dos, pan entier ne vantaille,
Et mes harnois vaudra le pris d'une maaille,
Ne j'aie escu entier ne espee qui taille,
Pour doutance de mort ne fera mes cors faille,
Ainz i serai ferus tres par mi la coraille
Et m'estevra le cors bender d'une touaille."
Li roys dist en riant a Garsil de Biaille:
"Preus est Emenidus, ne cuit que nus le vaille."
Lors veïssiez les Grieus liez et de grant gazaille,
Qui mieus nel cuide fere ne se prise une caille. 
[980]
[1.42]   La premiere bataille conduist Emenidus,
Perdicas la seconde et la tierce Caulus
Et la quarte Leoynes, la quinte Antigonus
Et la siste bataille conduist Antiocus,
En icelle ot assez de princes et de dus,
Qui feront a la gent Nicholas tieus pertus,
Ses treuvent en estour, bien iront a reüs,
Ne cuit c'au departir s'en puisse gaber nus;
Et les autres batailles se retraient en sus,
Qui bien vodront ancui deffendre leur treüs. 
[990]
[1.43]   Mout fu preus Alixandres et de sens esprouvé,
Et les autres batailles a il bien commandé;
Li autre per les mainent sagement par fierté,
Onques n'i ot desroy ne outrage mené.
Dans Clins maine la sesme et l'uisme Tholomé; 
Cil dui ne furent onques en leur vie sevré,
Assez d'un aage erent et pres d'un parenté,
D'un samblant, d'une guise et d'une volenté;
De toute l'ost de Grece furent li plus douté,
Fors seul Emenidon au corage aduré; 
[1000]
Ainz d'estour ne fouirent quatre toises de lé,
Pour tant qu'estre i poïssent a nulle sauveté.
La nuesme ot Licanor et la disme Arristé,
Cil dui resont hardi et vassal aduré.

<<< >>>