<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[1.44]   L'onzime des batailles conduit dans Filotés,
En la douzime en chief si estoit Aridés.
Alixandres revient o sa grant gent aprés,
Qui en l'aspre besoing sofferront greignor fes.
Le jour fist Alixandres que de roy n'oïmes,
Que toutes les batailles a outrees em pes,  [1010]
En la premiere eschiele est venus a eslés.
Aus premiers vodra joindre li roys macedonés;
Ancui le trouverront si anemi engrés,
Onques mes n'acointierent si mal voisin de pres.
[1.45]   En la premiere eschiele, que Emenidus maine,
Fu li roys Alixandres sus Bucifal demaine,
Qui des premieres joustes vodra avoir l'estreine,
Assez plus le desirre que douz chant de sereine.
Estes vous de Chesaire l'eschielle premeraine;
Devant trestouz les autres vint li dus de Betaine  [1020]
Et sist seur un destrier qui plus cort d'une alaine
Que ne vole esmerils quant l'aloe est prochaine;
Il ot un costé brun et l'autre blanc com laine,
Ses couvertures furent d'un cendal de Miçaine.
Quant le voit Alixandres, de bien fere se paine,
Bucifal esperonne si li lasche la raine;
Ja orrez d'ambes pars une jouste certaine.
Li dus ala ferir Alixandre demaine,
Que sa lance peçoie sus le roy macedoine,
Et li roys feri lui, aussi com sus quintaine,  [1030]
Que toute li perça la fort brogne claveine,
Faussee est seur le pis, la ou elle ert plus saine;
A trois doie du cuer li a trenchié la vaine;
Toute plaine sa lance l'abat mort en l'araine.
Les deus batailles hurtent et la tierce fu saine;
Cil qui bien s'encontrerent n'ont mestier de quintaine.
[1.46]   Au jouster des batailles chaïrent li vassal;
Ilueques veïssiez un estour communal, 
Tant hiaume detrenchié, tant escu, tant nasal,
Le sanc et la cervelle cheoir encontre val;  [1040]
Li couart s'espoëntent et guerpissent estal,
En toutes les besongnes seufrent li preu le mal.
Et Alixandres point, qui sist seur Bucifal,
El chief de la bataille vet joindre a Nabigal,
Par mi le cors li passe l'enseigne de cendal,
Si l'abat a la terre que rompent li poitrail,
Puis a trete l'espee au poing d'or a cristal;
Au torner de la jouste ala ferir Coustal,
Que tout le pis li trenche et la veine coral.
Emenidus l'esgarde si apela Hunbal  [1050]
Et dist c'onques tieus princes ne monta seur cheval.
A ses anemis jouste, mes li cop sont mortal,
Ne leur lera de terre valissant un jornal.
[1.47]   Emenidus chevauche un destrier arragon
Et vet par la bataille a coite d'esperon,
Iriez desouz son hiaume, s'ot regart de lion;
El chief de la bataille vet jouster a Sanson,
Hom estoit Nicholas et bien de sa meison
Et si tenoit sa terre tote quite en son non;
El cors li mist le fer a tout le gonfanon,  [1060]
Si l'abat du cheval qu'en vuident li arçon.
Aspiros de Calice sist en Valerion,
Un sor destrier d'Arrabe de mout gente façon,
En l'eschiele desriere ala joindre a Leon,
Toute plaine sa lance l'abat mort du gascon.
Forment poise Alixandre de la mort son baron,
Et dist: "Vous m'avrez sempres mout pres a compaignon."
Au torner que il fist le fiert de tel randon,
Sa coiffe estoit cheüe et laschié li bouton,
Que la teste li trenche par desouz le menton.  [1070]
Cil de Cesaire dïent: "Enevois i perdron;
S'ainsi noz vont menant, ja n'avron guerison;
Ja de conbatre aus Grieus ne vendra se maus non."
[1.48]   Es vous par mi l'estor sus un destrier venir
Sanson le neveu Daire, qui fu jetez de Tir.
Li vassaus vint armez et li chevaus d'aïr,
En mi la greignor presse ala un duc ferir,
Qui ot de Nicholas mout grant terre a tenir,
Que l'escu de son col li fist fraindre et croissir,
Si l'abat contre terre que l'ame en fist issir;  [1080]
Puis a trete l'espee, vers eus prist a guenchir,
Amiras d'Abilac ala le chief tolir.
Alixandres l'esgarde, si li vint a pleisir, 
Et dist: "Mout doit l'en bien tel vassal retenir,
Qui en si fiere coite set son seigneur servir;
Qui tel homme tolt terre, bien l'en doit maus venir."
La compaigne Alixandre les vet si envaïr
Que la premiere eschiele nes pot onques soffrir;
A touz les premerains ont fet estal guerpir.
[1.49]   Es vous l'autre bataille, que conduit Perdicas;  [1090]
A la seconde eschiele des hommes Nicholas
S'ajouste comme ains pot, assez plus que le pas;
La oïssiez brisier tante lance de saps,
Tant hiaume et tant escu veïssiez iluec quas,
Tant chevalier armé gesir a terre bas.
Seur le ver d'Oliferne sist armez Belias;
Cil estoit nez de Grece et parens Eneas,
Qui eschapa de Troie quant li païs fu ars;
El chief de la bataille vet joindre a Josias,
Un baron de Cesaire et né de Caÿfas  [1100]
Et tint toute la terre desci en Belinas,
Que l'eschine li trenche outre par mi les dras,
Toute plaine sa lance l'abat du cheval gras.
Abilas de Laserre a ocis Brunadas,
Un chevalier de Grece et parent Filotas.
La veïssiez conbatre Greus et Macedonas;
La compaigne Alixandre, qui nes espargne pas,
Aus espees trenchans les vont ferir el tas.
Le jour les abuvrerent a si felons hanas
C'onques de celle eschiele, nel tenez mie a gas,  [1110]
Par le mien escïent cent n'en estordent pas.
[1.50]   Ez vous la tierce eschiele, que Caulus li quens guie,
Qui maint bon chevalier ot en sa compaignie;
Jousta a la bataille Clarïel d'Estorie.
L'une gent envers l'autre se porte grant envie,
Durement s'entrefierent, car touz jorz s'est haïe;
Ilueques veïssiez tante targe florie
Et maint bon chevalier abatre sanz la vie.
Caulus point le cheval ou durement se fie
Et feri Samadon seur la targe florie,  [1120]
Qu'il li fent et estroue, ne li vaut une allie;
Par mi le cors li passe l'enseigne d'Aumarie,
Seur l'arçon daesrain l'enverse tout et plie;
Outre passe poignant, mes son branc n'i oblie,
Du fuerre le sacha quant la lance est faillie;
Au tour grezois fiert l'autre seur l'iaume de Pavie,
Mes par devant l'escu est l'espee guenchie,
Que l'espaule senestre li a du cors partie; 
Li bras a tout l'escu chiet seur l'erbe florie.
Cil s'esmaia du cop s'a la selle guerpie,  [1130]
Quatre foiz s'est pasmez en mi la praerie.
Caulus prist par la resne le destrier d'Orcanie,
Batant l'en maine au plat de l'espee forbie,
A un Grieu le rendi qui du sien n'avoit mie.
Nus ne voit celle jouste qui de cuer ne s'en rie.
A grant bien li atornent celle chevalerie;
La bataille aus Grezois a si l'autre envaïe
Que de vint arpens est arriere sortie.
[1.51]   Ez vous l'autre bataille, que conduisoit Leoyne,
Jointe a la quarte eschiele Nicholas sanz essoine;  [1140]
La veïssiez percier maint escu de Blioine.
A tant es vous poignant Drapendés de Sydoine;
Cil ert hom Alixandre et tint Escalidoine
Et sist seur un cheval qu'en apelle Pyoine;
En l'escu de son col ala ferir Antoine,
Un baron Nicholas, né devers Babyloine,
Que sa lance peçoie comme un rain de pyoine;
Puis a trete l'espee au poing d'or a sardoine,
A mont le fiert en l'iaume ou siet la casedoine,
Que il li trenche et fausse et la coiffe et la broigne,  [1150]
Ou cervel li embat le branc nu sanz essoine.
La veïssiez conbatre la flor de Macedoine,
Qui ert a Nicholas venue par essoine.
[1.52]   Quant la premiere eschiele, qui aus Grieus est jostee,
Vit la gent Alixandre tant fiere et aduree
Et duite de bataille et si bien pourpensee
Qu'ains si hardie gent ne fu de mere nee
Et ont l'autre compaigne Alixandre esgardee-
Chascune des batailles vient par soi devisee,
Si com li maines roys l'avoit toute ordenee-  [1160]
Et virent la leur gent joste eus desbaretee,-
Tel quatre cens des leur en gisent en la pree
Trestouz li plus haliegres a la teste copee,-
La premiere bataille en est si effraee
Que la seconde aprés en est toute esgaree
Et la tierce fremie et la quarte branlee,
Si que l'une bataille est a l'autre hurtee.
Quant la gent Nicholas, qui vint aprés armee,
Vit celle de devant si forment effraee,
Et est toute seur eus en fuiant reversee,  [1170]
Lors fu si de bien faire enfin destalentee
Que l'une gent por l'autre est en fuie tornee.
Alixandres les suit o ceus de sa contree; 
Ilueques veïssiez mainte enseigne brodee
En cors de chevalier tainte et ensanglentee
Et a tant bon vassal tante teste copee,
En icelle chace ot mainte targe effondree.
Trusqu'aus puis d'Alïerne n'i ot resne tiree,
Ou li harnois estoit et l'autre gent alee,
Assez pres de Cesaire a mains d'une liuee;  [1180]
Deus liues et demie a la fuie duree.
Ça defors la cité au destroit d'une entree
S'est la gent Nicholas de fouir arrestee.
Abilas de Laserre a s'enseigne a s'enseigne escrïee;
Iluec vodront hui mes maintenir la mellee.
[1.53]   Les deus os sont jostees el destroit de Cesaire,
Durement s'entrefierent, que ne s'amerent gaire;
Maint gentil chevalier oïssiez iluec braire
Et tant baron a terre gesir mort sanz suaire.
Emenidus se sist seur Ferrant de Liaire,  [1190]
Qui ert bons chevaliers et preus et debonnaire,
De toute l'ost de Grece ne pot on meilleur trere;
Seur l'escu de son col fiert le duc de Nazaire,
La brogne c'ot vestue ne li valt une haire;
Le cuer li a trenchié souz la pelice vaire.
Quant le vit Nicholas, mout li vint a contraire,
Car il estoit ses niez, de riens ne li pot plaire;
Le cheval esperonne por vengier cel affere.
[1.54]   Nicholas esperonne le bon destrier mouvant.
Quant vit mort son neveu a la terre sanglant,  [1200]
Mout durement l'en poise, le cuer en ot dolant,
Ce n'est mie merveille, car il l'amoit forment;
Fuiz estoit de son frere, qu'on apeloit Persant,
En toute sa compaigne n'avoit nul si vaillant.
En sa targe florie ala ferir Balant,
Que il li a perciee et l'auberc jaserant,
Desrompu douze mailles trestout en un tenant;
Dejouste le costé vet li aciers coulant,
En char l'a entamé, mes ne l'a mort a tant,
A la terre l'abat, quel virent ne sai quant.  [1210]
Puis a trete l'espee si regarde le brant,
Un chevalier de Grece feri en trespassant
Par desouz la ventaille, si que le chief en prent.
Tholomer esperonne si li vint au devant,
Si grant cop li donna sus son hiaume luisant
Que trestout l'adenta sus son arçon devant;
De l'espee li donne tieus trois cops maintenant
Que si l'a estonné qu'a riens n'est entendant. 
Par la resne le prist si l'en maine batant,
Puis li dist par contrere trois mos en ramposnant:   [1220]
"Hui avrez le treü que aliez demandant."
Ja fust pris Nicholas et si homme fuiant,
La bataille veincue et li leur recreant,
Quant li quens Abilas i est venus poignant.
La orrez d'ambes pars une mellee grant;
Li vassal s'entrefierent, li roys s'en part a tant,
Car de sa compaignie n'avra hui mes talent.
[1.55]   Abilas sist armez el destrier missodour
Et feri Tholomer par mi son hiaume a flour,
Que il en abati le mestre coing hautour.    [1230]
Et Tholomer fiert lui el hiaume de colour,
Que il li a trenchié tout le cercle d'entour;
Li cops chiet seur l'escu s'en a fendu un dour.
De l'espee li donne tieus trois cops par irour
Que sus l'arçon l'adente du destrier coureour.
De l'escu le hurta, si l'abat a son tour,
Contre terre le fiert, mort l'eüst a dolour,
Quant la gent de Cesaire l'encloënt tout entour.
Sus Tholomer s'arrestent tel trente ferreour,
Qui aus brans li estoient de mort presenteour,     [1240]
Desouz lui li ocïent son bon cheval le jour;
Mes li vassaus fu preus et plains de grant valour,
Durement se deffent a son branc de colour.
Ja fust mors Tholomer, ce content li auctour,
Quant Dans Clins, ses compains, se feri en l'estour
Et connut Tholomer a pié entre les lour;
Le destrier esperonne s'est venuz au secour,
Et poignent avoec lui maint bon conbateour
Des hommes Alixandre, Grieu et Macedonour.
Ja orrez de deus pars un merveilleus estour;      [1250]
Durement s'entrefierent, qu'il n'i a point d'amor.
[1.56]   Dans Clins fiert le premier, qui tenoit Tholomé,
Merveilleus cop li donne sus son hauberc saffré,
Que par desouz le pis li a fraint et faussé
Et le cuer de son ventre en deus moitiez copé.
Par la regne a or fin a le destrier combré,
Tholomer qu'ert a pié l'a Dans Clins presenté;
Et li bers i monta par son estrier doré.
Emenidus fiert l'autre du branc a or letré,
Que desus les espaules li a le chief copé,     [1260]
Et Perdicas le tiers et le quart Arristé;
Licanor fiert le quint, si com l'a encontré,
Que tout le hanepier li a dou chief osté, 
Par desus les oreilles li a au branc rasé;
Tieus n'a si grant coronne de qui l'en fet abé,
Onques mes ne vi homme si vilment coronné.
Li douze per de Grece sont seur eus aresté,
Qui sont en mainte coite cremu et redouté.
Le jour i veïssiez bien aidier Tholomé,
Comme il cerche les rens a son branc aceré,      [1270]
Un prince de Corinte leur i a mort jeté.
[Cil qui clos les avoient sont en fuie torné,]
Et Dans Clins les enchauce au corage aduré
Et tuit li douze per, ques ont cueilli en hé.
[1.57]   La meslee est partie et Tholomer rescous,
Et li besoins fu fiers et forment perillous.
Li quens Aridés point contre val un herbous
Et sist seur un cheval courant et ravinous,
En l'escu de son col va ferir Malatous,
Un baron Nicholas, felon et orguellous,      [1280]
Toute plaine sa lance l'abat du destrier rous;
Et cil resaut en piez, qui du cop fu hontous,
Le branc nu en sa main vers lui vint tous iros,
De sa lance qu'il tint li a fet quatre trous,
Par devant les oreilles feri le bai guignous,
Le cheval ou il sist, que du chief le fet blous.
Aridés saut en piez com fiers et coragous
Et fu de lui requerre durement couvoitous;
Se l'uns vassaus fu preus, l'autre fu orgueillous.
O les brans s'entredonent granz cops et merveillos;      [1290]
Ne puet mes remanoir la mellee des dous
Desci la que li uns en sera courreçous.
[1.58]   Malatous tint le branc, vers le Greu vint a et
Sel feri par mi l'iaume que trestout li a fret;
Aridés refiert lui, qui le sien avoit tret;
Durement se conbatent les le chief d'un garet.
Li Hermines li a tout son escu defret,
El cors souz son hauberc l'eüst mort par aguet,
Quant cil contre le branc a l'escu avant tret.
Iluec li a donné si grant cop au retret      [1300]
Que l'os du bras li trenche et cil geta un bret:
"Pour Dieu, merci!" li crie, de sa vie quiert plet;
Tant li donra avoir com li vendra a het,
D'or fin li charchera cinc somiers entreset.
Cil entent la promesse, por tant vivre le let,
Par son escu le prent et cil o lui s'en vet;
Alixandre le rent, qui desarmer le fet.
Il ot le chief plus blanc que ne soit glous de let;
Il a demandé mires et prie qu'il en ait; 
Se raaimbre le veut et respasser le let,       [1310]
D'or fin li rasera toute plaine une met.
[1.59]   "Malatous, dist li roys, vous estes mes prisons."
"Voire, dist li Hermins, granz ert la raençons;
Fetes moi bien guerir, ne sui mie garçons,
Encor tieng je de Daire cent chastiaus et donjons
Dont je maing bien en ost cent mile compaignons
Qui vienent tuit a moi quant je les ai semons.
Pour ce qu'il est de vous tieus los et tieus renons,
Devendrai vostre hom liges sanz point de traïsons."
Alixandre atalente mout tres bien cil sermons.       [1320]
Deus siens mires li baille, Ametis et Gorons,
Et cil li couvenancent: "Tout sain le vous rendrons."
A tant estes vous deus des douze compaignons:
Li uns fu Tholomer et li autres Cliçons.
Cil ont en la bataille conquis tieus deus prisons,
Des homes Nicholas, de ses meillors barons;
Alixandre les rendent anzdeus par les boutons;
S'il en veut raençon, mout en ert biaus li dons,
Et li roys les commande mener aus paveillons.
[1.60]   Alixandres commande les prisons a garder.        [1330]
Grans ert la raençons, s'en veut plet escouter;
Chascuns s'offre set foiz de fin or a peser,
O les autres loiers qu'il en vodront donner.
Li roys desouz son hiaume commence a regarder
Et vit de la bataille un Grezois retorner.
Feruz fu d'un espiel ou cors au traverser,
Tant ot perdu du sanc ne pot avant aler,
Seur le col du cheval le couvint a pasmer.
Alixandres l'esgarde, nel pot plus endurer,
Bucifal esperonne si vet a euls jouster,       [1340]
Sempres le couvendra qui que soit comparer;
Set foiz cerche les rens, n'i treuve qu'encontrer.
Un chevalier de Perse feri au trestorner,
Que desus les espaules li fet le chief voler;
Ainz mes de si fier prince n'oïnus hom parler.
Li roys crie s'enseigne por sa gent rassambler,
Trestoute la bataille fet devant lui trambler;
Environ lui s'arrestent trestuit li douze per.
[1.61]   Li douze per s'arrestent tuit environ le roy.
La poïssiez veoir un merveilleus desroy,       [1350]
La n'avoient li conte nul talent de dosnoi,
Li cuvert vanteour souz les hiaumes sont quoi. 
Cil de Cesaire voient l'orgueil et le bufoi
De la gent Alixandre qui vers eus nen ont foi,
Dïent: "C'or penst chascuns de sa vie endroit soi,
Car de l'estor soffrir n'i a mes nul conroy."
Les dos leur ont tornez, si lessent le tornoi,
Vers Cesaire s'en fuient trestuit a grant desroy.
[1.62]   La bataille est veincue, cil ont torné les dos,
Vers Cesaire s'en fuient, les gonfanons destors;       [1360]
Et li Greu les enchaucent, qui par tout ont le los,
Les eschines leur trenchent par desriere les dos,
Si que par vive force les ont leens enclos.
Cil serrerent les portes dont li flael sont gros,
Puis ne craignent assaut quatre testes de chous;
Tant sont fort li murail dont li bors est enclos
Que li roys nes puet prendre, mout en a le cuer gros;
Defors se hebergierent par les plains d'Abilos.
Ce soir pristrent li Greu en lor tentes repos.
[1.63]   Es plains desouz Cesaire sont hebergié li Gré;       [1370]
Mes la ville est si fort qu'el ne crient home né;
Li mur estoient haut et parfont li fossé
Et les tours bateilliees de brun marbre listé,
Li quarrel en estoient tout a plonc seelé.
Deus liues environ n'a montaigne ne pré
Ou li Grieu ne se soient logié et atravé.
La bataille est veincue, cil dedens sont maté.
Mout fu granz li eschés qu'il i ont conquesté;
Li roys l'a a ses homes departi et donné,
Onques n'i ot baron, malade ne navré,       [1380]
Que il nen ait le jor bonnement regardé.
Quant li roys ot mengié, si s'asist en son tré;
Environ lui apelle Cliçon et Tholomé
Et touz les autres pers, si lor a devisé:
"Seignor, dist Alixandres, la merci Damedé,
De ceste premiere oevre noz est bien encontré;
Bien se sont hui li Grieu en bataille prové.
Un don vous prometrai et tendrai en verté
Que ja ne conquerrai ne chastel ne cité
Qui ne soient trestout a vostre volenté.      [1390]
Ja mes ne finerai en trestout mon aé
Tant que chascun de vous ferai roy coronné."
Li douze per l'entendent si l'en ont mercïé.
Lors commande li roys que dui mile homme armé
Escharguetassent l'ost, quant il ert avespré,
Que cil dedens n'en issent coiement a celé,
[Car li Grieu dormiront, por ce qu'il sont lassé.] 
[1.64]   Alixandres commande l'ost a escharguetier,
Que cil dedens n'en issent por sa gent empirier.
Mes li roys de Cesaire ne se volt atargier,       [1400]
La dedens a ses hommes se prist a conseillier:
"Seigneur, dist Nicholas, com porrai esploitier?
Alixandres me cuide destruire et escillier;
Li roys est orgueilleus et li Grieu sont mout fier;
Ne chastiaus ne cité ne me cuide lessier."
Abilas de Laserre et Salos de Valmier
Entendent la parole si responnent premier:
"Rois, fai mander tes hommes jusqu'aus porz de Brïer
Et jusqu'a la montaigne ou l'en cerche l'or mier,
Que onques n'i remaigne serjant ne paonnier      [1410]
Ne franc homme a cheval ne bon aubalestier
Qu'a Cesaire ne viegnent por leur seigneur aidier,
Et cil qui remaindront soient tuit servagier;
Ne leur leissiez tenir ne terre ne moillier."
"Ce plet, dist Nicholas, ne pris je un denier.
Tuit li homme du siecle, serjant ne escuier,
Ne guerroient aus Grieus, tant sont hardi et fier;
Il ne fuiroient mie por eus touz depecier;
Nulle riens ne durroit encontre leur acier.
Autre chose ai pensee, dont vous voeil acointier:      [1420]
Demain me conbatrai armez sor mon destrier,
Cors a cors en bataille, contre le roy d'Alier.
Se jel pooie ocirre et la teste trenchier,
Puis en seroient quite mi homme et mi terrier.
En nulle autre maniere ne m'en puis mieus vengier,
Mes ainz covient ce plet de deus pars otroier."
"Li dieu, dïent si homme, vous en puissent aidier."
[1.65]   Au matin par son l'aube, quant li jorz aparoit,
Nicholas prist un mes que il forment creoit
Et set que son mesage si bien li conteroit       [1430]
Que ja por paour d'homme nulle riens n'en leroit.
Alixandre l'envoie a son tref ou estoit:
Bons ostages avra et les siens li renvoit,
De touz les meilleurs trente que eslire porroit.
Li mes descent a pié quant Alixandre voit,
Et conte son mesage, si comme il le savoit:
"Nicholas te semont de bataille or endroit,
Cors a cors par vous deus, ainsi l'otroieroit.
Ne veut que autre gent ja mes maumise en soit."
Alixandres respont: "Dont soit fet or endroit."       [1440]
Tant forment le desirre que encor le mescroit,
Mout durement le haste, car il crient qu'il refroit.
Li roys dist a ses hommes: "Fols ne crient, si reçoit
Hom orgueilleus ne crient tant que mors l'asoploit;
Tieus cuide autrui destruire qui la mort en reçoit."
Lors veïssiez le roy en piez saillir tot droit;
Tholomer apela, que il mout aime et croit:
"Fetes moi Bucifal amener a esploit,
Desci que en la terre touz couvers de fer soit,
A granz bendes de paile, a boutons d'or estroit;      [1450]
Mout avroie grant ire, se on le m'ocioit.
Ancui pens de Cesaire recovrer le destroit;
Tholomer le donrai, a son oeus i claing droit."
Ce responnent si homme: "Et Dieus le vous otroit."
[1.66]   "Rois, oies, dist li mes, que te mande mes sire,
Escoute la parole, si com je la voeil dire.
Ne veut mes que li pueples soit livrez a martire,
Les hostages demande de ceus de ton empire,
Et se il te puet vaintre, detrenchier et ocirre,
Que ti homme s'en aillent, de qui sa terre est pire,      [1460]
Et se tu le pués vaintre et en bataille aflire,
Sa terre sera teue jusqu'a la mer de Tire;
Tuit vous en serviront, et li mieudre et li pire.
De ce avras ostages, tieus com vodras eslire."
Quant l'entent Alixandres, de joie prist a rire;
Au mesagier a fet unes letres escrire.
Cil les rent son seignor; Nicholas les fet lire.
[1.67]   Li mes s'en est tornez, poignant a esperon,
Nicholas a contee et dite sa reison:
"Alixandres te mande, qui cuer a de lion,      [1470]
Qu'il otroie ce plet, ainsi com noz dison.
Onques mes en ce siecle ne nasqui uns tieus hon:
Le cors a il petit et fiere a la façon;
Ne vous cuide lessier ne chastel ne donjon,
De toute vostre terre a il ja fet le don,
Voiant moi l'a donnee Tholomer son baron,
Ne prendroit de ta teste nesune raençon."
Et respont Nicholas: "Tieus est diz de bricon;
Entre fet et parole a grant devision;
Ançois en sera mors l'uns de nous el sablon.      [1480]
Se bien ne la deffent, dont elle est a garçon;
Onques mes n'acointai un voisin si felon.
Aportés moi mes armes, ce m'est vis que tardon,
Et couvrez jusqu'en terre le bon cheval gascon."
Abilas de Laserre apela par son non:
"Ensamble o moi vendrez et trente compaignon,
Et donron noz ostages et les leur reprendron."
Et cil li respont: "Sire, bien est, si l'otroion." 
[1.68]   Nicholas s'est armez d'un hauberc jaserant
Qui ot la maille blanche et serree et tenant;       [1490]
Onques de sa bonté ne vit on mains pesant,
Ne doute cop de lance, ne quarrel d'arc trenchant.
La ventaille li lacent dui danzel en plorant;
El chief li ont assis un vert hiaume luisant,
A laz d'or et de soie li vont entour laçant;
Et ot une escharboucle ens el nasel devant.
Et a çaint par les renges une espee trenchant;
Ses esperons li chaucent dui neveu l'amirant,
Devant lui amenerent un bon destrier courant;
Li roys i est montez par son estrier pendant.       [1500]
A son col li pendirent un escu d'olifant,
Hanste ot roide de fresne et gonfanon pendant.
Par mi la mestre porte s'en issi galopant,
La lance sus le fautre, et l'escu tint avant;
Quatre vins chevalier le vont au dos suivant;
Et vet par mi la plaine son destrier essaiant,
A destre et a senestre le vet sovent tornant,
Trusque devant les tentes se vet ademetant.
Devant le mestre tref s'en est venuz esrant,
Son cheval fet restraindre et le poitral devant      [1510]
Et rechange son frain a un plus destraignant
Pour ce que son destrier trouva un po tirant,
Et redrece son hiaume, qui li vet enclinant.
Ja mes ne verrez homme armé plus avenant,
Et ot bien d'Alixandre le cors deus piez plus grant;
S'il ne fust orgueilleus, fors le roy conquerant
N'eüst un meilleur prince desci qu'en Oriant.
Par compaignes le vont li Grijois esgardant;
S'il fust bien d'Alixandre, volentiers l'amissant.
[1.69]   Dedens son tref demaine se rest li roys armez       [1520]
Et vesti un hauberc qui ert fors et serrez,
A mailles de fin or estoit par leus ouvrez;
Devant en mi le pis et entor les costez
Estoit li haubers dobles et richement cloëz.
Uns hiaumes de haut coing li fu el chief fermez,
A laz d'or et de soie atachiez et noëz,
Devant ot un topasce qui bien fu esprouvez;
Et a çainte une espee dont li brans fu letrez
Et de mout bonne guise trenchanz et acerez.
Ses esperons li chaucent Caulus et Aristez.      [1530]
Devant lui fu couvers Bucifal amenez;
Par son estrier a or i est li roys montez.
Hanste ot roide de fresne, li fers fu bien temprez,
Desci qu'aus poins li bat uns gonfanons fresez.
"A Dieu, dïent si homme, soiez vous commandez
Qui hui vous doigne fere toutes voz volentez."
Bons ostages a pris et bons les a donnez,
De touz les meilleurs trente que l'en leur a nonmez,
Et li ples fu tenuz, si com fu devisez,
Aprés fu li uns roys de l'autre deffïez;      [1540]
Ambedui s'esloignierent la costiere d'uns prez.
Ja orrez la bataille, mes que bien l'escoutez.
[Sus les escus se sont granz cops entredonnez,
Desouz les boucles d'or les ont frains et troëz.]
[1.70]   Li prez fu lons et plains et l'erbe fu deugie
Et la jouste des roys durement aprochie;
Onques jusqu'au ferir n'i ot regne sachie.
Nicholas fiert le roy que sa lance a brisie,
Car de mout grant vertu la portoit aloignie,
Et li roys refiert lui, qui sa lance ot baissie,      [1550]
Que la targe li a et troëe et percie,
La maille du hauberc rompue et desmaillie,
Mes ne l'a pris en char a icelle foïe,
Car sa lance li est ens el poing esclicie;
Pour quant si l'a enpaint que l'eschine a ploïe
Et la selle detriers en est mout empirie;
L'un des estriers li tolt, la corroie est laschie,
Par po que Nicholas n'a la selle vuidie;
La mestre des corroies du hiaume est deslachie
Et la ventaille a or estendue et ploïe.      [1560]
S'Alixandres n'eüst sa lance peçoïe,
Ja fust de Nicholas la praere jonchie.
[1.71]   Nicholas fu honteus de ce qu'il fu ploiez,
Mout par fu tost resours si s'est bien afichiez;
Se dou roy ne se venge, vieus est et vergoigniez.
Le cheval esperonne, vers lui s'est eslessiez;
Le branc nu en sa main, celle part vint iriez,
Merveilleus cop li donne quant il fu aprochiez;
En l'escu d'olifant s'est li brans embroiez,
Par un po qu'au retrere n'est par mi peçoiez:      [1570]
Au retour se dut estre d'Alixandre vengiez.
Quant li roys vit le cop, si s'est a val bessiez,
De l'escu d'olifant s'est devant enbuschiez;
Puis a trete l'espee si regarde ses piez,
Li cuers li est el cors plaine paume dreciez,
Et feri Nicholas, qui li fu aprochiez,
A mont par mi son hiaume, que par mi est trenchiez;
Les pierres sont cheües et li cercles brisiez,
Li hiaumes esquartelle, qui mout fu empiriez,
Par desus les espaules en chieent les moitiez.      [1580]
Mout par fu granz li cops, que li brans fu oschiez 
Et li chevaus souz lui par force ajenoilliez.
Nicholas ot paour, ne vous en merveilliez,
Sous ciel n'a homme en terre qui n'en fust esmaiez,
Assez avez veüs hommes mieus aeisiez;
Et dist a soi meïsmes: "Mes termes est jugiez;
Du treü Alixandre serai hui engigniez."
Volentiers s'en fouist, touz en ert conseilliez,
Se nel lessast pour ceus des estranges regniez,
Et pour ce qu'il en fust destruis et escilliez;      [1590]
Mieus aime morir roys que du regne chaciez.
Ses chevaus est resors et il est redreciez.
[1.72]   Nicholas fu iriez du cop qu'a receü;
Pour un seul petitet qu'il ne l'a abatu;
D'une chose se tient a mort et a veincu,
Que encor ne l'en est de riens bien avenu.
Par les flans esperonne le bon bauçant quernu;
D'Alixandre s'aproche et tint le branc molu,
Merveilleus cop li donne par mi son hiaume agu,
Que il li a trenchié et le cercle rompu;      [1600]
Au devaler du cop chiet li brans seur l'escu,
Que plus de plaine paume l'a trenchié et fendu;
Ja mes ne verrez homme sanz navrer mieus feru.
Et Alixandres point Bucifal par vertu,
Bien li a de cel cop contrechange rendu,
Et feri Nicholas, si com l'a conseü;
N'avoit mie du hiaume, ançois l'avoit perdu,
Sa ventaille ert cheoite si avoit le chief nu.
Lors le fiert Alixandres com hom de grant vertu,
Que la teste li trenche rez a rez seur le bu;      [1610]
D'autre part est volee en mi le pré herbu.
Puis li dit par contrere, que tuit l'ont entendu:
"Nicholas, mal avez pourchacié le treü,
Nel me demandez mes, car jel vous ai rendu."
Cil de Grece s'escrïent quant le cop ont veü:
"Cist doit bien tenir terre, onques tieus ber ne fu."
Puis sont contre le roy a granz torbes venu.
Dans Clins reçut l'espee et Tholomer l'escu,
Sus un fautre de paile ont le roy descendu,
A merveilleuse joie le desarment si dru.      [1620]
Cil de Cesaire sont dolent et irascu.
Ens el champ a la nuit Alixandres jeü,
Trusqu'au matin a l'aube que le jor a veü.
[1.73]   Au matin par son l'aube, quant le jor pot choisir,
La lueur du soleil et le jour esclarcir,
Le cors de Nicholas commanda a servir, 
Richement metre en terre et bien ensevelir.
"Baron, dist Alixandres, je vos di sans mentir,
Ainc ne vi plus preudome por un estor souffrir,
Mais ainc de grant orguel ne vi home joïr."    [1630]
Et respondent si home: " Bien le savés garir."
Li rois fait ses ostages par devant lui venir.
"Baron, dist Alixandres, rendés moi sanz faillir
La terre Nicholas quitement a tenir,
Tholomer la donrai, qu'a son oés la desir,
Voiant toute ma gent l'en vodrai revestir;
Et se vous la volez a force retenir,
Je vous ferai ja touz ens en un feu bruïr,
Puis la reconquerrai par force et par aïr,
Et ferai ceus des tours a la terre saillir."    [1640]
Et cil li respondirent: "Tout a vostre pleisir."
Les tours li ont livrees et il les fet garnir,
Ceus i mist de sa gent qu'il li vint a pleizir.
[1.74]   Quant Nicholas fu mors et sa grant terre prise
Et li roys Alixandres l'ot a force conquise,
Tholomer apela, voiant touz li devise:
"La terre Nicholas vous ai des ier promise;
Tenez, je la vous doing et otroi par tel guise
Que vostre en ert touz jorz et rente et commandise.
Quant revendrons de Perse et avrons fet justise    [1650]
De Daire et de ses hommes, qui ma terre ont malmise,
En celle haute tour, qui est de marbre bise,
Vous en sera el chief coronne d'or assise."
Tholomer s'agenoille, si l'a en clinant prise,
Et li roys l'en revest par un vert rain de Frise.
"Sire, dïent li Grieu, ne puet mieus estre mise."
[1.75]   Quant li roys Nicholas ot la teste copee
Et Alixandres ot sa terre autrui donnee,
Nouvelle vint au roy, qui li fu devisee,
C'une cité avoit en icelle contree,     [1660]
La premiere qui onques fust en Grece fondee;
De sens et de clergie ert si enluminee
Toute la sapïence du mont i est trovee
Et par trestout le regne espandue et portee.
Mout est noble la ville et riche et asazee,
Et li baron dedens l'ont ainsi bien gardee
Ainz ne fu roys ne quens, tant çainsist haut espee,
A qui la seignorie en fust onques donnee
Ne sire en peüst estre seul une matinee.
Quant l'entent Alixandres, s'a la teste crollee,     [1670]
Et dist par maltalent une reison doutee, 
Qui puis fu en maint regne chierement comparee,
Et Orians conquis et la bonne passee:
"Se il ne la me rendent, a pis ert effondree,
Ou a feu et a flambe ert arse et enbrasee."
[1.76]   Li rois ot la parole, durement se merveille,
Que la citez est telle nuz ne vit sa pareille.
Tant forment la desirre qu'il ne dort ne someille.
Alixandres chevauche qui por conquerre veille;
Il ne prise sejour la monte d'une treille,     [1680]
En un jour et demi tant forment se traveille
Venuz est a Athenes qui en la mer oreille.
De celle part l'assieent ou li roys leur conseille.
Iluec veïssiez tendre mainte porpre vermeille.
[1.77]   Li roys jut en son tref, qui fu de porpre bise,
Et fet venir un clerc, dist li c'un brief escrise,
A ceus dedens l'envoie, et li mes lor devise:     [1690]
Se la cité ne rendent, ançois que il l'ait prise,
Et il atendent tant que li roys l'ait conquise,
A feu grezois ardant sera arse et esprise
Et trestoute la gent detrenchiee et ocise.
[1.78]   Mout par est fort Athene, la cité siet sor mer,
Ne crient assaut ne tret ne lancier ne jeter;
En mi leu de la ville ot assis un piler,
Cent piez avoit de haut, Platons le fist lever;
A mont a une lampe, desus un chandeler,
Qui par nuit et par jor art et reluist si cler     [1700]
Que de toute la ville ne puet l'en riens geter
Que les gaites ne voient qui la doivent garder.
A une part se traient li baron et li per,
Dolent sont d'Alixandre, qui si les veut gaster
Et metre souz ses piez et si vilment mener
C'onques nus hom en terre ne l'osa mes penser.
Il vont a Aritote por conseil demander,
Qui ert nez de la ville, prince, demaine et per,
Et fu mestre Alixandre pour bien endoctriner.
Les bons enseignemens du mont li volt mostrer,     [1710]
Comme il deüst les regnes par force conquester
Et touz ses anemis fere vers lui cliner.
Tuit ensamble li prïent si li reuvent aler,
Que por l'amour de lui les lest en pais ester:
"Orians est mout granz, mout a a conquester." 
Aritotes a fet un mulet enseler;
Et li mes Alixandre s'en prist a retorner.
[1.79]   Li mesages s'en torne, qui la chartre a guerpie,
Par la porte s'en ist seur un mul d'Orcanie,
Trusqu'au tref Alixandre de l'aler ne s'oublie,     [1720]
Et conte la reison que il avoit oïe,
Com la gent de la ville a Aritote prie
Qu'il requiere Alixandre et prit sa compaignie
Qu'isse hors de la terre, car a tort les guerrie:
"Orians est mout granz, si a mainte partie,
Ja ne l'avra conquis en trestoute sa vie;
Pour ce qu'il est ses mestres, ne l'en mesorra mie."
Quant l'entent Alixandres, touz li cors li formie;
D'autre part s'est tornez, seur Tholomer se plie,
[De ceus dedens li poise, qui tornent a folie,]     [1730]
Et dist aus douze pers: "Nel me conseilliez mie."
Seur la loy leur jura et par foi lor affie
Que ja n'en fera riens qu'Aritotes l'en die.
[1.80]   Aritote ist d'Athenes, qui de la ville ert nez,
Et uns des senatours par son savoir clamez;
De sens et de clergie estoit si esprouvez
Par maintes pars du siecle en est li nons alez.
Ainz qu'il voie Alixandre, li fu li diz contez,
Que li roys ot plevi, et li ples est jurez
Que de riens qu'il li prit n'ert uns mos escoutez     [1740]
Par coi tourt a Athenes a nulles sauvetez.
Quant l'entent Aritotes, un poi s'est arrestez,
De si parfonde chose s'est le jor porpensez
Dont puis fu mainz païz escilliez et gastez.
Trusqu'au tref Alixandre ne s'est mie arrestez,
Qui ert d'or et de pierres entour avironnez;
En son ot un charboucle qui giete granz clartez.
Li roys le vit venir si est encontre alez
Et ambedeus ses bras li a au col jetez;
Dejouste lui l'assist, car mout ert ses privez,     [1750]
Et du savoir de lui ert bien enluminez.
[1.81]   Mout par fu grant la presse entour Aritotés;
Nouvelles li demandent et de loing et de pres,
Se cil tendront la ville ou la rendront en pes.
Aritotes respont cortoisement aprés,
Bellement par mesure, qu'il n'estoit pas crüés:
"La cité n'est pas close de pieus jointis ne d'es;
Li chevalier sont preu et li borjois engrés;
Li mur furent fondé des le temps Moÿsés
Onques n'orent seigneur, non avront il ja mes."     [1760]
Alixandres respont: "Dont lor sort uns tieus fes
Que a toutes lor vies avront il paine adés."
[1.82]   Alixandres se jut seur un paile fresé,
Jouste lui Aritote, son mestre et son privé;
A merveille le tient que tant a demouré
Qu'il ne li a le don requis et demandé
Que Athenes eüst et pes et seürté.
Li mestre a le conseil en autre fueil torné,
Trusqu'a heure de nonne ont ensamble parlé.
Lors li a Aritotes le congié demandé,     [1770]
Par son estrier monta el mulet sejorné
Et a dit tel parole dont le roy a pesé,
Dont puis furent maint regne escillié et gasté.
"Alixandres, fet il, por qu'as tant demouré?
Fai crïer a tes hommes que tost soient armé,
Assail de toutes pars ceste bonne cité,
Met en feu et en flambe quanque avraz trové,
Que nes puissent guerir haut mur ne grant fossé,
N'i remaigne vaillant un denier monneé."
Quant l'entent Alixandres, si a le vis troublé;     [1780]
Ses deus poins fiert ensamble si a le chief crollé,
Et dist a soi meïsmes: "Malement ai esré,
La ville est de moi quite, tuit sont asseüré;
Au savoir d'Aritote ai malement gardé,
Mes mestres m'a soupris et bien m'a enchanté."
Aritotes s'en torne et li Grieu sont monté;
Alixandres chevauche et a forment juré
Ja mes ne finera en trestout son aé
Desci que il avra tout le mont conquesté
Et de par toutes terres I'avront seigneur clamé.     [1790]
[1.83]   Quant li roys ot conquise la terre Nicholas
Et departi d'Athenes, c'onques n'i ot mur quas,
A tant es vous un mes esrant plus que le pas;
Li chevaus ou il sist fu estanchiez et las,
Isnellement apelle le roy macedonas:
"Sire, entent mes nouvelles, se toi plest, si orras."
"Quieus sont? dist Alixandres, ne me mentir tu pas."
Et espont li mesages: "Par foi ja n'en jorras!
Tes peres t'a houni par le le conseil Jonas,
Le seneschal de Grece, que a lui acordas,    [1800]
Et a leissié ta mere, ma dame Olimpias,
Et veut prendre a moillier une Cleopatras,
Nee de Pincernie, fille le roy Guias."
Quant l'entent Alixandres, si tint le chief en bas, 
Aprés li demanda: "Messagiers, est ce gas?"
"Nenil, par mon chief, sire, tout a tens i vendras.
Li seneschaus en a ja eü set cens mars
Et cent ostoirs müez et trente chevaus gras,
Et si dist a la gent, nel tenez mie a gas,
Que tu n'es fuiz Phelippe ne en Grece droit n'as,   [1810]
Enchanteeur t'apelle et fuiz de Sathenas."
Lors ot li roys grant ire s'apela Filotas:
"Li seneschaus de Grece m'a bien sanz eve ras,
Mes ja ne coucherai seur coute ne seur dras
Tant qu'il en ert destruiz et en un feu touz ars."
[1.84]   Quant Alixandres ot sa vergogne noncier,
De maltalent commence son viaire a changier,
Onques n'i volt atendre palefroy ne destrier,
Ainz vit en mi le pré un roncin estraier,
De plaine terre i saut, onques n'i quist estrier,    [1820]
Et a dit a ses hommes: "Penssez de l'esploitier."
Onques desci en Grece ne se volt atargier.
Devant le roy Phelippe es vous un mesagier,
Qui estoit ja assis as noces au mengier.
"Sire, dist il au roy, ja celer ne vous quier;
Alixandres chevauche, qui le corage a fier,
Et a en sa compaigne maint gentil chevalier;
Nicholas a ocis a l'espee d'acier
Et a fet Tholomer de son regne heritier;
Le douaire sa mere est venus chalengier.    [1830]
Sempres porrez vooir noces bien peçoier,
Car il voudra de cuer ceste honte vengier.
Li seneschaus meïsmes n'i puet riens gaaignier;
Ne donroie en sa vie la monte d'un denier."
Quant l'entendi Jonas, n'i ot que corroucier;
Ja feïst au mesage anzdeus les ieus sachier
Quant en l'uis de la salle entrerent li princier.
[1.85]   Li roys entre en la salle, qui le cuer ot marri,
Et vit par mi les tables le mengier establi,
Lors dist par maltalent, si que tuit l'ont oï:    [1840]
"Ancui serez de moi a ces noces servi."
La ou il vit Jonas, ne l'a pas meschoisi:
"Jonas, dist Alixandres, cuivers, je te deffi."
Lors a trete l'espee, durement l'en feri,
Que desus les espaules la teste li toli.
Cil leverent des tables, le mengier ont guerpi
Et furent par la salle durement estourmi;
Et cil de Pincernie sont aus armes sailli,
Qui ensamble o leur dame estoient venu ci. 
[1.86]   La salle fu troblee et meslee la gent;     [1850]
Ilueques veïssiez un grant tooillement,
Et cil de Pincernie se deffendent forment,
Mes li homme Alixandre les fierent durement,
Que navrés que ocis en i ot plus de cent;
De la salle les gietent, li plusor sont sanglent.
Quant Phelippes le voit, si mua son talent,
Et tint en sa main destre un coutel a argent
Et vint vers Alixandre, courant isnellement;
Ja l'en ferist ou cors, par le mien escïent,
Quant li pié li eschapent, si chiet ou pavement.    [1860]
La veüe li troble et touz li cuers li ment,
Quatre foiz s'est pasmez, seur le mabre s'estent.
Quant le vit Alixandres, le cuer en ot dolent;
Celle part vint courant, entre ses bras le prent,
En un lit le coucha si li dist bonnement:
"Se ne fussiez mes pere, ja n'eüssiez garant;
Sempres fussiez venuz a mauvés jugement.
Mout par fet grant folie hom de vostre escïent,
Qu'est venuz en eage et a guerpi jouvent,
Qui lesse sa moillier pour dit de fole gent;   [1870]
Tieus donne mau conseil n'i gaagne noient.
Mes prenez vostre fame et vivez bonnement
Et metez bon escrit en vostre finement;
De vous doivent venir li bon enseignement."
Phelippe ot la parole, mout grant bien i entent.
[1.87]   Phelippes fu cheüs s'ot la coulor perdue,
De la dolour qu'il ot touz li cors li tressue.
Quant la force li fu et la santé venue,
Puis a mandé sa gent, la grant et la menue,
Par le conseil d'eus touz a la dame rendue;    [1880]
Vet s'en en Pincernie, la dont elle ert venue;
Mout i ot de sa gent dampnee et confondue.
Li roys reprist sa fame, que maint jor ot eüe;
Cel jor fu el palés la joie maintenue.
Alixandres li a la coronne rendue
Qu'il ot de Nicholas, quant la teste ot perdue,
Qui li avoit sa terre gastee et confondue;
Tost fu par tout le mont la nouvele seüe.
Quant Daires l'entendi, li corages li mue;
Il en jure ses dieus et sa teste chanue     [1890]
Ne lera Alixandre le vaillant d'une alue,
Ne guerir ne puet il en terre ne souz nue.
[1.88]   De Nicholas fu Daires dolens, qui fu ocis,
Car il ert ses parens, ses hom et ses amis; 
Lors a pris ses mesages, ses envoia Felis:
Si comme il tient de lui sa terre et son païs
Et il est ses hom liges por fere son servis,
Qu'il viegne a lui en Perse por fere ses plesirs,
En manaide d'ocirre ou de remenoir vis;
Et mande a Alixandre, qui chadelle les Gris,    [1900]
Qu'il li rende le regne Nicholas, qu'a conquis,
Et li viegne droit fere de ce qu'il a mespris;
Et se il ce refuse, d'une chose soit fis,
Ja ne verra passer un mois et quinze dis.
Pour ce que il est enfes et de folie espris,
Li envoie semblances, si com je vous devis,
Un frain, une pelote, une verge de lis,
Et un escring d'argent ou avoit ens or mis,
Et un brief pour espondre li a avoec tramis.
[1.89]   Daires fist ses semblances Alixandre envoier,     [1910]
La verge et la pelote et le frain a destrier
Et un escring d'argent qui touz fu plains d'or mier.
La verge li envoie pour son cors chastïer,
Pour ce que il est enfes et a talent legier;
Ne se doit par outrage folement essaucier,
Par quoi le recouviegne ledement trebuschier;
La pelote reonde pour lui esbanoier,
Que encore se doit jouer et foloier,
Et ne port si grant fes qu'il ne puisse charchier;
Le frain pour lui tenir, et l'escring plain d'or mier,    [1920]
Pour ce que il se doit vers lui humelïer,
Que Daires est ses sires, si se doit souploier
Et touz jorz obeïr et servir et prïer
Et contre son pleisir ne doit mie resnier.
L'endemain sont de Perse meü li mesagier;
Onques desci en Grece ne se vodrent targier.
[1.90]   Cel jour fu Alixandres de la cité issus;
Avoec lui Tholomer et Cliçon et Caulus,
Perdicas et Filotes, a leur cols leur escus,
Et tuit li autre per, dont nus n'est esperdus    [1930]
De servir leur seigneur de toutes leur vertus;
O euls ala Phelippes, li vieus et li chanus,
Es prez souz la cité est ensamble venus.
Iluec avoit un bois, plus biaus ne fu veüs,
De pins et de loriers et d'oliviers foillus;
La fu li mestres tres Alixandre tendus;
Et par la praerie mil paveillons menus,
Tant aigle et tant pomel i ot a or batus.
Alixandres les voit, li cuers li est creüs. 
Il en jure ses dieus, Jupiter et Caüs,    [1940]
Que pour plaine la tour qui fu Semiragus
Du plus fin or d'Arrabe qui onques fust fondus
Ne lesseroit il mie, ne ne metroit il jus,
Qu'il ne voise seur Daire, ainz qu'avrils soit venus.
Se Perse ne li rent, mors est et confondus.
[Dedens son tref s'asist seur un paile bofus;]
Entour lui s'arresterent dis mile de ses drus.
[1.91]   Du tref roy Alixandre vous dirai la feture.
Il ert et granz et les et haus a desmesure;
L'estache en fu d'ivoire a riche entailleüre,    [1950]
Et quant elle estoit droite, ja n'i paroit jointure.
Li festes estoit d'or, touz a noieleüre;
A pierres precïeuses estoit la bordeüre;
Deus pomiaus i a tieus qui sont bon par nature,
Li uns est d'un charboucle, qui luist par nuit obscure,
Li autres d'un topasce, la pierre est clere et pure
Et trempe du soleil la chaleur et l'ardure.
Or vous dirai aprés quieus est la couverture;
Il n'ot onques meilleur tant com li siecles dure,
Car tuit li quatre pan furent fet sanz costure.    [1960]
[1.92]   De fin or espanois furent fet li paisson,
Et les cordes de soie, qui tendent environ,
Et ot avoec mellee plume d'alerion;
Arme nes puet trenchier, tant i ait acier bon.
Li quatre pan sont fet chascuns d'une façon;
L'uns est plus blans que nois et plus clers d'un glaçon,
Li autres de travers est plus noirs que charbon,
Et li tiers fu vermeus, tains de sanc de dragon,
Et li quars fu plus vers que fueille de plançon.
La roÿne le fist, ce dist en la leçon,    [1970]
Qui par sa grant biauté deçut roy Salemon,
Du poil fu d'une beste qui salemandre ot non,
Touz temps se gist en feu, n'a autre guerison,
Ne ja ne porra feus ardoir le paveillon;
Et quant il est ploiez et mis en quareillon,
Sel met l'en en l'eschale d'un seul oef de grifon.
[1.93]   Li huis dou paveillon fu fes d'autre maniere,
De la pel d'un serpent qui fu grant et pleniere;
Elle est et blanche et clere plus que nulle verriere,
Pour la bonté qu'ele a doit elle estre plus chiere,    [1980]
Car se nus hom l'aproisme, neïz fame legiere,
Qui port entoschement, torner l'esteut arriere; 
Sempres se clot et serre, com fust une maisiere;
Aprés devient oscure et giete tel fumiere
Com fet desus le feu une boillant chaudiere;
Celle espoisse li dure une louee entiere.
Plus de mil mars d'argent en valoit la charniere;
Sa mere li donna, mes ce fu par proiere.

[1.94]  Seur le feste du tref, ou sont li dui pommel,
Par mout grant maiestire ot assis un oisel  
[1990]
En samblance d'une aigle, nus hom ne vit tant bel;
La roÿne le fist c'on clamoit Yzabel.
Li pié sont d'aÿmant, entaillié a cisel,
Et s'i ot sanc de buef, pres de plain un tonnel,
Et tient entre ses piez de fer un grant quarrel;
Et li cors et les elles et li mestre coutel
Furent tuit de fin or et cuisses et mustel;
Et la plume d'argent, entailliee a neel;
Les pierres precïeuses valent mieus d'un chastel;
Et la queue fu fete de l'os d'un poissoncel  
[2000]
Qui n'est mie plus granz que le cors d'un agnel;
Si ne fist onques Dieus nul dromont si isnel,
Qui tant fust escueillis a val le vent novel,
Qu'il ne face estre quoi, sel claiment escuinel.
Ens el bec dedevant avoit un chalumel;
Quant li vens se fiert ens, adont chante si bel,
Que mieus vaut a oïr que flagol ne frestel.

<<< >>>