<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75

[1.95]  Tieus est li tres defors com je vous ai conté;
Or vous raconterai par dedens la biauté.
El premier chief devant fu pains li mois d'esté, 
[2010]
Tout si com li vergier verdoient et li pré
Et tout si com les vignes florissent et li blé.
Li douze mois de l'an i sont tuit devisé
Einsi comme chascuns nonme sa poësté;
Les heures et li jor i sont tuit aconté;
Li cieus et li planete, li signe, tuit nonmé;
Li soleus et la lune i giete grant clarté
Et li ans est desus pains en sa maiesté;
Par letres sus escriptes i est tot ce mostré.
[1.96]  En l'autre pan aprés, sel volez esgarder,    [2020]
Verrez la mapemonde enseignier et mostrer,
Ainsi comme la terre est enclose de mer
Et com li philosophe la vodrent deviser
Et metre en trois parties que je sai bien nonmer:
C'est Aise et Eürope et Aufrique sa per; 
Les montaignes, les flueves, les citez a conter,
Par letres sus escriptes, i poëz tout trouver.
Alixandres li roys i veut mout esgarder
Quant il gist en son tref pour son cors deporter,
Li douze per o lui por son sens escouter;  
[2030]
Et quant porpenssez s'est, si commence a jurer
Que mout fist Dieus peu terre por un homme honorer;
Deus tans en poïst bien uns preudon gouverner.
Et puis a dit aprés: "Se longnes puis durer,
Seur tant comme il en est vodrai je seignorer."
[1.97]  En la tierce partie estoit escrit comment
Herculés fu conçuz et nez premierement;
Quant il jut en son lit, petis et de jovent,
Et Juno sa marrastre, qui le haoit forment,
Deus serpens li tramist por envenimement;  
[2040]
Quant Herculez les vit, ses prist par maltalent,
Aus poins que il ot gros les ocist esraument;
Puis conquist il la terre desci en Orïent,
Iluec mist il ses bornes voiant toute sa gent.
Tout ce mostre la letre, se l'estoire ne ment.
En la fin de l'estoire i est confetement
Le ciel tint a son col par son enchantement.
Alixandres li roys i esgarde souvent,
Et quant l'a esgardé, jure son serement,
Se il puet longnes vivre, qu'il fera ensement:  
[2050]
Il metra les siens hommes par devers Orïent.
[1.98]  En la quarte partie, si com li tres define,
Est escrite l'istoire d'Elaine la roÿne:
Si con Paris pour li en ala a Messine,
Et li roys Menelaus en ot en sa seisine
Un escu a peinture, a forme leonine,
Ainsi comme la dame en vint en la santine
Et chevaucha la mule qui n'estoit pas frarine,
Et Paris l'en mena en sa nef par ravine.
Roys Menelaus en ot grant duel et grant corine,  
[2060]
O sa gent en ala seur Troie en la marine.
Protheselaus li preus en fu mors a l'estrine;
Dis anz i fu li sieges, la letre le devine,
Puis fu toute livree a duel et a gastine.
Alixandres li roys esgarde la courtine
Et dist aus douze pers: "Cist furent de morine (l. m¹orine);
De la cité de Perse ferai autel ruïne
Et ferai dou roy Daire autretel decepline,
Qui damoisiaus a fez des sers de sa cuisine."
Ne volt ore plus dire, a tant sa raison fine. 
[2070]
[1.99]  Quant li mesage Daire orent l'ost sorveüe,
Virent la praerie toute de Grieus vestue;
Mainte enseigne de paile virent a or batue
Et la tente le roy devant le brueil tendue,
Aus pommiaus et a l'eigle l'ont tres bien conneüe.
Tres par mi leu de l'ost ont leur voie tenue;
Devant le tref le roy fu la place vestue,
Mout i ot chevaliers et autre gent menue.
Chascuns est descendus de la mulle crenue
Si l'a a l'escuier par la regne rendue.  
[2080]
Zaröés va avant, a la teste chanue;
Quant il vit Alixandre, de riens ne le salue,
Mes fierement li dist parole aperceüe.
[1.100]  "Alixandres, fet il, tu te fes roys clamer,
Mesages sui roy Daire, si vieng a toi parler;
Ses hom deüsses estre et lui treü donner,
Ou fols ou hardis es, qui ce osas pensser
Qu'as ocis Nicholas, que tant pooit amer.
Et se tu me veus croire, va li merci crïer
Touz deschauz et nus piez, garde n'i demourer, 
[2090]
Ses hom devenras liges por s'amour acheter
Et rendras son treü, s'il nel veut pardonner."
Alixandres l'escoute, ne daigna mot sonner,
Par mautalent l'esgarde, prist soi a porpensser;
Puis apela Cliçon, Caulun et Tholomer;
Perdicas et Lyoines, Antiocus li ber
Et Filotes et Sanses et tuit li autre per
Des mesages roy Daire se pristrent a gaber.
Dïent a Alixandre: "N'avon que demourer,
Mes alons deseur Daire ains qu'avrils puisse entrer."
[2100]
[1.101]  Es vous venus en Grece les mesages esrans,
Et trouverent le roy et ses homes jouans
Pour l'amour Alixandre, qui si est conquerans
Que des autrui avoirs fet ses hommes manans.
Li dui mesage tezent et li tiers fu parlans:
"Phelippes, ce te mande Daires, li roys persans,
Qu'a lui viegnes en Perse pour fere ses commans;
De toi et de ta terre si fera ses talens,
Ne t'en lera tenir que metes en tes gans;
Alixandres meïsmes puet bien estre sachans, 
[2110]
Se Daires le puet prendre, ja ne verra deus ans."
Quant Phelippes l'entent, iriez fu et dolans;
Li roys bessa la teste, si fu mus et pensans,
Ne feïst un bon ris pour un mui de besans, 
Car contre le roy Daire ne fu onques regnans,
Neïz aus mesagiers ne fu mot responnans.
Quant ce vit Alixandres, ne fu mie teizans,
Les mesages apelle, si dist en son romans:
"De ma part dites Daire, qui sire est des Persans,
Que mes peres nel prise ne de lui n'est tenans, 
[2120]
Ne il n'est ses amis ne je ses bienvoeillans.
Ja ançois ne verra quatorze mois passans
Que metrai en sa terre cent mile conbatans;
Perse voeil que soit moie et trestouz Orians,
Je claing la seignorie des petis et des granz."
Lors veïssiez les Grieus esbaudiz et joians
Et par toutes les tentes par tropiaus conseillans.
Ce dist li uns a l'autre: "Mes chevaus est corans
Et mes haubers serrez et mes espieus trenchans;
Qui or n'ira en Perse touz soit il recreans."  
[2130]
Neïz li roys Phelippes en fu liez et joians.
[1.102]  Li mes ont bien Phelippe leur mesage noncié,
Tres devant Alixandre se sont ajenoillié;
Pour ce que il le voient et pensif et irié,
Ne gardoient mes l'eure que tuit fussent jugié
Et livré a martire, ocis et depecié.
Le present li donnerent, com lor avoit charchié
Daires li roys de Perse, et ont le brief baillié;
Et il l'a receü et le seel brisié
Et par mout grant estude leü et reversié,  
[2140]
Et connut pour coi Daires li avoit envoié:
Pour ce que il est enfes l'a ainsi foloié,
Que par itant le cuide avoir mout esmaié.
Li roys se porpenssa si a le vis drecié;
Les mesages apelle si a le brief ploié.
[1.103]  Quant li roys ot penssé, si se dreça a mont;
Les mesages apelle, sagement leur respont,
Quanque Daires manda oiant touz leur espont:
"Vostre roys est mout sages, qui set quanque cil font;
Semblances m'a tramises qui a voir torneront, 
[2150]
De mout grant sapïence a veü en parfont.
Ceste pelote moustre que conquerrai le mont
Ainsi comme la mer l'enclot tout en reont;
Les verges senefïent, qui ci ilueques sont,
Que doi batre touz ceus qui me contresteront;
Et li frains senefie que tuit de moi tendront;
Et li ors de l'escring que mi homme seront
Plus haut que tuit li autre et touz jorz m'ameront.
Dites Daire meïsmes, s'avoec eus ne s'apont
Et a moi n'est aclins, ainsi com je vous cont, 
[2160]
Par les ieus dont vous voi, qui me sieent el front,
Ja ne çaindrai espee, se primes nel confont."
Li mes ont grant merveille de ce que oïont,
Congié prenent si montent, en Perse s'en revont,
Si ont Daire conté tout ce que apris ont.
[1.104]  Li mes vienent en Perse si ont Daire redit
Ainsi comme Alixandres a leü son escrit
Et par con fete guise son affere a desdit,
Et dist que pas ne l'aime, gart qu'en lui ne se fit.
Se Perse ne li rent et le regne d'Egyt,  
[2170]
Ne li voudra lessier chastel ne borc ne cit,
Ne ja tant qu'il l'ait mort n'avra mes nul delit:
"Ne ses peres ne tient riens de vous a son dit."
Quant ce ot li roys Daires, de maltalent sorrit,
Vers terre s'enclina, si penssa un petit,
Et dist que po se prise se par temps ne l'ocit.
Mes li roys Alixandres n'a talent qu'il s'oublit,
Tout le regne de Grece a semons et banit,
Que onques n'i remaigne le grant ne le petit
Qui puisse porter armes, li uns l'autre convit,  
[2180]
Chascuns en viegne en Perse sus Daire, sel deffit.
N'avra en sa compaigne si povre homme, ce dit,
N'ait vestu drap de soie ou blïaut de samit.
Au quint jor mut li roys, n'i ot plus de respit,
Et Phelippes remaint, qui mout aime delit
Et deduit de riviere et repos de bon lit.
Andui s'entrembrachierent, plorant sont departit
Par tel eür qu'ains puis li uns l'autre ne vit.
[1.105]  Meüz est Alixandres et sa gent est montee;
Belle fu sa compaigne quant ele fu joustee.  
[2190]
La terre au roy Phelippe a toute trespassee;
En autre plus diverse est l'ost de Grece entree.
Li roys garde a senestre par une matinee,
Une roche a veüe qui est et longe et lee
Et haute vers le ciel et par nature nee;
D'une part la clooit uns bras de mer salee
Et de l'autre l'avoit uns fluns avironnee.
La gent qui la converse est si asseüree
Ne doute force d'omme qui soit d'autre contree.
Alixandres la voit, si l'a aus Grieus mostree; 
[2200]
Pour veoir la merveille s'i est l'ost arrestee.
Un païsans d'iluec a tres bien escoutee
La reison que li roys a a sa gent mostree,
Qu'ains mes ne fu el mont tel fermetez trouvee; 
Il a dit tel parole qui Alixandre agree:
"Sire, la haute roche que tant as esgardee,
C'est une fermeté qui mout est redoutee;
Li sires en destraint toute ceste contree,
Sous ciel nen a richece n'i puisse estre trovee."
"Di, va, dist Alixandres, a il porte n'entree?"
[2210]
Li hom li respondi: "Devers celle valee
A une estroite voie par tel sens compassee,
Se toute la gent Dieu ert desous aünee,
Par si que par cent hommes fust desseure gardee,
N'i porroient monter une seule tezee;
Ne doute nul assaut de nulle gent armee."
Alixandres respont: "Bien la m'as devisee;
Ja ne m'en tornerai si me sera livree."
[1.106]  Li roys prist un mesage qui mout ert ses privez;
A la roche l'envoie et cil i est alez 
[2220]
Et manda a celui qui sire en ert clamez
Que la roche li rende, dont tant est redoutez,
Et deviegne ses hom et ses liges chasez;
Et se ce ne veut fere, sempres soit deffïez:
"Ja ne m'en partirai si ert desheritez."
Et cil vint a la roche quant du roy fu sevrez;
O le branc de s'espee les a tant acenez
Que li sires le vit si s'en est avalez.
Li mesages parole, qui fu preus et senez:
"Di, va, qui est li sires et comment est nonmez 
[2230]
Qui garde ceste roche et si haut est montez?"
Et li dus respondi, qui fu preus et menbrez:
"N'i a mes que nous deuz, pres de vous le veez."
"Sire, dist li mesages, oiez et entendez:
Alixandres vous mande, qui est roys couronnez,
Que li rendez la roche et ses hom devenez,
Se ce ne voulez fere, sachiez, c'est veritez,
Ja ne s'en tornera si serez afamez;
Ne vous porra guerir roche ne fermetez."
Et li dus respondi: "De folie parlez. 
[2240]
Quieus hom est Alixandres et de quel terre nez?"
"Sire, de Macidoine est li plus redoutez
Qui seïst encore onques desus destrier armez,
Et a en sa compaigne tant de Grieus assamblez
Sous ciel n'a homme en terre, s'il est a lui mellez,
Se il vient en bataille, ne soit espoëntez."
"Par mon chief, dist li dus, ançois est fols provez;
Ne donroie en sa force deus deniers monneez.
Mains avoirs a riche homme ert ainz a mont portez
Dont noz ferons avant toutes noz volentez. 
[2250]
Je n'ai soing d'Alixandre ne de ses nobletez.
Quieus gens a il o lui? comme est chascuns formez
Je ne dout nulle riens, tant sui asseürez,
Ne mes ire du ciel et anges empanez."
Et respont li mesages: "De fors escuz bouclez
Ont elles li Grezois, et de brans acerez."
[1.107]  Li dus ot le mesage parler en tel mesure:
Qu'Alixandres est fiers et sa gent est si dure;
Se a lui ne se rent, trestouz ses dieus en jure
Ja nel porra guerir chastiaus ne fermeüre. 
[2260]
Dont respont au mesage et dit sanz couverture:
"De l'orgueil Alixandre ne du dangier n'ai cure.
Quant je sui la a mont, tant est ma gent seüre
Ne crieng de ça a val nulle mesaventure.
Va t'en a ton seigneur si li di a droiture
Que ne pris son dangier une pomme meüre;
Ne feroie por lui seul itant de feture
Qu'en perde mon dormir un po de nuit oscure."
Li mes tint un des las de s'entasseleüre;
Quant il l'ot deffïé, si s'en vet a droiture. 
[2270]
[1.108]  Li mes revint en l'ost et a conté le roy
Ce que li dus li mande, l'orgueil et le bufoi,
Qu'il ne l'aime ne prise, ne home de sa loy,
"Ne vaillant deus deniers ne feroit il pour toi;
Ne ja n'en lessera son dormir en recoi."
Alixandres respont: "Par le Dieu ou je croi
Ja ne m'en tornerai si ert en grant effroi;
Ne li lerai de terre ou il couchast son doi."
Les douze pers de Grece apelle en un chaumoi,
Et chascuns d'eus li donne bon conseil endroit soi. 
[2280]
Alixandres parole hautement sanz recoi:
"Vous, jeune chevalier de pris et de dosnoi
Qui avez belles armes et le riche conroy
Et desirrez souvent et guerres et tournoy,
Qui premiers montera sus la roche que voi
Et de ma riche enseigne mosterra le desploi,
Dis mars d'or li donrai, ce li plevis par foy,
Li autre en avra nuef et li tiers uit, ce croy,
Li quars set, li quinz sis, li sistes cinc de moi,
Li sesmes en ait quatre, a l'uisme en erent troi, 
[2290]
Li nuesmes en ait deus, le disme un en otroi,
Et chascuns de ces autres en avra un par soi,
Pour ce qu'il m'abatront du duc le grant boufoy."
[1.109]  Quant li Grieu entendirent que li roys leur devise,
Qu'il avront la richece que il lor a promise, 
Le jour en veïssiez mainte brongne en dos mise.
Portent hiaumes d'acier et bons haubers de Pise
Et bons fers por monter et crous de mainte guise;
Et par devers la mer encontre la falise
Gravissent li Grezois a mont la roche bise; 
[2300]
A fers et a crochieres percent la roche alise.
[1.110]  Ainz que li Grieu montassent, lor commanda li roys
Que se il pueent prendre la roche et le defois,
Que sempres i mostrassent une enseigne a orfrois;
C'est la seue demaine au fer arrabiois;
A ce porra connoistre ceus de sa gent li roys.
De la devers l'entree, par devers le marois,
Les ira assaillir a mil Macedonnois,
Pour fere ceus descendre qui sont la sus son pois,
Et a tel chose entendre dont leur ira sordois. 
[2310]
Et li homme Alixandre i monterent ançois,
Car il sont ainsi fort et devant et detrois
Que ne leur forferoient dis mile homme un balois,
Par si que de leur hommes i eüst deus ou trois.
Alixandres meïsmes, li preus et li cortois,
Le jour emprist tel chose par ire sanz gabois
Dont a mout grant folie le tindrent li Grezois.
[1.111]  Quant li Grieu assaillirent a la roche a cel jor
Pour fere ceus descendre qui erent plus hautour,
A dars et a saietes traient envers les lor; 
[2320]
Et cil se descendirent contre val li plusour
Pour esgarder les Grieus qui sont de tel fieror.
Alixandres s'en torne, comme hom de grant valour,
Et vint la ou cil montent, qui sont de tel labour,
Dont li mieudres ne prise tout le monde une flor.
Quant li uns en descoche, ce content li auctor,
Vint ou trente en cravente contre val a dolour.
"Haï! fet Alixandres, Greu et Macedonour,
Com vous faiz hui entrer en doloreus labour!
Or pouëz vous bien dire qu'avez mauvés seignor; 
[2330]
Se ne vous faiz aïde, ja n'aie je honour."
A ceus qui sont cheoit tolt les cros par irour,
Puis se prent a la roche pour monter en la tour.
[1.112]  Quant li roys se fu pris a la roche monter,
A tant es vous poignant Cliçon et Tholomer,
Licanor et Filote et tuit li douze per;
A force le retienent si l'ont fet retorner,
Ou il vousist ou non, le couvint avaler. 
"Sire, ce dist Caulus, mout fetes a blasmer;
Ja estes vous venus por conquerre outre mer 
[2340]
Et vous voulez ja ci en cest païz finer."
"Baron, dist Alixandres, pour Dieu, lessié me aler,
Je voi morir mes hommes, devant moi craventer;
Se je n'apreng o euls les maus a endurer,
Comment se porra dont nus hom en moi fïer?"
[1.113]  Li Grezois ont monté le roy sor son cheval,
Puis vienent a l'entree ou cil tienent estal,
Gietent lances et traient et font grant batestal.
Cel jor i ot jeté mainte pierre poignal;
Et cil se descendirent trusque vers le portal, 
[2350]
Mes li Greu les engignent com Renars fist le jal
Qu'il seisi par le guele quant il chantoit jornal.
Et li Grezois porprenent la roche et le costal;
Ja furent sus monté quatre mile vassal,
Qui traient les espees, si escrïent: "Royal!"
Et moustrerent l'enseigne leur seigneur natural;
Ceus qu'il truevent a mont ferirent communal
Et ocïent et trenchent et craventent a val.
Alixandres les vit, qui sist seur Bucifal,
Et a dit a ses hommes: "Fet sont nostre jornal; 
[2360]
Ahi! baron de Grece, tant par estes loial!"
[1.114]  Quant li dus de la roche vit sa gent decopee,
Prise, morte et ocise et contre val jetee,
Et sa roche perdue, que maint jour ot gardee,
Et l'enseigne Alixandre vit contre mont levee,
Lors maudit les Grezois et toute lor contree,
Qu'ains mes tel felonnie ne fu el mont trovee;
Et vint a Alixandre contre val a l'entree,
Merci li a crïé et veut rendre s'espee;
Mes li roys en jura sa teste couronnee 
[2370]
Que ja ne sera prise s'ert sa mort devisee;
Si comme il a touz jorz l'autre gent demenee,
Prise, morte et destruite et leur terre gastee,
La merci qu'il ot d'eus est seur lui retornee.
A meïsmes la roche qu'il avoit tant amee
L'ont pendu tout armé, puis s'en est l'ost alee.
Mes avant ont li Grieu si la roche atornee
Conques n'i remest hom, tant par fu desertee.
[1.115]  Quant la roche fu prise et li dus fu pendus,
Alixandres chevauche, qui de Grece est meüs. 
[2380]
[Mout fu belle la route des granz et des menus;] 
Il ot en sa compaigne soissante mile escus.
Aus devises des terres, quant du regne est issus,
Au pié d'une montaigne leur est uns fluns parus,
Une eve belle et clere, sans fanc et sans palus;
Mes ainz que fust li vespres aprochiez ne venus,
Dejouste le rivage orent leur trez tendus;
Mes l'ardour du soleil et li chaus qu'est creüs
Et la toufeurs de l'air les a si confondus
Que n'i pooit guerir nus hom qui fust vestus. 
[2390]
Iluec en veïssiez tieus set mile venus
Qui se fierent en l'iaue, que jeunes que chanus.
Dejouste le rivage est li roys descendus,
Pour le chaut touz armez s'est en l'eve ferus.
De la froideur du flun, dont clers estoit li rus,
Et du chaut du soleil, qui seur eus est cheüs,
Li est li sanz ou cors troblez et commeüs;
La parole li faut et li roys devint mus.
Or ert mout granz domages se ainsi est perdus.
[1.116]  La grant froidour de l'eve qui sordoit de fontaine     [2400]
Et l'ardour du soleil qui au flun les amaine
A si seurpris le roy que seur lui nen a vaine
Qui de sanc seelé ne soit seuronde et plaine;
La parole li faut et li roys pert l'alaine.
Tholomer le regarde, qui sa coulor vit vaine,
Cliçon en apela et Perdicas açaine,
Par les bras l'a seisi, o ices (l. icés) deus l'en maine,
Ne veut que l'ost le sache ne qu'entour lui s'agraine
Ne que la gent de pres le die a la foraine.
En son tref le couchierent seur un drap de Miçaine.  
[2410]
Li douze per regretent Alixandre le maine:
"Ahi! tant mar i fustes, bons roys de Macedoine;
Par foi, honor de Grece, mout estes hui soutaine.
Or remaint a conquerre mainte terre lointaine."
Environ pleure l'ost une louee plaine;
La veïssiez pasmer quatre mile en l'areine
Et rompre maint chevel noir et blanc comme leine;
[Onques mes n'ot el siecle si grant duel d'un chateine.]
Uns mes se part de l'ost desus un dromadaine,
Qui vait Daire noncier de l'esploitier se paine.  
[2420]
[1.117]  Li mes est ou chemin, de l'esrer ne s'oublie
Tant que il vint a Daire a la chiere hardie.
La nouvelle li conte, qu'a volentiers oïe,
Du malage Alixandre, en qui il ne se fie:
En l'eve de Nidele a pris l'enfermerie
Dont ja mes ne guerra en trestote sa vie.
Et conte la dolour, comme l'ost pleure et crie; 
Et regretent le roy et sa grant cortoisie,
Son sens et sa prouece et sa chevalerie.
Tieus mile en vit pasmer en mi la praerie,   
[2430]
Se Alixandres meurt, que lor joie est fenie.
Quant Daires l'entendi, ne puet müer ne rie;
De la joie qu'il ot touz ses dieus en mercie.
Li roys se porpenssa d'une grant felonnie:
Pris a un mesagier sel tramist a Carie,
Qui guerist Alixandre, qu'a ses herbes l'ocie;
Tant li donra rouge or et pailes d'Aumarie
Nes porroient porter quatre mul de Sulie.
Son bras li mist au col, priveement li prie;
Mes ce plet couvient fere sagement sanz folie.   
[2440]
[1.118]  Li mez se part de Daire, congié prent si s'en va,
[Trusqu'a l'ost Alixandre onques ne sejorna;]
A la guise grezoise sagement s'atorna,
En la tente le roy si coiement entra
Qu'ains n'i fu conneüz d'homme qui l'esgarda;
Lez le mire s'acoste, un petit le bouta,
D'un des eus li fet signe, d'autre part se torna
Et dist: S'en lui se fie, son preu li noncera,
Ja, s'il veut, en sa vie mes povres ne sera.
Et cil li respondi: Ja mar en doutera,   
[2450]
Coitement est venus et coites s'en ira,
Or die que li plest et il l'escoutera.
De par le roi de Perse li glous le salua,
En l'oreille li dit, sagement li conta:
S'il ocit Alixandre, riche homme le fera,
Quatre sonmiers charchiez de fin or li donra
Et cent pailes de soie des meilleurs que il a,
Encontre toute gent quitement le tendra.
Cil entent la parole, une piece pensa,
Fremist et devint pales et de paor trembla,   
[2460]
Coiement li respont que son pleizir fera;
Se cest avoir li donne, voirement l'ocirra
A ses herbes meïsmes, ja uit jorz ne vivra.
Or penst Dieus d'Alixandre! cil mal conseil pris a;
Se ses sens nel retient, couvoitié le vaincra.
[1.119]  Li mes se part dou tref et prent congié du mire,
Et cil a pris ses herbes, dont le roy dut ocirre,
Et vint a Alixandre, qui sa dolour empire.
La destrece du mal le fet palle et aflire,
[La char taindre et nercir, le sanc et les os frire.]  
[2470]
Sa gent est entour lui, qui mout pleure et soupire;
Sachiez n'i a celui qui ait talent de rire.
Li mires le regarde, en son cuer prist a dire 
Qu'or ocirra celui qui des autres est sire
Et dit que touz li mons se doit vers lui afflire:
"Ce est li mieudres hom que nus puisse descrire.
Se je fais de cest roy por avoir homecide
Et destrui ceste gent et depart cest empire
Et pour seulement moi faiz tel gent desconfire,
Bien devroit l'en mon cors livrer a grant martire.  
[2480]
Li roys pour lui guerir m'a fet d'autres eslire;
Se par moi est destruiz, Dieus me puisse maudire!"
[1.120]  Mout fu sages li mires, qui si bien se conseille,
Ne veut por couvoitise fere si grant merveille
Qu'il ocie celui qui tout le mont esveille,
Mes de lui bien guerir tant forment se traveille
Qu'Alixandres menjue et dort bien et soumeille,
Et revient sa coulor blanche, fresche et vermeille;
Et li Grieu mainent joie, qu'ains ne fu sa pareille,
Car ne sevent sanz lui la monte d'une treille,   
[2490]
S'Alixandres meïsmes nes conduit et conseille;
Autresi les chadelle comme paistre s'öeille.
[1.121]  Mout par fu granz la joie quant li roys fu gueriz;
Lors veïssiez par l'ost les Grezois esbaudis,
Qui cuidoient du roy ses termes fust fenis.
Les paveillons destendent si ont les tres cueilliz,
Charchent muls et cameus et bons chevaus corsiz,
Et font mener en destre les destriers arrabiz,
Portent escus et lances a fers d'acier forbis
Et enseignes de paille, de porpre et de samis,   
[2500]
Et trespassent le regne de Bile et de Lutiz.
Ceus qui a lui se tornent a li rois recueilliz
Et ceus qui le refusent a mors et desconfiz,
Les felons orgueilleus a destruiz et affliz
Et les citez a prises et les palés voltiz.
Alixandres meïsmes les a des siens garniz,
Les granz avoirs en a aus Grezois departiz.
Les bachelers du regne, les jovenciaus esliz,
Qui ont larges espaules, les poins gros et massiz,
Ceus en maine li roys ses a o lui cueilliz.  
[2510]
Tant leur donne Alixandres, si les a asoupliz,
Que mieus aiment sa paine que nus autres deliz;
Ne ja mes en sa vie ne sera d'euls partis,
Ainz en porra bien estre honorez et servis.
Alixandres chevauche, qu'en est chadiaus et guis;
Et font l'arriere garde Tholomer et Danz Clins.
A l'issue du regne, a l'entree d'Esliz,
Truevent une merveille ques a touz esbahiz,
Un tertre aventureus, de maint homme est haïz, 
Qui ert et haus et lons et de deus pars closis  
[2520]
De vaus granz et parfons, perilleus et soutiz;
Qui charroit la dedens bien porroit estre fiz
Que ja mes n'en istroit, ainz i seroit porriz.
Or oiez la merveille dont li mons est garniz:
Quant couars hom i entre, sempres devient hardiz,
Touz li pires du mont i est si esbaudiz;
Et li preus i devient ainsi acouardiz
Et mauvés de corage et de fez et de diz
Touz li mieudres i est fols et avilaniz;
Et li destriers de garde mornes et alentiz  
[2530]
Et li roncins mauvés desreez et braidiz.
De maint homme a esté icist tertres maudiz.
[1.122]  La merveille du tertre, ce treuve l'en lisant,
Est escrite en un livre d'une istoire mout grant.
Li homme de la terre l'aloient eschivant;
Li païsant l'apellent le tertre recreant.
Or oiez la merveille que li Grieu vont fesant:
Com plus montent le tertre, plus vont acouardant,
Li premier qui estoient a la pointe devant,
Qui tant soloient estre preudomme et conbatant,  
[2540]
Ont si de mauvestié perdu leur hardement,
Com plus vont et plus montent, plus se vont repentant.
Li retorners arriere lor vient mout a talent,
Mes li mons ne leur leisse, qui les vet destraignant.
Quatre s'en desrochierent, onques n'orent garant,
De la coste desrochent, a val vont perillant,
Onques puis n'en issirent en trestot lor vivant;
Li autre se chastïent, si se vont aroutant,
Et li mauvés aloient les bons reconfortant
Et dïent aus preudommes: "Tuit estes recreant; 
[2550]
Nous conquerrons la terre desci en Oriant."
Li bon destrier de garde i aloient laschant
Et par mi la montaigne li plusor estanchant,
Et li roncin mauvés, desreé et saillant,
Henissent et regibent et font noise si grant
Que cil qui desus sont vont souvent trebuchant;
N'a si preudomme en l'ost qui ne s'en espoënt;
Alixandres meïsmes s'en vet mout merveillant.
[1.123]  Li val furent parfont et li tertres agus,
Qui a fet mains preudommes dolens et irascuz;  
[2560]
Mout ot li roys grant ire ainz qu'il en fust issuz.
Au devaler du tertre treuvent uns prez herbus
Et un brueil d'oliviers novellement fueilluz;
Iluec rest a chascun ses corages venuz
Et li cheval de garde recuevrent leur vertuz. 
Ilueques veïssiez les roncins recreüz,
Qui avoient el tertre trovees tieus vertuz.
Grant joie ot Alixandres quant les Grieus ot veüz,
Seur l'erbe qui fu fresche est a pié descenduz;
Pour le repos qu'il veulent i ont leur trez tendus.  
[2570]
Alixandres meïsmes en apela ses drus;
Dïent de la merveille ques a si deceüz,
C'onques mes en cest siecle ne fu tieus ples veüz.
[1.124]  La merveille du mont fu le jor mout descrite.
En une terre entrerent qu'est de totes eslite;
Trois jorz demeure l'ost et repose et delite,
Li sejors que il font durement leur profite.
Toute la gent du regne qui en la terre habite
Vienent contre le roy, la grant et la petite.
Qui ot chier drap de soie, paile ne carepite,  
[2580]
Bonnement li presente, mout est vers lui afflite,
Et li roys mout les aime et a grant chose dite,
Qu'encontre toute gent ert mes la terre quite.
Une ymage de pierre trouverent en Eslite,
Qui por Neptanabus i fu fete et escrite.
[1.125]  Cil d'Elite reçoivent le roy de bon corage,
Volentiers le servirent et lui et son barnage;
Li roys vers toute gent lor promet seürtage.
En mi leu de la terre troverent une ymage,
Qui en samblance d'omme ert dreciee en estage.  
[2590]
Alixandres demande a un homme d'aage:
"De qui est celle forme?" Cil l'en dit son corage:
"Por dant Neptanabus, qui ci vint de Cartage;
Onques n'ot en cest siecle un seul homme si sage."
Lors s'en rist Alixandres et crolla son visage,
D'autre part est tornez et tint tout a folage.
A l'issue du regne passerent un marage;
Aprés icelle terre trouverent plus sauvage,
L'escripture l'apelle la contree de Trage.
Trage fu en mi leu, une cité ombrage,  
[2600]
Et sist seur une roche el destroit d'un passage.
La gent est felonnesse et fiere comme rage,
Et responnent au roy orgueil et grant outrage,
Et ne prisent ne lui ne sa gent un fromage.
Alixandres en jure touz ceus de son lignage
Que mar ont contre lui essaucié leur parage,
Par temps leur couvendra mostrer lor vasselage;
Dont les assaillent Greu s'en font si grant domage
C'onques ne leur lessierent fermeté ne estage,
Bien ont fet aus felons comparer leur outrage.  
[2610]
[1.126]  De la cité de Trage s'est bien li roys vengiez,
Les tours a abatues et les murs peçoiez.
Emenidus d'Arcage s'i est mout bien aidiez,
Licanor et Danz Clins, Tholomer li proisiez.
Des douze pers de Grece fu li regnes cerchiez;
Ou treuvent forterece ne haus murs batailliez
Ne fort baille environ ne granz fossez trenchiez,
Tout prennent et abatent, n'en i remaint uns piez.
Quant les ot Alixandres destruiz et escilliez,
A sa tente de paile est li roys repairiez;  
[2620]
De l'assaut de la ville fu forment travailliez,
Auques en estoit mornes, penssiz et mauhetiez,
Seur un fautre de paile s'est un petit couchiez.
Ses disners, quant vint l'eure, fu bien apareilliez;
Au mengier sont assiz, assez i ot daintiez.
Uns harperes de Trage s'est du roy aprochiez,
De lais fere a fleütes ert duis et enseigniez,
Sous ciel n'a instrument dont ne fust affetiez;
Par son savoir s'est tant d'Alixandre acointiez,
Ançois que il s'en tort, en sera bien paiez.  
[2630]
[1.127]  Devant le tref le roy s'est li harpiere assiz
Et commença un lai que il ot bien apris,
De la harpe aus fleütes ainz ne fu entrepris;
Mout fu bien escoutez d'Alixandre et des Gris.
Quant li roys ot mengié, si l'a a reison mis.
"Di, va, dist Alixandres, dont es? de quel païs?"
Li herpierres respont: "Sire, tu as mespris;
Je sui uns chevaliers, povres et de bas pris,
De celle gaste ville touz estrez et naïz
Que tu as hui destruite et le regne conquis;  
[2640]
Hier avoie je auques, mes or sui je aquis.
Et tu dis: 'De quel terre?' Merveilles as enquis."
Quant l'entent Alixandres, si en a fet un ris.
"Par mon chief, dist li roys, a parole m'as pris.
Se tu es d'avoir povres, tu avraz biaus amis;
Vien avant, sanz-demeure, que je t'en revestis
De la cité de Trage et de tout le païz;
Ja n'en perdraz plain pié tant com je soie vis;
Ne ne m'en tornerai, de ce soies touz fis,
Si ert aussi pueplee com ert hui a uit dis  
[2650]
Et seront redrecié li mur de mabre bis."
Et cil li respondi: "Sire, cinc cens mercis."
Devant lui s'ajenoille, li roys poësteïz
Li a donné la terre par son peliçon gris. 
[1.128]  Quant li roys ot la ville au harpeeur donnee,
Onques ne s'en torna tant que il l'ot pueplee
Et trestoute environ autresi bien muree
Comme elle ert devant ce que elle fust gastee.
Lors s'en torne Alixandres si passe la contree
Vers le regne de Sire a sa voie tornee;  
[2660]
Ce estoit une terre garnie et asazee.
Toute la gent du regne est contre lui alee,
Richece et seignorie li ont bien presentee,
Et li roys mout les aime et forment li agree,
L'onour qu'il li ont fete lor a guerredonnee.
[1.129]  Li roys en est entrez en Sire la garnie,
Qui depart celle terre et celle de Persie.
Encore n'estoit pas Anthioche bastie,
Qu'Antiocus fist puis par mout grant seignorie,
Car li roys Alixandres l'en donna la baillie,  
[2670]
Qui li fist de son regne en la fin grant partie.
La terre treuvent riche et mout bien replanie
De mout bonnes vitailles et de grant manantie.
Toute la gent du regne envers lui s'umelie
Et li roys mout les aime et promet et affie
Que ja ne leur faudra en trestote sa vie.
Au quint jor est meüz et Tholomer les guie;
Tant chevauche Alixandres, qui d'aler ne s'oublie,
Qu'il vit les tours de Tyr et la terre a choisie,
Mes avant ot conquise la terre de Sulie,  
[2680]
Tant comme il en trova a mis en sa baillie.
"Sire, ce li dist Sanses, se Dieus me beneïe,
Quant je voi ceste terre, touz li sans me fremie,
Pour ce qu'el fu mon pere et vers moi ne soplie;
Daires la m'a tolue par sa grant felonnie."
Alixandres respont: "Or ne mescreez mie,
Ja ne m'en tornerai s'ert en vostre baillie."
Cil entent la parole, en plorant l'en mercie.
[1.130]  Quant li roys choisi Tyr, mout fu liez et joians,
Les tours vit bateilliees et les murs haus et granz.  
[2690]
Ens en un coing de mer la ferma Tyrians;
Ce fu li premiers roys de ce regne tenans;
Les terres d'entour lui fist a lui apendans,
Pour lui li mist non Tyr, tant par fu redoutans,
Aprés la seue mort le leissa ses enfans;
Ce conte l'escripture que ce fu deus cens ans
Aprés que li deluiges fu par le mont courans.
Ore est en la main Daire, qui sire est des Persans; 
De lui la tient uns dus Balés qu'en est gardans,
Qui est bons chevaliers et seürs et aidans.  
[2700]
La citez est mout forte et en fort leu seans,
De toutes pars li est la mer entour cloans,
Ne crient assaut de gent ne quarrel d'ars treans
Ne mangoniaus dreciez ne perrieres jetans,
Touz les sieges du mont ne prise deus besans
Fors que seul l'Alixandre, qui tant est conquerans;
Et li Grieu se logierent par plains et par pendans.
Le jor i ot tenduz paveillons ne sai quans;
Adonques veïssiez ceus de Tyr esmaians,
Pour paour d'Alixandre pensis et couardans.  
[2710]
[1.131]  Ly rois assist la ville, qui nulle n'en seonne,
Et par mer et par terre trestote l'avironne,
Mout ot en sa navie char et vin et anonne.
De la fierté de l'ost, de la noise qui sonne,
Sont cil de la cité effreé jusqu'a nonne.
Li dus Balés parole et les siens araisonne:
"Mout est preus Alixandres et de fiere personne,
De la fierté de lui touz li mondes resonne,
Babyloine veut prendre et avoir Escalonne
Et conquerre par force Aufrique et Sarragonne;  
[2720]
Ja ne guerra vers lui qui treü ne li donne."
A ce mot li presentent d'or fin une coronne;
Les oevres et les pierres valurent plaine tonne
Du plus chier argent fin qui soit en Arragonne.
[1.132]  Li rois prist la coronne, qui mout fist a loër,
Tholomer la commande por Sanson coronner,
Et dist a ceus de Tyr ques leissassent aler
En la cité leens pour les dieus aourer.
Adonques se commence li dus a porpenser,
La fierté Alixandre forment a redouter,  
[2730]
Que par force nel voeille de la cité jeter;
Puis li dist: "La dedens ne vous chaut a entrer,
Car noz les vous ferons ça defors aporter."
"Comment, dist Alixandres, volez vous dont penser
Que je par mesprison voeille leens entrer?
Ou m'oïstes vous onques de traïson reter?"
Alixandres ot ire si commence a jurer
Et le ciel et les nues et la terre et la mer
Sous ciel n'a homme en terre ques poïst acorder
Ne treü ne coronne encontre lui tenser;  
[2740]
Aillent s'en fors de l'ost; puis les fist deffïer,
Et cil entrent en Tyr si font leur gent armer.
Et li roys commanda quatre grelles sonner, 
Pour assaillir la ville fet sa gent conraer.
Mes a eure de nonne commença a venter
Et une grant tormente merveilleuse a lever
Qui fet les nes brisier et les ondes lever
Et les barges ensamble l'une a l'autre hurter;
Et li Grieu commencierent durement a crïer
Et les dieus touz ensamble forment a reclamer,  
[2750]
Car grant paor avoient li plusor d'afonder.
Alixandres commande que l'en bate la mer
Pour les ondes bessier et les flos avaler.
[1.133]  Oëz con grant merveille, par quel devision
Lor vint une semblance en guise de poisson
Errant par mi la mer, fendant a esperon;
La guele porte ouverte a guise de dragon
Et giete feu et flambe fierement a tençon,
Les nez et la cité aclot tout environ;
Adont leur recommence grant tribulacion,  
[2760]
Une ire, une tempeste, une confusion
Qui leur nez achanterent, et froissent li chevron;
Par un po que ne furent cueilli li paveillon
Quant en mer se refiert a guise de plunjon;
Ainz aus hommes le roy ne fist se paor non.
[1.134]  Li roys ot commandé la mer a ledengier,
Et li Greu i ferirent por les ondes bessier,
Adont les veïssiez durement apesier.
Cil de Tyr se commencent forment a merveillier
Et li homme Alixandre mout a esleecier.  
[2770]
Uns fevres de la ville voloit le jor forgier
Quarriaus de fer aguz o les pointes d'acier
Pour les armes aus Grieus et leur cors domagier,
Aprés les refeisoit de venin entoschier.
Mes uns signes avint que il vodrent noncier
Aus hommes Alixandre pour eus bien esmaier.
Aus batailles des murs s'alerent apuier;
Uns des barons de Tyr commença a huchier:
"Di, va, ralez vous ent, serjant et chevalier,
Paour avez eüe li plusor de noier.  
[2780]
C'est li dieus de la mer qui vous veut corroucier;
Ceste citez est seue si la veut chalengier;
Nepturnus, qui elle est, vous voudra trebuschier,
Encor vous fera pis, sel veez aïrier.
Ceens est avenue grant merveille des hier
D'un fevre de la ville, comme il voloit forgier
Saietes et quarriaus por voz gens domagier,
Mes li fers de sanc cler commença a raier.
Vez le ci ou jel tieng, nel vous quier plus noier.
De ces deus aventures vous devez esmaier;  
[2790]
Cueilliez voz paveillons, ralez vous ent arrier,
Et nous vous en leron sains et saus reperier."
Alixandres respont: "Ainz orrez del pleidier!
Vous en verrez ançois cinc cens escus percier,
Et des noz et des vos maint pasmer et plaier.
Assez avons oïde tieus gens menacier
Qui mauvés cuer avoient d'un estor commencier
Et au fouir du champ estoient li premier."
[1.135]  Li roys ot ceus de Tyr, qui le vont menaçant
Qu'il guerpisse le siege et si s'en aille a tant,  
[2800]
Et il leur respondi qu'il n'a pas cuer d'enfant:
"Cuidiez vous que li Grieu soient ja recreant?
Ja ne furent il onques en bataille tezant,
Mes seur toute autre gent hardi et conbatant;
Ja ne s'en torneront en trestout leur vivant
Tant qu'avrai pris la vile et fet a mon talent."
Sanson a apelé si li rent par son gant,
Et cil l'a receüe de cuer en merciant.
Alixandres ot ire si tainst de mautalent,
A ceus des murs parole si se drece en estant:  
[2810]
"Di, va, mauvese gent, felon et mescreant,
Vous ne devez pas estre de la cité tenant.
La tormente de mer, que veïstes si grant,
Et li dieus Nepturnus, qui aloit tempestant,
Vous fet la demostrance, et bien est aparant,
Qu'il ne veut que soiez en la cité manant
Ne si mauvese gent i soient habitant;
Mes leissiez moi la ville, de par lui le commant,
Trestuit vous en issiez or endroit maintenant,
Et li Greu la tendront de ce jor en avant.  
[2820]
Li fers chaus que veïstes en la forge seignant,
Ce sera uns machacres, que vous verrez si grant
Avenir desus vous ançois un mois passant
Ja n'i porra guerir li pere son enfant.
Hui verrez tant vert hiaume et tant escu luisant
Et tant hauberc blanchi et tant bon branc trenchant
Et tant bon chevalier hardi et conbatant
Environ la cité et desriere et devant,
Lez les murs de la ville seront tuit reluisant.
Se ne la me rendez ainz le soleil couchant,  
[2830]
Tuit en serez pendu, ja n'en avrez garant."
Lors furent cil de Tyr esmaié et pensant
Et demandent le roy un respit avenant
Tant qu'il aient parlé la dedens a lor gent.
Alixandres respont: "Je l'otroi et creant,
De prendre bon conseil me vient mout a talent."
Mes les murs de la ville vet sovent regardant. 
[1.136]  Li dus prent son conseil o les barons de Tyr
Et dïent d'Alixandre qu'il est de tel aïr
Que chastiaus ne cité ne le puet retenir;  
[2840]
Se a lui ne se rendent, ja ne porront guerir.
Ja preïssent conseil des Grezois recueillir,
Se ne fust sorvenus Ladinés de Monmir,
Qui leur dist tel parole que bien peüst tezir:
"Ceste terre est roy Daire, si l'en devon servir,
Nostre droit seignor lige ne devons pas traïr
Desci que il noz voeille et lessier et guerpir.
Alixandres est fel et noz puet tant haïr,
Comment qu'il ait la ville, nous en covient fouir;
Tous noz fera en mer ou en terre perir  
[2850]
Et les pluseurs de nous en chaudieres boulir."
Cist conseuls leur a fet la parolle guerpir;
Dïent a ceus de l'ost, si quel porent ouir:
"Grieu et Macedonois, or vous couchiez dormir,
Car d'assaillir la ville avrez mes bon loisir;
Assez vous en porra chascun jour souvenir."
Quant l'entent Alixandres, d'ire prist a nercir
Et commande les Grieus fors des loges issir.
El bois de Josaphaille a fet les fus cueillir
Et aporter en l'ost et en la mer jalir.  
[2860]
[1.137]  Alixandres a fet mil chevaliers armer,
Et vont o ceus a pié pour les abres coper.
Du bois de Josaphaille font les fus amener
Et aporter en l'ost et couchier en la mer;
Puis les font de deus pars a reortes coupler,
Desus vodrent la raime et l'areine jeter.
[1.138]  Quant voient cil de Tyr qu'Alixandres leur fet,
Que la mer lor deffent et bastist son atret,
Li dus se tient a mort s'en ce point ne lor vet.
Quant la nuis fu oscure et la brunor estet,  
[2870]
A petites nacelles s'en issirent a tret
Coiement de la ville quatre, cinc, sis et set,
Et copent les reortes sanz tençon et sanz bret.
Dolans ert Alixandres quant il savra ce plet.
[1.139]  Ce fu bien par matin, quant il dut esclairier,
Li Grieu vont a la mer lor labour commencier,
Virent l'atret perdu et l'affetement d'ier,
Adonques ne se prisent valissant un denier.
Li roys se commença forment a corroucier 
Et maudist la cité qui le fet travaillier,  
[2880]
Car ne puet vers la ville nulle riens esploitier;
Avant voudra conquerre et puis la reperier.
Lors monterent par l'ost serjant et chevalier,
A trois liues de Tir s'alerent hebergier.
Iluec fist Alixandres un chastel commencier
Desus une montaigne, assez pres d'un gravier;
Scandalion l'apelle et sist seur un rochier;
Pour ce que li paien distrent au temps premier
Que Scandras avoit non Alixandres d'Alier,
Si vodrent en son non le chastel batisier.  
[2890]
Ilueques sejornerent por leur cors aeisier.
Une vois dist au roy, quant fu alez couchier,
Qu'il s'en retourt a Tyr por la ville assegier;
Il la prendra mout bien, n'ait cure d'esmaier.
Lors retornent a Tyr et font lor tres fichier.
El bois de Josaphaille refont les fus trenchier
Et aporter en l'ost et en la mer lancier,
A chaanes de fer et a bendes lïer;
Les ont fet de deus pars sagement atachier,
Que cil dedens nes puissent mes de rien engignier;  
[2900]
Mes cil de Tyr les grievent, li bon arbalestier,
Dars leur lancent aguz et seetes d'acier,
Que li Grieu ne se pueent de la mer aprochier.
Alixandres commande ses perrieres drecier,
De pos plains de sablon fet tant dedenz lancier
Que la mer jusqu'au mur en lesse a ondoier;
Et li Grezois s'armerent pour les fus adrecier,
Puis font deseure metre la pierre et le mortier,
Et furent si fondé en un seul mois entier
Qu'il porent par desus a seür chevauchier.  
[2910]
D'autre part en la mer vodrent chastel drecier,
Que navie n'i viegne qui lor port a mengier.
Cil de Tyr se commencent forment a esmaier
Et sont venu au roy aus batailles pledier;
A set jorz li prïerent de l'assaut respitier,
Tant c'uns mesages viegne qu'il doivent envoier
Au duc Betiz de Gadres ces paroles noncier;
Puis se vodront a lui bonnement apaier.
Mes il veulent le roy par itant delaier
Tant que secors venist qui lor poïst aidier.  
[2920]
A set jorz li prïerent de l'assaut respitier,
Tant c'uns mesages viegne qu'il doivent envoier
Au duc Betiz de Gadres ces paroles noncier;
Puis se vodront a lui bonnement apaier.
Mes il veulent le roy par itant delaier
Tant que secors venist qui lor poïst aidier.
A set jorz li ont fet cil de l'ost otroier.
[1.140]  Li roys vit la cité, qui tant est bien assize,
Toute est close de mer fors la porte de bise,
Fierement la regarde, durement la felise,  
[2930]
Et de leens entrer a mout grant couvoitise.
Il en jure celui ou sa creance a mise
Que ja n'en tornera desci qu'il l'avra prise. 
Dehors fu l'ost logiee desus l'eve de Lise;
La ot tendu maint tref de soie vert et bise;
Par la rive s'espandent s'ont la vitaille prise.
Li dus Betiz de Gadres a la nouvelle aprise,
Que li sires de Tyr li a par mer tramise,
Qu'assis l'a Alixandres et sa terre porprise
Et durement destruite et dampnee et aquise;  
[2940]
Or li envoit l'aïde que tant li a promise,
De par le roy de Perse qui le regne justise.
Li dus ot la nouvelle, que forment aime et prise,
Met sa main a son flanc si respont par cointise:
"Dites le duc Balés g'irai en son servise;
Se truis l'ost environ, targe en sera malmise;
Onques de tant de gent ne fu si grant ocise."
[1.141]  Li mes se part de Gadres, a Tyr vint a eslés,
Devers la mer s'en entre par la posterne a es
Et conte les nouvelles qui leur vienent aprés,  
[2950]
Com li sires de Gadres mande sa gent adés.
S'environ truevent l'ost, ja n'en iront aprés;
Aus espees d'acier en feront maint confés.
Mes li Greu ont la ville bien assize de prés
Et la terre porprise jusqu'a la roche Alés,
Ou la mer fiert et hurte chascun jor a grant fes.
Li roys prent ses mesages ses envoie a Balés,
Qu'il li rende la ville, la tour et le palés,
Et viegne a sa merci, puis avra de lui pes;
Et se il ce refuse, sel trouverra engrés,  
[2960]
Que ja en son vivant ne s'en tornera mes
Desci qu'il l'avra prise et arse comme un es;
La dedens la cité lanceront feu grïés.
Li dus voit les mesages, mout fu vers els irez,
Et respont par ireur: "N'ai talent que vous bes."
Ja les eüst penduz se ne fust Ladinés,
Uns princes de la ville qui gardoit le palés.
[1.142]  Li dus vit les mesages, de maltalent s'aïre
Et a prises les letres que li roys fist escrire;
Connut ce qu'il ot ens, car il les sot bien lire.  
[2970]
Balés taint et nerci et commença a frire
Et respont par ireur qu'il n'ot talent de rire:
"Orgueil mande Alixandres, si com je oi descrire,
Que la cité li rende et vers lui m'aille aflire;
Et se ce ne voeil fere, si com ce brief oi dire,
Il nous prendra par force et pendra touz a tire
Ou noiera en mer ou ardra comme cire;
Mout me tieng a mauvés se ne l'en faiz desdire
Se pres sui ses voisins, mestier avra de mire."
Et a dit a ses hommes: "Demain fetes martire,  
[2980]
Qu'il soient tuit destruit et corrouciez leur sire."
Et respont Ladinés: "Dus, refraigniez vostre ire.
Mout est preus Alixandres et si a grant empire
Ne cuide que nuz hom le puisse desconfire.
Li mes n'ont pas forfet que l'en les doie ocirre,
Mes donnez leur du vostre si les fetes conduire;
Tant est preus Alixandres ne lera nel vous mire."
[1.143]  Li dus vit les mesages, mout ot le cuer dolent,
Qu'Alixandres li mande tant orgueilleusement
Que la cité li rende apareillïement  
[2990]
Et toute la devise, si comme a Daire apent;
Et se ce ne veut fere et a force le prent,
Ja ne tiegnë il terre se il ne l'art ou pent.
Ja feïst les mesages presenter vers le vent
Se ne fust Ladinés, qui li blasme et deffent
Et conduist de la ville desci a sauvement,
Fors tant leur dit li dus et ses cuers li consent
Que li roys n'a de lui triues n'acordement,
Ainz li fera, s'il puet, grant domage briement.
Li mes par mi les loges s'en vont hastivement,  
[3000]
Trusqu'au tref Alixandre n'i ot arestement,
Et content la parole sanz nul amendement
Si com li dus li mande et menace et desment;
D'euls eüst fet joutice, s'il en eüst consent.
Quant l'entent Alixandres, d'ire eschaufe et esprent,
Et respont par ireur: "Or me tient il por lent?
Touz soie je honnis se ce mot ne li vent."
Lors fet sonner un grelle et atorner sa gent;
Ilueques veïssiez tant bon cheval courant
Et tant escu a or et tant hiaume luisant,  
[3010]
De la clarté des armes touz li païs resplent.
Et cil de la cité s'arment isnellement,
Par la porte s'en issent estroit serreement.
La gent qui ist de Tyr le rivage porprent.
Icel jor commencierent un tel tornoiement
D'ambes pars en remestrent maint chevalier sanglent
Qui regreterent puis et ami et parent.
C'est coustume de guerre et conseulz de jovent
Que l'en i pert bien tost et gaaigne souvent.
[1.144]  Par la porte vers terre s'en issent cil de Tyr;   [3020]
Ilueques veïssiez maint vert hiaume luisir
Et tant destrier de garde galoper et hennir
Et contre le soleil ces armes resplendir. 
Li dus Balés les guie et Salos de Valmir.
Sus Ferrant sist armez Ladinés de Monmir,
Qui ert bons chevaliers et sages sanz mentir.
Mout par sot bien chacier et avenant fouir,
Et quant il vient en leu, aus premerains guenchir.
Li dus crie s'enseigne por sa gent resbaudir,
Le jour veut ceus de l'ost fierement envaïr.  
[3030]
Ilueques veïssiez tant fort escu croissir
Et tant vassal a terre craventer et morir;
Qui fu aus commençailles et sains s'en pot partir,
De grant ire du ciel li poïst souvenir.
[1.145]  A l'assambler des Grieus i veïssiez brisier
Tante hanste de fresne et tant escu percier
Et tant vassal a terre morir et trebuschier.
Ce dist cil ques esma, qui bien les sot prisier,
Que cil de Tyr estoient plus de trente millier.
Li roys fet trois batailles et serrer et rengier,  
[3040]
Nes volt mie de primes trop fort estoutoier
Ne sa gent metre ensamble avant au commencier,
Car gent estoutoiee est plus male a hetier.
Tholomer commanda trois batailles premier
Entre euls et la cité sagement envoier,
Qu'a la porte vers terre ne puissent reperier,
Touz les veut prendre aus mains ou en la mer noier;
Par itant i vodront li Grezois gaagnier.
Et Alixandres point Bucifal le legier,
Entre lui et le duc se vodront acointier.  
[3050]
Si granz cops se donnerent aus gonfanons bessier
Que les lances de fresne font ansdeus peçoier.
Li roys s'en passa outre, qui le corage ot fier,
Au reperier l'encontre et tint le branc d'acier,
Car de tieus aventures se sot mout bien aidier.
Sel fiert par mi son hiaume, dont li laz erent chier,
Que trestout l'enclina sus le col du destrier.
Par mi les blanches mailles du blanc hauberc doblier
En fet le sanc issir et le blïaut moillier
Et le cheval souz lui trestout ajenoillier.  
[3060]
Ja au partir dou roy n'eüst soing de gibier
Quant s'espee peçoie les le poing a or mier,
Jouste lui s'acosta, sel courut enbrachier.
Ja l'en menast tout pris, ne se poïst aidier,
Quant devers son escu li sordent chevalier;
Ou li roys voeille ou non, li couvint a lessier.
[1.146]  Li dus vit Alixandre, qui forment le le tormente,
Si l'a feru du branc que sus l'arçon l'adente.
Il l'eüst pris ou mort a touz jorz sans atente, 
Quant des siens le sequeurent, ce m'est vis, plus de trente;  
[3070]
Balés a tret le branc, de vengier ne s'alente,
Et fiert si un Grezois quel jeta de jovente.
L'espee au poing d'or fin fu si pres sa parente
Que la teste a tout l'iaume en mi le champ presente.
De ce cop, ce m'est vis, ert s'amie dolente,
Ne cuit c'uns chevaliers eüst guieres plus gente.
Outre s'en est passez, s'espee tint sanglente,
Perdicas abati au travers d'une sente.
Se cil qui fist ces vers ne mesprist ou ne mente,
Ja mes Flordyonés n'eüst en lui atente  
[3080]
S'Emenidus ne fust, qui li livra entente.
O les brans s'entrassaillent, griement l'uns l'autre tente;
N'i a nul au partir si pres l'acier ne sente
Qu'a tout le plus halegre covendra metre tente;
C'est costume de guerre, de tel marchié tel vente.
[1.147]  A iceste assamblee est mout bleciez li dus,
Forment refu navrez el cors Emenidus;
Li sans qui ist des plaies a la terre chiet jus,
Li escu et li hiaume tornerent a reüs,
Mout i a cops d'espees et de lances percus.  
[3090]
Emenidus le fiert en son hiaume desus
Si durement du branc que tout l'eüst confus,
Quant Balés s'en parti, qui nel pot soffrir plus,
Et maudit les Grezois, que tel gent ne vit nus.
[1.148]  Perdicas saut en piez et a le branc nu tret,
Du duc qui l'abati ot il vergoigne et let,
Et vit un de ses druz qui ens el champ s'estet;
Par la regne le prist, ainz quel meïst an plet,
Si l'a feru del branc qu'a toz jorz l'a deffet,
La cuisse a tout le pié a leissie el garet;  
[3100]
Puis sailli el cheval, vers la presse se tret.
Une lance recuevre, le destrier point a het
Et fiert un Turïen, tant com chevaus li vet,
Que souz la boucle a or li a son escu fret,
Le hauberc desmaillié, le sanc en a fors tret,
Les estriers li fet perdre, a la terre le let;
Ançois que d'eus se parte, en a si baillis set
Que touz li plus haliegres est tornez a dehet.
A grant bien li atornent, car le jour l'a bien fet;
Ainz nus ne l'esgarda qui envie n'en et.  
[3110]
[1.149]  Emenidus d'Arcage et Balés sont sevré;
Ladinés vit le duc mout durement navré,
Sus l'arçon de la selle devant tout adenté; 
Tant a perdu de sanc tout a le vis troublé.
Li quens Emenidus l'ot le jor encontré;
S'auques i esteüst, de lui eüst finé.
D'une faisse de paille li a le cors bendé,
Jouste les tornoians l'en maine a sauveté;
Par desrier la bataille sont au chastel torné,
Mes n'i porent venir, car li Greu sont outré;  
[3120]
Tholomer et Danz Clins furent outre passé,
En la premiere eschiele Caulus et Aristé.
Ladinés connut l'uevre, que mal orent ovré,
Par les flans esperonne le bauçant pomelé
Et fiert si un Grejois seur son escu listé
Que sus la boucle a or li a fret et quassé;
Et li Greus refiert lui en son escu bouclé,
Que les lances peçoient, li tronc en sont volé;
Des boucles des escus se sont entrehurté,
Que tuit li chandelier sont fret et desmenbré;  
[3130]
Si forment s'entrehurtent que tuit sont estonné.
Les armes Ladinés ont le Greu encombré,
Les estriers li fet perdre si l'a asouviné;
Li agus de son hiaume feri en mi le pré.
Ladinés met la main au bon branc aceré,
Desus lui s'aresta, el vis l'eüst navré
Se Filotes ne fust, qui mout en a pesé.
Le cheval esperonne, s'ot un panon fresé;
Ja sera, ce cuit je, de deus pars comparé.
[1.150]  Del Greu qui fu cheüs pesa mout Filotés,   [3140]
Le destrier esperonne, qui court a grant eslés,
En l'escu de son col va ferir Ladinés,
Que par desouz la boucle en peçoia les es;
Se ne brisast la lance, de lui eüst fet pes,
Ja cil de la cité nel reveïssent mes.
Quant sa lance ot perdue, si tret l'espee aprés.
Se l'uns vassaus fu preus, li autre fu engrés,
A leur brans s'entredonnent si granz cos et de pres
Que les hiaumes detrenchent et des escus les es.
Ja fust mien escïent li uns mors desconfez,  
[3150]
Quant les batailles hurtent de deus pars a eslez,
Iluec s'entreperdirent Filote et Ladinés.
[1.151]  Iluec ou cil de Tyr josterent aus Grezois
Veïssiez depecier maint escu de manois
Et tant hauberc fausser et tant panon d'orfrois
Passer par mi cors d'homme et gesir en sanc frois
Et tant bon chevalier gesir par ces chaumois.
En la premiere eschele vint chevauchant li rois 
Et ot en son sa lance un gonfanon turcois.
La fierent cil dedens ou furent plus espois,  
[3160]
Et cil bien se deffendent qui lor geus ont asprois;
La cité leur metoient durement en defois.
Bien le fist a cel poindre Licanor li cortois,
Et dou royal effors i jousta plus de trois
Des meilleurs qui i sont, Greu et Macedonois.
[1.152]  Iluec ou les deus os josterent en la plaigne,
Veïssiez peçoier maint escu d'entresaigne.
Li roys fiert en l'escu Caliot de Sardaigne,
Ne li valent ses armes le pris d'une chastagne,
Fer et fust et panon li met par mi l'entraigne;  
[3170]
La lance vole en pieces, cil chiet en la champagne,
Outre s'en est passez et cil crie s'ensaigne.
Aprés le roy josterent tel cent de sa compaigne,
N'i a nul qui n'abate ou sa lance ne fragne.
Cil dedens font le jor aus Grezois tel bargagne
Que mout leur a torné a mauvese gaagne;
C'est costume de guerre l'uns ou l'autre s'en plagne.
[1.153]  Es vous par mi la presse Sanson esperonnant,
Le jour fu bien armez sus Bauçant le movant;
Hanste ot roide de fresne et gonfanon pendant  
[3180]
Et fiert un Turïen qu'en apeloit Saillant,
Le cuer li a trenchié par mi le piz devant;
Outre s'en est passez et mist la main au brant
Et crie Macidoine, l'enseigne conquerant.
Cel jour leur vet il bien la cité chalenjant.
Alixandres l'esgarde si li dist en riant:
"Bien doit conquerre terre qui si la vet clamant."
Li roys point Bucifal, qui les granz saus porprent,
En mi la greignor presse prist le chief d'un Persant.
Lors vint Emenidus par mi l'estour poignant  
[3190]
Et fiert un Turïen au monter d'un pendant,
Que la teste li tolt a l'espee trenchant;
Mes Balés l'ot navré d'une lance en jostant;
Pour le chaut qui l'argüe vet sa plaie seignant.
Alixandres le voit, celle part vet courant,
Entre ses bras le prist si li dist en oiant:
"Avra vous mestier mires? cuidiez vous vivre tant?"
Et cil li respondi: "Mout vois afoibloiant."
A icest mot se pasme sus le col de Ferrant.
Alixandres le baille a un mire sachant;  
[3200]
Cil a dit Alixandre: "Mar en irez doutant,
Tout sain le vous rendrai ainz le tiers jour passant."
Et il si fist mout bien quel virent li auquant. 
[1.154]  Du duel Emenidon fu mout li roys embruns,
Car ainz mieudre vassaus ne fu princes ne dus;
Par un seul chevalier ne fu onques conclus
Ne d'un grant fes emprendre ne fu onques refus,
Ainz le commença bien et en vint au desus.
Ce dit cil ques esma, qui bien connut le plus,
Fors que seul Alixandre, a lui ne se prist nus.  
[3210]
Cel jour ot de l'estour le pris Emenidus.
[1.155]  Par l'estour vet poignant Ladinés de Monmir,
Grant duel ot de son frere qu'il ot veü morir,-
Emenidus d'Arcage li fist le chief tolir,-
En l'escu de son col ala un Grieu ferir,
Desouz la boucle a or li fet fraindre et croissir
Et le fer de sa lance par mi les cors sentir,
Si l'abat contre terre qu'ains ne l'estut languir;
Au partir de la jouste escria deus foiz: "Tyr!
Qui si deffent sa terre mout la doit bien tenir.  
[3220]
Li roys n'est mie sages qui la noz veut tolir;
De ceste grant folie l'estevra repentir."
Li roys ot la parole et celui ahatir,
Mout se tient a mauvés s'il nel fet repentir.
Macidoine escria et fet sa gent garnir,
Les compaignes armees fet des loges issir.
La fierent ceus dedens ou les pueent choisir;
La poïssiez vooir un estour si fornir
Et cil tornent les dos qui nes porent soffrir,
Tout droit a la cité commencent a fouir.  
[3230]
Noienz est, d'autre part les estevra guenchir,
A la porte vers terre ne porent il vertir,
Car li roys l'a bien fete de ses hommes garnir;
Vers la mer s'en tornerent ou cuidierent guerir,
Par destrece en couvint tieus mil dedens saillir;
Se toute ne la boivent, noienz est de l'issir.
[1.156]  La bataille est finee, cil de Tyr sont veincu,
Vers la cité s'en fuient a force et a vertu,
Mes noient ne leur vaut, que tuit sont deceü.
Tholomer et Dans Clins lor sont devant venu,  
[3240]
En la premiere eschiele Aristés et Caulu.
Tholomer par iror a Ladinés feru,
Que lui et le cheval a a terre abatu,
Et Dans Clins tolt Binas le destre bras du bu;
Li autre i referirent; cil sont si esperdu
Qu'il ne sevent que fere, mort sont et confondu
Et par tout le rivage sont a val espandu. 
Par destrece s'en sont tel mil en mer feru,
Se toute ne la boivent, noié sont et perdu.
Seur les ondes flotoient et lances et escu;  
[3250]
Bien pot avoir cheval qui a la rive fu.
Mout se sont bien li Grieu icel jor conbatu,
Mes de tant seulement leur est mal avenu
Qu'en la desconfiture i ont le duc perdu
Et set mile des autres o Ladinés son dru.
Par la porte vers terre se sont en Tyr feru
Et maudïent les Grieus, c'onques tel gent ne fu.
[1.157]  Le jour de ceus dedens sont cheü li revel,
En la cité s'en entrent sanz joie et sanz fretel.
Et li Greu s'en tornerent quant ont fet leur avel;  
[3260]
Devant une fontaine dont cler sont li ruissel
Desarment Alixandre a l'entrer d'un prael.
Il remest deffublez, n'ot cure de mantel;
La toufeur estoit granz seur la roche Mabel,
Pour ce li amenoient le vent a un flavel.
Le duc Balés desarment li troi fil Manïel,
Navrez fu d'une lance el pis souz le forcel,
Que deus des mestres costes trenchierent li cotel;
Mes li dus fet venir le mire Samüel,
Qui plus savoit de plaie que vilains de rastel.  
[3270]
Cil li dist tel parole dont forment li fu bel:
"Ne vous esmaiez mie, vous guerrez de nouvel."
Le duc Betiz de Gadres a tramis un seel:
Se il l'aime de riens, c'or le sequeure isnel,
Car li Greu le demainent com vilains son flael;
Devant Tyr la cité li ont fet tel maisel
Des mors et des navrez sont senglant li ruissel.
De l'ost des Grieus se partent tel set cens damoisel
Qui portent entreseignes, chascuns un panoncel;
Devant la mestre porte leur ont fet un cembel,  
[3280]
Mes cil de la cité n'ont soing de leur avel,
Ainz se plaignent leens autresi comme oisel.
Alixandres apelle Licanor et Sabel:
"Fetes cerchier la mer trusqu'au port Danïel,
Gardez n'i lessiez barge ne chalant ne batel."
Cil ont fet son pleisir, que forment lor fu bel;
[3280]
De devant la cité el havre tyrïel
La dedens en la mer lor ont fet un chastel
Tout ouvré par nature de chauz et de quarrel;
Au desus des estages sont assis li crenel.

<<< >>>