<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75

[2.1]   Devant les murs de Tyr, la dedens en la mer,
Li rois de Mascedoine fist un chastel fremer.
Molt fu riche la tour s'ot entor maint piler;
La façon du chastel ne vos sai deviser.
De la porte vers terre lor veut le port veer,
Q'a la cité ne puissent ne venir ne aler,
Ne barges ne galies n'i puissent ariver.
Li rois i commanda de sa gent a entrer,
Armes et garnisons i fait assés porter.
Souvent de jor en autre lor fait assaut livrer  [10]
Et cil se deffendirent a traire et a geter,
Que la cité ne veulent ne rendre ne livrer.
Alixandre i anuie forment a sejorner,
Car entour aus ne pueent vitaille recovrer.
Li rois par maltalent commença a jurer
Que ja n'en prendra un que nel face afoler.
Emenidus d'Arcage commande en fuerre aler
Et sept cens chevaliers ensamble o lui mener,
Perdicas et Lioine et Caulon qui fu ber,
Licanor et Filote por les forriers garder.
Le val de Josafaille a molt oï loër,
Que c'est la mieudre terre que on puisse trover.
Sanson qui claime Tyr les commande a guïer,
Qui bien set le païs et les destrois passer.
Li rois retint Cliçon o lui et Tholomer;
Et cil issent de l'ost si font lor gent monter.
                               

[2.2]   Mult fu fiers...asses orent comment.
[2.3]   Li Grieu issent de l'ost por querre la vitaille,
Et Sanses les conduit el val de Josafaille,
Une terre garnie de bestes et d'aumaille,
Mais la gens est molt fiere et duite de bataille
Et vait tous jors armee por crieme q'on l'asaille;
Ce qu'il ont a garder, n'est mie controvaille,
A envis en lairoient vaillant une maaille.
Ançois que li Grieu l'aient, vos di sans devinaille,
En sera il perciés mains pis et mainte entraille,
Et de maint blanc hauberc desrompue la maille.
Trop vont a eschari, ne cuit que preu lor vaille;
Ançois qu'il s'en retornent, le comperront sans faille.
[2.4]   Le jor vont bien li Grieu en guise de forriers,
Chauces de fer chaucies, et font as escuiers 
Devant porter les armes et mener lor destriers.
Toute nuit chevalchierent sans bruit et sans noisiers;
Au matin par son l'aube, quant jors fu esclairiés,
El val de Josafaille vers les puis de Gibiers
Ont veüe la proie et choisi les vachiers.
Mais il n'aloient mie en guise de berchiers,
Ains ierent bien armé, car il lor iert mestiers,
Et d'escu et de lance, de dars trenchans d'aciers,
Et ont chevaus d'Arrabe abrievés et corsiers.
Li Grieu sont descendu les un brueil d'oliviers.
Chascuns de soi armer ne fu mie laniers;
Emenidus d'Arcage est montés tous premiers
Et est alés avant a tout cent chevaliers.
[2.5]   El val de Josafaille lor font li Grieu saillie
Et acuellent la proie, une si grant partie
Dont l'ost peüst bien estre molt lonc tans replenie;
Mais li cris est levés et la gent estormie.
Li sires qui les garde ot non Oteserie,
A un cor d'olifant les rassamble et ralie.
Devant lor sont venu sous la roche enhermie,
A sept des premiers Grieus ont tolue la vie,
La proie lor resqeuent, maugré aus l'ont guerpie.
Emenidus les vit, qui les chadele et guie;
S'or ne se puet vengier, ne se prise une alie;
Lors reclaime sa gent et s'ensegne rescrie,
Et li Grieu s'espandirent par mi la praerie.
Ja sera de deus pars commencie folie.
[2.6]   Emenidus ot ire quant vit ses compaignons
Morir por la vitaille dont li rois l'ot semons.
Ferrant, qui tost li vait, broche des esperons
Et fiert si le premier qu'il vuide les arçons,
Et l'auberc li faussa com se fust auquetons,
Par mi le cors li passe fer et fust et penons,
Si que de l'autre part en geta les regnons.
De deus pars s'entrevienent, baissiés les gonfanons,
Des mors et des navrés fu sanglans li sablons.
Tant forment s'entrefierent n'ont cure de prisons,
As espees d'acier paient lor raençons.
[2.7]   El val de Josafaille vont li Grieu proie prendre,
Mais cil ont bon talent qui lor veulent deffendre,
As espees d'acier lor sont venu contendre.
Caulus point le destrier, grans saus li fait porprendre,
Et fiert Lucianor que l'escu li fait fendre, 
Le plus hardi des lor et si estoit li mendre,
Niés fu Oteserie, el champ le fist estendre,
Si l'a a mort feru l'ame li estuet rendre.
[2.8]   Molt ont bien li Grigois la mellee tenue,
Cel jor i ot doné maint caup d'espee nue.
Duel ot Oteserie de la descovenue
Qant voit mort son neveu desor l'erbe menue.
Le cheval esperone, qui molt tost se remue,
Et fiert si un Grigois de l'espee esmolue
Que la teste du bu li a au branc tolue.
Lioines point le brun toute une voie herbue
Et fiert Oteserie sor la targe volue;
Desous la boucle d'or li a fraite et fendue,
Mais sa lance peçoie comme un raim de ceüe;
Outre s'en est passés et traist l'espee nue.
Mais a Oteserie fu male eure venue,
Q'en une autre bataille, q'a un Grieu ot tenue,
Furent li las rompu et la coiffe cheüe.
Et Lioines le fiert en la teste chanue,
Que l'espee li a tresq'es dens enbatue.
Qant li sires fu mors, l'autre gent fu vaincue,
Par mi une montaigne s'en fuit toute esperdue.
Et li Grieu de la proie i ont tant retenue
Dont l'ost peüst bien estre un lonc tans repeüe,
Mais avant que il l'aient lor sera chier vendue.
[2.9]   Li Grieu s'en retornerent vers l'ost molt lïement,
Mais ançois qu'il soit nuis seront mat et dolent,
Car li sires de Gadres ot mandee sa gent
Tant que il furent bien trente mil et sept cent.
Li dus Balés de Tyr li ot mandé sovent
Q'Alixandres li torne sa terre a grant torment,
Or le vaura secorre, s'il puet, prochainement.
De la vile s'en ist molt efforcïement;
Il en jure le ciel et la mer et le vent
Que fols iert Alixandres s'en bataille l'atent.
Li dus Betys regarde vers les puis d'Oriant
Et connut les forriers et sot certainement.
Puis a dit a ses homes: "Esgardés quel present.
Ceste gent sont de l'ost, jel sai a ensïent,
Qui en maine la proie et la terre porprent.
Se as premieres jostes n'en preng le vengement,
Ja ne tiegne de terre ja mais un seul arpent;
Hui savra Alixandres que je ne l'aim noient."
Emenidus d'Arcage les vit premierement 
Et a dit as Grigois: "Chevalchiés sagement;
Ves l'empire de Gadres qui nos vient au devant.
En aventure somes de mort et de torment,
Mais tout soit il honis qui ançois ne s'i vent;
Hui porra on veoir qui plus a hardement.
Se seüst Alixandres icest encombrement,
Hui vausist li gaains cent mile mars d'argent."
Li Grieu sont descendu tost et isnelement,
De lor cors atorner ne furent mie lent,
Et montent es chevaus, qui ot escu sel prent.
[2.10]   Emenidus esgarde vers les puis d'Anemonde
Et voit la gent de Gadres dont tos li vaus soronde;
N'a mie par grant vent en haute mer tante onde
Com il vienent espés la valee parfonde;
Tous les veulent enclorre entor a la reonde,
Autresi les açaignent com vilains fait la fonde.
Poi a gent a combatre, nen a cuer qu'il responde,
Ne por paor de mort n'a talent qu'il s'esconde,
Et bien set et connoist que tuit sont des chiés monde
Et ne voit nul secors qui envers lui s'abonde;
Lors n'a oel en sa teste qui de pitié ne fonde.
Il en a apelé Licanor de Mormonde:
"Biaus ja est tes destriers, plus isniaus d'une aronde.
Car va dire Alixandre, se tost ne nos habonde,
Hui perdra de la gent que plus aime en cest monde."
Qant l'entent Licanor, ne puet müer ne gronde,
Et ne laisse por qant que son sens ne responde:
"Non ferai, dist li quens, par ceste teste blonde,
Ains parra mes escus estre targe reonde,
Et avrai detrenchie du cors la maistre esponde,
Q'ançois isse du champ que des lor nen i tonde."
[2.11]   Emenidus a dit: "Car i alés, Filote,
Et dites Alixandre que toute terre est mote
Et venue sor nos de Gadre et d'Amiote,
Et sont trente milliers de gens en une flote.
Se tost ne nos secort, en si male riote
Nos a mis Alixandres que chascuns s'en defrote."
Et cil li respondi: "Ne me pris une bote
S'ançois ne vois au branc commencier une note
C'onques Bres ne fist tele en vïele n'en rote.
Molt estera honis qui verra tel complote
Et partira du champ se ançois n'i escote;
Ne cuit que cis besoins soit pas gieus de pelote.
Qant mes haubers sera pertuisiés comme cote
Et mes escus a or com dras qu'on haligote
Et li sans de mon cors seur mon arçon me flote
Et revenra au pas mes chevaus qui or trote,
Se lors vois en message ne diront: 'Cis asote,'
Ne ne m'en blasmera li rois ne Aristote.
Or soions tuit seür comme chastel seur mote;
Honis soit li preudom qui por un jor radote."
[2.12]   Emenidus esgarde vers les puis de Nimoie
Et voit la gent de Gadres dont li païs ondoie,
Qui plus vienent espés qu'espi ne sont en moie.
El premier chief devant mainte ensegne de soie
Et tels mil aprochant dont chascuns se desroie.
La compaigne des Grieus durement s'en effroie,
Puis n'i ot si hardi qui entendist a proie.
Emenidus apele Lione si li proie
D'aler a Alixandre, por le secors l'envoie;
Et s'il fait cest afaire, tout le pris l'en otroie.
Et Lioines respont: "Ja puis Dieus ne me voie
Que je aille en message desi que on me croie.
Mes escus est tous sains et ma lance ne ploie,
Ce diroit Tholomés que por paor fuiroie
Et Dans Clins ses compains, qui as tentes s'ombroie.
La gent que j'ai menee en cest champ guerpiroie;
Li rois les m'a chargiés et sans aus m'en iroie;
Dont porroit on bien dire que traïtres seroie.
Mieus veul avoir percié d'une lance le foie
Que ja aie tesmoingne que vis recreans soie."
[2.13]   Emenidus apele le hardi Perdicas:
"Car nous fai cest message, biaus amis, car i vas."
Et cil li respondi: "Or ne m'amés vos pas,
Ge vos vaudrai aidier a descroistre cel tas.
Ains iert ma lance fraite et mes escus tos qas
Et mes chevaus corans iert revenus au pas;
Mieus i vuel estre ocis, du tout matés ou las,
Que g'isse de l'estor fors ne haitiés ne cras.
Se je venoie au roi armes saines et dras
Et vos laissoie mors el val de Josaphas,
Molt avroie bien fait le service Judas;
Li rois seroit malvais se demain n'estoie ars."
[2.14]   Emenidus a dit: "Car i alés, Caulus,
Uns des douze pers estes, tant vos crera on plus,
Et dites Alixandre que tout somes conclus.
Se tost ne nos secort, mort somes et confus, 
Car a sa gent de Gadres nos a enclos li dus.
Or somes en esprueve et il sont au desus."
Et cil li respondi: "Cest afaire refus.
Par la foi que vos doi, biau sire Emenidus,
Qant de cest champ istrai, nen i remanra nus
Se ne sui mors ou pris ou tornés au dejus."
[2.15]   Emenidus a dit: "Alés i, Aristé.
Ja a il tant en vos vasselage et bonté-
Bien connois cel destrier sor qoi vos voi armé-
Que ne vos bailleroient trestout cil qui sont né.
Et dites Alixandre que tant avons alé,
Se tost ne nos secort, mort somes et outré.
Se nel faites por nos, si le faites por Dé
Et por l'amor du roi qui tant nos a amé."
Cil li a respondu: "Or avés bien parlé!
Ne vauroie estre sains por iceste bonté;
Au plus malvais de tous m'avés or esgardé
Par mon chief vos meïsmes qui l'avés commandé;
Se ja mais estions de cest besoing torné,
Assés en petit d'eure m'en avrïés gabé.
Qant j'avrai l'escu fraint et le hauberc fausé
Et le hiaume en cent lieus trenchié et enbaré
Et le branc de m'espee tors et ensanglenté
Et je avrai le cors en pluiseurs lieus navré,
Se lors vois el message que m'avés commandé,
Ne dira pas li rois, Dans Clins et Tholomé
Que m'en voient parti comme couart prové.
Je n'en prendroie mie tout paradis en gré
Por ce que je n'eüsse en cest besoing esté."
[2.16]   Qant voit Emenidus por noient se travaille,
Que por lui ne feront vaillant une maaille,
Antiocus apele, qui fu nes de Soraille:
"Vous irés el message desor cel Cervagaille,
Qui plus vait de randon qu'espreviers aprés caille,
N'a plus isnel destrier deci en Cornouaille;
Et dirés Alixandre q'a cest besoing nos vaille.
Se tost ne nos secort, nel tiegne mie a faille,
Ne trovera el champ ne le grain ne la paille."
Et cil li respondi: "Or oi grant devinaille;
Ains iert mes haubers rous par desous la ventaille
Et je navrés el cors tres par mi la coraille;
Mieus veul estre aveuc vous en iceste bataille.
Certes plus le desir, ce sachiés vos sans faille,
Q'estre sires de Rome ne rois de Cornouaille.
Je remanrai o vous, querés autre qui aille." 
[2.17]   Emenidus d'Arcage Antigonon apele:
"Vos irés el message sor Bauçant de Castele,
Qui plus cort de randon que ne vole arondele,
N'a plus isnel destrier dusq'as murs de Tudele;
Et dites Alixandre, qui tantes gens chadele,
Se tost ne nos secort, mal torne la rouele,
N'en trovera mais un en cheval ne en sele."
Et cil li respondi: "Or oi gente favele;
Ains iert mes escus frais sous la boucle novele
Et mes haubers rompus par desous la mamele.
Qant avrai de mon branc sanglente l'alemele,
Et sor l'arçon devant me gerra ma boiele,
Lors m'en irai au roi a Tyr sor la gravele;
Adonc crera il bien que voire iert la novele.
Dehais ait, s'ains i vois, qui honi ne m'apele."
[2.18]   Emenidus d'Arcage en apele Sanson:
"Car i alés, fait il, gentieus fieus a baron,
Et dites Alixandre, qui fu fieus Phelippon,
Qu'il nos viegne secorre a coite d'esperon,
Que l'enpires de Gadres nos enclost environ;
Et sont bien trente mile, a itant les esmon."
Et cil a respondu: "Vous parlés en pardon.
Je sui ja tous armés et tieng mon gonfanon,
Desirrans de ma terre dont li rois m'a fait don,
Et ateng la bataille, ves la ci, ja l'avrom;
Et or aille el message a guise de garçon?
Mieus vuel estre tornés a grant confusion
Que g'isse de cest champ se mors ou navrés non.
Ou l'onnor en iert nostre, si que nos le verrom,
Ou nos i morrons tuit, ja n'avrons garison."
Qant Emenidus l'ot, si baissa le menton.
Lors regrete li quens Tholomé et Cliçon:
"Qant vos laissai as tentes, molt oi sens de briçon (l. bricon);
Hui partiront a glaive li douze compaignon."
Et li dus lor escrie: "Tuit i morrés, glouton,
Ja guerpissiés la proie, nos la vos chalengom.
De vos cors ne prendroie nisune raençon,
Trestuit perdrés les testes sans autre devison."
                               
[2.19]   Or voit Emenidus...ne me remue."
[2.20]   Qant voit Emenidus, qui tant fait a loër,
Q'en nul de ciaus ne puet nul bon conseil trover,
Des biaus ieus de son chief commença a plorer
Et le roi Alixandre forment a regreter:
"Ha! frans rois debonaires, qui tant nos seus amer,
Tes pailes et ton or et ton argent doner
Et tes beles richeces a chascun presenter
Et tout canque li dieu te laissent conquester,
Ja mais ne te verrons, ce os bien afermer.
Ha! Dieus, com grant soufraite ai hui de Tholomer
Et de Cliçon le conte, qui les rens fait trambler;
Ne je ne puis ici un chevalier trover
Qui voist dire le roi por ceste gent sauver."
A une part du champ commence a esgarder
Et voit un chevalier desous un arbre ester.
Corineüs ot non, ainsi l'oïnomer,
Povres hom iert d'avoir, mais de corage iert ber.
Luec estoit descendus por son cors atorner,
Durement se penoit de son chief bien armer,
Car il voloit le jor ciaus de Gadres grever,
Son maltalent et s'ire desor aus desenfler
Et l'onor Alixandre, s'il pooit, eslever.
Emenidus l'apele, qui molt set bien parler:
"De ceste gent, fait il, te veul merci crïer.
Sire, par ta franchise pense du delivrer.
Se tu fais cest message, pres sui de l'affïer
Q'encore t'en ferai du roi si mercïer
Grant masse te donra de l'or de ça la mer
Et t'en saront bon gré trestout li douze per."
Et li vassaus respont: "Je me veul d'el pener.
Se secours volés querre, autre i convient aler.
Se je sui povres hom, ne me devés gaber,
On ne doit povreté laidement reprover;
Mais povres hom est vieus, sel devroit on tüer,
Q'a paines est si preus q'on le veulle honorer,
Ses oevres et ses fais a nul bien atorner.
Por pramesse d'avoir me volés vergonder,
Mais itant de respit vos en veul demander
Que me laissiés les las de mon elme fremer
Et monter el cheval, ou tant me puis fïer;
Puis certes vos envi de l'estor endurer,
Et par icele foi que doi le roi porter
Or sachiés bien de voir, et ce vos puis jurer,
Qant partirai du champ n'i vauriés demorer."
Emenidus respont: "Dieus te laist bien ouvrer!
Par bon cuer i remains, je ne t'en puis blasmer."
[2.21]   Emenidus d'Arcage apela Festion.
Cil iert bien d'Alixandre, du mieus de sa maison,
Ses maistre chambellens, en escrit le trovom.
"Va, fait il, di le roi, de cui nos fiés tenom,
Hui est venus li jors que chier les deservom.
Li dus Betys de Gadres est plus fiers d'un lion,
Ci nos a amené fiere procession
Si nos promet a faire dure confession
Di au roi que chevauche a coite d'esperon
Rescorre ses amis de mort et de prison.
Se tu fais cest message, tu avras guerredon
Et t'ame en iert el ciel si avra voir pardon.
Tu vois pres nostre mort et de fi l'atendom,
Trop est grans li meschiés s'a aus nos combatom.
Se n'i vient li bons rois q'a segnor reclamom,
Les vies et les chiés sans rachat i perdrom;
Mais el fer de sa lance a nostre garison.
Des que bien me ramenbre de la sieue façon,
Et des bones proëces que veoir soliom,
Si m'en croist li corages vers cest pueple felon
Et si m'est bien avis q'a grant tort les doutom,
Comment que il nos aient ci trovés a bandon.
Mieus veul estre ferus el cors et el pomon
Que li champs soit guerpis, que a aus ne jostom."
Et li vassaus respont: "Or avés dit raison.
Biaus sire Emenidus, or soions compaignon,
Car tant com jou avrai si entier le blason
Ne le hauberc du dos ne le hiaume d'en son,
Ne partirai du champ si verrai tel tençon
Dont li couart seront en molt male friçon.
Or soions esprevier et il soient pinçon.
Se il sont plus de nos, tant bien les requerom
Que par les premerains ciaus derriere esmaiom.
Nos somes tuit eslit et conneü baron
Et privé Alixandre, qui nos a fait maint don;
Bien est qant Dieus le veut que merite en aion.
De vivre ou de morir a honor atendom,
Si que nostre oir n'en aient vilaine retraçon,
Ne li maines rois honte, quel fin que nos façom,
Ne vers n'en soit oïs de malvaise chançon.
En tant lieu ont esté taint nostre gonfanon
Que por ce n'est pas drois que nos espoëntom.
Soions de bon confort et nos cuers rafremom,
Car de trop criembre mort ne vient se honte non.
As premerains s'en fuit qui trop doute prison,
Qui muert por son segnor o Dieu a sa maison.
Les amis Alixandre encor hui conoistrom;
Se nus l'aime de cuer, au ferir le verrom."
[2.22]   Emenidus resgarde desous un olivier,
Descendu vit a terre un povre saudoier.
Sa sele ravoit mise et cenglé son destrier,
N'avoit ensamble o lui sergant ne escuier.
Il a lance et escu et espee d'acier;
N'a plus de toutes armes, que nes pot esligier,
Et celes furent tels, s'il les vausist laissier,
Ja frans hom par droiture ne les deüst baillier. 
Gros fu par les espaulles et les par le braier
Et grailles par les flans s'ot le viaire fier,
Blonde cheveleüre et longe por trecier,
Et grant enforcheüre por le mieus chevauchier.
Emenidus l'esgarde, qui molt fist a proisier,
Et dist entre ses dens souavet sans noisier:
"Se cist avoit proëce, bien samble chevalier,
Por fil d'empereor nel convendroit changier."
Mais s'il le conneüst, il l'eüst forment chier;
Nés fu de sa seror, fieus d'un riche princier.
Daires l'avoit tenu quatorze ans prisonier,
Petis i fu portés por son pere ostagier;
Eschapés lor estoit a l'entrer de genvier,
En l'ost le roi de Gresce iert venus avant ier,
Encor nel connoisoient riche home ne princier.
Emenidus l'apele sel prist a araisnier:
"Amis, en cest message vos vauroie envoier,
Car i alés por Dieu et por nos conseillier,
Et dites Alixandre, s'il nos venoit aidier,
C'onques en un seul jor ne pot tant gaaignier
Ne de sa gent rescorre ne de ciaus enpirier
Qui nos cuident anqui laidement damagier.
N'avés pas bones armes, remanoir ne vos quier;
Por ce que cest message pëuissiés esploitier
Vous ferai mil mars d'or doner au repairier,
Dont porrés achater et harnois et destrier."
Et cil li respondi belement sans noisier:
"Biaus sire Emenidus, ne m'en devés proier.
Certes je ne vi onques Alixandre d'Alier,
Ne par iteus paroles ne m'i veul acointier.
Ja de povre home estrange ne faites messagier,
Envoiés i plus riche, qui mieus sache plaidier;
Ja Dieus, se je i vois, ne m'en doinst repairier.
Certes je ne fui onques en nul estor plenier,
En cestui remandrai, je m'i veul ensaier;
Bien tost ou vos ou autre i puis avoir mestier.
Mais d'une autre parole me vaurai afichier,
Que ja Dieus ne garisse le mien cors d'encombrier
Se de l'estor partir me veés hui premier;
Molt avrai grant ensoine se je premiers n'i fier."
[2.23]   Emenidus regarde par mi le champ a destre
Et vit un chevalier qui mieudres ne puet estre,
Cousins estoit germains Aridé de Valestre.
Il li dist: "Biaus amis, por Dieu le roi celestre,
Di le roy, va vers l'ost les cel bruel a senestre,
C'or nos viegne secorre en cest champ nostre mestre.
Onques n'en acointames un si felon apestre;
Tous li plus vieus de nos ne vausist encor nestre
Et tous li plus hardis s'amast mieus a Guincestre."
"N'irai pas, ce dist cil, qui que s'en doie irestre,
Se en cest mien escu ne voi ains tel fenestre
Que bien savra li rois que autre ne puet estre
Et li champs dont je part n'iert pas jeus de palestre
Ne li chevaus sous moi n'a trop alé en destre."
[2.24]   Emenidus d'Arcage vit le duc aatir
De grant meslee rendre et de l'estor souffrir,
Et voit les premerains les fors escus saisir
Et les hantes de fraisne paumoier et brandir,
Tant riche gonfanon contre le vent bruïr,
Tant elme vert et cler au soleil resplendir,
Sous tant corant destrier ot la terre fremir,
Ces moieniaus soner, tabors et cors bondir;
La plus fiere ost du mont s'en peüst effreïr.
Aridés de Valestre sist sor Baiart de Tyr,
Dont il ot abatu Ladinés de Mommir.
Emenidus l'apele o plors et o souspir:
"Ha! sire, car pensés de ceste gent garir;
Ne voi mais nul secors se m'en volés faillir.
Tel m'ont hui du message respondu lor plaisir
Qui seront ains le vespre trop tart au repentir.
Tant avons atendu tart serons au choisir
Le quel nos vient mieus faire, ou attendre ou fuïr."
Et li vassaus respont: "Des or me puis haïr
Puis que on ne me veut au grant fais sostenir.
On me soloit jadis o les mellors soufrir,
Et ne por qant bien doi si preudome obeïr,
C'onques mieudres de vos ne pot lance tenir.
Por vos et por le roi, que devons tuit servir,
Et por ce que ciaus voi en ensai de perir,
Le message ferai, Dieus nos en laist joïr!
Mais ains verrai mon hiaume enbarer et croisir,
Et mon escu percier, mon hauberc desartir,
Et le sanc de mon cors a grant randon issir,
Le cheval desous moi d'aigre suor covrir.
Sans bien voires ensegnes ne veul le champ guerpir,
Ne m'en devra nus hom gaber au departir
Ne li rois trop blasmer se a lui puis venir."
De deus pars s'entrevienent apresté de ferir.
[2.25]   Molt furent peu li Grieu, mais bien se conforterent.
Tuit descendent a pié, communalment s'armerent;
Lor poitraus ont restraint, lor chevaus recenglerent,
Lor guiges racorcierent et lor resnes nouerent,
Ensegnes et penons en lor lances fremerent;
Lor escus a lor cols, sor lor chevaus monterent. 
Estroitement chevalchent et sagement errerent.
Lors dist li uns a l'autre que bones oevres perent;
Les paroles sont beles de ciaus qui bien ouvrerent.
La fu grans li meschiés ou li Grieu assamblerent
A l'empire de Gadres, quant ensamble ajosterent,
Car ne sont que sept cens et cil trente mil erent.
As premeraines jostes forment i meschaverent,
D'un de lor mellors homes le jor i desevrerent,
Dont en icel besoing plus se desconforterent.
Alixandre le jor maintes fois regreterent;
Por qant tant i esturent que chier le compererent,
Car il par sont si poi q'a paines entr'aus perent.
[2.26]   A l'assambler des Grieus josta premiers Sansons,
Desirrans de sa terre dont li fu fais li dons.
Il et li dus Betys brochent des esperons,
Si grans cops s'entredonent, baissiés les gonfanons,
Que li hauberc fausserent tres par mi les blasons.
Sanses brise sa lance s'en vole li tronçons,
Et li dus feri lui, iriés comme lions,
Que desous la mamele li caupe les regnons,
Toute plaine sa lance l'abat mort des arçons.
Outre s'en est passés si goins comme uns faucons.
Par contraire li dist: "D'un plait estes semons
Dont ja par vostre bouche jugement n'en orrons;
Hui savra Alixandres que de riens ne l'amons
Et li sires de Tyr que de vous le vengons.
Ne tenrés en sa terre fremetés ne dongons."
[2.27]   La fu molt grans li dels ou Sanses fu chaois
Et jut mors a la terre sor son escu tous frois;
La veïssiés les Grieus coreçous et destrois.
Emenidus le pleure et se pasme trois fois,
Bonement le regrete et depiece ses dois:
"Gentieus rois Alixandre, ja mais ne nos verrois!
Ahi! que n'estes ci, gentieus sires adrois,
En l'estor perilleus le vassal vengissois.
Hui perdrons tuit les testes, de verté le sachois.
Sanses, s'or ne vos venge, couars sui et revois."
Le destrier esperone contre mont un chaumois,
Si se met en la presse que tous i fu estrois,
Et fiert Salehadin, qui sire iert de leur lois,
Arcevesques de Gadres ausi noirs comme pois,
L'eschine li trencha o l'acier qui fu frois.
De la mort de Sanson fu iluec pris li drois,
Et li Grieu s'entralïent et plevissent lor fois
Que l'uns ne faudra l'autre tant soit de mort destrois. 
[2.28]   Salatons fu armés sor Liart blancherale,
Un fort destrier isnel qui fu nes de Valfale,
Onques ne gousta d'eaue, lait boit, et char q'on sale
Li portë on trossee et molue en la malle.
Salatons fu uns quens et tint la cité d'Ale,
Qui siet sor la mer Rouge, ainc nus hom ne vit tale.
Riens n'i avoit sans or ne degré ne eschale,
Mais li Grieu la conquirrent, or n'i a tor ne sale.
Salatons esperone et vait joindre a Ostale,
Un chevalier de Gresce qui tint la tor d'Avale.
Desor le gros du pis son acier li enpale,
Par l'arçon de derriers du destrier le devale.
Estes vos une eschiele de gent noire et de pale,
Ars portent et saietes, molt par est laide et sale;
Toute jor en estor de ferir communale,
A la gent Alixandre fu molt crüeuse et male.
[2.29]   Ciaus apeloient Turs qui portent les roieles,
Les ars et les saietes qui tant ierent isneles.
A la gent Alixandre crevoient les pruneles,
Et as pluisors Grigois espandent les boëles.
Perdicas et Lioines sordent d'unes vauceles,
Lor espees sanglentes, lor mains a lor maisseles.
De toutes lor compaignes qu'il menoient si beles
N'ont que vint chevaliers qui mais sieent en seles.
Vers les Turs esperonent par mi unes combeles,
As espees lor trenchent les pis et les mameles.
Emenidus escrie: "Ferés, baron, chaeles!
Se Dieu plaist, encor hui orrons bones noveles."
[2.30]   Corneüs sist el bai q'a Cesaire ot conquis,
Des esperons le hurte, es grans galos s'est mis;
En la presse se met, de bien faire pensis,
Comme bons chevaliers qui iert d'armes penis,
Et fiert un chevalier, neveu au duc Betys,
Que le cuir et les ais trenche de l'escu bis;
Mort l'abat des arçons ou li ors iert assis.
Molt li a bien mostré qu'il n'iert pas ses amis;
Cil ne s'en pot gaber se Sanses est ocis,
Tel le plouront ancui qui ançois orent ris.
[2.31]   Antigonus de Gresce vint par l'estor poingnant,
Lance droite sor fautre et l'escu trait avant,
Les langes de l'ensegne vont au vent baloiant,
Bien samble chevalier hardi et combatant 
Et fu molt bien armés sor un destrier ferrant;
Empereres ne rois nul mellor ne demant,
Car il i faudroit tost se il l'aloit querant.
Et voit un Arrabi qui les rens vait cerchant,
La compaigne des Grieus forment affebloiant;
Quatre lor en a mors d'un poindre maintenant.
Antigonus laist corre le cheval remuant,
Et cil broche vers lui, nel va pas redoutant.
Li Arrabis failli, car cheval ot tirant;
Antigonus le fiert, tous plains de maltalant,
Grant caup en son escu de son espié trenchant,
Desous la boucle d'or fent les ais d'olifant;
Par grant vertu li ront son hauberc jasarant,
Tant com hanste li dure, l'abat mort sovinant.
Sa lance li peçoie mais nel laist pas a tant,
Met la main au costé si en a trait le branc
Et guenchist vers les autres en la presse plus grant;
Il nel tenront hui mais du ferir por enfant.
[2.32]   Androines sist armés et galope sor frain,
Lance roisde levee et l'enarme en la main.
As garnemens tenir ne sambla pas vilain,
Plus cointement nes tint nus fieus de chastelain;
Si s'afiche es estriers qu'en croissent li lorain
Et broche le destrier qu'il ot delivre et sain.
Un Arrabi felon encontra premerain,
Qui tint tout le païs d'environ flun Jordain,
Calafer ot a non et fu fieus Godouain,
L'amiraut beduïn de terre Madiain;
La gent de sa contree mengüent petit pain,
Lait boivent de chamel et au soir et au main.
Par desus le jupel ot vestu un clavain;
Sa lance ne fu mie de sap ne de fusain,
D'une fort cane fu norrie en sousterain,
Loïe fu de ners de chevrel ou de dain,
Li fers est plus trenchans que faus qui soie faim.
Des homes Alixandre ot ocis un commain
Et un conte abatu tout envers en un plain;
Mais ja sera vengiés de son cousin germain,
Car Androines le fiert ens el pis tout de plain,
Le clavain li fausa, qui iert du tans Elain,
Et li trencha le cuer o l'acier corroçain.
Tant com hanste li dure l'abat mort el terain,
Le cors en laist sanglent et sans arme tot vain.
[2.33]   Festions sist armés sor un amoravi,
Ainc hom ne vit mellor gascon ne arrabi; 
D'un chier paile iert covers, onques mellor ne vi,
Trois lionciaus d'or fin i ot toissu en mi;
Et li vassaus fu preus si ot le cuer hardi,
A l'estraindre des armes li destriers tressailli.
Et fiert un riche duc que des autres choisi;
Cil avoit en l'estor Licanor acuelli
Et de caus si charchié que ses chevaus chaï,
Mais cil le vengera quil tenoit a ami.
Tel li done ens l'escu frait li a et parti,
Le blanc hauberc du dos derrout et desarti;
El cors li met l'espié a tout le fer burni,
Si que dedens le pis la hante li croissi.
Tant roisdement l'enpaint q'a terre l'abati;
Cil est mors a dolor et maint autre autresi.
[2.34]   Aristés vint poingnant par mi l'estor plenier,
Hante roisde sor fautre a loi de bon guerrier;
Li fers en fu trenchans et l'anste de pumier,
Les langes de l'ensegne laist au vent baloier.
Le cors ot bel et gent et le visage fier,
Ainc ne veïstes home mieus samblast chevalier;
Riens ne pooit durer encontre son acier.
Durement se penoit des Gadrains damagier,
Et fiert un duc de Perse, niés estoit Murgaifier,
Que le cuir et les ais fait de l'escu percier
Et le hauberc du dos desrompre et desmaillier.
Par mi le cors li fait son gonfanon baignier,
Si que de l'autre part li a fait essiauier;
Tant com hanste li dure l'abat mort du destrier.
Cil compere Sanson, qui quel doive vengier.
Tel le plouront ancui qui s'en rirent premier.
Lors commence li rens sor destre a espessier.
La peüssiés veoir un estor si plenier,
Ces escus estroër et ces lances froissier,
Ces vassaus enverser et ces seles vuidier,
Et ces chevaus aler par ces champs estraier.
Aristés laisse corre, qui n'a soing de tencier,
En mi la gregnor presse s'est alés acointier.
La vit Emenidon tant fierement aidier,
Sanc et cervele espandre et poins et piés trenchier
Et l'un mort deseur l'autre verser et trebuchier.
"Ha! gentieus dus, fait il, tant par fais a proisier;
Gent qui tel connestable ont por aus justicier
Ne se devroient mie por petit esmaier,
Mais le droit lor segnor vistement chalengier,
Car certes a destruire ne sont mie legier.
Li caup de vostre espee nos font tous rehaitier,
Car aprés vostre main n'a nus entrais mestier. 
Honis soit cui il poise se li rois vos a chier,
Car nus mieudres de vos ne puet lance baillier."
[2.35]   Emenidus d'Arcage vit la gent honoree
Por l'amor Alixandre de mort abandonee,
Que por meschief que voie ne se tient effreee
Ne vers la gent de Gadres ne doute la mellee.
Li dus les reconforte au trenchant de l'espee,
Car contre son acier n'a nule arme duree,
Et Ferrans li cort mieus toute une randonee
Que faucons n'espreviers ne vole a recelee.
Un duc lor a trenchié tres par mi l'eschinee,
Si que l'une moitiés est de l'autre sevree,
Mais l'espee li brise si q'en trois est volee
Par mi l'enheudeüre ou de viés fu quassee.
La maisnie Betis iert ja si reüsee
Q'arriere estoit sortie plus d'une arbalestee.
Li bers fu molt aidans, la lance a recouvree,
Ains qu'il parte d'entr'aus iert en chaut sanc boutee
Et la mort de Sanson chierement comperee
Et as plus orgelleus fierement demandee.
Del seneschal le duc a sa gent delivree,
Qui l'avoit a deus poindres molt durement grevee.
Cil tenoit Damïete, une cité loëe,
Del tans saint Abraham fu desus mer fondee;
Sieue iert la paumeroie, qui tant iert renomee,
Toute tresq'en Larris ot la terre aquitee.
Emenidus le fiert en la targe bendee,
Sous la boucle a argent li a fraite et quassee
Et la broigne doubliere et rompue et faussee.
Cinq piés li met el cors de la lance planee,
Si que de l'autre part a l'ensegne mostree;
Tant com hanste li dure et plus une tesee
L'en porte en mi le champ de la sele doree.
La maisnie Betys se fu dont rasamblee,
Seure li sont couru et font une hüee.
Se la gent Alixandre ne l'a bien encontree
Au grant meschief qu'il voient, n'en doit estre blasmee.
Lors ont estal guerpi et place remüee
Tresq'a une plaissie q'ont devant aus trovee.
Ja fust la gent roial toute desbaretee,
Ne fust Emenidus a la chiere menbree
Qui derriere se mist o la lance aceree
Et a tant le grant fais et la presse enduree
Que trestoute la chace a par force arestee.
Mais l'ensegne Alixandre n'a il pas oublïee,
Mascedoine a trois fois hautement escrïee.
L'ensegne qu'il escrie les la bruelle ramee, 
Que li Grigois avoient d'une part acostee,
Lor a tel hardement et seürté donee
Tuit recuevrent ensamble, n'i ot regne tiree.
[2.36]   La ou li Grieu recuevrent fu li chaples molt grans,
Et selonc le meschief li afaires pesans,
Mais li home Alixandre fierent grans cops des brans;
Bien voient qu'il ne sont pas per ne a tans quans,
Il ne se fïent mie en lor chevaus courans,
Car uns ne se fuiroit por un mui de besans;
Il cuideroit bien estre plus vieus que recreans.
Mais molt se vendent chier as Mors et as Persans,
Qu'il nes tenront hui mais de ferir por enfans.
[2.37]   Grieu se vendent molt chier, qu'il n'i truevent manaie
Envers la pute gent qui de pres les ensaie.
Une eschiele de Turs lor sourt les une haie,
Plus furent de sept mil, n'i a celui ne traie.
Des homes Alixandre n'i a gaires sans plaie,
Mais de vengier son cors nus d'aus ne se delaie.
Li solaus s'esbaudist qui en lor armes raie,
Tel hardement lor done tous li cuers lor esgaie.
La baniere Alixandre contre le vent balaie;
Or dïent q'as espees querent acorde et paie.
[2.38]   La maisnie le roi fu molt affebloïe,
Por l'estor maintenir malmise et enpirie;
Ne n'i a gaires nul qui n'ait la char percie
Par desous son hauberc et rompue et trenchie,
Descouloree et pale, que de sanc fu vuidie,
Car l'eschiele de Gadres qui se fu debuschie
Lor traient plus espés que n'est pluie deugie.
Duel ot Emenidus, cui ele fu charchie,
Qant la vit a cel poindre si fort estoutoïe.
Il enbrace l'escu s'a la lance baissie,
Et Licanors li preus ra la sieue alongie.
Chascuns des compaignons a la targe embracie,
Il laissent corre ensamble vers la pute lignie;
Ja i avra espee en cervel touellie,
De plus de mil en ont la champaigne vuidie.
L'eschiele se repent que tant fu aprochie,
Cil qui pot eschaper n'oblia sa corgie.
Ensi comme li Turc orent place guerpie,
Emenidus les tint qu'il n'aillent a folie. 
Par mi un val parfont devers destre partie
Lor resort une eschiele du regne de Nubie.
Plus furent de sept mile de cele gent haïe,
Roële avoit chascuns et fort cane burnie
Et li pluisor ensaignes de soie d'Aumarie;
Molt i ot de lor loi fiere chevalerie.
Salatins les conduist, qui les Grieus n'aime mie,
Onques nus joenes hom n'ot gregnor estoutie,
Car ne prise cors d'ome vers le sien une alie.
El chief de Rouge Mer avoit hebergerie,
Une cité molt bele, assasee et garnie,
Clere fu apelee qant el fu establie.
Tant par fu bele et riche entor la pescherie
Que trestoute paissoit la terre de Surie,
Mais or l'ont crestïen trestoute desertie.
Salatins vaura faire premiers ceste envaïe;
Tant forment les requiert et par tele aatie
A l¹assambler des Grieus en i brait molt et crie.
La maisnie roial en fu molt effreïe,
Car grant mestier avoit de secors et d'aïe.
Ja fust a icel poindre la bataille fenie,
Ne fust Emenidus, qui proëce n'oublie,
Qui deerrains se mist o la lance burnie.
Cel tant qu'il ot de gent aveuc lui se ralie,
Grant hardement lor done quant Mascedoine crie.
[2.39]   Devant ses compaignons vint armés Salatins
Baus des Grieus desconfire, tous les tint a frarins;
Onques puis ne fu nes si cointes Beduïns.
Ses chevaus fu covers de deus cendaus porprins,
Orfresés environ et par roies sangins.
O le fer de sa lance fu ocis uns meschins,
Cil iert parens Filote et ses germains cousins.
Onques nel pot garir li haubers doublentins,
Par mi le cors li passe li gonfanons porprins,
Que tous en fu sanglens li blïaus ostorins;
Puis en ot sa deserte comme d'Abel Caÿns,
Car Licanors le fiert, qui pres iert ses voisins,
A mont desor son hiaume ou reluist li ors fins;
Desi en la cervele but li brans acerins.
Filotes tint l'espee et fu sous l'elme enclins
Qant vit mort son parent q'a terre jut sovins,
Bonement le regrete, o ses mains trait ses crins.
Por l'amor du vassal commença tels traïns
Dont le jor fu perciés mains peliçons hermins,
Et maint bon chevalier aprochié de lor fins.
Des mors et des navrés fu jonchiés li chemins,
La meslee commence les le bruel de sapins. 
[2.40]   Par le champ esperone li povres desarmés,
Niés fu Emenidun et de sa seror nes.
Li escus de son col fu en sept lieus troués,
Et il par mi le cors d'une lance navrés.
Bien garra de la plaie, que li fers n'iert pas les,
Et ne por qant si iert d'une faisce bendés.
A un baron de Gadres s'est en l'estor jostés
Qui iert a une part fors des autres sevrés.
Ainc ne vi chevalier plus bel fust atornés;
Li hiaumes fu a pierres et li cercles dorés
Et ses escus fu chiers et richement bendés,
De sinople et d'asur iert par entor orlés;
Li chevaus ou il sist fu uns bais sejornés.
Li vallés vit les armes si fu entalentés,
Le cheval esperone, cele part est alés.
La lance li peçoie desor un des costés,
Et lui et son cheval abat en mi uns prés.
L'eschine li est fraite et li cols desnoués,
Plus de quatorze fois s'est d'angoisse pasmés.
Li vallés saut a terre, qui bien fu apensés,
Du cheval et des armes s'est molt tost atornés,
Prist l'escu as enarmes, el destrier est montés;
Le cheval esperone, molt est bien conreés.
Le branc tint en sa main, s'a ses piés regardés,
Li cuers li est el cors plaine paume levés;
Et vit Emenidon qui molt estoit grevés,
Tant s'estoit combatus tous les bras ot enflés;
Cheüs fu desous lui li ferrans pumelés.
Plus de sept chevaliers ot sor lui arestés
Qui sovent le feroient de lor brans acerés.
Li vallés crie Arcage, cele part est tornés,
S'en fiert un de l'espee, dont li brans est letrés,
Que le bras li caupa, a la terre est volés.
En la presse se fiert, si com vint, abrievés,
Plus de cent caus lor a de l'espee donés.
Ou il veullent ou non, les a si conreés
Que par force les a de la place getés.
Li chevaus se redrece, li quens s'est relevés,
Le vallet apela: "Biaus amis, ça venés.
Com avés non? Qui estes qui tel mestier m'avés?"
"Sire, dist li vallés, ja mes nons n'iert celés,
Corineüs me claiment, ainsi sui apelés.
Ma mere fu d'Arcage et tous mes parentés.
En la prison roi Dayre fui quatorze ans gardés,
Assés i fui petis por mon pere portés.
Molt avrai hui esté por mes armes gabés;
Merci nostre segnor, or en avons assés.
Niés sui Emenidon et de sa seror nes,
Or vois querant mon oncle par estranges regnés." 
"Dieus, fait Emenidus, tu soies aourés!
Biaus niés, je sui vostre oncles que vos tant desirrés
Et vos estes mes niés, bien sai qu'est verités.
Or serés mes amis et jou vostres privés,
En la court Alixandre serés des plus amés."
Ansdeus ses bras li a desor le col getés,
Plus de cent fois le baise, sor lui s'est aclinés.
"He! Dieus, dist li vallés, com sui bons eürés.
Molt est mes cuers en joie, biaus sire, or en pensés
Que je soie par vos et par moi honorés."
"Niés, dist Emenidus, pres de moi vos tenés;
Li estors est molt fiers, tost serions sevrés."
"Sire, dist li vallés, ains sera comparés,
Li brans de ceste espee tains et ensanglentés
Que ja parte de vos s'a mort ne sui navrés."
[2.41]   Licanors et Filotes vont irié par l'estor,
Et sont andui li frere armé d'une color.
Alixandre reclaiment, le maine emperaor:
"Ahi! si grant soufraite avons hui de segnor.
Tholomés et Dans Clins, ne savés la dolor
Que li baron de Gresse soufriront hui cest jor;
Vous venissiés molt bien enevois au secor."
Licanors vait ferir un des fieus Sarator,
Le chief sor les espaulles en a pris a son tor.
E vos Guimadochet desor un missaudor,
Sires fu de Melide et tint Roche Menor,
Onques en nule terre n'ot tel devineor;
Et poingnent aveuc lui tel mil combateor
N'i a nul qui de lui ne soient teneor.
Et li sires fu riches si ot molt grant honor,
En la terre d'Aufrique n'ot tel sortisseor,
Sovent demostroit pertes et joies et tristor.
Vait ferir Filotés en l'escu de colour;
Por ce que ses chevaus ot trop soufert le jor
Abat entre ses cuises le destrier missaudor,
Sor la gambe senestre li jut comme une tor.
Entre lui et la terre le tint tant a sejor
C'onques de lui lever ne pot avoir laissor.
Sor Filote s'arestent maint fil de vavasor
Qui vers la gent de Gresse n'orent onques amor;
Contre terre le fierent par mi son elme a flor.
Cil crie Mascedoine, que l'entendent pluisor,
Ja i porra bien perdre s'il n'a secors des lor.
[2.42]   Li Grieu oient l'ensegne Alixandre crïer,
Por Filote rescourre courent i quatre per,
Perdicas et Lioines et Licanor li ber, 
Emenidus d'Arcage, qui ne s'i vaut celer.
La veïssiés les Grieus belement assambler,
Maint hiaume i ot trenchié ains qu'il peüst monter,
Et maint pié et maint poing i veïssiés voler.
Ahi! si grant damage, que li Grieu sont trop cler,
A tant d'effors comme orent les firent remüer.
Cil de Gadres s'aïrent quant les virent ester,
Car tant estoient poi q'on les pooit nonbrer.
Ireement guenchissent si vont a aus joster,
Ja convenra as febles les plus fors comparer.
Nel porront li Grigois longement endurer,
Ou aus convient morir ou du besoing torner.
[2.43]   Pour Filote rescourre sont li Greu assamblé,
La ot as brans d'acier maint pesant caup doné.
Emenidus d'Arcage a un grant poindre outré,
L'amiraut d'Escalone a si bien encontré
Le chief sor les espaulles en a au branc sevré.
Cil s'arestent sor lui qui molt l'orent amé,
A loi de gentil home l'ont plaint et regreté.
Et li Grieu entre tant ne s'ont mie oublïé;
Filote ont el cheval par force remonté.
De vengier son anui a bien le cuer menbré;
Ce qu'il fu abatus iert ains nuit comperé.
Emenidus laist corre le cheval abrivé
Et se fiert li gentieus en l'estor aduré
Ausi comme esprevier qui vole a recelé
Depart les estorniaus qui pasturent el pré,
Derront Emenidus par vive poësté
La force des Gadrains quant mieus sont ajosté.
Cele part ou il torne sont il molt effreé
De conduire son cors a chascuns enpensé;
Cil qui onques ains pot li a chemin livré.
Au departir d'un Turc qu'il lor a mort geté,
Le fiert uns Arrabis qui derrier l'ot visé,
D'une cane molt roide o un fer aceré
Le blanc hauberc li a desrout et desserré
Et le vassal el cors d'outre en outre navré,
Si que de l'autre part en a le fer mostré;
La cane brise el pis, qui molt l'a esgené.
Il meïsmes l'en traist, qui molt ot grant fierté,
Puis a celui de pres o le branc si hasté
Que tresqu'en la çainture l'a fendu et caupé.
De son blïaut d'ermine a le pan desciré,
Par mi lieu de ses plaies en a son cors bendé
Por le sanc estanchier qui'n aloit a plenté.
De ses compaignons crient, car il sont molt grevé,
Que s'il savoient ore de son mal la purté,
N'i avroit puis samblant de bien faire mostré; 
Lor termine atendroient du tout desconforté,
Car s'il seus lor defaut malement ont erré.
[2.44]   Cil de Gadres n'ont mie conneüe l'ovraigne,
Si com Emenidus d'Arcage la sovraigne
Est ferus ens el cors assés pres de l'entraigne,
Fors seul li dus Betys a la chiere grifaigne;
Cil vit le caup ferir et la plaie qui saigne.
Por ce que sa maisnie le trueve si estraigne,
Et tous li recovriers estoit de sa compaigne,
En fu liés en son cuer, n'a droit que il s'en plaigne.
Vers lui point le cheval, mais ains crie s'ensaigne
Et commande sa gent que cele part s'estraigne.
Et Emenidus sist sor Ferrant de Cartaigne,
Ainc ne vit on mellor ne gascon ne d'Espaigne.
Espee tint el poing forgie d'Alemaigne,
Cel jor ne la donast por l'onor d'Aquitaingne.
Ireement chevalche le vaucel d'une plaigne,
Et Betys li descent du chief d'une montaigne.
Iluec s'entrencontrerent a si riche bargaigne
Molt en porra li uns peu prisier la gaaigne.
Ains ne dona tel caup Corestins de Bretaigne
Ne cil de Durendal qui fu niés Challemaine
Com fait Emenidus, cui maltalens engraigne.
Betys n'a si fort hiaume que trestout ne li fraigne,
N'il n'a tant de loisir que au cheval se praigne;
Si lons com il estoit mesura la champaigne.
Qui voit sa contenance ne cuide qu'il se faigne,
Tels rais li saut du nes qui son visage baigne.
Or li avra mestier mires qui plaie estraigne,
Car cil l'a encontré qui maint orguel mehaigne;
Des or mais est bien drois que ses orgeus remaigne.
[2.45]   Por rescorre Betys i sont ses gens venues,
Trois eschieles qui sont du tertre descendues;
En la menor avoit mil lances esmolues
Et mil canes molt roides et mil espees nues.
Les compaignes le roi ont durement ferues
Et laidies forment et si escombatues
Que ferant les en mainent et mortes et vaincues
Vers un viés chastelet tout unes gastes rues.
Emenidus d'Arcage ot ses resnes rompues,
Au guenchir vers le duc les ot courtes tenues,
Li bougon estendirent, si furent fors issues.
Et Ferrans s'en vait mieus par ces combes agües
Que faucons monteniers ne randone aprés grues.
Cil se prent au cheval qui maintes ot veües,
Ses oevres au besoing n'ierent pas desseües; 
Delés unes broceles menüement fuellues
La retint le cheval dont paines ot eües;
Se les resnes ansdeus li avoit Dieus rendues,
As Gadrains reseroient dures paines creües.
Por rescourre Betys sont les gens assamblees,
[2.46]   Trois eschieles qui furent des tertres devalees.
A cheval le ront mis, ses armes recouvrees,
Son poitrail relachié et ses renges nouees.
Le mieus de ses barons et ses gens plus privees
En a a une part devers soi apelees,
De vengier son anui les a amonestees,
Et il les en trova molt bien entalentees.
Emenidus d'Arcage ot ses resnes nouees
Et remonte el cheval sans autres demorees.
Si com bestes de bois par brachés effreees
Que li veneor ont par ataindre trovees,
Revint li gentieus hom au chaple des espees.
Les compaignes le roi trueve desbaretees,
D'aïde de segnor durement esgarees,
Car li auqant s'en fuient, lor targes adossees;
Lor escus ont guerpis et lor lances getees.
Lors a li gentieus hom grosses lermes plorees,
D'a val li sont du cuer el visage montees,
Si que par mi les ieus li resont fors coulees.
Lors s'escria en haut: "Deservons les saudees
Que nos a Alixandres par maintes fois donees.
Mal avroit enploié son vin et ses pevrees,
Ses chars, ses venisons et fresches et salees,
Ses riches dras de soie et ses porpres listees,
Ses biaus henas d'argent et ses coupes dorees
Et ses beles richeces qu'il nos a presentees,
Se ci ne sont por lui nos proëces mostrees.
Por noient avons hui tant lor forces doutees,
Car lor mellors batailles avons tels conreees
Toutes sont derrompues, n'ierent mais assamblees.
Gardés hui vos honors, franches gens honorees,
Hui mais verrés mes caus et mes pointes doblees."
[2.47]   Qant voit li dus Betys des Grieus la contenance,
C'onques si poi de gent n'orent si grant poissance,
Il en jure ses dieus ou il a sa creance:
"Se li home Alixandre sont tuit de tel poissance,
Il n'a cité el mont ou truisent contrestance;
Ou il ne sevent gaires ou il le font d'enfance.
S'or nes fais remüer, molt avrai grant pesance."
Le destrier esperone qui fu nes d'Abilance
Si feri Licanor, qui les autres avance, 
Devers le costé destre sor la reconissance,
Par mi le cors li passe les coutiaus de la lance.
Licanor tint le branc aceré de Valance
Et fiert le duc Betys ens l'elme de Costance.
Si grant caup li douna que sor l'arçon le lance.
Si navrés com il iert en preïst la vengance,
Qant aprés le duc poingnent tels mil d'une sieuance
Qui tuit ierent si home de la sieue aliance.
Caulon ont abatu et Aristé d'Auquance;
De tels trente Grigois lor i ont fait sevrance
Dont li rois avra ire et dolor et pesance.
Cil de Gadres les outrent, or ont li Grieu errance;
La bataille grigoise a cest poindre balance,
Il n'i a si hardi qui n'ait de mort doutance.
[2.48]   Cel jor fu li besoins fierement commenciés.
Molt i ot de Grigois malmis et enpiriés;
Cil de Gadres les hurtent ses ont si esmaiés
Que ferant les en mainent tresque vers uns plaissiés;
Molt les ont a cel poindre forment estoutoiés.
Emenidus recuevre sous l'escu enbrunchiés,
En sa main une lance dont li fers n'est pas viés;
Un chevalier de Gadres feri tout desploiés,
Q'ambedeus les estriers li a tolu des piés;
Li agus de son hiaume est ens el pré fichiés.
Et li Grieu lor guenchissent de proëce afichiés;
Cil de Gadres se tienent, qui molt sont vesïés.
Ilueques veïssiés tant fors escus perciés
Et tant hauberc fauser et tant hiaumes brisiés,
Des mors et des navrés est li chemins jonchiés.
Aridés de Valestre va par l'estor iriés,
De la mort as Grigois est forment coreciés.
Vait ferir un Gadrain dont il fu aproismiés,
Que par desous le foie ert li penons baigniés;
Mais troi conte le fierent de lor trenchans espiés,
Li dui en son escu et en l'auberc li tiers.
Sor l'arçon deerain en est tous enbrunchiés,
Li chevaus s'agenolle, tant fu de caus charchiés;
Mais par molt grant vertu s'est li vassaus dreciés,
O l'espee qu'il tient s'est d'aus si esmouschiés
Qu'il n'i ot si hardi ne s'en soit eslongiés.
De deus espiés trenchans fu ens el cors plaiés;
Des Grigois entor lui li prist molt grans pitiés,
Bien voit s'il n'ont secours lor termes est jugiés;
Par lui iert Alixandre li messages nonciés.
De la presse se part quant fu pris li congiés,
Forment pleure sous l'elme quant les siens ot laissiés.
Cil de Gadres le voient, tienent soi engigniés;
Qui chaut? que ja par home ne sera mais bailliés. 
Par mi une montaigne s'en va tous eslaissiés,
Au devaler d'un tertre s'est en un val plungiés,
Li chevaus desous lui a bien rompu ses giés.
Tresq'au tref Alixandre n'iert mais ses frains sachiés;
Ja dira tel parole dont li rois iert iriés.
[2.49]   Tholomés et li rois et Dans Clins sont venu
D'un assaut mervelleus q'a Tyr orent eü,
Mais cil de la cité se sont bien deffendu.
Li rois devant son tref voit le mes descendu,
Molt resamble bien home de felon lieu issu;
Vit sa lance brisie et percié son escu
Et son hauberc fausé et son elme fendu,
Et le vassal meïsme par mi le cors feru.
Sous l'elme le regarde si l'a reconeü;
Il le dut bien conoistre, car des douze pers fu.
Li rois li demanda: "Aridés, dont viens tu?"
Et cil li respondi: "Mal nos est avenu.
Rois, car secors tes homes a force et a vertu;
El val de Josafaille sont tuit mort et vaincu.
Li dus Betys de Gadres nos a cest plait meü,
Et a trente mil homes nos sont devant venu.
Sanson le neveu Daire nos i ont mort rendu
Et Licanor navré et Filote abatu.
Mais ançois que jou aie mon blanc hauberc tolu
Savrai je com il sont en l'estor maintenu."
"Cist en fait bien a croire," fait Dans Clins qui la fu.
"Voire, dist Tholomés, molt li est bien paru."
Puis regrete li quens Aristé et Caulu,
Et li rois Alixandres Emenidun son dru,
Et de Sanson de Perse sont grain et irascu.
"Par foi, dist Alixandres, or ai je molt perdu."
Puis s'escrie, "Montés! trop avons atendu,
Gardés que n'i remaigne ne joene ne chanu."
Aridés les en maine par mi un val herbu
El val de Josafaille delés un bos fuellu.
Ançois que cil de Gadres soient aperceü,
Lor sourdent li Grigois, qui molt sont irascu;
Tels a son escu sain qui ja l'avra fendu.
[2.50]   Qant li Grigois conurent Alixandre d'Alier
Et le secors des lor qui leur venoit aidier,
Il n'i ot si malvais ne s'afiche en l'estrier,
Lors sonerent un cor por lor gent ralïer.
A une part du champ s'esturent li forrier
Et virent lor bataille forment estoutoier,
Quatre des douze pers retenir et loier,
Caulus et Aristé et Leoines le fier; 
Lors enprirent un poindre por lor pris essaucier.
Li dus Betys regarde vers les puis d'Alïer,
Vit la force des Grieus contre lui chevalchier,
Alixandre meïsme sa bataille rengier,
L'ensegne desploïe venir el front premier;
Ains puis n'i ot parlé de tenir prisonier.
Il a dit a ses homes: "Esgardés, chevalier.
Ves la gent Alixandre pres de nos aprochier,
Ancui pense li rois durement gaaignier;
Gardés q'a cest estor soions et fort et fier
Et maintenons le chaple as espees d'acier,
C'onques mais ne trovames tel gent a acointier.
Mieus vaut amis en voie que argent ne or mier."
[2.51]   Qant Alixandres vint, grant mestiers en iert lors;
Emenidus d'Arcage estoit navrés el cors
Et Filote abatus et navrés Licanors
Et Caulus retenus, Aristés et Salors,
Et Sanses mors getés, et li quens Sabilors.
N'issoient mais du pas bruns ne bauçans ne sors.
S'auques tardast li rois, ja preïssent tel mors
Que de lor set cens homes n'en fuissent dis estors.
Lors josterent li Grieu as Gadrains et as Mors.
[2.52]   Iluec ou li Grigois sont as Gadrains josté
Veïssiés un estor molt felon et douté;
Durement s'i perdirent li hardi desarmé.
Li rois point Bucifal, qui li cort de son gré,
Et mist lance sor fautre s'a premerains josté.
Fiert Calot de Nubie, si com l'a encontré,
Q'entre les bras des boucles sont li escu troué
Et li cheval sous aus derriere aquatroné.
Calos brise sa lance qu'iert de fraisne plané,
Et li rois le fiert si que l'auberc a fausé,
Fer et fust et ensegne par mi le cors passé
Et l'arçon de la sele derrier li a quassé;
Toute plaine sa lance l'abat en mi le pré,
Si que par mi le cors l'a en terre espeé.
Puis cria Mascedoine, s'a le branc recovré
Et feri Calion, un duc de Balöé,
Par desous la mamele li a le pis caupé.
Li dus Betys l'esgarde si a le chief croulé,
Et dist: "Se cist vit longes, malement ai ouvré."
Il et cinq chevalier sont cele part torné,
Li quatre le ferirent en son escu bouclé
Et li quins sor le hiaume, que tout l'ont estoné,
Et desus Bucifal ont le roi enversé. 
Es vos a la rescouse Cliçon et Tholomé,
Et ont en lor compaigne maint chevalier armé.
La veïssiés des brans maint ruiste cop donné;
Au chaple des espees sont li Grigois outré,
Cil de Gadres s'esmaient et sont tuit reüsé;
Li dus vit le meschief si a son frain tiré.
<<< >>>