<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[2.53]   Gadiffer de Larris, ou croissent li paumier,
Qui la terre d'entour a toute a justicier,
El roiaume d'Egypte n'ot mellor chevalier
N'ome qui par son cors feïst tant a proisier,
Ne si bien se seüst en un estor aidier
Et les siens maintenir, les autres damagier,
Les tornés de la place si de pres enchaucier
Q'il n'avoient loisir de nului empirier,
Belement sot fuïr qant il en ot mestier,
Et qant il vit son lieu, faire bel recovrier;
Les sieues bones teches font bien a reprochier,
Biaus iert et avenans si tint son cors molt chier
Et larges et cortois, n'i ot que ensegnier;
Ou que il vit le bien, sel vaut molt avancier
Et vilaines paroles et lais dis abaissier,
Toutes les bones gens lever et ensaucier,
Les orguelleus abatre et les felons plaissier.
Qant vit ces rens fremir et l'estor commencier
Et la noise lever et les cris engregnier
Et les dolereus plains des navrés acoisier,
Car la mort ques destraint les fait assouploier,
Il sist a ce besoing sor le mellor destrier
Que li rois de Nubie li peüst envoier,
Qui des mellors du siecle avoit tout le dangier;
Par les costés le point des esperons d'acier.
Ne veut pas por joster le chief des rens cerchier,
Mais en la gregnor presse ou il vit l'encombrier
Fait le chief du cheval et l'escu adrecier.
Le conte Sabilor ala Tyr chalengier
De par Dayre de Perse, son segnor droiturier,
Sel feri de la lance ens l'escu de quartier,
Que par mi le blason fist l'auberc desmaillier,
Et le cors du vassal d'outre en outre percier;
Tant roisdement l'estut a terre trebuchier
Qu'il li fist tous les menbres et le cors esmïer
Et l'eschine et le bras et la cuisse brisier.
En piece ne peüst par seul lui redrecier.
Et des autres refist tels trois deschevalchier
Dont li pires est preus por ses armes baillier;
Ja mais ne vauront gaires por lor segnor aidier. 
[2.54]   Pirrus voit Gadifer qui se melle as Grigois,
Qui a molt cest afaire entrepris sans gabois;
Mort lor a Sabilor, un preu Mascedonois,
Et des autres lor a deschevauchié tels trois
Dont li pires peüst par proëce estre rois.
Et Pirrus laisse corre le baiet gasconois,
Ne s'i tenist chevreus qant il ist de deffois.
Un neveu Gadiffer qui venus est tous frois,
Molt richement armés sor un cheval norois,
Vait ferir a bandon sor l'escu sapinois,
Que par mi le blason ront de l'auberc les plois;
El cors li mist le fust et l'ensegne a orfrois,
Mort l'abat des arçons a fin or espanois.
Cil ne resambloit mie Provenciaus ne Basclois,
Ains quidissiés qu'il fust uns natureus François.
Emenidus s'en rist et dist un mot cortois:
"Cil li a tost apris de ses gieus alenois,
A mellor chevalier ne josta il des mois."
[2.55]   Del conte Sabilor, qui ert mors a dolor,
Sont li Grigois dolent et demainent tel plor
Que desous les ventailles s'en pasment li pluisor.
Assés i a de cels qui tramblent de paor;
Qant de tant riches armes esgardent la brunor,
Et li solaus qui done as armes grant luor,
Lors sont en esmaiance de soustenir l'estor,
L'angoisse et les destrois i suefrent li mellor.
Et Gadifer ot ire, onques mais n'ot gregnor,
Por son gentil neveu qui iert fieus d'aumaçor.
Espris de lui vengier broche le missaudor,
Le branc nu en sa main d'une brune color,
Et fiert si un Grigois par mi son elme a flor
Qu'il li trenche en parfont de la teste plain dor;
Desi qu'en l'os du col fait couler le rasour.
Cil chaïmaintenant si perdi la vigor.
De lui n'avront secors mais Grigois a nul jor.
Por qant n'iert mie fieus de povre vavasor,
Ains iert en Alenie sires de mainte tor,
A justicier en ot la richese et l'onor.
Pirrus iert apelés et si iert de Monflor
Et niés Emenidun et fieus de sa seror.
Ainc ne fu tels vallés, ce content li actor;
De neveu por neveu prist eschange le jor.
Se Emenidus puet de lui avoir laissor,
Il en avra merite comme de tel labor;
Ja savront li Gadrain a cest premerain tour
S'entre lui et l'enfant avoit bien grant amor. 
[2.56]   Emenidus d'Arcage vit son neveu morir,
De cui avancement iert en molt grant desir
De mostrer sa proëce et de son cors tehir;
Mieus l'amoit entor soi as durs estors soufrir
Que tous les mieus vaillans que on peüst choisir.
Et cil iert ententieus a son oncle servir,
Et tos iert ses corages a faire son plaisir.
Molt le resambloit bien de prouece et d'aïr,
De cors et de corage iert ses niés sans mentir,
Car ançois se laissast tous les menbres tolir
Ou reçoivre tel mort qui ne fust por honir
Qu'il vausist laidement d'un afaire partir.
Et Dieus! qui le veïst en l'estor esbaudir
Et au destroit besoing trestorner et guenchir
Del mellor chevalier li peüst sovenir,
Fors seulement le roi qui les rens fait fremir
Et son oncle vers qui je ne l'os aatir,
Dont mais devés bons vers en riche cort oïr;
Or est mors, c'est grans deus de tel home perir.
Emenidus en pleure, ne s'en pot astenir;
Si grant duel en demaine ja n'en cuide garir.
C'est avis qui l'esgarde que il doive fenir,
Et l'ire quil destraint le fait taindre et noircir.
Aprés la grant dolor se prent a resbaudir,
Qu'il vit ses compaignons de toutes pars gandir
Derous et desconfis por l'afaire guerpir;
Si s'afiche es estriers les fers en fait croissir,
Ja seront li Gadrain trop tart au repentir
De lui et son neveu par armes departir.
A l'espee trenchant les vait si envaïr
Ne consieut chevalier qui son caup puist souffrir,
Tant se sache enbuschier ne de l'escu covrir,
Q'il n'en face le sanc de molt parfont issir
Ou la teste voler ou le cervel boulir.
Ne n'osent envers lui autrement escremir
Ne mais par eschiever et de ses caus fuïr.
[2.57]   Li dus Betys de Gadres ne se vaut pas refraindre
De la gent Alixandre damagier et contraindre;
Ains le vespre le cuide si par armes destraindre
Q'en sa prison fera le plus orgellous maindre.
Duel ot Emenidus, ne s'en sot mais ou plaindre
Qant vit ses compaignons de toutes pars ataindre,
Les pluisors abatus et en la presse estraindre.
Lors descendi li dus por son cheval restraindre,
Puis remonte en la sele, de riens ne se vaut faindre.
L'escu pris as enarmes ou bien se sot açaindre, 
Mieudres vassaus de lui ne pot espee çaindre
Fors le roi Alixandre, que nus ne puet ataindre.
Emenidus laist corre qant les siens ot complaindre
Et se plonge en l'estor ou la presse estoit graindre
Et fiert si Gadifer que l'escu li fait fraindre
Ou il ot deus lions fait novelement paindre;
El cors li a baignié son espié a l'enpaindre,
Si que du penon fait le blanc en vermeil taindre.
Cist gieus ne puet hui mais sans grant perte remaindre.
[2.58]   Dolens s'en vait li dus, coreçous et iriés,
Car onques mais ne fu de nul besoing chaciés,
N'il ne vint en estor d'armes apareilliés
Que suens ne fust li chans, tant par iert resoigniés
Et de bons compaignons et d'amis enforciés.
Or a ire molt grant s'est el cors molt bleciés;
Se li torne a anui, ne vos esmervelliés,
Car ses mieudres compains, Gadiffer, n'est pas liés,
Mais assés plus dolans qu'oisiaus desaairiés
Ne hom desiretés ne a tort forjugiés.
La color li noirci, car el cors fu plaiés,
Mais ne fait nul samblant qu'il en soit esmaiés
Ne il ne se contient comme hom estoutoiés.
Derriere tous s'est mis es estriers afichiés,
D'orguel et de fierté sous le hiaume enbronchiés,
Roisde lance en son poing dont li fers n'est pas viés.
La trestorne sovent ou il est aprochiés.
Ses compaignons delivre, car trop les voit charchiés;
De sa lance est li fus durement paumoiés.
Cil en est bien ferus ou il est adreciés,
Maint en laist aprés lui de la mort angoissiés,
De frois et de pasmés et des bien essaigniés,
Com cil qui n'en doit estre de nului blastengiés,
Se n'est d'aucun musart de maudire aguisiés
Et de folie plus que de sens enpraigniés;
Mais par oevre d'estoire devroit estre essauciés
Se ja mais por bien faire doit nus estre proisiés.
Corineus li escrie, qui vient tous eslaissiés:
"Vassal, car retornés, por coi vous aviliés?
Laidement en alés, quant les vos i laissiés;
Hui nos avés sovent de molt pres essaiés,
Or estes, ce m'est vis, auquetes refroidiés
Et vostres pris dechiet quant si vos en fuiés.
N'avés droit en la manche dont si vos cointoiés."
Gadifer le regarde, qui molt fu corouciés,
Et dist par maltalent: "Ja fust cis mos vengiés
Et cis dis orgelleus fierement chalengiés
Se ne fuisse d'autrui que de vos seul coitiés.
Por qant mes maltalens en est si engregniés
Tel chose en ferai ja dont preu n'iere aaisiés.
Certes la joste avrés se vos ne me failliés,
Ja sera tot a un se ne vos en fuiés."
A un fais li trestorne, de bien faire haitiés;
Et cil revint molt tost, sous l'escu enbronchiés,
Qui iert cortois et preus et molt outrecuidiés
Et chevaliers molt bons et molt bien afaitiés;
Se tant ne parlast d'armes, trop fust bien ensegniés.
Entreferir se vont, les gonfanons baissiés,
Et par mi les blasons ont les escus perciés.
De la lance au Grigois est li fus peçoiés,
Cil que Gadifer tint n'est ne tors ne brisiés,
Ains est si ruistement li siens caus enploiés
Que tous en est vermaus li gonfanons frengiés,
Li foies entamés et li pomons perciés,
Et li fers d'autre part en est outre essiauiés,
Li cors du chevalier a terre trebuchiés
Et de l'ame et du sanc est a cel cop vuidiés.
Puis li dist par contraire: "Frere, un poi vos targiés.
Hom qui trop est grevés est tost contralïés;
Ce seut dire la gens: sorparlers est pechiés.
Por cest et por les autres en estes engigniés,
Car trop estïés preus, s'orgelleus ne fuissiés.
D'ui cest jor en avant cest passage gaitiés,
S'en prenés le treü qant foire iert ou marchiés.
Vostre enemis morteus s'est a vos acointiés,
Gadiffer de Larris, ne sai sel connoissiés.
Par vos nen iert hui mais mes fuïrs reprochiés,
Vers Gadres m'en irai delivres, ce sachiés,
Se par mellor de vos ne sui deschevalchiés."
[2.59]   Or s'en vait Gadiffers, qui les Gadrains en maine,
Por son lige segnor est entrés en grant paine,
Bien li puet souvenir de dolente semaine.
De tel home haster est la mort trop vilaine,
Que il s'en vait tous sains, or en a tel estraine
Qu'ele le claime tout por son home demaine.
Mais ses sans ne vient mie de trop malvaise vaine,
Seürs est com s'il fust en sa grant tor hautaine;
Assés mieus se deffent et de mellor alaine
Que ne fait a brohons ors betés en chaiene.
Cil qui chacent aprés la valee soutaine
Truevent des abatus la voie toute plaine.
Alixandres meïsmes vint poingnant par l'araine,
Lance roisde sor fautre s'ot gonfanon en graine.
Bucifal esperone qant la joste ot prochaine,
Et fiert sor Gadifer com sor une quintaine,
Que de l'escu li trenche la pene premeraine. 
La lance vole en trous au fort roi mascedaine,
Q'ainc maile n'en rompi de la broingne esclavaine
Ne ne mut le vassal de la sele gadraine;
Ains encontre en son tor une route commaine,
Le segnor en ocist et mist a terre plaine,
Puis s'en vait les galos sor le destrier aufaine.
Li gentieus chevaliers a la chiere certaine,
Qui n'out lasche le cuer ne la pensee vaine,
La trestorne souvent ou force les en maine,
Cui il encontre bien de son orguel le saine,
Tous les plus desreés de l'enchaucier afraine.
[2.60]   Bien s'en alast sans perte Gadifer, ce cuidons,
A ce qu'il estoit preus et ses chevaus si bons,
S'il vausist o les autres ferir des esperons,
Mais autresi encharche tous seus ses compaignons
Com fait beste salvage por le leu ses faons;
Estre cuide et voirs est la lor deffensions,
Et s'il est mors ou pris, si faut lor garisons;
N'a mie por fuïr si torné les talons
Que sovent ne lor soit reguenchis ses blasons;
Menüement trestorne, car or en est saisons
Que la proëce paire dont teus est li renons,
Deus Grigois en l'estor lor i a fait paons;
L'un ot trenchié le cuer et l'autre les regnons.
Puis dist entre ses dens: "N'i perdrai hui arçons
Por nul que je i voie, tant soit haus ses renons,
Ains m'en irai a Gadres maugrés tous les glotons,
Se par celui ne chié qui n'est pas des garçons;
Ses escus est a or et vermaus ses lions,
Et ses chevaus Ferrans, qui tous vaut les gascons,
Ne seroit esligiés por cent mile mangons.
Hui me fist du cheval gesir a ventrellons,
Autresi estendus comme por orisons.
Lui ne ruis encontrer desproiés ne semons,
C'onques teus chevaliers ne gousta de poisons;
Il trenche par mi fer, os et ners et braons.
Bien en doit li rois faire segnor de ses maisons,
Que par lui seul est ce que nos le champ vuidons."
[2.61]   Ne porent li Gadrain plus l'estor maintenir,
Ou il veullent ou non, la lor estuet guerpir.
Li forrier les en virent tous desconfis partir;
Lor cheval furent las de longement souffrir,
Por qant de l'enchaucier ne se porent tenir;
A esperon les sieuent covoiteus de ferir, 
Emenidus devant, qui les rens fait fremir
Et la pierre esgruner et la terre bondir.
Gadifer aconsieut a un gacel issir,
Et cil s'est regardés, qui tost l'oïvenir;
Puis dist: "Haute chose est de preudome norrir,
Et qui faire nel veut bien s'en doit repentir.
Cist seus en oseroit quinze mil envaïr,
Maint fil de franche dame nos a hui fait morir;
Les meres n'en seront a piece sans souspir.
Nostre grant joie a fait a grant duel revertir.
Ne sai q'en avendra ne Dieu iert a plaisir,
Ne li quels s'en devra ou doloir ou joïr.
Il covient l'un de nos envers l'autre escremir;
Mieus veul metre mon cors du tout au covenir
Que faire por paor dont me doive honnir;
Plus criem et redout honte que je ne fais morir."
[2.62]   Gadifer fu molt preus, d'un arrabi lignage,
En berrie iert norris et cil de son parage;
Par prouece entreprent sa perte et son damage.
N'en prist mie conseil a son droit seignorage;
Se Betys le veïst, il le tenist a rage,
D'un seul home vers lui li tornast a outrage.
Ne guenchist mie a loi de fol vilain ombrage,
Mais sa lance baissie, ou ot fer de Cartage,
Enbrunchiés ens l'escu, plains de grant vasselage.
Et tant com li chevaus puet corre par l'erbage,
Laist corre a esperon comme hom de fier corage.
Ferrans, qui fu norris en riche pasturage,
Revint assés plus tost d'un esprevier ramage;
Molt sont pres de joster, qui que tourt a damage.
Ja n'en seront doné ne pleges ne ostage,
Ne fiance rompue ne deguerpi homage,
Ains cuit bien q'au partir laira li uns le gage.
[2.63]   Fier furent li vassal et de grant estoutie,
Prouece et maltalens et fiertés et envie
Les esmuet et semont de grant chevalerie.
L'uns laist corre vers l'autre, q'autrement nel deffie,
Car il n'avoit entr'aus amor ne drüerie.
Gadifers vint molt tost, qu'il n'a talent qu'il rie;
En son bras ot lacie une manche s'amie,
Qui n'estoit mie garce ne povrement norrie,
Mais riche damoisele, fille au roi d'Aumarie.
Si fiert Emenidus en la targe florie
Desous la boucle a or li a fraite et croissie;
De tel vertu l'enpaint et de tel baronie 
La guige en est rompue et l'enarme faillie;
En mi le champ l'en porte sor l'erbe qui verdie.
Por qant Emenidus ne se muet ne ne plie,
Ains a la sieue lance droite voie choisie,
Que par devers la targe a or encoulourie
Le feri ens la broigne en deus doubles sartie,
Les mailes trenche et ront la ou li aciers brie,
El cors li fait sentir le fer de Romenie,
Si q'assés pres du cuer est la lance croissie;
De lui et du bon bai sevra la compaignie.
Alixandres chaçoit devers destre partie,
Vit le caup du baron et la joste furnie.
Vers lui s'est retornés, hautement li escrie:
"Vos en doins ge le pris, et s'en port garantie
Par vos est desconfite la pute gent haïe.
Ne vos pueent soufrir ne la vostre envaïe,
Car aprés vostre main ne done entrais aïe;
Se cist garist ja mais, molt avra sage mie."
Et cil jut estendus en qui n'ot point de vie.
La plaignent li Grigois lui et sa cortoisie
Et la tres grant proëce qu'il avoit acuellie.
Emenidus meïsmes de l'enfoïr les prie,
Que laidement ne soit la sieue char perie.
Deus est de sa proëce qui si tost est fenie:
"Por un peu ne m'en poise, se Dieus me beneïe,
Mais tel chose m'a faite qui molt me contralie."
Et li rois fu venus, qui l'uevre ot esjoïe,
Rist soi de la parole que il a bien oïe,
Puis a dit: "Molt est voirs que frans cuers s'umelie,
Molt sai bien de felon que il nel desist mie."
[2.64]   Cil ot feru grant caup qui doné en ot maint.
Ou est nus hom tant fiers qui refuser nel daint?
Car s'il l'encontre bien en sele ne remaint,
Petit dure es arçons que il par force enpaint,
Jus l'en convient aler se lance ne li fraint.
Au sanc qu'il ot perdu et au chaut quil destraint
S'est pasmés sor cheval, car travaus le sorvaint.
Et li rois l'aperçut, qui joie dont soufraint,
Ses deus poins fiert ensamble et doucement le plaint:
"Gentieus, se vous morés, je me tieng por ataint
Ne ne cuit que ja mais mes cuers joie demaint.
Onques teus chevaliers ne porta escu paint
Ne ne trencha de lance vernis ne autre taint."
Et li Grieu s'i aünent, n'i a celui ne l'aint;
La mainent tel dolor que la chace remaint,
Et Betys se garist qui d'aler ne se faint.
Li rois son melor mire rueve c'on li amaint 
Si tost que li chevaus d'aigre sueur se baint.
Cil savoit tant de plaie n'estuet c'on li ensaint;
Lava la bonement et atorne et restraint,
D'une bende de porpre par mi le cors le çaint.
Molt li poise du roi qui si dolens se plaint,
Ne veut qu'il se gramisse ne s'ire li engraint,
A tous le fait entendre bien est fis qu'il le saint.
[2.65]   Sor une coute pointe de paile d'auqueton,
Forree espessement et plaine de coton,
Qant l'orent desarmé et bendé environ,
Le couchierent souef li rois et si baron;
Et Licanor o lui, son gentil compaignon,
Qu'iluec fu aportés pasmés sor un blason,
Car Betis l'ot feru d'une lance a bandon
Delés le costé destre, que on vit le pomon;
Li rois fait desor aus tendre son pavellon.
Li mires du garir i mist grant espison,
Q'ains vint jors les rendra si sains comme poisson;
Par tans porra porter chascuns son gonfanon
Et chevaliers ferir d'eslais et de randon;
Et se faire nel puet, mar avra raençon
Ne n'en soit pris ostages se de la teste non.
Tel joie en ont par l'ost tout oublïent Sanson
Et Pirrus de Monflor o la gente façon,
Car li grans desconfors estoit d'Aimenidon.
Lors se firent logier li Grieu par contençon,
Assés en poi de terme fichierent maint paisson;
Qui n'ot tente ne tref de rains fist sa maison.
Icele nuit passerent a poi de livraison.
[2.66]   Cel soir jurent li Grieu el val a la froidor.
Lié furent, qant la nuit virent mellee au jor,
Por le serain reçoivre qui chiet a la brunor,
Car de chaut et de soif sont grevé li pluisor
Et las et annuié li destrier coreour.
Li navré furent vain, qui sentent la doulour,
Et li cheval charchié de poudre et de suour.
Lié furent du repos qant en orent laissor,
Petit orent viande, mais il ont bon segnor,
Si la prirent commune li grant et li menor
Entresq'a bien matin qu'il choisirent le jor;
Lors font tentes et tres charchier a grant vigor.
Droit vers Gadres s'en vont li noble poingneor,
N'avra mie Betys, ce m'est vis, lonc segor.
Et li rois devant aus fait drecier l'oriflor,
Tuit li Grieu qui l'esgardent chevalchent sans peor. 
[2.67]   Li rois porsieut le duc, qui de sejor n'a cure,
Droit vers Gadres s'en vet la pleniere ambleüre,
Trespasse ruistes puis et grans vaus a droiture.
Molt manace le duc qu'il li fera laidure,
Que de son connestable et de sa bleceüre
Et des autres navrés qui sont en aventure
Est dolens en son cuer s'en a ire et rancure.
A Betys ne manace autre desconfiture
Fors la teste a tolir et sa creance en jure
Que ja ne l'en garra chastiaus ne fremeüre
Ne ne li pardonroit icele forfaiture
Por la moitié a perdre de sa grant teneüre.
Li forrier vont souef la petite ambleüre
O celui qui le fais au grant besoing endure,
Bien sept cens chevalier, tuit eslit par mesure;
Li plus ierent si home et de sa norreture,
Cil aiment plus le duc que nule creature.
Li mires du garir forment les asseüre,
Par entrait l'a gari de raancle et d'ardure,
Armes porra porter s'on lor fait desmesure,
Vin boivre, char mengier quant qu'il vaut a mesure,
Car bien le garira de trestote enfleüre.
[2.68]   Aprés eure de tierce, un poi devant midi,
Ot li rois tant erré et chevauchié ensi
Qu'il furent grans cinq lieues des forriers departi;
Et cil ont lor chemin vers le fleuve acuelli.
Li cheval ont beü et li home autresi,
L'eaue estoit nete et clere, or s'i sont tuit gari.
Lors troverent Betaine et un païs garni;
Tost furent li chastel brisié et assailli
Et li pains et li vins et la chars recuelli;
Assés en ont mengié, qu'il l'orent deservi.
Tantost comme li cuers la viande senti,
Si resont tuit armé et de guerre esbaudi
Et Betys maneciés et lor autre enemi.
De tel chose se sont par lor gas aati
Qui tornera a certes ains le vespre acompli;
Se Dieus ne lor aïe, mort sont et escharni.
[2.69]   Quant voit li dus Betys Alixandre et s'ensaigne,
Qui si est orgelleus et sa gent si grifaigne
Qu'il ne trueve chastel ne cité qu'il ne fraigne
Ne terre ne païs que par force ne praigne,
Tout par fin estovoir li tolent la champaigne, 
Tant par est li dus fiers et si a grant compaigne
Que soufrir ne les puet ne fuïr ne lor daigne;
Menbre li del reprueche que cil dist qui bargaigne,
Que malvais achat fait qui plus pert qu'il gaaigne.
Sa gent dedevant lui s'en vait toute une plaingne
Et li Griu les enchaucent, n'i a nul qui se faigne.
Li dus s'est arestés el chief d'une montaigne
Et commande a sa gent que s'alit et estraigne.
Tels vait entr'aus joster qui en son sanc se baigne;
Molt se set bien garder qui ne muert ou mehaigne.
[2.69b]   El chief de la montaigne josterent li Gadrain.
Li tertre furent haut et li val sont soutain,
Ne criement fors devant a l'entree d'un plain;
Ilueques se retienent li mellor deerrain,
Teus i vait por joster qui change son lorain.
As dars et as saietes que cil traient certain
I perdent li Grigois, qui de joster sont sain,
Des chevaus et des armes i perdent li prochain;
Durement se combatent el val de Guisterain.
Onques ne regardastes chevreul ne cerf ne dain
Si tost corre par lande com Dans Clins fait par plain;
Et feri Dant Nassal de la terre au soutain.
Mervelleus caus se donent, car il murent lointain,
Li escu de lor caus ne lor valent un pain,
Par mi toutes lor armes fauserent li clavain.
Dans Clins brise sa lance, le trous tint en sa main;
Au torner de sa joste ne sambla pas vilain,
Si grant caup li dona desor son elme a plain
Que tout l'a adenté sor l'arçon deerrain.
Dejoste lui s'acoste sel saisi par le frain,
Autresi pris l'en maine com li ostoirs l'aubain,
Et dist a Alixandre: "Cest prison vos amain."
Li rois de Mascedoine le prist par le chaufrain,
Aprés le commanda Masidor et Galain,
A deus barons de Gresse qui sont cousin germain,
Et cil li offre ostages de mil mars au demain.
[2.70]   A molt grant seürtance torna li dus Betys
Qant en tel fremeté se sont entré et mis
Ou ja ne perdra gaires par home qui soit vis;
Mais de Nassal le conte est dolens, qui est pris;
S'ainsi quite l'en mainent, n'iert pas bien ses amis.
Il broche le cheval si s'est fors au plain mis,
Et voit en sa bataille tels quatre cens de pris
N'i a nul ne soit preus et en armes penis.
Et li dus vait avant, de bien faire pensis, 
Molt gentement l'en porte li bons chevaus de pris;
Assés en petit d'eure sera de lui eschis:
Par un baron de Gresce fu puis le jor conquis,
Tholomés l'en mena, ses morteus enemis,
S'en abati le duc, voiant dis mile Gris,
Que li elmes a or en fu en terre mis
Et ses escus bouclés enpiriés et malmis
Et hurterent a terre toutes les flors de lis;
Puis l'en mena o lui en maint lointaing païs,
Li rois de Mascedoine l'ot le jor, ce m'est vis,
Qant il fist la bataille ou Porrus fu ocis.
[2.71]   Molt ot li dus grant ire et li plais fu molt maus
De Nassal qui fu pris, uns siens amis charnaus.
Il point le vair destrier, qui plus tost cort par vaus
Et par tertres agus que autres par egaus;
Onques tels n'en fu nus ne mais que Bucifaus.
Tholomés point le brun, qui en lui fu bien saus,
Si grans caus s'entredonent es escus a esmaus
Que par mi les haubers ont trenchié les cendaus.
Ja fust a ambesdeus ceste joste mortaus
Et retornast a perte a lor amis charnaus,
Qant les lances peçoient ensamble communaus;
Si forment s'entrehurtent li escu des vassaus
Que les boucles perçoient, ains n'i remest cristaus,
Tous les vis se depiecent et froissent les nasaus;
Li oel lor estincelent si rompent lor frontaus,
Frains, estriers ne enarmes n'i vaut un denier faus,
Les arçons ont brisiés et rompent les poitraus,
Sor les crupes s'enversent ambedui des chevaus.
[2.72]   Molt se furent malmis li vassal au joster,
Onques nus n'oïplus deus homes estoner;
Ains eüssiés loisir d'une traitie aler
Que onques nisuns d'aus se peüst recovrer.
Tholomés se redrece premerains comme ber;
Ançois c'onques li dus se peüst relever
De l'espee qu'il tint li vait tel caup doner
Q'en son le hiaume a or trenche le chapeler.
El blanc hauberc du dos fist le caup devaler-
Ne sai qantes des mailes en fist au branc voler-
Et l'acier de l'espee en la teste embarer
Et a mont vers les nues les deus talons lever
Et le cuing de son elme en la terre couler.
Par les regnes a or vait le cheval conbrer,
Onques por ciaus de Gadres ne l'en laisse a mener. 
Li dus crie s'ensaigne por ses gens aüner;
Lors veïssiés Gadrains molt forment recouvrer
Et issir des montaignes et iluec assambler.
Entre aus et les montaingnes outrent li douze per
Et commandent as Grieus les destrois a garder,
Que li Gadrain ne puissent arriere retorner.
Desor le duc Betys veïssiés si chapler,
Tant poing et tante teste a chevalier voler
Se li dus ot paor ne fait mie a blasmer.
Tres bien cuida li dus que il deüst finer,
Car de si grant estor n'oïmais nus parler.
[2.73]   Molt fu grans la bataille par les plains d'Orïus
Et l'estors perilleus ou li dus fu cheüs.
Dylas, uns quens de Perse, et Pons et Liagus
Et Madés l'orgelleus et Carraus de Lerus
Desor lui fu li chaples as espees tenus,
Li branc d'acier tentissent sor les hiaumes agus.
Guimadochés d'Aufrique lor a dit tels salus:
"Or penst chascuns de soi, car l'estors est vaincus."
[2.74]   Le duc Betys remontent si home natural,
Mais ançois i ot fait as espees maint mal.
La bataille Alixandre vint armee un egal,
Ilueques veïssiés tant nobile vassal
Et tante riche ensaigne vermelle de cendal.
Li rois vint premerains armés sor Bucifal,
Les langes de l'ensegne li batent contre val,
Molt par vint gentement la compaigne roial;
Cil feront a court terme le duc müer estal;
S'as espees se truevent, ja vuideront cheval.
[2.75]   Li dus voit Alixandre sor le cheval armé,
Onques n'ot en cest siecle home tant redouté;
Por Sanson le redoute que il ot mort geté,
Bien set, s'il le puet prendre, que il a mal ouvré. 
Et li rois le manace et jure le grant Dé,
S'as poins le puet baillier, malement a ouvré;
Por trestout l'or du siecle, tant l'a cuelli en hé,
Nel laisseroit il vivre un seul jor ajorné.
Sa lance gete a terre s'a l'escu adossé.
[2.76]   Molt par fu grant la perte, ce nos raconte Estace,
Des mors et des navrés qui gisent en la place.
Li dus voit Alixandre, qui forment le manace,
S'as poins le puet tenir ne laira nel defface.
La peor qu'il en a li fait müer la face,
A la fuie s'est mis, or gart chascuns qu'il face.
Clins les voit desconfis si s'est mis a la chace
Et choisist un Gadrain c'on apele Dicace,
Qui sist sor un destrier c'on claime Boniface,
Nus chevaus envers lui ne cort ne que limace.
S'or l'en laisse mener, ne se prise une agace,
Autresi le tient pres comme faus la becace,
Ne li puet eschaper ne q'au Lombart sa mace.
Devant lui s'en traverse au destroit d'une trace
Sel feri de sa lance, ou li gonfanons lace,
Que sor le costé destre li a fait tel crevace
Ja tant com ses cors vive n'iert mais jors qu'il nel hace.
Lieve le des arçons, contre terre l'esquace,
Assés en petit d'eure fu si frois comme glace.
Dans Clins vint au cheval, par les resnes l'enbrace,
Li fieus Caduit l'en maine, qui qu'en poist ne qui place,
Puis l'ot es desers d'Ynde et el regne Candace.
[2.77]   Li dus fu desconfis et sa gent ot perdue,
Droit vers Gadres s'en fuit toute une voie herbue.
Alixandres les sieut, qui tint l'espee nue,
Et li dus vait avant, qui de fuïr s'argüe.
Quatre jors et demi a la fuie tenue
A tant petit de gent com lui est remasue;
Par mi la maistre porte est en Gadres ferue,
A l'entrer de la vile mainte teste ot tolue.
Se tost ne fust la porte couleïce abatue,
Ja fuissent tuit aprés par mi la maistre rue;
Mais la vile est si fors q'a paines iert rendue,
Ne crient assaut de gent ne perriere qui rue.
Qui ot tente ne tref si l'a entor tendue.
[2.78]   Li dus fu desconfis et sa terre gastee.
L'ost grigoise s'i fu quatre jors sejornee.
Tost fu ceste novele de Gadre a Tyr alee; 
Uns messagers s'en torne par main une ajornee,
Qui la mesaventure lor a toute contee
Comme lor gent est morte et si desbaretee
Que ja mais ceste perte ne sera restoree;
Par grant loisir lor a la parole contee,
Onques par nisun home ne li fu destorbee,
Que la gent Alixandre s'en estoit toute alee
En la terre de Gadres, ou ele iert arestee,
Fors celi du chastel qui est lai ens entree.
Li dus Balés de Tyr a sa gent apelee:
"Qui savroit bon conseil ne parole senee,
Ne nous devroit mie estre a cest besoing celee.
S'Alixandres nos prent, nostre mors est juree,
N'en prendroit raençon d'or ne d'argent pesee;
Et li Grigois m'ont si ma terre desreubee
Que n'i puis recovrer une seule denree.
Veés la cel chastel qui garde cele entree,
Qui l'aïde de mer nos a toute sevree,
C'onques puis n'i ot nef ne galie arivee.
Qui avroit cele tor peçoïe et quassee,
A pis et a perrieres en maint lieu effondree,
Si que la gent soit morte et la tor craventee
Ançois que l'ost grigoise fust ci avironee,
L'aïde de la mer avrions recovree,
Ja mais ceste cités ne seroit afamee.
Une partie soit de nos gens desnüee,
S'ait chascuns pic d'acier ou crochiere aceree
Et traient les quarriaus de cele tour muree
D'a val devers le pié si comme ele est fondee."
Si com li dus lor a la parole contee
Li fu bien par ses homes otroïe et graee.
[2.79]   A l'aube aparissant, quant il dut esclairier,
Li dus Balés commande  ses perrieres drecier,
Et a fait son atrait molt tost apareillier.
Adonques veïssiés ses perrieres lancier
Et tous ses mangouniaus geter et perrïer
Et cele tour de pierre en maint lieu peçoier
Et esmïer et fondre la chaus et le mortier.
Et li Grieu se contienent comme noble guerrier,
Durement se deffendent par traire et par lancier,
Mais encontre perrieres ne se pueent aidier.
Une partie font de lor gent despoullier,
S'a chascuns pic de fer et crochiere d'acier.
Adonques veïssiés ces Tyrïens plongier
Et traire les quarriaus et de la tor sachier
Et revenir a mont et sovent repairier,
Que li home Alixandre ne s'en sorent gaitier.
Cis assaus lor dura trestout le jor entier 
Tant qu'il font le chastel chaoir et trebuchier
Et les gens Alixandre tous perir et noier.
Uns messages s'en torne sel vait au roi noncier;
En la terre de Gadres n'i a que courecier.
Il a dit a ses homes: "Entendés, chevalier,
J'ai perdue ma gent et mon chastel des ier;
Aler m'estuet a Tyr ceste honte vengier.
Li dus Balés est mors s'as poins le puis baillier,
Sous ciel n'a home en terre quil poïst respitier."
Qant li Grieu entendirent cest mortel encombrier,
Lors sont cuelli li tref et charchié li somier,
Tout droitement a Tyr pensent de repairier.
[2.80]   Li rois de Mascedoine en est venus a Tyr,
Son chastel vit fondu et en la mer gesir,
Ainsi com il li firent le pié desous tolir.
Alixandres le plaint et geta maint souspir:
"Baron, ce dist li rois, molt me devés haïr,
Je vos fis en cest regne aveuques moi venir;
Or quant je vos deüsse vos services merir,
Si vos ai fait lai ens a tel glave morir.
Mais ja Deus ne me laist de mes menbres joïr,
Se je puis le duc prendre et a mes mains tenir,
Se nel fais pendre en haut ou en un fu rostir.
Or ferai la cité en tous sens si ordir
Que par mer ne par terre n'en porra nus issir."
[2.81]   Molt a li rois grant duel de sa gent qu'est perie,
A lui en apela Licanor et Elie:
"Cerchiés, fait il, les pors de trestoute Surie,
N'i laissiés nef ne barge ne chalant ne galie."
Cil a fait son plaisir qui forment s'umelie,
Et si mena o lui de Grigois grant partie
Assés en poi de terme, qu'il ne targierent mie.
Lor veïssiés a Tyr amener grant navie;
As murs devers la mer lor font tele establie,
Que ja mais cil dedens n'en istront a lor vie,
Ne secors n'i venra, s'il vient, c'on ne l'ocie.
Li dus voit Alixandre et sa grant baronie,
Q'il li a de tous sens sa cité si hordie
Que par mer ne par terre de l'issue n'a mie.
Molt i a de sa gent ou il preu ne se fie,
Ne mais de nule part n'atent secours n'aïe.
[2.82]   Icel jor sejornerent les compaignes le roi,
Tresq'au matin a l'aube reposent et sont coi. 
Alixandres a fait sa proiere endroit soi:
"Baron, dist Alixandres, segnor, entendés moi.
Ceste vile est molt fors, bien le sai et le voi,
Ja ensi nen iert prise se n'en prenons conroi.
Mais faisons faire engiens, perrieres et berfroi;
De la devers la mer ai assis mon navoi,
Par la n'en istra nus qui ait cure de soi.
De ceste part sor nes lor ferai un berfroi;
Qant la mer sera grosse, si menront li ondoi
L'engien desi q'au mur sans nul autre conroi.
En celui n'avra home fors Damedieu et moi,
Ne ja plus n'i avrai fors armes et conroi."
"Sire, dist Tholomers, non feras, je t'en proi.
Que porrions nos faire s'il mesavient de toi?"
Et respont Alixandres: "Jel ferai, par ma foi,
Je nel lairoie mie por qanque as ieus voi;
De ça devers la mer en seront drecié troi,
Nous assaudrons ensamble belement sans desroi
Et toutes nos perrieres geteront de ravoi
Et metrons ciaus dedens en si pesant effroi
Que d'aus et de la vile abatrons le bufoi."
[2.83]   Au matin par son l'aube, quant li jors lor esclaire,
Li rois fist ses engiens et ses perrieres faire,
Et qant furent drecié, ses fist as murs atraire.
Et li Grigois s'armerent, qui ne tarderent gaire
D'assaillir la cité por ciaus qu'en veulent traire;
La veïssiés sachier mainte pelice vaire.
Li rois les vit armés, tous li cuers li esclaire,
Et monter es engiens qui forment li pot plaire.
Il en vient au berfroi qui des autres iert maire,
Premiers i est montés por commencier l'afaire;
Qant la mer fu enflee, sovent as murs repaire.
Les ondes quil demainent font le berfroi si braire
Que cil cuident quil voient que il doie deffaire,
Et cil dedens s'aïdent de lancier et de traire.
Li dus vit Alixandre el berfroi ou il ere,
Molt le het en son cuer, car en champ l'ot fait taire.
Ançois qu'il en descende li fera tel contraire,
Se il puet esploitier, ne verra son repaire.
[2.84]   Li dus vit Alixandre, bien l'a reconneü,
Tout seul le vit monter seur le berfroi tendu;
S'or s'en pooit vengier, bien li aroit vendu
La honte qu'il li fist quant en champ l'ot vaincu.
Encontre lui s'estut et tint un dart molu,
Lors li lance li dus si le fiert par vertu, 
Mais n'a pas Alixandre en l'auberc conseü.
"Par ma foi, dist li rois, tu m'as adesentu;
S'un autre cop me dones, bien m'avras deceü."
Lors li lance Alixandres un dart qu'il tint molu,
Que la targe a percie et son hauberc rompu
Et tres par mi le pis son acier enbatu;
Les deus jambes a fraites et peçoié le bu
Et la teste fendue, le cervel espandu.
Li rois le vit lai ens en la cite cheü,
Bien set se cil est mors li autre sont vaincu.
Oés dont se porpense li rois de grant vertu:
Ja fera hardement a tous jors menteü,
Dont parleront encore li grant et li menu;
De son chastel li poise qant l'en est sovenu.
Molt a bien Alixandres li rois son dart segu,
Qant du berfroi ou iert, de si haut com il fu,
Est saillis tous armés, a son col son escu,
Sor les murs de la vile si que tuit l'ont veü.
Et cil de la cité furent si esperdu,
Por iceste aventure furent tuit coi et mu,
Que plus d'une louee ont ainsi esteü
C'onques n'i ot par aus ne lancié ne feru.
Li rois saut en la vile, onques teus hom ne fu.
Qant cil de Tyr le voient entr'aus seul enbatu,
Tost le cuident avoir ou mort ou retenu.
Tres en mi la cité ot un arbre foillu;
Alixandres s'i traist desous un arc volu,
Ilueques se deffent a son branc d'acier nu.
Mais cil de Tyr li sont de toutes pars venu,
Son elme li detrenchent et caupent son escu
Et l'ont par quatre fois a genous abatu;
Se par tans n'a secors mal li est avenu.
Et li Grieu s'escrïerent tuit ensamble a un hu:
"Or aprés, chevalier, le roi avons perdu."
Sor les murs de la vile sont li pont abatu,
Li mur et les batailles sont de Grigois vestu.
Cil qui dedens saillirent sont as portes couru,
Et cil qui defors ierent en sont dedens venu.
Tout le premerain home que li rois a veü,
Qui vint por lui aidier, c'est Aristé son dru;
Et dist entre ses dens, mais ne l'a entendu:
"Li premerains fievés de ma gens seras tu."
S'il le dist, il le tint et bien li a tenu,
Car par ceste aventure li est si avenu
Que puis l'en dona toute la terre au roi Porru.
Ynde fu sieue et Caspes, puis l'en a revestu,
Bastres et Oriant tresq'a Occeanu.
Ilueques veïssiés un estor maintenu;
Cil qui sont pris a force sont destruit et pendu,
Et cil orent merci qui sain se sont rendu. 
[2.85]   Li rois prist la cité par itel vasselage
Que du berfroi el mur sailli par itel rage
Ains nus ne l'esgarda nel tenist a folage;
Mais nus hom ne pot onques atemprer son corage,
Que de tous les felons vaut abatre l'outrage
Et vers la sieue gent ot le cuer humle et sage.
Li rois ama molt Tyr, qui sist sor le rivage;
Antipater la done et mist ens en estage;
Il en ot en la fin trop dolereus damage,
Car il l'enpoisona com hom de mal corage.
Au quint jor mut li rois et mena son barnage,
Tout droitement vers Gadres acuelli son voiage.
Or sache bien Betys n'i metra autre gage,
Se li rois le puet prendre ne lui ne son barnage,
Que la teste au partir li laira en ostage.
[2.86]   Qant li rois mut de Tyr, bele compaigne en maine
Et trespasse Sulie, une terre soutaine.
Alixandres resgarde vers une roche hautaine
En la combe d'un val et a veüe Araine,
Une cité molt fort et plenteïve et saine
Qui estoit de grant gent et de richece plaine.
Environ la cité avoit mainte fontaine,
Dedens n'avoit segnor fors la gent citoiaine.
Alixandres apele Caulon de Mascedoine:
"Veés en quel païs aventure nos maine?
Sire en serai clamés ains que past la semaine,
Ou j'abatrai les murs de mortier et d'araine."
Cil respont tel parole qui ne fu pas vilaine:
"Molt me seroit plus bel se la rendoient saine."
[2.87]   Alixandres asist la cité environ,
Es plains desous la vile tendi son pavellon
Et mist a une porte Tholomer et Cliçon;
Licanor et Filote, Aristé et Caulon
Ra mis a deus des autres, aveuc aus maint baron.
Alixandres meïsmes apele Antiocon:
"Alés ent or endroit a tout un compaignon,
Dites a ciaus lai ens que nos les assaudrom;
Se par tans ne se rendent, a force les prendrons,
Ja n'en baillerai un qui viegne a raençon."
Et cil li respondi: "Vostre plaisir feron."
Antiocus s'en torne s'en maine Antigonun,
Et vienent en la vile errant a esperon. 
As citoiens parolent et metent a raison:
"Alixandres vos mande, et nos le vos disom,
Rendés li ceste vile, la tor et le dongon;
En cel plus haut estage metra son gonfanon.
Et se nel volés faire volentiers sans tençon,
Ja ne s'en tornera ne nos n'en partirons
Devant qu'il l'avra mise en fu et en charbon;
Ja n'en prendra un seul qui puis ait garison."
Et cil li respondirent: "Vos parlés en pardon.
Nos ne somes si home ne de lui ne tenom
Ne ja n'avra du nostre vaillant un esperon.
Se li rois nos manace, et nos le deffion,
Et se il nos assaut, et nos nos deffendrons.
Se ainsi nos demaine, dont somes nos bricon."
Li mes s'en sont torné qant ont dit lor raison,
Tresq'au tref Alixandre n'i ot arestison.
[2.88]   En la tente Alixandre s'en sont li mes entré
Et content tout l'afaire si com il ont mandé:
Que de la vile rendre ne sont pas porpensé,
Car ançois en seront mil escu estroué,
Et des nos et des lor maint plaié et navré.
Alixandres demande: "Sont il ja deffïé?"
Ce dist Antigonus: "Par mal somes sevré."
Lors commande li rois que tuit soient armé,
D'assaillir et de prendre garni et apresté;
Alixandres meïsmes a son cors conreé.
Son cheval li amainent Caulus et Aristé,
Alixandres monta par son estrier doré.
Lors veïssiés les Grieus dedevant la cité,
Ja avoient porprise la dove du fossé.
Tost fust prise la vile et li mur effondré,
Qant cil de la dedens sont a conseil alé.
A une part se traient li prince et li chasé:
"Cil Grieu sont de bataille hardi et aduré,
Nes puet contretenir ne chastiaus ne cité.
S'Alixandres nos prent, mal avomes esré;
Nen prendroit raençon, qu'il le nos a mandé.
Mais car faisomes pais a nostre salveté,
Si que nos n'en soions honi ne vergondé."
As batailles des murs sont cil dedens alé
Et dïent Alixandre qu'il s'en aille a son tré
Et sa gent traie arriere, car il ont devisé
Qu'il iront a sa tente faire sa volenté,
Et si li porteront les cles de la cité.
Et respont Alixandres: "Ce me vient molt a gré;
Mieus la veul avoir saine que il soient gasté." 
[2.89]   Li rois vit la cité qui envers lui se plie,
Et q'ençois la rendront qu'ele soit agastie.
Droit a son tref s'en torne o sa grant compaignie,
A pié est descendus entre la baronie;
Molt ot environ lui bone chevalerie.
Alixandres les voit, ne puet müer n'en rie.
Uns chevaliers persans du resne de Nubie
Devant lui s'agenolle, molt docement li prie:
"Sire rois Alixandres, cui tous li mons sousplie,
Chevaliers sui prisons por alongier ma vie,
Et sui venus a toi, mestier ai de t'aïe,
Que tu me doingnes don selonc ta segnorie,
Que ta grant largece ait ma poverté renplie."
Li rois fu encombrés de sa broigne sartie,
Sa teste li desarment, por ce ne respont mie,
Mais la raison celui ot bien par cuer oïe.
Es vos les pers d'Araine par mi la praerie,
Et chevalche chascuns un mulet de Sulie.
Devant lui s'agenollent desor l'erbe florie,
Les cles li ont rendues et la vile en baillie.
Alixandres les prent, mais son prison n'oublie,
D'autre part s'est tornés si apela Elye:
"Ou est li chevaliers qui me queroit aïe?"
Cil est venus avant, qui forment s'umelie.
"Amis, dist Alixandres, bonement sans boisdie,
Tien, je te doins Araine et la terre en baillie;
Ja n'en perdras plain pié en trestote ma vie."
"Va avant, chevalier, dist Dans Clins, sel mercie."
Et cil li respondi: "Par foi, je n'en quier mie."
[2.90]   "Chevaliers, dist li rois, vien avant si avras
Ceste bone cité et de moi la tenras
Et la terre environ, ja plain pié n'en perdras."
Et cil li respondi, qui molt ot le cuer bas:
"Rois, done me autre chose, or ou argent ou dras,
La cité ne me plaist ne je ne la voil pas
Ne ja de li deffendre n'esterai un jor las."
Alixandres respont: "Se devient droit en as;
Je ne sai qui te tient ne le cuer que tu as,
Mais itel sont li don au roi mascedonas."
Alixandres s'en rist s'apela Filotas,
Sor un paile de fautre s'est assis de Damas.
Del chevalier se rïent et demainent lor gas:
"Qui n'a cuer d'assés prendre mieus aime un don eschars,
Ja malvais hom n'iert riches, qui li donroit Baudas."
La cité fist garnir et mist ens satrapas.
Au prisonier commande a doner cinq cent mars;
Ce fu li menres dons au roi macedonas. 
[2.91]   Qant cil orent la vile Alixandre rendue,
Li rois la fist garnir et autres gardes mue.
Au quint jor est meüs, du siege se remue,
Tout droitement vers Gadres a sa voie tenue.
Que ja mais ens sa vie ne li sera tolue.
Li dus Betys a bien cele chose seüe,
Et mande par sa terre et secors et aiue
Et tramet en Aufrique por une gent cremue;
La gent persant et more en est a lui venue,
Et envoie en Betaine pour une gent boçue;
Dens ont grans et pies les, grans est et parcreüe,
Et porte chascuns hache ou tinel ou maçue;
Qui uns d'aus fiert a cop mervelle est se nel tue.
Tant chevalchent a force que la vile ont veüe,
Qui ot tente ne tref el pré l'a estendue.
<<< >>>