<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75

[2.92]   Li Grieu assirent Gadres et devant et derriere,
Li rois as maistres portes mist de sa gent plus fiere,
Et les autres barons rasist en lor maniere,
Si com chascuns est mieudres et sa gent plus entiere.
Licanor et Filote a mis en la premiere,
Tholomé et Cliçon mist en la plus corsiere,
Por ce que lor bataille est tous jors costumiere
De souffrir gregnor fais et en l'estor premiere.
Et li Grigois porprenent le plain et la riviere,
Et prenent la vitaille par la terre pleniere,
De ciaus qui la deffendent i ot fait mainte biere.
Qant il furent garni, si s'en revont arriere,
Ja tant com il i soient n'en sera mais l'ost chiere.
[2.93]   Li dus Betys de Gadres ot molt le cuer dolant
Qant vit gaster sa terre et livrer a torment,
Et espandre par l'ost le vin et le forment,
Ainsi com li forrier les mainent malement.
Au roi en a tramis un message briement
Q'isse fors de sa terre, il li fera present,
Trente soumiers charchiés entre or fin et argent;
Et se cis plais ne vient Alixandre a talent,
Si mande tel parole Tholomer coiement
Dont il seront encore maint chevalier dolent.
Li mes ist de la vile, au tref le roi descent
Et conte sa parole bel et cortoisement:
"Li dus Betys vos mande pais et acordement,
Que issiés de sa terre, il vos fera present.
Tant vos donra avoir que tout serés manant." 
Alixandres respont: "Je n'en ferai noiant.
Jou ai la vile assise s'i serrai longement
Ançois que ne la pregne, se on ne la me rent.
Je m'en sui ja vantés oiant toute ma gent,
N'est pas rois qui se fause ne sa raison desment."
Et li mes prent congié, vers Tholomé s'estent:
"A le matin vos mande li dus tornoiement,
Devers la vostre porte s'en istra coiement."
Et respont Tholomers: "Bien l'otroi et creant;
Tous soie je honis se je ne l'i atent,
Molt iert fors ses haubers se ma lance nel fent."
[2.94]   Li mes se part de l'ost s'est a Gadres venus,
Au duc Betys retorne, de cui il iert meüs,
Et dist: "Li rois vos mande qu'il n'est pas vostre drus,
Ja por torner du siege n'iert ses tres destendus
Tresq'avra pris la vile et les murs abatus,
Se ne li est rendue et li palais fondus."
Et li dus respondi pensis et irascus:
"Dehais ait, se Dieu plaist, qui sera vis vaincus,
Mieus veul estre mors pris que vis estre rendus."
"Dans Tholomés vos mande qu'il n'est pas esperdus,
De tornoier as tentes serés bien atendus,
De sa lance savrois com est roisdes li fus."
Et li dus respondi: "Bien nos ont conneüs."
Toute nuit s'eschargaitent tant que jors fu parus,
Sonent cors et buisines et ces grailles menus.
Main montent cil de Gadres et prenent lor escus,
As tentes Tholomé fu li tornois tenus.
[2.95]   Cil de Gadres s'armerent et montent par matin,
Li dus s'en est issus par la porte Ludin,
Et ot en sa compaigne maint conte palasin.
Es vos Bigos, Buigués, Saboués et Chatin,
Et Madés l'orgellous et Carraut de Lerin,
Et ont en lor compaigne maint jovincel meschin
Por commencier l'afaire fier et fort et enclin.
Et li Grieu les encontrent orgelleus et de brin,
Contre le vent fremissent cil gonfanon porprin.
Lors josterent ensamble les gens de maint latin,
Escus et haubers rompent, froissent cist fust fraisnin,
Sor les hiaumes tentissent cil bon branc acerin.
Li hardi desarmé furent tost a lor fin,
De ciaus qui sont a terre veïssiés grant traïn.
[2.96]   Cil de Gadres s'en issent tuit rengié et serré,
Et li Grieu les encontrent orgelleus et armé. 
Qant voit li dus Betys le vairet abrievé
Dont li compains Cliçon l'abati en un pré,
Molt durement l'en poise, car maint jor1'ot gardé;
Se li haubers nel tient, ja sera comperé.
Si grans caus s'entredonnent li dus et Tholomé
Que sous les boucles d'or sont li escu traué;
Les lances sont brisies, mais li fer sont outré.
Et li hauberc se tienent, si sont fort et serré.
Si forment s'entrehurtent que tuit sont estoné
Et par desus les crupes des chevaus enversé;
Au redrecier d'aus deus i ot maint caup doné.
Et Dans Clins ses compains a Dilas encontré,
Un prince de Persie, de Galenie né,
Que des chevaus se sont a la terre porté.
[2.97]   Dans Clins fu a la terre entre lui et Dilas.
Li fieus Caduit se drece, mais cil ne ressort pas,
Car molt fu estonés et des armes iert las,
Et par mi les herberges s'en fuit ses chevaus cras.
Dans Clins sache l'espee qui ja fu Eneas,
Au siege devant Troie la conquist Atenas,
Sel fiert par mi le hiaume qu'en trois lieus le fist quas.
Devant li a trenchié le nasel a compas,
Ja l'eüst mort ou pris, nel tenés mie a gas,
Qant la bataille au duc vint armee le pas.
Cil voit sa demorance si s'est ferus el tas,
Puis lor fist grant damage d'un parent Perdicas.
[2.98]   La noise fu levee et li mort sont confus,
Lor vint par mi le champ poingnant Antiocus,
Et sist sor Cervadoine, qui fu le roi Otrus,
Ja por cinq lieues corre n'iert estans ne confus.
Es rens des tornoians va joster a Gebus,
Toutes plaines lor lances se portent a reüs.
Li Persans saut en piés, mais li Grieus fu ains sus
Sel fiert par mi le chief qu'il le rabati jus;
Ja en preïst la teste se n'i venist li dus;
Et fu en la bataille Abilans de Lerus.
[2.99]   Li renc sont espessié et la gent estormie,
Et li Grigois s'armerent qant la noise ont oïe.
E vos la gent boçue, felenesse et hardie,
Par une autre posterne lor ont fait asaillie
Et porte chascuns hache ou grant fust qui ne plie;
Cui uns d'aus fiert a caup laidement le chastie.
Cil ont si la bataille Tholomé envaïe
Que tresq'as pavellons est arrier resortie. 
Ja tornast as Grigois laidement la folie,
Qant Emenidus point, qui sa compaigne guie,
Entr'aus et la cité l'a açainte et hordie.
Cil se vont regardant et li dus lor escrie,
La veïssiés sachier mainte espee forbie.
De deus pars l'ont enclose, es la vos esbahie,
Tuit ont l'estor guerpi et la fuie acuellie,
Et li Grieu les ferirent, qui nes espargnent mie,
En fuiant en ont mort une molt grant partie.
Par mi la maistre porte rest en Gadres flatie,
Cist ne feront hui mais as Grigois envaïe.
[2.100]   Li Grieu ont desconfit la pute gent boçue,
Par mi la maistre porte est en Gadres ferue,
Molt par l'ont au ferir laidement descreüe.
Mais Dilas l'orgelleus, qui siet sor Noirenue,-
Un destrier de grant pris que li dona sa drue,
Armés fu et couvers d'une porpre volsue,
Desi q'as poins li bat une ensegne frengüe,-
Sovent cerche les rens et molt bien s'i aiue,
A un baron de Gresce a la teste tolue.
Dans Clins point Boniface, qui sovent se remue,
Molt li poise du Grieu qui la teste ot perdue,
Ja sera d'ambesdeus la mellee tenue.
Ambedui laissent corre par une voie herbue,
Si grans caus s'entredonent sans nule retenue
Q'il n'i ot si fort targe ne soit fraite et fendue;
Les lances sont brisies mais nus ne s'en remue.
Dans Clins se traist vers lui et tint l'espee nue,
Sel fiert par mi le hiaume, qui fu fais a Valrue,
Que les estriers li taut de la sele volsue;
Li agus de son elme fiert en l'erbe menue;
Dans Clins prist le cheval, qui de corre s'argüe.
Es vous la grant bataille fors de Gadres issue,
Et la gent Tholomé est encontre venue.
[2.101]   Matin leva li rois et ot fait s'orison,
Et entendi la noise a la porte Cliçon.
Molt durement l'en poise et tint le chief enbron,
C'onques as premerains ne josta se il non;
Ses armes fait venir devant son pavellon.
Tant durement se haste qu'il fist grant mesproison,
N'ot que lance et espee, escu et gonfanon,
Si saut en Bucifal qu'en croissent li arçon,
Tout droit en la bataille en va a esperon.
Dieus garisse Alixandre de mort et de prison,
Hui recevra tel caup par le conte Pinçon 
Dont en l'ost as Grigois ploreront maint baron.
Autresi com la grue fuit devant le faucon,
L'en porte Bucifal par l'estor de randon.
Devant la maistre porte va joster a Porçon.
El cors li met le fer a tout le gonfanon,
Toute plaine sa lance l'abat mort el sablon.
Cil conurent le roi a l'escu au lion,
Tuit ensamble se traient vers la porte Mabon
Et dïent que hui mais ne feront se mal non.
[2.102]   Cil de Gadres se traient vers la porte Mabin;
A tant es vos le prince, qui sist sor Seraphin,
Un destrier de Castele courant outremarin,
Et connut Alixandre qui des lor fait traïn.
En sa main tint un dart dont le fus fu de pin,
Alixandre le lance par le las a or fin
Si que par mi les pans du blïaut ostorin
Li enbat ens la cuisse tout le fer acerin;
Desous fiert en la sele coverte de porprin.
Alixandres s'enbronche et tint le chief enclin,
Del sanc qui ist du roi i ot plain un bacin.
Li Grieu virent la plaie du prince palasin,
Environ lui s'arestent li viel et li meschin;
La ot mené grant duel et desrompu maint crin,
Et cuident d'Alixandre que il aut a sa fin.
[2.103]   Li Grieu sont en grant ire por le roi lor segnor,
Durement se dolousent li grant et li menor,
Mais li rois les conforte, com hom de grant valor,
Et dist qu'il garra bien, ne soient en error.
Alixandres ot mires, ainc ne furent mellor,
De l'ongement i mirent qui porte grant vigor,
Et garissent la plaie et traient la dolor;
Ains n'en laissa ses armes a porter icel jor.
Or sache bien li princes, s'ui mais point par 1'estor,
Se del roi s'escremist, molt savra de trestor.
[2.104]   Cil de Gadres sont lié de la plaie le roi,
Molt en mainent grant joie, mais ne sevent por coi.
Dans Clins et Tholomés ne furent mie qoi,
O cinq cens chevaliers commencent un tornoi,
Des qels as commençailles morurent plus de troi.
Emenidus d'Arcage i vint poignant par soi
O la sieue bataille maintenir le tornoi.
A tant es vos le prince, qui sist sor Serafoi,
Un destrier de Castele qui cort a grant desroi, 
Molt par ot riches armes et avenant conroi.
Alixandres li vait poignant tout un chaumoi,
La lance sor le fautre, le gonfanon d'esploi,
Ja comperra la plaie uns de ces deus, ce croi.
[2.105]   Li princes fu molt fiers, de petite persone,
La ou voit Alixandre durement s'abandone,
Et li rois, qant le vit, molt forment esperone.
Alixandres le fiert qui de riens nel saone;
Ne li valent ses armes une paille d'anone,
Autresi les perça com se fust une gone,
El cors li mist le fust et le fer d'Escalone.
Alixandres l'enpaint, qui si grant caup li done
Et tant forment l'abat que la terre en resonne.
[2.106]   Pinçons jut a la terre en mi le champ pasmés,
L'ame s'en est alee, assés tost est finés.
Li Grieu prinrent le cors, ne lor fu mie ses
Q'a tant peu de vengance s'en fust li rois tornés;
A fors roncins li ont tous les menbres noués,
A coroies de cerf les ont fort acouplés,
Par devant ciaus de Gadres fu li cors traïnés,
Si que bien en pot estre veüs et esgardés.
Lors tirent et desrompent, sempres fu deschirés,
Tost li orent les menbres fors du cors dessevrés.
Cil des murs l'esgarderent, de qui il est amés,
La ot paumes batues et cheveus detirés,
Cist plais a ciaus de Gadres durement effreés.
[2.107]   Molt ot li dus grant ire de la mort de Pinçon,
En la terre de Gadres n'avoit mellor baron;
De soi meïsme atent autretel guerredon.
S'Alixandres le tient, n'i metra raençon,
Qui li combleroit d'or et d'argent un dongon,
Tant durement le het por la mort de Sanson.
Et vit la sieue gent morir a contençon,
Entor lui les ocïent, n'a mais bon compaignon.
Lors voit bien et conoist la grant destrucion
Qui sor lui est tornee et la confusion,
Et maudist les Grigois et qui lor fist cel don,
Car contre lor effors ne puet garir nus hom.
Vers la porte moiene baissent lor gonfanon,
A la fuie se metent chevalier et paon;
Et li Grieu les enchaucent a coite d'esperon,
Par mi la maistre porte se metent a bandon.
Aveuc aus ens la vile, qui qu'en poist ne qui non, 
A entré des Grigois, ce sachiés, a foison.
La oïssiés des hiaumes et des brans tel tençon
D'une lieue et demie en oïst on le son.
[2.108]   Ensamble o ciaus de Gadres se sont li Grigois mis,
En la vile par force ont tout le borc espris
Et le baile defors, et pris le duc Betys.
Ains quel tiegne Alixandres, l'ont li Grigois ocis,
Car tant fort se deffent desous son escu bis;
Bien set que Alixandres est tant ses enemis
Por la mort de Sanson, qui tant fu ses amis,
Et por le grant damage qu'il li ot fait des Gris,
Mieus veut morir a glave que devant lui aut vis.
Molt ot li rois grant joie qant le regne ot conquis,
Il a mises ses gardes es fremetés Betys.
[2.109]   Qant li rois ot pris Gadres et saisi les deffois,
Por la terre garder i laissa des Grigois.
Des bachelers du regne, des chevaliers cortois,
Qui ont les beles armes et les riches conrois,
Qui ferront aveuc lui es estors de manois,
En mena Alixandres plus de deus mile et trois;
Tant par l'ont aamé por ce qu'il est cortois,
Et les avoirs lor done et les arrabiois,
Les chevaus et les armes et les muls espanois.
Quatre jors sejornerent et au quint mut li rois,
Des or sache bien Dayres et Porrus li Yndois
Teus afaires lor sort qui n'est mie a gabois.
[2.110]   Au quint jor mut li rois, il et si chevalier;
El premier chief devant sont li gonfanonier,
Tout droit vers Escalone prinrent a chevalchier.
La vile vaura prendre et la terre essillier,
Mais encontre lui vienent li dus et li princier
Si devienent si home et si lige terrier,
Et li rois les reçut de bon corage entier;
Cel jor i ot doné maint drap de soie chier.
L'endemain mut li rois, ne vaut plus atargier;
Par la terre s'espandent quatre mile forrier,
Qui ne laissent chastel ne mur a peçoier.
[2.111]   Alixandres trespasse le regne de Surie,
Droit vers Jherusalem a sa voie acuellie,
Q'il veut la cité prendre et avoir en baillie.
Bien tost l'eüst destruite et la terre gastie, 
Mais la gent citoiaine envers lui s'umelie,  [2440]
Contre lui est venue molt gente compaignie,
De dras religïeus fu toute revestie.
La loi li aporterent du tans saint Jheremie;
Dieus li sires du mont, qui tout a en baillie,
Le dona Moÿsés el mont de Synaïe
Et vaut que ele fust par son pueple establie.
Alixandres l'oneure et encline et sousplie
Et vit humle le pueple, sans orguel, sans folie,
Et que il li mostrerent amor et segnorie;
Si grans pitiés l'en prent q'a tous jors lor afie
Et pais et quiteé lor pramet a sa vie.
Lors fu li pueples liés et forment l'en mercie,
Grans presens li porterent, mais li rois nes prist mie.
Outre s'en est passés et s'amor lor otrie
Et s'autre gent les grieve il lor fera aïe.
[2.112]   Alixandres chevalche, c'onques puis ne fina,
Tresq'en la terre Dayre onques ne s'aresta,
Mais la gent felenesse confondi et gasta;
Et qui vers lui se tourne quitement le laissa
Et qui Dayron avoe malement li esta.
Ens en la terre Daire li rois se herbrega,
Ses tentes fist fichier et sa gent ralia,
Ja mais n'avra grant joie tant com vif le savra.
Et qant Dayres l'ot dire, durement l'en pesa,
Lors demande conseil comment le destruira.
Un present li envoie li rois dont s'apensa,
Par tant li est avis qu'il l'espoëntera.
[2.113]   D'une chose fist Dayres que preus et que cortois,
Qu'il prist graine novele menue de pavois,
Douce a mengier et blanche autresi comme nois,
Plus que ne portast mie uns mulés espanois,
Si l'envoie Alixandre, le roi mascedonois,
Et commande as messages et conjure lor lois
Qu'il dïent Alixandre fierement sans gabois
Que Dayres a plus homes, que Persans que Yndois,
Q'il n'a grains en la charche a chascun deus ou trois;
S'il vienent en l'estor qu'il ferront de manois,
En bataille nomee les troveront tous frois.
Mais Dayres ne sot mie q'Alixandres li rois
Mosterra tel parole as messages ançois
Q'il tornera son conte le chief devant detrois.
[2.114]   Li mes s'en est tornés qui le present en maine,
Tant chevalche et esploite q'ains que past la quinsaine 
En vint a Alixandre, le roi de Mascedaine,
Si le trova seant en sa tente demaine.
Et vit environ lui tant prince, tant chastaine,
Et ot en sa compaigne maint fil de chastelaine.
Li mes l'a salüé et dist chose certaine:
"A toi m'envoie Dayres et tramet ceste graine.
Entrés es en sa terre, qui de richece est plaine,
O ta gent q'as conduite de Gresce mascedaine,
Mais torne t'en arriere si te gete de paine,
Car Dayres a plus hommes, que chasés que demaine,
Q'il n'a grains en la charche n'en mer pierre d'araine,
Q'il avra tous mandés en une qarentaine.
Autresi com l'alose engloutist la balaine,
Vos conquerront en champ, vostre mors est prochaine;
La terre dont venistes vos samblera lointaigne."
Qant l'entent Alixandres, de respondre se paine
Et a dit tel parole qui molt par est soutaine.
[2.115]   Alixandres s'oï devant soi manecier
Et vit le present Daire, qui gaires ne l'ot chier,
Qui lui veut et ses homes par itant esmaier.
Li rois prist de la grene le pesant d'un denier
Si la mist a sa bouche, que tout vaut ensaier;
Il la trova molt douce et bone por mengier.
Alixandres parole et dist au messagier:
"Ceste chose est molt simple et molt fait a proisier.
Est Dayres ausi humles et il et si guerrier?"
"Oïl, fait li mes, sire, et tuit si chevalier."
Alixandres respont a loi de bon princier:
"Dont sont il en bataille a destruire legier.
A ce que li Grieu sont en estor dur et fier,
Ja ne porrés garir encontre lor acier;
Se nos avons poi homes, il sont tout costumier
D'autre gent desconfire et desrompre et chacier."
Li rois fait apeler son maistre despensier,
Tout plain son gant de poivre li fait apareillier.
[2.116]   Li rois fait aporter tout plain son gant de poivre.
"Oés, fait il au mes, que vos vuel amentoivre:
Si com cist tans de poivre est or plus fort a boivre
De vostre graine douce, bien le pöés perçoivre,
Est ma gens fors et dure por fort estor reçoivre,
La vostre gent menue est legiere a deçoivre.
Ausi com li lyons prent et ocist l'atoivre,
Qui est haus et creüs comme rains de genoivre,
Vos conquerrons en champ et vostre gent atoivre;
Qant partirés de nous, des testes serés soivre." 
[2.117]   Qant orent li message lor besoigne furnie
Et voient q'Alixandres ne s'en tornera mie,
Mais la richece Dayre et sa grant segnorie
Et sa gent et sa terre veut avoir en baillie,
Lors demandent congié si s'en vont en Persie
Et reconterent Dayre sans nule felonie
La parole trestoute si com il l'ont oïe;
Et dïent du present toute l'alegorie
De la graine et du poivre, que chascuns senefie,
Et com li rois de Gresce lor mostra la maistrie.
Et prisent Alixandre et sa grant compaignie,
Q'en tout le siecle Dieu n'a tel chevalerie,
Et li rois est si preus et de tel baronie
Qu'il vaurra tout avoir du mont la segnorie.
Quant Dayres l'entendi, tous li sans li formie;
Lors fait faire ses chartres et ses messages prie
Q'il semongnent le regne qui vers lui s'umelie
Que tuit viegnent par force a Dayre a l'ost banie;
Et ciaus qui n'i venront de s'amor les deffie,
Car cil qui n'i venra n'i perdra que la vie.
[2.118]   Dayres a fait semonre le regne d'entor soi
Et trestoute la gent qui maintienent sa loi,
Ciaus qui tienent de terre demi pié ne plain doi;
Et qui or n'i venra a Dayre ment sa foi,
Et gart que nus n'i viegne n'ait armes et conroi.
Qant furent assamblé par les plains d'Eleroi,
Si furent plus par esme de cinc cens mil et troi.
Iluec ne veïssiés pré ne plain ne chaumoi
Ou il n'eüst cors d'ome, cheval ou palefroi
Ou harnois d'autre guise, la n'estoient pas coi;
Cel jor i veïssiés maint gonfanon d'esploi.
D'aler contre Alixandre ierent tuit en effroi.
[2.119]   Qant Dayres ot josté les gens de ses regniés,
A plus de cinc cens mile les ont le jor prisiés.
Et Alixandres fu d'autre part herbregiés
Sor l'eaue de Gangis, dont parfons est li biés.
Les os furent si pres que tres bien veïssiés
De l'un pavellon l'autre, tant les ont aprochiés.
Li Grieu saillent as armes, lors les veïssiés liés;
Ilueques veïssiés gonfanons desploiés,
Mais desi au matin fu l'estors respitiés
Por sorveoir les Grieus a lor tentes logiés. 
[2.120]   Par mi les pres de Paile s'est Dayres ostelés,
Et Alixandres ot devant tendu ses tres
Sor l'eaue de Gangis, dont parfons est li gues.
Por ce fu icil pres de Pailes apelés
Que Dayres i fist tendre sa richece en ces pres,
Cendaus et ostorins et bons pailes fresés,
Or et argent et dras et autres richetés,
Et dist qu'il est du mont li plus riches clamés.
Et Alixandres fu d'autre bien porpensés:
Cel jor li mostra tant de chevaliers armés,
Atornés de lor armes, sor les destriers montés,
De qoi Daires se tint le jor por fol provés
Et dist qu'avoirs n'est preus qui trop par est gardés,
Mais beneois soit cil dont on est alosés.
Pire est riches malvais que povres honorés,
Bone chevalerie est molt grans richetés.
[2.121]   Cele nuit sejornerent les os sans assambler,
Car les compaignes firent ambesdeus a douter.
Et Dayres li Persans fist ses barons joster,
Dus et contes et princes en sa tente assambler.
"Baron, ce dist li rois, je vos ai fait mander
Por ce que je vos veul un conseil demander.
Le rois de Mascedoine voi en ma terre entrer
Et ma gent essillier et mon païs gaster,
Qui mes hom deüst estre quitement sans fauser.
Ses pere et ses ancestres ne l'oserent penser,
Mais l'orguel qu'il demaine le fait outrecuider.
Or se veut de mon regne faire sire clamer,
Mais je ne redoi mie du tout a mal garder,
Car li sages doit estre por le fol assener,
Et li fol se repainent des sages gens meller.
J'ai une fille bele qui molt a le vis cler,
A mollier li otroi sel me volés loër,
Et vaurrai de mon regne l'une moitié doner
Et la terre conquise toute quite clamer.
Par itant nos porroit en pais laissier ester."
Et cil li respondirent: "Nel vos devons blasmer;
Ci a bon mariage quil porroit atorner."
[2.122]   Dayres a pris messages, des mellors de sa gent,
Des barons de sa terre, atornés richement.
Son message lor conte et charche sagement
Ses envoie Alixandre par son l'aube aparant.
Desi q'au tref le roi sont venu erranment, 
A l'entree des cordes descendent en estant
Et ont trové le roi en sa tente seant,
Ou faisoit atachier une ensegne pendant
En sa lance de fraisne a cleus qui sont luisant,
Qui a roisde le fust et le fer si trenchant
Qui bien en iert ferus de mort n'avra garant.
Li mes le salüerent bel et cortoisement
De par Dayre de Perse, que on claime soudant.
[2.123]   Devant le roi s'esturent li Persant en estage,
De la part lor segnor conterent le message.
"Alixandre, font il, molt as divers corage.
Ses que te mande Dayres, li sires de parage?
Entrés es en sa terre par mervelleus outrage,
Onques hom de ta terre ne pensa tel folage;
Tu dois estre ses hom quitement par usage,
Tes pere et tes ancestres firent au sien homage;
Mais Dayres est si humles et si a le cuer sage
Qu'il ne veut esgarder a orguel ne a rage.
Une fille a molt bele, si a cler le visage,
A mollier la t'otroie au los de son barnage;
La moitié de son regne avras a mariage,
Et la terre conquise t'otroie en heritage,
Car ne veut pas que tort li païs a damage,
S'en seront avancié tout cil de ton lignage."
[2.124]   Li rois vit les mes Dayre et entent lor raisons,
Un respit lor demande, mais ne fu mie lons,
Tant seulement qu'il ait parlé a ses barons;
En un tref s'en entra qui fu fais a girons.
"Savés, dist il as siens, dont Daires m'a semons?
Doner me veut sa fille, qui a gentes façons;
Et demie sa terre o la feme prendrons
Par itel convenant que nos deviserons
Que n'en soit de la guerre mais chauciés esperons,
Ains irons en rivieres et porterons faucons
Et si verrons voler nos gens esmerillons.
Par le conseil de vos en iert fais li respons."
Premier li respondirent Tholomers et Clinçons:
"Sire rois Alixandre, desor vos le metons.
Se volés, faites pais, se volés, guerroions;
Le quel que volés faire et nos l'otrierons."
"Sire, dist Perdicas, molt par est biaus li dons,
Mieus vaut demie en pais la terre, ce savons,
Qu'ele ne feroit toute a guerre et a tençons."
Qant l'entent Alixandres, si fu mus et embrons;
Aprés li respondi, iriés comme lyons:
"Perdicas, fait li rois, vostre cuers est garçons
Ja le vostre conseil, se Dieu plaist, ne crerons,
Ains en iert en maint cors baigniés mes gonfanons
Et en serai en sanc trestous tresq'as talons
Que ja compaignon aie ne partis soit mes nons."
[2.125]   Li rois a la raison des deus barons oïe
Et entent la parole dont Perdicas li prie;
Si forment le regarde que cil tous en fremie.
Alixandres l'apele, forment le contralie:
"Se fuisse Perdicas, ne lairai ne vos die,
Ja eüsse otroié molt tost ceste partie,
Mais je sui Alixandres si ne le ferai mie;
Ne per ne compaignon n'avrai ja en ma vie."
Puis a dit as messages: "Ceste pais est faillie.
Ralés vos ent et dites a Daire de Persie
Face sa gent armer, que mes cors le deffie,
Et la moie iert molt tost conr[e]ee et garnie.
Ne veul avoir sa fille o sa terre demie,
Ou ele iert toute moie ou je ne l'avrai mie.
Ja n'avrai compaignon, soit savoirs, soit folie,
Ains iert, se Dieu plaist, moie du mont la segnorie."
[2.126]   Li message de Perse revienent a Dayron,
La parole Alixandre li dïent trusq'en son:
"Ou li resnes iert suens trestous en abandon
Ou il n'en tenra ja vaillant un esperon,
Ja nul jor de sa vie n'en avra compaignon;
Sires du mont doit estre sans autre partison."
Et qant Dayres l'entent, si craula le menton;
Lors furent a conseil mandé tuit li baron.
Li rois estut en piés devant son pavellon
Et a dit a ses homes: "Segnor, quel le feron?
Molt par truis Alixandre orgellous et felon,
N'i puis amor trover ne q'aigniaus en lion.
Par mi ceste bataille nos entrepasserom;
Se li dieu nos aïdent, voirement la vaintrom."
Et cil li respondirent: "Vostre plaisir ferom."
[2.127]   Au matin qant il virent le soleil esclairier,
Dayres li rois de Perse monta sor un destrier,
Et furent aveuc lui si mellor conseillier.
Lors fist crïer par l'ost et hucent cil banier
Que tost soient armé sergant et chevalier.
Qant furent atorné neïs li paonnier,
Si furent bien ensamble soissante et dis millier.
Dayres connut les Grieus qu'il furent bon guerrier, 
Et li rois orgelleus et de corage fier,
Et en toutes batailles sont de ce constumier
Q'autre gent ne garist encontre lor acier;
Ne veut pas ses eschieles joster au chaploier,
Car durement se doute de sa gent empirier.
Lors fist ses courres prendre et bien apareillier,
Les chevaliers dedens armer et haubregier,
Et portent trenchans faus por les Grieus damagier,
Les olifans ques mainent ne set nus hom prisier.
El champ de la bataille les a fait arengier
Iluec ou li estors se devra commencier.
Aprés lor commença molt bien a ensegnier
Que qant il se devront o les Grigois lïer
Que poingnent quatre pars par mi l'estor plenier
Et fierent o les faus por les Grieus detrenchier
Et la ou il iront facent le champ vuidier,
Que contre lor effort n'ait deffense mestier;
Par itant les porront desconfire et chacier.
Alixandres meïsmes les oïdesrainier,
Qui en l'ost se fu mis a guise d'escuier,
Puis s'en revint as Grieus si coiement arrier
C'onques cel jor nel porent conoistre n'acointier.
[2.128]   Qant li rois vit Dayron ses corres deviser
Et les chevaliers ens haubregier et armer
Et lor commande a tous faus trenchans a porter
Et a ses olifans fait les curres mener,
El champ de la bataille les ot fais arester,
Et li avoit oïsagement deviser
Que qant il se devroient o les Grigois meller
Q'il feïssent les curres par quatre pars aler
Por la gent Alixandre trespercier et branler,
Alixandres commence contre ce a penser.
Les douze pers de Gresce fait devant soi mander,
Puis si lor commanda douze eschieles guïer
Et fait Emenidon cele devant mener,
Por ce qu'il est tous jors as premiers caus doner.
Puis si lor commença sagement aconter,
Qant il verront vers eus les olifans aler,
Ciaus qui doivent les curres o les roees mener,
Q'il se partent en crois et les laissent passer,
Si bien que en l'estor nes puissent encontrer;
Et qant il les verront par mi les rens outrer,
Lors se metent aprés qu'il ne puissent torner,
Si qu'il facent lor curres contre terre verser;
Puis s'aïrent sor aus et pensent de chapler,
Si que ja nus de ciaus ne puisse relever.
"Par itant les porrons desconfire et mater." 
[2.129]   Qant Alixandres ot ordené en tel guise
Ses batailles a poindre, en aprés lor devise
Que la compaigne Dayre qui es curres s'est mise
Poindra par la bataille si com chose est enprise;
Gart que si bien l'açaingnent que tote soit sorprise
Et se ele puet estre detrenchie et occise,
Puis reviegnent a l'autre qui el champ est assise,
Et se tant pue[e]nt faire q'a la fuite soit mise,
As espees trenchans soit fierement requise.
Autresi com la noif est par le chaut remise
Iert hui la force Daire par la soie conquise,
Hui prendront li Grigois des Persans la justice.
[2.130]   La bataille est jostee des Grigois et des lor.
Ainsi com Dayres ot devisé celui jor
Sont li curre meü et courent par l'estor;
Li olifant ques mainent vont de si grant fieror
Que nus ques encontrast n'eüst vers aus vigor.
Mais li Grieu s'en partirent sagement sans folor,
Que gaires n'i perdirent li grant ne li menor;
Et qant il furent outre, n'eurent tant de laissor
C'onques en la bataille repreïssent puis tor,
Car li Grieu o les ars ne sont mie a sejor,
En courant les ocïent o les brans de coulor;
D'olifans et de curres lor ont fait tel atour
Tout ocïent a glaive et metent a dolor.
Cis plais torna a joie au roi mascedonor,
Et Dayres li Persans en ot duel et iror.
[2.131]   Qant Dayres vit ses curres chaoir a tel martire
Et les chevaliers ens trebuchier et ocire,
Fiert sa main a sa cuisse si taint et s'esprent d'ire,
Tant redoute les Grieus que forment les remire,
Les regnes de son fraim a ambedeus mains tire,
Vers senestre se torne, sor son escu se vire,
Lors regarde ses homes, sous son elme souspire.
Quarante et deus batailles a ordené a tire,
As barons de sa terre les commande a conduire
Et apele ses homes si lor commence a dire:
"Qui or iert chevaliers de m'amor sera sire,
Car molt ai grant paor de perdre mon enpire."
[2.132]   Molt fu liés Alixandres et ses gens plus haities
Qant il orent des curres les batailles vuidies
Et a ciaus qui ens furent ont les testes trenchies. 
Vit les batailles Daire toutes apareillies,
Qui venoient vers aus le pas, lances drecies.
Li rois ra douze eschieles jostees et rengies,
As douze pers de Gresce les a par non baillies.
Adont les veïssiés venir bien arengies,
Chascune devant l'autre, duites et afaities,
Si com li maines rois les avoit ensegnies.
Les ensegnes au vent ont li Grieu desploïes,
Onques jusqu'au ferir n'i ot resnes sachies.
La ot molt grant meschief, mais les gens sont proisies,
Qant a quarante eschieles se sont douze apoïes,
Mais, s'Alixandres puet, anqui seront percies
Et les compaignes Daire matees et brisies.
[2.133]   En la premiere eschiele, Emenidus d'Arcage,
Vint li rois tous armés, espris de vasselage.
El chief de la bataille vit le roi de Cartage,
Qui la premiere eschiele Daire ot par segnorage.
Alixandres le fiert par le hardi corage;
Tous li conrois qu'il porte ne li vaut un formage.
Si grant caup li dona que trestout le sorbarge,
Toute plaine sa lance l'abat mort en l'erbage.
Puis a traite l'espee, fors du fuerre la sache,
Au torner de sa joste fiert Balot de Valage,
Que la teste li trenche par desous le visage.
Et li Grieu les ferirent qui sont cortois et sage;
La veïssiés morir la gent Dayre el rivage,
Autresi les ocïent comme beste salvage.
De la premiere eschiele lor ont fait tel damage
Quatre cens en ont mort a dolor et a rage.
Et qant Dayres le voit, a poi que il n'esrage.
[2.134]   L'eschiele Tholomé vint aprés la premiere
A une autre bataille Dayron grant et pleniere;
Perchael la conduit, qui fu nes de Valmiere,
Et portoit en sa lance l'oriflambe baniere.
Les deus batailles hurtent par si faite maniere
Ce n'est mie mençoigne que chascuns bien n'i fiere,
De sanc et de cervel est tainte la bruiere;
Mais la gent Tholomé estoit hardie et fiere
Et li Persant bahif comme cerf en gaschiere,
Et li Grieu les feroient comme gent costumiere,
Derompue l'en mainent sor les autres arriere.
Ce fu une aventure que Dayres n'ot pas chiere.
[2.135]   Aprés la Tholomé joint l'eschiele Cliçon
A une autre bataille mervelleuse Mabon, 
Tant i ot des armés que je n'en sai le non;
Onques tresq'au joster n'i ot arestison.
Dans Clins fiert le premier, qui tint le gonfanon,-
De s'ensegne porter li a fait Daires don,-
Par mi toutes les armes li trencha le raignon.
Cil voient lor baniere chaoir et lor guion
Et les autres batailles desconfire environ;
Onques puis cele eschiele n'i fist arestison,
Desrompue s'en torne fuiant a esperon.
Licanor et Filotes, Aristé et Caulon,
O lor quatre batailles qu'il mainent a bandon,
A quatre des eschieles josterent a Dayron;
Hauberc rompent et fausent et percent li blason,
Des hiaumes, des espees oïssiés grant tençon,
Le veïssiés gesir tant vassal el sablon.
Les eschieles de Persse n'i font se perdre non,
Toutes desbaretees les mainent sor Dayron.
Lors josterent les os si hurtent li dragon,
Or n'i avra parlé mais se de ferir non.
[2.136]   Les deus os sont jostees, li Persant et li Gri;
Qant les lances baissierent, si leverent li cri.
Li rois point Bucifal et ot mort Salatri;
Mist l'escu devant soi et tint le branc forbi,
Car sa lance ot perdue el cors d'un Arrabi,
Et consieut Perchael en son elme burni.
L'espee fu trenchans et li rois le fiert si
Que desi es espaulles le trencha et fendi;
Plus de set chevaliers lor a mort autresi.
Emenidus d'Arcage i fu preus, jel vos di;
Molt grant pris en porterent Tholomés et Dans Clin;
Perdicas le cortois i tienent a hardi.
Les compaignes se mellent et li renc sont fremi,
Li douze per de Gresce ne sont mie en oubli,
As espees trenchans lor ont un gieu parti
De qoi li desarmé se tinrent por traï.
En la melee furent li couart estordi,
Au deffendre lor testes i sont preu li hardi.
[2.137]   Par mi les pres de Paile fu fiere la bataille;
La ou les os s'encontrent, n'est mie devinaille,
N'i ot ne ris ne gieu ne parlé de gasaille;
Li couart s'en dessoivrent com li grains de la paille.
Filardos sist armés sor ferrant de Navaille,
N'ot plus fier chevalier desi q'en Cornouaille,
Devant entredeus ieus el front sous la ventaille
Avoit plain pié de lé, molt cuide que il vaille; 
Tant damage les Grieus, nel tenés mie a faille,
Que autresi l'eschievent com l'ostor fait la quaille;
Qui il fiert de son branc n'i a oés mecinaille,
Si l'ocist a un caup que gaires n'i travaille.
Alixandres le fiert de l'espee qui taille,
Tout le cors li fendi desi q'en la coraille;
Et li Grieu li escrïent: "Ferés i! Dieus i vaille!
La mort de Filardos la lor gent anoaille."
[2.138]   Li rois s'en passa outre qant ot mort Filardos,
Et fiert Silocïen, qui sire iert des Herlos,-
Une gent felenesse, orgelleuse et enpos,
Qui ierent du lignage de Gos et de Magos,-
Que l'espaulle li trenche, puis li a dit trois mos:
"Nous conoistrons hui mais de vos bien les esclos,"
Et lui et son cheval abati en un flos;
Emenidus d'Arcage ra ocis Quinargos.
Les compaignes se mellent et fremissent les os,
Or se gart bien chascuns q'au partir ne soit sos,
Ne remandra sans perte et des lor et des nos.
[2.139]   La bataille fu fiere, n'i ot ne ris ne gas;
Li douze pers de Gresse ne s'aseürent pas,
As espees trenchans vont departir le tas.
Tholomés fiert Lion et Dans Clins Gaudias;
Licanor, Osident et Filotes, Pilas;
Perdicas, Bosïen et Leoines, Glinas;
Aristés, Passïen et Caulus, Sathanas;
Aridés, Sarpetus; Antigonus, Corbas;
Et Antiocus fiert et Gaugis et Brias;
Emenidus d'Arcage joint o Corberias;
A terre les abatent des chevaus qui sont cras.
La ot elmes trenchiés et maint fort escu quas;
Sor hiaumes des espees i oïssiés grans glas.
[2.140]   Durement se combatent li Grieu et li Persant.
Alixandres estoit el premier chief devant,
A l'espee d'acier vait la route fendant.
Dans Clins et Tholomés vont la presse partant,
N'encontrent chevalier qu'il n'aillent abatant,
Ausi poignent ensamble com dui faucon volant.
Emenidus d'Arcage a ocis Pagorant.
Tholomés fiert un roi qui sire iert de grant gent
Et ot trente cités devers soleil levant,
La coraille li perce o sa lance trenchant,
Mort l'abati a terre, la ot un duel pesant. 
Desor lui s'aresterent li petit et li grant;
Karidés d'Ethyope le regrete forment,
Ambedui ierent frere et d'un regne tenant.
[2.141]   Karidés d'Ethyope a son frere esgardé
Qu'il vit mort a la terre sor son escu bouclé,
Durement le regrete qant bien l'ot dolousé.
S'or le pooit vengier, molt li venroit a gré;
Et cuide de Cliçon que ce fust Tholomé
Por ce que d'unes armes estoient atorné,
Li elme sont d'un cuing et li escu bendé.
Devers sa lance a destre a Cliçon encontré,
Si grant caup li dona que tout l'a estouné;
Li chevaus li chancele, car trop l'avoit lassé;
Cliçon et son destrier abat en mi le pré.
Plus de set chevaliers sont sor lui aresté,
La li furent d'espee ne sai qans caus doné,
Mais Dans Clins se redrece si a l'escu levé
Et a par quatre fois Mascedoine escrïé.
Es vos a la rescousse Caulon et Aristé,
Emenidus d'Arcage et Filote abrievé;
Au chaple des espees ont Cliçon remonté.
A icele rescouse ot feru et josté
Et vassal abatu et chevalier armé.
Karidés d'Ethyope i ot le poing caupé,
Et maint bon chevalier i furent afolé.
[2.142]   La bataille a duré tant que vespres fu tart;
Dayres vait par l'estor tous armés sor Liart,
Plus de quarante dus ot de chascune part,
Quatre roi soustenoient devant lui l'estandart.
Alixandres l'esgarde plus iriés d'un lupart,
Par mi la gregnor presse est venus cele part,
Autresi s'en aproche com faucons de mallart;
Dayre le roi de Perse fiert sor le coënart,
Par mi toutes ses armes li a trenchié le lart.
Qant Dayres vit son sanc, n'a oel dont il l'esgart,
De paor s'esvanist s'apele Satumart
Et trois rois d'Orïent et d'Egypte le quart;
A la fuie se metent vers le val de Pinart.
La gent Dayre s'en fuit toute ensamble une part,
Et li Grieu les enchaucent, qui ne sont pas couart,
Autresi les abatent com vilains son essart.
[2.143]   Dayres fu si navrés tous s'encline et chancele,
Li sans vermaus li raie sor l'arçon de sa sele, 
D'une bende s'estraint, car il crient sa boiele,
Fuiant s'en est tornés sor Liart de Castele;
La gent Dayron s'en fuit vers le val de Pinele.
Sa mere i a perdue et sa feme la bele
Et sa fille au cler vis, qui iert gente pucele.
Alixandres les prist si les maine et chadele,
A sa tente de paile les chierist et dansele,
Gentement les honore et molt bel les apele.
Dayres en ot tel duel qant en ot la novele
Que ses cheveus derront et debat sa maissele.
[2.144]   Molt fu bele aventure Alixandre avenue
Qant Dayre ot desconfit et sa gent derompue,
Par effors d'armes l'ot en bataille vaincue.
Mais Dayres n'ot tel duel de perte q'ait eüe
Com il ot de sa mere qu'il ot el champ perdue
Et sa fille et sa feme, que maint jor ot tenue.
Molt redoute Alixandre qu'il n'en face sa drue;
Por ce mande sa gent la grant et la menue
De par toute sa terre ou poil d'erbe est creüe;
Il en jure ses dieus et sa teste chenue
S'il en i remaint nus qui ne viegne en s'aiue
Les talons avra cuis et la plante fendue.
Nel laissera, ce dist, par la loi q'a creüe,
Que ne soit Alixandre ceste honte rendue.
[2.145]   Molt fu liés Alixandres et ses pris est montés
Qant il ot les Persans de bataille getés
Et Dayron desconfit, qui el cors fu navrés.
Li avoirs qu'il i prist ne puet estre nonbrés,
Li ors ne li argens ne la grans richetés
Que Dayres i perdi qant du champ fu getés
Et sa feme et sa fille, qui orent grans biautés,
Et sa mere meïsme dont il iert molt amés;
Alixandres les prist ses en maine a ses tres.
D'une chose fist bien et que cortois provés
Que les dames commande a deus de ses chasés,
Et chascuns d'aus l'en est et plevis et jurés
Que ja nus hom en terre n'en iert tant lor privés
Que Dayres soit par lui honis ne vergondés.
Ne tarda aprés gaires de ce que vous öés
Que morte fu la dame et ses cors devïés,
La moillier le roi Dayre, dont par force iert sevrés.
Alixandres meïsmes en fu dolens assés,
Et qant Dayres le sot s'en fu si adolés
Il a ses poins destors et ses cheveus tirés
Et maudist toute l'eure que il onques fu nes. 
Puis a dit a ses homes: "Segnor, nel mescreés,
Ne pot souffrir la dame les maus ne les viltés
Qu'il li voloient faire et des hontes assés,
Par itant si est morte et ses cors devïés;
Mais par tous les roiaumes dont je sui roi clamés,
Se ne veng ceste honte, ne sui rois coronés."
[2.146]   Dayres fu por sa feme coureceus et pensis.
Estes vos un prison qui vint de l'ost des Gris,
Estors de la bataille ou avant ier fu pris;
Voiant toute sa gent a Dayre a raison mis:
"Eschapés sui au roi a larron et fuitis.
Vostre mollier est morte, dont est grains et maris;
Molt la tint a honor tant com ses cors fu vis,
Onques par nisun home ne li fu honte quis.
Mais vostre fille est bele si a molt cler le vis;
S'il veut, si la prendra au los de ses amis,
Et s'il ne la veut prendre, ja ne l'en fera pis;
Donra li a segnor duc ou conte ou marchis."
Qant Dayres l'entendi, si en a fait un ris.
"Alixandre, fait il, molt en avras grant pris;
Molt es humeles guerriers et feeus enemis,
De l'onor que m'as faite m'en as si bien conquis,
Se pais voloies faire, par foi le te plevis,
Que mes cors t'ameroit plus q'ome qui soit vis,
Et durement m'en poise qant de moi es eschis."
En icele contree sor l'eaue de Gangis,
La ou fu la bataille des Persans et des Gris,
Avoit une cité que on apeloit Sis;
Les tours estoient hautes et li murs fu antis.
Li rois la prist par force, qu'il n'i a gaires sis,
Dedens s'en est entrés o l'eschec qu'a conquis.
Tant ot entor la vile des mors qu'il ot ocis
Q'a mervelleuse paine i duroit nus hom vis.
[2.147]   Grieu et Mascedonois sont en la vile entré.
Por ce q'en l'estor furent travellié et pené,
Se sont molt volentiers quatre jors sejorné.
A la mere au roi Dayre vienent dui si privé
Si li ont conseillié belement a celé
Que la hors de la vile sont troi baron trové
Qui estoient haut home et de son parenté
Et furent ens l'estor ocis et decopé.
"Si requier Alixandre par grant humilité
Q'il te donast congié qu'il fuissent enterré."
Et la dame respont, qui le cuer ot sené:
"Li vainquierres du mont fait tant ma volenté
Que ne li os requerre noient outre son gré."
Mais cil li ont tant dit et proié et mostré
Qu'ele en a Alixandre le congié demandé.
Et li rois li respont bonement et de gré:
"Por la vostre amor, dame, ne vos iert ja veé.
Faites prendre des mors a vostre volenté
Et soient par mes homes hautement honoré."
Puis li a cuitement rendue la cité
Si c'onques n'en retint ne tour ne fremeté.
[2.148]   Molt par fist Alixandres que frans rois de bon aire,
Qant il ot la bataille vaincue es pres de Paile,
Q'il rendi la cité a la mere au roi Dayre.
Mais sa fille estoit bele et ot cler le viaire,
Sa colour samble rose et soleil qui esclaire;
Aveuc soi l'en mena, q'en deüst il el faire?
D'aler aprés Dayron ne tardera mais gaire,
Ne li vaura laissier ne chastel ne repaire.
Au quint jor est meüs si fait son ator faire.
[2.149]    Qant li rois ot conquis Sulie et les cités
Et Dayre desconfit et ses homes matés,
Por aler aprés lui est au quint jor montés,
Ja mais ne finera s'iert l'uns desiretés.
Tresq'en la terre Dayre ne s'est asseürés,
Molt la trova garnie de bones richetés,
De gentes praeries, de vignes et de bles.
Il a dit a ses homes: "Segnor, or esgardés
Qels regnes si garnis nos est ci destinés,
La terre sous les nues toute est vostre herités.
Mais d'une riens me poise dont me sui porpensés
Q'en si estroite roche est li mondes formés;
Dieus a fait trop poi terre a un prodome assés."
De ceste chose rirent Caulus et Aristés;
N'a home en sa compaigne qui n'en soit effreés.
Les douze pers de Gresse a li rois apelés:
"Sor l'eaue de Gangis faites tendre vos tres
Et g'irai en riviere o mes faucons müés."
Et cil li respondirent: "Si com vos commandés."
A quinze compaignons s'en est li rois tornés;
Aristotes ses maistres en est o lui alés.
Qant li solaus torna et midis fu passés.
A sa tente de paile est li rois retornés.
Alixandres nos dist, qui de Bernai fu nes
Et de Paris refu ses sornons apelés,
Que ci a les siens vers o les Lambert jostés.   [3100]

<<< >>>