<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.1]Or entendés, segnor, que ceste estoire dist.
De Dayre le Persant qu'Alixandres conquist,
De Porron le roi d'Ynde qu'il chaça et ocist
Et de la grant vermine qu'es desers desconfist
Et des bonnes Artu qu'il cercha et enquist,
De Gos et de Magos que il enclost et prist,
Que ja mais n'en istront jusqu'au tans Antecrist,
Ainsi com Apellés s'ymage contrefist,
Du duc de Palatine qu'il pendi et deffist,
La roïne Candace qu'en sa chambre le mist    [10]
Et de la vois des arbres qui de sa mort li dist,
Ainsi com Aristotes l'entroduist et aprist,
La verté de l'estoire, si com li rois la fist,
Uns clers de Chastiaudun, Lambers li Tors, l'escrist,
Qui du latin la traist et en romans la mist.

[3.2]Qant repaire Alixandres du deduit des faucons
O son maistre Aristote et o ses compaignons,
Il li a commencié un livre de sarmons:
Dist li qu'il n'ait sergans covoiteus ne larrons,
Les bons retiegne o soi et hee les felons,    [20]
Ne ne croie ses sers d'encuser ses barons,
Les povres chevaliers sequere par biaus dons;
Envers les gentieus homes soit de molt dous respons
Et envoit a lor femes mantiaus et peliçons,
Car se besoins li sort, grans iert li guerredons:
Cil soffriront por lui et ires et tençons
Et de gaster les terres et ardoir les maisons.
"Dayres a fait en Gresce grans persecucions,
Molt en a avoir pris et or et raençons.
Or est tans du vengier, chauce tes esperons,   [30]
Car heent le de mort toutes ses regions
Por ce q'a mis sor aus sergans issi felons,
Des noaus de sa terre, des fieus a ses garçons.
Cil n'ont cure de Dieu ne de ses orisons,
Ciaus qui ne se raiembent getent en lor prisons,
Li avoirs de la terre est tous lor abandons.
Li pueples prie a Dieu et fait aflictions
Q'ançois viegne seur aus male confusions
Q'il ne soient vengié du roi et des gloutons."
"Maistre, fait Alixandres, bien otroi vos sarmons, [40]
Mes homes ferai riches d'avoir et de mangons;
Ce que Dayres a pris n'avra mie en pardons:
S'il en a une oeille, j'en avrai deus moutons.
Por aler desor lui sont ja li Grieu semons,
Sor l'eaue de Gangis tendent lor pavellons
Et cil qui remandront seront cuit es talons.
Nes puet garir chastiaus ne cités ne dongons
Ne soient pris ou mort sans autres raençons."

[3.3]  Aristotes se gist a dens seur un tapis
S'entroduist Alixandre comme son aprentis.    [50]
Dist li: "Ja fustes vos tant franchement norris,
Ja cuivers losengiers ne soit par vos oïs.
Se tu ne crois tes sers, ja ne seras honis;
Ja sers ne sera bons qui sovent n'est aflis,
Au tierc an ou au quart soit ses avoirs partis.
Li sages Salemons le dist en ses escris:
A paine a on bon arbre de malvaise raïs.
Nule riens n'est si male comme sers enrichis;
Qant il a son segnor tous ses avoirs froïs
Portés en autre terre, et de sous lui fuïs, [60]
L'avoir, se li sers muert, a cil qui'n est saisis;
Ja n'en avra ses sires vaillant une pertris.
Par ses malvais sergans est princes malbaillis,
Qui tolent les avoirs as grans et as petis,
Par coi il est de Dieu et du pueple haïs;
Li pechiés l'en remaint, cil en est enrichis,
Et s'il veut de l'avoir, bien en est escondis.
Assés voit on de ciaus qu'ont lor segnors traïs,
Ques ont empoisounés ou as coutiaus murdris;
Ton conseil ne lor di ne en aus ne t'afis."   [70]
Lors respont Alixandres com hom de sens garnis:
"Or m'en irai, biaus maistre; de vos sarmons floris
Se ja un en trespas, dont soie je honis;
Le jor soie je pires que sers rachateïs
Que uns en soit par moi alevés ne franchis;
Ne por losenge dire, s'il estoit si hardis
Qu'il venist devant moi, tous en iroit maris.
Li douze compaignon que vos m'avés eslis
Ont ja tendu mon tref sor l'eaue de Gangis.
Des maus q'a fait en Gresce n'est pas Dayres garis;  [80]
S¹a pris ça en arriere vaches, bués et brebis,
Or nous en vengerons o nos espiés forbis.
Nel puet garir chastiaus, tant soit clos de palis,
Fossés ne murs ne tors, dongons ne plaisseïs.
Ja ne remanra mais la noise ne li cris
Tant que li qués que soit en soit mors ou honis."
A tant demande l'eaue si est en piés saillis.

[3.4]Li mengiers est tous pres, que li quieu l'ont hasté,
Puis sont li siege fait et li tapit geté.
Li chevalier s'assieent qant il orent lavé
Et on lor a le vin en hanas aporté.
Li seneschal, li quieu, li vallet du regné   [90]
Les servirent des mes tout a lor volenté.
Qant il orent mengié et il s'en sont torné,
Aristotes a dont Alixandre apelé:
"Biaus sire damoisiaus, il me vient en pensé
Tel chose vos veul dire qui me vient molt a gré."
Alixandres respont: "Je l'ai molt desirré."
Es le vos en gisant delés lui acosté.

[3.5]"Alixandres, fait il, dire te veul novele;    [100]
Qant tu l'avras oïe, ne te sera pas bele.
Dayres, li rois de Perse, de servage t'apele:
Tes peres est ses sers et ta mere s'ancele.
Qant treü te demande, malement se revele;
Li briés en fu leüs par devant la chapele.
Tu n'i as que targier, mais fai metre ta sele."
Alixandres l'escoute, sa main a sa maissele,
De maltalent et d'ire rougist et estincele.
"Maistre, fait Alixandres, je ne sui pas pucele,
Je n'ai soing s'il fait chaut ou s'il pluet ou s'il gele; [110]
Or le veul revider, qar folement favele.
Sel puis en champ trover, la vengance iert isnele,
Ne li vaudra haubers une tenve gounele,
Mon espié li metrai par desous la mamele;
A mon buen branc d'acier, dont trenche l'alemele,
Li trencherai la teste s'espandrai la cervele."

[3.6]Ce fu el mois de may, un poi devant l'issue,
Que l'erbe reverdist et ele point menue,
Q'Alixandres li rois a sa gent esmeüe
Por aler deseur Dayre a la teste chenue.    [120]
Sor l'eaue de Gangis la riviere ont tenue,
Portent girfaus, gruiers, faucons de quinte mue;
N'i remest sor la rive cigne ne bone grue
Qui ne soit as faucons et prise et retenue.
Li rois vait a sejor, ne veut sa gent menue
Lasser ne travellier, car tost l'eüst perdue.
Tant les mena souef que l'ost est enbatue
En la terre au roi Dayre, por qui ele est meüe;
Et puis que ele fu en la terre ferue,
Courent par la contree, qu'il troverent vestue;    [130]
Peçoient bours et viles et chastiaus a grant rue,
Deus cités i ont arses et la tierce fondue,
Prenent vin et forment et ferine molue
Et pain et char salee veulent ou cuite ou crue,
Or et argent et dras et monoie batue.
Riens qu'il veullent avoir ne lor est detenue
Et par la ou il vont la terre est confondue.
Dayres ot la novele; qant il l'a entendue,
Fremist et devint noirs, tous li sans li remue,
De maltalent et d'ire la parole a perdue,    [140]
Que il ne pot parler ne c'une beste mue,
Ains arst d'ire et esprent, tous li cors li tressue.
Et qant l'ardour li fu un poi escoureüe,
Si manda Alixandre que folement l'argüe,
Car se tant l'ose atendre que sa gent soit venue,
Savoir puet de verté sans faille et sans treslue
Que rois Dayres li mande que de riens nel salue.
S'il ançois ne s'en fuit ou il ne se remue,
Bataille puet avoir, ainc tel ne fu veüe;
Del duel esragera se la desconvenue    [150]
Que fait li a el champ ne li est chier vendue.

[3.7]Dayres tramet ses mes au fort roi Alixandre
Et cil i sont alé, ne l'oserent offendre,
Et sont venu au roi par main a un devenre.
Noncent li la bataille, se Dayron ose atendre,
D'iluec en onze jors, lors penst de soi deffendre;
Car Dayres a juré, se il le pooit prendre,
Q'il li feroit le col a une hart estendre
Et a unes grans forches par mi la goule pendre,
Et menace ses homes que chier lor cuide vendre    [160]
Sa terre qu'il li gastent et tel merite rendre
Que n'estordra de l'ost li graindres ne li mendre.

[3.8]Par briés et par messages qant Dayres ot apris
Q'Alixandres s'estoit de la guerre entremis,
Par toute sa contree envoia ses corlis
Et mande a tous ses homes que bien soit chascuns fis
Qui ne venra a lui desi qu'a quinze dis
Que il perdra les menbres, ne l'en seroit plaidis
Li ors ne li argens que ot Semiramis.
Et qant ot assemblé les gens devers Tigris,   [170]
Si ot trente tans d'omes q'Alixandres n'ot Gris;
Mais por ce fu vaincus et ses regnes conquis
Qu'es fieus de ses garçons estoit ses consaus mis
Q'avoit fait de sa terre seneschaus et baillis,
Donees gentieus femes et es honors asis.
Cil li ont tous ses homes afolés et malmis,
Les vilains confondus et les borgois aquis,
Les povres chevaliers ciaus ont tenus si vis
Q'assés sont plus dolent que se il fuissent pris,
Et hontes et contraires ont tant fait as gentis    [180]
Q'il n'a home en sa terre qui ne li soit eschis.
Qant vint au grant besoing sor l'eaue de Gangis,
Si dist li uns a l'autre: "Ja n'ait il Paradis
Qui por malvais segnor se laist navrer el vis
Ne qui'n avra colee desor son escu bis;
Combatent soi li serf que il a enrichis,
Qui nos avoirs nos tolent et font clamer chaitis;
Ja cil n'avra la terre qui nos en face pis."
Lors s¹en torna chascuns tout droit en son païs.
Dayres remest el champ com home sans amis,    [190]
Vit en aler ses homes, qui s'en tornent fuitis.
Puis a dit a ses sers: "Cest mal m'avés vos quis.
N'a baron en ma terre ne soit mes enemis,
Tant lor avés fait mal et desor aus conquis;
Assés le m'ont mostré, ainc droit ne lor en fis.
Or m'en poise forment, mais tart sui repentis,
De vos me vengerai s'en puis estordre vis."
Por ce l'ont en la fin li serf meïsme ocis.

[3.9]Des que Dayres sot bien que c'estoit verités
Q'Alixandres s'estoit de la guerre mellés   [200]
Et la noise et li cris en est par tout levés,
Porron manda en Ynde par ses briés seelés
Q'Alixandres ses hom est vers lui revelés.
Or viegne lui aidier a mil de ses privés,
Ja n'en i venra nus qui ne soit bien loués;
Il avra a son oés, s'en iert asseürés,
Quatre cens mile mars de fin or esmerés;
Les armes Alixandre, qui est outrecuidés,
Li donra il ançois que cist mois soit passés,
Et Bucifal meïsme, qui tant par est löés.  [210]
Honis est li cuivers qant a lui est mellés,
Nel garra bors ne vile ne chastiaus ne cités
Que il nel sieue tant qu'il iert desiretés.
Li mes li dist a bouche qui les briés ot portés
Que se il i aloit ce seroit foletés,
Car tant est Alixandres orgellous et desvés
Que tantost comme il iert de Daire dessevrés
Sempres venra sor lui, ja n'en iert trestornés.
Porrus ot la novele s'en fu si effreés
Qu'il n'alast en l'aïde ou il estoit mandés,  [220]
Qui li donast tout l'or de quarante cités.
En la fin de sa terre a ses homes mandés,
Q'il ne soit par les Grieus sorpris ne afolés
Tous jors est de bataille garnis et conreés.
Au messagier respont: "Arriere tost alés
Et dites au roi Dayre que molt sui encombrés,
A garder ai ma terre si ai a faire assés,
Ne feroie por lui deus deniers moneés."

[3.10]Qant Dayres li Persans, qui si se desmentot,
Oï du roi Porron que venir n'i osot,    [230]
De par toutes ses terres tous ses barons mandot;
Mais il iert tant haïs que poi en i alot,
Por ses felons sergans que sor aus enposot;
Ainc n'i vint se cil non qui remanoir n'osot.
Et qant il ot mandé qanque assambler pot,
Por qant si ot tant gent de ciaus qu'il assamblot
Que trente tans ot d'omes q'Alixandres nen ot;
Vait encontre Alixandre com plus tost onques pot.
Et qant vint au besoing, l'uns l'autre regardot,
Et dïent tuit ensamble: "Musart somes et sot  [240]
Qui ci somes o Dayre, qui nos desheritot
Et tant nos tenoit vieus et si nos abaissot
Que ses malvais sergans deseur nos alevot;
Et qant uns de ses sers a nous se coureçot,
Pres ne nos batoit bien, vilment nos laidengot.
Cil qui estoit honis et Dayre le mostrot,
Il l'ooit volentiers et molt bien l'escoutot,
Mais ja nus n'eüst droit qui des sers se clamot."
Chascuns baisse sa lance, en son païs tornot.
Dayres voit qu'il s'en vont, a poi qu'il ne desvot,   [250]
Et a dit a ses sers: "Garçon, vos m'avés mort;
Mi home me guerpissent, tant lor avés fait tort."
Uns saudoiers li dist, qui o lui s'en alot,
Que de pres s'esleece qui de loins se gardot;
N'avoit pas a droit terre ne pas bien nes amot
Qui seur ses gentieus homes ses cuivers alevot;
Ja ne verrés nul home qui en la fin s'en lot.
Pire est orguel de serf que venin de crapot.
Dayres jure son chief et ses dieus q'aourot
Que d'aus se vengera se il vis en estort.    [260]
Ce que Dayres a dit Liabatanas l'ot
Et Besas ses compains, qui les lui chevalchot.
Ambedui li glouton, qui ierent d'un complot,
En fuiant l'ont ocis por ce ques menaçot.

[3.11]Qant Dayres vit ice qu'il iert a mort navrés,
Alixandre manda par deus de ses privés
Q'il le viegne veoir ains qu'il soit devïés.
Li rois fist que cortois, poignant i est alés.
"Sire, ce li dist Dayres, cinc cens mercis et gres,
Qant vos plaist ça venir et pitié en avés; [270]
A morir devant vos m'est grans confors assés.
Une fille ai molt bele, se prendre la volés
Ma terre et mes avoirs vos iert abandonés
Si vos en servira trestous mes parentés
Et si serés du mont tous li mieus marïés;
Avant ier la preïstes el champ ou fui navrés.
Et se cest mariage a vostre oés ne volés,
Je vos proi par franchise que mari li donés,
Que selonc son parage soit ses cors honorés.
Ne creés vos cuivers ne ne vos i fïés; [280]
Se clamor vos en vient, du droit nes deportés,
Car molt vos en harroit du ciel la maiestés.
Li mien que je avoie essauciés et levés
A dolor me font vivre, si com veoir pöés.
Cil qui d'aus se clamoit estoit bien escoutés,
Mais ja droit n'en eüst cil qui s'en fust clamés.
Li maus et li damages en est sor moi tornés;
En traïson m'ont mort, Dieus lor en rende gres!
Si feront vous li vostre, se vous ne vos gardés."

[3.12]"Sire, ce li dist Dayres, ne vos en quier mentir,    [290]
Si sui a mort navrés noiens est du garir.
Grans mercis vos en rent qant ça vos plot venir,
Car il m'est grans confors devant vos a morir.
Une fille ai molt bele qui molt fait a chierir,
Nus hom ne puet plus gente en tout le mont choisir;
A moillier la prenés s'il vos vient a plaisir.
O ma feme porrés mon roiaume tenir;
Ne devés pas par force ne prendre ne tolir
Ce que pöés par droit et avoir et tenir.
Ne vos chaut vos cuivers essaucier ne chierir,   [300]
Ja de riens ne jorrés qu'il vos puissent tolir
Et tous jors vos vauront engegnier et traïr.
Li mien, qui me devoient honorer et servir,
A dolor me font vivre et ma vie fenir.
Qant il m'orent navré, si prinrent a fuïr;
Por la dolor des plaies que il m'estuet soufrir
N'en poi onques un seul connoistre ne choisir;
De si grant felonie nes laist ja Dieus joïr."
Por la mort quil destraint a geté un souspir;
L'arme s'en est alee, li cors prist a noircir.    [310]
Alixandres li rois le fist bien sevelir
Et hautement plorer et plaindre et costeïr.

[3.13]"Segnor, dist Alixandres, avenus m'est gens cols;
Cil qui Dayre ont ocis m'ont mis en grant repos
Et acreü m'onor et essaucié mon los.
S'il l'osoient gehir, jes metroie en repos,
Que ja des parens Dayre n'i aroit un tant os,
Se riens lor forfaisoit, nel tormentasse a clos.
Es bras avront ornicles et torques en lor cols;
Ges leverai plus haut, qui qu'en ait le cuer gros,  [320]
Qu'ome de ma compaigne, tant sache avoir grant los,
Et seront amirable as sages et as fols."

[3.14]Qant li serf ont oïla promesse le roi,
Devant lui sont venu, dïent lui en secroi:
"Sire, nos l'avons mort, sel t'afions par foi;
Bien volons que tu saches que fait l'avons por toi."
"Segnor, dist Alixandres, or entendés un poi.
Qant vostre segnor lige avés ocis por moi,
Selonc vostre servise le guerredon vos doi.
De riens que pramis aie nen enfraindrai ma loi   [330]
Et torques et ornicles avrés, si com je croi,
De vos lever en haut ferai prendre conroi."

[3.15]Li rois en apela Tholomer et Cliçon,
O ces deus sont venu li autre compaignon.
"Segnor, dist Alixandres, entendés ma raison.
Ambesdeus ces cuivers me metés en prison,
Dayre, lor segnor lige, ont mort en traïson.
Por ce que fait l'avoient en murdre et en larron,
Le voloient celer li traïtor felon.
Qant je por le gehir lor pramis guerredon   [340]
Et torques et ornicles avroient a bandon
Ses leveroie en haut, qui pesast ne qui non,
Et seroient plus haut que trestuit mi baron,
Por ce qu'en ma parole n'ait point de mesproison
Les bras en lieu d'ornicles de cordes lïerom,
El col en lieu de torques de hars les pouserom,
Por plus lever en haut as forches les pendron."

[3.16]La ou Dayres fu mors, tres dedevant les portes,
Les fist li rois mener a deus de ses coortes.
Les bras en lieu d'ornicles leur fist lïer de cordes,  [350]
Es cols leur fist lacier les hars en lieu de torques,
Desi q'en son les forches les fist traire a reortes.
Sor l'eaue de Gangis, dont les rives sont tortes,
Fist les chars sevelir des gloutons qui sont mortes.

[3.17]Qant li rois ot ensi destruis les traïtors
Et tormenté as forches et fait tels deshonors,
De toutes les contrees a mandé les contors,
Les princes, les demaines et tous les vavasors.
"Segnor, dist Alixandres, car me rendés vos tors,
Les chastiaus et les viles, les cités et les bors, [360]
Et je vos en croistrai trestoutes vos honors."
Cil le font volentiers, qui orent grans paors;
Li rois commande a estre ciaus que li plaist segnors.

[3.18]Qant or furent destruit ambedoi li glouton
Et selonc lor merite orent le guerredon,
Alixandres ot Perse en sa subjection,
Ses prevos i a mis itels com li fu bon.
Puis s'en torne li rois, et il et si baron,
En uns desers entra ou ot molt grant arson;
Il n'i avoit point d'erbe ne de bos un buisson,    [370]
La terre iert toute seche et agu li perron.
La souffrirent li Grieu grant persecucion,
Car n'i avoit de gent nule habitacion,
Ains i conversent tygre et lupart et lion,
Li cerastre cornu et li escorpion
Et vautoir et califfre et enpené grifon
Et bestes et oisiaus de diverse façon.
Outre s'en vait li rois et sa gent a bandon;
Qant fu fors des desers, si a mandé Cliçon
Et cil i vint poignant, o lui si compaignon.    [380]
"Baron, dist Alixandres, entendés ma raison.
Mainte terre ai conquise et mainte region,
Romain firent par force vers moi acordoison,
Puis mis Puille et Calabre en ma subjection
Et conquis toute Aufrique a coite d'esperon,
Hermins et Sulïens, ou vausissent ou non;
Maint prince et maint chastaine ai tenu en prison,
Assés i ot de cels dont nus n'ot raençon."

[3.19]"Segnor, dist Alixandres, je ai molt conquesté:
Cil de Jherusalem firent ma volenté,   [390]
Ciaus de Tyr destruis je por lor grant crualté,
Maint chastel ai conquis et mainte fremeté,
Dayre le roi de Perse ai je a ce mené
Que si home meïsme l'ont mort et affiné.
Or vous veul aconter que jou ai en pensé:
Assés ai par la terre et venu et alé,
De ciaus de la mer voil savoir la verité,
Ja mais ne finerai si l'avrai esprové."
Si home li ont dit: "Tu as le sens desvé,
Ce que nus penser n'ose ce as tu devisé.  [400]
S'il nos meschiet de toi, tout somes afolé,
Ja ne revenrons mais la ou nos fumes né."
"Por noient, dist li rois, en avés tant parlé,
Car por tout l'or du mont ne seroit trestorné."
Qant il virent le roi issi entalenté,
Tout ce que bon li fu li ont acreanté.

[3.20]Tout ont acreanté si com il plot au roi.
Molt bons ouvriers de voirre avoit aveques soi,
Qui savoient ouvrer le voirre a itel loi
Que il ne pooit fendre ains le metent en ploi.    [410]
Li rois les a mandés et si lor dist por coi:
"Segnor maistre, fait il, or entendés a moi.
Faites moi un vaissel de voirre, je vos proi,
Si grant que largement i puissent entrer troi.
Se vos bien le me faites, grant loier vos en doi
Et jel vos donrai bon par les ieus dont vos voi."
Et dist li uns des maistres: "Sire, tres bien vos oi.
Se vos bien me trovés ce q'estuet au conroi,
Tel vaissel vos ferai qui bons sera, ce croi,
Bien i porront doi home ensamble entrer ou troi.  [420]
Se ensi nel vos fais, ma teste vos otroi."

[3.21]Li ouvrier li ont fait un molt riche vaissel,
Tous iert de voirre blanc, ainc hom ne vit si bel.
De meïsme font lampes environ le tounel,
Qui la dedens ardoient a joie et a revel,
Que ja n'avra en mer tant petit poissoncel
Que li rois bien ne voie, ne agait ne cembel.
Qant il fu entrés ens et li dui damoisel,
Autresi fu seürs comme en tor de chastel.
Li notonier l'en portent en mer en un batel,    [430]
Que il ne puist hurter a roche n'a quarrel.
Ens el pommel desus ot fondu un anel,
Iluec tient la chaene, dont fort sont li clavel.

[3.22]Li touniaus fu en l'eaue en un batel portés
Et fu de toutes pars a plonc bien seelés.
Alixandres li rois i fu soi tiers entrés
Et fu des notoniers en haute mer menés,
Et commande a ses homes que il soit devalés.
Et qant li touniaus fu la dedens avalés,
Des lampes qui ardoient fu molt grans la clartés.  [440]
Assés fu li touniaus des poissons esgardés,
Ains n'i ot si hardi n'en fust espoëntés
Por la grant resplendor dont n'iert acostumés.
Alixandres li rois les a bien avisés [153]
Et vit les grans poissons vers les petis mellés;
Qant li petis est pris sempres est devourés.
Qant ce vit Alixandres, adont s'est porpensés
Que tous cis siecles est et peris et dampnés.

[3.23]Alixandres li rois ne fu mie esbahis,
Bien a tous les poissons esgardés et choisis,   [450]
Mais onques n'i ot un qui ains fust si hardis
Vers le tounel de voirre n'alast molt a envis.
Il vit les plus petis des gregnors envaïs;
Qant il un en prenoient, lors estoit trangloutis,
Et qant pooit tant faire qu'il s'en iert departis,
Adonques li estoit autres agais bastis
Tant que pris iert par force et par engien traïs.
Qant ce vit Alixandres, molt s'en est esjoïs,
A ciaus qui o lui ierent en vint tous esbaudis
Et dist: "Se la sus iere a ma gent revertis,   [460]
Ja mais n'iere de guerre engigniés ne aflis.
Je voi ces mons, ces vaus, ces plains et ces laris,
De grans poissons de mer bien estruis et garnis:
Qui bien se puet deffendre des autres est garis."

[3.24]Alixandres li rois o les deus chevaliers
Est el fons de la mer, dont clers est li graviers,
Ens el vaissel de voirre qui bons est et entiers.
Ardent les lampes cler, car ce lor est mestiers;
Onques poisson n'i ot, tant fust ne gros ne fiers,
Qui osast aproismier, car n'en iert coustumiers.   [470]
Alixandres resgarde les grans et les pleniers
Qui les petis trangloutent, itels est lor mestiers;
Autresi comme el siecle est chascuns justiciers,
Autresi vit il la lor prevos, lor voiers;
Sor les petis tornoit tous jors li encombriers.
Qant ce vit Alixandres, si s'en rist volentiers
Et dist as damoisiaus: "Por un mui de deniers
Ne por toute la terre tresq'as puis de Riviers
Ne vausisse je mie que cis miens desirriers
Fust targiés ne remés por besans dis sestiers." [480]

[3.25]Li rois est en la mer lai ens el plus parfont,
Les poissons vit aler et a val et a mont;
Por les lampes qui ardent issi grant paor ont
N'i osent aprochier, mais arriere s'en vont.
Li grant, li plus hardi, cil sont el premier front;
Qant prenent le petit, sempres tranglouti l'ont,
Et se il lor eschape, tantost agait li font.
Li plus fors prent le feble si l'ocist et confont;
Qant li petit eschapent a val la mer s'en vont.
Tout ce vit Alixandres, qui le poil avoit blont,   [490]
Puis a faite l'ensaigne a ciaus qui lassus sont
Q'il lievent la chaene sel traient contre mont.
Cil l'en traient bien tost, car assés orent dont;
Enpensé sont du roi, se vif le troveront,
Par son non l'apelerent, et il lai ens respont
Q'il n'est mie noiés, ja mar en douteront.
Cil orent molt grant joie de ce que oïl'ont,
Puis ont le vaissel trait el batel sel deffont;
Alixandres meïsmes a ses mains le derront.

[3.26]  Alixandres li rois est du tounel issus,    [500]
De ce qu'il fu en mer n'est il pas irascus,
Molt est liés des poissons que il a si veüs.
Qant il vint a la rive, molt fu bien receüs;
Si baron li ont dit: "Bien soiés vos venus."
Et il lor respondi encontre cent salus.
"Segnor baron, fait il, bien me sui perceüs
Que tous cis siecles est et dampnés et perdus;
Covoitise nos a tous sorpris et vaincus,
Certes par avarisse est li mons confondus.
Je vi as grans poissons devorer les menus,   [510]
Ainsi as povres homes est li avoirs tolus."
"Sire, dist Tholomés, sauve soit ta vertus;
S'ore fuissiés noiés, grans maus nos fust venus,
Car plus est vostres cors et doutés et cremus
Que nous ne somes tuit, tant estes conneüs."
"Tholomé, dist li rois, grans estors ai veüs.
Par la foi que vos doi, qui molt estes mes drus,
Ja mais ne finerai si serai combatus
A Porron le roi d'Ynde qui ja s'est aparus
Ens el chief de sa terre a tout cent mil escus."  [520]

[3.27]"Sire, dist Tholomés, ne lairai ne vos die:
Ne sai noient de roi qui n'a soing de sa vie,
Vos ne chaut de la vostre quel eure soit fenie.
Qant vous en mer entrastes, ce fu grans desverie;
Se vous fuissiés noiés, vostre gent fust perie."
"Tholomé, dist li rois, se Dieus me beneïe,
Ce sachiés por tout l'or qui est tresq'a Pavie
Remés ne vausisse estre, ne vos celerai mie,
Car molt i ai apris sens de chevalerie,
Comment guerre doit estre en bataille establie   [530]
Aucune fois par force et autre par voisdie,
Car force vaut molt peu s'engiens ne li aïe.
Ne sai noient de roi puis qu'il fait couardie,
Mais soit larges et preus et ait chiere hardie.
Tholomé, ce covient, la letre le vos crie,
Ja parole de roi ne doit estre faillie.
Sachiés que mainte terre est sovent apovrie
Par malvais avoué qu'en a la segnorie.
De Porron le roi d'Ynde ai tel novele oïe
Q'ens el chief de sa terre a sa gent establie;   [540]
Le matin i movrai o ma grant compaignie."

[3.28]"Sire, ce dist Dans Clins, molt fait a mervellier
Qant en l'eaue de mer vos alastes plongier.
S'il vos mesavenist de vostre cors noier,
Trestuit fuissomes mort, n'i eüst recovrier,
Car il n'i a chemin ne voie ne sentier
Par ou en nos païs peüssons repairier,
Car maintes gens nos heent des testes a trenchier."
"Dans Clins, ce dist li rois, bien fait a otroier,
Mais li rois est molt fols et peu fait a proisier  [550]
Qui toutes ses besoignes fera par conseillier-
Puis qu'il a tant de sens, qu'il se sache targier-
Et a autrui s'atent; bien le puis afichier
Que il n'est mie rois ne ne vaut un denier,
Ains est espoëntaus q'on seut en champ drecier
Qant li vilains en veut les oisiaus manecier,
Il ne set ne ne puet ne traire ne lancier.
Baron, de ma proëce n'avrés ja reprovier,
Ne sui pas li vilains qui la veut envoier
Et la hue son chien ou il n'ose aprochier.   [560]
Laissons ester a tant, donés moi a mengier
Et aprés si m'irai reposer et couchier;
Par matin leverai, car je veul ostoier.
De Porron le roi d'Ynde m'ont dit mi messagier
En la fin de sa terre est venus des l'autr'ier,
Et sont ensamble o lui troi cens mil chevalier
Qui bien se sevent d'armes et en estor aidier;
Mais por ce ne vos chaut de riens a esmaier,
Ne sevent point de guerre, car n'en sont costumier.
S'or estoient ensamble de sa gent dis millier   [570]
Et seulement i fuissent de Grigois mil archier,
Si lor feroient il molt tost le champ vuidier.
S'iere sor Bucifal armés sor mon destrier
Et Tholomé eüsse, cest mien confanonier,
Les douze pers veïsse lor batailles rengier,
Toute la terre Dieu vauroie chalengier.
Je n'ai soing de fuïr mais tous tans de chacier."

[3.29]"Baron, dist Alixandres, on m'a dit a veüe
Que Porrus a mandé molt grant gent en s'aiue;
N'a gaires chevaliers, mais molt a gent menue.   [580]
Malvaisement armee a sa mort est venue,
Tels dis mil en i a, n'est nes de dras vestue,
Ne porte tous li mieudres ne mais c'une maçue,
Ne sevent de bataille, mieus sevent de charue.
En la fin de sa terre est de ça vers l'issue,
Dïent que as Grigois sera bien deffendue.
Se je puis esploitier, ele li iert tolue;
Ja par tel gent nen iert bataille bien ferue."
A tant laissent ester, Alixandres mengüe.
L'endemain par matin la grans ost s'est meüe   [590]
Et passe une montaigne qui d'erbe iert toute nue.
Aprés s'en sont alé les une roche agüe;
La terre fu molt seche et li chaus les argüe.
Icel jor fu molt l'ost lassee et confondue;
Se longes lor durast, toute fust recreüe.

[3.30]Ce fu el mois de may qu'il se sont combatu,
Que li rois Alixandres ot Dayre en champ vaincu
Et ot en son demaine le regne retenu,
Les prevos ordenés, tels com ses plaisirs fu,
Qui par tout Orïent li cuellent le treü.   [600]
Set jors ont sejorné, a l'uisme sont meü,
Si com issoit jugnés en Ynde sont venu.
Porrus en estoit rois, uns hom de grant vertu,
Et ot o soi mandés tous ciaus de Galeru;
Tresques en Ethyope n'a home remasu,
Garimantés i vindrent, qui por le chaut sont nu.
Grans quatorze lieuees en sont li champ vestu;
Ja ne remandra mais que il n'i ait feru.

[3.31]Porrus ot une fille qu'il avoit molt amee;
Por ce l'avoit plus chiere et mieus l'avoit gardee   [610]
Que sa mere en fu morte le jor qu'ele fu nee.
Vit la gent de sa terre por sa guerre effr[e]ee,
Ne set qui la commant, crient ne li soit emblee,
Car s'il perdoit s'onor et ele i fust trovee,
Des que li Grieu l'avroient vilment seroit menee,
Ja mais segnor n'avroit tant seroit avilee.
Candace la roïne, qui estoit sa privee,
Mande que viegne a lui par chartre seelee,
Et ele i est venue garnie et conreee
O cinc cens chevaliers des mieus de sa contree.    [620]
Porrus prent la meschine por qui l'avoit mandee,
O mervelleus avoir si la li a livree.
A son fil le menor, ou il l'a marïee,
La roïne s'en va, ses fieus l'a esposee.
Porrus part de sa fille par itel destinee
C'onques puis ne la vit que ele en fu menee.
La crieme de sa fille puis qu'il l'a trespassee,
En la fin de sa terre a sa gent ordenee.
Li Grieu sont aprochié, la guerre est afilee,
Ja mais sans grant damage ne la verra finee.    [630]

[3.32]Molt par fu grans la gent que Porrus ajostot,
Onques rois d'Oriant gregnor avoir ne pot,
A grant effors i vint cil qui onques l'amot.
Entre les dessemons et ciaus que il mandot,
Trente mil et quarante, ce m'est vis, en i ot,
Si ot trente milliers de ciaus de Mont Escot.
En un mirable curre chascuns de ciaus estot,
Grans faus ont atachiees environ au charrot.
Qant se movoit la beste qui le curre menot,
Qant qu'encontroit la faus avant li detrenchot,    [640]
Qant pot consivre l'ome maintenant l'afolot.
Chascuns de ciaus dedens arbaleste portot,
Dieu avoit a garant qui de ciaus eschapot.

[3.33]De ciaus qui a pié sont n'est nus qui nombre en die.
Des chevaliers de Parte et de ciaus de Sulie,
Qui la ierent venu faire chevalerie,
Cent mil en ot o soi Porrus de tel baillie
Que il n'i a celui qui n'ait targe flourie
Et bon cheval courant et broigne a or sartie.
Alixandres les voit, tout ce tient a folie    [650]
Et a dit a ses homes: "Ne vous esmaiés mie;
Cele gent que veés n'est pas amanevie,
Ja ne se tenra point se bien est envaïe.
De l'or et de l'argent qui par ces vaus formie
Sera riche clamés tos les jors de sa vie
Qui bien les conquerra a l'espee forbie.
Le matin i movrons, qant l'aube iert esclarcie."
Qant l'ot Emenidus, ne puet müer ne rie.

[3.34]A l'aube aparissant d'ambes pars sont monté
Et furent de bataille garni et conreé.    [660]
Quarante et deus eschieles a li rois ordené:
Toute la premeraine commanda Aristé,
La seconde Filote, la tierce Tholomé,
A chascune des autres a bon conduit livré.
Dant Cliçon et Filote a li rois commandé
Que qant Porrus iert hors a trestout son barné
Que cil a pié se metent entr'aus et la cité;
Devant la geude soient mil chevalier armé,
Que n'en tornent arriere Persant ne Filisté.
Molt par fu grans la presse la ou il sont josté,  [670]
Malmis i sont li ort et li vergié quassé,
Les vignes derompues et craventé li blé.
La peüssiés veoir tant escu estroué,
Tant hauberc derompu et tant elme quassé
Et tant pié et tant poing a la terre caupé;
En lor sanc se devautrent li chevalier navré.
Garimantés s'esmaient, car trop furent grevé;
Por ce que il sont nu, fuiant s'en sont torné.

[3.35]La bataille fu grans et la gens fu grifaigne,
Des vignes et des bles ont perdu la gaaigne.    [680]
Garimantés s'en fuient droit a une montaigne,
Cil de Parte autre part, n'i a nul qui remaigne;
Li maines rois les sieut o sa ruiste compaigne.
La veïssiés trenchier tant pis et tant entraigne,
Et tant chevalier mort gesir par la champaigne,
De sanc et de cervele fu coverte la plaigne.
Porrus vit le damage et le mal qui engraigne,
Ne fuïr ne s'en veut ne ne set com remaigne;
Sa cité a perdue sans nule recovraigne,
Li Grieu qui sont devant li souflent la chastaigne.   [690]
Maudist le roi de Gresce, qui sa gent li mehaigne,
A piece n'iert mais jors que de lui ne se plaigne.

[3.36]Emenidus fu preus et fu nes de Valterne,
N'ot millor chevalier trusqu'en fine posterne.
Il sist el cheval noir que on claime Pïerne,
Sel tramist Alixandre uns princes de Salerne.
O l'eschiele des Grieus qu'il conduist et governe
El cuer de la bataille encontra Oliferne,
Rois iert de la montaigne entre bise et galerne.
Emenidus le fiert, que de riens ne l'espergne;    [700]
Ne li vaut li escus le fons d'une lanterne,
Tout son hauberc li ront qui fu fais a Lïerne,
Par mi le cors li mist l'ensegne de Palerne,
Si que mort le trebuche les une viés cisterne.
L'ame en portent maufé en la fosse d'enferne.

[3.37]Sichem de Valebron vit Oliferne mort,
Il broche le destrier, le gonfanon destort.
Sor l'escu de quartier va ferir Licanort,
Si que l'anste peçoie, qui fu de sacremort.
Filotes, qui traverse, le ra feru si fort    [710]
Que jambes enversees l'abati en un ort;
Li chevaus fu braidis, arriere se resort.
Porrus vint a l'escousse si li fist tel confort
Ne laisse por les Grieus que triés soi ne l'en port,
Et fu ensamble o lui Abïus de Gomort.

[3.38]Assael sist armés desor un cheval rous,
N'encontre chevalier qu'il ne face angoissous;
Porrus le vait ferir, qant Sichem ot rescous,
Enpaint le de vertu, des estriers le fait blous.
D'un margas ou il chiet est ses elmes terous.    [720]
De meïsme la la pointe fiert Joab l'orgellous
Et Joab refiert lui, qui molt fu aïrous,
Que d'ambesdeus les hanstes volent a mont li trous
Et jambes renversees s'abatent en l'erbous.
Li chevals Joab fu felons et estorçous,
Ses resnes traïnant s'en fuit tot un perrous.
Cil resaillent en piés irié et vergoignous,
O les brans acerins se fierent coureçous.
Sempres vient apoignant el destrier ravinous
Abïus de Gomort, ques depart ambesdous,    [730]
Porron rent son cheval, qui'n estoit besoignous.
Andui s'en s'ont torné et Joab remest sous.

[3.39]Moab, uns rois d'Aufrique, sist sor une gazele
Qui plus cort de ravine que ne vole arondele.
Vait ferir Tholomé, qui les autres chadele,
Enpaint le par vertu, que tout le desasele.
Dans Clins point cele part le destrier de Castele
Et vait ferir Moab en l'escu de roële,
Que sous la boucle a or li fraint et eschantele
Et la broigne li trenche, le pis et la forcele,    [740]
Q'as doulles de l'espié le cuer li esquartele;
Devant sor son arçon li chaïla boële.
Dans Clins enpaint Moab sel lieve de la sele;
Cil chaïmors a dens desor l'erbe novele.

[3.40]Moab ot un neveu de novel adoubé,
Onques en nule terre ne vi plus bel armé.
Aminadap l'apelent Persant et Filisté
Et fu dus de Caspois, d'une grant richeté,
Une terre garnie de trestout le bien Dé.
Qant il vit mort son oncle, Moab le fil Taré,   [750]
Ne fu mie mervelle s'il ot le cuer iré.
Sist sor un cheval blanc qui fu destre comé,
Qui plus cort de ravine qant on l'a esfreé
Que faus ne sieut aloe qant il a geüné.
Ses lorains et ses armes valent une cité:
La sele fu d'ivoire, li frains d'or esmeré,
Ses haubers fu legiers si ot molt grant bonté,
Ne crient caup de saiete ne de dart enpené;
Li hiaumes de son chief getoit molt grant clarté,
En son ot un topace a esmaus neelé;    [760]
Li escus de son col estoit d'or envausé,
L'anste de son espié fu d'un fraisne plané,
En son ot un penon d'un vert paile röé.
Il point entre deus rens le blanchet afilé,
A haute vois escrie Dant Clin et Tholomé
Si lor demande joste, car molt l'a desirré.
Qant Tholomés l'entent, si l'en a regardé,
Le chief de l'auferrant a vers lui trestorné,
Et li dus point a lui, ne l'a pas redouté;
As fers de lor espiés se sont entr'encontré,  [770]
Toutes plaines lor lances se sont entreversé.
Porrus point au rescourre si a son duc monté,
Et Tholomés saut sus quant se sent aterré;
Ains que Porrus tornast li a tel caup doné
Que por un seul petit qu'il ne l'a affolé,
Sor le col del destrier l'a trestout acliné.
Alixandres le voit si l'a forment löé,
Par la resne li maine le destrier abrievé,
Et Tholomés i monte par son estrier doré.

[3.41]Ne sai que vous alasse toute jor acontant:    [780]
O eus joint Alixandres a l'aube aparissant,
Ains fu pres mïedis que onques fu issant.
Sardeus, uns rois de Parte, sor un cheval corant
Aloit par la bataille s'ensengne desploiant,
Mascedonois et Grieus va forment menaçant,
Alixandre demande, por joindre vait querant,
Ebarion a mort et Seruc et Erlant.
Qant Alixandres l'ot, tous taint de maltalant,
Il broche Bucifal et met l'escu avant,
De l'espee qu'il tint li dona un caup grant,    [790]
La ou plus haut le vit, desor l'elme luisant;
Par l'escu de son col ne pot avoir garant,
Li haubers c'ot vestu ne li valut un gant,
Desi que es arçons le vait tout porfendant;
Il a estors son caup, mort l'abat a itant.
Qant l'ot mort abatu du destrier auferrant,
Li rois crie s'ensegne, sa gent vait raliant.
O vint mil de ses homes s'en vait Porrus fuiant
Tout droit as desers d'Ynde, qui sont vers Oriant.
Eschec i ot tel pris nus hom ne vit si grant,    [800]
Car retenu i furent quatre cens olifant
Qui portoient les tours ou li archier erant.

[3.42]Sados vint d'outre Egypte, rois fu de Salemandre.
Ne torne cele part des Grieus ne face escandre
Por Sardeus, qu'il vit mort gesir sor la lavandre.
Sor son hauberc derrier vait ferir Alixandre,
L'anste vola en pieces, qui fu de Coroandre.
Emenidus fiert lui, qui sist el cheval d'Andre,
Si que l'elme li trenche, qui fu au roi Evandre;
Le sanc et la cervele li fist a terre espandre.    [810]

[3.43]Sidras de Babiloine desor son auferrant
Vet forment Alixandre et les Grieus menaçant,
A Tholomé veut joindre si vait esperonant,
Por venir a l'encontre broche tout un pendant.
Dans Clins, li fieus Caduit, le fiert en trespassant,
Si que le hiaume trenche et la cervele espant,
Et cil chiet jus a terre si fu mors en itant.
Puis saisist par la resne le bon cheval courant
Si l'a rendu Joab, qui mestier en ot grant;
Sous son elme s'en vait a Tholomé riant.    [820]
Porrus voit sa compaigne qui vait affebloiant
Et les Grieus qui s'afichent et les vont ociant
Et la male aventure qui sor eus vait chaant.
De torner a la vile ne font nesun semblant,
La chastaigne li souflent li Grieu qui sont devant;
A vint mil de ses homes s'en va Porrus fuiant
Tout droit as desers d'Ynde, qui sont vers Oriant.

[3.44]Astaros de Nubie voit que Porrus s'en vait,
De torner a la vile nesun semblant ne fait.
Il escrie s'ensaigne, a une part se trait,    [830]
Onques de tous ses homes ne pot avoir que set.
A un baron de Gresse vait doner tel gamait
Que l'escu de son col li a percié et frait,
Tres en mi la poitrine le gonfanon li lait;
Si com il s'en passe outre, cil trebuche el garait.
Il n'a nul compaignon qui autretel n'ait fait.
Tholomés l'esgarda de la ou il estait,
Or se tient a honi s'ainsi aler l'en lait.

[3.45]Astaros de Nubie ne fine ne ne cesse,
Quatorze chevaliers lor a mors en la presse,    [840]
De ses set compaignons un trestout seul n'i lesse.
Tholomés vait encontre, vers Astarot s'eslesse,
Tel cop li done en l'elme que tout li fent et plesse,
Sor l'arçon premerain por le grant cop s'abaisse.
Por Tholomé ferir chascuns des set s'eslesse,
O les brans acerins li donent tel confesse
Sempres fust afolés ne fust Dans Clins d'Aresse.

[3.46]Dans Clins vit Tholomé qui iert en tel trepoi,
Ne que deus compaignons n'avoit ensamble o soi.
Pour Tholomé rescorre poignent tout a desroi   [850]
Et vont joindre a ces set et si ne sont que troi.
O les brans acerins les metent en effroi;
Si lor ont abatu l'orguel et le boufoi
N'i a nul qui de vivre sache prendre conroi;
Li cheval vont courant par mi le sablonoi.

[3.47]Astaros voit ses homes gesir par le sablon
Et sait que ja par aus n'avra rescoussion.
Il fu forment navrés el pis sous le menton
Et du senestre bras ot trenchié un braon.
Ce n'est mie mervelle se il quiert garison,    [860]
Nel puet mais endurer, fuit s'ent a esperon.
Li destriers de Nubie l'en porte de randon
Et Tholomés l'enchauce, il et si compaignon.
Plus tost s'en vait poingnant devant par un gason
C'uns fors arbalestriers ne traisist un bougon.
Tholomés dist as siens: "Car nos en retornom;
Trop nos est eslongiés, ja mais nel baillerom."
Qant il furent arriere tout le petit troton,
Si fu li chans vaincus et livrés a bandon
Q'ainc puis n'i ot feru d'arme ne de baston.    [870]

[3.48]Qant vit li maines rois que li chans fu vaincus,-
Tout droit as desers d'Inde s'en vait fuiant Porrus,
O vint mil de ses homes s'en vait escombatus,
Molt par chevalche tost, ja mais n'iert conseüs,-
Li rois retorne arriere, ens el champ est venus
Et a saisi l'avoir, ains tels ne fu veüs,
Et muls et olifans que Porrus ot perdus.
Li bons rois Alixandres d'iluec s'est esmeüs,
La cité prent par force s'est el palais venus.
Les portes sont d'ivoire, onques n'i toucha fus,   [880]
Par toutes les parois est li fins ors batus.
Li rois en entra ens o quinze de ses drus,
Trusq'a trente pilers a de tel or veüs
Qui por bien afiner fu quatre fois fondus.
"Dieus! dist li maines rois, dont est cist ors venus
Et si tres grans avoirs ou fu aconseüs?
Par le mien ensïent, il est du ciel pleüs,
Car du fin or d'Arrabe qui çai ens est fondus
Porroit on massis faire cinquante mil escus.
Qui or en veut avoir por quoi se fait il mus?   [890]
Ja en donrai je tant as grans et as menus
Ja mais au mien espoir n'en iert uns confondus."
Qant l'entendent si home, dïent que sa vertus
Soit salve et essaucie de Dieu et de ses drus.

[3.49]Qant ot pris Alixandres le palais principal,
Por parler a ses homes s'arestut el portal.
Par un sien chevalier manda au seneschal
L'eschec de la bataille departe par ingal,
Celui qui vait a pié gart que il ait cheval
Et face livrison a chascun a l'ostal.    [900]
Lai ens s'en est entrés, devant soi Bucifal,
A un piler l'atache devant un dois royal.
Au chief de cele table trueve une chambre ital
Tous jors i sont tempré li baing emperial
Qui d'a mont par conduit descendent contre val
Et montent en la tour la desus par chanal.
Li basmes qui cort ens par conduit de cristal
Raplenist si le lieu d'odour esperital
Que onques Dieus ne fist icel home carnal
Qui tant fust engrotés d'enfermeté mortal,  [910]
S'il i peüst baignier un seul jor a jornal,
Q'il ne fust tous garis en meesme l'estal
Ne ja puis en tout l'an sentist dolor ne mal.
Li chaalit qu'i sont ne sont pas de metal,
Ains sont tuit de fin or a uevre natural.
Sor chascun pecoul ot fremé un tel esmal
Que plus cler reflamboient que ne font estaval.

[3.50]Au chief de cele chambre truevent un sousterin
Ques maine en une trelle qui fu faite a or fin.
D'Ethyope la firent orfevre barbarin    [920]
Si com lor ensegnierent quatre clerc sarrasin;
Toute l'uevre qu'i fu entaillierent Hermin,
D'ebenus sont les forches, li chevron cipressin.
Une vigne i ot mise par issi grant engin,
Les fuelles sont d'argent, ce truis el parchemin,
De jagonces les vis, de cristal li roisin;
Ce samble ques esgarde qu'il soient plain de vin,
De jaspes, d'esmeraudes i ot si grant traïn.

[3.51]Qant ot assés la trelle esgardee et joïe,
Vait entor le palais par une herbeuse vie,    [930]
Par le pan du mantel les lui Licanor guie,
Car veoir veut de l'uevre com ele est establie.
Ains Dieus ne fist cel arbre qui entailliés n'i sie
Ne maniere d'oisel n'i soit a or sartie,
Et ont or en lor ongles, en lor bes margerie.
Par un huis est entrés en la boutellerie,
De mil et set cens nes la trova si garnie,
Peu en i ot d'argent, toute l'uevre est chancie,
Bien a mil ans passés c'une n'en fu emplie.
D'iluec en est entrés en la mahomerie,    [940]
Des ymages as dieus i ot grant establie,
D'un jor et d'une nuit n'est hom qui nombre en die;
N'en i a une seule ne soit grans et fornie
Et ne soit de fin or massicement bastie;
Un vaissel tint chascune ou on li sacrefie.
"Dieus! dist li maines rois, com faite manandie!
Com ert poissans li rois qui ce ot en baillie,
Car trestoute la terre qui est adesertie,
Si com la mer l'enclot qui environ tornie,
De l'or qui est çai ens puet estre raplenie."  [950]

[3.52]La nuit jut Alixandres, molt fu grans ses barnés,
De lui ne fu a dire nisune richetés.
A l'aube aparissant fu premerains montés,
Dis mil somiers a pris d'or et d'argent troussés,
Tant en done a ses homes qu'a chascun fu assés.
Ains qu'il fuissent tuit hors, fu li solaus levés,
Qui reluist es escus de fin or adoubés,
Es haubers acerins et es elmes gemés;
Grans quatorze lieuees en dure la clartés.
De joie qu'ot li rois si s'en est arestés   [960]
Et fait soner un graille, es les vos aünés.
Qant les vit tous ensamble, si les a mercïés:
"Segnor mascedonois, molt vos ai ahanés,
Je criem ne vos anuit que tant vos ai lassés.
Faites m'avés batailles et conquis mains regnés,
Moie en est la loënge et vostre en est li gres.
ǹa fait vostres vertus et vostres grans bontés,
Car par toutes les terres sui rois des rois clamés.
Bien le me dist mes cuers et bien sai qu'est vertés:
S'un petit de travail por moi soufrir volés,  [970]
Porron me porrés prendre, s'un petit vos hastés,
Ains qu'il soit o ses homes es desers d'Ynde entrés."
Et respondent si home: "Si com vos commandés!
Nel puet garir desers ne nule fremetés,
Les esclos le sieurons se bon conduit avés."

[3.53]Qant Alixandres voit sa gent entalentee
De sa volenté faire si comme il l'a pensee,
Au plus tost que il pot l'a quatre jors menee.
En Caspois sont venu a la quarte jornee
Si l'ont si plenteïve de trestous biens trovee  
[980]
Que toute cele gent tient a boneüree.
Por ce que veut li rois que soit aseüree,
A soi mande les princes de toute la contree,
Les sains fait aporter si la li ont juree.
Puis lor a demandé qels est outre l'estree;
Cil li ont respondu: "Terre est desiretee,
Car l'ardor du soleil l'a issi eschaufee
N'i a se serpens non dont ele est abitee."
Tout ce tint Alixandres a mençoigne provee,
Cuide richece i ait qui li doive estre emblee   
[990]
Et que por ce li aient la verté trestornee.
Ja soit ce que la voie li soit destalentee
Et que trestuit si home li aient desloëe,
Il en jure sa teste qui d'or est couronee
Ains esteroit tous jors qu'il ne çaindroit espee
Ne voie la mervelle dont Ynde est abitee
Et com li solaus l'a o sa chalor gastee.
Ains que li rois eüst sa raison definee,
Por seoir au souper fu l'eaue demandee.
Par tous les pavellons est la novele alee   
[1000]
Q'a l'aube aparissant soit toute l'ost montee,
Por entrer es desers garnie et conreee.
<<< >>>