<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.54]La nuit jut Alixandres tant que fu clers li dis.
Cent cinquante duitors par la contree a quis,
Itels com les eslirent li baron du païs,
Quil conduiront en Bastre, dont Porrus est marchis.
Por ce que li rois veut de tous ciaus estre fis
Et que nus ne s'en face de bien mener eschis,
Por sauf conduit lor a molt grant avoir pramis
De meïsme le jor, si com je l'ai apris;    [1010]
Aos estoit entrés qant es desers s'est mis.
Mais cil se pendent plus devers ses enemis
Ques mainent es desers qu'il plus sevent chaudis,
Qui sont d'eaues ameres et de serpens porpris,
Ja n'en bevra cil hom qui ne perde le ris;
Mieus veulent il morir c'uns en estorde vis.

[3.55]Qant Alixandres mut, des cors fu grans li glas.
Montés est en un tertre c'on claime Lolifas
Por esgarder ses homes dont tout li val sont ras.
Entre muls et chameus et dromadaires cras    [1020]
Qui portent pavellons, chandelabres et dras,
Escüeles d'or fin et coupes et henas,
Plus ot d'or en lor frains de trente mile mars;
A l'autre garison ot bien quatre cens chars
Et plus de mil charetes qui menoient les dras.
De bestes por occire ne mainent mie eschars,
Quatre lieuees durent qant passent a espars.
Del chaut et de la voie sont si home tout las
A ce qu'il sont chargié et d'armes et de dras,
Ses angoisse la soif ne pueent faire un pas.    [1030]
Li traïtor ques guïent sont plain de Sathanas,
Ques mainent es desers qui du soleil sont ars,
N'ont cure que de l'ost retort ne haus ne bas,
Mieus veulent il morir que li rois ne soit quas.

[3.56]Molt fu l'ost icel jor confondue et matee,
Du chaut et de la soif por poi ne fu desvee.    [1036a]
Cil qui pot avoir eaue sa bouche a atempree    [1036b]
Et qui goute n'en ot a sa broigne engoulee,
Por la froidor du fer a la soif trespassee.
D'eaue du ciel pleüe contre une henepee
En une chieve pierre a Zephirus trovee,    [1040]
Grant talent a de boire, n'en a goute adesee,
Ains la qeut en son elme, le roi l'a presentee.
Alixandres la vit si l'a molt esgardee,
Porpense, s'il la boit, ja iert sa gent desvee,
Car se chascuns n'en a, sa soif li iert doublee.
Il l'a devant lor eus a la terre jetee;
Et qant si home virent qu'il a l'eaue rüee,
Aussi com chascuns d'aus la soif a enduree,
La volentés du boire leur en est trespassee.
Une coupe d'or fin a li rois demandee    [1050]
D'uevre galascïene et par pans neelee,
Cent livres i eüst s'ele fust moun[e]ee.
Qant ot son bon servise et s'amor molt loëe,
Por guerredon de l'eaue l'a Zephiron donee.
Et li home et les bestes sont lié de l'avespree,
Por la froidor de l'air qui cort a la rosee;
N'i a cel qui de soif n'ait la bouche crevee.
Mal ait la garisons qui la nuit fust goustee;
Chascuns devant son tref se gist geule baee
Et reçoit le serain qui chiet a la vespree.   [1060]
A l'aube aparissant fu toute l'ost montee.

[3.57]A l'aube aparissant fu toute l'ost meüe,
Li solaus fu levés, li chaus molt les argüe. [167]
Li maines rois esgarde les une roche agüe,
N'a gaires loing de soi a une eaue veüe;
D'un pui ou l'ost estoit est a val descendue.
Qui ot tente ne tref el pré l'a estendue;
Dementres que chascuns de herbregier s'argüe,
Descent li maines rois de sa mule crenue,
Il s'est agenoilliés desor l'erbe menue    [1070]
Por estaindre sa soif qu'il a si grant eüe.
Plus iert amere l'eaue, quant li rois l'ot beüe,
Que suie ne fauterne n'aluisne ne ceüe.
Tel angoisse ot li rois tous li cors li tressue
Et voit que sans travail n'en bevroit beste mue,
Si l'a a toute l'ost v[e]ee et deffendue,
Puis fait ses tres cuellir s'a sa voie tenue.
Les la rive de l'eaue une sente a seüe
Tresq'a une freté qui li est aparue
En une ille entre ros plus loins c'uns ars ne rue.   [1080]
La gent qui iert dedens estoit demie nue,
Ainc puis n'en parut uns qu'il orent l'ost veüe.

[3.58]Li rois vint a la rive o trestout son barné,
N'i trueve pont ne planche ne navie ne gué,
Et li champ de defors sont tout ars et bruslé,
De l'ardor du soleil menüement crevé;
Puis que premierement ot Dieus le mont formé,
De trestoutes anones n'i ot plain poing semé.
Li rois cline vers terre si a un poi pensé,
Et qant il se redrece, s'apela Tholomé,    [1090]
Sor sa senestre espaule li a son bras geté,
Puis li dist en riant: "Veïs ainc tel freté?
Cil qui lai ens estont sont molt boneüré,
Il n'erent ne ne sement ne pas ne cuellent blé
Ne n'issent du chastel ne yver ne esté.
Nus ne set lor convine ne dont il ont plenté
Ou s'il vivent du vent ou de la gloire Dé.
S'a force nes puis prendre, petit pris mon barné.
Quatre cens chevaliers belement a celé
Lor trametrai anuit ains qu'il soit avespré.  [1100]
Se il au plain se prenent, mort sont et afolé,
Tout en ferai fors traire qanq'i arai trové,
Ja n'i remandra hom, tant soit de grant aé.
Cil sevent les desers, car par tout ont alé;
Se il bien ne nos guïent et a grant salveté
Et l'eaue ne nos mostrent, ars seront et venté."

[3.59]Grans fu l'eaue et parfonde et li marés fu maus.
D'ambes pars de la rive fu parcreüs li rox,
Trente piés ot de haut et trois toises de gros
Et fu itant espés tous se tint a un dox;    [1110]
Il n'a freté en Ynde ne chastel n'en soit clos.
Quatre cens chevaliers du mieus et des plus ox
Et qui en sa compaigne avoient meillor lox
I fait li rois entrer, les haubers en lor dox.
Onques cil n'i entra qui ne feïst que fox,
Car unes bestes ot entre les trous repox,
Li païsant les claiment les ypopotamox.
Mil en issent ensamble, ques prenent par les cox,
Mengüent lor les chars et defroissent les ox;
Nes puet garir haubers, tant soit serrés a clox,  [1120]
Ne grans escus bouclés qui de trois cuirs soit vox
Q'autresi nes trangloutent comme fuelle de chox.

[3.60]Qant voit li maines rois sa gent ainsi morir,
Por aidier a ses homes vait ses armes saisir.
Courant vint a la rive, qu'il voloit ens saillir;
Dans Clins et Tholomés le courent retenir,
Ireement li dïent: "Rois, por coi veus morir?
Car te menbre du saut que tu feïs a Tyr.
Se muers en autre terre, quel part porrons fuïr?
N'a home en ta compaigne qui te doive servir,   [1130]
Ençois q'en son païs puisse ja revenir,
Que tout ne soit seürs de la teste tolir."
Li rois clina vers terre et geta un souspir.
Les traïtors ques guïent fait devant lui venir,
Il en jura ses dieus mar le vaurent traïr.

[3.61]Cil ierent cent cinquante qui les doivent guïer;
Les cent fist li rois prendre et en l'eaue geter.
Ypopotamos saillent qant les virent noër,
Plus q'a l'autre feïe quident proie trover,
Tant en issent ensamble que nus nes puet esmer,    [1140]
Si que tout cil de l'ost les courent esgarder.
Onques icele nuit ne porent reposer,
Por les bestes de l'eaue ques veulent afoler.
Molt fu liés Alixandres qant il vit ajorner,
Il a dit a ses homes: "Ci fait mal converser.
Que nous porfiteroit ici a sejorner
Ne hebregier les l'eaue dont ne poons gouster?"
Puis fist cuellir ses tentes si s'en prist a aler.
Il garda devant lui, car li solaus luist cler;
En mi le fil de l'eaue vit deus homes ester    [1150]
En un chalant de ros, cent homes puet porter.
En yndïen langage les a fet salüer,
Eaue douce por boire lor a fait demander,
Et s'il veulent avoir, viegnent la li mostrer;
Quatre tans lor donra qu'il ne porront porter.

[3.62]Cil li ont respondu: "Nos n'avons d'avoir cure,
Que marchié ne faisons de nule creature;
Ensi com a ces bestes est commune pasture,
Prent l'uns l'avoir a l'autre sans conte et sans mesure.
Mais por ce que fait estes a la nostre figure   [1160]
Et veons que de soif soufrés si grant ardure,
Vous enseignerons eaue ou a ombre et froidure.
Veés vous la cel tertre a cele desjointure?
Tres en mi ces desers a une grant couture,
Uns estans d'eaue douce sourt iluec par nature,
Il n'en a plus en Ynde, si com dist l'escripture.
Iluec a un sentier qui tresq'a l'estanc dure;
Se voie nel vos taut ou grant mesaventure,
Ains none i porrés estre a petite aleüre."

[3.63]"Savés, font il, segnor, que vous volons mentoivre,    [1170]
Por ce que de noient ne vos volons deçoivre?
Qant venrés a l'estanc, troverés grant aboivre;
Pins i a et lauriers, oliviers et genoivre,
Dont nous cuellons la graine por mesler o le poivre;
Molt est grans li herbages que paissent li atoivre.
Gardés n'i deschargiés un point de vostre atoivre,
Qu'il n'a mervelle en Ynde la nuit n'i viegne boivre;
Se serpent vous i truevent, des ames serés soivre."

[3.64]Or s'en torne li rois, l'oriflambe levee,
Tout droit a la crevace que cil li ont mostree;    [1180]
Et qant furent tout outre contre une arbalestree,
Si ont a main senestre une voie trovee
Qui d'ours et de lions iert freschement alee.
Li traïtor ques guïent la li ont meserree
Et ont a ensïent la voie trestornee.
Onques ne fina l'ost dusq'en une valee,
Et truevent une pierre qui estoit coverclee;
Desous gisoit une orse de novel faounee.
Qant el senti la friente, s'a la teste levee,
Ses faonciaus crient perdre si est toute desvee.   [1190]
Si com l'ost aproisma, si saut geule baee
Si a en mi sa voie une mule encontree
Qui estoit de ferine et de forment torsee.
De cele destre poe li dona tel colee
Que la senestre espaulle li a du bu sevree.
La mule chiet a terre, la ferine est versee;
Tout droit a ses faons s'en est l'orse tornee.
Uns chevaliers de Gresse ot sa lance levee
Et vient poignant a l'orse toute s'esperonee,
Si la fiert par les flans qu'il l'a a mort navree.   [1200]
Un tel brait gete l'ourse, qant se sent esgenee,
Q'il n'a beste el convers qui n'en soit effr[e]ee;
Chascune fait tel brait et gete tel crïee
Que oïr les puet on bien pres d'une jornee.
N'i remest nule beste qui n'i soit assamblee;
La bataille commence de haute relevee.
N'i a Grieu qui ne fiere ou de lance ou d'espee,
La ou li lion hurtent est l'os desbaretee,
Nes puet garir haubers ne grans targe listee
Q'il ne boivent le sanc et traient la coree.    [1210]
Ainsi com la nuit vient se depart la meslee,
Car chascune des bestes est a son lit alee;
Et s'encore i eüst du jor une lieuee,
Toute s'en alast l'ost confondue et matee.

[3.65]Qant les bestes departent, au roi vint Licanors:
"Sire, del hebregier que vos dit vostre sors?"
Et respont Alixandres: "Ja n'en iert pris confors."
Les navrés met en biere et fait ardoir les mors.
Encontre le prinsome s'en est tornee l'os,
Et qant il s'en tornerent, tant fait soner de cors,   [1220]
Tant i ot des buisines que li sons fu si fors
Que par tous les desers les ot on dusq'as pors.
Ne remaint es desers coluevre ne crapos
Ne guivre ne choans qui tant s'i soit repos
Por la freschor du sanc ne sieue les esclos.
Cil qui ist hors de route molt par i fait que sos,
De cent pars est saisis et traïnés es cros.

[3.66]Tholomés vait avant, li preus et li senés,
Tout un antif sentier et rengiés et serrés.
Cil qui ist hors de route ne fait pas que senés,  [1230]
Car les bestes lor saillent et devant et delés:
Ours, lions et lupars et grifons enpenés.
Sor les chevaus les prenent ses en portent armés,
Nes puet garir haubers ne fors escus bouclés
N'en mengucent les chars et rompent les costés.

[3.67]Avant vait Tholomés, qui toute l'ost conduit.
Ne mangierent la nuit ne pain ne char ne fruit,
Mais chascuns en alant un poi de forment cuit.
L'arrieregarde fist Dans Clins, li fieus Caduit,
N'a home en sa compaigne qui forment n'en anuit.   [1240]
La vermine les pince qui derriere as dos bruit;
Tel paor a chascuns par poi qu'il ne s'enfuit,
Qant Dans Clins lor escrie: "Arestés vos trestuit.
Ne vos esmaiés mie se la vermine bruit,
Mais chascuns chevaliers sor sa lance s'apuit.
Se ceste arrieregarde poons bien faire anuit,
Grant gré nos en savra Alixandres, ce cuit."

[3.68]Cil de l'arrieregarde sont chevalier honeste,
Trestout tornent ensamble la ou Dans Clins s'areste.
Ou truevent grant serpent, si li coupent la teste,   [1250]
La ou il est petis, sel defoule la beste.
Au trestorner qu'il firent lor ont fait grant moleste,
Car il n'i a serpent, tant soit de grant poëste,
Ne s'en voist molt bleciés ou en qeue ou en teste.

[3.69]"Segnor, ce dist Dans Clins, savés par quel mesure
Nos dut anuit venir ceste mesaventure?
Qant la vermine vint qui nos fist cele ardure,
Se fuïssons vers l'ost tant comme uns arpens dure
Por que l'ost retornast ne perdist s'aleüre
Et seüst Alixandres ceste desconfiture,   [1260]
La fuie nos tornast a molt grant forfaiture,
Ja mais jor de sa vie nen eüst de nos cure."

[3.70]Contre la mïenuit, ains que chantent li gal,
Issi l'ost d'une combe s'entrent en un ingal.
Li choan et les nuitres qui issoient d'un val
Lor firent toute nuit paine et travail et mal,
Car en trestoute l'ost n'a home si vassal,
Se il ist hors de route por torner a estal,
Que li choan n¹en portent ou lui ou son cheval.
Alixandres apele son maistre mareschal,    [1270]
Dist li qu'il li aport un grant paile roial,
Por crieme des choans fait covrir Bucifal;
Qant il li ont lacié as boutons du poitral,
N'en parut chiés ne qeue ne li esperonal.

[3.71]Li choan des desers sont gregnor de vautoirs,
Graindre est une des eles que n'est uns covertoirs.
Qant il volent sor l'ost, en l'air donent tel crois
Cil qui ist hors de route molt par i fait que mois.
S'uns des choans le voit, ja vers lui n'avra frois;
De lui ou du cheval n'en vait il mie blois.    [1280]
Toute nuit jusq'a l'aube lor dura cil tabois.

[3.72]A l'aube aparissant vinrent chauves souris,
Menors sont de corneilles et gregnors de pertris.
N'a chevalier en l'ost, tant soit d'armes garnis,
Se pres de lui li vole, n'en soit tous esbahis;
Del soumeron de l'ele si le fiert el cervis
Que grans quatre lieuees en remaint estordis.
Tant lor dura cis maus qu'il ne fu departis
Que li jors fu tous clers et solaus esbaudis.
Es les vous au sentier qui ersoir fu guerpis.    [1290]

[3.73]Molt sont lié cil de l'ost du sentier c'ont veü,
Toute la matinee se sont si tost meü
Que grant piece ains midi sont a l'estanc venu;
Entre le bos et l'eaue ont tuit lor tref tendu.
Qant furent refroidié, si ont un poi beü,
Puis ont derrier lor dos tout le bos abatu;
Qant vint eure de none, sachiés et grellés fu.
Il metent le fu ens, si art a grant vertu.
Par ice se sont auques des serpens deffendu.

[3.74]Ainsi com li jors prist o le vespre a meller,    [1300]
Deus mile lampes d'or fait li rois alumer,
Puis fait soner un graille por l'eaue demander
Et il et tuit si home sont assis au souper.
Et qant furent assis, ses en estut lever,
C'onques de garison n'i oserent gouster,
Car cil les escrïerent ques devoient garder,
Qui voient les mervelles des desers assambler;
Cil qui premiers les vit sel vait au roi conter.
Li rois clina vers terre si commence a penser,
Et qant il se redrece, si fait sa gent armer.    [1310]

[3.75]Tout premerainement lor vinrent blanc lion,
Le fu truevent ardant si ceurent environ
Por ce qu'il ont de soif si grant destrucion;
Par mi le fu ardant se metent a bandon.
Mais li home Alixandre ne sont mie garçon,
Chascuns tient son espié devant son pavellon,
Qui bien ne se deffent de mort n'a garison,
Des blans lions ont fait molt grant ocision;
Ne por qant boivent l'eaue, ou il veullent ou non.
Cil qui d'aus eschaperent tornent a esperon    [1320]
Tres par mi les desers a lor conversion.
Aprés vinrent ceraste et li escorpion,
Chascuns drece sa coe et trait son aguillon;
Qui bien ne se deffent si se tient por bricon.
Qui tient lance n'espee, gavelot ne baston,
Des herberges les getent et font grant tuïson.

[3.76]Ne demora puis gaires, yndïenes souris
Vinrent boire a l'estanc, gregnor sont de goupis.
Qanque mordent sans home si est sempres fenis,
Mais li hom en est tost respassés et garis.   [1330]
Des somiers et des bestes les ont molt desgarnis.
Se auques lor durassent, tout fuissent desconfis,
Mais el fu les engetent, si com dist li escris.

[3.77]Contre la mïenuit la vermine est venue,
Onques en nule terre si grans ne fu veüe,
Del chaut et de la soif lassee et confondue;
Par mi le fu se metent por la soif ques argüe.
La grans passe bien outre, li fus art la menue.
Mais la gent Alixandre dont la rive est vestue
Qanque del fu eschape as maus ocit et tue    [1340]
Ne mais la grant vermine qui estoit parcreüe,
Qui iert et longe et lee et grosse et estendue,
Qui par aus ne pot estre tüee ne vaincue;
Cele s'en retorna quant ot l'eaue beüe.

[3.78]Des crués de la montaigne de la voisineté
Enprés la mïenuit vinrent serpent cresté,
Si grant comme colombes, qui se sont devalé.
De deus chiés ou de trois sont li pluisor armé;
Li un sont pers et ynde et li autre doré,
De blanc et de vermel menüement listé;   [1350]
Li oel lor reflamboient, qui sont envenimé.
Par mi le fu se metent si l'ont tout enbrasé.
Qant cil de l'ost les voient, si ont le hu levé,
Et li home Alixandre lor sont encontre alé.
De ciaus que li fus n'art sont li pluisor tüé;
Et cil de l'ost s'en tornent si l'ont le roi conté
Que il ont vint sergans et trente sers dampné,
Qui tuit sont des serpens ocis et devoré.

[3.79]Entor quatre lieuees devant l'aube aparant,
Estes vos une beste qu'on claime Dentirant;    [1360]
Bien ot le front armé de trois cors qui sont grant.
Qant ele voit le fu, si muert de maltalant,
Les pavellons esgarde si vait entor courant
Et vient droit as herberges par mi le fu ardant.
Mais li home Alixandre li sont venu devant,
Qui la fierent d'espees ou de lance trenchant
Ou de hache esmolue ou de dart en lançant.
Trestout canqu'il li font ne prise mie un gant,
Vint et set chevaliers lor a mort en boutant,
Et mehaignié i furent cinquante et dui sergant;  [1370]
Dedens l'eaue s'est mise par force lor veant.

[3.80]"Segnor, dist Alixandres, n'en adesés mais mie;
Une riens vos dirai, n'est hom qui m'en desdie:
Besoins et maltalens fait toute riens hardie;
Laissiés la beste boivre tant que soit refroidie,
Et qant avra beü, si iert acouardie,
Ja ne se deffendra s'on l'assaut ou escrie;
Je la requerrai primes o l'espee forbie."

[3.81]La gent qui iert en l'ost de Sidoine s'areste;
Que la beste n'en isse, qui le rivage guete,    [1380]
De l'une part l'escrïent si li ont paor fete.
Vers ciaus qui mot ne dïent s'est el rivage trete,
Qu'il s'en cuida raler par force et par poëste;
Chascuns de bien ferir au mieus qu'il puet s'afete,
Li rois qui iert aveuc de bien faire les hete.
A maus et a cugnies li peçoient la teste,
Que trestuit en resonent et li val et li tertre;
Au roi et a ses homes a molt grant paor fete.

[3.82]Es vos ciaus d'Ethyope sor la rive arestés;
Que Dentirans n'en isse qu'il ne soit afolés,   [1390]
De l'une part l'escrïent si s'est espoëntés.
Corant vint a la rive s'est un poi reüsés
Et commença a boire, tant par est abrievés.
Qui preus fu et hardis premerains est armés.
Adonques l'asaillirent environ de tous les
D'espees et de lances et de dars enpenés;
Onques par iteus armes ne pot estre dampnés;
A maus et a cugnies fu Dentirans tüés,
Et puis l'ont escorchié, s'en fu li cuirs lavés,
Et veulent qu'a merveille soit par tout esgardés,  [1400]
Que le poil a si bel qu'il semble estre dorés.
Li cuirs o la char blanche fu au roi presentés,
Devant son tref l'estendent sor l'erbe vert des pres;
Cent chevalier i gisent, tant par est grans et les,
Qant il geuent as tables, as eschés et as des.
Plus en vaut l'ossemente de quatorze cités;
Dieus ne fist chevalier, tant soit el cors navrés,
S'il en avoit beü ne fust sempres sanés
Ne ja puis en tout l'an n'avroit mal en ses les.
De ce fu Alixandres molt malement menés    [1410]
Que les os de la beste ont en l'eaue getés.

[3.83]A l'aube aparissant vinrent niticorace,
Bleu sont et piés ont noirs et bes comme becace
Et crestes comme cos et qeue paounace
Et luisent assés plus que ne fait une glace,
Gregnor sont de vautoirs plus de demie brace.
De l'estanc ont porpris la riviere et la place
Et fait chascuns tel noise com saas qui saace.
En l'ost ont tel paor ne sait chascuns qu'il face,
Car nus ne dist un mot ne autre n'i menace,    [1420]
Ains dist li uns a l'autre qu'il s'acoist et se tace.

[3.84]Des poissons de l'estanc font li oisel ravace,
Et qant sont saoulé, si en revont lor trace.
Qant cil de l'ost le voient, n'i a nul qui ne place,
Car plus les redoutoient que nul oisel sauvace.
Des poissons de l'estanc ont assés devoré,
Et n'i avoit poisson n'ait demi pié de lé-
De trois piés ou de quatre sont de lonc mesuré-
Que li oisel ne l'aient autresi tranglouté
Com la geline fait un petit grain de blé.   [1430]
Hueses font de lor cors, car trop ont geüné,
Bien estendent lor cols menüement el gué;
N'i estuet ja peschier home de mere né,
Car il i peschent bien chascun jor ajorné.
Qant ont assés mengié, arriere sont alé,
Tout ainsi com il vinrent s'en sont il retorné.
Mais li home Alixandre, qui ce ont esgardé,
Ainc ne furent si lié qant il sont eschapé,
Car plus les redoutoient que serpent ne malfé.
Maint tempest ont eü es desers et trové,   [1440]
Ainc n'en douterent nul tant com cest ont douté,
N'i ot nul si hardi n'ait de paor tramblé;
Trestout cuidierent estre et mort et afolé.
Je cuit, se li oisel fuissent vers aus torné,
Que il fuissent trestuit honi et vergondé,
Car des maus qu'ont eüs sont vaincu et lassé.
Li oisel ierent grant, hideus et sejorné,
Et ierent molt orible et molt desfiguré.

[3.85]Ains que les os se fuissent de l'estanc remüees,
Lor vinrent grans compaignes de coluevres bendees.   [1450]
Visages ont de femes, molt sont lait figurees,
Sor lor espaulles gisent lor grans crines dorees;
Chascune d'une pierre sont toutes estelees,
En mi le front lor sieent, molt i sont bien posees,
Mais plus grant clarté rendent que maisons embrasees.
Nus hom n'est tant navrés de lances ne d'espees,
Se deus de celes pierres i fuissent adesees,
Sempres ne fust garis et ses plaies sanees.
A lor brans acerins en ont mil decaupees;
Mais ce tint Alixandres a merveilles provees:    [1460]
La ou les pierres gisent, si se sont rassamblees
Et par mi les desers sont en fuies tornees.
Li rois ne vausist mie por d'or cinc cens charees
Que deus ou trois des pierres n'i fuissent recovrees.

[3.86]Qant virent le soleil et le jor esclarier,
A l'estanc s'ont disné sergant et chevalier.
Menbre lor du conduit qui les dut engignier,
Dont li rois fist les cent en l'eaue trebuchier
Dedevant la freté as bestes por mengier.
Les autres commanda li rois a estoier,    [1470]
Par le mien ensïent il s'en vaura vengier.
Il les a commandés tous nus a despollier,
Par derriere les dos lor fait les mains lïer,
Puis a fait a chascun les cuisses peçoier.
Lors leur a dit un mot qui semble reprovier:
"Vous remanrés ici por garder cest vivier;
Selonc vostre service avrés vostre loier."
A tant s'en est tornés ses commande a laissier.
Lors derrompent le fu si s'en vont li somier.

[3.87]Qant Alixandres muet et les heberges vuident,    [1480]
Tant fait soner de cors tout li desert en bruient.
Li serpent des montaignes por la noise s'en fuient,
Es crués et es crevaces se mucent et enduient.
Molt se vont dementant cil qui d'aler s'anuient,
La chalor est si grans que jor vivre ne cuient,
Un val ont devalé et un grant tertre puient.
Qant il furent en son, seur lor lances s'apuient,
Virent les pres de Bastre et les eaues qui bruient
Et les gaaigneries et les dras qui essuient
Et les pastors qui geuent et les bestes qui muient.   [1490]
Ciaus devant fait armer li rois qui l'ost conduient.

[3.88]Cel jor por Alixandre firent li dieu vertus,
Car grant piece ains midi est des desers issus.
Encor n'estoit Porrus de cel convers meüs,
Dejoste les desers sejornoit o ses drus,
Las iert de la bataille ou ot esté vaincus.
Garda vers la montaigne si a les Grieus veüs,
Bien connut as ensaignes des bons espieus molus
Que ce est Alixandres, qui n'est pas recreüs;
A mervelles le tint com il estoit venus,    [1500]
Comment et par quel voie les avoit si seüs.
Molt fu grans li herbages sor l'eaue de Calus;
La vint li maines rois, a pié est descendus.
Sor la rive de l'eaue ont lor grans tres tendus
Et par la praerie les pavellons menus.

[3.89]Porrus esgarde l'ost contre soleil levant
S'a veü les Grigois qui se vont hebregant
Et o leur pavellons tous les pres porprenant,
Donques ot si grant ire onques mais n¹ot si grant.
Par quatre chevaliers et par son drugemant    [1510]
A mandé Alixandre trop le vait enchauçant,
Por poi ne l'a souspris, trop pres le vait sieuant;
Vint jors li doinst de trieues, s'en avra pris molt grant,
Tant que il ait mandé por sa gent d'Oriant;
Lors avra la bataille, mar la querra avant.
Qant Alixandres l'ot, si respont en riant:
"Je li donrai les trieues par itel convenant
Q'a ses homes de Bastre face dire et commant
Que marchié nos aportent sel donent avenant."
Les trieues sont donees, et fait li acreant.    [1520]

[3.90]Donees sont les trieues et fait li serement.
La ou li rois sejorne et la bataille atent
Fu li marchiés crïés communs a toute gent:
De toute icele riens qui a vitaille apent
Qui vaura si achat et pregne et doinst argent.
Porrus est a 1a porte, ou noveles aprent,
A ciaus qui de l'ost vienent enquiert priveement
Le covine Alixandre et son contenement;
Il li dïent trestuit qu'il n'en sevent noient.
Uns Grieus le conte au roi, qui volentiers l'entent;   [1530]
Qant l'oïAlixandres, saut sus isnelement,
Por aler au marchié monta sor un jument,
Si li furent changié si roial vestement.

[3.91]Montés est Alixandres, au marchié veut aler
Desor une jument, nus hom ne vit sa per.
N'estoit noire ne blanche; ne vos sai deviser
De quel poil ert la beste, onques ne sot ambler.
Qant li rois fu desus et il s'en veut torner,
El n'ala mie avant, ains prist a reculer.
Des esperons la fiert li rois qui tant fu ber,    [1540]
Et ele commença molt fort a regiber,
En travers a saillir et des piés a geter.
"Comment! dist Alixandres, dont ne voit ele cler?"
"Oïl, dïent si home, mais ele veut jouer."
Un boucel et un sac fait derier soi trosser,
A un sergant l'a fait une piece mener.
Alixandres s'en torne, ainc ne fina d'errer
Jusque la ou Porrus se faisoit sejorner
En la cité de Bastre, qui molt fait a loër;
Porrus le vit venir sel rueve a lui torner.    [1550]
Alixandres respont: "Ne me loist demorer;
Chambellens sui le roi si veul cire achater
Dont nos li ferons cierges anquenuit au souper,
Et chanestiaus et vin, se point en puis trover."
Et qant Porrus l'entent, sel commande arester:
"Amis, descent un poi si vien a moi parler.
Tout qanque tu vas querre avras sans achater,
Et te ferai encore de mon avoir doner
Se tu oses mes letres Alixandre porter;
Et je les ferai faire, choses li veul mander.   [1560]
Di moi tout son convine, ne te chaut riens celer."
Et respont Alixandres: "Se volés escouter,
Dirai vos quels il est, ja l'orrés deviser."

[3.92]"De vos letres porter tant vos dirai, Porreu,
Que bien le savrai faire, se je i voi mon preu;
Ce sachiés vos por voir, jel vos afi et veu.
Il n'a si privé home ne chambrelenc ne qeu;
Assés, qant je me veul, me gap a lui et geu.
De son privé conseil itant vos en desneu:
Tous jors se muert de froit, ja n'iert en si chaut leu. [1570]
Qant tornai des herberges, desor un paile bleu
S'estoit li rois assis acoutés sor Cauleu,
C'est uns des douze pers, qui sont hardi et preu.
Deus mantiaus affublés se chaufoit a un feu."

[3.93]"Di, va! ce dist Porrus, et ja est il estés
Et fait si grant chalor com vos veoir pöés;
Qant il ore se chaufe, molt est frais et alés."
"Voire, dist il meïsmes, pieç'a que il fu nes,
De viellece est ses cors tous frois et engelés,
Si est auques enfers et trestous condomés.  [1580]
Trop a perdu de sanc, tant a esté navrés,
Il ne vivra mais gaires, vieus est et radotés.
Molt est fel et entulles, nus n'en puet avoir gres."

[3.94]De ce fu molt Porrus et halegres et clers
Q'Alixandres est vieus, et il est bachelers.
Il fait ses letres faire en langage des Gres,
Molt manace Alixandre et blastenge ses des.
"Trop a esté frarins et tous jors iert ités.
Por coi ne se repose, qant vieus est et remés?
Mar vit sa covoitise et ce qu'il iert avers.   [1590]
Se jel pooie prendre, il seroit du chief res,
N'en porteroit la teste Dans Clins ne Tholomés,
Ja mais ne verroit Gresce nisuns des douze pers."

[3.95]Alixandres s'estut les un piler marbrin,
Assés s'oïclamer et dolent et frarin;
Qant Porrus le manace, si tient le chief enclin.
Il a prises ses letres o le seel d'or fin,
Puis monta el jument qu'il mena por roncin.
Assés en porte cire et chanestiaus et vin,
Onques ne li costerent vaillant un angevin.    [1600]
De la porte est issus si entra el chemin,
Des marcheans de l'ost a sieui le traïn.
Si home li demandent: "Dont venés vos en fin?"
Et il lor respondi: "Jou alai hui matin,
Por Porron escharnir me sui mis en tapin."

[3.96]Alixandres repaire s'a son boucel trossé,
D'une malvaise sele son jument enselé;
Li estrier furent tuit et rompu et noué.
Bien resamble mendis, si drap furent usé.
Qant il vint pres de l'ost, encontre sont alé   [1610]
Tuit li mellor baron qui li sont plus privé.
Qant vinrent devant lui, en riant ont crïé:
"Sire, bien vegniés vos, et q'avés achaté?
Dites de vos noveles, com vos avés erré."
Alixandres respont: "Molt ai bien escouté
Que Porrus m'a laidi, avillié et blasmé
Et chaitif et frarin oiant moi m'a clamé.
D'Alixandre demande qels est, de quel aé.
Je li dis que vieus iert, maint jor a trespassé,
N'onques ne fait si chaut ne yver ne esté  [1620]
Que il n'ait tous jors froit, tant n'avra afublé;
Les ieus a chacïeus, tout sont esborbelé,
Molt est fel et entulles, nus n'en puet avoir gré,
Tout le mont veut avoir desous sa poësté.
Et il me respondi: 'Cortois iés par verté,
Qant tu de tout son estre ne m'as noient celé.
De ce le tieng je molt por viellart radoté
Que il cuide conquerre si vilment mon regné;
Ja ançois ne verra un mois entier passé
Que il avra le chief desor le bu caupé.' [1630]
Qant il ot assés dit et j'oi tout escouté
Si pris congié de lui, parfont l'ai encliné.
'Amis, dist il a moi, pren cest brief seelé
Sel me porte Alixandre, le viel, le radoté.'
Et je li respondi: 'Volentiers et de gré.'
Ves ci le seel d'or que j'en ai aporté,
Chanestiaus, cire et vin que il m'a achaté."
Qant si home l'oïrent, grant joie en ont mené,
Grans gas en font entr'aus, assés s'en sont joué
De Porrun le roi d'Ynde que il avoit gabé,   [1640]
De lui se vont gabant deci q'au maistre tré.
La descent Alixandres, au pié li sont alé
Et prince et duc et conte qui molt l'ont honoré.
Le jument a fait rendre la ou l'ot enprunté,
Au povre home qui fu a bon loier doné.
Le vin, les chanestiaus ont primes destrossé,
Nus hom ne vit trossel plus fort desbaraté;
L'uns tire, l'autres boute, le sac ont deschiré,
Assés se sont iluec detrait et detiré;
Molt estoit Alixandres tenus en grant chierté.   [1650]
Au departir la cire ot maint home enversé,
Les chanestiaus mengüent, senpres furent gasté.
"Segnor, dist Alixandres, molt ai bien marcheé,
Malvais est mes gaains, car tout m'avés robé;
Laissiés moi vieus le vin que j'ai ci aporté
Si le bevrons ensamble, car il n'a riens costé,
Et mengiés aveuc moi trestout par par amisté."
Ce dïent li baron que molt a bien parlé.
Li vins revint avant qu'avoient destorné,
Par rens se sont assis si ont iluec disné.   [1660]
Plus que ne vos diroie a li mengiers costé,
Ilueques ot beü maint vin et maint claré.
Celui qu'il aporta n'ont il mie oublïé,
Car ançois fu beüs que d'autre i ait gosté.
Li rois s'en fait molt liés, grant joie i ot mené.

[3.97]Molt s'en rist Alixandres ains que le brief desplit,
Et qant l'ot desploié et l'escripture vit,
Lores s'en gabe plus et quatre tans s'en rit,
Et a dit a ses homes: "Entendés un petit.
Porrus molt me manace et me tient en despit,   [1670]
Mes oreilles oiant m'a hui molt honte dit.
Or sai bien son corage par bouche et par escrit,
Que, s'il me pooit prendre qu'il m'eüst desconfit,
Il me tauroit la teste, n'en avroie respit."
"Sire, dïent si home, n'a droit qu'il vos afit,
Que seul de cele treille que l'autr'ier vos guerpit
Li avés vos tolu grant joie et grant delit."

[3.98]Porrus de la bataille n'a talent qu'il se faigne,
N'ameroit Alixandre por trestout l'or d'Espaigne.
Il a mandé ses homes en Bastre la sovraigne,-   [1680]
N'i remest a semonre plains ne vaus ne montaigne,-
Neïs le manovrier qui la terre gaaigne,
Et tous ciaus d'Oriant, que uns seus n'i remaigne,
Si q'au vintisme jor sans nule demoraigne
Entre Ynde et les desers soient tuit en la plaigne.
Il en jure ses dieus et sa teste et s'entraigne
Mar en remanra uns nis en terre grifaigne;
Et s'il fait tel folie que par orguel remaigne,
Ja n'iert si riches hom ne de si grant compaigne
Que nel face escorchier ou les os ne li fraigne.   [1690]

[3.99]Or a semons en Bastre tous ses homes Porrus
Et tous ciaus d'Oriant, que n'i remaigne nus.
Cil des desers i vinrent dusq'as bonnes Artus;
Gos et Magos i vinrent de la terre de Tus,
Quatre cens miles d'omes amenerent et plus.
Il en jurent les mors que porsieut Nereüs
Et la porte d'enfer que garde Cerberus
Que l'orguel Alixandre torneront a reüs.
Qant li vintismes jors fu passés et esclus,
Furent trente et set roi si ot cinquante dus,    [1700]
Chascuns a tel effors com il avoir pot plus.
Cinquante olifans prent, un chastel lieve sus;
O sa gent i entra li rois de Jostarus,
Molt i fist pierres metre por tüer ciaus dejus.

[3.100]Qanque Porrus a fait li rois a esgardé
Et vit bien le chastel qu'avoit iluec levé;
S'il venoit sor ses homes tost seroient tüé.
Entor les olifans a fait faire un fossé,
Cent piés ot de parfont et trois toises de lé.
Or sont li olifant si pris et enserré    [1710]
Que ja mais n'en istront se il n'en sont geté;
Lors a veü Porrus com il l'ont malmené,
Que son chastel li ont clos et avironé.
Ses batailles conroie dedesous en un pré;
Entre contes et dus et rois q'ot ajosté
Et les barons de pris qui la sont aüné,
Estre les paoniers, qui ne sont pas nonbré,
Furent par cent feïes cinquante mil armé.

[3.101]Alixandres regarde le fons d'une valee,
Vit la grant gent Porron, qui s'arme par la pree.   [1720]
Dont a li maines rois la soie ost devisee,
Ses batailles conroie, sa gent a ordenee
Et ses eschieles faites, chascune a commandee.
Puis vesti une broigne dont la maille iert serree,
Aprés laça un elme Justin de Valferree,
Puis a çainte a son les une molt bone espee
Et a mis a son col sa grant targe roëe;
Monta sor Bucifal a la longe alenee.
Cele part ou il torne ne va mie a celee,
Tos jors i a cent grailles qui sonent la menee;    [1730]
Qant il vient en bataille et sa gent est lassee,
Lors s'en repaire as cors, nen est mie esgaree.
Li rois monte en un tertre s'a sa gent esgardee.
"Ahi! franche maisnie, gentil et honoree,
Comme estes por m'amor de tous biens porpensee
Et tante estrange terre en avés trespassee
Et tant fain et tant soif, tante paine enduree.
Se Dieus me laist tant vivre que viegne en ma contree,
L'amor qu'avés vers moi vos iert gueredonee,
Trestoute ma richoise vos iert abandonee."   [1740]
Ançois que il eüst sa raison definee,
Astaros de Nubie a l'angarde montee,-
Et sist el cheval noir que li dona la fee,
C'estoit une pucele qu'il avoit molt amee,
Por cui amor passa un bras de mer salee,-
Et dist une raison qui bien fu escoutee:
"Alixandre, fait il, trop as ta gent menee,
Hui est venus li jors qu'ele iert desbaretee,
Car la premiere joste m'en a Porrus donee.
Envoie cui tu veus por recevoir colee,    [1750]
S'il n'en vait l'escu frait et la broigne fausee,
Qanque je tieng de terre en la moie contree
Claim cuite mon segnor, n'en quier avoir denree."
Qant Dans Clins l'entendi, s'a la teste levee,
Oïe a la parole qui pas ne li agree,
Et saisi Alixandre as renges de l'espee:
"Rois, done moi la joste que cil a demandee,
Ja ne ferai mais autre se ceste m'est v[e]ee."

[3.102]"Rois, done moi la joste, ce li a dit Dans Clins,
Pres sui que me combate por toi et por les Gris,  [1760]
Je ferai la bataille, vers lui m'en aatis;
Se tu ne la me dones, tout ton fié te guerpis."
Alixandres l'esgarde si li a fait un ris;
Des douze pers apele li rois tresques a sis:
"Segnor, dire vos veul ce qu'il m'en est avis.
Astaros de Nubie nos a molt pres requis,
Dans Clins fera la joste, car ainsi le devis,
Gardés que il ne soit ne retenus ne pris."
Li douze per respondent: "Ja n'ait il Paradis
Qui vous faut ne Dant Clin por tant com il soit vis." [1770]
Qant Dans Clins entendi que de la joste est fis,
Il vait prendre ses armes com hom volenteïs,
Et monta el destrier que il avoit conquis
En la desconfiture ou Daires fu ocis.
La lance sor le fautre es grans galos s'est mis,
La ou voit Astarot s'a le tertre porpris;
Astaros de Nubie li vint en mi le vis.

[3.103]Astaros de Nubie fu molt bons chevaliers,
Liés est de la bataille si apela premiers:
"Dites moi, biaus amis, estes vous saudoiers   [1780]
Ou uns des douze pers q'Alixandres a chiers?"
"Vassaus, ce dist Dans Clins, trop par estes legiers;
Je sui drus Alixandre et ses gonfanoniers
Si m'a ci envoié et g'i ving volentiers.
Se je mon non vos çoil, viegne moi enconbriers;
J'ai non Dans Clins d'Aresse, iteus est mes mestiers,
Ja en court ou je soie n'amerai losengiers.
Tu avras la bataille, puis que tu la requiers,
Faisons que devons faire et laissons nos plaidiers."
Ce respont Astaros: "Molt avés dit que fiers." [1790]
Lors se sont deffïé si brochent les destriers.

[3.104]Il se sont deffïé et si entreferu
Que les lances peçoient et fendent li escu;
Onques poitraus ne cengle n'en a un retenu,
Tant com hanstes lor durent se sont entrabatu.
Qant il furent a terre, n'i ont gaires geü,
Ains resaillent en piés com home de vertu.
Dans Clins sot d'escremie si l'a premiers feru,
L'espee li descent entre cors et escu,
Le bras a tout le poing li a sevré du bu;   [1800]
A l'autre caup l'eüst ou mort ou retenu,
Qant cil d'Ynde et de Bastre de la terre Porru
I poingnent tuit ensamble si ont levé le hu.
Alixandres le voit, paor ot de son dru
Et dist as douze pers: "Ja avrons Clin perdu."
Li douze per respondent, qant il l'ont entendu:
"Li domages est nostres, li vassaus mar i fu."
Lors poingnent tout ensamble, n'i ont plus atendu,
O les espees nues l'ont molt bien secoru.
Meïsmes Alixandres li a Bauçant rendu,   [1810]
Puis li dist en aprés de soie part: "Salu!
De m'amor vos fais don, car tuit avons veü
Que blecié l'avïés et son cors retenu."

[3.105]Qant furent de deus pars jostees les batailles,
Li escu de lor cols ne valent deus maailles,
Des lances s'entrefierent tres par mi les corailles.
Puis traient les espees, qant les lances font failles,
Tous les elmes detrenchent et des haubers les mailles.
Du fer et de l'acier dedevant les ventailles
Vole plus espés fus que par vent ne font pailles.  [1820]
Ciaus qui bien ne feroient tenoient por frapailles,
Li un fierent les autres sans nules repentailles.

[3.106]Qant Alixandres vit la bataille en la pree,-
Molt par fu grans la presse qant ele fu jostee,-
Il sist sor Bucifal a la longe alenee;
Et vit un duc de Bastre qui ot traite l'espee,
D'un Grieu que il ot mort fu toute ensanglentee.
Qant le vit Alixandres, s'a la color müee;
Il broche Bucifal toute une randonee
Et vait ferir le duc sor la targe roëe,    [1830]
Que il li a trestoute peçoïe et quassee,
Et tres par mi le pis a la broingne esfondree,
Entre les deus espaulles li trenche l'eschinee;
As doilles de l'espié en geta la coree,
Tant com hanste li dure l'abat mort en la pree.
La gent a icel duc s'en fuit si effr[e]ee
Que ja mais par nul home ne sera rassamblee.
Bos, li rois de Cartage, a sa gent amenee,
Et furent bien vint mil de noire gent barbee.
Il sist el cheval noir que li tramist la fee    [1840]
Por cui amor passa un bras de mer salee;
Une ensegne de paile a sa lance ot fremee.
Il broche le destrier toute une randonee
Et vait ferir un Grieu en la targe listee,
Que voiant Alixandre en a l'ame getee.
Alixandres le voit s'a s'ensegne escrïee,
Bucifal point et broche, toute en fremist la pree,
Et vait ferir le duc en la targe bendee;
Tel caup li a doné du trenchant de l'espee
Que la teste o le hiaume li a du bu sevree.    [1850]
Cil de Bastre s'en fuient si depart la mellee,
Molt a bien Alixandres sa gent reconfortee.

[3.107]Li rois retint ses resnes, sor les estriers s'apuie,
Le branc qui fu d'acier tert du sanc et essuie,
Et qant il fu bien ters, en son fuerre l'estuie
Et commande Aristé que sa gent li conduie.
Puis a pris un espié, por ce que joindre cuie,
Porron quiert par le champ, car il crient qu'il s'esduie,
Por ce que l'autre fois torna si tost en fuie;
Qant il nel pot trover, molt forment li anuie,    [1860]
N'encontre chevalier ne laist la sele vuie.
De la noise des cors et de la gent qui huie
Ne torne cele part que tous li chans ne bruie;
Li dart que li Grieu lancent vont plus espés que pluie.
Il n'encontre compaigne qu'il n'ocie et destruie.

[3.108]Li cuens Aristés maine la compaigne roial.
Il garde vers senestre s'a veü Rodoal,
Que Porrus amoit plus que nul home charnal,
Il l'avoit adoubé a une feste anval.
D'un Grieu q'ot abatu en menoit le cheval;    [1870]
Se il nel puet rescorre, tient soi a desloial.
L'ensegne qu'il portoit commande au seneschal;
Encontre Rodoan broche tot un ingal,
De l'espee qu'il tint tel li done el nasal
La bouche et le menton li abat contre val.
Le destrier ou il sist trenche dusqu'al poitral
Et celui qu'il menoit prist au sosmentonal
Si l'a randu au Grieu a guise de vassal.
Alixandres le vit, por ce le tint a mal
Qu'il a guerpi l'ensegne por nul home charnal.    [1880]
"Sire, dist Aristés, onques mais n'oïtal,
Ne veul qu'il ait du vostre nisun esperonal."

[3.109]Es vous Emenidus sor un cheval liart,
N'encontre chevalier qui n'ait de mort regart,
Et vit un duc de Bastre qui des Grieus fait essart;
Il broche le destrier, venus est cele part.
Li dus ne l'atent mie a guise de coart,
Tel li done en l'escu ou ot paint un lupart
Que plain pié et demi li mist el cors le dart.
Qant il se sent navrés, de maltalent tous art;   [1890]
S'or ne se puet vengier, tenra soi por couart.
Li dus s'en est tornés, mais trop est meüs tart,
Emenidus le fiert en l'elme d'un fausart,
Desi que es arçons par l'eschine le part.
Cel cop vit Alixandres, qui iert en son esgart.

[3.110]Or vait Emenidus navrés par la bataille,
Et vit un duc de Bastre, ne laira ne l'assaille.
Tel caup li a douné el pis sous la ventaille
Le fer de son espié li mist en la coraille,
Tant souef l'abat mort que gaires ne travaille;    [1900]
Cel caup vit Alixandres, ne puet müer n'i aille.
Qant il le vit navré, dolens en fu sans faille
Et dist d'Emenidon por voir sans controvaille
Qu'il ne set chevalier qui par son cors le vaille.
Ses plaies li estoupe por le sanc qu'il n'en saille,
D'un bendel li estraint par dedesus l'entraille,
Puis apela un mire, por tost saner li baille.

[3.110]Litonas sist armés deseur un cheval noir
Que li rois Alixandres li dona l'autre soir,
Gos li rois d'Outremons vit seur le brun seoir.    [1910]
Ensamble vinrent joindre, ne lor peüst chaloir,
Ambedui s'entrefierent par issi grant pooir
Onques escus ne broigne ne lor pot riens valoir,
Par mi les cors se font les bruns espiés paroir.
Gos fu li plus bleciés si s'est laissiés chaoir,
Si home l'en porterent, de ce firent savoir;
Et Litonas se pasme, ne se puet astenoir.
Alixandres l'ot dire si l'est alés veoir;
Qant il li vit le sanc jusques as piés chaoir,
Dejoste Emenidon le rueve aler seoir;    [1920]
Puis si a dit au mire que tout a son voloir,
Mais qu'il bien le garisse, li donra grant avoir.
Li mires li respont: "Je vos afi por voir
Q'il porront porter armes tel di com fu ersoir."

[3.112]Filotes sist armés el cheval espanois,
Qui fu destre comés et si blans comme nois,
Et ot en son sa lance un gonfanon turqois;
Il n'ot en toute l'ost chevalier plus cortois.
El cuer de la bataille vit un duc et deus rois
Qui le gregnor damage faisoient des Grigois;    [1930]
Il broche le destrier si vait joster as trois.
Cil le ferirent bien, mais ne lor vaut un pois,
Car il ne l'abatissent entresi q'a un mois.
Les deus en abat mors et le tiers prist manois
Si le rent Alixandre par les resnes d'orfrois.
Margos, li compains Gos, sist el cheval norois,
A la loi de sa terre fu armés comme rois;
La ou il s'entrencontrent se fierent de manois.
Margos le feri bas en l'escu vïenois,
Au costé li a joint la hanste de garrois;   [1940]
Et Filotes fiert lui com chevaliers de prois,
Tout li trenche l'escu et la guige d'orfrois,
Par mi la destre espaulle li mist le fer grigois,
Del gonfanon pert outre ne sai deus piés ou trois,
Tant com hanste li dure l'abat mort el chaumois.

[3.113]Desor un destrier vair Perdicas sist armés,
Et vit un duc de Bastre qui de l'ost iert sevrés,
Le cheval en menoit d'un Grieu qui iert navrés;
S'or ne le puet rescorre, ja sera forsenés,
A tant point le cheval, cele part est alés;   [1950]
Li dus le vit venir si li est retornés.
Mervelleus caus se donent es escus painturés,
Desor les boucles d'or les ont frais et troués;
Li hauberc sont si fort que nus n'en est faussés,
Les lances sont brisies et li fer tronçonés.
N'i a nul qui chaïst, car chascuns est provés,
De grant chevalerie est chascuns renomés.
Li dus le sent hardi, fuiant s'en est tornés,
Por un seul petitet ne li est eschapés.
Perdicas li escrie: "Vassal, car m'atendés!  [1960]
Molt iert bons li chevaus se ainsi m'eschapés."
Et il broche le sien, s'est aprés lui alés
Et vint plus tost a lui c'uns faus ne fust volés;
De l'espee le fiert qui li pendoit au les,
Desi qu'en la cervele li est li brans coulés.
Ne li valut li hiaumes deus deniers moneés,
Li haubers c'ot vestu est rompus et faussés,
L'eschine li fendi par entredeus costés.
As alves de la sele est li brans arestés,
L'une moitiés du cors est a terre versés,  [1970]
L'autre moitiés chaïa la terre delés.
Ce dïent cil de Bastre: "Cil Grigois est desvés,
As diables soit hui li siens cors commandés."
Il a pris le cheval, arriere est retornés,
Alixandre le rent par le frain qu'est dorés.

[3.114]Porrus vait par le champ et sa gent molt enorte,
La ou voit le besoing si aïde et conforte,
Sovent crie s'ensegne, que sa gent ne resorte;
Et voit Salatïel, un fort roi de Marorte,
Qui tant s'est combatus toute s'espee est torte;   [1980]
Une eschiele des Grieus le tenoit en reorte.
Il broche le destrier, brandist l'espié qu'il porte,
Vait secorre le roi, qui besoigne en a forte.
Si bien i fiert chascuns de l'espee qu'il porte
Que le roi ont rescous et l'autre gent ont morte.

[3.115]Qant Porrus ot rescous le roi Salatïel,
Il broche le destrier, tint l'escu en chantel.
Encontre Licanor, qui seoit sor Morel,
Sel feri de l'espee dont trenchent li coutel
Que jambes enversees l'abati du poutrel.    [1990]
De meïsme la pointe vait ferir Samüel,
Tout li trenche l'escu qui fu fait a neel,
De l'auberc desrompi la maille et le clavel,
Si qu'el ventre li brisent de l'espié li coutel;
Qant il le trait a soi, s'en chieent li boiel.
Puis regarde sor destre si vit un jovencel
Qui fu drus Alixandre adoubés de novel;
Un sien baron ot mort, ne li fu mie bel.
Il broche le destrier, qui molt le porte isnel,
Tel caup li a doné de l'espee a neel    [2000]
Que mort l'a abatu sans nisun contrapel.
Aprés lui por garder vont poignant cent dansel
Qui trenchent pié ou poing ou espandent cervel;
Des vavasors de Gresse ont mors a lor revel,
Tels cinquante en i ot n'i a nul n'ait chastel.
Porrus jure son dieu qu'on claime Lucabel,
S'il encontre Alixandre, le viellart, le mesel,
Ne li vauront ses armes que il porte un chapel,
Que le chief a tout l'elme ne li mete el putel.
Ce dïent cil de Bastre: "Molt avons bon chadel." [2010]

<<< >>>