<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.116]Licanors saut en piés, comme hom de grant vertu,
Porrus s'en passa outre qu'il l'avoit abatu.
Poise li de Morel, qu'il ot ainsi perdu;
Qant ne se puet vengier, dolens et iriés fu.
Un duc qui fu de Bastre a devant lui veü,
Tel caup li a doné du branc d'acier moulu
Que trestout en travers le trenche par le bu.
Il saisist le destrier et traist avant l'escu,
Le mautalent qu'il ot li a molt chier vendu.
Set chevaliers a mors et un duc retenu,    [2020]
Tant a quis Alixandre que il li a rendu.

[3.117]Litonas sist armés deseur un cheval noir,
Un duc ot mort de Bastre, ne li peüst chaloir.
Dui roi le vont ferir qui ont si grant pooir
Que tres par mi son cors font lor espiés paroir,
De canque il l'enpaignent nel pueent pas movoir;
Se or ne se vengast, jal veïssiés ardoir.
Le branc qui fu d'acier lor fait si fort paroir
Qu'ansdeus les chiés des bus fait a terre chaoir.
Cel caup plut Alixandre si l'est alés veoir;   [2030]
Et qant il vit le sanc dehors le cors plovoir,
Dejoste Emenidon le rueve aler seoir,
Et puis a dit au mire trestout a son voloir,
Se il bien les garist, donra lui grant avoir.
Li mires li respont: "Je vos afi por voir
Que il seront tout sain tel di com hui au soir."

[3.118]Es vos Aminadap, qui fu rois d'Alenie.
Por ce que sa gent iert combatans et hardie
L'avoit Porrus mandé et semons par banie;
O soissante mil homes iert venus en s'aïe.    [2040]
Devant tote sa gent requiert chevalerie,
Et porte en son bras destre une manche s'amie;
Qant li solaus i fiert, bien luist et reflambie.
Por sa gent rehaitier a haute vois s'escrie
S'il encontre Alixandre ne laira ne l'ocie.
Antigonus l'entent si li torne a folie,
Hurte des esperons le sor de Tabarie,
Grant caup li va doner en la targe florie;
Ja soit ce que la lance li soit torte et croissie
Por qant sel met a terre voiant sa baronie.    [2050]
Du cheval ou il sist a la resne saisie,
Qui que poist ne qui non, par la presse l'en guie.
Por chevalier estrange nel perdra hui mais mie.
Alixandres le voit, ne puet müer n'en rie,
En son cuer en est liés assés plus que ne die.

[3.119]Aminadap saut sus au plus tost que il pot,
Por ce qu'il fu cheüs molt grant vergoigne en ot,
De son cheval li poise que li Grieus en menot;
Vit un baron de Gresce qui devant lui passot,
Tel caup li a doné du branc que il portot   [2060]
Que l'elme li fendi et le cercle trenchot;
Desi que ens es dens li aciers li coulot,
Si l'a mort abatu que onques ne dist mot.
Puis saut sor le destrier que estrier n'i baillot,
De ce li fu molt bel que Porrus veü l'ot.
Le caup que il ot fait ainc cil hom ne le sot
Qui de chevalerie forment nel prist et lot.

[3.120]Porrus vait par le champ, des Grieus fait grant maçacre,
De sanc et de cervele est coverte la place.
Et qant Dans Clins le voit, si broche Boniface,    [2070]
Puis a drecié l'espié, le fort escu enbrace.
Porrus le vit venir sel feri d'une mace,
Que son escu li fent com se il fust de glace
Et lui et son cheval abat en mi la place.
Et Dans Clins refiert lui, qui de mort le manace,
Sel fiert en mi le pis que l'auberc li deslace;
Enpaint le de vertu, a terre le crabace.
Li chevaus chiet sor lui ens en une crevace.

[3.121]Dans Clins sailli en piés, qant a terre se sent;
Ains que Porrus se liet, par le nasal le prent.    [2080]
Porrus crie s'ensegne por ralïer sa gent,
Et cil i sont venu plus de mil et set cent.
Et li home Alixandre ne resont mie lent,
Chascuns au mieus qu'il puet du retenir content;
Cil fierent de deus pars mainte communalment.
Porrus sache l'espee qui au costé li pent
Si fiert Dant Clin sor l'elme, que trestout le porfent
Et tout le chapeler du hauberc li desment;
Del caup fu estordis, q'a la terre s'estent.
Ja s'en alast Porrus, qant Tholomés descent,   [2090]
Ne s'en ira hui mais se estor ne li rent.
O les brans acerins se fierent si forment
Tous les escus detrenchent, qui sont a orpieument.
Porrus chaïa terre, molt ot grant maltalent.

[3.122]Porrus sailli en piés, qant il fu abatus.
Il escrie s'ensaigne por ralïer ses drus
Et il i sont venu o les espiés molus.
Et li Grieu se ralïent, molt est grans lor vertus,
Reclaiment Alixandre o les grailles menus;
Alixandres l'entent, cele part est venus.    [2100]
Lors refu li estors fierement maintenus,
Quatre cens chevaliers i ont les chiés perdus.
Desor trestous les autres Alixandre est cremus;
Il traist la bone espee as bruns coutiaus molus,
Tranche les las des hiaumes, les testes et les bus.
Li Grigois i feroient, qui molt sont irascus,
Et departent la presse as brans qu'il portent nus,
Quinze dus i ont pris et set rois retenus;
Aminadap fu pris et li orfrois perdus.
La bataille aclaroie, car li chans est vaincus,    [2110]
Cil de Bastre s'en fuient vers l'eaue de Calus.
Porrus est entre Grieus, ou il s'est combatus,
Assés lor a malmis et elmes et escus,
O le branc acerin s'est si d'aus deffendus
Q'il n'i a si hardi del prendre ne soit mus,
Car ains que il fust pris se fust molt chier vendus.
La ou vit Alixandre, si s'est a lui rendus;
Bien le connut as armes ou li ors fu batus
Et a la grant compaigne dont li chans fu vestus.
Qant voit par la ventaille les blons cheveus quernus,   [2120]
Dont sot cil l'ot gabé, si s'est aperceüs,
Qui li dist qu'Alixandres estoit vieus et chenus.

[3.123]Porrus voit qu'il est pris si l'estuet sousploier,
Et voit ses homes mors, que n'i a recovrier.
Qant autre ne puet estre, ne s'en veut esmaier,
La ou voit Alixandre rent lui son branc d'acier
Et dist en son langage que il l'avoit molt chier.
Alixandres l'entent sans autre latimier,
Car de tous les langages s'estoit fais ensegnier;
Et qant il tint l'espee, sel prist a manecier    [2130]
Por ce qu'il l'ot tant fait lasser et travellier;
L'auberc li fait fors traire et l'elme deslacier.
Porrus vit Alixandre armé sor son destrier,
Envers lui s'umelie se li prent a proier
Que il nel face ocirre ne son cors laidengier,
Car sol de bele garde en puet avoir d'or mier
Plus que ne porteroient quatre mile soumier;
Prist le par l'estriviere, le pié li vaut baisier.
Pitié ot Alixandres sel fist sus redrecier,
Rent lui toute sa terre et commande a baillier,    [2140]
Ses prisons li amaine ses a fait deslïer.
Et qant Porrus le vit, prist s'en a mervellier
Et dist que il nen iert nus hom fieus de mollier
Qui osast un tel don faire ne commencier.
Alixandres li rueve conduit aparellier,
Es desers veut entrer, car molt les veut cerchier,
Car veoir veut les bonnes, se il n'a encombrier,
Que Artus avoit fait en Oriant fichier.

[3.124]Qant Porrus fu rendus, Gos et Magos s'en vont.
Ne fu si crüel gent puis que Dieus fist le mont,   [2150]
Ja n'avront bien ne joie le jor que mal ne font,
Manacent Alixandre que dolent le feront.
Li maines rois l'ot dire, a poi de duel ne font.
Il les sieut tost aprés, et dist ja ne garront,
Tout droit as mons de Tus, dont li val sont parfont
Et li tertre sont droit envers le ciel a mont.
La les a bien enclos por le mal que il font,
Tant que Antecris viegne que ja mais n'en istront.

[3.125]Gos et Magos s'en vont, perdu ont de lor gent.
Dis mil en furent mort et navré quatre cent,   [2160]
Porter les font en biere, molt s'en vont laidement,
Manacent Alixandre qu'il le feront dolent,
Fil a putain le claiment, né par enchantement.
Li maines rois l'ot dire si s'en ire forment;
Il en jure ses dieus et canq'a lui apent
Que de ça la montaingne les ardra s'il les prent.
Il les enchauce tost et molt isnelement.

[3.126]Tout droit as mons de Tus s'en fuit Gos et Magos
Et li rois Alixandres s'est mis en lor esclos.
Ains qu'il fuissent as mons, s'est a aus si apos   [2170]
Que plus de trente mile en a que pris que mors;
Li autre passent outre, eschapé sont as nos.
De l'ire q'ot li rois enfremist toute l'os,
Et fait de la montaigne si bien cerchier les cros
Qu'il n'en i remest nus qui tant i soit repos.

[3.127]Li pui de Tus sont haut envers le ciel tout droit.
N'i a de tous passages ne mais c'un seul destroit,
Par iluec s'en passe outre la gent qui Dieu ne croit.
Molt en poise Alixandre qant eschaper les voit,
Vit la terre parfonde et le pertuis estroit.    [2180]
Ja se meïst aprés, qant Tholomés disoit
Que se il passoit outre grant folie feroit,
Desvoiabletés est, ja n'en retorneroit;
Plus les destraindroit il et mieus se vengeroit
S'a chaus et a ciment les pertuis estopoit,
Que ja mais n'en istroient tresque la fins seroit.

[3.128]Arestés s'est li rois et fait le ciment faire.
De chaus et de mortier ains ne fu veüs maire,
Ja n'iert mis en cel lieu que la jointure i paire,
Il l'ont fait itant fort que nus nel puet deffaire;   [2190]
A clorre le pertuis ne demorerent gaire.
Lendemain par matin en Ynde s'en repaire;
Porrus li vait encontre qui son cuer li esclaire,
Tous les tresors qu'il a li fait mostrer et traire.

[3.129]"Sire, ce dist Porrus, primes te veul semondre
Que voies mes tresors, dont je ne sai le nonbre,
Que mi ancissor firent desous terre repondre.
Tant en done a tes homes que nus ne puisse grondre,
Si facent vaissiaus d'or, bellons come concombre,
Ou il se puissent bien rere, baignier et tondre.  [2200]
Tant en pren a ton oés que nus nel puist apondre,
Et por bien afiner le fai quatre fois fondre.
Le don que tu m'as fait ne porroit nus espondre,
De ta volenté faire nule riens ne m'enconbre,
Mieus aim je ton servise que par grant chalor ombre."

[3.130]Alixandres respont com hom de grant pooir:
"Laisse ester tes tresors, ne t'en quier nul movoir,
Car jou ne tuit mi home n'avons cure d'avoir;
Ja n'en prendrai denree ne rien n'en quier avoir.
Ses que dist Salemons el livre de savoir?   [2210]
Bons rois adrece terre si la fait bien seoir,
Li avers la destruit et fait gaste manoir.
Qui rien ne veut doner quels homes cuide avoir?
Cil ou il mieus se fie le met en nonchaloir.
Se je t'ai rien doné, or le me fai paroir,
Condui moi es desers, se riens m'i pués valoir;
A chascun fai porter tant de son estovoir
Que ja nul de mes homes n'estuece remanoir."
"Sire, ce dist Porrus, ce t'afi je por voir:
Mieus te veul obeïr et faire ton voloir   [2220]
Que a mes malvais dieus, qui m'ont laissié chaoir."

[3.131]"Sire, ce dist Porrus, en ce oi grant damage:
Qant Dayres fu ocis sor Gangis el rivage,
Assés me fu mandé par briés et par message
Q'ainsi te demenoit fors avarisse et rage.
Onques si nobles hom n'issi de ton lignage;
Se seüsse si bien ta vie et ton corage,
Ja de toute ma guerre ne fust percie targe,
En pais sans contredit t'alasse faire homage.
Tu vas querant proëce, segnorie et barnage;  [2230]
Qui la te contendra molt fera grant folage,
Nel puet garir chastiaus ne fors cités marage
Que tu nel sieues tant que tu li fais damage.
Ce que tu as conquis par force et par barnage
Dones tu volentiers, n'en fais nului salvage;
Humilités te vaint et fait rendre ton gage.
Onques si larges hom ne fu de nul parage,
Plus as tu hui doné et moi et mon lignage
Que ne se raembroit l'amiraus de Cartage."

[3.132]"Porrus, fait Alixandres, assés t'a on conté   [2240]
Que combatant m'aloie tous jors par averté.
Avers hom ne puet mie conquerre autrui regné,
Ains pert molt de sa terre, q'ainsi veulent li dé.
Ses com m'aiment mi home par ma grant largeté?
De ma volenté faire se sont tous jors pené,
Et jou ai a chascun itant du mien doné
Que mieus vaudroient estre trestuit ars et venté
Que riens eüssent fait contre ma volenté.
Tant m'aiment en lor cuers et si sont aduré
Que mieus vauroit avoir chascuns le chief caupé [2250]
Que vers mon enemi eüst le dos torné.
Qant il sont devant moi sor lor chevaus monté,
Canque je voi as ieus tout m'est abandoné.
Par lor grant vasselage ai je pris tel fierté
Que se tuit cil du mont estoient assamblé
Ne me tauroient il ne chastel ne cité."

[3.133]"Porrus, fait Alixandres, savoir dois et enquerre
En quel sens rois avers destruit et confont terre.
Dehors l'ardent et robent tuit cil qui li font guerre,
Et taille ciaus dedens, acuse et fait enquerre.  [2260]
Povres est et chaitis qui entor lui reperre,
Car son avoir li taut et en prison l'enserre;
S'il li crie merci, il n'i puet riens conquerre.
Qant il puet eschaper, si pleure et son duel merre,
Ses enfans a son col s'en fuit et vait pain querre."

[3.134]"Porrus, fait Alixandres, n'est mie devinaille:
Rois avers crient tous jors que ses avoirs li faille;
Qanque il puet trover tout met en repostaille.
Puis que il l'a repost et mis sous la moraille,
Ja puis n'en donra tant que un seul denier vaille.  [2270]
De ses homes confondre croit bien sa cuivertaille,
A tout le plus felon sa terre acense et baille,
Et cil li amenuise et confont et travaille
Et mengüe la gent desi q'en la coraille;
S'il enprunte et acroit, ja n'en saudra maaille.
Les uns semont de droit et as autres fait taille;
Qant il n'i puet plus prendre, si en porte la paille;
La povre gent s'en fuit et la terre anoaille.
Qant li sires l'ot dire, sel tient a controvaille;
Por ce que il ne l'aiment, fait semblant ne li chaille, [2280]
Des que li sers n'i pert vaillant un oef de quaille.
Puis devient il si fel quelque part que il aille
Q'il n'encontre provoire ne moine qu'il n'assaille."

[3.135]"Porrus, ce sachent bien li bas hom et li haut
Q'avers hom est plus seus que hermites en gaut;
Tresqu'il n'a bien ses homes, tost est venus au saut,
N'a voisin en sa terre ne li toille et retaut.
Puis qu'il le tient a honte, ses avoirs que li vaut?
Avers hom veut tous jors que on paine et travaut
Et face son servise et riens du sien ne baut;   [2290]
Cil ou il plus se fie au grant besoing li faut.
Puis qu'il n'a preu en lui, quel part qu'il veut si aut,
Et s'il pert riens du sien, dehais ait qui en chaut,
Car molt sont fol li home qui d'avoir se font baut;
Mains hom en est getés en compieng por le chaut."

[3.136]"Porrus, dist Alixandres, mon conduit m'aparelle,
Entrer veul es desers ou a tante mervelle.
Puis revenras en Ynde, ou tu feïs la treille,
Et tes dieus qui musissent forbis et aparelle.
Je conquerrai Egipte jusq'a la mer vermelle   [2300]
Et prendrai Babilone se ma gens le conseille,
Car avoir veul la tor qui vers le ciel torelle
S'ocirrai le serpent q'on dist qui tous jors veille."

[3.137]"Sire, ce dist Porrus, je fais aparellier
Les bestes toutes vives que menrons por mengier.
Et l'autre garison porteront li somier;
Ja n'i avra en l'ost sergant ne chevalier,
Lecheor ne putain, garçon ne escuier,
S'il se veut es desers rere ou tondre ou baignier,
Que vaissel de fin or n'i puisse apareillier;   [2310]
Ne ja por la chalor ne li estuet laissier
Ventouser ne se face ou de vaine saignier.
Et toutes les herberges fais si apareillier
Nis la coute de paile n'iert a dire au couchier."
"Porre, dist Alixandres, molt te doi avoir chier,
Qant par ton bel servise me veus eslosengier."

[3.138]Or se sont cil de Bastre semons et bani tuit
Qu'il soient es desers tresq'a mardi a nuit
Et portent vin et eaue, sel, ferine et pain cuit,
Pois, feves et lentilles, poivre, commin et fruit   [2320]
Et soient de faucilles et d'autre chose estruit;
Menront l'ost Alixandre et Porron quil conduit.
Porrus jure le ciel, l'eaue et le vent qui bruit
Que cil qui remanront seront ars et destruit;
Ja ne porront garir ne par jor ne par nuit.

[3.139]Or est li os meüs a joie et a baudour;
Cil de Bastre les guïent par issi grant amor
Cil qui vaut eaue froide si l'ot por la chalor.
Ne fuissent li serpent, dont il ont grant paor,
Ja nus d'aus en sa terre ne fust a tel honor.    [2330]
Porrus sert Alixandre, que il tient a segnor;
Il ne trueve es desers herbe de bone odor
Q'il ne face cuellir et aporter la flor,
Le tref le roi en jonchent q'en sente la flairor;
Les maus pas lor eschieve qu'il n'i aient dolor.
D'un home des desers font lor adreceor,
Si q'as bonnes Artu vinrent au sesme jor.

[3.140]Qant li rois vit les bonnes, molt fu joians et liés,
Deus ymages d'or vit, dont molt s'est mervelliés.
"Sire, ce dist Porrus, de ça vous hebregiés,[2340]
Ne passés ces ymages, car ce seroit pechiés;
Onc Artus ne Libers n'orent avant lor piés,
Desvoiabletés est, tost serés foloiés.
La mer qui terre clot a les mons si perciés
Et l'ardor du soleil a si les crués sechiés
Assés i a teus lieus ou molt tost charrïés.
Les la rive de l'eaue est si parfons li biés
Entresque en abisme tost serïés noiés
Et du peril de l'eaue se vos eschapïés
Et si q'a ferme terre la outre venissiés,  [2350]
Li perieus est si grans ja n'en revenrïés;
On ne set qu'il i a, tost serïés mengiés."

[3.141]"Qant Artus et Libers vinrent en Oriant
Et orent tant alé qu'il ne porent avant,
Deus ymages d'or firent qui furent de lor grant.
En tel lieu les poserent que bien sont aparant
Et que mais a tos jors i fuissent demorant;
Ainc outre les ymages nen ot home vivant.
Rois, fai lor sacrefise qu'il n'aient maltalant,
Que tuit s'en aillent sain li petit et li grant,  [2360]
Si com firent cil dui qui ierent dieu poissant."
Qant Alixandres l'ot, si respont en riant:
"La gent de ceste terre sont fol et mescreant,
Qui croient ces ymages et les vont aourant,
Qui n'oient ne ne voient ne d'aler n'ont talent.
Qui les geteroit ore ens en un fu ardant,
Il n'ont tant de vertu ja mais en ississent.
Le matin irai outre trestous vos eus voiant."

[3.142]La nuit jurent iluec tant qu'il fu ajorné,
Grans piece fu de jor ains qu'il aient trossé.   [2370]
Puis sont venu a l'eaue, dont parfont sont li gué;
Tant i ont cloies faites, ros et raime geté
Q'a mervelleuse paine sont outre trespassé;
Par devant les ymages sont el mollain entré.
Qant Alixandres vit ses gens a seürté,
De la joie qu'il ot a Porron apelé,
Et Porrus vint a lui s'amena Tholomé.
Sor la senestre espaulle li a son bras geté,
Puis li dist en riant: "Car nos fuissiens disné!
Devant nos gardons bien, car derrier sont li dé, [2380]
Ne se fïerent gaires en lor grant deïté
Qant por un seul mal pas furent espoënté,
Qu'il ne passerent outre, ains s'en sont retorné;
Nous n'avons cel roncin qui n'i ait traversé."

[3.143]Tholomés vait avant por le maingier haster;
Qant fu aparelliés, si fait l'eaue doner
Et sont par toute l'ost tuit assis au disner.
Qant il furent assis, si les estut lever,
C'onques de garison ne lor i lut gouster,
Car cil les escrïerent ques devoient garder   [2390]
Q'il voient les mervelles des desers assembler,
Et dïent Alixandre; "Fai ta gent tost armer!
Tant veons d'olifans nus hom nes puet esmer,
Ja serons malbailli s'il nos pueent trover."
Cil qui primes les vit le vait au roi conter.
Li rois cline vers terre si commence a penser,
Et qant il se redrece, si fait sa gent armer.
Alixandres commande ses chevaliers monter
Et ciaus qui sont a pié les herberges garder,
Et fist par toute l'ost ses buisines soner,    [2400]
As chevaus por henir fait les yeves mostrer
Et les truies fait prendre et batre por crïer,
Les homes por noisier fait durement hüer,
Tant que les olifans fait en fuies torner.
Qant il voit qu'il s'eslongent et s'esforcent d'aler,
Ses rueve as chevaliers o les lances bouter;
Lors veïssiés les bestes deus et deus crevanter,
Nuef cens et vint et set en ont fait enverser.
Les dens en a fait traire et tous les os oster;
Mieus valut li yvoires que il en fist porter    [2410]
Que qanque Sersés pot d'or et d'argent trousser.

[3.144]"Sire, ce dist Porrus, ceste terre est molt fiere,
Molt est deshabitee, ne sai avant que quiere.
Se nos passons encore une autretel riviere,
Noiens seroit ja mais du retorner arriere.
Tant com vostre compaigne est si saine et entiere,
Ains que vostre maisnie perdés en la fouchiere,
Si nous en retornons toute nostre chariere.
La palus est si mole et desous si pleniere
Qui en istroit plain pié de la voie corsiere  [2420]
Ne seroit mais veüs en nisune maniere."
"Porrus, dit Alixandres, jel fais par ta proiere."

[3.145]Iluec se hebregierent dejoste le marois,
Un poi de fosse firent devant aus por deffois.
La nuit se reposerent, l'endemain furent frois,
Arriere s'en retornent cil d'Ynde et li Grigois;
Tres devant les ymages s'est arestés li rois.
Por ce q'a cel jor fu la kalende du mois,
Porrus et Alixandres sacrefïent manois,
Et ot al sacrefice vaches soissante et trois.    [2430]
Les laus du sacrefice chanterent en yndois,
Qui ierent revestu, doi chapelain cortois.

[3.146]Qant ont de la kalende celebree la feste,
La devise du mois lor anonça li prestre.
Puis s'en tornent ariere devers Ynde a senestre,
Li conduis les en guie une voie champestre.
Une seche palu troverent a main destre,
Par lieus estoit si mole q'erbe n'i pooit nestre.
De diverse maniere lor sailli une beste;
Le poil ot gros et dur et poignant com areste,    [2440]
Ne crient fer ne acier, tant est de fiere geste.
Qant cil de l'ost la hüent, de maltalent s'areste,
Au retor qu'ele fist lor a fait tel moleste
Trente et set chevaliers lor ocist et tempeste.
Li Grieu corent entor tuit a vive poëste,
A maus et a cugnies li peçoient la teste.

[3.147]Qant il furent tuit outre, soirs et bas vespres fu.
La nuit se hebregierent dejoste le palu;
Li solaus fu couchiés quant li tref sont tendu,
Auques seürement se sont la nuit geü.    [2450]
A l'aube aparissant, ains que fuissent meü,
Liotifal lor sont dedevant l'ost venu,
Ja mais autretel home n'ierent, je cuit, veü.
Douze piés ont de haut, grant sont et parcreü,
Ja n'avront fil de drap affublé ne vestu,
Quelque tans que il face, tous jors vont ainsi nu
Et sont par tout le cors comme bestes pelu.
Bien sont un mois sous eaue, ja ne seront veü;
Tant com il i conversent, vivent de poisson cru.
Qant revienent sor terre, si resont d'el peü,   [2460]
Car il vivent d'encens et de bon balsamu.
Cil legier bacheler por traire i sont couru.
Qant virent les saietes, fuïsont et perdu;
Molt en poise Alixandre quant il ne sont seü,
Mieus en amast il quatre qui fuissent retenu
Que cent somiers chargiés d'or et d'argent molu,
Car plus prenent poissons, qant il sont esmeü,
Q'oiseleor ne font menus oisiaus a glu;
Et fust par tout le mont a mervelle tenu
Comment il porent estre ne pris ne retenu.    [2470]

[3.148]Ce fu aprés esté, si comme yvers entra,
Que li rois Alixandres icele gent trouva,
Et fu a un matin si comme il ajorna;
Li jors fu biaus et clers et li solaus leva,
De l'ardor du soleil toute l'ost eschaufa.
Et qant vint aprés tierce, li jors se heriça
Et devint si ennubles que tous li airs torbla,
Molt par fist grant froidure, assés plut et nega;
Et qant vint au midi, li solaus esclaira.
Qant li rois sot d'antone et du tans qui changa,   [2480]
Lors fait soner ses grailles et par l'ost commanda
Ses tentes a cuellir, lors monte si s'en va;
Puis a monté un tertre et un val avala.
La pree fu molt gente et l'erbe verdoia,
Onques hom en nul tans plus bele n'esgarda.
La montaigne fu haute et li val reonda,
Devant ne truevent voie, car un point n'en i a;
Onques n'i ot si sage, quant il se regarda,
Qui peüst pas savoir par ou il i entra.
A esploit chevauchierent, ainc nus d'aus n'aresta,   [2490]
Toute jor vont entor, onques l'os ne fina
Dusq'a eure de none, que li solaus torna;
Lors revoient lor trace ensi com l'os ala.
Alixandres meïsmes forment se mervella,
Qui tant a hui alé et noient esploita,
De maltalent s'encline et du cuer souspira;
Son pavellon fait tendre et 1'os se hebrega.
Cliçon et Tholomé et Caulon apela,
Li uns d'aus conte a l'autre la mervelle qu'il a.

[3.149]"Segnor, dist Alixandres, mal nos est avenu,   [2500]
Par le mien ensïent tuit somes confondu.
Veés ici nos traces que nos avons tenu,
Ainsi comme 1'os a trestout cest plain seü;
Des l'eure que nos fumes en cest val descendu
N'avons nos esploitié la monte d'un festu.
Ci n'a mestier proëce ne lance ne escu,
En tout le mont nen a si bon destrier crenu
Qui peüst plus aler d'un ronci recreü.
Les montaingnes sont hautes et li pui sont aigu
Et la terre si basse que tuit somes perdu.   [2510]
Par le mien ensïent, si com je l'ai veü,
N'en istroit uns oisiaus, tant volast de vertu;
Perdu avons l'entree par ou somes venu.
Li dieu nos veulent mal, tuit somes deceü,
De ci n'istront ja mais ne joene ne chanu."
Lors ont par toute l'ost un si grant duel meü
C'onques de nule gent mais ausi grans ne fu,
Qu'il en sont a la terre tel set mile cheü
Qui rompent lor cheveus et ce qu'il ont vestu;
Maint bon peliçon gris ot ilueques fendu   [2520]
Et maint blïaut de soie deschiré et rompu.

[3.150]Segnor, la veïssiés grant duel et grant iror,
Ainc le soir n'i mengierent li grant ne li menor;
La nuit jurent el val tant qu'il virent le jor.
A Alixandre vinrent li prince et li contor
Et demandent conseil que devenront li lor.
Il lor a respondu belement par amor
Et dist comme bons rois: "Or entendés, segnor!
Je chercherai le val bonement sans freor
Savoir se troveroie ne voie ne destor   [2530]
Par ou nous ississiens de cest val tenebror."
Il monte en Bucifal, son destrier coreor,
Onques en nule terre nen ot cheval mellor.
Qant li rois fu assis es arçons pains a flor,
Des esperons le broche et cil vait par vigor.
Tant a cerchié le val Alixandres entour
Que il trueve une pierre du tans ancïenor
Ou il avoit escrit grant duel et grant tristor;
Les letres sont el mabre qui content la dolor,
Ja nes verra cil hom qui n'ait de mort paor.   [2540]

[3.151]Qant li rois vit les letres, n'i ot ne gieu ne ris.
Ce conte l'escriture qui est el marbre bis
Que se tuit cil du mont s'estoient el val mis,
Por trestout l'or du siecle n'en istroit uns seus vis
Se uns hom de son gré n'i remaint a tous dis.
Qant li rois entent ce, si enbroncha son vis,
De maltalent et d'ire est sor le marbre assis.
Lors plora Alixandres por duel de ses amis,
Griés est de Babilone, dont li mur ne sont pris;
Damedieu reclama, qui maint en paradis,   [2550]
Qu'il le giet du torment ou il ert entrepris.
"Haï! rois Alixandres, com par estes conquis!
Ici morrons de fain, n'en estordra uns vis."

[3.152]Dolens fu Alixandres de ce qu'il ot trové,
De maltalent s'acline, du cuer a souspiré.
Devers destre partie a son chief retorné,
A une part du marbre a li rois regardé.
Ce conte l'escripture du tans d'antiquité
Que se tuit cil du mont ierent el val entré,
Des le premerain home que Dieus ot figuré,   [2560]
N'en istroient il mais en trestout lor aé,
Se uns seus n'i remaint bonement de son gré;
Et se uns i remaint, li autre erent sauvé
Et par un tout seul home seront tuit delivré.
Qant li rois l'entendi, n'i a plus demoré,
Il monte en Bucifal par son estrier doré,
Deci q'a l'ost de Gresse n'i a estal doné.
Si home li demandent ou il a tant esté;
Encontre lui alerent Dans Clins et Tholomé,
Emenidus, Filotes, Caulus et Aristé,   [2570]
Et demandent noveles comment il a erré.
Et li rois lor a dit toute la verité,
Ainsi comme les letres li avoient mostré.

[3.153]Alixandres lor conte la persecucion,
Si com il a cerchié le val tout environ:
"N'i a voie ne fraite par ou nos en isson,
Si com dïent les letres que trovai el perron
Qui ains furent escrites q'en mer eüst poisson.
Ja mais n'istrons du val par nul entencion,
Ains i serons tous jors, se n'i remaint uns hom,  [2580]
Et par un tout seul home avrons tuit garison.
Maus est se par un home perissent tant baron."
Lors veïssiés en l'ost si grant estrivoison,
Ainsi comme chascuns se deffent par tençon,
Et dist ne remanra ja seus en tel prison
Dont il ne puisse avoir a nul jor raençon.
"Segnor, dist Alixandres, entendés ma raison:
Or vos en alés tuit par tel devision
Que ja de moi n'avrés ne blasme ne tençon,
Et jou remanrai ci tous seus sans compaignon.   [2590]
Vos avés mis vos cors por le mien a bandon;
Se ne vos en puis faire plus riche guerredon,
Mieus est que seus i muire que nos tuit i moron;
Ne vos veul engin faire ne mal ne traïson."
Li douze per s'escrïent et dis mil a un ton:
"Sire, se tu nos faus, chaitif, que devenrom?
Rois, maine ent ta maisnie, autrui i laisserom;
Se n'iert vostre proëce, ja jor ne vivriom."
Alixandres s'encline et baisse le menton,
Puis a juré son chief et mist sa main en son   [2600]
Que ja n'i remanra nus autres se il non.
Lors pleure Tholomé et fent son siglaton
Et tel quatorze mil s'en pasment el sablon
N'i a nul ne desrompe son hermin peliçon.

[3.154]Emenidus voit l'ire et le grant destorbier
Qui lor estoit venus, ne s'en sorent gaitier.
Dolens en fu li ber, n'i ot que corrocier,
De lermes li convint le visage mollier,
En plourant vint au roi sel prent a araisnier.

[3.155]"Gentieus sire, fait il, qui tant m'eüstes chier,   [2610]
Sor toutes riens avés amé bon chevalier,
Ne onques a nul jor ne convint a proier
Un povre home le riche por envers vos aidier,
Car a chascun donastes ce dont il ot mestier.
Que nos porfiteroit sans vous a repairier,
Qant tuit ne vaudriom la monte d'un denier?
Se vous ci remanés, je l'os bien afichier,
Trestuit somes perdu, n'i a nul recovrier.
Mais tant sai vostre cuer et orguellous et fier
Nus hom ne vos feroit vos dis desotroier."   [2620]
"Gentieus rois, fait li dus, ne puet nus trestorner
Que a lor jor ne muirent et viel et bacheler;
C'est dolors des auqans qui peüst amender,
Et de vous la plus grant que on sache conter;
Mais certes de trois choses vos pöés bien vanter:
C'onques plus hardis hom ne pot armes porter
Ne si larges de cuer ne cortois por doner,
Ne segnor de tel foi ne poroit nus trover.
Li hardemens parut a Tyr desor la mer,
Qant du berfroi salistes el mur sor le piler,   [2630]
Que nus hom terrïens fors vos n'osast penser,
Et as bestes de l'eaue ou vausistes entrer,
Qant por vos gens aidier vos corustes armer;
Por qant je ne vi onques home haubregié noër.
Si avés plus doné que on n'osast rover,
Les grans tresors que firent autre roi amasser
Et terres et honors et tout sans demander.
La vostre bone foi ne se pot pas celer,
Qant l'ardure vos fist cele bouche crever
Et Zephirus vos vint le hiaume presenter;   [2640]
De l'eaue qu'ot trovee si n'en vaut point goster,
Ains la vos presenta et si fist molt que ber;
Por qant s'iert il seürs du bien guerredoner,
Onques hom ne vos vit de guerredon fausser;
Sire, vos l'esgardastes, n'en vausistes goster,
Voiant aus l'espandistes por aus mieus atremper
Et que chascuns pensast o vous de l'endurer.
Ci volés seus remaindre por ces autres sauver,
Molt sera grant mervelle sel poons esgarder;
Ou seus i veul remaindre ou o vos demorer,   [2650]
Car bien doivent ensamble si bon ami finer."
"Amis, ce dist li rois, d'el vos convient penser.
Ainc ne m'oïstes mot de la bouche soner,
Fust a gas, fust a certes, nel feïsse averer;
De cestui, se Dieu plaist, ne me verrés fausser.
Por Dieu, de ceste gent vous veul merci crïer;
Vous savés bien qu'entr'aus sont envïeus li per,
Et puis que il n'avront ques soloie garder,
Ses verrés par envie tencier et ramprosner;
Se por vos ne remaint, que tuit doivent douter,  [2660]
Je ne cuit ques veés quatre jors sans meller.
Por Dieu, desq'en lor terres les en faciés mener,
Ja mais ne vos cuit riens proier ne commander."
Lors ot li dus tel duel ne pot sor piés ester,
Li cuers li esvani si le convint pasmer,
Et tels quatorze mil n'en sai un seul nomer
Ensamble povre et riche prirent a dolouser
Et lor gentil segnor tant fort a regreter.
"Ahi! gent desconfite, quel part porrons aler?"
Segnor, molt ot grant duel quant vint au dessevrer,   [2670]
Molt pleurent et regretent le roi li douze per.
"Ahi! gent desconfite, quel part porrons torner,
Qant hui perdrons celui qui nos devoit guïer?
Ahi! vaus perilleus, tant faites a blasmer,
Qui nos taus hui le roi qui se faisoit douter
Et soloit les honors tenir et conquester
Et nos soloit a tous l'or et l'argent doner,
Les destriers arrabis, les pailes d'outremer.
Onques plus hardis rois ne pot lance porter,
Tout le mont avant lui soloit faire trambler."   [2680]
Tuit li crïent ensamble li baron et li per:
"Sire, que ferons nous, et ou porrons aler?
Qui nous porra ja mais de cest duel conforter?"
"Segnor, dist Alixandres, car me laissiés ester;
Pis me fait la dolor que je vos voi mener
Que la mort que j'atent, dont ne puis eschaper.
A cel Dieu que j'aor vos puisse commander,
Que il vos doinst honor et bon segnor trover
Et bonement tenir et terre conquester."
A cest mot sont pasmé trestuit li douze per.   [2690]
Qant li rois vit içou, si commence a plourer,
Si grant duel a el cuer ne puet a aus parler.
A une part du val s'en est alés ester
Et commence sa gent forment a regreter,
Prent sa manche de paile por son vis esconser,
Car ne pooit ses homes veoir ne esgarder.
Tel duel mainent li Grieu, qant il durent monter,
Que li vaus perilleus commença a trambler.
Par mi une montaigne commencent a errer,
Tuit furent hors du val qant il dut avesprer.   [2700]
En une longe plaine les un regort de mer,
Les un bras d'eaue douce qu'il virent bel et cler
Tendent lor pavellons trestuit por osteler,
Mais onques nule joie n'i vaurent demener.

[3.156]Qant li rois fu remés et li os s'en repaire,
Maintenant aprés ce, que il ne tarda gaire,
Si commence a touner et foudroie et esclaire,
Li mons prist a crauller, li vaus desous a braire,
Et gete une puor dont li rois sent la flaire.
A ciaus qui s'en tornerent n'avint il nul contraire   [2710]
Fors de lor bon segnor qui remest a mal traire;
Por celui font tel duel ja mais ne sera maire,
Cel jor i ot rompu mainte pelice vaire.
Desus un mabre bis, dont estoit plaine l'aire,
Sist li rois qui tous dis fu de biens essamplaire.
La paor quil destraint li change le viaire,
Car qui de mort se crient bien est drois qu'il i paire,
Tous en est enpalis, car il ne set que faire.

[3.157]Qant li rois vit la terre en pluisors lieus ardoir,
Les montaignes crauller et les roches movoir,   [2720]
Et sovent esclistrer et les pierres chaoir,
Se li rois ot paour ne fait a mentevoir.
Ses compaignons regrete par mervelleus savoir,
Emenidon sor tous, en cui ot son espoir.
"Ha! gentieus chevaliers, de nobile pooir,
Sages, preus et cortois, humeles et dous por voir,
Car onques a nul jor ne me poi percevoir
Que orgeus vos creüst por richece d'avoir
Ne soufraite meïst vostre oevre en nonchaloir.
Je ne poi par mon cors plus d'un home valoir,   [2730]
Mais vostres grans barnages se fist tous jors paroir
Et moi segnor de terre et largement tenoir,
Et je refis molt bien tout a vostre voloir.
Ce que je part de vos me fait le cuer doloir.
Ahi! franc compaignon, dolent par estovoir,
Com vos est grans dolors venue des hersoir.
Hier fustes vos en joie, hui est de blanc en noir.
Sans segnor repairiés, ci m'estuet remanoir
Dolans et esgarés, pres de mort recevoir."

[3.158]Qant li rois fu remés, tous seürs de morir,   [2740]
Maintenant commença li jors a oscurcir,
Li solaus a changier et li tans a noircir,
Forment a esclistrer et li cieus a partir.
Li mons prist a crauller et li vaus a fremir,
Et gete unes teniebres o flairor de püir.
Bucifal ne se pot en estant soustenir,
Ne li rois en estant, ains le convint gesir.
Ainc Dieus ne fist mervelle dont li puist sovenir,
Fiere, laide et hideuse, que on doie cremir,
Dont ne voie entor soi grans batailles tenir:   [2750]
Les dragons fu getans qui font l'erbe bruïr
Et grans serpens volans qui font l'air escroissir
Et maufés rechingnans quil veulent assaillir
Et font as cros de fer samblant de lui saisir.
Lors n'ose Bucifal ne grater ne henir,
Sous le mantel le roi met son chief por covrir,
Q'il nes ose veoir ne ne queroit sentir,
Et ne por qant li rois s'apense du ferir.
Onques de cel deduit ne li vaurent faillir
Entresque au matin que il vit esclarcir.   [2760]
En tant d'eure c'on puet un oel clorre et ovrir
Ne sot il que devinrent ne n'en pot un choisir;
Ne por qant molt fu liés qant le vaurent gerpir,
Car de lor compaignie ne pooit il joïr.
Molt par sera grans joie s'encor en puet partir,
Encor feroit li rois barnage resbaudir.

[3.159]Ses gentieus compaignons Alixandres recoie
Et dist que de bien faire les avoit mis en voie.
"Se fortune ne fust qui les choses desvoie,
La terre, icel petit que Dieus en fist, fust moie,  [2770]
Car puis q'Emenidon a mon costé avoie
Ou devant ou derrier pres de moi le savoie,
Force de nule gent el siecle ne cremoie;
Se ici ou aillors de lui parler ooie,
Bien sai que grant dolor ne mal ne sentiroie;
S'il el bien se maintient que veoir i soloie,
Tous iert sires du mont et mes cuers li otroie.
Las! ne l'en puis aidier, car cis vaus me guerroie
Et li dieu qui m'ont pris, dont je ne me gardoie.
Se g'iere en ingal cort et mes armes avoie,   [2780]
De laide traïson trestous les proveroie,
De l'ire que j'en ai sor aus me vengeroie."

[3.160]Alixandre est el val, ne se set conseillier,
Il ot la terre bruire, si craullent li rochier;
Bien set de l'eschaper ne li est pas legier,
Ses gentieus compaignons prist molt a recoier.
Li Grieu, qui sor la mer s'estoient fait logier,
Onques la nuit ne vaurent ne boire ne mangier,
Ains regretent et pleurent lor segnor droiturier,
Le bon roi Alixandre, qui tant fist a proisier,   [2790]
Et deprïent les dieus et vont sacrefïer
Q'Alixandre garissent de mort et d'encombrier.
Et li rois fu el val, n'i ot que corecier,
Il ne set en quel guise se doive conseillier,
Comment de la prison se puisse deslïer.
Il regarda a mont si vit l'air espessier
Et les nues torbler et le tans a changier,
Ne fu mie a seür qant il vit tel tempier.
S'il ot peor ne doute, ne fait a mervellier,
Bonement commença les dieus a deproier   [2800]
Qu'il li soient garant, car il en a mestier.
Du pan de son hermine covert d'un paile chier
Envolepe sa teste et tint son branc d'acier
Et tint bien par la resne Bucifal son destrier.
Au matin commença li solaus a raier;
Lors saut en Bucifal Alixandres d'Alier
Et commença li rois tout le val a cerchier.
Joste une grant montaigne commence a chevauchier
Et vit une cisterne qui resamble celier.
El n'estoit mie ouvree de chaus ne de mortier,   [2810]
Mais li dieu l'orent faite en la roche entaillier.
En mi ot un perron qui plus iert durs d'acier,
Lai ens sous cele pierre avoit un aversier
Felon, qui cuidoit faire tout le mont perillier.
Li rois i est entrés, la croute veut cerchier,
Qu'il veut toutes les choses prover et ensaier.
N'i vit home ne feme ou se puisse acointier.
Icele male chose le prist a araisnier,
Sous la pierre ou estoit commença a huchier:
"Sire, rois Alixandres, car me venés aidier,  [2820]
Et je t'ensegnerai or endroit le sentier,
Comment porras issir de cest val de legier,
Si que ja n'i perdras la monte d'un denier."
Li rois entent la vois, prist soi a mervellier,
Paor ot de la mort, molt se crient d'engignier.

[3.161]Li rois ot grant paor quant la vois ot oïe,
De toutes pars esgarde, de celui ne vit mie.
La vois de l'aversier le resemont et prie:
"Se tu ies Alixandres, cui tous li mons sousplie,
Torne moi ceste pierre qui tout le cors me brie,  [2830]
Qui m'a en tel destroit et en si grant baillie
Que ne puis eschaper a nul jor de ma vie,
Et je t'ensegnerai loiaument sans boisdie
Com istras de cest val ou ies sans compaignie,
Si que ja n'i perdras la monte d'une alie."
Et respont Alixandres, qui de riens ne s'oublie:
"Ainsi com je sui rois, li miens cors le t'afie,
Ensegne moi la voie droite sans felonie,
A la pierre torner te ferai puis aïe."
Li diables respont, qui fu de grant voisdie:   [2840]
"Outre cele posterne verras la praerie,
Puis troveras la voie, qui tout est enhermie."
Alixandres i vait, qui point ne s'i detrie;
Qant voit le faus sentier, bien set c'est tricherie,
Puis dist a l'avresier: "Faus est qu'en toi se fie,
Assés en petit d'eure m'as or ta foi mentie."
Qant l'entent li diables, ne puet müer n'en rie.
"Alixandre, fait il, molt es plains de voisdie,
Ne te puet engignier ne savoirs ne folie,
Et qui faire le cuide si pense vilonie.   [2850]
Vois tu la cele porte qui faite est par maistrie?
Bien connoistras les letres, car tu ses de clergie."
Alixandres i vait, qui les felons chastie,
Et a desus la porte l'escripture choisie.

[3.162]Qant li rois vit les letres, molt s'en est esjoïs,
Par loisir les regarde comme hom de sens garnis
Et recorde les letres, qu'il ne soit escharnis.
Puis a cerchié le val ou mains hom est peris
Et trueve le sentier el costé d'un larris
Quil menra hors du val, si com dit li escris.   [2860]
Qant la voie ot aprise et il en fu bien fis,
Au diable revint, ne s'est mie desdis,
Ains sousleva la pierre sous qui iert enfoïs.
Li diables saut sus si a jeté deus cris;
El siecle n'a cel home, s'il les eüst oïs,
Ne cuidast tout por voir estre mors ou traïs.
Alixandres meïsmes s'en est molt esbahis,
Por un seul petitet qu'il n'est du sens maris,
Mais il se raseüre com chevaliers hardis
Et monta el cheval, a tant s'en est partis.   [2870]
Entrés est el sentier, de riens n'i est faillis,
Quil menra hors du val ains que jors soit fenis.

[3.163]Li rois ist de la porte et si point Bucifal,
Il n'ot en sa compaigne ne mais que son cheval.
Qant auques ot alé, si esgarde le val.
"Ahi! val perilleus, plains de dolor mortal,
La vostre compaignie me dut torner a mal,
Qui ainc ne pot bone estre a nul home charnal."
Alixandres chevalche et monta el costal
Et esgarde sor destre et choisi en l'egal   [2880]
Plus de mil pavellons a or et a cristal.
Ens en mi lieu des autres vit le sien a esmal;
Les cordes sont de soie, li paisson de roal,
Desus un escharboucle luisant comme estaval,
Et samble de clarté l'estoile matinal.
Dedens sont li baron, qui mainent tel jornal
Tous jors plaignent et pleurent lor segnor natural.
Li rois vint cele part, entr'aus a pris estal,
Si home vont encontre ensamble communal.
Plus de quatorze princes qui tout furent chasal   [2890]
Le prinrent tuit par mains que par bras que par al,
Tout li ont desrompu son blïaut de cendal;
Ja mais por un seul prince ne verrés joie tal.
La nuit ot Alixandres assés mellor ostal
Que s'il fust en la roche au perilleus portal.

[3.164]Au matin par son l'aube monterent li baron,
Li conduis les en guie droit a Occeanon.
Une merveille virent tel com nos vos diron:
Sor la rive de l'eaue el ros et el sablon
Lor aparurent femes, mais il ne sorent dont,   [2900]
Car plus de cinc jornees d'entor et d'environ
Ne peüst on trover ne borde ne maison
Ne chastel ne cité ne habitacion;
En l'eaue conversoient a guise de poisson
Et sont trestoutes nues si lor pert a bandon
Qanque nature a fait enfresi c'au talon;
Li chevel lor luisoient com pene de paon,
Ce sont lor vesteüres, n'ont autre covrison.
Tant par estoient beles et de gente façon
Que de la biauté d'eles ne sai dire raison.   [2910]

[3.165]Qant virent cil de l'ost que si beles estoient
Ne por paor des homes pas ne se reponoient-
Qant trop en i aloit en l'eaue se metoient,
Et qant il retornoient si se raparissoient,
Les petites compaignes tres bien les atendoient,
Qant il ierent o eles volentiers i gisoient-
Cil les covoitent tant qu'a paines s'en partoient.
Qant il ierent si las que faire nel pooient,
Volentiers s'en tornassent, mais eles les tenoient;
Celes levoient sus, en l'eaue les traioient,   [2920]
Tant les tienent sor eles qu'eles les estaingnoient.

[3.166]Quatre s'en eschaperent qui au roi sont venu,
Le convine des femes content qu'il ont veü
Et de lor compaignons com il sont retenu;
Ne repaierront mais, noié sont et perdu.
Qant cil oient le conte que li quatre ont rendu,
Por la biauté des femes se sont si esmeü
Volentiers i alaissent s'il ne fuissent tenu,
Mais Alixandres jure qanqu'est et canque fu
Que tuit cil qui iront, s'il sont aperceü,   [2930]
Ja nes amera tant qu'il ne soient pendu;
Ainc puis n'i ala nus que il l'ot deffendu.

[3.167]Des noveles se vont li baron mervellant
Des puceles de l'eaue, com lor est convenant.
Ne demora puis gaires que il virent plus grant,
Dont plus se mervellierent nis li petit enfant.
A la tierce lieuee, devant l'aube aparant,
Es vous par devant l'ost quatre viellars errant,
Et ot trestous li mendres quatorze piés de grant.
Velu sont commë ours, poil ont dur et poignant,   [2940]
Cornes ont comme cerf en mi le front devant,
Et sont noir comme meure et lor oel sont luisant.
En l'ost nen ot destrier fors Bucifal l'amblant
Q'en peüst un ataindre, si tost s'en vont fuiant.
Li rois point aprés aus, s'en vait un ataingnant,
Par les cheveus le prist si li dist en riant:
"Estés ici, biaus maistres, n'irés hui mais avant,
Ançois me conterés com vos est covenant,
Qui estes, dont venés et que alés querant."
Qant cil se senti pris, forment vait glatissant,   [2950]
Et li troi se regardent, au roi vienent poignant.
Chascuns tint en sa main une roche pesant,
Grans caus li vont doner sor son escu devant.
Tout li ont defroissié, mort l'eüssent a tant,
Qant Filotes i vint sor son destrier courant;
L'un en feri el cors de son espié trenchant.
Et li vieus prent la lance, vers lui vient brandissant,
Le destrier prist au frain, en mi le front devant
Li dona un tel caup du poing destre en boutant
Sor la hanche l'asiet a terre maintenant.   [2960]
Filotes saut en piés, du fuerre trait le brant;
Estes vous Licanor aprés lui acourant,
Tholomés et Dans Clins vienent esperonant.
Chascuns saisist le sien, bien les vont justiçant
Et les mains trier le dos de coroies liant,
Deus et deus comme chiens par les caus acouplant.
Vers le tref Alixandre vont grant joie faisant
Et a lor pavellons s'en revont li auqant.

[3.168]Li viellart furent pris et li rois s'en repaire,
A son tref descendi, en toute l'ost n'ot maire.   [2970]
Qant fu tans de disner, si firent le fu faire;
Qant il orent mengié et on dut napes traire,
Ses sergans commanda que facent sa gent taire.
Les viellars apela s'en jura son viaire
Que ja li conteront de trestout lor afaire:
Dont sont, ou vont, dont vienent, quel mestier sevent faire.
Se il voir ne li dïent, il lor fera contraire;
Se mençoigne li dïent, il les fera deffaire
Ou ardoir ou rostir ou a chevaus detraire.

[3.169]Qant li viellart oïrent du roi le serement,   [2980]
En estant se drecierent et parlerent briement.
Li ains nes a parlé tout premerainement:
"Sire rois Alixandres, un petit nos entent.
Nous somes quatre frere si somes d'Orïent,
Par les desers alons ensi priveement.
Ça en arriere fumes a une feste aiglent
Et de pluisors contrees i furent li jovent.
Uns astrenomïens nos dist veraiement
Que en ceste contree fontaines i a cent;
Les trois en sont faces, jel sai a ensïent.  [2990]
Hom qui a set vins ans, de noient ne vos ment,
Se en l'une se baigne et en l'eaue descent,
En l'aé de trente ans revient hastieuement."

[3.170]"Sire rois Alixandres, se toi vient a plaisir,
La seconde fontaine devés tres bien oïr;
Li dieu la firent sordre et de terre venir.
Qui en cele se baigne ne puet puis pas morir;
Ne la puet on en l'an que une fois choisir.
Bon conseil te donrai, se tu veus assentir,
Por ce que de noient ne te volons mentir.   [3000]
Ta maisnie feras en pluisors lieus partir,
S'aucuns par aventure i pooit avenir."
"E! Dieus, dist Alixandres, se me volés souffrir
Que baignier m'i peüsse, car riens tant ne desir,
Sacrefice feroie tout a vostre plaisir."

<<< >>>