<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.171]"Rois, la tierce fontaine refait molt a loër.
Qui voit mort son ami, ne fait mie a douter,
S'il le puet a cele eaue conduire et amener
Et entor la fontaine quatre jors sejorner
Et un petit de l'eaue dedens le cors geter,   [3010]
Au quint jor le fera de mort resusciter."
Qant Alixandres l'ot, si commence a parler:
"Se tu icés noveles me fais en voir ester,
Plus te donrai chevaus, or fin et argent cler
Qu'entre toi et tes freres n'oserés demander."
Li viellart saillent sus si li vont affïer.

[3.172]Ce fu el mois de mai, que li tans renovele,
Que li viellart ont dit au roi ceste novele;
Alixandres l'entent, joians li fu et bele.
Sempres fist traire napes et fist metre la sele,   [3020]
Li rois et tuit li autre chevalchent la praele,
Les lui vont li viellart, docement les apele.
La nuit se hebregierent les une fontenele
Dont li ruissiaus iert clers et blanche la gravele.
La descendi li rois qui tout le mont querele,
D'une part fu ses tres et d'autre sa chapele.

[3.173]Qant il dut avesprer, s'assieent au mengier.
Le mengier font haster, car il veulent couchier,
Matin veulent lever por lor voie esploitier;
Gent qui ont tant a faire ne doivent pas targier.   [3030]
Li poisson furent cuit et mis por refroidier,
Ainc n'en sot mot li quieus, si vinrent doi levrier,
As poissons atouchierent ses ont fait trebuchier
Ens en la fontenele dededens le gravier.

[3.174]Qant li poisson sentirent l'eaue a aus abiter,
Sempres vinrent en vie si prenent a noër
Et par la fontenele l'uns l'autre a debouter.
Qant li quieus l'apercut, au roi l'ala conter;
Li rois et tuit li autre les courent esgarder.
"Segnor, dist Alixandres, sel me volés loër,[3040]
Ci ferai une tour bone et haute fremer,
Se mestiers nos en est qu'i puissons rasener."
Li baron dïent tuit: "Bien fait a creanter."
La nuit jurent seür desi a l'ajorner,
Par les tentes se lievent viellart et bacheler.
En l'ost n'ot gentil home n'i voist pierre porter,
Une tor i ont faite qui molt fait a loër,
Par dedesus la firent a civoire vauter
Par engien mervelleus qu'il firent tresgeter,
Et misent une roe que li vens fait torner.   [3050]
La fontenele firent sus en la tor monter,
La cuve ou ele chiet firent entor plomer,
Por ce l'ont fait ainsi que mieus puisse durer.
Qant li rois ot ainsi la tor fait afiner,
L'endemain par son l'aube commence a cheminer.

[3.175]A l'aube aparissant fu toute l'ost montee,
A esploit chevalchierent toute la matinee,
Li rois et tuit li autre chevalchent par la pree;
Droit a eure de tierce ont une eaue passee.
Trestoute l'ost en est en une cave entree,   [3060]
Trois jors ont chevalchié ains qu'il l'aient outree.
Une fontaine truevent a la tierce jornee,
Ainc puis qu'il vienent la ne s'est l'os remuee,
Por ce que ele estoit travellie et lassee,
Et fu eure de none et traist a la vespree.
Environ la fontaine s'est la gent ostelee
Desi q'a l'endemain, que l'aube fu crevee,
Que li solaus luist cler par toute la contree.
Alixandres li rois a sa gent apelee,
A cinc cens de ses homes la parole a mostree,   [3070]
Dist lor que il alaissent sans point de demouree
Querre l'autre fontaine tant qu'il l'aient trovee,
Et qui la trovera sa teste en a juree
Que se il ja s'i baigne ains qu'il li ait mostree,
Ja ne morra de mort si l'avra comperee.

[3.176]Li rois remest iluec, si eslit vont avant
Et vont par les desers la fontaine querant,
Par vaus et par montaignes se vont molt dementant.
Enoc, uns riches hom, en est alés avant,
La fontaine trova ains le midi passant.   [3080]
Uns hom li raconta qu'il i trova baignant
Que c'estoit la fontaine qu'il aloit demandant,
A cel jor estoit l'eure qu'el s'aloit demostrant.

[3.177]Enoc descent a pié, en l'eaue se baigna,
Mais de ce fist folie que son chief i plonga,
Encor venra tele eure qu'il s'en repentira.
Qant il se fu baigniés, vesti soi et chauça,
Sor son destrier courant isnelement monta,
Desq'au tref Alixandre esperonant en va,
Dist li de la fontaine comment il la trova   [3090]
Et que devant un an nus mais ne la verra
Ne hom qui l'aille querre trover ne la porra.
Li rois fu coreciés, durement souspira
Por ce que la fontaine mais ne recoverra.
Sa teste vit mollie, pres de soi l'apela,
En la fosse du col a sa main li tasta,
De ce qu'il fu baigniés tout mollié le trova.
Demanda li por coi tant longes demora,
Puis li dist que cest baing molt chier achatera.

[3.178]"Enoc, fait Alixandres, ne te puis tormenter,   [3100]
Occire ne te puis, ardoir ne afoler,
A dolor te ferai toute ta vie user."
Ses maçons apela si fist faire un piler
Et dedens le piler fist Enoc seeler;
Tant com li siecles durt ne l'en puet nus geter.
Puis cuellirent lor tentes, avant veulent aler,
Les puis de Falicost commencent a monter.

[3.179]Alixandres chevalche les puis de Falicost.
Roisde fu la montaigne, ne porent aler tost,
A grant paine souffrirent la chalor et le rost.   [3110]
Il ne truevent tant d'ombre ou uns seus hom s'acost
Ne ne truevent biau lieu ou nus d'aus se repost.
Qant vinrent au pertuis que Artus li ber clost,
Çoinocifal lor saillent des desers de Rimost,
Testes orent de chien, molt son lait et enpost,
A grans pierres puignans vienent arochier l'ost;
Li archier i vont traire, qui armé furent tost.
Qant virent les saietes, fuïsont et repost;
Li archier s'en retornent, q'Alixandres nes chost.

[3.180]Li rois monta un tertre qui de hautece vaint   [3120]
Et vit Occeanon, qui tout le mont açaint,
Et le mont d'Ethiope et le val qu'il estraint.
A poi que toute l'ost d'angoisse ne remaint,
Car li chaus les argüe et la sois les destraint.
Cil d'Ynde li ont dit d'aler avant ne paint,
N'est qui la voie sache ne qui la lor ensaint,
Que l'ardor est si grans ja seroient estaint,
Car en trente jornees, c'est en l'estoire paint,
N'a tant d'umilité dont nule riens enpraint.

[3.181]Molt fist bien Alixandres qant ciaus d'Ynde a creüs,   [3130]
Toute la matinee s'en est li rois meüs
Por retorner arriere la dont il iert issus,
En la fastïene Ynde dont il estoit venus.
Ja estoit li fus grans, et li rois descendus
A un estanc qu'il truevent entre tertres agus
Qui tous estoit plains d'eaue, mais sempres fu beüs
Des chevaus et des bestes que avoit recreüs
Li chaus qui du soleil estoit si grans cheüs.
D'autre part de la rive ot homes parcreüs,
Chascuns iert par le cors dusq'au nombril fendus   [3140]
Et environ le dos comme bestes velus.
Des Grieus se mervellierent qant il les ont veüs;
Molt par les veïssiés dolens et irascus
Qant veü ont teus homes, qu'il n'ont pas conneüs;
Vers aus vinrent corant, molt fu grans lor vertus.
Ainc ne vestirent drap qui fust fais ne tissus,
Tuit ensamble lor lancent pierres et peus agus,
Plus de cinc cens sergans lor i ont mors rendus.
Cil de l'ost s'estormissent ses eüssent seüs,
Qant uns estorbellons lor est devant venus   [3150]
Qui tres et pavellons lor i a abatus,
Les somiers trebuchiés et de tisons ferus;
Peliçons et mantiaus i ont assés perdus,
Entresi vers le ciel en porte lor escus.
Aprés icest domage lor est autres creüs:
Ensement comme noif est fus du ciel pleüs,
Que toute arst la contree ensement comme fus.
Or dïent tuit par l'ost: "Libers est irascus,
Ou il ou Erculés font ore ces vertus,
Par la consence as dieus nos est cis maus venus."  [3160]

[3.182]Qant li vens fu cheüs et li estorbellons,
A mont envers le ciel en guise de tisons
Virent venir les rais ardans comme brandons.
Cil de l'ost s'estormissent, qui criement les charbons,
De lor escus se cuevrent, ce fu lor garisons;
Et cil qui nul n'en orent se tinrent por bricons,
Brullees ont les testes et barbes et grenons.
Qant du ciel fu cheüe la rougor et l'arsons,
A negier commença de l'air qui fu enbrons;
Ne demora puis gaires qu'en vint si grans foisons   [3170]
Que li flocel chaoient si grant comme toisons,
La noif iert sor les tres haute comme dongons.
Alixandres commande a trestous ses barons
Que ne remaigne en l'ost escuiers ne garçons
Qu'il mainent les bestes par tous les pavellons
Et abatent la noif a peus et a bastons.
Por la chalor des bestes fu grans remetoisons,
La noif qui iert remise chaucha comme sablons.
Aprés lor vint de pluie si grant sorjonsions
Que tout en porte a val la noif et les glaçons.  [3180]
Li estans rempli d'eaue, qui iert et grans et lons.

[3.183]Quatre jors fu li rois que d'iluec ne se mut,
Et fist molt grant froidure, assés nega et plut;
Ainc l'espoisse de l'air por ice ne descrut.
Alixandres demande a ciaus d'Ynde que dut
Q'aprés si grant chalor si grant froidure mut,
Mais onques por le dire nus d'aus ne s'aparut.

[3.184]Deus viellars yndïens ont es desers trovés
Qui ont longes les barbes jusqu'au neu des baudrés.
Li rois lor a enquis: "Qui estes, ou alés?"  [3180]
Cil li ont respondu: "Ci est nostre regnés,
Des desers de Rimost est nostre naïtés.
Li qels est Alixandres? Et car le nos mostrés,
Car veoir le volons plus qu'ome qui soit nés,
Por ce que sor tous homes est cremus et doutés."
Li chevalier lor dïent: "Toute l'ost esgardés,
A celui qui mieus samble segnor si vos tenés."
Cil esgardent le roi, qui fu gros et quarrés,
Large ot l'enforcheüre si fu bien figurés;
Autresi le connurent com s'il lor fust mostrés.  [3200]
"Sire, font li viellart, se en nos vos fïés,
As arbres vos menrons que vos tant desirrés,
Qui vos diront noveles de la mort q'atendés."
Qant Alixandres l'ot, ses en a mercïés,
Riches conrois lor done et bons muls sejornés.

[3.185]"Segnor, dist Alixandres, je vos commant et reu:
Remuons nos herberges et querés autre leu,
Car je voi molt le ciel et pale et ynde et bleu.
Il ne nos promet mie ne seürté ne geu,
Ains sont irié li dieu qui nos ont mis en freu, [3210]
Tel chose m'ont hui faite dont ai au cuer grant neu,
Car set vins chevaliers, qui molt estoient preu,
I avons hui perdu de la noif et du feu.
Sevelissons les mors et si lor faisons veu;
Por le maingier haster voisent avant li qeu."

[3.186]Les mors ont sevelis, li Grieu s'en sont torné.
Li quieu s'en vont avant, le mengier ont hasté;
D'un grant tertre ou il ierent ont un val avalé
Et truevent as herberges le mangier apresté;
A pié s'en vont deduire quant il orent disné.  [3220]
Desous une grant roche truevent un lieu cavé
Ou Artus et Libers avoient conversé;
Et orent icel lieu beneoit et sacré,
Que puis n'i entra hom qu'il s'en furent torné
Q'on n'eüst au tierc jor ça dehors mort trové;
Alixandres mescroit qu'il n'i ait enferté
De serpent ou d'oisel qui l'ait envenimé.
Ains nel creïli rois des qu'il l'ot esprové,
Entrer i fist quatre homes qui bien furent armé,
Au tierc jor furent mort tout quatre hors trové,  [3230]
En travers l'un sor l'autre a la terre geté.
Alixandres les voit, longement a pensé;
Por ce qu'il n'i pert caus ne il ne sont navré,
N'en pot onques savoir li rois la verité
Comment il ierent mort et iluec aporté.
Les viellars yndïens, qui du païs sont né
Et avoient grant piece el païs conversé,
A fait li rois venir si lor a demandé,
L'un des deus avant l'autre a forment conjuré,
Que de cele mervelle qui l'a si effreé    [3240]
Li dïent ambedui toute la verité:
S'en la cave a fantosme, serpent ne enferté
Qui si soutainement a cest lieu deserté.
Li dui viellart respondent, qui sont de grant aé,
Que Artus et Libers par lor grant deïté
Entoschierent le lieu si l'ont enfantosmé.
Li rois ot les viellars qui ce li ont conté,
Por le païs qu'il sevent a molt grant volenté
Li rois d'aus retenir, car par tout ont alé;
Et dist que des or mais seront molt si privé   [3250]
Et molt seront par lui servi et honoré.
Li viellart l'en mercïent si li ont afïé
Que par tout le menront a molt grant salveté.

[3.187]Qant li vens fu cheüs et la noif fu fondue
Et li estans fu plains de l'iaue qu'iert cheüe
Et de la grant mervelle qui du ciel fu pleüe,
Qui par icel convers fu ainsi espandue
Et de trestoutes pars en l'estanc acourue
Deus piés plus haut la rive de cele qu'iert beüe,
Ja qui la lor contast par aus ne fust creüe   [3260]
Se il apertement ne l'eüssent veüe.
Li jors fu biaus et clers et fist ombre sous nue.
Alixandres monta, toute l'ost se remue
Et monterent un tertre dont la roche est agüe.
Onques mais n'i ot sente ne chariere batue,
Por l'angoisse du chaut tous li plus fors tressue.
Li viellart vont avant qui la terre ont seüe,
Et ont el cuing du val une forest veüe
Qui bien estoit dedens et garnie et vestue
De toute icele riens qui a cors d'ome aiue.    [3270]

[3.188]Lors descendent du tertre si sont venu el val.
Molt furent travellié li home et li cheval,
La chalors du soleil lor fist le jor grant mal.
Alixandres les guie, qui sist sor Bucifal,
Et en l'arrieregarde a mis son seneschal;
Li armé vont avant qui guïent le costal.
Des crués de la montaingne saillent Liotifal,
Molt sont grant et hideus, onques hom ne vit tal,
Plus lor luisent li oel que pierre de cristal.
Chascuns tint en son poing une pierre puignal;    [3280]
Devers le haut du tertre lor livrerent estal,
O les roches cornues les trebuchent a val.
Et li archier i traient ensamble communal
Et cil a pié les hüent et font grant batestal.
Molt menerent grant joie quant furent en l'ingal.

[3.189]La forest sist molt bien dejoste une riviere,
Verdoians fu et gente et reonde et entiere.
Arbres i ot plantés de diverse maniere,
Ainc n'en fu uns trenchiés ne devant ne derriere,
Ja n'iert hom si hardis qui un seul caup i fiere.   [3290]
On ne demande espice ne nule herbe tant chiere
Q'on n'i puisse trover, qant la flors naist premiere
En avril ou en may qant li biaus tans s'esmiere.
La mandegloire i naist, q'a trover n'est legiere,
De croistre en la forest estoit bien costumiere;
Ja n'iert hom si hardis qui la remut ne quiere
Ne l'estuece morir d'une mort itant fiere
Ja ne porra aler ne avant ne arriere.

[3.190]El bois ot un vergié de grant antiquité,
Poires i ot et pumes et fruit a grant plenté   [3300]
Et dates et amandes et yver et esté,
Cherubins et nardiers, mil arbres de bonté;
I vinrent par nature, ainc n'i furent planté,
De la forest tenoient une lieue de lé;
Et entre les devises du vergié ot un pré
De toutes chieres herbes garni et asasé.
Hom ne demande herbe ne ne vient en pensé
Dont iluec ne trovast tout a sa volenté.
Il n'a sous ciel cel home tant enferm n'engroté,
De poison ne de poudre tant fort envenimé,   [3310]
De dolor ne de mal tant fort enraciné
Ne le cuer entoschié ne le foie entamé,
Se il pooit tant faire qu'il en eüst gousté
Et le col en eüst un petitet passé
Et un poi i eüst dormi et reposé,
Que il ne s'en alast tous liés et en santé
De la flairor des herbes et de la sanité.
N'a sous ciel damoisele, tant ait ris ne joué,
S'ele a a son ami son gent cors presenté,
Entre ses bras tenu, baisié et acolé,   [3320]
Se une seule nuit i avoit reposé
Et son cors trestot nu sor les herbes posé,
Au main ne fust pucele s'eüst sa chasteé
De l'odour des espices et de la douceté.

[3.191]Molt fu biaus li vergiers et gente la praele,
Molt souef i flairoit riquelisse et canele,
Garingaus et encens, citouaus et tudele.
Tres en mi lieu du pré sort une fontenele
Dont la dois estoit clere et blanche la perrele,
A rouge or espanois pesast on la gravele.    [3330]
De fin or tresgeté i ot une ymagele
Sor deus piés de cristal, qui ne chiet ne chancele,
Qui reçoit le conduit qui vient par la tuiele.
El vergié lor avint une mervelle bele,
Car desous chascun arbre avoit une pucele,
Il n'en i avoit nule chamberiere n'ancele,
Mais toutes d'un parage, chascune iert damoisele.
Les cors orent bien fais, petite la mamele,
Les ieus clers et rians et la color novele.
Plus iert espris d'amor qui veoit la dansele    [3340]
Que s'il eüst le cuer broïd'une estincele
Et plus li saut el cors que destriers de Castele.
A Alixandre en dïent li viellart la novele;
Qant li rois l'a oïe, joiant li fu et bele,
Canques il a alé ne prise une cenele
Se il nes voit de pres; les deus viellars apele:
"Conduisiés moi ceste ost delés cele vaucele,
Car desq'en la forest n'iert ostee ma sele."

[3.192]Alixandres commande l'ost amener avant
Car el bois as puceles veut aler deduiant.    [3350]
Son seneschal apele Tholomé en riant,
Les noveles li dist que cil li vont contant.
Et les puceles issent de la forest chantant,
Vestues comme dames, molt bel et avenant.
Qant voient ciaus de l'ost, encontre vont jouant
Tant com li ombres dure, car ne pueent avant,
Ja si poi nel passaissent que mortes chaïssent;
Mais plus aiment les homes que nule riens vivant,
Por ce q'en cuide avoir chascune son talant.
Cil de l'ost les conjoient si s'en vont mervellant,   [3360]
Car de si beles femes ainc mais ne virent tant,
Ne ne fuissent trovees desi qu'en Oriant.
Es pres les la fontaine Alixandres descent,
Qui plus flaire souef que odors de pieument.

[3.193]Alixandres descent, iluec s'est arestés,
Ses compaignons apele si est el bois entrés.
Quant il vit les puceles, molt en est effreés
Et de la biauté d'eles est issi trespensés
Q'il en jure son chief, qui d'or est corounés,
Que ne s'en movra mais si iert quars jors passés.  [3370]
"Je commant, biau segnor, por Dieu, or esgardés!
Veïstes mais si beles en trestous vos aés?
Eles ont cler le vis plus que n'est flors de prés,
Les ieus vairs et rians plus que faucons müés.
Veïstes onc tels nes ne si amesurés?
Les bouches ont bien faites, ja mais teus ne verrés
A baisier n'a sentir, en cel païs n'irés,
Et ont les dens plus blanches qu'ivoires reparés
Ne que la flor de lis q'amaine li estés.
Bien sont faites de cors, grailles par les costés, [3380]
Mameles ont petites et les flans bien mollés.
Les unes sont vestues de bons pailes röés,
Les pluisors d'ostorins et li mains de cendés;
Toutes ont dras de soie tout a lor volentés.
Nule riens ne lor faut, ains ont de tout assés
Fors compaignie d'omes et si'n est grans plentés.
Or sejornons o eles, molt nos ont desirrés."

[3.194]Dedevant la forest ot un pont torneïs
Sor l'eaue de Clarence, qui vient de Valbrunis,
Les estaches du pont sont de marbre voutis    [3390]
Et les solives sont toutes a or massis
Et les planches d'yvoire a bons esmaus treslis.
De l'autre part du pont ot un tresgeteïs,
Deus enfans de fin or fais en molle fontis;
Li uns fu lons et grailles, l'autre gros et petis,
Menbres orent bien fais, vis formés et traitis.
Si com l'os aprisma et il oënt les cris,
Chascuns saisist un mail, li pas est contredis.
Desor aus ot deus briés, que uns clers ot escris,
Qui les fait par augure deffendre au passeïs.   [3400]
Alixandres descent du destrier arrabis
Et monte sor le pont si s'est outre escuellis.
Qant vit les deus enfans qui ont les mals saisis,
Il se retraist arriere, qu'il cuide estre peris.

[3.195]Qant li rois vit les deus qui se vont deffendant,
Ses compaignons apele si lor dist en riant:
"Je voi outre cel pont une mervelle grant:
A l'entree de la deus enfans en estant.
N'i cuit ja mais passer en trestout mon vivant,
A deus grans mals d'acier se vont escremissant."  [3410]
Qant li baron l'oïrent qu'iluec sont atendant,
En la place ont guerpi maint destrier auferrant
Et montent sor le pont qui plus tost puet courant,
Vont veoir la mervelle que li rois vait contant.
A tant i sont venu li dui viellart persant
Qui par tous les desers vont le roi conduisant
Et toutes les mervelles de la terre mostrant.
Alixandres lor dist: "Segnor, venés avant.
Dites par quel maniere sont ici cist enfant."
Li ains nes li a dit que por lui fera tant    [3420]
Q'il fera remanoir trestout l'enchantement.

[3.196]Li viellars li a dit qu'il lor fera laissier
Les mals et l'escremie dont il sont constumier.
Alixandres li prie qu'il penst de l'esploitier,
Plus li donra fin or qu'il ne porra baillier.
"Sire, dist li viellars, ne vos chaut a coitier;
Laissiés moi belement atorner mon mestier.
Je en ferai ja un en l'eaue trebuchier,
Que vostre oel le verront a un poisson mengier,
Et l'autre en porteront diable et avresier."   [3430]

[3.197]Pres de l'enchantement s'est cil agenolliés
Et saut du pont en l'eaue si revient sor ses piés.
Ses mains tendi en haut, contre mont s'est dreciés,
Puis se rabaisse a val, deus fois s'i est plongiés.
Et a la tierce fois, qant il fu essiauiés,
Voiant tous ciaus de l'ost s'est li enfes bronchiés
Par tel aïr en l'eaue que tous est depeciés,
Voiant les ieus le roi est d'un poisson mengiés.
Puis que li uns d'aus fu en l'eaue perilliés,
Ne puet durer li autres, c'or li failli li piés.  [3440]
Uns diables l'en porte, qui forment en fu liés,
Les gambes li peçoie, les bras li a brisiés.
"E! Dieus, dist Alixandres, par les toies pitiés
De canque tu me dones soies tu grascïés;
Cil qui fist ces enfans fu molt outrecuidiés."
Les mals que cil avoient ont iluecques laissiés;
Alixandres i cort si s'i est ensaiés,
Il n'en meüst un seul por estre detrenchiés.

[3.198]Aprés le roi i courent tuit li per ensaier;
De folie se veulent pener et travellier,    [3450]
Le menor ne peüssent quatre buef charoier.
A tant s'en passent outre sergant et escuier
Et dansel et geudon et turcople et archier,
Qui estoient venu en l'ost por gaaignier;
Aprés passent les bestes qu'il mainent por mengier.
Qant il furent tuit outre, si dut solaus couchier.

[3.199]En la forest s'est l'os cele nuit ostelee,
Il n'ont autres osteus mais chascuns sa ramee.
Les puceles n'i firent plus longe demoree,
Chascune prist le sien sans nule recelee.    [3460]
Qui sa volenté vaut ne li fu pas veee,
Ains lor fu bien par eles sovent amonestee.
Cil legier bacheler qui tant l'ont desirree,
Qui pieç'a sont issu hors de la lor contree,
Chascuns n'i ot sa feme ne s'amie amenee,
Trestoute icele nuit ont grant joie menee
Tant que biaus fu li jors, clere la matinee.
Qant il vaurent mengier, la viande ont trovee,
A quarante mil homes la truevent conreee;
Il demanderent l'eaue si lor fu aprestee.    [3470]
Il vont a la margele, qui par lieus iert trouee
Et iert par artimaire molt menu tresgetee
Et reçoit le conduit qui vient par la baee.
Puis estendent les napes sor l'erbe a la rousee,
Sous ciel n'en a devise la ne soit a portee,
Chascuns a son talent la trueve asavoree.
Aprés mengier se vont deporter en la pree;
Qui vaut fruit de maniere ne chiere herbe loëe
Assés en pot avoir sans chose dev[e]ee.
En la forest s'est l'ost si trois jors sejornee,   [3480]
Tant que ce vint au quart, qu'ele s'en est tornee.
Alixandres regarde desous une cepee
D'un vermel cherubin qui ot la fuelle lee
Et iert a oisiaus d'or menüement ouvree.
Une pucele vit, bele et encoloree
Ainsi come nature l'avoit enfaçonee.
Onques plus bele feme ne fu de mere nee,
La char ot blanche et tenre comme noif sor gelee;
La biauté de son vis durement li agree,
Car la rougor estoit aveuc le blanc mellee.    [3490]
Qant li rois l'ot choisie et tres bien avisee,
Lors a dit a ses homes: "Une chose ai pensee:
Qui ceste feme avroit de cest convers getee
Tant que il la tenist en la soie contree
Bien en devroit on faire roïne coronee."
Dans Clins, li fieus Caduit, l'a sor un mul montee,
Ainsi com au roi plot ja l'en eüst portee.
Cele s'en voit porter, molt est espoëntee,
De la paor qu'ele ot quatre fois s'est pasmee,
Et regarde Alixandre, merci li a crïee:    [3500]
"Gentieus rois, ne m'oci, franche chose honoree,
Car se g'iere plain pié de la forest getee,
Qu'eüsse une des ombres seulement trespassee,
Sempres seroie morte, tels est ma destinee."
Alixandres l'esgarde, plus iert bele que fee;
Por ce qu'ele ot plouré ot la color müee.
Mervelleuse pité l'en est au cuer entree,
A terre la fist metre, a Dieu l'a commandee.
Cele s'agenolla, a terre s'est clinee,
Molt demaine grant joie qant se vit delivree,    [3510]
En la forest arriere s'en est tost retornee.
Puis ont une parole entr'eles porparlee,
Que l'ost convoieront belement a celee
Tant com l'ombre du bos porra avoir duree.
Cil de l'ost se mervellent, qui l'orent esgardee,
Torner vaurent arriere, quant au roi fu contee
Noveles que sa gent iert el bos retornee,
Mais li rois Alixandres a sa teste juree
Que se nus i remaint demie arbalestee,
Q'il le fera ardoir en fornaise enbrasee.    [3520]

[3.200]Alixandres apele les viellars ses conjure
Par cel dieu qui forma trestoute creature
Si lor a demandé: "Par com faite aventure
Sont en cel bos ces femes? Est ce lois ou droiture?
Dont vienent et que vestent? Qui lor livre pasture,
Qant a trestoute m'ost ont trové fornesture?
Font en eles as dieus nisune forfaiture?
Ou ont eles trové jovent qui tant lor dure,
Qant je n'i ai trové tombe ne sepulture?"
Cil li ont respondu, qui sorent lor nature:    [3530]
"A l'entree d'yver encontre la froidure
Entrent toutes en terre et müent lor faiture,
Et qant estés revient et li biaus tans s'espure,
En guise de flors blanches vienent a lor droiture.
Celes qui dedens naissent s'ont des cors la figure
Et la flors de dehors si est lor vesteüre,
Et sont si bien taillies, chascune a sa mesure,
Que ja n'i avra force ne cisel ne costure,
Et chascuns vestemens tresq'a la terre dure.
Ainsi comme as puceles de cest bos vient a cure,  [3540]
Ja ne vaudront au main icele creature
Q'eles n'aient au soir, ains que nuit soit oscure."
Et respont Alixandres: "Bone est lor teneüre;
Ainc mais a nule gent n'avint tele aventure."

[3.201]Li rois issi du bos et si home ensement,
Les puceles les guïent tant com li ombres tent.
Qant ne porent avant, si souspirent forment,
A terre s'agenollent voiant toute la gent
Et clinent Alixandre du chief parfondement,
A Dieu le commanderent qui le maint sauvement.    [3550]
Li dui viellart les guïent par un adrecement
Entre quatre montaignes par un val freolent;
Chascun an par nature i naissent cinc serpent
Qui getent fu et flambe, la terre art et esprent.
En icele valee se combatent li vent,
En tous tans i a froit et gele si forment
Onques solaus n'i luist, se li livres ne ment.
Iluec ot malvais siecle qui ot froit vestement,
Unes piaus i vausissent set mile mars d'argent,
Car tout li mieus vestu trembloient dent a dent.   [3560]
Puis truevent les mervelles des desers d'Orïent,
Couluevres et serpens qui mordent aigrement.
Qui la ot bones armes nes donast son parent,
Ains les tint pres de soi et son cors en deffent.
N'i vausist chascuns estre por l'or de Bonivent,
Car la terre sous aus peçoie et craulle et fent
Et li cheval i entrent tresq'a l'afeutrement;
Tuit li mellor destrier i devenoient lent.
Iluec fist grant folie qui a pié i descent,
Car la terre lor faut desous lor piés et ment;   [3570]
Le jor en i remerent, ce m'est vis, plus de cent.
Par mi une montaigne choississent un torment,
Quatre nues vermelles par devers Occident
Qui menoient entr'eles un tel tornoiement,
Tel noise et tel bataille et tel tanbuissement
Et plevoient le sanc ensi apertement
Que les goutes vermelles chaoient sor la gent.
N'i ot nul qui n'eüst sanglent son vestement,
Trestous li plus hardis i mua son talent.
Li rois en apela Tholomé son parent,    [3580]
Cliçon, le fil Caduit, et Perdicas le gent.
"Segnor, fait Alixandres, par le mien ensïent
Cis signes senefie molt grant destruiement.
Li dieu nos volent mal, trop alons folement."
Li dui viellart ques guïent li ont dit belement
Qu'il face l'ost remaindre si voist priveement
Por veoir les deus arbres devins isnellement
Et la chiere fontaine et l'eaue de jovent,
La ou renjovenissent toute la vielle gent
En l'aé de trente ans, por voir sans doutement,  [3590]
Qui quatre fois s'i baigne et contient sagement;
Mais bien se gart de plus et de mains ensement,
Car qui le devié passe n'i gaaigne noient;
Molt en a grant mervelle li rois quant il l'entent.
Alixandres en jure les dieus ou il s'atent
Ne laira por mal pas ne por perillement
Ne voie la fontaine se Dieus le li consent.

[3.202]Qant li rois mut de l'ost, lors pleurent li pluisor,
Car forment se cremoient de perdre lor segnor;
Molt se fïent el roi et il forment en lor.    [3600]
Alixandres chevalche, qui ainc n'ama sejor,
Et ot en sa compaingne maint fil de vavassor,
De ciaus ou plus se fie et ou plus a amor;
Li dui viellart ques guïent sont en molt grant freor.
Entrent en une terre qui trois fois arst le jor,
Qui n'en set la constume tost en a le pior;
A eure de midi fait li solaus son tor,
Adont sentirent tuit une si grant chalor
Que li chevel lor brullent de destrece et d'ardor;
Ainc n'i ot si hardi qui n'eüst grant paor.   [3610]
Mais li solaus s'abaisse devers Terre Maior,
Lors ont par l'ost sentie atempree froidor.
Issent de cele terre si vienent en mellor
Et entrent en une autre qui est de grant valor,
Ou ja la flor novele ne perdra sa coulor.
Voient les praeries dont l'erbe est en verdor
Et la chiere fontaine et l'eaue de douçor
Qui la gent rajonist quatre fois chascun jor.
De molt chiers arbrissiaus iert close tout entor,
La estoient les herbes qui sont de grant flairor,   [3620]
D'une lieue et demie en sentissiés l'odor.
Il n'i entre nus hom tant espris de dolor
Que ançois qu'il s'en isse ne soit en sa vigor.

[3.203]Segnor, de la fontaine vos dirai mon pensé.
Close est de riches arbres de si grant dignité
Q'a l'issue d'yver a l'entree d'esté,
Qant la flor renovele de droite naïté,
Tele odor ist du bos, ce sachiés de verté,
Plus souef eult d'encens quant on l'a enbrasé.
Par devant la fontaine ot un lion geté    [3630]
Qui estoit trestous fais de fin or esmeré.
Cel lioncel gardoient quatre serpent cresté
Et dui dragon volant de si male fierté
Q'avoient le païs d'entor si aquité
Que nus hom nen osoit entrer en cel regné
Baignier a la fontaine ne atouchier el pré;
Por un fil de dieuesse q'orent envenimé
Furent trestuit ensemble d'une foudre tüé.
En cel lioncel d'or du tans d'antiquité
Dedens ot un conduit sagement devisé,    [3640]
Ensi com l'orent fait enchanteor letré,
Dont li degous des arbres dont je vos ai conté
Descendent el conduit du lion d'or formé,
Qui iert en la fontaine de si grant richeté,
Et fors par mi la boche li issoit a plenté,
Si com fu par estude richement compassé.
Onques Dieus ne fist home, se la avoit esté,
De venin ne de poudre tant fort envenimé,
S'un petit i avoit dormi et reposé
Et eüst de cele eaue un petitet gousté,   [3650]
Ne s'en alast halegres et trestous en santé.

[3.204]La fontaine sordoit en mi la praerie,
Close iert de riches arbres, de petre, de tubie,
L'odour en sentissiés d'une lieue et demie,
Ja mais de tel fontaine nen iert novele oïe.
El mont n'a chiere pierre, meraude ne sardie,
Jagonce ne turcoise ne topasce esclarcie
Dont iluec nen eüst ainsi grant manantie;
Tant en ot environ que l'eaue reflambie.
Alixandres descent sor l'erbe qui verdie,    [3660]
Et tout environ lui estoit sa baronie.
Li conduis vient avant, molt doucement li prie
Que nus a la fontaine ne face roberie,
Qui en porteroit rien sempres perdroit la vie;
Et gart se bien chascuns de faire vilonie.
Qant Alixandres l'ot, ses homes en chastie,
Mais del jovent de l'eaue ne puet il croire mie
Ne ja n'en iert seürs des que la prueve die.
Antigonus i entre, qui la teste ot florie,
Qui tant avoit vescu que tous li cors li plie;    [3670]
Trois fois s'i est baigniés, mais de ce fist folie,
Q'a tant s'en vaut issir, por un poi qu'il ne nie.
Sempres i fust peris quant li conduis li crie:
"La quarte fois s'i baint, si iert l'uevre acomplie."
Qant il issi de l'eaue, ce sachiés sans boisdie,
Plus biau chevalier n'ot dedens lor compaignie,
Tous revint en jovent de sa bachelerie
En l'aé de trente ans, plains de chevalerie.
Alixandres le voit, ne puet müer n'en rie.

[3.205]La fontaine sordoit d'un flun de Paradis,   [3680]
De l'eaue d'Eufratés, qui depart de Tigris.
Trestous li pavemens est a cristal assis,
A listes de fin or i sont li quarrel mis,
Et li piler sont tout de blanc marbre et de bis.
En la fontaine entrerent li viel home de dis,
Ensemble en i baignierent plus de quarante et sis.
Quant il issent de l'eaue, par foi le vos plevis,
Bien resembloient tout chevalier de grant pris,
En l'aé de trente ans ont tout müés lor vis.
Alixandres les voit, de joie en a souris.    [3690]

[3.206]Li viellart qui le roi aloient conduisant
Et totes les mervelles de la terre mostrant
Sont venu devant lui si li dïent itant:
"Rois, bone est la fontaine que t'alions loant,
Baignié i sont ti home et müé li auqant.
Veés com somes viel et chenu et ferrant?
Cent ans avons passé et plus pres d'autretant;
Ja nos verrois müer tout en autre samblant."
En la fontaine entrerent ambedui soi veant,
Quatre fois s'i baignierent par le droit covenant.   [3700]
Qant il issent de l'eaue, par le pré vont joiant,
Dedevant Alixandre revinrent en estant;
A paines les connut, tant ierent avenant.
Li rois en apela Tholomé son parent,
Cliçon, le fil Caduit, et Perdicas le grant:
"Segnor, ce dist li rois, molt me vois mervellant.
C'est la graindre mervelle de cest siecle vivant
Que cist sont si müé qu'il sont joene et enfant."
Il les fist revestir d'un paile escarimant.
Quatre jors sejornerent par le pré verdoiant   [3710]
Por la chiere fontaine ou s'aloient baignant
Et por les bones herbes dont il i trovent tant.

[3.207]Au quint jor mut li rois, n'i vaut plus sejorner;
En la fastïene Ynde s'en voloit retorner,
Qant vit par les desers deus païsans aler.
Li rois lor vait encontre si lor fait demander
Se ja nule mervelle li savroient conter
Qui fust bone a oïr et digne a ramenbrer.
Cil li ont respondu: "Se nos veus escouter,
Ja te dirons merveilles ses porras esprover.   [3720]
La sus en ces desers pués deus arbres trover
Qui cent piés ont de haut et de grosse sont per.
Li solaus et la lune les ont fais si sacrer
Qu'il sevent tous langages et entendre et parler
Et tout dïent a home quanque il veut penser
Et qu'avenir li est et qu'il a a passer."
"Par Dieu, dist Alixandres, la me convient aler.
Se vos m'i conduisiés, plus vos ferai doner
De l'or moulu d'Arrabe que ne porrés porter."

[3.208]"Sire, font li viellart, ce nos fait esmaier;    [3730]
Se menés si grant gent, ne porrons esploitier.
Se tu veus tost aler et par tans repairier,
Ja mar iront o toi que seul cent chevalier."
Alixandres l'oï, prist soi a courecier;
Cuida qu'il le vausissent autresi engignier
Com li cent et cinquante que il eslist l'autr'ier,
Qant le durent en Bastre conduire et adrecier,
Qui par tous les desers le firent foloier,
Dont les cent fist li rois en l'eaue trebuchier
Dedevant la freté as bestes por mengier.    [3740]
Ansdeus les a fait prendre et commande a lïer,
Demain les fera pendre ou les testes trenchier.

[3.209]Peour ont li viellart du roi qui se marit,
Por amor Dieu li prïent qu'il escout un petit.
Or sont prest qu'il li jurent et que chascuns l'affit
Que il nel dirent onques por mal ne por despit.
Il li diront tout l'estre, metre face en escrit,
Et s'il nel trueve ainsi com il li avront dit,
Ardoir les face ou pendre, ja mar avront respit;
Car cinc cens chevaliers, mais qu'il soient eslit,   [3750]
Conduiront o le roi a joie et a delit;
L'autre gent s'en retort et Porrus les en guit.
"Par Dieu, fait Alixandres, assés avés bien dit."
Or a ce qu'il demande, de joie s'en sourit,
A Tholomé commande ques gart et ques delit.

[3.210]Alixandres apele Porrun, qui estoit rois,
Dist lui qu'il li conduie la grant ost Grigois,
Chameus et olifans et tout l'autre harnois,
Et si l'atende en Ynde ou en terre caspois,
Car si com li ont dit li doi viellart yndois,    [3760]
Qui li ont dit des arbres le convine et les lois,
Entr'aler et venir n'i metra que un mois.
Ne laira por mal pas ne por autre deffois
Qu'o quarante mil homes de chevaliers cortois
Qu'il n'aut veoir les arbres q'on claime d'Ibronois.

[3.211]Au quint jor mut li rois, li viellart vont avant
Et chevalche chascuns un bon mulet amblant
Por ce qu'il vont souef et tout a lor talant.
Plus aiment Alixandre que nul home vivant,
De lui mal engignier ne font mie samblant,    [3770]
Dïent li q'a ses homes prit a tous et commant
Que il facent grant noise et si voisent cornant,
Si s'ira la vermine des desers defuiant;
Les maus pas lor eschievent, que nus d'aus n'i ahant.
Tres par mi les grans tertres les vont si adreçant
Qu'a quatorze jornees avalent un pendant
Et se sont herbregié tout de soleil luisant.
Le mengier aparellent li quieu et li sergant,
Assirent au souper si firent joie grant;
Entr'aus et les deus arbres n'a de terre un quadrant.   [3780]

[3.212]Qant li rois ot soupé a grant joie et a gas,
Vint desq'au lieu des arbres, qui fu fais a compas,
Et ot en sa compaigne trois cens Mascedonas.
Uns prestres lieve sus qui ne fu mie ras,
Velus fu commë ors et esnüés de dras;
As orelles li pendent li onés et topas
Et pierres prescïeuses de l'eaue d'Eufratas;
Et ot dens comme chiens, noirs fu com charbons ars,
Et ot bien de hautece grans quinze piés eschars.
Alixandres l'esgarde, cuida fust Satanas,    [3790]
De la paour qu'il ot ne fist avant un pas.
Tel chose dist li prestres qui ne fu mie gas:
"A vallet n'a meschine se tu geü nen as,
Tant pués aler avant q'as arbres toucheras.
Et se tu nen ies chastes, ça dehors t'esteras,
Tu et ti compaignon qu'aveuc toi amenas.
De ce que veus enquerre en ton cuer penseras
Et de tout ton pensé la verité orras,
Et si que de ta bouche un seul mot ne diras."
Qant li rais de la lune fu par les rains espars,   [3800]
La vois qui ist des arbres dist au roi: "Que feras?
Onques ne fus vaincus ne ja ne le seras,
Et si criems morir d'armes, ja mar en douteras.
A un an et set mois en Babilone iras;
Mais enterra li mois quant tu i parvenras
Ne ja outre cel mois un seul jor ne vivras.
Sires seras du mont et a venim morras."
Li rois ot la parole si tint le chief en bas,
Fremist et devint noirs et de parler fu quas,
Ne pot sor piés ester, tant fu de paor las.   [3810]
Si compaignon font duel et descirent lor dras,
Il n'i vausissent estre por tout l'or de Baudas.

[3.213]La nuit veilla li rois, molt fu grans la froidors,
A l'aube aparissant commença la chalors.
Qant des rais du soleil feri es rains l'ardors,
La vois qui vint des arbres a dit au roi: "Acors!
Ta mere fist ton pere hontes et deshonors,
De laide mort morra, de li n'iert dels ne plors,
Toute dessevelie gerra es quarrefors,
Ne la verra cil hom qui n'en pregne paors,   [3820]
Nis li oisel de l'air la mangeront et ors.
Mais n'ira mie ainsi de tes beles serors,
Ains seront bones femes si prenderont segnors
Si lor porteront foi et morront es honors.
Aristotes tes maistres, qui des autres est flors,
Avra tous jors grant los comme sages doctors.
D'aler en ton païs te prent molt grans tenrors,
Tu n'i enterras mais, vaine est ceste douçors;
Ja ne verras de Gresce les palais et les tors,
Morras en Babilone, ce sera grans dolors."   [3830]

[3.214]Qant li rois ot oïle respons du matin,
Tant que la lune luist atendi le serin;
Paor ot de la mort si tint le chief enclin.
La vois qui ist des arbres dit au roi en latin:
"Tu ne fus onc vaincus, ja ne perdras ton brin,
Et criems molt morir d'armes, mais tout el en devin.
A un an et uit mois est termes de ta fin,
Iras en Babilone sus el palais marbrin,
Cil dont tu mains te gardes t'ocirront a venin.
Je ne te dirai plus, va t'en tout ton chemin,   [3840]
Car se je te disoie de ta mort le traïn,
Ocirre les feroies a un tien barbarin
Et mau gré m'en saroient tuit li dieu infernin,
Car destorné avroie par mon sermon devin
Ce qu'il ont esgardé de toi et de ton lin."

[3.215]Li rois s'en va plorant et ses cheveus detire,
Fremist et devint noirs et remet comme cire.
De la paor qu'il a parfondement souspire,
N'a home en sa compaigne qui ait talent de rire.
Si baron le confortent si li dïent: "Biau sire,  [3850]
On ne gaaigne riens en courous ne en ire.
Mangiés un petitet, ne vous chaut a defrire,
Car ce savés vos bien et l'avés oïdire
Que de la mort n'eschape li mieudres ne li pire;
Mors est Adams meïsmes que Dieus fist a sa tire.
Se vos savés le terme, nel devés contredire,
Car or deviserés com iert de vostre empire,
Sel manderés en Gresce si le ferés escrire."
Et respont Alixandres: "Dit m'avés grant remire."

[3.216]Li rois voit ses barons environ lui plorer    [3860]
Et lor cheveus desrompre et lor dras descirer.
Por sa gent esbaudir se prent a conforter;
Puis a demandé l'eaue s'est assis au disner.
Et a dit a ses homes: "Cest duel laissiés ester,
La mors n'est pas teus chose que on puist eschiver,
Ains la convient a tous soufrir et endurer,
Car deci a mon terme ne m'estuet riens doter.
Aincois (l. Ainçois) que li jors viegne qu'avés oïnomer
Seront mort dis mil homes qui tuit sont bacheler,
Qui cuident sain et sauf en lor terres torner.   [3870]
Assés i a grant terme por grant los achater,
Ja ne finerai mais de terres conquester
Jusque de tout le mont segnor m'orrai clamer.
Ne por paor de mort ne lairai a aler
Ne praigne Babilone q'ai tant oïloër,
Car avoir veul la tour qui au ciel dut fremer
S'ocirrai le serpent qui la cuide garder."

[3.217]Meüs est Alixandres, en Ynde s'en retorne
La ou Porrus l'atent et toute l'ost sejorne,
De grant duel fait samblant ne de riens ne s'aorne.   [3880]
Por ce qu'il fu pensis, et sa compaigne morne,
S'aperçut bien Porrus, qui ot la teste auborne,
Q'il ot oïtel chose qui a nul preu ne torne.

[3.218]Porrus vit Alixandre des deus arbres venir,
A l'encontre li vint si li dist son plaisir.
"Sire, fait il au roi, de vos volons oïr.
Dites nous, s'il vos plaist, que vos doit avenir."
Alixandres respont: "Ne vos en quier mentir:
Sires serai du mont trestout a mon plaisir."
Qassement li respont, ne puet son duel covrir.    [3890]
Porrus se porpensa qant le vit amornir,
Vit les pers conseillier et main a main tenir,
De ciaus qui s'entralïent oïles fois plevir.
Le jor pensa Porrus, la nuit ne pot dormir;
Por ce qu'il nes veoit jouer ne esbaudir
Sot bien en son corage, que tres bien set covrir,
Q'Alixandres pensoit a ce qu'il dut morir.
Fors lui n'a sous ciel home qui l'osast envaïr
Ne qui riens nule osast vers lui contretenir.
Por ce qu'il l'avoit fait de bataille fuïr,   [3900]
S'en cuide bien vengier se il en a loisir.
Et que li rois ne sache qu'il le veulle traïr,
Por le roi corecier commence a messervir
Et manace ses homes et fait as siens laidir;
Cil s'alerent clamer, qui nel porent souffrir.
"Porru, dist Alixandres, veus tu me dont guerpir,
Qui manaces mes homes et fais as tiens laidir?
Le don que t'ai doné ne te veul retolir;
Se tu te veus de moi ne sevrer ne partir,
Ne te veul de parole ne blasmer ne laidir.   [3910]
Je te donrai congié s'il te vient a plaisir,
Va t'ent en ta contree, fai tes cités garnir.
Et se tu teus estoies que vausisses issir
Ne vers moi cors a cors de bataille aatir,
M'espee qui bien trenche te cuit faire sentir;
Mais tant com ies a moi ne te veul desmentir,
Entre Ynde et les desers vaudrai cest plait furnir."
"Sire, ce dist Porrus, ce veul je bien oïr;
Encor vos en pöés tout a tans repentir,
Car je sai bien de lance et d'espee ferir."   [3920]
Lors respont Alixandres comme hom de grant aïr:
"Se vos ne savés bien le chaple maintenir
Et d'espee et de lance, ce vos di sans mentir
Q'a seür pöés estre de la teste tolir."

[3.219]"Porré, dist Alixandres, qu'est tes sens devenus?
Or ne te menbre mie de l'eaue de Calus?
Qant je i ving poignant et li chans fu vaincus,
Moi fu tes brans d'acier presentés et rendus;
Tu cuidas estre mors et as forches pendus.
Por ce que tu fus humles et de sorparler mus   [3930]
Et le pié me baissasses se j'en fuisse creüs,
J'oi de toi tel pitié et te fis teus vertus
Que lors fus de ta terre saisis et revestus
Si eüs tes prisons deslïés et rendus.
Tu juras a tes homes par tes dieus mescreüs
C'onques si larges hom ne fu el mont veüs;
Les dons que t'ai doné ai malement perdus.
Va t'ent en ta contree, rompus est li festus,
Ja ne t'amerai mais ne ne seras mes drus.
S'en champ te puis trover, mors es et confondus,  [3940]
Ne te puet garandir ne haubers ne escus
Que desi qu'es arçons ne soies porfendus."

[3.220]Lors s'en torne Porrus, mal est partis du roi;
Semont toute sa terre et met en tel effroi.
Il en jure ses dieus et son chief et sa loi
Que tant comme Ynde dure mar i remanront troi
Qui puissent porter armes ne joster en tornoi;
Et se nus i remaint, il en plevist sa foi
Que il iert griilliés ou rostis en espoi.
Tresq'a quarante jors portent pain et conroi;    [3950]
Ne laira por paor ne por autre boufoi
Q'entre Ynde et les desers ne se mete el chaumoi.
Ja ains ne remandra li consels de par soi
Tant que li Grieu seront en bataille tuit coi;
Ou il ou Alixandres en sera pris au broi.

[3.221]Porrus semont ses homes si effr[e]eement,
Qu'il en jure ses dieus et canq'a aus apent
N'a si lointaing ami ne si prochain parent,
Se il ne vient a lui a grant efforcement,
Que il nel face pendre et presenter au vent.    [3960]
Li arbalestier furent plus de mil et set cent,
Onques Dieus ne fist home qui nombrast l'autre gent.
Soissante chevaliers des melors d'Ynde prent
Et vient a Alixandre, sa terre li deffent
Que il n'i entre mais ne n'i pregne noient,
Car s'il le trovoit ens tant com uns ars destent,
Ja ains ne seroit hors qu'il le feroit dolent.
Alixandres l'oïparler si fierement,
A malvais se tenra se il ne s'en repent.

[3.222]"Porré, dist Alixandres, or ies en ta contree,    [3970]
Assés m'as manecié et ta terre veee,
Orguel et grant folie as faite et porpensee.
Vois tu la ma compaigne qui tant est redoutee?
Toute la gent du mont n'avroit vers li duree,
Tu l'as ja par deus fois en bataille esprovee.
Cil qui riens n'ont forfait por q'en prendront colee?
Combatons nos andui cors a cors en la pree,
Et se tu me pués vaintre et conquerre a t'espee,
Je te dirai la fin qui t'iert asseüree:
Mi home s'en iront tuit cuite en lor contree,   [3980]
N'en porteront du tien vaillant une denree;
Et se je te puis vaintre, j'ai ta terre donee."
"Par foi, ce dist Porrus, ains l'avrois comperee.
Ceste fins que me dites se m'est asseüree,
Ja mais ceste bataille ne sera trestornee."

[3.223]De la bataille faire l'aseüra li rois,
Ambedui la plevissent et jurent sor lor fois.
Porrus s'est tost armés, voiant tous les Grigois;  [3988a]
Il vesti une broigne serree de grant pois,    [3988b]
Li pan et la ventaille en sont d'or espanois,
El cercle de son hiaume sont paint li douze mois;   [3990]
Et ses escus fu fais d'un grant poisson marois,
Desus fu covers d'or et dedens fu tous blois;
A son col le pendi par la guige d'orfrois,
De plaine terre saut sor le destrier norois.
Qant se fu eslaissiés, de ce fist que cortois
Q'il escria s'ensegne quatre fois en yndois.

[3.224]Alixandres s'arma a guise de vassal;
Il vesti une broigne, ainc nus hom ne vit tal,
Car ja hom qui la porte n'avra dolor ne mal;
El cercle de son elme sont molt cler li esmal.    [4000]
Son escu a son col, sailli sor Bucifal
Et a pris un espié o la hante poingnal;
La ou il vit Porrun, s'eslaissa en l'ingal.
Porrus le vit venir, si l'atent a estal;
Si le fiert en l'escu el senestre costal
Que son glaive depiece tres par mi le cheval.
Li rois le vait ferir a la guise mortal,
Que la broingne li trenche les la vaine orgenal;
Rompent les estrivieres et engles et poitral.
Tant com hanste li dure l'eslonge du cheval;    [4010]
Trestous joins s'en passe outre et fait le tor roial.

<<< >>>