<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.225]Ançois que li rois fust arriere repairiés,
Se fu Porrus levés et en estant dreciés.
De riens n'est Alixandres desjoins ne deslïés,
La ou il vit Porrus vers lui s'est adreciés.
Qant cil le vit venir, forment s'est esmaiés,
Sot que li rois fu fors et trenchans ses espiés;
S'il le fiert contre terre, mors est et escachiés.
A une part se traist, car el cors fu plaiés.
Alixandres li dist: "Por noient guenchisciés,  [4020]
Onques ne fu encor geudons par moi touchiés."
Qant Porrus l'entendi, vers lui s'est aprochiés
Et traist le branc d'acier, qui n'estoit pas oschiés,
S'en a a Bucifal les deus garés trenchiés;
Li chevaus chiet a terre, li rois vint sor ses piés.
De ce fu Alixandres coureçous et iriés.

[3.226]Li rois fu a la terre, ses chevaus fu perdus,
Mais por ce n'est il mie recreans ne vaincus.
La ou il vit Porrun, seure li est courus;
Li dels de Bucifal li iert ja chier vendus.    [4030]
O les brans acerins detrenchent lor escus;
Ains qu'il se fust de lui partis ne desrompus,
Le navra en trois lieus du branc qui fu molus.
Alixandres le haste, qui se fu irascus,
Trois plaies li a faites, bien fu en char ferus;
Del sanc qui ist de lui est molt grans li palus.
La coiffe del hauberc, dont les las ot rompus,
Li vint sor les espaulles et li chiés remest nus.
Ja chaïst a la terre pasmés et estendus,
Qant il fu par le roi souspoiés et tenus;   [4040]
S'espee li veut rendre et se claime vaincus.

[3.227]"Porré, fait Alixandres, molt fus ja mes privés,
Tes cors et tes avoirs me fu abandonés,
Et se tu ne te fuisses de m'amor dessevrés,
Li dons de Babilone t'eüst esté donés.
Qant tu vaincus te claimes et a moi t'ies livrés,
Ne seras mais par moi de mal faire adesés,
Ains te donrai respit tant que soies sanés,
Por ce que seürs soie par ostages livrés,
Qant seras de tes plaies garis et respassés,  [4050]
Que tu venras el champ sor ton destrier armés;
Lors avras tes ostages garis et aquités."
"Sire, ce dist Porrus, malement sui navrés.
Par la vostre merci a mes homes alés,
De ciaus que vos plaira trente m'en amenés."
Alixandres meïsmes i est a pié alés.
Et quant fu des ostages molt bien asseürés
Et que Porrus li ot par sairement livrés,
Alixandres remest et cil en fu portés.

[3.228]Li rois s'est desarmés, iluec se hebrega,    [4060]
Son cheval vit morir, mervelles l'en pesa.
Ainc vilains de la terre mie n'en escorcha,
Au trenchant de l'espee trestout le detrencha;
Des crins ne de la ceue nus hom nen adesa
Ne onques de la char chiens d'Ynde ne gousta;
Une fosse fist faire, molt parfont l'enterra.
Une cité i fist, de haut mur la ferma;
Les homes de la terre trestous i amena,
Desque pueplee fu, onques ne s'en ala;
Mist li non Alexandre au pui Bucifala,    [4070]
Ce fu une cités que mervelles ama
Por amor son cheval que ja n'oublïera.
Maintes fois por s'amor a ses deus ieus plora,
Biau don li a doné et bien franchie l'a;
Ja n'iert homs si faidis, des que la parvenra,
Que ja i ait regart tant comme il i sera.
Aristé oiant tous par non en apela,
Voiant tout son barnage la cité li dona.

[3.229]Porrus s'en fait porter a son mellor repaire,
Mire ot a son talent cortois et de bon aire    [4080]
Qui tel poison li done tout le cuer li esclaire;
Onques riens n'i remest de venin ne de glaire,
L'entrais qui fu as plaies fu bons et souef flaire.
En vint jors fu plus sains que faus qui gerpist s'aire
Et voit de la bataille qu'il ne s'en puet retraire,
Il en est plus dolens assés que il ne paire.
Por ce qu'il fu assés plus d'Alixandre maire,
Li cuide il faire mal et grant honte et contraire.
En son espié trenchant fist une hante faire
Bien deus toises plus longe que l'Alixandre n'aire;   [4090]
Par ce le cuide abatre et l'ame du cors traire
Q'il puisse a lui ataindre et mal li puisse faire,
Car autrement, ce pense, ne li puet il forfaire.
Qanque Porrus engingne tout ce ne monte gaire,
Car ainc nel pot lever ne de l¹arçon fors traire.

[3.230]Porrus fu sains des plaies, mire ot a son talent.
Qant ot le cors gari et sain et combatant,
Por ce que Alixandres l'avoit fait recreant
Vergoingne ot vers ses homes, molt s'en vait eschievant.
Par quatre chevaliers et par un drugemant    [4100]
A mandé Alixandre selonc le covenant
Pres est de la bataille, mais que le jor li mant.
Li messagier monterent si sont alé avant
Et truevent Alixandre, le hardi combatant,
Ou juoit as eschés a Tholomé le grant.
Li message s'arestent devant lui en estant:
"Sire, Porrus te mande pres est del covenant.
Se tu veus la bataille, di li le jor devant,
Si t'apareille bien, car il vendra avant."
Qant Alixandres l'ot, tous taint de maltalant,    [4110]
Aristé apela par molt fier hardement,
Dona li trestoute Ynde desi q'en Oriant,
Le palais et la trelle trestout a son commant
Et la terre de Bastre, que il pot amer tant;
Puis revient as messages si lor dist en riant:
"Segnor, dist Alixandres, franc chevalier vaillant,
Ce me dites Porrun: trestout a son vivant
Ai donee sa terre Aristé par mon gant,
Bucifal veul vengier, dont j'ai le cuer dolant.
Se le matin n'est ci a l'aube aparissant,   [4120]
Tous sera parjurés et sel ferai taisant,
Perdu avra sa terre, son or et son argent,
Si ostage n'avront ja mais par lui garant;
Vengier veul Bucifal a m'espee trenchant.
Tant com le savrai vif, n'avrai mon cuer joiant."

[3.231]Li message s'en tornent, arriere sont venu,
De quanqu'il ont oïnen ont un mot teü.
Li latimiers parole et a dit a Porru:
"Alixandres te mande et jure quanque fu,
Se demain ne l'atens sor Morel le crenu,    [4130]
Perdue avras ta terre et avras conneü
Que trestuit ti ostage seront encoreü.
Il a ja de ta terre Aristé revestu,
Si que nos l'avons tuit et oïet veü.
Bucifal veut vengier, dont a le sens perdu;
Hui matin se vanta a Tholomé son dru
Que demain te taudra le chief desor le bu."
"N'est mie de mervelle, Porrus a respondu,
S'il me tient por malvais et por escombatu;
Chacié m'a de bataille et cors a cors vaincu.  [4140]
Se mi dieu me garissent ma force et ma vertu,
Ains avrai rout l'auberc et percié mon escu
Que il ait mon païs que maint jor ai tenu."

[3.232]La nuit se jut Porrus et fu en grant freor.
Por ce que Alixandres avoit doné s'onor,
Ne li caut de sa vie ne de mort n'a paor;
Au matin crient targier, de ce fu en error.
Qant vit l'aube aparoir et du soleil l'ardor,
Il a prises ses armes et monte el missaudor,
Vint au tref Alixandre, le roi mascedonor.    [4150]
Por ce qu'il fu desvés et plains de grant iror,
A dit au roi tel chose qui torna a folor:
"Alixandre, fait il, escoute ma clamor,
Es desers te gardai a joie et a baudor
Tresq'as bonnes Artu, ainc n'i sentis dolor,
Et je soufri por toi et le vent et l'ardor,
La noif et la gelee et la roisde froidor
Et te servoie bien et tenoie a segnor.
Qant tu venis des arbres ou alas a cremor,
Vers toi m'ont encusé ti serf losengeor.  [4160]
Je ne m'en tornai mie a loi de traïtor,
Ençois te deffiai et parti de t'amor.
Geü as en ma terre et esté a sejor,
Onques tant ne prisas ne moi ne ma valor
Que ne l'aies donee a un tien vavassor.
De tous les plus malvais me tiens au noaillor
Et je si sui por voir: je me tieng au pior
Qant je daignai servir a fil d'enchanteor.
Mi ostage sont cuite, je sui pres de l'estor;
Ancui verront cil d'Ynde et li Grieu soduitor   [4170]
A nos brans acerins qui avra le le mellor."

[3.233]Laidement a Porrus le roi araisoné
Qant fil d'enchanteor l'a son oiant clamé.
Alixandres l'esgarde sel tient por forsené,
Ne li daigna respondre ne li a mot soné.
De mervelloses armes a son cors conreé.
La sele li ont mise sor le vair Tholomé;
Ce estoit uns chevaus mervelles alosé,
Il n'ot en toute l'ost destrier si abrievé;
Toute la crope ot noire, blanc furent li costé,  [4180]
Ansdeus les cuisses plaines, si pié furent caupé,
Les espaulles ot yndes et le col ot tieulé
Et la teste vermelle par lieus de blanc mellé.
Alixandres i monte par son estrier doré
Et pendi a son col un fort escu listé
Et tint en son poing destre un espié neelé;
La ou il vit Porron si l'a araisoné:
"Porré, dist Alixandres, je te tieng por desvé.
L'autr'ier te combati cors a cors en cest pré;
Qant je t'oi abatu et ens el cors navré,  [4190]
Tu me crias merci; je l'avoie enpensé,
Se tu te deduississes a loi d'ome sené
Et mon cheval n'eüsses ocis ne afolé,
M'ire et mon maltalent t'eüsse pardoné,
De quanque m'as mesfait ne fust ja mot soné.
Or me ras dit folie; ses qu'i as conquesté?
Ne te lairoie vivre tant qu'il fust avespré
Por tout l'or de cest mont, tant t'ai cuelli en hé;
Se je te puis sorvaincre, le chief avras caupé."
"Sire, ce dist Porrus, ja est ce tout passé; [4200]
Vos en repentirés, a tort m'avés blasmé.
Mi ostage sont cuite qui vos furent livré,
Ves me ci de bataille garni et et apresté."
Li uns broche vers l'autre, si se sont desfïé.
Porrus ot longe lance, si l'ot ains enversé
Q'il puisse a lui ataindre ne qu'il l'ait adesé.
Cil de Bastre cuidierent qu'il l'eüst aterré,
Tuit crïerent ensamble si ont un hu levé;
De joie qu'ot Porrus s'eslaisse en mi le pré.
Alixandres saut sus, n'i a pas demoré;    [4210]
Ja comperra Porrus, bien le ra encontré.

[3.234]Il brocent les destriers, chascuns est aïrés.
Grans caus s'entredonerent es escus painturés,
Desous les boucles d'or les ont frais et troués,
Molt sont fort li hauberc qant il nes ont faussés;
L'uns ne l'autres ne chiet, si est chascuns pronés.
Este les vous au chaple o les brans acerés.
Porrus a trait l'espee dont li poins est dorés,
Vait ferir Alixandre sor l'elme qu'est gemés
Que les flors et les pierres en a jus arasés,   [4220]
De l'escu un quartier, qui a or fu listés,
Et tant com il consieut del hauberc qu'iert saffrés
Et la chauce de fer et l'esperon de les;
Damedieus le gari q'en char n'est adesés.
Por quant si est li rois si forment estonés
Por poi ne chaïjus du cheval tous armés.
Cil d'Ynde et cil de Bastre en ont lor cris levés:
"Vassaus, rendés vos tost, que ne soiés tüés."
Et la gent Alixandre s'escrie de delés:
"Que fais tu? Tien te bien, gentieus rois coronés. [4230]
Onques mais por caup d'ome ne fus si aterrés,
Nous somes trestuit mort se tu es affolés."
Et cil de l'autre part ont si grans cris levés
Que n'i puet oïr goute nus hom de mere nes;
Vis est que se combatent et qu'en soit mort assés.
Porrus oïla noise et le cri qu'est levés,
Pensa que de ses homes i fust aucuns mellés,
Il en ot grant paour si les a escoutés,
Devers l'ost se retorne si les a esgardés;
Il a fait grant folie, tost en iert affolés.   [4240]

[3.235]Alixandres se drece, tuit en sont irascu,
Et entendi la noise et le cri et le hu.
A ce que tuit l'esgardent, a bien aparceü
Que la dolor qu'il ot de la soie gent fu.
Il esgarde sor destre si a choisi Porru,
De Bucifal li poise que il avoit perdu
Et del ruiste contraire que il li ot rendu,
Que dist au pavellon fieus d'enchanteor fu;
Se il or ne se venge, tient soi a confondu.
Il a traite l'espee, qui le branc ot molu;    [4250]
Dementres que Porrus a de la entendu,
A mont desor son elme li a grant caup feru.
Ne li vaut ses haubers la monte d'un festu
Q'il n'en trenche la teste et le vis et le bu
Et la sele d'yvoire et le cheval qernu,
Quatre moitiés en fist devant soi en l'erbu.
Cil d'Ynde et cil de Bastre i sont poignant venu,
Et dist li uns a l'autre: "Mervelles ai veü.
Alixandres est fiers et de molt grant vertu."
Sor lui a grant effors sont tuit acoureü;    [4260]
Et la gent Alixandre se sont tuit esmeü,
A force i acoururent li grant et li menu.
Et li home Porrus sont forment irascu,
Ja l'eüssent ocis ou pris ou retenu,
Qant vers aus tent ses mains si lor a respondu.

[3.236]"Segnor, dist Alixandres, laissiés m'a vos plaidier.
Se vos volés bataille ne estor commencier,
Ce sera grant folie, trop me troverés fier.
Vos n'avés qui vos gart ne face ralïer;
Vostres sires est mors, ne vos puet mais aidier,  [4270]
Et je vos di por voir que a l'estor premier
Serés tuit desconfit, ja n'en irés entier.
Mais rendés vos a moi et chasé et princier,
Car tant com jou vivrai avrai chascun molt chier."
Qant cil l'ont entendu, merci li vont proier,
A lui se rendent tuit sergant et escuier
Et aprés li haut home, baron et chevalier.

[3.237]Porrus gist a la terre en deus moitiés caupés.
Tuit le pleurent cil d'Ynde, car molt estoit amés,
Et des Grigois meesmes la flor et li barnés,   [4280]
Q'il lor soloit doner or et argent assés,
Chevaus et palefrois et bons muls sejornés
Et dras et gonfanons, tout a lor volentés.
D'Alixandre meïsmes est il molt regretés
Et de chevalerie molt proisiés et löés;
De la gent de la terre est forment dolousés,
Li barnages de l'ost est iluec assamblés,
Qui le plaignent et crïent: "Gentieus roi et senés,
Com vous nos laissiés hui dolans et esgarés!
Gentieus hom, preus et sages, de tous biens apensés,[4290]
De conseil et d'aïde en tous tans porpensés,
Li avoirs de nos terres est hui anïentés,
Li deduis, li depors est ore tous alés.
Molt par est grans dolors q'encore ne vivés,
Car de vos enemis estïés redoutés
Et de tous vos amis proisiés et honorés;
Vous leur donïés bours et chastiaus et cités.
Qui maintendra vos terres, ou sera il trovés,
Et nos tuit que ferom? Sire, car respondés
Aprés toi morrons tuit, cist dons nos est donés,[4300]
Et aprés toi irons puis que tu es finés."

[3.238]Si grant duel fait chascuns que nus nel puet veïr,
Qui les voit ne se puet de plourer astenir,
Car tant fort se dementent que nus nes puet oïr.
Li rois est les le cors, onc nel vaut deguerpir,
D'un paile d'Oriant le fait bien sevelir.
Por ce que en sa vie le fist si bien servir,
Et qu'il fu nobles hom et de tant grant aïr,
Li fist tel sepulture et fonder et bastir
Dont il sera parlé tresq'au siecle fenir.   [4310]
Une cité fist faire et de haut mur garnir
En l'onor de Porron, qant l'ot fait enfoïr.
Tresque pueplee fu ains ne s'en vaut partir,
Et a fait par la terre et crïer et banir
Que Alixandre ait non, si la veut establir.

[3.239]Porrus gist a la terre, ains li rois nel guerpi,
Ains prie Damedeu que il en ait merci.
Au cors sont assamblé cil de Bastre et li Gri.
Li douze per le pleurent qant l'orent seveli,
Car maint don lor dona et maint jor les servi.    [4320]
Un molt riche sepulcre li a li rois basti,
Tresq'en la fin du siecle nen iert mis en oubli.
Une cité i fist, de haut mur la garni,
Devant qu'il l'ot pueplee onques ne s'en parti;
Alixandre l'apelent de sornon la Porri.

[3.240]Cil d'Ynde et cil de Bastre, li prince et li chasé,
Tout droit a Alixandre en sont trestuit alé,
Tuit sont prest qu'il li facent fiance et seürté.
Li rois a fait venir devant lui Aristé
Et dist lor que il facent a celui feeuté;   [4330]
Devant lui ont iluec et plevi et juré.
Et qant il orent fait iluec la feeuté,
Alixandres lor prie qu'il soient si privé
Et servent par amor lor segnor Aristé;
Et cil ont respondu et bien acreanté
Que il l'ameront plus c'ome de mere né.
"S'il nos aime et fait bien, nos l'en savrons bon gré
Et serons du servir garni et apresté."
A Aristé en vienent, congié ont demandé,
Car chascuns s'en reveut aler en son regné;   [4340]
Et il l'a a chascun otroié et graé.
Li rois les aime molt et tient en grant chierté;
Por ce que il ont faite toute sa volenté,
De son avoir lor a molt largement doné.
De lui prenent congié si s'en sont retorné,
De lor segnor se partent par grant humilité.
Chascuns d'aus s'en retorne droit a sa fremeté,
Et la menue gent la ou ont conversé.
Molt se fait chascuns liés du segnor q'ont trové,
Molt le tienent a sage et a bien doctriné.   [4350]

[3.241]Li rois sot des deus arbres que on claime d'Ibroine
Qu'il ont dit qu'il morra a venim de syphoine.
Ses letres, ses sëaus tramist par testemoine
A Divinuspater, qui fu nes de Sydoine,
Et a Antipater, le fil au viel Antoine,
Q'il ne laissent por riens ne por nisune essoine
Q'a un an et un mois soient en Babiloine,
Si verront la richece qu'il maine par le troine,
Car n'a en sa compaigne si petite persoine
N'ait a fin or batu tous les pans de sa broine;    [4360]
Tant i a esmeraudes et pierres de sardoine
Qui valent le tresor au duc de Carcidoine;
Lor escu sont orlé de pierre de Midoine.

[3.242]Qant Divinuspater ot veü le seel,
Du maltalent qu'il ot descira son mantel,
N'i remest a desrompre atache ne noiel;
Antipater apele si li tent le brevel.
Qant il ot lit les letres, ne li fu mie bel,
Si estraint son poing destre que brisa son anel.
Or pleurent ambedui comme petit tousel,    [4370]
Et dïent: "Qant nos fumes meschin et jovencel,
Vesquimes en repos, chascuns en son chastel,
Et or somes tuit viel si devenrons hapel,
D'aler par le païs commencerons cembel,
Du chaut et du soleil avrons noire la pel
Et seront de suour porri nostre drapel.
S'Alixandres vit longes, tuit seromes mesel,
Ja mais tant com il vive n'avrons un jor de bel.
Mais se faisons que sage, faisons lui tel chaudel
Q'il nous laist en tel pais que soions damoisel,  [4380]
Car plus somes or vil que pute de bordel."

[3.243]Dist Divinuspater: "Cis rois nos tient por fox
Qui mande par ses letres, escrites sont a rox,
Q'aillons en Babilone, la dont fu nes Minox,
Por veoir la richece dont si home sont vox.
Qant travellier nos veut, molt nos puet estre grox,
Car ains q'aions passé les puis de Libanox
De nos armes porter avrons brisiés les ox.
A venim l'ocions, si abatons son lox,
De tous ses mandemens serons puis tuit assox."   [4390]
Et dist Antipater: "A bien poi ne vos chox.
Qui nos recepteroit? Qui ja seroit tant ox?
Dont n'a il tout le mont dedens son puing enclox?
On ne set home nul tant hardi ne tant ox;
Se nos n'alons a lui, trencheroit nos les cox.
Chevauchier nos convient, ja n'avrons mais repox,
A paines passerons les grans puis de Banox."

[3.244]Qant oient li cuivert que pas ne remanront,
Ou il veullent ou non, en Babilone iront
Au fort roi Alixandre, qui est sires du mont,-    [4400]
Il les mande por bien mais mal li meriront,-
Oés quel felonie et quel mal li feront:
Le venim apareillent a qoi il l'ocirront.
N'i remaint a cerchier ne bos ne val ne mont
Ne gaut ne desertine qui tant soit en parfont,
Por querre les serpens qui plus mortel i sont,
Car del plus fort venim abevrer le vauront
Qui soit en la contree et que il troveront;
Bien le çoilent entr'eus, mais pluisor le savront.
Encombrier lor doinst Dieus quant l'en abevreront!   [4410]
Si grant damage firent et grant duel par le mont.
Ja mais en lor vivant si bon segnor n'avront
Ne qui tel bien lor face ne tel avoir lor dont;
Molt grant pais avoit faite, mais or le comperront.
Li rois n'en savoit mot de ce que il li font,
Ains iert a joie en Ynde. Car pendu en fuissont!
Par matin sont monté, en Babilone vont.

[3.245]Alixandre iert en Ynde si n'avoit nul dehet,
En la cité q'ot fait sejornoit entreset.
Qant ele fu fondee, tours i ot cent et set,    [4420]
Ne crient assaut ne siege ne tornoi ne aguet,
Perriere ne berfroi n'engin qui ja soit fet.
Molt fu la cité bele et sist en un desert,
Il n'ot si aaisie, de ce soiés bien cert,
Enfresi que a Baudaire, ou fu né Dagobert.
Alixandres li rois a grant joie la let
A Aristé son dru et guerpist entreset.
Au matin est montés, en Babilone en vait.

[3.246]Par trestout Oriant est la novele alee
Que li rois Alixandres a si fort destinee    [4430]
Que sous ciel n'a cité de si haut mur fondee
Qu'a lui puisse durer nisune matinee;
Il est teus de son cors, c'est verités provee,
C'un chevalier armé trenche tout a s'espee.
Candace la roïne oïla renomee,
Tant l'ama en son cuer a poi n'en est desvee;
Ne puet prendre conseil comment soit sa privee,
Et se ele l'i mande, crient que n'en soit blasmee,
Et s'il ne vient a li, ce samblera posnee;
Mieus vauroit estre morte qu'il l'eüst refusee.   [4440]
Ne por qant si s'est tant vers lui abandonee
Que d'or molu d'Arrabe li envoie charee
Et charchie une mule de porpre a or fresee
Et soissante destriers du mieus de sa contree.
Cil qui le present portent l'ont au roi tant loëe
Que li rois l'aime tant qu'il l'a asseüree-
Il en jure sa teste qui d'or est coronee-
Que ja mar criembra home tant com il çaingne espee.
Li message revienent, la novele ont contee
Que li rois Alixandres l'a tant fort aamee    [4450]
Plus que nisune feme qui de mere soit nee.
"E! Dieus, dist la roïne, com sui boneüree,
Or puis je bien savoir li dieu m'ont regardee."

[3.247]Lie fu la roïne et maine grant baudor.
Des mellors dras de soie d'Ynde superior
Et de ciaus de Nubie charchié un missaudor,
Une ensegne de paile et paroles d'amor
Tramet a Alixandre, le roi mascedonor.
Aveuc ciaus envoia Apellés son paintor,
Que sor tous les paintors en porte cil la flor;    [4460]
Onques Dieus ne fist chose, s'il s'en met an labor,
Que il ne contreface autresi ou gençor
La façon et la forme, ja mar querrés mellor.
La roïne li prie a conseil celeor
Que du roi Alixandre li escrive l'ator.
Tant dis com Apellés fu iluec a sejor
Une ymage i a faite de grosse et de longor
Trestout a la samblance du roi mascedonor;
Bele fu et bien faite, mist i mainte color,
Ausi com li rois iert de grosse et de longor;    [4470]
Cil qui verra l'ymage ja nen iert en errour
De connoistre Alixandre sans autre mostreor.
Qant ot faite l'ymage, torne s'ent a peor,
Crient que li rois nel sache, de ce en ot cremor,
Et vint a la roïne, qui fu de grant valor.
Ele reçut l'ymage et porte grant honor
Por l'amor Alixandre le roi mascedonor.
Qant la dame le voit si maine grant baudor,
Forment l'a esgardee et loe le paintor,
Ne la donroit nului por d'or plaine une tour.    [4480]
A celui qui l'ot faite dona por son labor
Soissante livres d'or et cheval coureor.
Et regrete Alixandre et lui et sa vigor,
Sovent baise l'ymage, acole et vait entor;
Tel travail a la dame ne puet avoir gregnor.

[3.248]La gent de cele terre d'Ynde la desertine
A l'issue de mai avoient un termine
Q'il assambloient tuit au chief d'une gaudine
Por faire sacrefice, chascuns lonc son convine,
A une lor deuesse c'on apele Lucine.    [4490]
Candeolus i vait, qui fu fieus la roïne;
Sa feme maine o soi, qui fu joene meschine,
Et trente chevaliers qui tuit sont de s'ourine,
Trestous li plus lointains iert fieus de sa cousine.
En mi sa voie encontre le duc de Palatine,
Quatre cens chevaliers ot de gent barbarine.
Qant vit la dame bele, si li taut par rapine;
Ou ele veulle ou non, par force l'en traïne,
Si que tout li derront son peliçon hermine,
Et qant ele s'estort, si la prent par la crine.    [4500]
Candeolus le voit, de vergoigne s'encline,
Mist la main a l'espee, qui fu d'oevre latine,
Ja en ferist le duc tres par mi la poitrine,
Se il ne fust guenchis desous une aube espine;
Iluec se laist chaoir li fel, barbe sovine,
Le cheval desous lui trencha par mi l'eschine.
Se de son cors garir ne prent ore mecine,
Ja estera pendus au chief d'une sapine.
A esperon s'en fuit tres par mi la gastine,
Dusq'au tref Alixandre ne cesse ne ne fine.    [4510]
Cil retornent arriere toute une viés sentine.
Si en mainent la dame dolente et orfeline,
Il en avront encore destorbier et haïne.

[3.249]Devant le tref le roi une aucube ot tendue
Qui estoit de soie ynde bien lacie menue,
L'entree dedevant fu toute a or batue.
Tholomés se sist ens et tint l'espee nue,
La place d'entor lui fu de barons vestue.
Cuida Candeolus por la gent q'ot veüe
Que ce fust Alixandres, comme roi le salue.    [4520]
Tholomers comme rois li a raison rendue:
"Amis, dont viens, ou vas et quels besoins t'argüe?"
Candeolus respont parole aperceüe:
"Sire, dist li vallés, molt grans besoins m'argüe,
Li dus de Palatine m'a ma feme tolue;
Se tu ne la me rens, a estrous l'ai perdue.
Je sui fieus la roïne qui se tient por ta drue."
Et Tholomés respont: "Grant paine t'est creüe,
Or en prendrai conseil qant ma gens iert venue."
Mandé a Alixandre, son droit non li remue,   [4530]
Antigonon l'apele a la teste quernue.

[3.250]"Antigoné, fait il, vien ça isnelement.
Vois ici un vallet qui de longes m'atent,
Il est fieus la roïne qui me fist le present.
Li dus de Palatine l'a bailli laidement,
Qui sa moillier li taut et mie ne li rant.
Il s'en complaint a moi molt dolerousement;
Se je la li lais perdre, ne sera mie gent."
Alixandres respont molt afaitïement:
"Cil qui merci te crie, jel te di ci briement,   [4540]
Molt avras le cuer dur se pitiés ne t'en prent;
Et por amor sa mere se il merci ne sent,
Ce ne sera pas bien par le mien ensïent."
Et Tholomers respont: "Or sai bien ou ce pent.
Por ce que le conseilles et es en loëment
Or i va tu meïsmes et maine de ma gent,
Et par force la pren se li dus la content.
Que ja mais ne te voie por nul essoinement
Devant qu'il ait sa feme et canq'a lui apent."
Antigonus respont: "A ton commandement."    [4550]

[3.251]Antigonus se torne devers Candeolon:
"Candeolé, fait il, va t'ent en ta maison.
O toi ameneras se tu as nul baron;
Le matin endroit prime si m'envoie un guion
Qui desous Palatine me conduie el sablon.
A muls et a somiers nos engins porteron,
Et cloies et eschieles et berfrois meneron;
N'i a si haute tour ou nos bien n'avegnon,
Et o le fu grigois ciaus de la vile ardron."
Candeolus respont: "A Dieu beneïçon.[4560]
Il saut sor le destrier, onques n'i quist arçon,
Tout droit a la roïne est venus au perron.

[3.252]La roïne est as estres et ne furent que troi,
Et vit Candeolon venir a grant esfroi.
A val est descendue si l'a pris par le doi:
"Biaus fieus, dont venés vos?" "Dame, je vieng du roi,
Qui por la vostre amor m'aidera bien, ce croi;
Antigonon me charche si li a dit por coi.
D'un chevalier ques guit faites prendre conroi;
Le matin aut a lui, ses armes port o soi,   [4570]
Desous Roche Pendant le conduie el sabloi;
A soissante mil homes sera iluec o moi.
Des que il iert montés, plevi en a sa foi,
Ja mais ne guerpira l'estrier du palefroi
Tant que sous Palatine descendra el gravoi."

[3.253]La roïne fu lie et maine joie grant.
Un chevalier apele cortois et avenant;
Por ses armes porter vont o lui dui enfant.
Connoissances ot vaires et un cheval ferrant,
Droit a l'ost Alixandre en est alés poingnant.   [4580]
Li rois et Tholomés s'aloient deduiant,
Encontrent le message qu'il vont contratendant.
Alixandres parole si li dist en riant:
"Amis, parole a moi, di nous que vas querant. "
Et cil a respondu: "Antigonon demant.
Je vieng por lui conduire trestout a son talant,
Trop criem avoir targié, por ce me vois hastant."
"Amis, dist Alixandres, or aies pais a tant,
Assés es tost venus selonc le convenant.
Je sui Antigonus, ja mar iras avant."    [4590]
Li rois et li conduis remerent la parlant
Et Tholomés s'en torne sor un mulet amblant
Et vait par les herberges les barons semonant.
Soissante mile d'omes hardi et combatant;
S'en issirent des tres tout de soleil estant
Li conduis les en guie droit a Roche Pendant.
Dejoste une sauçoie les une eaue bruiant
Truevent Candeolon, ques vait contratendant;
Qant il les vit venir, molt ot le cuer joiant.
Par desous une lande les va si adreçant    [4600]
Q'a Palatine vinrent ançois l'aube aparant,
A la porte descendent si se vont hebregant.

[3.254]Alixandres descent joste l'eaue el rivage,
Envoie por le duc et livre guionage.
Qant li dus fu venus, si li dist son corage:
"Ce te mande Alixandres, de moi a fait message,
Qu'a cest fil la roïne qui est cortoise et sage
Rendes li sa moullier et fai droit de l'ontage.
Se tu autrui mollier veus tenir en putage,
Ja seroit ce mervelle et fors orguel et rage.   [4610]
Comment la tenras tu et feras tel outrage?
Tel chose ne doit faire nus hom de ton parage.
Se tu ne la li rens, tu feras ton damage;
Li rois de Mascedoine m'a semons par homage
Que la cité li rende et fonde ton estage
Et te pende a la porte, voiant tout ton barnage."
"Par Dieu, ce dist li dus, or oi je grant folage;
Je ne tieng d'Alixandre la monte d'un formage.
Dit que cele li rende qui le cuer m'asouage;
Dehait ait qui por lui enploiera son gage."   [4620]

[3.255]Alixandres li dist: "Ce te mande mes sire:
Qant tu autrui mollier retiens en avoltire,
Dont n'es tu pas loiaus, il le me rova dire.
Qant je tornai de lui, en mes briés fist escrire
Soissante mile d'omes du mieus de son enpire.
Ançois que midis past te cuit je si aflire
Que ces grans tours de marbre ardront plus cler que cire
Et toi et tous tes homes livrerons a martire,
Ja vis n'en estordra li mieudres ne li pire."
Li dus ot la manace, de maltalent souspire,    [4630]
Il comperra ancui ce qu'il dira par ire.

[3.256]"Par Dieu, ce dist li dus, assés te tieng por nice;
Tes sires me manace et laidenge et covice.
Il a la loi du chien qui les autres pelice;
Des qu'il trueve mastin qui vers lui se hirice
Met qeue entre ses jambes si crient q'on ne le hice.
Ma cités n'est pas close de verge ne de clice,
Ains est de haut mur çainte de pierre tailleïce.
Je ne tieng d'Alixandre vaillant une saucice,
Ne lui ne sa manace ne pris un fil de lice.   [4640]
Ce dist que jou li rende qui au cuer m'est delice;
Dehais ait qui por lui enterra en jostice
Ne qui por lui feroit vaillant une raïce."

[3.257]Or s'en revait li dus, dolens et irascus;
Mais encor n'estoit mie el palais descendus,
Garde derriere soi si a les Grieus veüs.
Vit les engins dreciés et les berfrois tendus
Et les murs qui sont pris et des Grigois vestus
Et les grans tor de marbre qui ardent comme fus.
Lors dist a soi meïsme: "Mors sui et confondus." [4650]
Tout droit a Alixandre est sans conduit venus,
La feme li presente dont li maus est meüs
Et veut doner ostages que li drois soit seüs.
"Par Dieu, dist Alixandres, trop estes tart meüs,
Ja mais n'en iert drois pris ne gages receüs.
Qant ta cités iert arse et tes palais fondus,
La robe toute prise et tes avoirs tolus,
Donés et departis, gastés et despendus,
Se Candeolus veut, si seras tu pendus."
Li dus fu esbahis et de paour vaincus;    [4660]
Antigonus s'en torne, cil remest iluec mus.
Palamidés le garde et Crenus li chenus.

[3.258]Qant la cités fu prise et arse et enbrasee
Et li avoirs perdus, la gent toute robee,
Alixandres fu hors, sa teste desarmee;
Sist sor un cheval noir et tint nue s'espee.
A l'un des estalons dont la porte iert fremee
A fait pendre le duc qui la dame ot preee.
Candeolon apele si li rent s'espousee,
Les prisons et la proie li a toute donee    [4670]
Et trestout l'autre avoir, ainc n'en retint denree.
"Amis, maine ent ta feme que je t'ai aquitee."
Cil li a respondu: "Autre chose ai pensee:
Mi home l'en menront, ma dame iert commandee.
Qant l'onor ne puet estre par moi guerredonee,
Si l'en mercïerai qu'il nel tiegne a corvee."
Alixandre respont: "Ce me plaist et agree."

[3.259]Lors font cuellir lor tres, andoi en sont torné.
Alixandre a pris un message privé,
Droit a l'ost l'en envoie por querre Tholomé;   [4680]
Tholomés vait encontre deseur son vair comé.
Alixandres li mostre samblant d'umilité,
Descendus est a pié si li a encliné.
Et Tholomés s'areste, comme rois a parlé;
Orgelleusement dist: "Ça vien, Antigoné.
Que quiert Candeolus? Por coi l'as amené?
S'il n'a droite justice du duc qui l'a robé
Et s'il n'a sa mollier, malement as ovré."
Alixandres respont: "De toute sa cité
Sont les tours depecies et li mur crevanté,  [4690]
Li piler trebuchié et empli li fossé.
Cestui rendi sa feme tout a sa volenté,
Les prisons et la proie et canqu'i ot trové,
Ainc n'en reting denree, ains li ai tout doné."

[3.260]"Amis, dist Tholomé, quant ta feme as eüe,
Va t'ent a la roïne, de ma part la salue,
Di li que une fois la veul avoir veüe."
Candeolus respont parole aperceüe:
"Se tu i veus aler, molt avras bone aiue,
Car je te conduirai les plains de Valgrenue,   [4700]
N'i troveras mal pas ne grant eaue creüe;
De bons pailes fresés la chambre iert portendue,
L'onors que m'avés faite vos i sera rendue."
Et Tholomés respont: "Ne l'ai pas conneüe,
Amor de riche dame molt tost se change et mue,
Teus cuide qu'ele l'aint nel prise une laitue;
Se primes n'en estoit garnie et perceüe
Que je alasse a li, seroit tost irascue;
Por moi torner arriere diroit une treslue.
Lors si avroie honte et ma voie perdue."    [4710]

[3.261]"Amis, dist Tholomés, savoir dois et entendre
Riche dame n'a cure q'on la doie sousprendre;
Qui parler veut a li jor en doit primes prendre,
Qui folement i vait grant haïne i engendre.
Mon mes li trametrai, car ne la veul offendre,
Si parlerai a li samedi ou devenre.
Se par le mien message me veut sa raison rendre,
L'amor que j'ai a li nen iert ja por ce mendre."

[3.262]"Amis, dist Tholomés, qui porrai envoier?
Se je i envoioie un autre messagier,    [4720]
Il te seroit estranges et maus a acointier;
Antigonus ira, qui aveuc toi fu ier,
Qui te fist droit du duc et rendi ta mollier;
Por ce qu'il t'a servi, si l'en avras plus chier,
Si l'en raconduiras se il en a mestier."
Et dist Candeolus: "N'i avons que targier."
Et respont Alixandres: "Vois m'ent apareillier."

[3.263]Alixandres s'en torne et monte el palefroi,
Li lorains et la sele fu Salemon le roi;
Trente et cinc chevaliers mena ensamble o soi.    [4730]
Candeolus les guie les plains de Valgrenoi,
A une part le traist si li dist en secroi:
"Belement chevauchiés, n'alés mie a effroi.
Ceste terre est seüre et li home sont coi,
N'i a nul qui ne tiegne de ma mere ou de moi.
Je m'en irai avant por faire le conroi."
Alixandres respont: "Bien est et je l'otroi."

[3.264]Candeolus s'en torne si s'est du roi partis,
Vait s'ent grant aleüre deseur son arrabis,
Dedevant la roïne descent sor un tapis.    [4740]
"Biaus fieus, dist la roïne, molt venés escharis.
Que fait li mieudres rois qui onques fust escris?"
"En la moie foi, dame, tous est preus et hardis.
Tramet vos un message, qant li jors sera dis
Qu'il parlera a vous, ja n'en iert pris respis:
Antigonus a non, li plus amanevis
Que onc veïst des ieus Persans ne Arrabis.
Nel despisiés vos pas por ce s'il est petis;
Espaulles a bien faites et les membres fornis.
Quarante chevaliers n'a el val de Grenis,   [4750]
Tant soient garni d'armes ne de haubers treslis,
Se il estoit armés et fust un peu maris,
Ains nes eüst tous pris que par aus fust saisis.
Il me fist droit du duc, qu'il pendi au postis,
Et destruist Palatine desi q'en la raïs
Et me rendi ma feme, dont iere malbaillis."
"Biaus fieus, dist la roïne, molt par iert bien servis,
Ja de riens que il veule ne sera escondis."

[3.265]Qant la roïne entent q'Antigonus venoit,
Ele li vait encontre, tantost comme el le voit    [4760]
Menbra li de l'ymage, lores sot bien et croit
Que ce est Alixandres, mais dire ne l'osoit;
Puis que il son non çoile, bien tost l'en peseroit.
Antigonon l'apele, par la main le tenoit,
Puis le maine en la chambre ou la painture estoit;
Tres dedevant l'ymage en son lit l'asseoit.
Qant voit lui et l'ymage, bien s'en apercevoit
Que ce iert Alixandres qui aveuc li estoit.
Lors l'a mis a raison, doucement li disoit:

[3.266]"Sire, dist la roïne, ne te mervellier mie    [4770]
De ceste gentil dame que t'amor a saisie.
Vois tu la cele ymage qui por toi fu bastie?
Ja hom ne la verra qui bien ne sache et die
Que tu es Alixandres, a qui li mons sousplie;
Se tu vers moi te çoiles, ce sera vilonie."
Qant Alixandres l'ot, lors n'a talent qu'il rie
Et dist une parole qui molt bien fu oïe:
"Qant je laissai m'espee, molt par fis grant folie;
Se je la tenisse ore, n'en portissiés la vie."
Qant la dame l'oï, molt en fu esmarie,    [4780]
A la terre se couche, merci demande et prie:
"Ce q'amors me fait faire ne tien a vilenie."

[3.267]"Sire, dist la roïne, tu es et rois et dus;
Se tu fenis sans oir, deus iert et mar i fus.
Nule riens ne nos voit, ci somes en renclus;
Proisie sui roïne, mais d'une riens m'encus
Q'il n'a si bele dame dusq'as bonnes Artus.
De ta volenté faire nule riens ne refus;
Se je te puis avoir, par le roi de lassus
De la gloire du mont ne querroie avoir plus.   [4790]
Moi soies Alixandres si que nel sache nus,
Et a trestous les autres soies Antigonus.
Nus ne set qui tu es, de ce molt bien m'escus,
Ains cuident que tu soies ou cuenspalais ou dus."

[3.268]Uns des fieus la roïne, sa mendre porteüre,
Est entrés en la chambre, trestous ses dieus en jure
Que ce est Alixandres, li rois d'Estrameüre:
"Il m'ocist mon segnor par grant mesaventure,
Le pere ma mollier, dont ai au cuer ardure;
Doné a son roiaume et taut moi ma droiture.  [4800]
Des que nos l'avons ore en nostre claveüre,
Dame, car l'ocions, ce seroit bien droiture."
La roïne respont: "Tais, fole creature!
Ce n'est mie Alixandres, j'en sui toute seüre.
Se Candeolus t'ot, fait as ta norreture;
S'il ne pooit trover ne mais que sa çainture,
Si te pendroit il ja a cele entraveüre.
Cist fu aveuc ton frere en la desconfiture,
Antigonus a non, nes est de terre dure."
"Dame, c'est Alixandres, si com dist la painture;  [4810]
Vengier veul mon segnor de la grant forfaiture.
Il m'a mis hors du regne qu'i[l] a mon segre fure,
Ja li metrai cest dart tres par mi la faiture."
La roïne respont: "Tais te, foleteüre!
Ja n'avras point de sens, faus seras par nature;
Por ce qu'il le resamble de la cheveleüre
Cuides que ce soit il de cors et de faiture.
Ainc sous le monde Dieu n'avint tele aventure
Que Dieus a itel home donast du mont la cure."

[3.269]"Ne me chaut, fait li enfes, se ce est il ou non,   [4820]
Car tout ai en talent que cestui ocions;
Vengons nos de cestui, quant de lui ne poons,
Si savra bien li rois que de riens ne l'amons."
"Voire, fait la roïne, a Dieu maleïçon!
Li rois le m'a tramis, s'en ferai traïson?
Fui, gars, d'en sus de moi, n'ai soing de ta raison;
Les dens te peçoiasse se tenisse un baston."
De la paume li done dejoste le menton,
D'en sus soi le bouta sel hurte a l'estalon;
Plorant ist de la chambre et vint en la maison.    [4830]

[3.270]Pensive est la roïne et est en grant freor
Du roi qu'il ne marisse por son fil le menor,
Piteusement li prie o lermes et o plor
Du vallet c'a oïli pardoint la folor,
Car se il nel faisoit seroit en grant esror.
Qant li rois vit les lermes, un poi ot de tenrour
Et dist a la roïne, qui fu de grant valor:
"Se il m'avoit pis dit et fait honte gregnor,
Tout seroit pardoné, dame, por vostre amor."
La roïne s'apoie dedelés l'aumaçor,  [4840]
Tant doucement l'enbrace qu'il senti la chalor;
Grant joie font ensamble par bien et par amor,
Desus un lit paré se jurent demi jor.
Puis issent de la chambre sus el palais autor;
Que on ne s'aperçoive, li a fait double honor:
Tant com porent porter trente mul ambleor
Li done d'or molu comme a empereor;
Cent pailes de Biterne trestous d'une color
Li a fait aporter a un sien vavasor.
"Antigoné, fait ele, ce donras ton segnor. [4850]
Et tu, qui es messages, avras por soie amor
Un mantel sebelin de paile paint a flor;
Et tuit ti compaignon seront por toi mellor,
Chascuns avra deus pailes d'Ynde superior.
De ça venir a moi ne se mete en labor,
N'i porroie parler, car el chief ai dolor."
Alixandres respont dit de losengeor:
"S'Alixandres mes sires vous avoit a oissor,
Mieus avroit esploitié que tuit si ancissor."
Lors a pris le congié si s'en torne a baudor.   [4860]
Candeolus le guie les plains de Valgrenor
Si le rent Tholomé, le riche poingneor,
Que il tenoit encore por roi mascedonor.
Lors a pris le congié si s'est mis el retour.

[3.271]A son demaine tref est li rois descendus.
Departi sont li paile et li bons ors molus
Q'on li avoit doné, qu'il ne fust conneüs.
Or aproisme li tans, li termes est venus
Que Babilone iert prise et li palais rendus
Ou il sera destruis et ses grans los perdus.   [4870]
Conseus de nisun home n'en pot estre creüs;
Par nul de ses barons ne pot estre tenus,
Por aler a sa mort est par matin meüs.

[3.272]Ains que li rois meüst, si a fait s'orison
Dedens son tref de paile, dont sont d'or li fregnon
Et les forches dedens et dehors li paisson.
Li rois en apela Tolomer et Cliçon;
O ces deus sont venu li douze compaignon.
"Segnor, dist Alixandres, entendés ma raison.
Privé estes de moi et bien de ma maison,  [4880]
Onques de vos consaus ne m'avint se bien non,
Car par vos tieng je cuite terre promission-
La segnorie en ai tresq'a Cafarnaon-
Et tant com dure terre et mers clot environ
Fors seule Babilone, ne sai se ja l'avrom.
Dieu merci et les vos n'ai segnor se moi non,
Hui est venus li jors qu'en avres guerredon.
Ore venés avant si vos ferai gent don,
A chascun un roiaume sans ire et sans tençon
Et s'en avrés les rentes quant nos en revenrom; [4890]
Je vos coronerai a la loi que tenom.
Alons en Babilone, le matin i movom;
Une riens vos pramet se prendre la poom:
Je vos ferai tous riches d'or cuit et de mangon,
Le tresor l'amiraut vos metrai a bandon;
Ne mais la povre gent et les borgois gardon
Que ja par nous n'i perdent vaillant un esperon.
Se la cités est nostre, por coi la destruirom?
Des eaues plenteïves nos venront li poisson,
Des forés qui sont larges avrons la venison,  [4900]
Une piece du tans nos i sejornerom."
"Sire, dïent si home, por Dieu, car i alom!
Faites vostre plaisir, et nos l'otroierom."

[3.273]Par les herberges mainent grant joie et grant deduit
Qant oënt les noveles, que par l'ost dïent tuit,
Q'en Babilone iront aprés icele nuit.
L'eschergaite commande Dant Clin, le fil Caduit;
Il la fist richement aveuc ciaus qu¹il conduit,
Cinc cens chevaliers furent, n'en faillirent que uit.
Par l'ost mainent grant joie et mangüent le fruit;  [4910]
Cil jogleor vïelent et demainent tel bruit
De plus de quatre lieues les oïst on, ce cuit,
Tresq'a l'aube aparant que li solaus reluit.

[3.274]Au matin par son l'aube, quant l'aloëte crie,
Est toute l'ost montee, des cors fu grant l'oïe.
Cil olifant i sonent qui font grant estormie,
De cinc lieues et plus en ot on la bondie.
La gent de pié s'en vait s'est ensamble salie,
Li rois s'en ist aprés o molt grant baronie.
La peüst on veoir mainte broigne sartie,   [4920]
Maint bon espié a or, mainte espee forbie;
Li solaus fiert es elmes, qui tant cler reflambie.
Qant li rois les regarde devant lui une lie,
"Biaus sire Dieus, fait il, qui tous li mons deprie,
Tu soies aourés de si grant segnorie
Com tu m'as otroïe en ceste mortel vie,
C'onques mais n'asamblai tante targe florie
Com jou fais hui, biau sire, et par la vostre aïe,
Car il n'a sous ciel gent qui tant soit esbaudie,
Tant comme la mer clot qui la terre aordie,   [4930]
Qui ne me doinst chavage et sous moi ne souplie,
Fors seule Babilone, que n'ai mie envaïe;
De li ne sai encore se l'avrai en baillie."

[3.275]Li rois chevalche a force, dont est grans renomee.
Ne trueve fort cité qui tant soit bien muree
Dont il n'ait le treü, n'i estuet traire espee.
Trespasse le païs, ainc n'i ot contrestee,
Et est venus en Siste, une estrange contree.
C'est uns divers païs d'estrange renomee,
Sauvage est molt la terre, orible et deffaee.   [4940]
Tant i a ruistes mons que n'en sai devisee,
N'i a cele montaigne ne soit dure et seree,
Et a mont est si roisde com s'ele fust dolee
Et samble que chascune soit au ciel ajostee.
Molt petit i croist d'erbe desous en la valee,
Clerement i a gent, ne puet estre habitee.
La gent qui i abitent est molt maleüree,
A povre gent i fait molt male conversee.

[3.276]En icele contree dont vos fais mension
Conversent un oisel qui sont nomé griffon,   [4950]
D'orible forme sont, hideus comme dragon,
Bien mengüe au mengier chascuns d'aus un moton.
Volentiers les esgarde li rois et si baron,
Chevalier et sergant, escuier et garçon;
Pluisors en a en l'ost q'en ont grant marison.
Li rois est molt pensis que fera ne que non:
Vers le ciel veut monter, s'il en trueve raison,
Et dedesus les nues se metra a bandon,
Et s'il i fait trop chaut sentir en veut l'arson;
Pieç'a q'a cest corage et ceste entencion.   [4960]
Bien porra acomplir son talent et son bon,
S'il en puet vint avoir par l'ost en sa prison,
Que porter le porroient au ciel sans doutison.
Li rois en a en soi grant ire et grant tençon,
Ne laira ne l'ensait por dit ne por sermon
Ne por trestout l'avoir du temple Salemon.

[3.277]Li rois en a pensé en soi molt longement,
Puis a dit as barons: "Dirai vos mon talent:
Je veul monter au ciel veoir le firmament,
Veoir veul des montaignes en haut le comblement,  [4970]
Le ciel et les planetes et tout l'estelement
Et tous les quinze signes ou li solaus descent
Et comment par le mont courent li quatre vent
Sorveoir veul le siecle, si com li mons porprent;
La nue porte l'eaue, si veul savoir comment."
Si home li ont dit: "Avés vos marement?
N'est hom qui i montast por tout l'or d'Orïent.
Qui vauroit i monter, sachiés a ensïent,
Ains seroient passé quatre vins ans ou cent.
Comment i monterés? Dites l'engignement."  [4980]
Li rois en a sousris, respont par maltalent:
"Veés vos ces oisiaus, qui fort sont et poissant?
Il me porteront bien, foi que doi toute gent,
Et me monteront sus desi el firmament.
De moi et de mes fais et de mon hardement
Veul je que se mervellent a tous jors mais la gent.
La mer ai ensaïe desi q'au fondement,
Et comment li poisson font lor tornoiement
Et lor aguais bastissent et li uns l'autre prent;
Par aus en ai apris, car ainc n'en soi noient."  [4990]
Si home li ont dit: "Nos en somes dolent,
Por nous ne lairés mie vostre commandement."

[3.278]De ce q'a enpensé est li rois en argu,
Charpentiers a mandé et il i sont venu.
"Segnor maistre, fait il, se vos estes mi dru,
Faites moi une chambre selonc vostre seü,
Ja mais ne soit si bone, ne onques tel ne fu,
De cuirs envolepee, novel soient et cru,
A las les m'atachiés et englüés a glu,
Et fenestres i faites, quel part que me remu,   [5000]
Que se besoins me vient, par ce n'aie perdu.
Entendés vos, segnor?" Cil li ont respondu:
"Si com vos devisés l'avons bien entendu,
Nos la ferons legiere et fort de grant vertu,
Mais molt somes dolent de ce et esperdu
Que s'il vos mesavient que ne soions pendu."
"Taisiés, ce dist li rois, ja n'en soiés meü,
Ja mar avrés paor q'en soiés irascu."
Cil ont si charpenté et le cuir estendu
Que de tous fu loëe et a son talent fu.   [5010]
Li rois la fait porter loins de l'ost en l'erbu,
Cordes i fait lacier, molt se sont esmeü;
Si home et si baron l'ont el champ porseü,
De molt grant legerie sont paoreus et mu.

<<< >>>