<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.279]Vistement est li rois dedens l'engin entrés,
Une lance aveuc lui et fresche char assés;
Et dist a ses barons: "Ne vous desconfortés,
Mais or me laissiés seul et de loins m'esgardés."
Or s'en tornent si home, molt les a abosmés,
N'i a nul ne s'en aut et dolens et torblés,   [5020]
Car se li rois i muert, ce estoit lor pensés,
Tous ses homes avroit mors et desbaretés,
Car toutes gens le heent por ce ques a matés.
Li rois est en l'enging, qui n'est pas esgarés;
Estes vos les oisiaus entor lui avolés,
Sus et jus sont assis et decoste et delés,
Les cuirs crus et la char ont durement grevés;
Tant dis com i entendent fu li rois aprestés,
Un gant ot en sa main que il ne fust mostrés,
Et a pris les lïens, es piés lor a boutés, [5030]
En haut as gros des cuisses a ses las bien fremés,
Ne sai ou set ou uit en i a acouplés.
Qant chascuns d'aus se sent ainsi aficelés,
Il sachent durement, li engiens est tumbés;
Il s'en rist coiement si s'est en piés levés.

[3.280]Li rois estut sor piés, la chambrete est versee,
Il a prise sa lance, la char i a boutee,
Hors de l'enging la mist, contre mont l'a levee.
Li oisel famelleus la char ont esgardee,
Il tendent contre mont, rendent la lor volee;   [5040]
La chambre en ont molt tost lassus en l'air portee.
Il vont la char chaçant, chascuns geule baee,
A tel point com il montent si est la char montee,
Tous tans la cuident prendre, mais folie ont pensee.
Le roi portent a mont a si fiere jornee
Le premier air trespassent, des pluies la nuee,
Et plus l'ont haut porté, c'est verités provee,
Que uns chevaus n'eüst demie lieue alee.
Les quatre vens trespassent a icele alenee,
Vienent a la chalor qui est desatempree;   [5050]
Com plus vont contre mont plus est desmesuree,
A poi n'art Alixandres, tant fort l'a apressee;
Li cuirs de la chambrete crespist a la bruslee.
Li rois s'est porpensés, s'il perdent la volee,
Il charra a la terre s'iert sa vie finee
Et sa gent en sera dolente et esgaree,
Car toutes gens le heent qui terre il a gastee.
Il rabaisse sa lance, vers terre l'a clinee;
Li oisel famelleus la sieuent la volee,
Jus s'asieent a terre en mi lieu de la pree;   [5060]
Li rois est la dedens, fait ot bone jornee.

[3.281]Qant li rois aperçut qu'il estoit assegiés,
A quatre des oisiaus a les lïens trenchiés;
Chascuns s'en fuit molt tost quant se sent deslïés.
Estes vos les barons de l'ost tous eslaissiés,
Assaillent les oisiaus a la chambre atachiés,
Mais forment se deffendent, molt les ont damagiés,
Quatre chevaus ont mors que as bes que as piés
Et des riches barons ont les cors mehegniés,
Chascuns bien se deffent, molt les ont anuiés;   [5070]
De la lasté du vol chascuns est travelliés.
Li assaus fu molt fors, ne pot estre laissiés;
Li rois trenche les cordes, lores les veïssiés
Corre sor les barons, tant les ont angoissiés.
Li uns s'en est fuïs, les trois ont detrenchiés,
Des chevaliers de l'ost i a molt d'enpiriés.
De l'angoisse est li rois molt müés et changiés,
Car lassés est du chaut et molt afebloiés.

[3.282]Le roi mainent en l'ost si prince et si chasé;
Qant il le virent sain, grant joie en ont mené.  [5080]
Et li rois les regarde par grant humilité:
"Segnor baron, fait il, dirai vos verité,
Hui ai veü as ieus que j'ai molt desirré,
Car tout ai ensaié et tout ai mesuré.
Le mont si com il est et de lonc et de lé
Si com je l'ai veü l'ai je tout conquesté
Fors seule Babilone, ou a grant fremeté;
Se je celi nen ai, petit pris mon barné."
Et responent si home: "Ce iert tost afiné.
Qant vous avés les nues et les vens sormonté,[5090]
Dont pöés vos par force bien prendre une cité.
Le matin par son l'aube serons tuit apresté,
Sor Babilone irons, q'ainsi est devisé;
El n'iert ja tant fermee de mur ne de fossé
Que nos ne la pregnons en un seul jor d'esté."
Alixandres respont: "Bien vous ai escouté,
Ce que vos avés dit bien iert acreanté.
Le matin i movrons, ja n'en iert trestorné."

[3.283]Qant li solaus leva et li jors esclarci,
Se leverent par l'ost Mascedonois et Gri,   [5100]
Et li rois Alixandres se chauça et vesti;
Qant fu aparelliés, nel mist mie en oubli,
S'orison fist as dieus qu'il li facent merci.
Par l'ost charchent soumiers si se sont bien garni,
Car il en ont esté autre fois escharni
Qant il furent en Bastre en la terre Porri.
En Babilone en vont et muevent au juesdi.
Qant il furent monté et des loges parti,
Li escuier de l'ost ont tout ars et bruï.
A grant joie chevalchent les plains de Valgreni.   [5110]

[3.284]Qant Alixandres mut, molt ot gente compaigne,
Licanor et Filote a commandé s'ensegne,
Li douze per chevalchent rengié par la champaigne,
Uns païsans les guie, qui fu nes de Brehaigne;
Tout droit vers Babilone costoient la montaigne.
Tant a or en lor armes et d'Arrabe et d'Espaigne
Desi a quatre lieues en reluisoit la plaigne;
Qui a tel gent le done s'onor bien le gaaigne,
Q'il ne trueve chastel ne cité qu'il ne fraigne
Ne nul home tant fort par armes ne destraigne;   [5120]
Malvais orguel ne prise li rois une chastaigne,
A honte fait morir qui servir ne le daigne.

[3.285]Si com il ajornoit et l'aube est esclairie,
Tout droit a l'amiraut est venue une espie
Qui li dist que l'os est a jornee et demie.
"Comment, fait l'amiraus, ne me mentir tu mie,
Di m'ent la verité se l'ost est bien garnie."
"Oïl, fait li messages, de tous biens raplenie,
Car du vostre meesme prenent la manandie,
Il ne truevent nul home qui la lor contredie.   [5130]
Alixandres chevalche devant sa compaignie,
Licanor et Filote ont s'ensegne enbaillie,
Dans Clins et Tholomés les en chadele et guie,
Ce sont quatre baron ou li rois molt se fie."
"Par foi, dist l'amiraus, ce tien a grant folie.
De coi cuident il vivre, cele gent esbahie?
Ma terre est toute gaste et la proie fuïe;
A grant honte morront, se Dieus me beneïe.
Molt est faus Alixandres, il ne me connoist mie,
Ce qu'il cuide de moi ne verra en sa vie.   [5140]
Se li dieu me garissent ma grant chevalerie,
Ja ne verra tiers jor que l'ost iert assaillie;
Je lor ferai as Grieus une tele envaïe
Q'il n'i vauroient estre por tout l'or de Pavie;
S'il aprochent ma gent, que souef ai norrie,
Ja n'en porrai un prendre que sempres ne l'ocie."
Alixandres chevalche, que pas ne s'i oublie,
Et maine sa grant ost et serree et rengie.

[3.286]Alixandres chevalche par fiere contenance,
Li douze per o lui, ou il a grant fiance,   [5150]
Et sist sor un destrier de diverse semblance;
La teste ot plus vermelle que n'est tains de garance,
Le col et les costés ot blans par demonstrance,
La crope ot pumelee par autre diference,
Les quatre piés ot noirs, ce fu senefiance.
Onques plus hardis rois de lui ne porta lance,
Par sa proëce a il sor tout le mont poissance;
Onques teus rois ne fu, s'en Dieu eüst creance.
Trop sot d'astronomie et plus de ningremance,
Assés sot de fisique, apris l'ot en s'enfance.  [5160]
Tholomés fait l'angarde par itel convenance
Que il ne coure en proie par nule mesestance.

[3.287]Alixandres chevalche le pendant d'un desert,
Devers senestre part furent de mons covert,
D'autre part ot un val, grant et lé et apert.
Tholomés vait devant, qui volentiers le sert
Et qui pas ne se plaint quant il por lui riens pert,
Car tuit cil qui le servent du guerredon sont cert.
Alixandres disoit trestout a descovert:
"Li sires est traïtres, qant il voit l'ome apert [5170]
Et qui por son servise le travail a soufert,
Se il nel guerredone selonc ce qu'il desert."
Ilueques ou on sue drois est que on se tert.

[3.288] Alixandres chevalche a force et a vertu
Et maine sa grant ost, qui mervelleuse fu.
Les seles et li hiaume, li frain et li escu
Luisent contre soleil, qui a or sont batu.
Droit a eure de tierce ont un flueve veü,
Et qant l'eurent passé eure de none fu.
Es pres sor la riviere iluec sont descendu,   [5180]
Molt estoit pres de vespres quant li tref sont tendu.
Alixandres commande par Tholomé son dru
Q'as vilains de la terre ne leur soit riens tolu;
Se il riens i aportent, point n'en aient perdu,
Que ja riens n'i perdront tout ne lor soit rendu;
Teus lor porroit tolir tost l'avroient pendu.

[3.289]Li vilain des montaingnes, li riche Beduïn,
Oënt que il avoient Alixandre a voisin,
Car l'eaue de Cobar passa des ier matin.
Portent en Babilone et le pain et le vin    [5190]
Et le fain et l'avaine et la laine et le lin,
L'or cuit, le blanc argent, le poivre et le commin,
La richece tant grant que n'en sai dire fin.
Tant i vienent espés tuit sont plain li chemin,
De chars et de charetes i sont grant li traïn.
Alixandres commande Tholomé et Dant Clin
Que mar lor taura on vaillant un romesin,
Et cil qui lor taura morra de male fin:
Il le pendra a forches, ja n'iert de si haut lin.

[3.290]  L'amiraus oïdire q'Alixandres venoit,    [5200]
Il a mandé ses homes ou que nul en avoit.
Desi q'en la mer Rouge, qui son regne clooit,
N'i remest uns tous seus qui deffensables soit
Ne viegne en Babilone par force et par destroit.
Ja tant n'en i venra l'amiraus nes conroit
Et que il nes honort ainsi com faire doit.
Li fossé sont parfont et li terral sont droit,
Devant les barbacanes sont li passage estroit;
Babilone est si fors que nus hom ne la voit
Qui ne jurt canques fu et le dieu ou il croit    [5210]
Que se toute la gent du monde l'asseoit,
Se soufraite de boire ou fains nes destraignoit,
Tresq'a la fin du siecle nus hom ne la prendroit.

[3.291]  Babilone fu fors et l'amiraus fu fiers
Et hardis et cortois et molt bons chevaliers,
De largement doner iert tous jors constumiers,
S'avoit en sa compaigne vint mile saudoiers;
Ja en cort ou il fust n'entrast nus losengiers.
Un seneschal avoit qui n'iert pas pautoniers,
Nabusardan ot non et si estoit ses niés;    [5220]
Cil aime gentieus homes et honore et tient chiers.
Babilone est si plaine que nis ens es celiers
Font les mareschaucies por couchier les destriers;
Li riche home herbergent es tors et es soliers.
Et la cité est close et li murs est derriers
Et est molt bien porprise de gors et de viviers.
La cités est molt riche de vignes, de vergiers,
Grant plenté ont de miel et d'uele d'oliviers,
Basme orent a foison, qui i iert es basmiers,
De pain, de vin, de char fu li païs pleniers,   [5230]
Avaine orent assés et chevaus et somiers.
Des murs de Babilone est si durs li mortiers
Que n'en puet point avoir fers agus ne aciers.
Onques Dieus ne fist home qu'il prisent deus deniers
Ne mais que Alixandre, qui est tous constumiers
Qu'il ne vient a cité qu'il n'assaille premiers.

[3.292]  Babilone fu plaine de vin et de forment
Et de toute richece qui a vitaille apent;
Qui ne l'a si la prent par tout communement,
L'amiraus le fait faire par son commandement.    [5240]
Il en a apelé le roi de Bonivent,
A une part le traist si li dist bonement:
"Biau sire, car me dites le vostre esgardement.
Comment me contendrai envers si fiere gent?
Bon est que je me tiegne a vostre loëment."
Qant li rois l'entendi, si li dist son talent:
"Qant conseil me querés, ja l'avrois bel et gent.
On ne gaaigne gaires en grant foloiement;
Cis rois nos cuide prendre par son efforcement,
Mais il n'a pas o soi amenee la gent.    [5250]
Ceste vile convient garder molt sagement
Et metre bones gardes du mieus de vostre gent
Que li Grieu ne se metent sor nos celeement."
Et respont l'amiraus: "C'est bon conseillement,
Ainsi sera il fait, ja n'en iert autrement."
Li jors est trespassés et la nuis les sousprent
Et les gaites sont mises par grant esforcement,
A chascune des portes en i a plus de cent,
Et environ les murs crïent molt hautement,
Sonent cors et buisines et frestiaus molt forment,   [5260]
Q'il ne soient souspris des Grieus trop folement.
En la cité se dorment auques seürement
Entresque au matin que li jors les sousprent.

[3.293]  Entresque au matin, que perçoivent le jor,
Se dormi l'amiraus, il et si vavasor;
Par matin s'est levés, car il fu en freor.
Entor lui sont venu si home li pluisor,
Dïent lui q'Alixandres chevalche par vigor;
Et l'amiraus a dit: "Ja mar avrés paor."
Son neveu en apele, le fil de sa seror,    [5270]
Du grant orguel de Gresse a fait a lui clamor,
Et cil li respondi bonement par douçor:
"Ja tant com il nos hee n'avrons a lui amor."
Vestu l'a et chaucié a loi d'emperaor.
Il a pris quatre rois et un riche almaçor,
Par mi la vis de pierre est montés en la tor,
Esgarde contre val es plains de Valcolor,
Vit venir la grant ost au roi mascedonor,
De la chevalerie de Gresce vit la flor.
Il apele ses homes, si lor a dit: "Segnor,   [5280]
Est ce dont Alixandres qui plains est de folor?
Ma cité cuide prendre et moi tolir m'onor.
Se mi dieu me garissent ma force et ma vigor,
Je assaudrai les Grieus ains que passent cinc jor.
Des vignes et des bles voi gaster le labor,
Mais contre cest damage lor cuit faire gregnor.
Se les puis desconfire, il morront a dolor,
Et si vous di por voir q'en avrai grant honor,
Redouté en seront trestout mi ancisor."
Si home li respondent: "Par Dieu le creator   [5290]
Ja ne vous en faurons por crieme de paor.
Faites armer vos homes, ne soiés en freor,
Si chevauchiés encontre a force et a vigor."

[3.294]  L'amiraus fu as estres de son plus haut estage
Et voit l'ost herbregier devant lui el rivage
Et tres et pavellons tendre par cel herbage
Et vit ces chevaliers qui demainent grant rage.
Un drugemant apele si li dist son corage:
"Amis, tu et toi tiers porterés mon message,
Si me di Alixandre, qui set de maint langage,   [5300]
En ma terre est entrés par force et par outrage."

[3.295]  "Sire, dist li messages, se toi plaist j'en irai;
Les deus q'o moi iront aparellier les fai,
Et je serai li tiers q'Alixandre dirai
Tout ce que tu li mandes, ja ne li celerai.
Se truis amor en lui, amor li respondrai,
Et s'il me dist orguel, orguel li parlerai,
Et se tu le commandes, je le deffïerai."
"Par foi, dist l'amiraus, autre chose n'en sai,
Car riens ne tieng de lui ne ja riens n'en tenrai.  [5310]
S'il veut de mon avoir, par amors l'en donrai,
Et se il n'en veut prendre, je m'en consieurerai
Et si porra bien estre q'a son tref l'assaudrai;
Au conseil de ma gent a lui me combatrai,
Ja un seul de tous aus raiembre n'en lairai,
Ne ja jor de ma vie raençon n'en prendrai."

[3.296]  "Sire, dist li messages, je preng congié de toi;
Je voi venir les deus qu'iront ensamble o moi:
Le duc de Pincernie et le prince d'Ausoi."
"Segnor, dist l'amiraus, alés a Dieu tout troi,  [5320]
Des or vous veul proier que vous pensés de moi.
Alixandre me dites trop maine grant boufoi,
Qui ma terre me gaste et met en tel effroi.
Cuide me il dont prendre comme oiselet en broi?
Babilone est si fors ne crient prince ne roi
Ne mais le dieu du ciel, qui tout a desous soi."
Nabusardan a dit au message en secroi:
"Portés dant Tholomé salus que li envoi
Por la premiere joste qu'il face ensamble o moi,
Encontrer me porra premerain au tornoi."    [5330]
Li messages respont: "Volentiers par ma foi."
Li portiers lor defferme la porte du gravoi.

[3.297]  Molt par furent cortois tout troi li messagier,
L'amiraus n'i peüst nul mellor envoier.
A l'issir des herberges truevent un latimier,
Le tref le roi demandent Alixandre d'Alier.
"Segnor, bien le vous sai, fait se cil, ensegnier.
Ves le la, cel plus haut a cel aigle d'or mier,
La troverés le roi, la sont si chevalier.
Jel vi ore monter sor Vairon son destrier,   [5340]
Par le mien ensïent, vait soi esbanoier;
Se parler i volés, n'i avés que targier."
Li message s'en tornent, pensent de l'esploitier.
Encontrent Alixandre sous l'ombre d'un laurier,
Oés com fais salus rendent a l'acointier:
"Cil Dieus qui forma terre et Adam le premier
Et de la coste Adam fist Evain sa mollier
Garisse l'amiraut et si doinst encombrier
A tous ciaus qui a tort le veulent guerroier.
Dans rois, il le vos mande, ne vos doit anuier,  [5350]
Por issir de sa terre vos donra plus d'or mier
Que ne porront porter vint et quatre somier;
Et se nel volés prendre, ja celer ne vos quier,
L'amiraus vos deffie et tout si chevalier.
Nabusardan vos mande, se volés tornoier,
Envoiés Tholomé as jostes commencier;
Molt volt a lui joster, tant l'a oïprisier."
Tholomés li respont: "Molt l'en doi avoir chier,
Mon cors ne mon escu ja veer ne li quier."
"Segnor, dist Alixandres, n'ai soing de manacier,  [5360]
Ja ne quier a message ramprosner ne tencier.
Oés, segnor message, que vos veul encharchier:
L'amiraut me dirés, consieurrer ne me quier,
Ja ne prendrai avoir por sa cité laissier.
Tant est fors Babilone q'or m'i veul ensaier;
Se prendre ne la puis, ne me pris un denier.
En son plus haut palais me cuit faire sainier,
De ses mellors viandes me cuit faire aaisier,
Des que soient de Gresse venu mi conseillier,
Dui baron de ma terre qui molt me tienent chier,  [5370]
Tant sont preu et hardi ne soufrent nul dangier.
Plus lor donrai avoir que ne vauront baillier,
Lor escus et lor armes ferai faire d'or mier.
Au conseil de ces deus en vaurai esploitier,
Cil me feront la vile ou tenir ou laissier."

[3.298]  Li message se taisent et li rois a parlé:
"Segnor, fait Alixandres, vos m'avés deffïé
De par vostre amiraut quil vos a commandé,
Et je redeffi lui, ja mar li iert celé;
Bien le li devés dire, tant estes si privé."  [5380]
Li rois en apela Cliçon et Tholomé:
"Segnor franc chevalier, qui tant m'avés amé,
Por prendre Babilone demain tresq'au fossé
Par matinet i soient vostre escuier armé."
Cil li ont respondu: "A vostre volenté."
Li messagier l'entendent s'ont congié demandé;
Li rois done a chascun un esprevier müé.
Cil prenent le congié si s'en sont retorné
Et vienent a la vile, n'i ont plus demoré.
La porte fu ouverte et il i sont entré;    [5390]
L'amiraus vait encontre si lor a demandé:
"Que respont Alixandres? Laira sa foleté?
Assaudra il la vile? Savés ent son pensé?"
"En la moie foi, sire, ains a siege juré,
Que ja n'en tornera si avra la cité."
Nabusardan demande du hardi Tholomé:
"Fera a moi la joste que je li ai mandé?"
Li message respondent: "Molt vos en set bon gré."
La nuit vient, li jors faut, si se sont dessevré;
Gaites et eschargaites sont sor les murs monté,  [5400]
Toute nuit ont gaitié tant qu'il fu ajorné;
A l'aube aparissant sont cil de l'ost monté.
Li ort et li vergié sont par force esterpé,
Les vingnes escepees et tuit soié li blé.

[3.299]  La cités fu assise a un mardi matin,
Pris sont tresq'a la porte li ort et li gardin;
Le tref le roi tendirent plus de vint Sarrasin,
Les cordes sont de soie et li paisson d'or fin.
Par l'ost crïent a vendre et pain et char et vin,
Dras de toutes colors i portent li Hermin.    [5410]
En l'ost a tel richece q'on n'en set dire fin.

[3.300]  L'amiraus fu as estres et fu as fenestrés
Et vit tant pavellons vers et yndes et bles.
Estes vous une espie qui vint devers les Gres,
Qui dist que Alixandres est en gibiers remés;
De ça gardent les tentes Dans Clins et Tholomés,
Et de l'autre part a quatre des douze pers:
Licanor et Filote, Perdicas, Aristés.
Li amiraus en jure et ses lois et ses des
Ains que li rois reviegne les assaudra as tres    [5420]
Et derrompra les cordes et sachera les pes
Et metra contre terre et forches et frestrés.

[3.301]  Tout droit a l'amiraut en vienent li baron,
Il li ont demandé: "Sire, quel la feron?
Entresi q'a la porte vienent lor pavellon,
Faites la nos ovrir et si nos en istrom."
L'amiraus respondi: "Par ma foi non feron;
Vées ici devant Tholomer et Cliçon,
Et sont ensamble o eus li douze compaignon;
Se croire me volés, par de ça en irom.  [5430]
Se nous ouvrons la porte, ja mais ne la cloron,
Ains serions tuit pris par itel achoison."
Si home li respondent: "Bien est si l'otrion."

[3.302]  L'amiraus s'en issi o mervelleuse gent,
O la geude de pié, itant celeement
Que nus qui fust en l'ost n'en sot onques noient.
Ja lor feïst as tentes tel envaïssement
Qui ne fust amendés por cent mil mars d'argent,
Se ne fust dans Filotes, a qui li rois s'atent,
C'est uns des douze pers ou li chiés de l'ost pent.  [5440]
Premiers s'en est issus por esbanoiement
Et vit les gonfanons desploiés contre vent;
As tres s'en retorna tost et isnelement
Et a dit a ses homes molt afaitïement:
"Segnor, adoubés vos, ne soiés mie lent,
Car l'amiraus chevalche vers nos ireement,
Il nos veut assaillir, par le mien ensïent.
L'assaut qu'il cuide faire et ce qu'il i entent
Li tornera a mal, se Dieus le nos consent;
Se nos le poons prendre en cest tornoiement,   [5450]
Li ferai comparer ancui molt durement;
S'il sans perte s'en vait, molt li estera gent."

[3.303]  Si tost com d'ambes pars se sont entreveü
Li Grieu lievent le cri et l'amiraus le hu;
Tholomés et Dans Clins sont premerain venu.
Tholomés point premiers desor le vair quernu;
Nabusardan le voit, qui l'a aperçeü.
Tant com li dui cheval lor ont eslais rendu
Toutes plaines lor lances se sont entrabatu.
Qant il furent a terre, n'i ont gaires geü,   [5460]
Ains saillirent en piés comme home de vertu.
Tholomés fu molt preus, s'ot le cuer irascu,
Et sot molt d'escremie si l'a premiers feru.
L'espee li descent entre cors et escu;
Se ne brisast l'espee, tout l'eüst porfendu.
Del retrous que il tint l'a el vis conseü,
Que un poi l'a navré et le grenon tondu.
Nabusardans s'esmaie du caup q'a reçeü,
Volentiers s'en alast s'il li fust consentu,
Mais Tholomés le prent, qui l'a reconneü;   [5470]
Ne fust Falés d'Egypte, tout l'eüst retenu.

[3.304]  Falés fu nes d'Egypte, fieus le roi Faraon;
Quant ot Nabusardan gari de la prison,
Pas ne se meschoisirent entre lui et Cliçon;
Tant com li dui cheval les portent de randon,
Se fierent as escus, qui sont paint a lion;
Ambedui s'entrabatent devant un pavellon.
Puis saillirent en piés ambedui li baron,
O les espees nues resmuevent la tençon.
Dans Clins le feri bien a loi de champion,    [5480]
O l'auberc li trencha un pan de l'auqueton,
De la senestre cuisse tout le maistre braon;
Ne pot ester sor piés, ains chaïel sablon.
Falés crie merci et demande pardon,
Dist que porter l'en face et tiegne en sa prison,
Car molt est nobles hom et de grant raençon.
Et Dans Clins demanda: "Vassaus, com avés non?"
"J'ai non Falés d'Egypte, fieus le roi Pharaon,
Tout le tresor mon pere vous metrai a bandon."
"Amis, ce dist Dans Clins, molt me pramés grant don,  [5490]
Tu n'i morras hui mais se en mes coupes non."

[3.305]  De cele part de l'ost ou l'amiraus tornoie
Anulas de Vilac de joster se desroie
Et fiert si Licanor que sa lance peçoie;
Licanor refiert lui, qui de mort le guerroie,
Jouste le cors li passe le gonfanon de soie,
Tant com hanste li dure l'abat en mi la voie.
Uns damoisiaus le vit, de poindre se desroie,
Le cheval Anulac saisist par la coroie;
A hués Dant Clin le conte Licanor li otroie,   [5500]
Car Dans Clins n'est pas teus que on veer li doie.

[3.306]  Li damoisiaus s'en torne, quant ot le cheval pris,
Droit a Cliçon le conte, qui Falés ot conquis.
Dans Clins prent le prison sel commande a trois Gris
Qu'il le mainent as tres, car s'il en estort vis
Teus iert la raençons nus n'en set dire pris.
Li damoisiaus l'esgarde se li a fait un ris,
Le destrier li presente, qui fu vairs arrabis:
"Cest destrier vos envoie Licanor li marchis."
Et Dans Clins li respont: "Molt est biaus, ce m'est vis."  [5510]
Puis saut sor les arçons, ainc n'i ot estrier quis,
La lance sor le fautre es grans galos s'est mis.
La ou voit Licanor si li a dit: "Amis,
Poigniés seürement, bien pöés estre fis,
Ja mais n'amerai home qui de vos soit eschis."
Et uns drus l'amiraut li vint en mi le vis;
Grant caup li vait doner desor son escu bis,
Que tout li a fendu et l'auberc a malmis,
Tant com hanste li dure l'eslonge des estris.

[3.307]  L'amiraus l'esgarda si dist a un sien dru:    [5520]
"En moie foi, amis, mal nos est avenu.
Maudis soit cis tornois qant il commenciés fu,
Car noient n'i gaaing, ains i ai molt perdu;
Mais se mi dieu me sauvent ma force et ma vertu,
Ançois que je m'en aille m'i avront conneü."
Il fait soner deus cors et un graille menu,
Et cil de Babilone sont entor lui venu;
Et l'amiraus s'eslaisse par mi un pré herbu,
Vait ferir Tholomé devant en son escu,
Que lui et son cheval a a terre abatu.    [5530]

[3.308]  L'amiraus abati et lui et son destrier;
A icele rescousse veïssiés commencier
Un estor perilleus et mervelleus et fier,
Tant escu estrouer, tante lance brisier.
Et l'amiraus escrie: "Or parra qui m'a chier;
Se cestui ne puis prendre, ne me pris un denier."
Pris i fust Tholomés, qant cinc cens chevalier
Li sourdent des herberges et quatre mil archier
Qui traient tuit ensamble ses font si esmaier,
Ou il veullent ou non, lor convint a laissier.    [5540]
Dans Clins, li fieus Carduit, li rendi son destrier;
"Sire, dist il, montés, fieus de gentil guerrier.
Que deïsse je ore Alixandre d'Alier,
Mon segnor naturel, qui vos aime et tient chier?
Se mener vos en puis, ne quier plus gaaignier."

[3.309]  Une jouste i ot faite dont maint orent envie;
Emenidus d'Arcade la fist par envaïe
Par son cors seulement o le roi d'Alenie;
Devant trestous ses pers requiert chevalerie,
Et porte en son bras destre une manche s'amie    [5550]
De fin or et de pierres tout environ ordie.
Il s'entrefierent bien, quant l'uns l'autre deffie,
Li escu ne lor valent une pome porrie,
Ambedui s'entrabatent en mi la praerie.
Qant il furent a terre, ne s'aseürent mie,
Ains sachent lor espees, dont li aciers brunie.
Emenidus le fiert, qui fu duis d'escremie,
L'espee li descent vers la destre partie,
Le poing li fait voler deseur l'erbe florie.
Li rois se sent bleciés, por Dieu merci li crie:  [5560]
"Merci, frans chevaliers, merci pri de ma vie,
Plus te donrai fin or et autre manandie
Que ne porroit porter par mer une galie."
Emenidus respont, quant li rois s'umelie:
"Vous n'i morrés hui mais, se Dieus me beneïe."
Qant l'amiraus le voit, s'ensaigne a esbaudie,
Il fait soner ses cors, si loins en vait l'oïe
Q'Alixandres l'entent d'une lieue et demie,
Qui estoit en gibiers o deus faus de Rossie,
Et a dit a ses homes: "Ne me mescreés mie,  [5570]
Par le mien ensïent, que m'ost est assaillie.
Poingniés, franc chevalier, car je chas la folie."

[3.310]  Par le tornoiement vint poignant Rodouans,
Freres fu l'amiraut, nes fu de Valdormans.
Li chevaus ou il sist fu pumelés ferrans,
Et Aristés chevalche le vair qui fu movans.
Grans caus s'entredonerent sor les escus luisans,
Que jus s'entrabatirent des bons destriers corans;
Qant il furent a terre, si sachierent les brans.
Rodouans fu lassés et ot armes pesans,    [5580]
Et a Aristé crut un poi ses maltalans;
Ja en preïst la teste, se ne fust Estorgans,
Qui par mi le bras destre le feri deus caus grans.
Si navrés com il fu, le saisi as pendans,
La ou li helmes lace et l'aubers jaserans;
A estrous l'en menast, se ne fust l'amirans.

[3.311]  Por son frere rescorre vint poignant Nabugors,
A estrous l'en menast, se ne fust Licanors,
Qui sist el cheval noir qui vint d'outre les pors;
Tel li doune en l'escu, qui fu pains a Maros,    [5590]
Contre mont vont les gambes, car li espiés fu fors;
Puis a sachié le branc, qui de ferir iert tors.
La ou l'amiraus chiet, fu douteuse sa sors,
Car se li Grieu le prenent malvais iert ses depors,
Mais cil de Babilone sonent grailles et cors;
D'espees et de lances i fu grans li apors,
Dusqu'a vint chevaliers ot au rescorre mors.

[3.312]  L'amiraus fu de mort et de prison garis,
Du tornoi maudist l'eure que il fu establis,
Tant i a sanc perdu tout en est affeblis.    [5600]
Bien set se li rois vient mors est et desconfis,
Ses archiers maine o soi si est du champ partis.
Li rois vint de gibier et entendi les cris,
Des mors et des navrés vit le defoleïs;
Por ce que il ne fu a cel comploteïs
De mautalent et d'ire est tous empaleïs.
A son tref est alés, descent sor un tapis,
Tous iriés s'est couchiés sor un lit cordeïs.

[3.313]  Tholomés oïdire que li rois iert iriés,
Entre lui et Clinçon li sont venu as piés,  [5610]
Content lui du tornoi com il fu commenciés
Et comment l'amiraus les avoit engigniés
Et com Falés d'Egypte fu pris et mahaigniés;
Les prisons li amainent si li ont deslïés.
Li rois vit les prisons, si est el lit dreciés,
Ne li chaut de sa perte, tant est des prisons liés.
Li jors vait, la nuit vient, li tornois fu laissiés;
L'amiraus s'en retorne, coureçous et iriés,
De son frere li poise, qui est menés loiés,
Et dist entre ses dens ja ne sera mais liés   [5620]
Devant a icele eure que il sera vengiés.
L'endemain par matin, quant jors fu esclairiés,
S'est levés Alixandres et vestus et chauciés.

[3.314]  Par main lieve li rois et fait ses orisons,
Et qant il ot ouré, si disna ses faucons.
Et l'amiraus li mande par set de ses barons
Q'il li donra mil pailes, trestous pains a lions,
Et cent somiers charchiés d'or cuit et de mangons,
Mais rende lui son frere et ses autres prisons.
Alixandres en jure Dieu et trestous ses nons    [5630]
Que ja, tant com il puisse chaucier ses esperons,
De tous ciaus que il a n'iert prise raençons,
Il les feroit ançois tüer comme gaignons.

[3.315]  Li message s'en tornent si l'ont dit l'amiral,
Que canque il li mande ne prise pas un ail;
Il les feroit ançois tous tüer a un mail
Que de lor delivrance se meïst en travail.
L'amiraus lor respont: "Du tenir ne li fail.
Damedieus me confonde, tant cuit je que je vail,
Ançois que du sien n'aie s'a son tref ne l'assail."  [5640]

[3.316]  Par main lieve li rois si comme l'aube esclaire.
Desous un olivier flori qui souef flaire
S'est assis Alixandres et fait ses engins faire:
Eschieles ploieïces plus de cinquante paire;
La cité cuide prendre et l'amiraut fors traire.
Sans engin la prendra, ne li targera gaire,
Et porra sejorner ens el mellor repaire.

[3.317]  Qant il dut avesprer, s'asieent au mengier,
Et qant il ont soupé, si muevent li forrier;
Li geudon furent bien tresques a vint millier,    [5650]
Por la geude garder i vont mil chevalier.
Licanor et Filote furent gonfanonier,
Dans Clins et Tholomés i vont por chastoier,
Q'il les tiegnent et gardent, s¹il veulent foloier.

[3.318]  Tout le val Danïel ont pris et peçoié.
De proies et de reube s'en vienent tuit charchié;
Et cil de Babilone l'ont l'amiraut noncié.
Et cil dedens s'en issent a cheval et a pié,
Tresq'a soissante mile furent li haubergié.
Cil qui l'amiraut guïent l'ont si bien adrecié  [5660]
Q'ançois que li Grigois fuissent apareillié
Orent pris de la geude toute l'une moitié.
Dans Clins et Tholomés en sont molt esmaié,
Regretent Alixandre, dont sont desconseillié,
Que il orent ersoir as herberges laissié.

[3.319]  "Segnor, dist Tholomés, ci voi une maison,
Close est toute de marbre o chaus et o sablon,
Une loëe durent li vergié environ;
Entrons nos ens dedens si nos i deffendons.
Un de nos por secors dusq'au roi envoion;   [5670]
Die qu'il nos sequeure, car mestier en avon."
Trestout le premerain en apela Cliçon:
"Car i alés, fait il, vassaus, fieus de baron,
Et dites mon segnor que nos nos combaton."
Dans Clins li respondi: "Tenés moi por bricon
Qui dites que m'en aille por querre garison?
Dehait ait qui veut estre aillors se ici non;
Qant je serai navrés el pis sous le menton
Et mes escus iert frais et brisié mi arçon
Et li sans de ma teste me corra au talon    [5680]
Et tenrai en ma main de ma lance un tronçon,
Ne samblerai pas home qui viegne d'orison,
N'avrai au col pendu escherpe ne bordon;
Lors irai au secors, se ançois ne l'avom."

[3.320]  Tholomés voit Dant Clin de l'aler si engrés,
Il apele Filote, cil i vient a eslés.
Il li a dit: "Filote, biaus amis, c'or i ves,
Li rois nos secorra des qu'il orra le fes."
Filotes li respont: "Tenés moi por malvés
Qui dites que m'en aille et ci iluec vos les   [5690]
Et port de mon escu toutes saines les es?
Tous jors vos en harroie sel me disiiés mes.
Ne lairoie a ferir, puis que je sui si pres,
Qui me donroit tout l'or qui fu au roi Sersés."
Tholomés li respont: "Biaus amis, je m'en tes,
Puis que vos nel volés je n'en parlerai mes."

[3.321]  Tholomés a veü de ces deus le boufoi,
Il apele Aristé si li dist en secroi:
"Aristé, biaus amis, car en alés au roi;
Il nos venra aidier des qu'il orra por coi."   [5700]
Aristés li respont: "Non ferai, par ma foi.
Se du fil vostre mere volés prendre conroi,
Vous irés en l'aïde dont estes en effroi."

[3.322]  Tholomés voit q'as trois ne puet riens esploitier;
Licanor en apele, faire en veut messagier:
"Licanor, biaus amis, ses que te veul proier?
Que tu ailles au roi por cest besoing noncier;
Des qu'il orra por coi, il nos venra aidier."
Licanor li respont: "Trop me sentés lanier.
Por ce que sui malvais m'i volés envoier?  [5710]
Se le fil vostre mere en volés conseillier,
Vous meesmes irés desor vostre destrier."

[3.323]  Tholomés voit des pers que nus ne s'en remue;
Antigonon apele a la teste chenue,
Saudoiers fu le roi, nes fu de Valgrenue.
"Antigoné, fait il, car alés en l'aiue."
Orgelleuse parole li a cil respondue:
"Ahi, dant Tholomé, quel la m'avés rendue?
Aucune malvaisté avés en moi veüe?
Envoier me volés corner la recreüe;  [5720]
Ançois fust terre mere desous mes piés fondue
Que ja ceste parole fust de ma bouche issue.
Qant j'avrai l'escu frait et la broigne rompue
Et je avrai du sanc et de la char perdue
Et m'en irai navrés, el poing m'espee nue,
Ne tenra pas li rois ma parole a faillue
Qant je li conterai quel perte avons eüe."

[3.324]  "Segnor, fait Tholomés, or ne vos sai que dire,
Ne puis penrre conseil com le sache mes sire.
L'amiraus a ici amené son empire,    [5730]
Por nos geudons q'a pris nos cuide desconfire,
Mais ains que soions mort ne livré a martire
Combatons nos a lui si li vendons nostre ire.
As espees trenchans les poons si afflire
Qant il istra du champ n'avra talent de rire."

[3.325]  "Sire, ce dist Filote, or avés bien parlé,
Ceste raisons nos vient a talent et a gré,
Qui de ceste vos faut ja ne voië il Dé.
Por l'amor du segnor qui tant nos a amé
Et tant nos a a tous et valu et doné,   [5740]
Combatons nos por lui et en sa feelté."
Qanqu'il dïent entr'aus a uns gars escouté,
Espie iert l'amiraut, si li a tout conté.
Qant l'amiraus l'entent, un ris en a geté,
A une part apele le mieus de son barné,
Et dist a soi meïsme: "Cil Grigois sont desvé."

[3.326]  "Segnor, dist l'amiraus, cil Grigois sont molt fier,
Par le mien ensïent, molt sont bon chevalier:
Li uns d'aus ne puet l'autre au secors envoier.
Se vif se laissent prendre, jes ferai manaier,   [5750]
Ja ne lor veerai ne boire ne mangier
Ne por lor raençon nes ferai laidengier.
Se par ceste maniere nes poons engignier,
Ne querroie ja plus a cest tor gaaignier;
Qanques du lor avrons comperrons nos molt chier,
Que mieus en porrions a Baudas bargaignier."
Si home li respondent: "Faites i envoier."

[3.327]  L'amiraus i envoie Savari de Solendre,
Qui de la soie part lor dist et fait entendre
Qu'il les manaiera, se vif se laissent prendre,    [5760]
Et s'il les prent par force, il les fera tous pendre.
"Comment? fait Tholomés, veut il nos dont atendre?
Se par tans ne s'en fuit, de nos l'estuet deffendre;
Qanque du nostre a pris li cuidons molt chier vendre,
Que li avoirs en iert au partir fors a rendre.
Qant il istra du champ et il devra descendre,
Il n'avra compaignon n'ait a lui a entendre."

[3.328]  Li messagier s'en vont, qui l'amiraut ont dit
Que ja ne se rendront s'ains ne sont desconfit.
Qant l'amiraus l'entent, a ses homes en rit,    [5770]
Et jure tous ses dieus c'onques teus gens ne vit,
Qui combatre se veulent et si sont si petit:
"Set tans ai je bien d'omes, qui trestout sont eslit."

[3.329]  "Segnor, dist l'amiraus, ceste bataille veul.
Desconfire me cuident li Grieu par lor orguel;
Aucuns m'en estordra se dedens nes acuel.
Veés la Licanor, qui s'arme sous cel fuel,
Devant moi prist mon frere si quel virent mi oel,
Et me dona tel caup que encore m'en duel;
Ja ne puisse passer de mon palais le suel,   [5780]
Se je son cors puis prendre, s'en chaudiere nel buel."

[3.330]  "Segnor, fait l'amiraus, je vos pri et enort
Que de ceste bataille me donés tuit confort.
De cel vergié lai ens voi issir Licanort,
Desor cel cheval noir son gonfanon destort;
Devant moi prist mon frere et me dut avoir mort.
Maudïent moi mi dieu et mon chief et mon sort
Se ja de cest marchié envers lui m'en acort.
Gardés quil porra prendre que le chief m'en aport."

[3.331]  Li Grieu se sont armé tost et isnelement,    [5790]
N'orent que set eschieles, que molt orent poi gent;
Et cil de Babilone s'armerent ensement,
Lor batailles devisent, s'en furent plus de cent.
"Segnor, dist Tholomés, d'une riens m'espoënt,
Que nel set Alixandres, qui as tres nos atent.
Ja nos donë il tout canque il taut et prent,
Nos armes sont covertes toutes d'or et d'argent.
Et l'amiraus a dit mors est s'il ne nos pent,
Or sera vilonie se chascuns ne s'i vent."

[3.332]  Tholomés sist armés el vair de Calidoine,    [5800]
Qui la teste ot plus noire que n'est grains de pioine.
S'il trovast autant qans iciaus de Babilone,
Molt lor cuidast chier vendre son cors et sa persone,
Mais ne furent que mil de ciaus de Mascedoine
Et bien soissante mil de ciaus de Babiloine;
De jostes a meschief i ot molt grant essoine.

[3.333]  Qant li soissante mil sont o les mil jousté,
Li mil lor chevalchierent par si grant volenté
N'i a gaires nul d'aus n'ait le sien enversé;
Qui chaut? que trop sont peu, n'i ont gaires duré.  [5810]
De l'alaine des cors et du poudrier levé
Et del fum des chevaus qui ierent tressüé
Estes vous l'air du ciel espoissié et müé,
A paines se conurent quant se sont regardé,
O tout ce que il sont de la soif si grevé
Tuit li pluisor se sont de l'angoisse pasmé.
L'amiraus i a fait auques sa volenté;
De ciaus qui pris n'i furent sont li pluisor navré,
A une part s'en soivrent Dans Clins et Tholomé.
Qant Tholomés vit ce qu'il l'ont du champ geté,  [5820]
De la honte qu'il ot a si le cuer serré
Qu'ens el cors li pantoise si a un poi ploré
Et regrete Alixandre, qui trop a demoré.
La lance sor le fautre a Baiart galopé;
Au chief de la bataille a un roi encontré.
Grant caup li vait doner sor son escu listé,
Que tout li a fendu et l'auberc defaussé
Et voiant l'amiraut a celui mort geté.
Troi chevalier s'eslaissent, dont li dui l'ont navré;
Qui chaut? pas ne l'abatent, son tor fist par le pré.  [5830]

[3.334]  El champ ou li Grigois furent mort et vaincu
Tholomés se deffent com hom de grant vertu;
Entre lui et Cliçon ont le champ maintenu.
Troi chevalier s'eslaissent s'ont Tholomé feru,
Son destrier li ocïent et lui ont abatu;
A terre chiet pasmés, covers de son escu.
Dans Clins beneïst l'ame qui dedens son cors fu,
Cuida que il fust mors quant il le vit cheü;
Ne pot mais endurer, car trop i a perdu.

[3.335]  Dans Clins crie s'ensegne, ne puet avoir soulas.    [5840]
Se il fust soi et autre ou soi tiers ou soi qars,
De l'aler en l'aïde ne fesist il porchas,
Mais il estoit navrés en la teste et el bras,
Li escus de son col sanloit viés talevas,
De son elme li pendent li qartier par les las.
L'amiraus li escrie: "Ça esterés, couars!
Ne savra hui par vos noveles li bastars."
Et Dans Clins li respont: "Vos mentés comme gars,
Molt sui ore malvais qant dolent ne vos fas."
Du tronçon d'une lance li dona un tel flas   [5850]
Que trois dens li peçoie, car fors est li esclas.
L'amiraus fu bleciés, a terre chiet tous plas,
Si home l'en redrecent, mais dolens fu et mas.
Dans Clins prent le cheval, qui est de bon haras,
Du champ s'en est partis par devant un margas.

[3.336]  Dans Clins se part du champ dolens et irascus,
Tresq'au tref Alixandre ne fu ses frains tenus;
Lors s'areste li quens, a pié est descendus.
Alixandres le voit, contre lui est venus,
Puis li a demandé: "Ou fu cil vostre escus?"  [5860]
Et cil li respondi comme hom aperceüs:
"De cel val Danïel sui n'a gaires issus,
La s'est li amiraus as forriers combatus,
Trestous ciaus qui alerent avés fors moi perdus,
Car l'amiraus les a tous pris et retenus,
Et Tholomés i fu laidement abatus
Et tres par mi le cors de deus espiés ferus."
Qant Alixandres l'ot, molt s'en est irascus,
Fremist et devint noirs et de parler fu mus;
Puis jura Damedieu et toutes ses vertus    [5870]
Que se Tholomés muert l'amiraus iert pendus.

[3.337]  "Sire, ce dist Dans Clins, por coi vos demorés?
Car secorés vos homes et vos armes prenés,
Et je vos conduirai, se croire me volés.
Ançois que l'amiraus se soit du champ tornés,
Vous josterai o lui, si vos i combatés;
Grant honor i avrois se vaintre le pöés."
"Dant Clin, dist Alixandres, ici vos demorés,
Ne venrois mie o nous, que trop estes lassés."
"Sire, ce dist Dans Clins, por nïent en parlés,  [5880]
Mi compaignon sont pris et je m'en sui emblés;
Se n'estoie au rescorre, je seroie desvés."

[3.338]  Li rois a pris ses armes et par l'ost montent tuit;
Tous premerains chevalche Dans Clins, li fieus Caduit;
Si navrés com il iert, ens el champ les conduit.
Et la gent l'amiraut demainent grant deduit,
Par le vergié s'ombroient et mangüent le fruit,
Iluec veulent atendre la froidor de la nuit.
A tant es vos le roi et Cliçon quil conduit,
Tant i sonent de cors que tous li vaus en bruit.   [5890]
De ciaus de Babilone n'i a un seul, ce cuit,
Qui por son cors garir en son cheval ne puit;
Et l'amiraus en jure n'i a nul, s'il s'en fuit,
Qui a tout son vivant Babilone ne vuit,
Et cil de son lignage seront ars et destruit.

[3.339]  Qant Alixandres vint, qui lors veïst les Gris!
Onques Dieus ne fist home, tant fust poësteïs,
S'il les atent a caup, qu'il ne soit mors ou pris.
Li rois vint tous premiers, de maltalent espris,
Et sist sor un destrier qui molt fu de grant pris;   [5900]
La lance sor le fautre, s'est es grans galos mis.
Et l'amiraus guenchist comme hom bien ademis,
Mervellous caup li done desus son escu bis,
Que li trous de la lance li vole en mi le vis;
Et li rois le feri comme hom volenteïs,
Que tout l'escu li fent et l'auberc a malmis.
Il l'empaint de vertu, si li taut les estris;
L'amiraus chiet a terre, Clins a le cheval pris.

[3.340]  Dans Clins prist le cheval com hom aperceüs;
Qant il le tint as regnes, ne se contint pas mus,   [5910]
Ains dist a l'amiraut: "Or estes vous cheüs,
Mieus vous venist encore que ne fuissiés venus;
Li fieus le roi de Gresce vos mostre ses vertus.
Hui main le laidengastes, malvais est vostre argus,
Molt tost vos en est or li guerredons rendus.
O le cheval m'en vois dont estes abatus."
Nabusardans l'entent, molt en est irascus,
L'amiraut fait monter el bai qui fu crenus.
Et cil de Babilone ont si les sens perdus
Que onques du deffendre ne fu nus plais tenus,    [5920]
Tout droit vers Babilone vont les chemins batus.
Qant l'amiraus le voit, tient soi por confondus,
D'ambedeus pars de soi en voit aler ses drus,
Bien set s'il i remaint pris iert et retenus;
A la fuie s'est mis, car li chans est vaincus.

[3.341]  Or s'en vait l'amiraus, tout i laist son harnois;
De ciaus de Babilone s'en vont li plus cortois
Et li Grieu les enchaucent as chevaus qu'il ont frois,
O les espees nues les fierent de manois,
Onques nes pot tenir ne barre ne deffois.    [5930]
Tresq'au chief de la vile, dont li mur sont turcois,
Les en mainent ferant et prenent trois et trois;
Les portes de la vile ont closes li borgois.
Molt en est coureciés Alixandres li rois;
Arriere s'en retornent, car pres lor est li soirs.

[3.342]  Alixandres s'en torne qant il vit avesprer,
En son tref descendi si se fist desarmer;
Des barons q'a perdus se prist a dementer,
Li cuers li atenroie, si commence a plourer.
Dans Clins, li fieus Carduit, l'est alés conforter:  [5940]
"Sire, ce dist Dans Clins, cest duel laissiés ester,
Onques por grant duel faire ne vi riens conquester.
Faites querre les mors ses ferons enterer,
Et les navrés si faites a vos mires saner.
A prendre Babilone porrés bien recouvrer."
"Dant Clin, fait Alixandres, molt savés bien parler,
De ce que vos me dites me convient a penser."

[3.343]  "Sire, ce dist Dans Clins, ce est molt grans confors
Que Aristés est vis, Filote et Licanors.
Cil qui les iront querre portent eaue en lor cors  [5950]
Qu'il ne soient estaint du chaut qui est si fors,
Et quierent Tholomé grant piece loins des nos;
Envers le vi chaoir sor l'escu de Maros.
De ciaus de Babilone i laissa tant de mors
Que ses chevaus en iert el sanc tresq'as argos."

[3.344]  Li rois i envoia et fist le champ cerchier;
Les mors et les navrés truevent par le vergier.
Grant piece loins des autres, le trait a un archier,
Troverent Tholomé sous l'ombre d'un laurier,
Covert de son escu, ne se pooit aidier;    [5960]
A boivre li donerent por la chalor laissier.
Sor deus chevaus li font litiere aparellier,
Au tref le roi en portent le gentil chevalier.
Alixandres le voit, n'i ot que courecier,
Puis a dit a un mire qu'il penst de l'esploitier;
Plus li donra avoir que ne vaura baillier.
Et cil li respondi: "Ja n'en estuet plaidier,
Tout sain le vos rendrai dusq'a un mois entier."

[3.345]Tres devant Babilone, a mont dedevers bise
Sor l'eaue de Cobar, qui la terre devise,    [5970]
Trois lieues environ ont la terre porprise.
Tous li mondes le sieut por sa grant commandise,
Li uns por sa largesce, l'autres por sa justise.
Larges est Alixandres sans nule covoitise;
Por ce a tout le mont et la gent si aquise
Que nus ne veut partir de lui en nule guise.
Sor l'espaulle Aristé a sa destre main mise,
Esgarde sa maisnie, durement s'en felise,
Et dist a Aristé: "Nule autre manantise
Qui soit en tout le mont n'aim je tant ne ne prise,  [5980]
Car par aus sui doutés et mes voisins en brise."

[3.346]"Aristé, dist li rois, molt par ai grant leece
Quant je voi ma maisnie plaine de grant proëce,
Onques riens ne perdi, certes, par lor perece.
Cist amiraus est faus, qui envers moi se drece,
Car jel tenrai si court comme cheval en trece,
Ne li lairai de terre vaillant un grain de vece;
Faus est quant ne me rent toute la forterece."
"Sire, dist Tholomés, ains est molt grant noblece
Qui a son enemi et volentiers le blece."   [5990]
"Tholomé, dist li rois, dit avés grant proëce,
La roïne d'Egypte vos doins et la richece,
Les chastiaus qui la terre tienent en grant destrece."
"Par foi, dist Tholomés, ci a molt grant hautece."
Au pié l'en vaut aler, qant li rois l'en redrece.

[3.347] La roïne d'Egypte, le ceptre et la courone
Et trestoute la terre par de ça devers none
Alixandres li rois a Tholomé le done.
Molt est sages li rois, les autres araisone:
"Molt puet estre dolens, si com la letre sone,  
[6000]
Li hom qui primes va et puis aprés chatone."
Aprés parla uns princes qui fu nes d'Escalone:
"Que vaut commencemens se la fins n'en est bone?
Services sans eür ne vaut un grain d'anone,
Car Salemons le dist en son livre et sarmone."
<<< >>>