<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.348] Assés i ot parlé et derriere et devant,
Li pluisor de folie, de savoir li auqant.
"Segnor, ce dist li rois, öés que je commant:
Que tout soiés levé a l'aube aparissant,
Conreé de vos armes comme gent combatant,  [6010]
Que ne vauroie mie que l'amiraus se vant
Que je perde par lui la monte d'un besant."
Lor parole ont finee, si le laissent a tant.
Li rois entre en son tref, li cierge i sont ardant;
Il a demandé l'eaue, on li porte devant,
Ses manches qant il leve li tienent dui enfant.
Qant li rois ot mengié, s'apela Elinant,
Por lui esbanoier commande que il chant.
Cil commence a noter ensi com li gaiant
Vaurent monter el ciel comme gent mescreant,   [6020]
Entre les dieus en ot une bataille grant;
Se ne fust Jupiter o sa foudre bruiant,
Qui tous les desrocha, ja n'eüssent garant.
Qant Alixandres l'ot, si respont en riant:
"Qant li sires vaut auques, li home en sont vaillant."

[3.349] Li rois se vait couchier a deduit et a joie,
Sor lui ot estendu une coute de soie.
Au matin s'est levés por esploitier sa voie,
Ses eschieles devise et sa gent bien conroie.
Tholomés vait avant, molt docement li proie   [6030]
Que l'angarde li doinst, et li rois li otroie.
"Mais gardés, fait li rois, que ne corés en proie;
Trop ai or et argent et deniers et monoie,
Poi pris autre gaaing se la cités n'est moie."
"Sire, dit Tholomés, faus est qui vos guerroie."
Des que li cor sonerent et li grans os s'effroie,
Alixandres chevalche, qui pas ne se deroie.
Licanor en apele, qui a la crine bloie,
Puis li dist en riant: "Se Damedeus me voie,
Qui quiert autre richece malement se desvoie."   [6040]

[3.350] Ainsi com li rois l'ot commandé des la nuit,
Leverent par matin et s'armerent trestuit.
Et li autre somier n'alerent mie vuit,
Ançois portent l'avaine, le pain, le vin, le fruit.
A chars et a charretes sont li engien conduit;
Qant l'ost dut aprismier, de cors i ot grant bruit.
Alixandres s'apuie sor Clin, le fil Carduit,
Si li dist en riant: "Or voi je mon deduit,
Qant armee est ma gent qui por nului ne fuit."
Dans Clins li respondi: "Sire, ne vos anuit,   [6050]
Vos dites verité et je molt bien le cuit;
Gent qui ont bon segnor ne seront ja detruit."

[3.351] Alixandres monta el destrier chastelain,
Il estoit trestous blans, por ce ot non Albain;
Conreés de ses armes, s'oriflambe en sa main,
Devant lui fait soner deus buisines d'arain,
Et plus de troi cens cors sonerent par le plain;
Ces valees resonent, cil mont et cil cavain.
Desi q'en Babilone l'oënt li citoiain,
Lores sorent il bien et furent tuit certain   [6060]
Q'il avroient le siege ou anuit ou demain.
Tholomés et li sien, qui ne sont pas vilain,
Por faire l'avangarde chevalchent premerain.
Aprés vont li somier, qui portent vin et pain,
Engiens por murs abatre, qu'il n'i a si hautain,
Se un jor i assaillent, qu'il laissent mie sain.

[3.352] Ce fu el mois de mai, que florissent gardin,
Que cil oiselet chantent souef en lor latin.
Sovent est coureciés qui a felon voisin;
Molt ot males noveles au soir et au matin.   [6070]
L'amiraus se seoit sor un perron marbrin
Dedevant son palais, desous l'ombre d'un pin.
Qant il ot la novele, manda por un devin,
Por faire un sacrefice vait au temple Apollin.
Un tor i amenerent plus de mil Sarrasin,
Car de cele bataille vauront savoir la fin.

[3.353] Li clers fu nes d'Egypte, hom ne sot plus de sort,
Et des respons as dieus se penoit il molt fort;
Le sacrefice a fait les le temple en un ort.
Une vois vint du temple, qui issi d'un regort,   [6080]
Et dist a l'amiraut: "Noveles vos aport:
Vous avés molt grant droit, Alixandres a tort,
Mais de ce que vos chaut? venus est a sa mort;
Mais comment il morra noient ne vos recort."
Qant l'amiraus l'oï, s'en ot molt grant confort,
Et a dit a Sorin, un roi de devers nort:
"Apolins me maldie se je des mois m'acort."

[3.354] Sorins fu riches hom, rois des Amoravis,
Et ot en sa compaigne plus de mil Arrabis,
N'en i avoit un seul ne fust preus et hardis.   [6090]
Sorins parla premiers com chevaliers eslis
Et dist a l'amiraut: "Tous soiés vos honis
Se faites malvais plait. Dont n'estes bien garnis
De pain, de vin, d'avaine, de vaches, de brebis,
Chevaliers et sergans preus et amanevis?
Et desor tout ice, dont n'estes vos bien fis?
Venus est a sa mort, li dieus n'iert ja faillis,
Car nul de ses respons ne fu onques desdis."

[3.355] Aprés parla Farés, qui d'Egypte fu sire,
Et dist a l'amiraut, tout belement, sans ire:   [6100]
"Tant avés chevaliers çai ens de vostre empire;
Mandés un chapelain, faites un brief escrire,
Et qant il iert escris et seelés en cire,
Ce truist li rois el brief, qant il le fera lire:
S'il n'ist de vostre terre, livrés est a martire,
N'i avra nul des siens qui n'ait mestier de mire;
Au partir de l'estor por voir le porra dire."

[3.356] Puis parla Macabruns, qui fu rois de Nubie,
Toute la noire gent avoit en sa baillie,
Vallés iert si amoit pris de chevalerie,   [6110]
Et dist a l'amiraut: "Ice ne lo je mie
Que on ja i envoit, car ce seroit folie.
Alixandres est pres, bien a lieue et demie,
Trois tans avés vos gent mellor et plus hardie;
Qui ja l'en requerra Apollins le maldie.
Chevalchons contre lui a bataille furnie,
Venus est a sa mort, sa gens sera honie,
La raison d'Apollin ne sera ja faillie.
Alixandres est plains de molt grant felonie,
Il n'araisne nului ne nului ne deffie,   [6120]
Ains veut de tout le mont avoir la segnorie.
Ja n'i envoierés, coi que Pharés vos die."

[3.357] Lors se dreça en piés Saligos li barbés,
Il fu rois de Sabba, cent ans avoit passés,
Sages fu de conseil et par armes doutés,
Et ot en sa compaigne dis mil de ses privés.
Il dist a l'amiral: "Un petit m'entendés.
Pharés a molt bien dit, un brief li trametés,
Par deus de vos barons le brief envoierés;
Par bouche et par escris molt vilment li mandés [6130]
Que il vuit vostre terre, que c'est vostre herités,
Et s'il ne veut ce faire, si resoit deffïés.
Chevaliers avés bons, hardis et adurés.
Ce qu'Apollins a dit, se ce est verités,
Dont sai je bien qu'il iert ou mors ou afolés.
Il cuide avoir Persans et Yndïens trovés,
Mais il n'i parra mie qant iert a nous jostés;
As brans d'acier forbis iert ses orgeus matés.
Se Dayres fu haïs, vos estes trop amés."

[3.358] Au conseil Saligot se tienent li baron,   [6140]
Et l'amiraus meïsmes loe ceste raison.
Il en a apelé Acarin et Sanson,
Cil ierent chevalier andui de sa maison,
Le brief a fait escrire sans noise et sans tençon
Et dedens le seel a mis le quaregnon,
Mais il n'i mande mie point de dilection,
Mais selonc la deserte li mande guerredon,
Et en aprés li mande par grant aatison:
"Alixandre, or enten, fieus le roi Phelippon,
Je te mant et commant: n'i fai arestison,   [6150]
Va t'ent hui ou demain fors de ma region;
Et se tu nel veus faire, j'en jur mon dieu Mahon,
Venus es a ta mort, a ta confusion,
Et ta gent est venue a grant destrusion.
Ce ne sont pas Yndois ne Persant n'Esclavon,
Qui lor segnor ocirent Dayron par traïson."

[3.359]  Des que cil ont oïle commant l'amiral,-
Il furent molt sage home et cortois et loial,-
Apareillier se vont ambedui li vassal.
Chascuns d'aus ot vestu un blïaut de cendal,   [6160]
Afublé ont mantiaus de paile emperial;
Lor palefrois lor mainent lor escuier loial,
Molt sont bien enselé ambedui par ingal,
Li lorain et les seles, li bouton, li poitral
Sont tout fait a or fin o pierres de cristal;
Bien sont apareillé ambedui li vassal.
Le congié demanderent, ne font plus lonc estal,
Montent es palefrois si issent du portal,
Et fait traire chascuns devant soi un cheval.
Alixandres estoit les le plain el costal,   [6170]
Environ lui estoient si baron natural,
Et faisoit un tref tendre, car li chaus li fait mal.

[3.360]  Li pavellons le roi sist sor une fontaine
Qui sourt el chief du val, si est et clere et saine.
De l'ost fu contre val la riviere si plaine
Que sorveoir les pueent li message a grant paine.
Tholomés et sa gent, qui n'est mie vilaine,
Cil se sont herbregié vers la terre foraine
Et voient la cité, dont li mur sont d'araine,
Le charroi devers l'eaue qui la vitaille amaine,   [6180]
Le pain, le vin, la char, le forment et l'avaine.
La maisnie Aristé cele fu deesraine,
L'arrieregarde ont faite toute cele semaine.

[3.361]  Tholomés premerains en l'angarde est montés,
Ensamble o lui mena vint chevaliers armés;
Les messagiers roiaus a premiers encontrés,
Puis lor a demandé: "Dont estes, ou alés?"
Acarins fu molt sages et chevaliers menbrés,
Il li a respondu: "Vos le sarés assés.
De Babilone somes, qui molt est fort cités,  [6190]
Message l'amiraut, qui'n est sires clamés.
Un brief nos a charchié, vostre roi iert portés,
Pri vos par amistié tresq'a lui nos menés.
Qant li briés l'amiraut li sera presentés
Et il l'avra fait lire, adont savoir porrés
Que l'amiraus li mande, se savoir le volés."
Tholomés li respont: "Bon conduit i avrés."
Tresq'au tref Alixandre les a ansdeus menés;
Cil ont les palefrois as escuiers livrés.
Li rois fu en son tref, en un lit acoutés,   [6200]
Et ot environ lui cinc cens de ses privés.
Acarins parla primes qui fu preus et senés.

[3.362]"Mahomés li grans dieus, qui tous nos puet sauver,
Que quant il veut fait chaut et quant il veut geler
Et de la lune fait par nuit obscure cler
Et du soleil refait le jor enluminer,
Et Apollins, li dieus qui ainc ne vaut fausser,
Qui le respons nos dist, que n'i vaut demorer,
Que l'amiraus li fist enquerre et demander,
Icelui devons nos et croire et aourer;   [6210]
Il gart nostre segnor de mort et d'afoler."

[3.363]"Or enten, Alixandres, que te mande mes sire:
Ici t'envoie un brief, seelés est en cire,
Par conseil de ses homes a fait le brief escrire.
Fai le seel reçoivre et fai les letres lire,
Et se tu nel veus faire, tant te veul je bien dire:
Se ne vuides sa terre, tu en seras li pires,
Et trestoute ta gent en recevront martire."
Qant Dans Clins l'entendi, de maltalent souspire,
Et Tholomés meïsmes en commença a rire.  [6220]
Alixandres le voit, si lor a pris a dire:
"Gardés, fait il, segnor, n'i ait courous ne ire."

[3.364]  Li rois a pris les letres si brisa le seel.
Qant ot leü les letres, si rist sous son mantel
Et a dit as messages: "J'ai veü en la pel
L'amiraus me menace de mort par son revel.
Montés es palefrois, n'i ait mais autre apel,
Et dites l'amiraut venus sui de novel;
Demain par matinet passerons le moncel,
Dedevant Babilone irons faire un cembel,   [6230]
Et prendrai la cité dont li portal sont bel;
Ne li lairai aprés ne dongon ne chastel.
Tel parole m'a dite dont il ment el musel;
Se jel tieng en bataille, s'il n'a cheval isnel
De m'espee trenchant li donrai tel bendel
Dont il avra, ce cuit, sanglent le haterel.
Je ne m'en irai mie, ne je ne mi dansel,
Devant que j'aie prise la fort tor de Babel
Que firent li gaiant de chaus et de quarrel."

[3.365]  Li messagier s'en tornent, pris sont li palefroi.   [6240]
Acarins fu molt sages et cortois de sa loi,
Et dist a Tholomé: "Biau sire, entendés moi.
Vos nos aconduisistes belement sans desroi,
Or nos raconduisiés." Et cil dist: "Je l'otroi."
Plus de lieue et demie les conduit sans esfroi,
Et furent bien o lui chevalier vint et troi.
Tholomés s'en retorne et cil s'en vont l'erboi.
Li uns a dit a l'autre: "Ci a orgellous roi;
Si home l'aiment molt et de cuer et de foi.
Si com il nos a dit, et je tres bien le croi,   [6250]
Nous avrons le matin un orgellos tornoi."

[3.366]  Li messagier s'en vienent en Babilone errant,
Ce fu un petitet ains le soleil couchant,
Et truevent l'amiraut desous un pin seant.
Li messagier descendent, Acarins vient devant,
Tres devant l'amiraut a parlé en estant:
"Sire, nos avons fait tres bien vostre commant.
Orgelleus est li rois, chevalerie a grant;
S'il ne nos a menti, par son l'aube aparant
Devant ceste cité venront sa gent poignant.  [6260]
Tel parole avés dite dont il dist en riant
S'il vos trueve en bataille tel vos donra du brant
Que de perdre la teste n'avrés ja nul garant."

[3.367]  Aprés a parlé Sanses: "Sire, ne gabe mie;
Alixandres est fiers et sa gent molt hardie,
Ainc mais ne fu jostee si grant chevalerie.
S'il ne nos a menti, ne lairai ne vos die
Babilone sera par matin assaillie;
Il l'avra, se il puet, par tans en sa baillie.
Tel parole avés dite dont li rois vos deffie;  [627]
Se il vos puet tenir, il vos taura la vie.
Ja mais ne finera o sa grant compaignie
Devant que de Babel avra la tor saisie
Que firent li gaiant par lor grant desverie."
Qant l'oï Macabruns, a haute vois s'escrie:
"Cist rois fait a loër, se Dieus me beneïe,
Qui veut de tout le mont avoir la seignorie."

[3.368]  Li amiraus se gist desous l'ombre d'un pin,
Environ lui estoient tel dis mil Sarrasin
N'i avoit un n'eüst bon peliçon hermin   [6280]
Et blïaut de cendal et mantel sebelin.
Li amiraus se sist sor un perron marbrin
Qui a quatre chaenes iert atachiés d'or fin.
Macabruns se dreça, molt i ot bel meschin,
Joenes iert si iert rois du regne outremarin:
En sa compaigne furent dis mile Barbarin.
Qant il oïparler Sanson et Acarin,
Il sache les ataches de son mantel porprin.
Parla sarrasinois, ne sot autre latin,
Et dist a l'amiraut: "Creés bien Apollin,  [6290]
Car molt par a en lui bon dieu et bon devin.
Issons de la cité tuit armé le matin,
Alons contre Alixandre tout le plenier chemin,
Combatons nos a lui si le traions a fin,
Et qui laist cest conseil molt a le cuer frarin;
Plus est coars de lievre que chacent li mastin."

[3.369]"Sire, dist Saligos, je sui de grant aage,
Si ai oïparler et maint fol et maint sage.
Macabruns est vallés si a legier corage,
Si veut en Babilone mostrer son vasselage.   [6300]
Se vous i combatés, orgeus sera et rage,
Et se vous i avés ne perte ne damage
Tels le porra oïr quil tenra a outrage.
Babilone est molt fors, faire i puet lonc estage;
Tost ferons pais a lui par aucun avantage,
Ou nous querrons acorde par aucun mariage;
Ta fille li donras, molt est de haut parage.
S'il s'en estoit alés, mais qu'il n'eüst ostage,
Ja n'avroit plus du vostre vaillissant un formage.
Ne porroit rassembler si tost son grant barnage,  [6310]
Ne revenroit ja mais en cest païs salvage,
Car li destroit sont grief, et fort sont li passage."

[3.370]  En aprés Saligot en a Cratés parlé.
Icil fu dus de Mede, de molt grant parenté,
En sa compaigne furent plus de set mil armé;
Et dist a Saligot: "Or vos ai escouté.
Ja par moi ne sera ice acreanté
Que nous laissons enclorre ça dedens la cité,
Car il nos torneroit a honte et a vilté.
Por q'a dont l'amiraus si grant pueple mandé?  [6320]
Dont ne dist Apollins, qui tous tans dist verté,
Que il en Babilone perdroit sa poësté?
Venus est a sa mort, ja n'en iert trestorné.
Le matin par son l'aube soions trestuit armé
Et si issons la hors tuit rengié et serré,
Et se nous en bataille somes o eus josté
Je cuit que cest besoing avrons tost afiné."
Li chevalier s'escrïent, qui molt l'ont desirré:
"Cest conseil loons tuit que Cratés a doné."

[3.371]  Or se sont affïé de combatre au demain.   [6330]
L'amiraus apela un sien prevost, Soutain,
Et aprés Torquentin, un sien cousin germain:
"Je veul que vos soiés anuit mais chastelain
De la cité garder; de ce soiés certain
Q'on ne me puist tenir por fol ne por vilain."
A tant s'en est tornés a son palais hautain,
Richement fu servis de char, de vin, de pain.
Tantost com il fu jors, trestout li citoiain
Et l'amiraus meïsmes s'en issi hors au plain,
Mais li roi et li conte issirent premerain.   [6340]

[3.372]  L'amiraus vit ses homes haitiés de la bataille,
Primes les chevaliers, en aprés la pietaille;
Molt heent Alixandre, qui si fort les travaille.
Par mi tout ce qu'il ont pain assés et vitaille,
N'ont soing qu'il les encloe ne lai ens les assaille.
Il ne redoutent gaires lui ne sa baronaille,
En Apollin se fïent et en sa devinaille.
Il demande ses armes, uns chevaliers li baille.
Il vesti un hauberc si laça la ventaille,
Fort, entier et serré, et a menue maille,   [6350]
Et si ne poise mie douze pains de maaille.
Puis a lacié un elme qui por fer ne fist faille,
Et a çainte l'espee dont li brans d'acier taille.

[3.373]  Un cheval li amainent en la place devant.
Et col et chief ot noir et tout l'autre ferrant,
Covers fu d'une porpre molt riche et molt vaillant;
Frain i ot assés bel et bon et avenant,
Une sele ot el dos que firent dui gaiant,
Les alves furent faites de l'os d'un olifant,
Ambedui li arçon de pierre d'aïmant,   [6360]
A glus i sont saudé par maiestire grant.
L'amiraus i monta, puis a dit en riant:
"Alixandres est fous s'il me tient por enfant,
Qui cuide avoir ma terre trestout a mon vivant.
Se il a chevaliers, et j'en ai autretant;
Se li sien sont hardi, et li mien combatant.
Je ne l'en lairai mie demi pié ne plain gant
Se il primes ne m'a ou mort ou recreant.
Venus est a sa mort, segnor, por ce me vant
Q'Apollins le me dist, lui en trai a garant."   [6370]

[3.374]  L'amiraus est molt preus et le corage ot fier
Por ce qu'il vit ses homes de bataille afichier.
Par son droit non apele Macabrun le guerrier,
Qui de chevalerie avoit grant desirrier,
Son hardement voloit prover et ensaier.
"Prenés, fait il, vos armes et montés el destrier,
Menés ensamble o vos le riche duc Cratier,
Et en vostre compaigne seront mil chevalier.
Porprenés cele angarde lassus dusq'au rochier;
Se veés l'ost venir, sel me faites noncier,  [6380]
Mes eschieles vaurai et serrer et rengier."
Macabruns s'en torna tot le chemin plenier,
Lassus a mont as roches fist s'ensegne drecier,
Aprés dist tel parole que bien peüst laissier:
"Certes, or me deüssent li roial aprochier;
A tant quant, s'il nos pueent de l'angarde chacier,
Entr'aus se porront bien et vanter et proisier
Que bien nos devroit on faire ensamble mengier
Sans table et sans touaille tout ensamble el foier."
Ce nos dist Salemons, bien le puis tesmoingnier,   [6390]
Sovent s'esjoïst on contre son encombrier;
Tholomés l'en fist puis le jor tout mençoingnier,
Car a cinc cens des siens le fist le champ vuidier,
Tels cent en i chaïrent ne se porent aidier.

[3.375]  Macabruns s'aresta tres en mi le chemin,
Li dus Cratés o lui, et dui mil Sarrasin;
Lor ensegnes fichierent droites desous un pin.
Alixandres li rois se leva par matin,
Vestus d'une chemise deliie de lin,
Et desus un blïaut d'un chier paile porprin,   [6400]
Et chauça unes chauces d'un paile alixandrin.
L'eaue li aporterent por laver doi meschin,
Et furent de fin or ambedui li bacin.
Estes vos Tholomé sor un mul sarrasin,
Et dist a Alixandre: "Jel di et sel devin
Que cil de Babilone nos sont molt pres voisin;
La sus en son cel mont sont ja li Barbarin,
Ausi vont glatissant com se fuissent mastin.
Mainte ensegne de paile i a et d'osterin."
Alixandres respont: "Volés savoir la fin?  [6410]
Dont n'est l'angarde vostre, Tholomé, cest matin?
Se je par vos i pert qui vaille un angevin,
Dusqu'a quarante jors ne bevrés mais de vin."
Qant Tholomés l'entent, si li fist un enclin.

[3.376]  Tholomés s'en torna, n'i fist plus lonc sejor,
Montés est el mulet si s'est mis el retor;
Venus est a son tref, descent de l'ambleor.
Si home li ont dit, si lige vavasor:
"Quels noveles contés du roi macedonor?"
"Bones, la merci Dieu, fait m'a molt grant honor,  [6420]
Car le premerain caup avrai hui de l'estor."
Por sa gent tost armer fist soner un tabor;
Il vesti un hauber, nus hom ne vit mellor,
Et a lacié un elme qui fu a oriflor
Et a çainte l'espee qui fu a l'aumaçor
Qui tint en sa baillie la terre de Labor.
Un escu li aportent de vermelle color,
L'ensegne de sa lance li tramist par amor
La roïne d'Egypte, qui puis l'ot a segnor.
Puis li ont amené le bon vair coreor;   [6430]
Qant il fu sus montés, bien sambla poingneor.

[3.377]  Estes vos Tholomé fors de son tref issu,
Ses grailles fait soner et sovent et menu;
Aprés lui s'en issirent si ami et si dru,
Et furent bien cinc cens qui o lui sont venu.
Tholomés vint avant com hom de grant vertu,
Garda sus en l'angarde s'a Macabrun veü
Devant trestous les autres desous un pin agu.
"Baron, dist Tholomés, or m'est bien avenu;
Lassus en voi un seul, a son col son escu,   [6440]
Et je tous seus irai, ja ne m'iert deffendu.
S'il demande bataille, ja ierent caup feru;
Ja i avra bien tost gaaignié ou perdu."
N'i a nul des cinc cens qui n'ait son fraim tenu,
Et Tholomés s'en torne, qui preus et hardis fu,
Les galos du cheval par mi le pré herbu.

[3.378]  Tholomés s'en torna, qui l'angarde porprent,
Et a dit a ses homes: "Chevalchiés durement."
Qant vint sus en l'angarde, si parla hautement:
"Qui estes vos, vassal? nel me celés noient."  [6450]
Et respont Macabruns: "Jel dirai voirement,
Se savoir le volés, par itel convenant
Que aprés me dirés tout le vostre esrement."
Tholomés li respont: "Par le mien ensïent,
Se me dites le vostre, et je vos ensement."
"Par foi, dist Macabruns, je sui hom de jovent,
Sires sui de Nubie, de l'onor qui apent,
Car li rois fu mes peres, se ma mere ne ment;
Dis mile chevalier sont o moi et cinc cent.
L'amiraus me manda et proia doucement   [6460]
Que li venisse aidier encontre vostre gent,
Et je i sui venus prover mon hardement;
Et je l'i aiderai se Dieus le me consent,
Ja ne m'i troverés trop malvais ne trop lent.
Tes sire est orgelleus si fait molt malement,
Qui veut de toutes terres avoir le tensement;
Mais n'ira mie ainsi du tout a son talent,
Tost i puet meschaver se garde ne s'en prent."

[3.379]"Vassaus, dist Macabruns, ce est la verités,
Je sui rois de Nubie si fu mes parentés.  [6470]
Et ai en ma compaigne dis mil homes armés
Et sui de l'amiraut por aïde  mandés.
Orgelleus est tes sires si fait molt que desvés,
Qui veut a tous les autres tolir lor iretés,
Mais cist païs li iert deffendus et veés;
Se garde ne s'en prent, tost i iert afolés.
Dites moi vostre non, gardés nel me celés."
Et respont Tholomés: "Or endroit le sarés:
Uns des douze pers sui si ai non Tholomés
Et sui de mon segnor par ma proëce amés;  [6480]
De la bataille m'est li premiers caus donés.
Molt est fiers Alixandres, et grans sa poëstés;
Ja mais ne finera, li consaus est finés,
S'avra de Babilone prises les fremetés,
Et que de tout le mont sera sires clamés."
"Vassaus, dist Macabruns, un petit m'entendés:
De ce que musars pense remaint a faire assés."

[3.380]"Vassal, dist Tholomés, rois estes de Nubie
Et si vous a mandé l'amiraus por aïe,
Dis mil homes avés en vostre compaignie;  [6490]
Uns sui des douze pers qui l'ost ont en baillie.
Alixandres est fiers et sa gent est hardie;
Toute cele du mont ne douteroit il mie,
Por ce doit bien avoir du mont la segnorie.
Qui riens li contenra, il fera grant folie,
Car se nus se repent et il merci li crie,
Tant par est li rois dous que sempres li otrie.
Je sui ses liges hom, s'il est quil contredie
Je li ferai jehir a m'espee forbie."
"Par Dieu, dist Macabruns, or oi grant estoutie [6500]
Et jel vos contredi, par ma chevalerie."
A tant sont departi, li uns l'autre deffie.
Or orrés ja bataille par molt grant aatie.
"Vassal, dist Tholomés, or faisons cortoisie
Que la pais de nos homes soit juree et plevie
Desi que la bataille de nos deus soit fenie."

[3.381]  Macabruns apela le riche duc Cratier,
La pais li fait jurer, plevir et fiancier,
Et Tholomés la fist as siens afiancier;
Por la joste veoir font les rens esclairier.   [6510]
Cratés fist apeler a soi un escuier,
A l'amiraut l'envoie por dire et por noncier
Qu'il face ses batailles et serer et rengier
Et aprés aus les face souavet chevalchier.
Li armé vont devant, aprés li paonier,
Car li rois Alixandres ne vaut mie targier,
A cinc cens chevaliers les a fait aproismier.
Macabruns fu armés et ot le cuer legier,
Son hardement vaura prover et essaier.
Le cheval point et broche des esperons d'or mier   [6520]
Et a baissié la lance dont li fers fu d'acier,
En l'escu Tholomé feri le caup premier.
L'anste fu de rosel, tost la fist peçoier,
Et Tholomés fiert lui, qui fu duis du mestier.
Li espiés fu trenchans et l'anste de pumier,
L'escu li fait fausser et l'auberc desmaillier,
Devant les compaignons li fait sele vuidier.
Macabruns ot grant honte si se vaut redrecier,
Tholomés le rabat as piés de son destrier.

[3.382]  Tholomés le feri en guise de vassal,   [6530]
Que tout li a desrout et cengles et poitral,
Et si l'ot abatu a terre du cheval,
De l'escu li froissa la boucle de cristal,
L'auberc li desrompi et trencha le cendal,
El sablon fist fichier le hiaume de metal;
Un petit fu navrés, mais n'a mie de mal.
Macabruns resaut sus si vient en son estal,
Et Tholomés s'abaisse un petitet a val,
Au redrecier qu'il fist le prist par le nasal.
Il l'en eüst mené aveuc soi l'egal,   [6540]
Qant s'escrïerent tuit si home natural
Et meïsmes Cratés: "Ne l'en menrés a tal."
Tholomés lor escrie: "Tuit estes desloial,
Certes anqui trairés un dolereus jornal."
Por Tholomé rescorre poingnent tuit li roial.

[3.383]  Par le nasal du hiaume fu Macabruns saisis,
Tholomés l'en menoit com chevaliers hardis.
Garda arriere soi et vit mil Arrabis,
Les lances abaissies, de bien faire aatis.
Ne fu mie mervelle se il fu esbahis,   [6550]
Bien set, se il l'ataignent, que de la mort est fis.
Le prison a laissié, mais ce fu a envis,
Ne por qant tel li done el col et el cervis
Que Macabruns a terre chaïtous estordis;
Mais tost resailli sus com chevaliers eslis,
Venus est au cheval, en la sele est saillis.
Et Tholomés escrie s'ensegne a molt haus cris,
Et li sien le seqeurent as brans d'acier forbis;
As espees trenchans fu l'estors esbaudis.
Li cinc cens ont les mil si forment envaïs   [6560]
L'angarde laissie et li chans fu guerpis.
Li dus Cratés le voit, cele part est guenchis,
Il broche le cheval que on claime Pertris,
Vait ferir un Grigois devant en mi le pis.
Se l'anste ne brisast, il fust mors et traïs,
Ne por qant du cheval l'abati el larris.
Puis li dist en reproche, com hom de sens garnis:
"Autre cheval querés, que cist vos est faillis."
De prendre le cheval ne fu mie esbahis.
Qant le vit Pindarus, si com dist li escris,   [6570]
Se or nel puet vengier, tous jors sera honis.

[3.384]  Pindarus est honis s'il ne prent la vengance,
Il broche le cheval par fiere contenance,
Por vengier le Grigois durement s'en avance
Et vait ferir Cratés, un duc de grant poissance.
L'escu li a percié et la reconnoisance,
L'auberc li desmailla, ainc n'i ot arestance,
Un petit l'a navré el blanc desous la pance,
Que toute fu vermelle la blanche connoissance,
A terre l'abati sans nule demorance.   [6580]
Puis li dist par ramprosne: "Ce soit la peneance
De ce que vos avés passé la convenance
Que vos ja hui jurastes et feïstes fiance;
Faus seroit qui en vos avroit ja mais fiance."
Puis a pris le cheval, qui que tourt a pesance,
Au Grigois le rendi s'i fist grant honorance.
Qant le vit Tholomés, au cuer en ot joiance,
Car il l'avoit molt chier, norri l'ot des s'enfance.

[3.385]  Des mil et des cinc cens fu molt grans la mellee,
Maint caup i ot feru et de lance et d'espee.   [6590]
Li mil sont trait arriere, l'angarde ont devalee,
Li cinc cens les enchaucent plus d'une arbalestee.
L'amiraus, qant il ot la novele escoutee
Que li escuiers ot de par Cratés contee,
Ses batailles conroie, sa gent a ordenee.
La compaigne Cratés s'est d'une part tornee,
Et la gent Macabrun s'est d'ilueques sevree,
A son segnor s'en est sus en l'angarde alee;
Et l'autre eschiele aprés fu Pharés commandee,
Icil fu rois d'Egypte et de grant renomee.   [6600]
La tierce eschiele aprés a a Moral livree;
Soudains conduit la quarte, qui bien fu atornee
D'armes et de chevaus au fuer de sa contree;
Et Saligos la quinte, cele fu molt doutee,
Et Alains et Sansons ont la siste menee;
Li amiraus la sesme, la fu grans l'aünee,
Et ot environ lui sa maisnie privee.
Grant joie ot l'amiraus, quant il l'a esgardee,
Qant la voit de combatre ensi entalentee.
Lors fu a l'estandart sa buisine sonee,   [6610]
Plus de mil grailles sonent tot contre val la pree,
La montagne tentist, resone la valee.

[3.386]  Les eschieles chevalchent tot contre val la voie
Tout souavet le pas, que nus ne s'en desvoie.
Qant le voit l'amiraus, au cuer en a grant joie,
Il a tiré sa resne, sor Acarin s'apoie.
"Certes, dist l'amiraus, son tresor bien emploie
Qui le done a tel gent, qui onques ne s'anoie
De faire son servise; itel gent est la moie."
La dedens la cité fist remaindre la proie.   [6620]
Et li rois Alixandres la sieue gent envoie,
Quant il ot la novele que Tholomés tornoie.
Toute l'ost s'estormist, qui devant estoit coie,
La grant chevalerie durement s'en effroie.
Tuit se courent armer et li rois lor otroie,
La bataille sera, s'il est qui les en croie.

[3.387]  Or se courent armer li douze compaignon.
Tholomés en est uns, ce dist en la leçon,
Qui ja en est issus en guise de baron;
Il avoit commencié l'estrif et la tençon.  [6630]
La ou Macabruns ot lacié son gonfanon
Les a il rechaciés le trait a un boujon.
Qant il furent armé, vinrent a esperon
Trestuit a Alixandre por oïr sa raison
De la bataille faire par tel devision
Que chascuns se metra de son cors a bandon
Ançois que il ja fuie le travers d'un roion.
Li rois en apela premierement Cliçon,
De la premiere eschiele li otroia le don.
La seconde livra Perdicas le baron;   [6640]
Doucement li proia et par grant guerredon:
Gart q'on ne chant de lui nule male chançon.

[3.388]  La tierce eschiele baille Filote le vaillant,
En tote l'ost n'avoit un seul mieus combatant;
Cil ot en sa compaigne chevalerie grant.
Estes vos Aristé devant lui apoingnant,
Et fu tres bien armés sor un destrier courant.
"Aristé, dist li rois, la quarte vos commant."
Qant l'oï Aristés, si respont en riant:
"Je m'en istrai de ça, dedevers cest pendant;  [6650]
Se je truis l'amiraut et il me vient devant,
Je li donrai tel caup de m'espee trenchant
Que jel vos rendrai mort ou pris ou recreant,
Ou il fera de moi, se il puet, autretant."

[3.389]  Antigonus s'arma en une mareschiere,
Car ses tres iert tendus dejoste la riviere.
Vestu ot un hauberc qui fu fais a Baiviere
Et ot lacié un elme qui iert de tel maniere
Plus estoit durs que pierre et plus clers que verriere.
El cheval est montés, ainc n'i quist estriviere,  [6660]
Et vait plus grans galos poignant par la bruiere;
Il soufrist bien a corre une jornee entiere.
D'une porpre vermelle ot faite la coliere,
D'un blanc drap de Sydoine fu faite la cropiere.
Aprés lui sa maisnie molt orgelleuse et fiere,
Por paor de nului ainc ne torna arriere,
Auques fu par commant et auques par proiere.
Icil mena la quinte, qui grans iert et pleniere.

[3.390]  Alixandres s'arma par dedevant sa tente,
Il vesti un hauberc qui fu fais a Ostrente,   [6670]
Il ne doute de riens que armé par mi sente;
Et a lacié un elme qui des autres vaut trente,
Et a çainte l'espee, qui molt li atalente,
Qanque il aconsieut destruit et acravente;
Montés est el cheval, dont la sele fu gente.
Li jors fu biaus et clers si ne pluet ne ne vente,
Et a dit a ses homes: "Gardés nus ne repente;
Se je puis esploitier, que Dieus le me consente,
Et je preng Babilone, que mes dieus ne me mente,
Ja n'i avra si povre qui n'ait molt riche rente."  [6680]

[3.391]  El cheval est montés Alixandres li rois,
Larges fu et hardis et molt preus et cortois,
Et a la soie eschiele esleüe a son chois,
Et furent entor lui Grieu et Mascedonois.
Trois mil archiers i ot sor bons chevaus norois,
Qui molt sevent bien traire et ont les ars turqois.
Tholomés en l'angarde fu o cinc cens Grigois
Qui n'ont soing de riviere ne de deduit de bois.
Qant il vit les eschieles, primes quatre et puis trois,
Des esperons hurta le destrier espanois,   [6690]
Fiert Craton ens l'escu, dont la guige iert d'orfrois,
Que lui et le cheval abat en un chaumois.

[3.392]  Li amiraus chevalche a bataille establie,
Et li rois Alixandres o grant chevalerie.
Tholomés et li sien ont l'angarde saisie,
Cratés et Macabruns l'ont laissie et guerpie.
Pharés, li rois d'Egypte, o l'eschiele qu'il guie
Est venus en l'estor, fist lor une envahie,
Vait ferir Lisiart en la targe florie,
De l'un chief tresqu'en l'autre l'a rompue et croissie,  [6700]
Del cheval l'abat jus et en aprés s'escrie:
"Pitié ai des Grigois, venu sont a folie."
Aprés Pharés s'eslaissent cil de sa compaignie.
Pharés prist le cheval, qu'il ne s'oublia mie,
Puis dist une ramprosne par molt grant felonie:
"Par fiance a segnor est mainte gent honie."
Qant le voit Tholomés, la sieue gent ralie
Et embrace l'escu, tint l'espee forbie,
Tout droit aprés Pharés a sa resne guenchie,
Tel caup li a doné sor l'elme les l'oïe   [6710]
Qu'il en gut a la terre plus de lieue et demie.
Qant il l'ot abatu, belement li escrie:
"Par Dieu, dist Tholomés, ne lairai ne vos die
Mieus vaut a home taire que parler estoutie.
Mi home avront vers vos molt bone avoërie,
Mais vostre gent avra par vos malvaise aïe."

[3.393]  Ançois que cil d'Egypte aient Pharés rescous,
D'autre part li Grigois Lisiart l'amorous,
Fu li estors molt grans, destrois et angoissos,
Et ne por qant par force les font monter ansdous.   [6720]
Lisiars est montés desor un cheval rous,
Et Pharés remonta, qui molt fu orgellous,
De sa honte vengier estoit molt covoitous.
Le cheval point et broche par mi un pré herbous,
Vait ferir un Grigois preu et chevalerous,
Que lui et le cheval abati a estrous.

[3.394]  Lisiars sist el rous qui por fuïr ne lasse,
Il ot la teste maigre, la crupe lee et crasse;
Il embrace l'escu, la lance porte basse
Et feri un des lor que tout l'escu li quasse   [6730]
Et du fer et du fust mist outre une grant masse;
Ja l'eüst abatu, qant la lance outre passe.
Puis a traite l'espee, autresi les entasse
Com li peschierres fait les poissons ens la nasse;
Qui il consieut a caup a grant paine respasse.

[3.395]  Segnor, or porrïés grans mervelles oïr,
Quant doi mil chevalier vont les cinc cens ferir.
Tholomés ne li sien ne puet longes soufrir,
Il n'i puet arester n'il ne daigne fuïr.
Lors regarde sor destre et vit Dant Clin venir,   [6740]
O lui mil chevalier, ce l'a fait esbaudir.
Dans Clins baisse sa lance si les vait envaïr,
Plus d'une arbalestee a fait les rens fremir.
Cil qui chiet en la route onques ne pot garir
Que sempres ne soit pris ou l'estuece morir.
Dans Clins en feri un par mervellous aïr,
Que l'auberc li estroue, l'escu fait dessartir,
A l'abatre li fait l'ame du cors partir.
Ja mais n'en osast uns retorner ne guenchir,
Qant li rois de Saba les a fait ressortir.   [6750]

[3.396]  L'eschiele au roi Sorin i est poignant venue;
Cele fu bien armee, toute de fer vestue.
Sorins tint une ensegne qui fu a or batue,
Et broche le cheval, qui de corre s'argüe.
Devant trestous les autres, plus que uns ars ne rue,
Li destriers ou il sist vistement se remue.
Un Grigois vait ferir, sa lance fu agüe,
La targe de son col li a par mi fendue
Et la broigne du dos desmaillie et rompue,
Par vertu l'a empaint, la sele remest nue.   [6760]
Et qant Dans Clins le voit, de maltalent tressue;
Se il puet esploitier, ceste li iert rendue.
Puis a traite l'espee de novel esmolue,
Par desous la ventaille l'en a une rendue,
La coiffe li trencha et la maile menue,
A icel caup en a la cervele espandue.

[3.397]  Perdicas sist armés sor un destrier d'Espaigne
Et vint grant aleüre dedevers la montaigne,
Plus de mil chevaliers avoit en sa compaigne.
Perdicas lor escrie: "Gardés nus ne se faigne." [6770]
Lors broche le destrier, ne cuit que mais remaigne
Devant ce que sa lance par mi escu enpaigne;
Vait ferir Saragon, nes fu de Moretaigne,
La lance o le penon dedens le cors li baigne.
Ne li vaut li haubers le pris d'une chastaigne,
A terre l'abat mort, n'i fist autre bargaigne.
"Par foi, dist Macabruns, ceste gent nos mehaigne."

[3.398]  Perdicas et li sien les ont si enchauciés
Plus d'une arbalestee les ont outre chaciés.
Tels chaïen la presse puis n'en fu redreciés,  [6780]
Des escus et des lances fu tous li chans jonchiés.
La peüssiés veoir et tant puins et tant piés,
Tant cheval estraié et tant arçons vuidiés.
Qant le vit Macabruns, tous en est esmaiés
Et a dit a ses homes: "A mesure fuiés,
Vous perdés toutes eures et riens ne gaaigniés;
Or estes vos honi, se vos ne vos vengiés."
Lors broche le cheval, vers aus est eslaissiés,
Vait ferir un Grigois qui s'estoit avanciés,
Tel caup li a doné li escus est perciés,  [6790]
Li haubers de son dos rompus et desmailliés;
Li Grigois chiet a terre, durement fu bleciés.
Qant le vit Macabruns, molt par en fu haitiés,
As estriers de la sele est li ber aficiés
Et tient en son poing destre le branc qui fu oschiés,
De si male maniere s'est a aus acointiés
Que deus en a ocis et quatre mehegniés.
Par tant fu li estors engrés recommenciés,
N'ot talent de jouer tous li plus envoisiés.

[3.399]  A tant es vos Filote devers la destre part,   [6800]
Et fu tres bien armés sor un destrier liart,
Hauberc ot bon et fort, n'ot de fauser regart.
En toute sa compaigne n'ot chevalier couart,
Mil furent es destriers, a chascun estoit tart
De ferir en l'estor ou de lance ou de dart.
Devant laissent Filote aler joster soi qart;
Entre lor enemis commencent lor essart,
Ausi brisent lor lances comme une seche hart;
Filotes lor ocist au premier caup Rohart.
Farés, le roi d'Egypte, feri si d'un fausart   [6810]
Que l'escu de son col par mi la boucle part,
Et cil s'en est tornés fuiant vers l'estandart.

[3.400]  Macabruns fu bleciés et Pharés fu navrés,
Li dus Cratés s'en fuit sor son cheval armés,
Mil s'en vont aprés lui, de combatre ont assés.
De tous ciaus ne fust puis uns tos seus retornés,
Qant lor vint dedevant Saligos li barbés,
A dis mil chevaliers les a cil encontrés.
Qant il les vit venir, en haut s'est escrïés:
"Dites moi, Macabrun, avés Grigois trovés? [6820]
Avés vos tout ce fait dont vos estes vantés?
Car assés estoit fort nostre bone cités,
Et qui fust la dedens bien fust aseürés
Q'il ne doutast nului tant com durast estés;
Bien peüst avenir, ançois qu'il fust passés,
Que li rois s'en alast et il et ses barnés."
Qant l'oï Macabruns, un peu s'est vergondés:
"Sire, fait il, g'i fui, et vos i revenés."

[3.401]  Saligos fu armés sor un cheval morel,
En toute la compaigne n'avoit pas plus isnel.   [6830]
Un hauberc ot vestu dont d'or sont li clavel,
Et ot en son sa lance un vermeil penoncel.
Il broche le cheval et o lui mil dansel,
Sachiés ja lor rendront un estor de novel.
Saligos esperone, tint l'escu en chantel,
Vait ferir un Grigois en mi lieu le tropel,
Que lui et le cheval abat en un moncel.
Qant le vit Tholomés, ne li fu mie bel,
Un des leur vait ferir que on claime Ospinel;
Li escus de son col ne li vaut un mantel,   [6840]
Que lui et son cheval abat en un putel.

[3.402]  Saligos et li sien lor ont damage fait,
Plus de deus cens en ont abatu el garait;
Qant ce voient Grigois, arriere se sont trait.
Saligos esperone, un Grigois ferir vait,
Que l'escu de son col a peçoié et frait,
Si l'a navré el cors que il geta un brait.
Se ne fust Aristés, li hardis qui bien ait,
Ançois qu'il s'en partissent i eüst malvais plait;
Qant ce vit Aristés que il lor font si lait,   [6850]
Cele part est venus au partir du forfait,
En la plaie q'ot faite vaura metre l'entrait.

[3.403]  Aristés est venus armés desor Vairon,
Un escu ot au col ou ot paint un lion;
Tuit ensamble esperonent il et si compaignon.
Voit ciaus de Babilone, qui molt lor sont felon;
La compaigne des Grieus ont mis en tel friçon,
S'il ne tornent en fuie, ne sevent garison;
Ja les orent chaciés le trait a un boujon,
Qant Aristés i vint, qui oïla tençon.  [6860]
Il a baissié sa lance a tout le gonfanon,
Vait ferir Saligot par dejoste l'arçon,
Le fer li mist el cors, de la lance un tronçon;
Saligos est cheüs tous envers el sablon.
Aristés fiert un autre el pis sous le menton,
Par mi le cors li met le fer et le penon,
Du cheval l'abat mort par delés un buisson.

[3.404]  Saligos fu navrés el cors, mais nequedent
Paor ot de la mort, a son cheval se prent,
Montés est par l'estrier, qui fu fait a argent.  [6870]
Grant paor a li rois por la plaie qu'il sent,
De l'estor est issus par mi toute sa gent,
Vait s'ent a esperon, que nului n'i atent.
Qant l'amiraus le vit de la plaie sanglent,
Contre lui est venus si li dist belement:
"Saligos, biaus amis, par le mien ensïent,
Navrés estes a mort, dont ai le cuer dolent;
Se je puis esploitier, j'en prendrai vengement."
Lors fait soner buisines et de cors plus de cent,
Et li rois Saligos de son cheval descent.   [6880]

[3.405]  L'amiraus fist soner deus buisines a glas.
"Sire, dist Saligos, en la bataille iras;
Se tu bien ne t'i gardes, tu t'en repentiras,
Car li home Alixandre ne furent onques las,
Lor cheval sont isnel, fort et corant et cras.
Ou qu'il truevent tes homes, ses vont ferir a tas,
Lor haubers lor derompent autresi comme dras."
"Par foi, dist l'amiraus, tout ce me samble gas,
Li respons Apollin ne nos fausera pas.
Tu es navrés a mort, por ice remanras."   [6890]
Or s'en ist l'amiraus tout souavet le pas,
Ançois que none soit sera devers le bas.
Et Saligos apele le bon mire Ypocras,
Dist li: "Je te donrai de fin or dis henas
Et dis mile besans, se de cest mal respas."

[3.406]  Or s'en vait l'amiraus tout droit en la bataille;
De sa gent a perdu, mais de ce ne li chaille,
En Apollin se fie et en sa devinaille.
Le cheval point et broche, ne laira nes asaille,
Li chevaus cort plus tost q'espreviers aprés qaille;  [6900]
Et feri un Grigois el pis sous la ventaille
Et le fer et le fust li mist par mi l'entraille;
L'auberc qu'il ot vestu li deront et desmaille,
Tant souef l'abat mort que de riens ne travaille.
Il escrie s'ensegne: "Apollins nos i vaille."

[3.407]  Droit aprés l'amirail estes vos Acarin;
Molt avoit grant fiance el respons Apollin,
Tresque ci l'ont tenu trestout por bon devin.
Ses chevaus fu tous noirs, et blanc furent li crin,
Ses escus fu vermaus a un chantel hermin,   [6910]
Et ot en son sa lance un gonfanon porprin.
Vait ferir un Grigois sor l'escu a or fin,
Que mort l'a abatu dedelés un sapin.
Estes vous aprés lui Sanson et Torquentin,
Li uns fiert Lisiart et li autres Maurin,
Tous desconfis les chacent tresq'a la roche Arsin,
Ou li rois Macabruns fist l'angarde hui matin;
L'amiraus les enchauce, o lui mil Sarrasin.
Tholomés trestorna el mont les le chemin,
Acarin vait ferir de son branc acerin;   [6920]
Ne li valut li elmes une coiffe de lin,
Si que mort le trebuche desous un aubespin.

[3.408]  Acarins fu ocis par tel mesaventure;
Ne por qant l'amiraus tout a desconfiture
Enchauce les Grigois tant com li mons li dure,
Il n'i a si hardi de retorner ait cure.
Lors vint Antigonus delés une costure,
O lui mil chevaliers, vienent grant aleüre.
Qant Dans Clins l'entendi, molt en ot grant ardure;
Il dist a Tholomé: "Ce est molt grant laidure  [6930]
Que nos ainsi fuions por ceste gent tafure,
Molt a mal enploié li rois sa norreture;
Se nos perdons s'amor, ce sera bien droiture."
Lors poingnent les a les andui a desmesure
Et tint chascuns l'espee par mi l'enheudeüre
Et fiert chascuns le sien tres par mi la faiture,
Des chevaus les abatent andui a terre dure.
"Dant Clin, dist Tholomés, querés lor sepulture,
Car les ames ont ja en infer pris masure."

[3.409]  A cele pointe vint Antigonus li ber,   [6940]
Mil chevaliers o soi qui molt font a douter,
Plus de mil en ont fait chaoir et enverser;
Ensamble o eus i poingnent trestout li douze per.
Si fort les enchaucierent qu'il les font reüser,
Desi q'a l'estandart n'i pot nus arester.
Or pöés grant mervelle oïr et escouter,
Ainc de si grant estor n'oïstes mais parler.
La peüssiés veoir et poins et piés cauper,
Les chevaus estanchiés par la champaigne aler,
Tant chevalier sor l'erbe chaoir et reverser,   [6950]
Tant ruiste caup ferir, tante ensaigne escrïer
Et tant dolereus plaint et tant souspir geter.
Molt fu preus l'amiraus por estor endurer,
Il fait a l'estandart deus buisines soner,
Et si ra fait ses homes ralïer et serrer
Que nus des chevaliers ne puisse entr'aus entrer,
Et se il s'i enbat, ne puisse retorner.

[3.410]  Segnor, a l'estandart la fu li recovriers,
Li chans fu grans et larges et vestus des premiers.
Li amiraus fu preus et de ce costumiers,   [6960]
Aveuc lui Macabrun et Sanson et Cratiers.
Il vait ferir Filote en l'escu de qartiers;
Qant il s'en departi, ne remest mie entiers,
Sanglente en fu la hanste, li fers et li aciers.
Filotes chiet a terre entre les paoniers;
Par la resne de paile fu saisis ses destriers.
L'amiraus s'aresta comme bons chevaliers,
Il le cuida bien prendre, qant li vint encombriers:
Licanor esperone, qui n'iert mie laniers,
Ançois que il s'en parte, fera vuidier estriers;  [6970]
Vait ferir l'amiraut, qui estoit fors et fiers,
Qu'il est cheüs a terre entre deus boutoniers.
Puis a pris le cheval, dont il estoit mestiers,
Si l'a rendu son frere, qui monta volentiers.

[3.411]  Entre deus boutoniers est l'amiraus cheüs;
Se li rois Alixandres i fust a tans venus,
L'amiraus i fust mors ou el champ retenus.
Estes vos apoingnant plus de mil de ses drus,
Le cheval li rendirent dont il iert abatus;
De cel quil gaaigna fu molt tost reperdus.   [6980]
Li amiraus monta, qui s'est aperceüs,
Et broche le cheval des esperons agus,
Vait ferir Tholomé dolens et irascus;
Desous la boucle d'or fu perciés ses escus,
A terre l'eüst mis, se ne brisast li fus;
Et Tholomés fiert lui du branc qui fu molus.
Molt fu bien li estors d'ambedeus pars ferus,
De sanc et de cervele fu molt grans la palus;
Grant force ot l'amiraus, qant ne fu retenus,
Et li Grigois les fierent des brans d'acier tos nus.   [6990]

<<< >>>