<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[3.412]  Macabruns esperone le destrier de Castele,
Plus tost le fait aler que ne vole arondele,
Et fiert si un Grigois sor l'escu de Tudele
Que l'auberc li faussa par desous la mamele,
Aprés li a trenchié et chemise et gonele
Et le fer et le fust li mist desous l'aissele,
Que par derrier le dos en parut l'alemele;
Enpaint le de vertu si l'abat de la sele.
Puis a traite l'espee qui luist et estincele
Et vait ferir un autre, qui porte une roële,   [7000]
Ausi li trenche l'elme com se fust une astele,
Tout li a espandu le sanc et la cervele.
"Par foi, dist l'amiraus, ceste joste est molt bele,
Cist doit avoir amor et deduit de pucele."
Macabruns Tholomé par son droit non apele
Et dist c'or li estuet une biere novele.

[3.413]  Qant Tholomés oïque il fu rampronés,
Le cheval point et broche des esperons dorés.
Li espiés que il porte fu Macabrun privés,
Que ses escus en est et frais et estroués,   [7010]
Li haubers de son dos et rompus et fausés.
La lance li a mise par ansdeus les costés,
Enpaint le de vertu, Macabrins est versés;
Por la plaie qu'il ot s'est quatre fois pasmés.
Qant le voit l'amiraus, a poi n'est forsenés,
Puis a dit a ses homes: "Or sui je malmenés.
Macabruns est ocis ou il est afolés;
Gardés qu'il soit vengiés, por Dieu or en pensés."
Et cil li respondirent: "Si com vos commandés."
A l'ensegne qu'il crie, vint ses riches barnés,  [7020]
El premier chief devant ot plus de mil armés.
Segnor, li vilains dist et si est verités
Tels veut son duel vengier tost est sor lui tornés.

[3.414]  Qant l'amiraus voit mort Macabrun et sa gent,
Sa proëce regrete et son grant hardement,
Et dist ja mais n'iert liés s'en avra vengement.
Lors escrie s'ensegne si que sa gens l'entent,
Entor lui sont venu plus de mil et set cent.
Puis vont joster as lors molt aïreement;
Tels chaï en la route qui bien ne mal ne sent.   [7030]
Li chevaus l'amiraut les menus saus porprent,
La resne li alasche et nel fait mie lent,
Des esperons le hurte et met l'ensegne au vent,
Vait ferir un Grigois, que tout l'escu li fent,
Tant com hanste li dure du cheval le descent.

[3.415]  Li estors fu molt grant et la bataille fiere.
Macabrun ont couchié desor une litiere
Et li Grieu en porterent le leur qui fu en biere.
L'amiraus ot grant force ses vaut chacier arriere
Et li Grieu sont molt fort, n'i a celui n'i fiere.   [7040]
La compaigne Alixandre vint toute une costiere,
Li rois vint premerains, ne vint mie derriere.
La lance que il porte ne fu pas de bruiere,
Pesans fust a un autre, mais a lui fu legiere;
Desus ot fait lacier de paile une baniere.
Vait ferir un des lor sor la targe doubliere,
C'onques nel pot tenir poitraus ne estriviere
Que il ne l'abatist en mi la sabloniere.
Lors s'escria li rois a la hardie chiere:
"Segnor, or i ferés, la bataille est pleniere."  [7050]
Par la ou li rois vait fu molt grans la poudriere,
Plus de cent en laissa gesir en la charriere.

[3.416]  La compaigne Alixandre vint de travers un mont,
Et sont plus de deus mile devant el premier front;
Tout si com li rois vait la grant presse derront.
Qant vint as paoniers, tres par mi aus s'en vont,
Les fuians vont ferant et des mors font le pont.
Qanque li rois consieut tout destruit et confont,
A ses homes parole, de ferir les semont;
Ne cessent ne ne finent desi au val parfont.   [7060]
Dedevant la cité avoit un pin reont,
La s'aresta li rois et cil qui o lui sont;
Lors retornent arriere et par aus s'en revont.

[3.417]  Alixandres revint o s'eschiele d'a val,
Et sont el premier front bien vint mile vassal,
Trestuit sont si ami, si home natural.
Li paonier s'en fuient, car trop avoient mal.
Des esperons a or fait saillir le cheval,
Ens en mi de sa voie encontre l'amiral,
Un caup li vait doner, onques ne reçut tal;   [7070]
De l'escu li froissa la boucle de cristal,
Par mi le cors li mist l'ensegne de cendal
Et tout a desrompu et cengles et poitral;
Aprés le roi de Gresce poingnent tuit li vassal.
L'amiraus est cheüs por la plaie mortal;
Alixandres li rois prist sor lui son estal.

[3.418]  Li rois s'est arestés et a traite l'espee,
N'avoit encore pas la ramprosne oublïee
Que li ot par un brief li amiraus mandee.
A l'amiraut en done une si grant colee   [7080]
Que la teste a tout l'elme li a du bu sevree.
Adont fu sa compaigne toute desbaratee
Et cil a pié s'en fuient contre val la valee.
Alixandres li rois a sa gent apelee
Et dist une parole, qui bien fu escoutee,
Qu'il n'ocïent mais nul de ciaus de la contree:
"Se feütés m'estoit et plevie et juree,
Lor cités lor seroit de moi asseüree."
Dementres que li rois la chose a devisee,
Tholomés et li sien ont l'angarde montee   [7090]
Et brochent les chevaus, lor voie ont molt hastee.
Ançois que li fuiant venissent a l'entree,
Ont il prise la porte, qui lor fu deffermee.
Venus est a la tor, ainc ne li fu v[e]ee,
Et l'ensegne Alixandre a dedesus levee.
Alixandres li rois, qant il l'ot esgardee,
Si a dit en riant: "Ceste m'iert destinee;
Qui la tor a saisie m'amor li est privee."
Li rois s'est arestés dedesous en la pree;
Sa gens est descendue, aprés est desarmee.   [7100]

[3.419]  Tholomés a la tor et la cité saisie,
Et li chans est vaincus, la bataille est fenie.
Alixandres li rois fist molt grant cortoisie,
A ses homes commande et hautement lor prie:
"Gardés que un tout seul nus de vos n'en ocie."
Alixandres apele sa gent et si lor prie
Qu'aillent querre les mors, que nus nel contredie;
Il meïsmes i vait o grant chevalerie.
L'amiraut a fait metre en un drap de Rossie
Et tous ses compaignons, que nul n'en i oublie;   [7110]
Les siens mors refait metre en une autre partie.

[3.420]  Ses homes fist li rois richement enterer,
Puis fist faire un charnier, si com j'oïconter,
Les autres mors fist prendre et iluecques geter.
L'amiraut et ses rois en fist lai ens porter;
Ens el temple Apollin, qui soloit deviner,
Cent et cinquante cierges fist li rois alumer.
Les cors fist richement ouvrir et enbasmer
Et l'amiraut commande richement conreer,
Fist li tel sepulture qui molt fist a loër.   [7120]
Se bien le vos voloie et dire et deviser,
Je ne porroie mie bien trestout remenbrer;
En tout le mont n'ot tele, bien le puis afermer,
Fors que seul l'Alixandre, sous ciel n'en ot sa per.
Et ne por qant, se vos me volés escouter,
La verté en dirai, se g'i puis assener.
De bon marbre et d'yvoire furent tuit li piler,
Le fondement desous fist d'aÿmant ovrer
Et a fer et a plom fist les qarriaus sauder
Et si en fist le mur si hautement lever   [7130]
Nus hom n'i peüst mie d'une pierre geter.
Desus les quatre vautes, qui tant luisoient cler,
Fist li rois par engien quatre harpes poser.
Par itel maiestire les i fist compasser,
Se nus por son deduit i vait por escouter,
De pierre ou de martel s'il i daigne hurter,
Donques orra les harpes tant doucement soner,
S'il voloit la raison en son cuer porpenser,
Si li seroit avis que il oïst harper:
Les deus harpes commencent l'amiraut regreter.   [7140]

[3.421]  Dedesous les quatre ars quatre lampes pendoient,
Par art de ningremance en air se sostenoient.
Ce dïent bien por voir cil qui les lampes voient
Q'eles pendent en air, que nul lieu ne tenoient,
Et nuit et jor les lampes molt clerement ardoient
Si que nule liqeur por ardoir n'i metoient.
Es quatre ars par desous qui tout ce sostenoient
Tous les fais l'amiraut de color i paignoient
Et deseur tout ice letres i escrivoient;
Li fait tel com il ierent tout de fin or paroient,   [7150]
C'estoit avis a ciaus qui bien les esgardoient
Que fust chose vivant la painture qu'il voient.
De pierre ou de martel qant un peu i touchoient,
Les harpes retentissent, qui volentiers chantoient;
Aveuc ceste mervelle, une autre en i faisoient,
Cil qui ne l'ont veü molt a envis le croient.

[3.422]  D'une esmeraude vert firent la sepulture;
Assés est longe et lee, trestout a sa mesure.
Or vous dirai aprés dont fu la coverture:
D'eles d'alerion, et est de tel nature    [7160]
Chose qui'n est coverte ne doute porreture,
Ainsi furent saudees que n'i parut jointure.
Qui sa main i metroit tost avroit grant ardure,
Plus trenche que rasoirs, ja n'iert la riens tant dure;
Tout si comme on la trait i pert la trencheüre.
Puis firent d'Apollin tresgeter la figure,
Trestoute de fin or, set piés ot de mesure.
Li oel sont de topasse, si com dist l'escripture,
L'une est des douze pierres qui molt est clere et pure.
Au chief li ont assis tout droit en estature;   [7170]
Plus de mil mars d'or fin en vaut la vesteüre.

[3.423]  Riche est la sepulture, nus ne set si vaillant.
L'amiral ont ens mis, honor li firent grant,
Car Apollin poserent a son chief en estant,
De fin or tresgeté de molt riche samblant.
En molle i sont fondu de coivre dui enfant,
As piés les font drecier, molt furent avenant.
Chascuns tint un escu d'or et fort et pesant,
A deus bastons de fer se vont grant caus donant,
Comme autre champion se vont escremissant.   [7180]
Puis que cil s'en issirent qui firent cest enchant,
N'i vit on puis entrer nisune riens vivant.
Por cel fist Alixandres, si com trovons lisant,
Ne veut que nus i entre qui lor voist forfaisant,
Qui le tresor en port que la verra gisant,
Et qant il sera mors ne veut que nus s'en vant.
Desi q'as quatre entrees vienent li païsant,
De pierre ou de martel i fierent li auqant
Por escouter le son des harpes et le chant;
N'i a nul si hardi qui ost aler avant,   [7190]
Car se il i aloit, de mort n'avroit garant.

[3.424]  Si fu haute la tombe c'on la peüst choisir
Bien de quatre lieuees, ne vos en quier mentir;
Encore en porrïés autre mervelle oïr:
N'i peüssiés jointure ne veoir ne sentir.
Qant il orent fait l'uevre trestout a lor plaisir,
D'un tout seul chapitel la font desus covrir.
Un oisel de fin or por cele oevre acomplir
Font sor le chapitel par grant engien tenir.
Un chalemel d'argent li font du bec issir;   [7200]
Quel c'onques vent qu'il vente, quant il i puet ferir,
Trestous iciaus qui l'oënt fait cele part venir.
Puis l'ont fait par defors tout de fin or burnir;
Qant li solaus reluist, tout le fait resclarcir,
Q'a tous ciaus qui l'esgardent fait les ieus esbloïr.
Or devons a l'estoire d'Alixandre venir:
Se un peu me volés escouter et soufrir,
Tels paroles dirai qui bien font a oïr
Du regne as damoiseles que il ala saisir,
De Divinuspater qui si l'ala traïr,   [7210]
Il et Antipater, et par venim morir.

[3.425]  La bataille fu faite et prise la cités,
L'amiraus fu ocis et ses riches barnés.
Alixandres li rois de ce fist que senés
Q'as citoiens rendi toutes lor erités
Por ce que il ont fait toutes ses volentés.
En la tor de Babel en est li rois entrés,
Que li gaiant fremerent par lor grans poëstés.
"He! Dieus, dist Alixandres, com or sui honorés
Qant ceste terre est moie et trestos cis regnés;  [7220]
Or veul desi q'a poi estre rois coronés
Et desor tout le mont estre sires clamés."
Desi q'a quinze dis fu li jors creantés.
Lors fist ses briés escrire, ses homes a mandés
De par toute la terre ou fu sa poëstés.
Sanse uns hom l'amiraut, qui estoit eschapés,-
Il n'estoit mie mors mais un poi fu navrés,-
Cil a dit tel parole dont bien fu escoutés:
"Sire rois Alixandres, envers moi entendés.
Ne vos veul pas desdire, por noient vos vantés;  [7230]
Encor sai je tel terre, ce est la verités,
Ains que l'aiés conquise a faire avrés assés."
Et respont Alixandres: "Amis, car la només."
"Sire, jel vos dirai, qant savoir le volés:
Amazoine est, uns regnes d'un flueve avironés,
Et est tous li païs de femes abités."

[3.426]"Encor i a tout el, n'est hom qui m'en desdie:
Molt est preus la roïne qui les puceles guie.
Une feïe en l'an enprennent compaignie,
Et quant sont assamblees, passent Meothedie,   [7240]
C'est uns fluns de la terre qui l'avirone et lie.
A une feste en l'an qui lor est establie,
Li chevalier i vont, chascuns d'aus por s'amie.
La parolent d'amors et de chevalerie
Et font lor volentés trestout par drüerie.
Se l'une en est ençainte et li enfes ait vie,
Por que il soit vallés de riens ne se detrie,
Son pere le tramet qui l'ait en mainbornie;
Et se ce est pucele, o sa mere est norie."
"Par Dieu, dist Alixandres, or ai mervelle oïe.  [7250]
Se je icele terre nen ai en ma baillie
Et je ne puis avoir sor eles segnorie,
Dont porrai je bien dire ma proësce est faillie.
Le matin i movrai quant l'aube iert esclairie."

[3.427]"Sire, ce li dist Sanses, la terre est molt salvage,
Uns fluns l'açaint entor dont haut sont li rivage;
A envis i trueve on pont ne gué ne passage.
Molt est preus la roïne qui tient cel iretage,
Et toutes les puceles sont molt de haut parage,
Armes sevent porter et faire vasselage.   [7260]
Ja n'iert icele terre conquise sans damage,
Ançois que l'aiés prise i ferés lonc estage."
Qant l'oï Alixandres, s'enbroncha son visage,
Et qant se redreça, si a dit son corage:
"Se ne la puis conquerre, ne me tieng pas por sage,
Et s'eles ne me rendent ou cens ou treüage."
"Eles n'ont onques cure de faire mariage,
Mais une fois en l'an assemblent par lor rage."
"Par Dieu, dist Alixandres, ains i lairoie gage
Que ne lor face rendre ou treü ou chavage."  [7270]

[3.428]"Segnor, fait Alixandres, or est remés li jors
De porter ma corone, de partir mes honors."
"Sire, ce li dist Sanses, molt sont de grans valors,
Sachiés qu'en nule terre n'a chevaliers mellors
Por maintenir tornois ne guerre ne estors."
"Par Dieu, dist Alixandres, se nes tor a mes mors,
Dont ne sui je pas nes de gentieus ancisors
Qui du regne de Gresce tinrent les maistres tors."
Encor le dist Lucans, qui fu maistres auctors,
Que de tous ciaus du siecle fu Alixandres   [7280]
Des rois qui sont en terre et des empereors.
Lors fait li rois remaindre de ses homes pluisors
Por resaner lor plaies et garir lor dolors.
A vint mil paoniers fu donés li sejors,
Se il en a mestier, qu'il li facent secors.
L'endemain sont monté es destriers missaudors,
Et li rois fait soner ses cors et ses tabors,
Aveuc lui maine Sanse, qui est ses vavasors.

[3.429]  Or s'en vait Alixandres par itel achoison
Qu'il veut veoir la terre ou n'a se femes non   [7290]
Et qu'il la veut avoir en sa subjection.
Et maine ensamble o lui son vavassor Sanson,
Aristé et Filote, Perdicas et Caulon.
Licanor est remés par tel devision
Que Babilone gart, la tor et le dongon,
Et a en sa baillie toute la region.
Or s'en vait Alixandres par grant aatison,
Pain et vin fait porter et autre garison,
Et passent ces grans tertres et ces vaus a bandon.
Au chief de quinze jors, ce dist en la leçon,   [7300]
Une jornee pres tendi son pavellon.
L'endemain sejorna et il et si baron;
Une espie envoia coiement a larron
Por cerchier le passage entor et environ.
Icele nuit meïsmes, n'en dirai se voir non,
La dame d'Amazoine vint une avision.

[3.430]  Un songe mervellous a songié la roïne
Qu'il avoit une peue en la sale perrine
Et avoit paonciaus que aprés soi traïne.
Par devers Babilone en mi une gastine   [7310]
Vint une aigle volant par molt grant aatine
Qui li voloit tolir ses paons par rapine,
Mais o ses paonciaus s'en fuit en la cuisine;
Qant ele i dut entrer, si chaïjus sovine.
L'endemain par matin manda une devine,
En un gardin l'en maine desous une aubespine,
Iluec se sont assises, l'une a l'autre s'acline.
La roïne parole et dist a la meschine:
"A mie nuit songai dedesous ma cortine
Un songe molt estrange, ne sai que il destine."  [7320]

[3.431]  Le songe li conta, cele le vaut oïr;
Et qant ele ot oï, si jeta un souspir,
En plorant li respont, ne se pot astenir:
"Dame, trestous les songes doit on a bien vertir.
Vos esterés la peue, n'i pöés pas faillir;
Uns rois ce iert li aigles, ne vos en quier mentir,
Par force vous vaura cest roiaume tolir;
Se vos i combatés, nel porrés pas soufrir,
Ou vous veulliés ou non, vos convenra fuïr.
Conseil vos estuet querre comment porrés garir;  [7330]
Je vos lo cest roiaume de lui a retenir
Et par an treü rendre trestout a son plaisir;
Mieus vos vaut ice faire qu'en bataille morir,
Puis que la chose est faite tart est au repentir."

[3.432]  Lor conseil ont finé, la roïne le croit.
En son palais s'en vait si s'est assise droit
En un lit qui d'or fin trestous massis estoit.
Les coutes sont de paile sor coi ele gisoit,
Li lis cordés de soie qui les coutes tenoit.
Es vos une pucele qui la poignant venoit   [7340]
Sor un destrier d'Arrabe qui cort a grant esploit.
Qant el voit la roïne, gentement li disoit:
"Jupiter li grans dieus, qui haut siet et loins voit,
Saut et gart la roïne si com faire le doit,
Mars li dieus de bataille en aïde li soit,
Phebus la gart de mal, n'ait trop chaut ne trop froit,
Juno li doint richece, Pallas la li otroit,
Venus li doinst amor ou ele bien l'enploit.
Noveles li sai dire, s'ele veut, or endroit,
Ja ne li celeroie por nule riens qui soit."   [7350]
La roïne fu sage, bonement respondoit:
"Diane la dieuesse les autres deus en proit
Que nos salves soions; or dites sans destroit
Queles sont les noveles." Et cele li disoit.

[3.433]  La roïne commande descendre la pucele;
Lors commença a dire et conter la novele:
"De devers Babilone, ce dist la damoisele,
Vient uns rois Alixandres, sa gent ainsi l'apele;
Fortune l'a levé tout en son la roële,
Maint prince a afolé et mis jus de sa sele;  [7360]
La gent que il conduist est hardie et isnele,
Tout le mont a conquis-durement se revele-
Fors seulement ceste ille, qui molt li semble bele,
Et jostera ensamble le malle et la femele;
Se il puet esploitier, de vos fera s'ancele."
Qant la roïne l'ot, rougist comme estincele,
Deffuble son mantel, remest en sa gonele,
Un petit s'enbroncha, sa main a sa maissele;
Qant se fu redrecie, la meschine en apele.

[3.434]"Dites moi, damoisele, est ce dont verités?   [7370]
Enfin le veul savoir comment vos le savés."
"Dame, jel vos dirai, quant vos le demandés.
Je m'en estoie alee hui matin en ces gues,
La estoit uns batiaus venus et arivés
Q'a la cit d'Amazoine venoit tous abrievés.
Qant il fu a la rive atachiés et fremés,
Je ving poignant vers aus ses ai araisonés.
Ciaus qui dedens estoient vi ge molt effreés
Et je lor demandai: 'Biau segnor, dont venés?'
Dirrent que l'ost venoit, qui grans estoit assés;  [7380]
Por la paor de l'ost guerpie ert la cités."
Qant la roïne l'ot, molt fu ses cuers müés,
Bien sot que lors estoit ses songes averés.
Li consaus de ses dames fu molt tost assemblés;
Qant fu de toutes pars venus et aünés,
"Dames, fait la roïne, un petit m'entendés.
Uns rois de Babilone, grans est sa poëstés,
Tout le mont a conquis par ses tres grans fiertés
Fors seulement cest ille qui tant li est löés.
Tant par est, ç'oï dire, d'avarise provés  [7390]
Que de tout l'or du mont ne seroit assasés."
Dist une sage dame: "Et vos l'en trametés
Quatre chevaus charchiés et cinc muls afeutrés."
"Dame, si ferai je, qant vos le me löés."
Deus puceles apele, plaines de grans biautés;
Onques encor li fluns ne fu d'eles passés
N'onques encor ne fu fraite lor chasteés.
"Alés, fait la roïne, vos gens cors conreés;
Au fort roi Alixandre mon present conduirés,
Proiés li doucement qu'il l'en pregne pités,  [7400]
Que ne soit ma terre arse ne mes païs gastés;
Chascun an, s'il commande, li iert abandonés,
Ains que de moi departe li iert asseürés."

[3.435]  Florés et sa compaigne s'en vont isnelement.
Chascune s'est vestue bel et cortoisement;
Florés vest un blïaut, molt fu a son talent,
Sa chars pert blanche et tendre par le detrenchement,
Li mantiaus de meïsme detrenchiés ensement.
Ses palefrois fu pres, n'iert pas li frains d'argent
Ains estoit de fin or, ovrés molt soutilment   [7410]
A pierres precïeuses, plus en i ot de cent.
Florés i est montee, q'a estrier ne s'i prent.
Biautés rot un blïaut d'un molt chier garnement,
Il fu plus noirs que meure et resemble arrement,
Li mantiaus de meïsme, se l'estoire ne ment.
Li palefrois fu pres, frain ot et bel et gent,
Bien valoient les pierres quatre vins mars d'argent.
Cele qui l'amena par le resne li tent,
Biautés i est montee molt acesmeement.

[3.436]  Des somiers i ot nuef, molt richement charchiés   [7420]
De riches dras de soie et de pailes ploiés
Et de fin or d'Arrabe, qui molt est covoitiés.
Encor fu li presens durement enforciés:
Trente henas de saffre de tel tempre alïés,
Primes les enversés et puis les redreciés,
Ja por cheoir a terre n'en sera uns brisiés;
Salemons les fist faire, qui molt fu ensegniés
Ains qu'il veïst la dame dont il fu engigniés.
"Mon anel li portés aveuc par amistiés,
Proiés li doucement qu'il li praigne pitiés,  [7430]
Que il n'arde ma terre, que ce seroit pechiés."

[3.437]  Aprés quatre chameus d'or et d'argent charcha,
Alixandre le roi le present envoia
Et par les deus puceles doucement li manda
Chascun an, s'il commande, autretant en avra.
A mil de ses puceles la roïne monta,
Tresq'a Meothedie le present convoia,
Sor la rive s'estut dementres qu'il passa,
Tant com les pot veoir tous tans les esgarda;
Qant nes pot plus veoir, arriere retorna.   [7440]
Alixandres iluec un seul jor sejorna,
Et li garçons revint qui le païs cercha;
L'endemain par matin Alixandres monta,
Ne vaut plus sejorner, toute l'ost s'en ala,
Et tant a esploitié que une eaue trova,
En un pré descendi, ilueques se disna.
Dant Clin et Aristé en un tertre monta
Por l'angarde porprendre, et s'ensegne i ficha.

[3.438]  Florés et sa compaigne chevalchent a baudor,
Et si avoit chascune palefroi ambleor   [7450]
Et fait devant soi traire un destrier missaudor.
Chantent une chançon o son de grant douçor
D'un vallet qui ja fu, ce content li auctor,
Onques tant bel ne virent trestout nostre ancisor;
Por ce que de biauté avoit si grant valor,
Amer nule pucele ne degna par amor.
Une mesaventure li avint a un jor:
Vint a une fontaine, tous las de son labor,
En l'eaue vit son ombre, d'amor ot tel tenror
Que plus le covoita que chevaliers s'oissor;   [7460]
Tant jut sor la fontaine et mena sa dolor
Que li dieu le müerent en une bele flor.

[3.439]  Florés et sa compaigne chevalchent a bandon,
Amblent li palefroi, chantent une chançon,
A haute vois la dïent andeus et a un ton.
Dans Clins et Aristés, ambedui li baron,
Chevalchierent avant et puis lor compaignon.
Qant il oënt la vois, sachiés molt lor fu bon,
Chascuns tire sa resne si s'apoie a l'arçon.
Aristés premerains commença sa raison:   [7470]
"Aïe! Dieus, dist il, par ta beneïçon,
Est ce vois de seraine dont nos oons le son?"
Lors a par devant soi apelé un garçon:
"Amis, va moi lassus desi a cel buisson,
A aler t'i covient par tel devision
Que me saches a dire, s'en avras guerredon,
Se ce est vois de feme qui chante a si haut ton."
Li gars s'en est tornés, qui covoite le don,
Bien pres d'une loëe a couru de randon,
Delés une forest a pris arestison,   [7480]
Vit venir les puceles qui ont gente façon.

[3.440]  Qant celes le choisirent, tantost l'ont apelé.
Florés fu molt cortoise si l'a araisoné:
"Amis, dont estes vos? ne nos soit pas celé."
Il li a respondu: "Ja orrés verité.
Se savoir le volés, je sui hom Aristé,
Il est hom Alixandre, le fort roi corouné,
L'angarde fait de l'ost par molt grant nobleté;
Dans Clins la fait o lui, qui est plains de bonté.
Dui sont des douze pers proisié et alosé."  [7490]
"Amis, dist la pucele, par vostre loiauté,
Por ce que il vos soit encor guerredoné
Dites vostre segnor, mant li par amisté,
S'il nos voloit conduire devant son avoué,
Molt l'en amerions et savrions bon gré."
"Volentiers, dist li gars, ja n'en iert trestorné."
A tant s'en est partis, n'i a plus demoré,
Et a premierement son segnor encontré.
Tantost com il le vit, si li a escrïé:
"Mervelles vos dirai, ne l'ai pas contrové."  [7500]
Por icele parole sont andui aresté.
Dans Clins li respondi: "Di qanqu'as enpensé,
Guerredon en avras ains qu'il soit avespré."

[3.441]"Sire, ce dist li gars, mervelle dirai grant.
Ja sont ce deus puceles qui la vienent chantant;
Chascune devant soi fait traire un auferrant
Covert desi as piés d'un paile escarimant
Et chevalche chascune un palefroi amblant,
Qu'il n'en a nul mellor desi qu'en Oriant.
Sor l'arçon de derriere et sor celui devant  [7510]
Lor pendent lor chavel com fin or reluisant,
Onques si beles femes ne vi en mon vivant.
Un present aconduient molt riche et molt vaillant;
La dame d'Amazoine au gent cors avenant
L'envoie a Alixandre, le fort roi conquerant,
Qu'il li soit en aïde des cest jor en avant;
Ne veut que son roiaume voist li rois degastant,
Et dist que chascun an l'en donra autretant.
Par moi vos ont mandé et jel di en oiant
Que les alés conduire, que nus faus ne s'en vant."  [7520]
Qant Dans Clins l'entendi, si respont en riant
Et dist a Aristé: "Car i alons poingnant."
Lor chevaus demanderent, que mainent dui enfant.

[3.442]  Des palefrois descendent si montent es destriers,
Li garçons les en maine tos les chemins pleniers
Deci q'as deus puceles qui les cors ont legiers;
La ou il les troverent avoit quatre oliviers.
Qant les puceles virent ansdeus les chevaliers,
Sempres les salüerent et les tinrent molt chiers.
Dans Clins parla premiers ses salua premiers:   [7530]
"Cil Dieus qui maint en haut vos doinst vos desirriers."
Et dist a Aristé: "Ci a biaus saudoiers;
Compaignie feroie a un d'aus volentiers."

[3.443]  Dans Clins vint a Floré, par la resne la prent,
El ne fu pas vilaine, volentiers le consent.
Aristés prist Biauté par la resne d'argent,
Cele fu preus et sage, que pas ne li deffent.
Or chevalchent ensamble tuit quatre belement,
Li uns parole a l'autre d'amor et de jovent.
"Pucele, dist Dans Clins, or faisons un covent:  [7540]
Car me dites vostre estre, dont estes, de quel gent
Et comment avés non, nel me celés noient,
Et je vos redirai de mon estre ensement."
"Sire, dist la pucele, au Dieu commandement,
Et dirai mon pensé et trestout mon talent.
Je sui molt gentil feme et de molt haute gent
Si ai a non Floré." Et qant Dans Clins l'entent,
Lors si li a proié et dit molt doucement:
"Bele, la vostre amor m'otroié loiaument,
Je vos otroi la moie sans nul atendement."   [7550]
"Sire, dist la pucele, je l'otroi bonement
Que vos aiés la moie sans nul prolongement."
Qant Dans Clins l'entendi, molt grans mercis l'en rent,
Quatre fois la baisa par amor doucement.
Lor amistié fremerent ambedui voirement;
Puis l'ot il a mollier, se l'estoire ne ment.

[3.444]  Aristés et Biautés parolent en reqoi,
Il la tint par la resne de l'amblant palefroi.
"Pucele, se vos plaist, dites par vostre foi
Se estes fille a conte ou a duc ou a roi,   [7560]
Bien pert a la biauté certes que en vos voi
Que estes gentil feme et de riche conroi;
Se je vos veul amer, autresi amés moi."
"Sire, dist la pucele, par la foi que vos doi,
Vos dites vostre bon, mais molt petit vos croi."
"Bele, dist Aristés, nos somes d'une loi,
Loiaument je vos jur par le dieu ou je croi
Que je por vostre amor sui mis en grant effroi."
"Sire, dist la pucele, n'en sai autre conroi,
Toute ma drüerie et m'amor vos otroi;   [7570]
Se je fail a la vostre, malement m'i foloi,
Et se la puis avoir, la moie bien enploi."
Qant Aristés l'entent, si l'a traite vers soi,
Par amors la baisa coiement sans desroi.

[3.445]  Estes les vos tous quatre entresq'a l'ost venus,
Sous un arbre descendent qui molt iert bien foillus.
Molt furent esgardees de grans et de menus
Et lor biautés loëes de princes et de dus.
Alixandres estoit hors de son tref issus
Et vit les deus messages a terre descendus.   [7580]
Florés parla avant, qui li rendi salus:
"Sire rois Alixandres, por vos fait Dieus vertus,
Car par tout le mont estes et doutés et cremus.
Du regne d'Amazoine vos vient ci li treüs.
La roïne vos mande que vos estes ses drus,
Ne veut que ses roiaumes soit de riens confondus,
Chascun an vos sera tous autreteus rendus."
Li presens fu molt biaus, sempres fu receüs.
Lors parla Alixandres com hom aperceüs:
"Cis roialmes estoit a mon oés tous perdus;  [7590]
Se li païs veut estre de moie part tenus
Et li convens gardés et li treüs rendus,
Ja n'en iert lance fraite ne estroués escus,
Chevaliers n'en iert mors ne de sele abatus
Ne ja mais n'en sera caus d'espee ferus."

[3.446]"Sire, ce dist Biautés, ne lairai ne vos die:
La roïne vos mande que ele est vostre amie,
Son anel vos envoie par molt grant drüerie,
Ves le ci en present, ne le refusés mie.
Qant treü vos envoie, c'est molt grans segnorie,  [7600]
Et trestot son roiaume met en vostre baillie,
De vos le veut tenir, ce vos requiert et prie.
Par itel convenant iert de vos recuellie:
Se volés guerroier, ce vos jure et affie
Que dis mile puceles venront en vostre aïe.
Chascune iert bien armee de broingne a or sartie,
Lacié elme luisant, çainte espee forbie;
Volentiers i feront, nel mescreés vos mie,
Car mieus aiment le pris de la chevalerie
Que nule riens qui soit en ceste mortel vie.   [7610]
La terre sera toute en vostre commandie
Et la dame iert tous jors de vos servir garnie.
Mandés por la roïne devant la baronie,
Seürté vos fera ele et sa compaingnie."
Certes, dist Alixandres, qant ainsi s'umelie,
Se je ce refusoie, ce seroit vilonie."

[3.447]  "Certes, dist Alixandres, vostre dame est molt sage,
Qui si beles puceles tramet en son message,
Cortoises et proisies et de molt bel aage,
Et si semblés molt bien femes de haut parage.  [7620]
Por la vostre biauté et por le vasselage,
Devant tous mes barons pardonrai le chevage,
Que ja mais en ma vie n'en avrai treüage
Fors tant que du roiaume avrai le segnorage.
Qant la vostre roïne m'avra fait son homage
Et je l'otroierai au los de mon barnage,
Puis li rendrai son fief et tout son hiretage,
Si que ne li ferai ne honte ne damage."
"Sire, ce dist Dans Clins, entendés mon corage.
Certes je aim Floré, ne mie par putage,   [7630]
A mollier la veul prendre, n'i quier autre avantage."
"Sire, dist Aristés, bons rois de franc corage,
De moi et de Biauté faites le mariage."

[3.448]   Alixandres respont: "Volentiers le feroie
Se les puceles veulent et chascune l'otroie."
"Sire, ce dist Florés, onques n'oi si grant joie,
A nul jor de ma vie, com se Dant Clin avoie."
"Sire, ce dist Biautés, se je ja lie soie,
Fors le cors mon ami autre riens ne querroie."
Es vos le chapelain, qui de ce se manoie:   [7640]
A la loi que il tienent ensamble les aloie.
Et dist li uns a l'autre: "Fait avons riche proie,
C'or est vostre Biautés et Florés si rest moie."
Alixandres li rois por la roïne envoie,
Il veut que ele viegne et que il parler l'oie.
Qant la roïne l'ot, maintenant se conroie,
A mil de ses puceles cui li sejors anoie;
Eus ont vairs et rians et color qui rougoie,
Molt sont bien acesmees, por ce que on les voie,
De pailes orfresés dont li ors reflamboie.   [7650]
Chascune laist dehors pendre sa crine bloie,
Chapiaus ont sebelins por le chaut qui nes broie
Et çaignent les espees dont li aciers brunoie
Et ont chevaus en destre qui sont covert de soie.
La roïne fu çainte d'une large coroie,
Amable ot non la dame, qui volentiers tornoie,
Il n'ot si bele dame dusq'au siege de Troie.
Montent es palefrois si acuellent lor voie
Tresq'a Meothedie, l'eaue qui n'est pas coie;
A navie la passent au port sous la sapoie,   [7660]
De l'autre part arrivent sor l'erbe qui verdoie,
En un pré remonterent par delés une arbroie.
La roïne chevalche, qui pas ne se desroie,
Vint au tref Alixandre, qui les autres avoie.

[3.449]   La dame d'Amazoine est de son regne issue,
A mil de ses puceles a sa voie tenue
Et vint a Alixandre, comme roi le salue,
Et Alixandres l'a gentilment respondue.
Por faire son homage est a pié descendue,
Ele a parlé en haut, ne se fist mie mue:   [7670]
"Sire rois Alixandres, se guerre t'est creüe,
A mil de mes puceles m'en venrai en t'aiue,
Ja n'en i avra une qui n'ait broigne vestue,
Lacié elme luisant et targe a or batue,
Espee çainte au les trenchant et esmolue.
De moie part sera la guerre maintenue,
Que nos amons plus guerre que aler a charrue."
"Par foi, dist Alixandres, bien soiés vos venue.
Or vos dirai noveles: Floré avés perdue
Et Biauté sa compaigne, car amors l'a vaincue,  [7680]
Car Dans Clins a Floré a mollier retenue
Et Aristés Biauté a mollier et a drue.''
Qant la roïne l'ot, de maltalent tressue,
Otroier li estuet qant li rois l'en argüe.

[3.450]   La roïne demande le congié por esrer.
"Certes, dist Alixandres, primes veul esgarder
Comment vos damoiseles sevent armes porter."
Et respont la roïne: "Ne fait a refuser."
Isnelement commande son cheval amener;
La roïne monta, n'i vaut plus demorer,   [7690]
Deffuble son mantel por son gent cors mostrer.
Ses puceles commande d'une part atorner
Et les armes a prendre et es chevaus monter.
Qui veïst les puceles des armes adouber
Et poindre ces chevaus et guenchir et torner!
Et qant l'une voloit les autres trespasser
Et veut des esperons le blanchet adeser,
Plus tost vait li chevaus c'oisiaus ne peut voler.
Il est uns grans poissons en cele Rouge Mer,
Ce est uns chevaus pois, ainsi l'oï nomer;    [7700]
Le cheval la roïne sor coi aloit joster
Engendra en une yeve, si com l'oï conter.
Alixandres prist molt le cheval a loër;
Qant le sot la roïne, si li fist presenter,
Et li rois Alixandres l'en prist a mercïer.
La dame prist congié, n'i vaut plus demorer;
Li rois l'acole et baise qant vint au dessevrer.

[3.451]   Qant la roïne fu el palefroi montee,
Congié a pris du roi si s'en est retornee,
Tresq'a Meothedie n'i ot regne tiree;    [7710]
Qant ot le flun passé, si fu en sa contree.
Et li rois Alixandres a sa voie hastee
Et vint en Babilone a l'onzime jornee;
Or sera de fin or sa teste coronee.
De par toute sa terre fu lors sa gent mandee,
Et li prince et li conte furent a l'assamblee.
Olimpias sa mere, qui fu preus et senee,
Li tramist une chartre en cire saelee.
Dromadaire chevauche cil qui l'a aportee,
Qant il vit Alixandre, si li a presentee.    [7720]
Li rois prist le seel s'a la cire entamee
Et a lute la letre; quant il l'ot esgardee,
De maltalent et d'ire a la teste craulee.
S'or estoit ma raisons un petit escotee,
En romans vos diroie par parole menbree
Q'il trova en la chartre qui li fu presentee.

[3.452]   Olimpias sa mere, qui de son cuer l'amoit,
Tout au commencement cent salus li mandoit,
Et aprés les salus sachiés qu'il i avoit
Que dans Antipater, qui Sydoine tenoit    [7730]
Et trestoute l'onor et qanqu'il apendoit,
De son service faire durement se faignoit,
Et Divinuspater, cil qui Tyr maintenoit,
Por son commandement riens faire ne voloit.
Li uns parloit a l'autre et sovent conseilloit,
Non mie de son preu, tout de fi le savoit.
Or li mande sa mere par la foi qu'il li doit
Que d'iluec en avant nus d'aus gardés n'en soit,
De ce qu'il ont forfait pregne vengance et droit.
Qant li rois vit les letres, durement l'en pesoit,   [7740]
Molt pensa longement savoir qu'il en feroit
Et trueve en son corage c'un brief i trametroit;
Se c'est voirs qu'ele dist, molt bien l'esproveroit,
Et s'il le set de voir, grant vengance en prendroit.

[3.453]   Qant la chartre fu lute, li rois s'est porpensés
Que il une autre fois les avoit ja mandés;
Il n'i vaurent venir, or s'en est aïrés.
Un brief lor envoia qui bien fu seelés,
Il ne lor mande mie salus ne amistés,
Ains i a fait escrire: "Oiés et entendés:   [7750]
Sachiés vostres services vos iert guerredonés.
Je vos mant et commant, des que cest brief verrés,
Que vos vegniés a moi ains que mais soit passés,
Mar serés si hardi que vos i arestés."
A ciaus qui les briés portent ont les chevaus livrés;
Les briés ont pris du roi, li consaus est finés.
Montent es palefrois, es les vos dessevrés,
Entresi que a Tir ne fu lor frains tirés.
Antipater i fu premerains apelés,
Qui la estoit venus a uns plais devisés.    [7760]
De par le roi de Gresce fu li briés presentés,
A un clerc l'ont baillié qui bien estoit letrés.
Qant il l'oënt espondre, estes les vos desvés,
Par un poi qu'il ne crievent, tant fu chascuns enflés.

[3.454]  Qant il l'oënt espondre, n'i ot que corecier,
Ou il veullent ou non, les estuet chevalchier,
Aler en Babilone por lor droit desrainier
Et se il sont coupable de la merci proier.
Aler les i estuet, n'i a que delaier.
Si comme il chevalchoient il et lor escuier,    [7770]
Ce dist Antipater: "Molt nos doit anuier.
Cis rois nos tient por fous, trop nos laissons plaissier.
Qant nos chastiaus rendons, poi faisons a proisier;
Set ans le peüssons richement guerroier
S'eüssons assés quis a boire et a mengier;
Dementres peüst il avoir tel enconbrier
Que tost eüssons pais sans or et sans denier,
Peüssiens la contree tenir et justicier.
Por malvais doit on l'ome tenir et por lanier
Qui fait nul malvais plait por qu'il se puisse aidier."   [7780]
Dist Divinuspater: "Molt vos voi esmaier;
Se je le vos osoie dire ne consellier,
Tel chose vos diroie, dont vos veul acointier,
Dont nos porrions tost de lui tres bien vengier.
Rien n'i ferons par force, ja celer nel vos quier;
S'engins ne nos aïde, force n'i a mestier.
Fortune, qui l'a fait sor la roe drecier,
Le refera par tans chaoir et trebuchier."

[3.455]  Ce dist Antipater: "Grant folie feïs
Qant tu onqes por lui hors de Tyr t'en issis   [7790]
Et je hors de Sydoine, certes bien le jehis.
Li mur sont haut et fort de qarriaus qu'i sont mis,
Les tors hautes de marbre qui est et blans et bis,
D'autre part est la mer dont li mur sont porpris.
Ne nos peüst chaloir s'il nos eüst assis,
Car bien i peüst estre quatre ans ou cinc ou sis
Ançois qu'il nos eüst par sa force conquis;
En dementre avenist qoi que soit, ce m'est vis."
Dist Divinuspater: "Tu es de sens mendis;
C'est arriereconsaus, biaus tres dous chiers amis.   [7800]
Dont nen a il par force trestout le mont conquis
Et Babilone prise, ou il n'a gaires sis?
L'amiraut i a mort et ses homes malmis;
Se bien ne nos gardons, encor nos fera pis.
Querons prochainement comment il soit ocis.
Se croire me volés, ançois quarante dis
Li donrons nos tel boire dont il perdra le ris,
Tous ciaus en vengerons que il a fait chaitis."

[3.456]  Ce dist Antipater: "Ci a molt male atente.
Quant nos en son service avons mis nostre entente,   [7810]
Nostre terre nous taut et retaille la rente.
Par lui a prise mort mainte bele jovente,
Plus a il rois destruis mien ensïent de trente.
Cil Dieus qui maint en haut a veoir nos consente
Des maus qu'il nos a fais qu'encore s'en repente."
Dist Divinuspater: "A tel marchié tel vente.
Fortune lieve l'ome, en aprés le cravente;
Grans malvaistiés est d'ome qui tous jors se demente.
Bon conseil ai trové, se il vos atalente:
Nous li donrons venim si que la mort en sente,   [7820]
Que l'ame aut en infer en la plus grant tormente."
Ce dist Antipater: "Ceste raisons m'est gente.
La gent en vengerons que il a fait dolente."

[3.457]  Andui ont porchacié le venim d'un serpent,
Et est de tel nature, se l'estoire ne ment,
Que qant li hom le boit et el cors li descent,
Desq'au nuevisme jor ne bien ne mal ne sent,
Et qant vient au termine, adont li maus li prent
Et au disime jor l'ame du cors li rent.
Itel le quirrent il par apercevement,    [7830]
Car qant il le beüst, s'il fust mors en present,
Dont fust il conoissant a trestoute la gent
Que il mort par lor enchantement.
Lors plevirent lor fois andui priveement
Que bien le celeront s'en firent sairement.
Lors ont tant chevalchié a l'oré et au vent
Q'en Babilone vinrent li traïtor pullent.
Alixandres li rois, a qui li mons apent,
Devoit porter corone l'endemain hautement.

<<< >>>