<<< Французская куртуазная литература <<< Роман об Александре

ROMAN D'ALEXANDRE - РОМАН ОБ АЛЕКСАНДРЕ

Texte intégral/Полный текст:

(на древнефранцузском языке)

ВЕТВЬ I : 1.1-1.43 1.44-1.94 1.95-1.157
ВЕТВЬ II : 2.1-2.52 2.53-2.91 2.92-2.149
ВЕТВЬ III : 3.1-3.53 3.54-3.115 3.116-3.170
3.171-3.224 3.225-3.278 3.279-3.347
3.348-3.411 3.412-3.457
ВЕТВЬ IV : 4.1-4.45 4.46-4.75
[4.46]    Aridés fait tel duel que nus hom nel conforte;
Ne se puet detenir que ses deus mains ne torde,
Et desront ses cheveus et ses dras que il porte
Et regrete Alixandre, qui tous les desconforte:   [860]
"Esgaree compaigne, quel dolor vos deporte?
Que porrons devenir qant proëce est hui morte?
Cortoisie et largesce, serree est vostre porte;
Ja mais ne sera hom qui la clef en destorte.
Or poons nos bien dire que largetés avorte,
Ne puet mais remanoir que doners ne resorte.
Mais un respit i a qui les pluisors conforte,
Qu'aprés lui morrons tuit, n'est nus qui s'en estorte."
[4.47]    Antiocus fait duel si que tous s'en esroe,
Et regrete Alixandre, cui tous li pueples loe:   [870]
"Ja mais tels chevaliers ne maingera d'aloe.
Sire, mains gentieus hom seoit hui sor la roe
Qui por la vostre amor est cheüs en la boe.
La vostre grant proëce, que tous li mons tresloe,
Est plus fichiee en terre que li bes d'une hoe.
Dieus, com faite aventure entor cel pueple roe!
L'autr'ier l'avions blanche, or l'avons noire et bloe.
Molt est la mors hardie qui en tel lieu s'encroe
Dont nus hom ne vit onques issir malvaise escroe.
Tels trente mil oison porsieuoient ceste oe   [880]
N'iert si hardis li leus qu'il i tendist la poe.
Sire, vos me deïstes sor l'eaue de Dunoe
Qu'eschars rois pereceus tient l'usage a la choe
Qui quiert l'autrui viande et tous jors pert la soe.
Par ma foi, Alixandre, sor trestous vos amoe,
Vous estïés la riens ou je plus me fioe;
Ja mais ne vos verrai, que la mort le desloe."
Lors derront ses cheveus et se fiert les la joe,
En plus de trente lieus ront sa char et estroe. 
[4.48]    Antigonus fait duel, de plorer se saole   [890]
Et regrete Alixandre, qui les pluisors adole:
"Sire rois, a l'espee maintenïés tel sole
Dont mainte large terre justice vostre bole.
Hui repaire largesce de la chaudiere en l'ole;
Malvaistiés l'ocirra qui les pluisors engole,
Avant li taut le cors et aprés la moolle.
Tels vestoit blanc hauberc qui or vestira cole,
Et saullers pains a or, qui chaucera cibole.
Or poons nos bien dire q'aventure nos fole.
La joie de cest mont ne pris une cibole,   [900]
Qant li sires du mont laira hui sa gent sole."
[4.49]    Du duel n'est pas mervelle que li baron ont fait;
Sa mollier Rosenés sor trestous crie et brait,
Les proëces du roi cortoisement retrait:
"Ha! sire, rois des rois, qui tant chastel as frait,
Tant mur et tante tor as torné a garait!
Envers orgelleus home ne feïs malvais plait,
Et qui te vaut servir nel preïs a forfait.
Que porrons devenir, qant cil le siecle lait
Qui conquesist le mont, s'il vesquist, entresait   [910]
Et donast tout l'avoir de terre, ou qu'il estait?
Ne sai bon chevalier hui cest jor ne s'esmait,
Car s'il est endetés n'avra dont il le pait.
Je ne cuit qu'il ait home, tant com li solaus vait,
Soufraite et poverté, rois, por ta mort nen ait.
De tant com je vos voi, et il molt bien m'en vait;
Mieus veul morir que vivre. Mors, sail de ton agait
Si m'oci par moi seule, ne sai riens qui me hait."
Sus le cors chiet pasmee, nus nel voit pitié n'ait.
[4.50]    As piés le roi de Gresce, devant les autres Gris,   [920]
La derront ses cheveus et depiece son vis
Caulus, uns damoisiaus, ses peres fu rois Mis.
Sires fu de Melite si fu freres Biblis,
Mais por le fol corage que sa suer i ot mis
S'en issi de sa terre et laissa son païs.
Au bon roi Alixandre ala servir mains dis,
Et li rois l'ama molt et si fu ses amis;
Por ce qu'il le vit sage, cortois et bien apris,
Et que de son service s'estoit si entremis,
Aveuc les douze pers l'ot Alixandres mis.   [930]
Li Grigois l'apeloient dant Caulus Menalis
Por ce que li bons rois li avoit ja pramis,
Qant il avroit de Rome le roiaume conquis, 
Q'il li donroit Melans au jor qu'il l'avroit pris;
Et se il se tenoit de riens a mesassis
Si li croistroit encores Monjeu et Moncenis,
Verziaus et Yvorie et Astë et Toris
Et trestoute la terre d'environ le païs;
Coroner le feroit a la feste Jovis.
"He! las, dist li vallés, que fera cis chaitis?   [940]
Puis qu'issi de ma terre essilliés et fuitis
M'a plus doné mes sires, qui tant iert poëstis,
Rouge or et blanc argent et bons chevaus de pris,
Que n'ot Laomedon, qui fu aioel Paris.
Ahi! riche compaigne, a quel duel departis;
Com sera grans mervelle se nus en estort vis!
Mors, molt feïs que fole qant si tost l'oceïs,
Ja mais n'ieres doutee, tous tans seras plus vis;
Or as fait ton pooir, ne nos pués faire pis,
Estainte as la lumiere dont li mons iert espris.   [950]
Solaus, molt feïs bien qant tu t'en oscurcis;
Molt feras que cortois se ja mais n'esclarcis,
Ne pués veoir le duel ou la mort nos a mis.
Anquenuit se porra vanter sains Paradis
C'onques en son ostel tel oste ne fu mis.
Grant duel doivent mener Clotos et Lachesis,
Entr'eles pueent dire que rompus est li fis
Dont tous li mons estoit et atains et porpris.
Ahi! rois Alixandre, franche chose gentis,
Humles et frans et larges a tous tes bons amis   [960]
Et fiers et orgelleus contre tes enemis,
Com voi ore troublés ces ieus et cest cler vis
Et cele bele bouche dont ainc n'issi faus ris!
Se fuissiés coreciés, ains que fust mïedis
Toute en tramblast la terre jusq'au flun de Gangis,
N'osassent avant corre Eufratés ne Tygris.
Encor dist ier mes sires, ains qu'il fust si aquis,
Que ja nus avers rois n'enterroit en haut pris.
Sire, tu donas tout, ainc riens ne retenis;
Ains eüsses doné cinc roiaumes ou sis   [970]
C'uns autres riches hom n'eüst un mantel gris.
Honors, sens et largesce avoient en vos mis
Lor cuer et lor entente a vos servir tous dis;
Hom qui tel conseil a ne puet estre mendis.
Dieus, molt es envious quant tu le nos tolis
Molt as sage conseil quant a ton oés l'as pris;
Esgarde ciel et terre et canque tu feïs,
Onques mais tel damage el monde ne meïs
Ne si riche tresor a ton oés ne traisis;
Por c'est li remanans coreçous et pensis.   [980]
Joie, tu l'amas molt, onques ne le guerpis;
Va t'ent ensamble o lui es chans Elyseïs
Qui tout sont plain de flors, de roses et de lis." 
Ja li baisast les piés desous le paile bis,
Mais l'un tint Tholomés et l'autre tint Dans Clins.
[4.51]    Il n'avoit pas grant piece que li rois iert fenis
Ains qu'il fust enbasmés, oins ne ensevelis.
Ses lis estoit envous de deus riches samis,
A pierres precïeuses seelés et cleufis,
L'uns fu fais a Estrives, l'autrë a Estrelis;   [990]
Par tel engin estoient et tissu et treslis
Mil ans fuissent en terre ains qu'uns en fust porris.
Qui or vos vauroit dire com il fu costeïs
Et roiaument gardés, plorés et obeïs,
Nel seüssent descrire Salemons ne Davis.
Si veïssiés mervelles ses barons amatis,
De duel et de pesance vains et empaleïs;
A son chief iert Filotes et a ses piés Dans Clins
Et li autre gisoient pasmé sor ces tapis.
Oscurcis fu li jors, li solaus fu maris   [1000]
Por la mort du baron dont il estoit partis;
Des la mer de Sydoine jusq'as pors d'Alentis
N'ot dongon ne murel qui ne fust escroissis;
Par trestoute la terre dont il estoit saisis
Tramblerent les cités desi qu'en la raïs;
Trestous li firmamens par estoit si noircis
Que li uns hom de l'autre ne pot estre choisis,
Et por ce que li cieus estoit si oscurcis
Ardoient en la sale mil cierge couleïs.
Lignalöés et ambre, nardus et autre espis   [1010]
Ardoient en la sale com s'il fust vieus palis;
De l'odeur des especes et du bon flaireïs
Deüst estre par droit uns malades garis.
S'ilueques fust Herodes, Pilate et Antecris,
Si plorast il de duel ains qu'il s'en fust partis.
Et por ce que li dels les a si affeblis
Fu mendre un peu la noise et abaissiés li cris,
Qant li bons Aristotes, li mieudres des escris,
S'apoia devant aus desous un arc vautis.
Bien fu de philosophe ses fais et ses abis,   [1020]
Ne li chaloit de soi, tous estoit enhermis;
Barbë ot longe et lee et le poil retortis
Et le chief deslavé et velus les sorcis;
De pain et d'eaue vit, ne quiert autres pertris;
Onques n'issi d'Ataines uns seus clers si soutis.
Lors a dit as barons un peu de ses bons dis:
"Maines rois, qui la gis mors et descoloris,
Com tiens or peu de terre et com est briés tes lis!
Et si deïs tu ja, sor Dunoe a Brandis,
Que tous cis mons estoit a un home petis.   [1030]
Ahi! rois, sor tous autres conquerans et hardis,
Largesce estoit ta mere et tu ieres ses fis;
En doner iert ta gloire, ta joie et tes delis.
N'atendoies pas tant, ja n'en serai desdis,
C'uns preudom te rovast ne qu'il fust escondis,
Tant ieres de doner pres et amanevis.
Encor n'iert pas mes sire ier soir si affeblis
Qant il dist q'avers rois fust destruis et maldis,
Car il en est de Deu et du pueple haïs,
En cest siecle et en l'autre est perdus et honis.   [1040]
Par covoitise fu li premiers hom peris,
Et Dayres li Persans vaincus et desconfis;
Et uns des rois de Rome, Crassus, si malbaillis,
Escarant l'abevrerent d'or cuit qui fu boulis.
Oés la prophecie que nos dist Johannis:
Que oan ocirroit li lions la formis.
Ahi! Antipater, traïtres dieusmentis,
Com estïés par lui honorés et servis
Et de si riches fiés chasés et enrichis!
Gadres t'avoit donee, les dongons, les larris   [1050]
Et trestoute la terre que tint li dus Betis.
Tantes gens chaciés hui a duel et a escis,
Dont mainte gentil dame en plaindront lor maris
Et mainte veuve mere en ploreront lor fis.
Par toi sera li maus encore revertis,
Car tu seras trovés ou que soies fuïs;
Vis seras escorchiés ou sor charbon rostis
Ou detrais a chevaus ou a coutiaus murdris.
De toi ne puet chaloir se tu muers ou tu vis
Qant par toi muert li rois qui sor tous iert eslis;   [1060]
Par lui fust tous li mons ains set ans esbaudis.
Hui partiras les homes que mes sire a norris,
De lor lige segnor sans forfait departis.
Alixandre, de toi nos ont li dieu traïs;
Se tu peüsses vivre seul dis ans acomplis,
Tu fuisses dieus en terre aourés et servis,
Et te feïsons temples, auteus et crucifis.
Ahi! Dieus, molt par es envious et faillis,
Qui les malvais espargnes et les bons nos ocis."
Or deïst ja mervelles qant il fu acuellis,   [1070]
Qant doi autre gramaire, Varo et Egesis,
Li senerent de loins que trop iert esbahis,
Qant il des dieus mesdist, trop est de sens maris.
Ja chaïst jus pasmés, tous est esvanuïs,
Qant Litonas l'aert et l'estraint vers son pis.
Lors commence tel duel et si fait ploreïs,
Se Dieus tonast el ciel, ne fust il pas oïs.

[4.52]    Nel tieng pas a merveille se cil ont grant paor
Qui voient a lor ieus mort gesir lor segnor, 
Et si ont d'Aristote grant duel et grant paor,   [1080]
Que il voient gesir tout pale et sans color;
Or deïst ja mervelle a ciaus qui sont entor,
Mais li souglout li tolent qu'il a pris par froidor.
Lors se sont acoisié li grant et li menor.
Emenidus se drece qui fu fieus de contor;
Qant senti des especes la fumee et l'odor,
Adont parla un poi a ciaus qui sont entor:
"Je fui ja connestables au roi mascedonor
Et portai en bataille s'ensaigne et s'oriflor
Et li aidai a vaintre, merci Dieu, maint estor   [1090]
Et maint chastel a prendre et mainte ferme tor.
Nel di pas por vantance, Dieu en trai a auctor,
Car li rois n'ama onques chevalier vanteor.
Esgardés d'Aristote, vostre maistre doctor,
Qui estoit conseillieres au maine empereor;
Essample i pueent prendre auqant et li pluisor,
Car rois ne doit avoir malvais conseilleor.
Encor dist ier matin mes sire a Licanor,
Qant il le corona a roi d'Ynde Maior:
'Licanor, biaus amis, ne croi losengeor,   [1100]
Car mil fois en ont terre perdu nostre ancisor.
Princes qui veut entrer en pris et en valor
Doit metre en un preudome son conseil et s'amor
Qui le bien li ensegne a faire chascun jor,
Chevaliers a amer et tenir en douçour;
Hom qui conquerre veut n'a soing d'autre labor.
Puis que tu connoistras un home a menteor
Qui fera en sa lange ne engien ne trestor,
Si t'eslonge de lui com du fu d'un chaut for,
Car par nature sont losengier traïtor.   [1110]
Se tu vois saudoier qui entende a honor,
Si en fai duc ou prince, amiraut ou contor;
Nel laissier en souffraite gesir ne en esror,
Car povretés est pire que n'est fievre maior;
Garde qu'il ait en toi molt large doneor.'
Q'en puis je, Alixandre, se je por t'amor plor?
Car li tien don n'avoient ne terme ne sejor,
Ains ierent plus isnel que le vol d'un ostor.
Ainc n'eüs escrivain o toi ne conteor,
Car dons qui est escris fait home atendeor.   [1120]
Ha! mors, chaitive chose, dolente riens, puor,
Ne criem mais ta manace la noise d'un tabor.
Un sairement en fais, ne puis faire gregnor,
Par cest cors qui ci gist desous cest covretor:
Puis q'Adans morst la pome par le conseil s'oisor
N'oceïs tu son per ne si bon ne mellor,
Et qant li dieu ont fait de toi commandeor,
Bien en doivent avoir li aver grant paor.
Biau sire, hui lais tes homes en paine et en tristor, 
Et aussi esgarés com beste sans pastor.   [1130]
Ja ne ferai por t'ame proiere au creator,
Bien sai qu'ele est la sus el ciel superior
Ou li angle en demainent grant joie et grant baudor,
Car la joie de terre ont mellee o la lor."
[4.53]    Aprés Emenidon, qui fu rois de Nubie,
S'escria Perdicas a la barbe florie;
C'est uns des douze pers ou li rois plus se fie.
Por ce qu'il iert cortois et sans losengerie
Li dona son anel, dont maint orent envie,
Que li avoit doné par non de drüerie   [1140]
Candasce la roïne qant el devint s'amie;
Li aniaus valoit bien la cité de Pavie;
Perdicas l'ot el doit, li sires d'Orcanie,
Qui si detort ses poins, a poi qu'il ne l'esmie.
As piés du lit s'apuie si durement qu'il plie.
Il sousleva le paile de soie d'Aumarie;
Qant senti le cors froit et la char vit blaismie,
Les ieus tornés el chief et la face empalie,
Lors chaïa la terre si n'a talent qu'il rie;
De l'angoisse qu'il a piteusement s'escrie:   [1150]
"Alixandre, biaus sire, bons rois sans couardie,
Fontaine de largesce et puis de cortoisie,
Comblés d'ensegnement et res de vilonie,
Hui matin avïés de cest mont la baillie;
Rois, or l'avés perdue en mains d'eure et demie,
Ne sai par quel raison l'avés si tost guerpie.
Sire, trop tost vos est la parole faillie,
En poi d'eure vos est cele bouche noircie.
Rois, car parlés a moi, se Dieus vos beneïe,
Et a vostre maisnie qui por vos est marie.   [1160]
Por coi nes confortés? Com l'avés enhaïe!
Ves com est esgaree et com est amortie;
Onques por nule riens ne fu si esbahie.
Rois, ja l'avïés vos si doucement norrie,
D'armes et de chevaus si richement garnie;
Ahi! com hui remaint de segnor esgarie!
Segnor, qui me dira ice que senefie
Que li rois ne parole a celui qui le prie?
Fait il ce par orguel ou por la mort quil plie?
Ne sai que ce puet estre ne ne truis quil me die.   [1170]
Onques mais ne fist Dieus si crüel felonie.
Encor me dist il ier a parole serie,
Au matin, ains que l'aube fust gaires esclairie,
Que s'il pooit avoir un an santé et vie,
Q'il donroit Tholomé le regne de Sulie,
Et s'en feroit segnor de toute Esclavonie.
Puis parlasmes assés de sens et de folie
Mais or sai je de voir, de ce ne dout je mie,
Ja mais n'i parlerai, car la mort le me vie.
Mal dehais ait Fortune qui si me contralie   [1180],
Hui cest jor m'a esté trop crüel enemie.
Onques li rois du ciel, cui toute riens sousplie,
N'ot mais si grant honor com de sa compaignie,
Ne ja mais nen avra en trestoute sa vie.
Ahi! toute franchise, com hui estes perie,
Malvaistiés esveilliee et proëce endormie!
Li biens va descroissant et li maus molteplie.
Or ne pris mais le siecle une pume porrie,
Hui cest jor est perdue toute chevalerie.
Dieus, por coi vif ge tant? Male mort, car m'ocie!   [1190]
Par foi, je m'oceïsse a m'espee forbie,
Mais mes cuers le deffent et tient a musardie,
Et Fortune meïsme, qui me jure et affie,
Se Deus iert trespassés et sa vie fenie,
Qu'il avroit aprés lui des angles la maistrie,
Du ciel et de la terre toute la segnorie.
Las! fait il, qu'ai je dit? C'est rage et desverie."
A icest mot se done du poing joste l'oïe,
Si que du sanc vermeil li est la bouche emplie.
Sor le cors chiet pasmés comme beste estordie,   [1200]
Mais Tholomés l'en drece, qui souef le chastie.
[4.54]    Antiocus le pleure si que tous en est las.
Riches hom iert et sages, fieus le roi Cleofas;
Antioche fu sieue et Halape et Damas,
Puis li acrut son fief de l'onor de Baudas
Li rois qui de doner ne pooit estre las,
Cil li dona la terre du val de Josafas,
La rente et le treü de l'onor de Baudas
Et la cité de Meqes qui puis fu Goulias;
Tant li dona de terre li rois mascedonas   [1210]
Dont maint home amaigrirent et il en devint cras.
Or le plaint et regrete, mais ce n'est mie a gas:
"Alixandre, fait il, biaus sire, tu t'en vas;
Guerpi as ta maisnie, ja mais ne la verras;
En tel lieu vas, ce cuit, dont ja ne revenras.
Vos donïés l'avoir a foison et a tas.
Hui sont li douze per venu du trot au pas;
Molt lor est mescheü, geté ont ambes as.
Or poons nos bien dire: 'Dieus! de si haut si bas,
Onques mais ne venimes a si felon trespas.'   [1220]
Ha! Dieus, plains de douçor, qui tout le mont crias
Et les quarante jors de ton gré jeünas,
Garis l'ame de lui du felon Sathanas,
Q'en l'ostel ne le mete ou conversent li las."
Lors dist a soi meïsme: "Chaitis, que devenras?" 
Et fiert l'un poing a l'autre et descire ses dras.
De crïer et de braire i demaine tel glas
Que la sale en tentist qui fu faite a compas;
Puis chiet pasmés a terre dejoste Perdicas,
Au cuer a tel angoisse nus hom nel cuidast pas;   [1230]
Il ne deïst un mot qui li donast Baudas.
[4.55]    Aristés se replaint qui ot vois de seraine.
Gentieus hom iert de Gresce, du parenté Elaine
Por qui Paris soffri lonc tans dolor et paine;
Ele iert, ce dist l'estore, sa cousine germaine.
Biaus iert, mais il avoit une teche vilaine,
Q'il n'amast nule dame se ne fust chastelaine
Ne ne vaut porter armes a jor de dïemaine
Ne monter a cheval por ferir en quintaine.
Cil regrete Alixandre et grant duel en demaine:   [1240]
"Alixandre, fait il, ce est chose certaine
Que de toutes proëces estïés la fontaine,
Sor trestoutes estoit la vostre soveraine.
Rois, vostre bele chars soloit estre plus plaine
Que n'est marbres polis, et soués comme laine;
Or est poingnans et aspre plus que n'est pains d'avaine.
De vostre bele bouche n'istra ja mais alaine,
Hui matin iert vermeille com se fust tainte en graine.
Sire, vos en alés la ou la mort vos maine,
Ci nos avés guerpis entre la gent foraine.   [1250]
Sire rois de bon aire, en peneuse semaine
Entrent li douze per et en fort quarentaine;
Il ont hui receü une malvaise estraine.
Nous solions jadis parler de teste saine,
Mais or en est rompue toute la maistre vaine.
Ha! Dieus, qui a ta forme feïs la char humaine
Et garesis Jonas el cors de la balaine,
Pren vengance de ciaus par qui ma joie est vaine,
Et trebuche lor ames en la terre soutaine."
A icest mot se pasme deseur un lit de laine;   [1260]
Tholomés li vaillans de conforter se paine,
Et lui et tous les autres dont la sale estoit plaine.
[4.56]    Molt par fu grans li dels el palais de porfire,
Entor la biere furent li douze per a tire.
Leoines a tel duel a poi n'esrage d'ire,
Frere estoit Perdicas qui fu nes de Montire,
Por la mort Alixandre parfondement souspire
Et eschauffe d'angoisse et remet comme cire.
A haute vois s'escrie: "Alixandre, biau sire,
Onques mais ne vos pot nule riens desconfire   [1270]
Fors seulement la mort, qui nului ne remire.
De garir vostre plaie n'avra ja denier mire.
La tieue grant largesce ne porroit nus descrire,
Nus clers qui tant seüst de chanter ne de lire,
Neïs tant seulement de doner la matire.
Ainc ne vausis a home ton avoir escondire.
Rois, tu es entoschiés, ja n'en avras remire,
Ta chars en est plus vers que n'est jus de colire.
Au cuer ai tel angoisse que ne sai mais que dire,
Mais tant voi je tout cler que cist siecles empire,   [1280]
Car proëce radote et malvaistiés se mire,
Largesce voi plorer et avarisse rire,
Cele qui soloit estre la mieudre est or la pire.
Ha! mort, trop me delaies, trop mes a moi ocirre,
A tort et a pechié me fais ici defrire."
Lors a pris son blïaut et la pene en descire,
De l'un chief dusq'en l'autre le desront et detire;
Sa main mist a sa barbe, estraint et sache et tire,
Ains qu'il la deguerpisse en sont mil poil a dire.
[4.57]    Licanors li marchis tort ses mains et debrise.
Ce est uns chevaliers qui durement se prise;
Nes estoit de la marche qui depart et devise   [1290]
La terre as Barbarins du roiaume de Frise;
Molt iert preus et cortois et de grant gentelise,
Onques mieldres de lui ne nasqui de marchise;
Vestus iert d'un biface ovré par grant maistrise,
Mantel ot de samit a une pene grise.
Vers la biere se traist por le duel qui l'atise;
Il sousleva le paile qui tenoit grant porprise;
Qant il l'ot descovert, piteusement l'avise,   [1300]
Gentement le regrete qant s'alaine ot reprise:
"Rois des rois terrïens, qui ainc n'ot couardise,
Ne de malvaistié faire n'ot onques covoitise,
Ja mais ne sera hom de la vostre franchise.
La vostre grans largesce ne pot ainc estre aquise,
Car ains que tu eüsses la richece conquise
L'avoies tu, biau sire, ou donee ou pramise.
Bien ont li douze per enploié lor servise:
Chascuns en a el chief corone d'or assise.
Ahi! toute franchise, com hui estes malmise!   [1310]
Avarisse est montee, largesce a terre mise,
Morte est comme la noif contre soleil remise.
Ja Damedeu ne place que je siece ne gise
Tant que j'aie de ciaus haute vengance prise
Par coi ta gens est torble et de dolor esprise.
Molt orent felon cuer et plain de cuivertise
Qant il oserent faire vers vos si grant mesprise.
Certes, se jes puis prendre, j'en ferai tel justise
Qu'il en sera parlé jusqu'au jor du juïse.
Ne fust pas tels damages se fust morte ou ocise   [1320]
Toute la gent qui est entre ploiel et bise.
Que fait ore Diables que le col ne me brise? "
A icest mot se hurte a une pierre bise,
Si que le cuir du front en trois lieus li encise;
S'il fust trois fois baigniés en l'eaue de Tamise,
Ne fust il plus molliés qu'il iert sous sa chemise
Du sanc qui de lui ist vermaus comme cerise.
Il ne deïst un mot por tout l'avoir de Pise;
A tous ciaus qui l'esgardent tel pitié en est prise
N'i a celui ne plort tenrement sans faintise.   [1330]
[4.58]    Filotes s'est levés tous drois en son estage;
N'ot mellor chevalier en trestout son lingnage
Fors Licanor son frere, ou ot grant vasselage.
Cil regrete Alixandre forment en son corage:
"Gentieus rois debonaires, estrés de haut parage,
Sor tous rois terïens resamblïés ymage;
Ja mais ne sera princes qui demaint tel barnage.
Rois, il n'avoit cité jusq'en la terre ombrage,
Bourc, vile ne dongon ne fort chastel marage
Dont li prince et li duc ne t'aient fait homage;   [1340]
Trestout t'en obeïssent et rendent treüage.
Sire, a vous repairoient et privé et salvage;
Vous n'escondisïés ne le fol ne le sage,
Ançois lor donïés l'avoir de bon corage.
Tout avés departi, neïs vostre hiretage;
Onques n'en retenistes vaillissant un formage.
En vos et en largesce avoit bon mariage,
Onques ne la tenistes un jor en soignantage;
Or estes dessevrés a tort et par outrage,
Nis Dieus ne porroit mie restorer cest damage.   [1350]
Gentieus rois de bon aire, mes dels point n'asouage;
Ja mais ne serai liés en trestout mon aage,
Car je voi enforcier le perilleus orage
Qui tout le mont traira a duel et a hontage.
Or vos estuet ci metre et guerpir en ostage
Vostre cors, biaus dous sire; n'i lairons autre gage.
Ha! Dieus, qui les Ebreus passas la mer sans nage
Qant li rois Pharaon les chaçoit el rivage,
L'ame de mon segnor commant a tel message
Q'au jor du grant juïse soit a la destre page."  [1360]
Lors a si grant dolor a poi d'ire n'esrage,
As ongles de ses mains depiece son visage.
Onques por Eneas, quant issi de Cartage
Et par la mer salee acuelli son voiage,
Ne demena tel duel Dydo au cuer volage
Com Filotes demaine qui se hurte a l'estage. 
[4.59]    Molt fu plains et plorés li rois de ses barons,
De Sulïens, d'Ermins, de Persans, d'Esclavons;
Nis cil le regreterent d'estranges regions
Q'il ot fait maintes fois grans persecucions;   [1370]
Mais desor tous les autres le pleure Festions.
Cil fu plus ses privés, ainsi com nos cuidons,
C'onques n'avoit esté Tholomés ne Cliçons;
Por qant si n'iert il mie des douze compaignons,
Mais en enfance avoit esté ses norreçons.
Au chavés de la biere se met a genollons
Et regrete Alixandre, non mie a conseillons:
"Alixandre, fait il, li sires des Griffons,
Com est por vostre mort li cieus noirs et enbrons,
Li oisel s'atapissent et abaissent lor sons. [1380]
Molt nos avés laissiés en grans torblacions;
C'est par les traïtors qui firent les poisons
Dont en terre est venue si grans confusions.
Onques tels chevaliers ne chauça d'esperons;
Ne vos en puis aidier ne doner garisons.
Sire Dieus, quel damage et quels destrucions
Qant li rois est matés par deus de ses paons;
Mais au traire mesprinrent, qu'il i ot traïsons.
Gentieus rois Alixandre, abondance de dons,
Ainc amer ne vausistes traïtors ne felons;  [1390]
Mais qui servir vos vaut nel fist mie en pardons,
Car plus que ne servoit iert grans li guerredons.
Ahi! rois Alixandre, a quel duel departons;
Je m'en vois aprés vos, la mort m'en a semons,
Et g'irai volentiers, n'i querrai achoisons."
Lors desront ses cheveus, sa barbe et ses grenons,
Que tous en fu sanglens ses pis et ses mentons;
Au dolouser qu'il fist, ausi com il iert lons
En travers de la biere chaïa ventrellons.
[4.60]    Tous jors devant le roi furent li douze per;  [1400]
Tant com il jut malades ne s'en vaurent torner,
Car molt lor estoit bel qu'il l'oïssent parler,
Molt lor plaist a oïr ses dis et escouter.
Un poi devant ice que il deüst finer
Apela Tholomé que il pot tant amer,
De la tor de Babel l'a fait asseürer,
As citoiens l'a fait et plevir et jurer.
Alixandres li rois ne pot plus demorer;
Li bel oel de son chief commencent a torbler,
Li nes a acorcier et la bouche a crever,   [1410]
Si blanc bras li defaillent qu'il nes pooit lever.
L'ame parti du cors, que n'i pot plus ester. 
Et qant li rois fu mors, qui les oïst crïer!
Onques n'i ot un seul qui n'esteüst pasmer,
Et quant sont redrecié, qui les oïst plorer
Et detordre lor puins et lor cheveus tirer,
Le roi et sa proëce durement regreter!
"Ahi! gentieus rois, sire, ou porrons nos aler?
Puis que vos estes mors ne savons ou torner.
Ja mais ne morra hom qui tant face a loër   [1420]
Ne si seüst preudome servir et honorer."
Le roi ont fait ovrir et l'entraille geter,
Puis ont isnelement le cors fait enbasmer.
Li Grigois l'en voloient en lor terres porter,
Mais nus de tous les autres nel voloit creanter,
Iluec en Babilone le veulent enterer.
Antiocus fu sages si prist a sarmoner:
"Segnor, or ne vos chaut a tencier n'a choser,
Car aler en covient as deus por demander
En quel lieu li vaudront sepulture doner."  [1430]
[4.61]    Li baron s'en tornerent, ne s'aseürent mie,
Por ce que li uns d'aus a l'autre contralie,
Car porter en voloient le roi en Romenie;
Li uns le contredit et li autres l'otrie.
Por la noise abaissier Antiocus les guie.
Droit au temple Jovis, si com l'estoire crie,
Ont fait un de lor sors par molt grant maiestrie.
Li prestres qui du temple avoit la segnorie,
Et qui li mestiers iert qant on i sacrefie,
Aprés ce que la messe fu chantee et fenie   [1440]
As dieus a demandé et doucement lor prie
Ou li rois Alixandres, qui est alés de vie,
Doit avoir sepulture; isnelement lor die.
Iluec ot une ymage, de fin or fu plastrie,
Et fu desor l'autel trestout droit establie;
Une vois en issi qui tres bien fu oïe:
"Segnor, en Mascedoine nel porterés vos mie,
Ne ja mais Babilone nen iert de lui saisie;
En la grant Alixandre iert sa char sepelie,
La avra sepulture, Juspiter li otrie,   [1450]
Et qui ce ne feroit si feroit grant folie."
"Par foi, dist Tholomés, ja ceste n'iert guenchie.
La sera il portés s'en puis avoir aïe."
Et Dans Clins li respont: "Ne vos en faurons mie.
Volentiers vos ferons aïde et compaignie."
[4.62]   "Segnor, ce dist Dans Clins, et comment le ferons?"
Respont Antiocus: "Bon conseil en prendrons:
Anuit mais, se vos plaist, et nos le gaiterons
Au matin par son l'aube nos aparellerons;
Sor un char tout d'or fin richement le metrons,  [1460]
Li cheval le trairont et nos aprés irons."
Et respont Tholomés: "Se Dieu plaist, non ferons.
Nous meïsme a nos cols, certes, le porterons
Si li ferons honor de tant com nos porrons,
Que ja mais en nos vies si bon segnor n'avrons.
Il nous a molt amés et donés les grans dons,
Si en soit ore ci li premiers guerredons."
"Par foi, dist Aristés, ce est drois et raisons.
Faites faire la biere, si nos aparellons,
Et chauciés grans saullers, ostés les esperons. [1470]
Vous avrés bone aïde des douze compaignons,
Ja nes en troverés orgelleus ne felons."
[4.63]    Une litiere firent adont apareillier:
Li limon de ciprés por plus souef flairier,
Les espondes d'ivoire, li pecoul d'olivier.
Un riche lit i mirent por le roi sus couchier,
De coute et de cousin le font apareillier;
D'un blanc drap de Sydoine, qui molt fait a proisier,
Le covrirent desus por la chalor laissier.
Çaingnent soi et escourcent trestout li chevalier;   [1480]
Onques n'i ot ronci, palefroi ne destrier,
Car por l'amor le roi furent tuit paonier;
A chascunne jornee le firent bien gaitier.
Onques ne porent plus en sis jors esploitier,
En Alixandre vinrent au sesme jor entier.
Or devons du sepulcre la verité noncier.
Des autres puet on bien conter et fabloier,
Li un sont veritable, li autre mençoignier;
Un tout seul n'en puet on envers cestui prisier.
S'or estoient ensamble trestout icil ovrier   [1490]
Qui or sont en cest siecle, por les poins a trenchier
N'en feroient un tel, por les menbres trenchier.
Tholomés le fist faire, qui molt ot le roi chier,
Et qant il fu tous fais, sel fist plus haut drecier
Que on ne porroit traire qarrel d'arbalestrier.
[4.64]    Onques n'i ot quarrel ne pierre ne ciment,
Ne n'i ot point de fust, n'en i covint noient;
Deus cens charees d'or et autrestant d'argent
Firent autresi maurre commë on meut forment;
Le blanc et le vermeil i mirent sagement,   [1500]
Et le vert et le bis, trestout melleement.
Quatre ymages d'yvoire mirent el fondement,
Et ot chascune teste, par le mien ensïent;
Et avoit entredeus de terrë un arpent. 
Ilueques commencierent l'uevre massicement.
La poudre fu saudee a glu molt maistrement,
Une vaute i ont faite qui bien fu aparant;
Une estache de fer par mi leu i descent,
Le marbre firent maurre aveuc tout ensement;
Ainsi com l'uevre monte, la glus au fer se prent.   [1510]
Sus el premier estage firent fenestres cent;
Qant l'une moitie oevre, et l'autre clot au vent.
Les fenestres sont faites d'une pel de serpent;
Qant vient el mois de may, que li solaus resplent,
Tres par mi cele pel li rais lai ens s'estent,
Car la pel est si clere que riens ne li deffent.
Et por l'or qu'est molus, qant il le soleil sent,
C'est a vis qui l'esgarde, a trestoute la gent,
Que ce soit fus espris qui si grant clarté rent.
[4.65]    La piramide au roi fu molt et grans et lee,  [1520]
Et fu la sus a mont ainsi haute levee
Nus hom n'i peüst traire qarrel d'arbalestee.
Por ce fu en grigois piramide apelee
Que d'une seule pierre fu toute acovetee;
Cele fu d'aïmant si fu a fer saudee
Et ot nuef piés de lé, ainsi fu mesuree,
Et vint en ot de lonc et fu dedens cavee;
Et si ot sanc de buef plus d'une grant tounee,
Que ja ne fust la pierre en autre sens ovree.
La char au maine roi fu la dedens posee.  [1530]
La lame dedesus fu molt chier achatee,
Tholomés i dona d'argent une charee.
Puis ont pris une ymage de fin or tresgetee,
Ens el poing li ont mis une pome doree;
La pome fu molt grosse, tout en reont tornee.
L'ymage fu a glu sor la lame posee,
Ja mais ne charra jus por vent ne por gelee.
Li oel sont d'un topace dont est enluminee.
Par grant senefiance fu l'ymage formee;
S'or estoit ma raison oïe et escoutee,    [1540]
Tout ainsi com je l'ai en l'estoire trovee
La dirai en romans, ja ne vos iert celee.
[4.66]    C'est l'ymage le roi qui iluec desous gist,
Ice nos devisa cil qui l'estoire fist;
Tholomés la dita a celui qui l'escrist.
La pome fu reonde que ens el poing li mist,
Si est li mons reons q'Alixandres conquist.
Maint prince en afola et maint roi en malmist,
Lor terres lor toli et les treüs en prist; 
Et qant il ot tout fait, si com l'estoire dist,   [1550]
De fer ne pot morir, mais maus venins l'ocist.
[4.67]    Mors fu rois Alixandres et a sa fin alés,
Molt fu de ses barons et plains et regretés;
En haute piramide fu bien par droit levés,
Si com l'estoire dist, et il est verités;
Se il fust crestïens, ainc tels rois ne fu nes,
Si cortois ne si larges, si sages, si menbrés,
Si cremus en bataille, ne d'armes redoutés.
Et si n'ot que quinze ans quant il fu adoubés,
Et qant il en ot vint, si fu rois coronés,   [1560]
Et douze ans regna puis, itels fu ses aés,
Si que de tout le mont estoit sires clamés.
Ne por qant ces douze ans fist il douze cités
Dont li mur de chascune fu hautement fondés;
Bien les vos nomerai, s'escouter me volés.
Li nons au maine roi i fu primes posés,
Et öés l'aventure por coi il fu trovés.
Le jor que Bucifal fu mors et afolés.
Fist il la premeraine, si com oïavés;
Aprés Bucifala en fu li nous trovés.   [1570]
[4.68]    Aprés en fist une autre que sor un mont leva,
Alixandre Montoise por ce si la clama;
Et une autre Alixandre la ou Porrus tua,
Alixandre Porri por ce si l'apela;
Et Alixandre en Frise, qant conquerre l'ala,
Et le non de la terre o le sien i posa;
Et la grant Alixandre q'en Egypte estora,
Icele fu la mieudre et que il plus ama,
La fu sa sepulture, si com l'estoire va;
Et une en Babilone que il aprés fonda,   [1580]
Ou l'amiraus fu mors qui vers lui s'adreça.
[4.69]    Ahi! rois Alixandre, com gentement ovras,
Qui n'eüs que vint ans qant corone portas,
Et en douze ans aprés tout le conquestas,
Et dedens ces douze ans douze cités fondas
Et a chascunne d'eles le tien non i posas.
Les sis en ai nomees si com tu les nomas,
Les autres nomerai, que je n'i faudrai pas.
Tu feïs Alixandre as puis Masagitas,
Puis en feïs une autre droit as puis Orgalas,   [1590]
Ices sont deus contrees ou on fait riches dras;
Et as puis Gramaton une autre en estoras, 
C'est uns rois que par force meïs de haut en bas;
Puis en feïs une autre, richement la pueplas,
Alixandre fu dite et as puis Troadas;
Sor l'eaue de Tygris la dousime estoras,
Cinc letres de grigois es murs escrites as.
[4.70]    Por coi il fist ces letres jel vos sai bien a dire,
Qu'Alixandres, qui fu de tout le monde sire,
Du lignage Jovis,-et si fu de sa tire,   [1600]
Se cil fu dieus en ciel, cist ne fu mie pire,-
Douze cités fonda; letres i fist escrire
Que riens n'i gaaigna cil qui l'esmut a ire,
Et qui le coureça ainc n'en pot au loins rire;
Trestous ses malfaitors a livrés a martire.
Qui l'ocist a venim la male mort le fire!
 
 

[4.71]    Molt fu preus Tholomés, si fist grant cortoisie
Qant en sa sepulture fist escrire sa vie.
Or m'entendés, segnor, que Dieus vos beneïe!
Cui Dieus done le sens, il nel doit celer mie,   [1610]
Mais bien se doit garder que a tel gent le die
Qui disnes soit d'oïr, car cil fait grant folie
Qui entre les porciaus gete sa margerie
Ne aveuc le forment seme la gargerie.
Teus se fait molt cortois plains est de vilonie;
Avarisse est montee et largesce est falie,
Bontés est refroidie, montee est felonie.
Oïs est cil qui sert de la losengerie,
Services est perdus s'avoirs ne li aïe.
Por ce le di, segnor, se Dieus me beneïe,    [1620]
Ne veul que ma raisons soit de tel gent oïe
Qui bien ne sache entendre que ele senefie.
Qui chante de mençoigne s'ame est pres de perie;
Qui vilain veut aprendre de la chevalerie
De buison faire ostoir se paine et estudie;
Icil est faus provés, la letre le nos crie.
Salemons fu molt sages qui ce dist et otrie:
Costume ensegne a l'ome cil qui bien le chastie,
Mais nature a au loins toute la segnorie.
[4.72]    Segnor, ceste raison devroient cil oïr  [1630]
Qui sont de haut parage et ont terre a baillir.
Li gentieus hom malvais, cil fait molt a haïr,
Qui veut avoir service et dont nel set merir.
Princes qui terre tient a envis doit mentir,
Mais proëce et largesce font bien terre tenir. 
Ice fist Alixandre essaucier et tehir,
Car il conquist le mont trestout a son plaisir.
Molt par i ot sage home, ainc ne vaut consentir
Losengier entor soi, c'onques nel pot souffrir.
Hom qui tent a honor, il n'i puet pas faillir,    [1640]
Mais q'en tel lieu entende ou il puisse avenir;
Cil qui se desmesure si puet molt tost chaïr.
Hardis fu Alixandres, ainc ne degna fuïr;
Si fu larges li rois, se nus le vaut servir,
Onques de son service ne se pot repentir.
Bien sot qui dut doner et qui il dut tolir,
Comment il dut doner tres bien le sot veïr,
Selonc ce qu'il estoit sot doner et partir;
Et qant vint au besoing, bien se sot esbaudir,
Et bien sot en estor tous premerains ferir;    [1650]
Ainc ne vaut a nul home sa malvaistié covrir.
[4.73]    Li gentil chevalier et li clerc sage et bon,
Les dames, les puceles, qui ont clere façon,
Qui sevent de service rendre le guerredon,
Cil doivent d'Alixandre escouter la chançon.
Or se traient arrier li aver, li felon,
Que ja ne lor feroit li oïrs se mal non;
Li cuer lor endurcissent encontre la raison.
Fous est qui d'esprevier cuide faire buisson,
Ne de ronci destrier, ne de levrier gaignon.    [1660]
Nature et norreture demainent grant tençon,
Mais au loing vaint nature, ce dist en la leçon;
Si en trai a garant le sage Salemon.
Alixandres le dist et mostre par raison:
Fous est qui conseil croit de serf ne de felon
Ne qui fait de nul d'aus prince de sa maison;
Se gaaig i puet faire, ne doute traïson;
Ci doivent prendre essample li prince et li baron.
Hardis fu Alixandres et plus fiers d'un lion
Et sages de parler, larges por doner don,    [1670]
De droit sot et de tort faire division;
Por ce ot tout le mont en sa subjection.
Qui trestout veut tenir tout pert a abandon;
Souvent i pert grant chose par malvaise achoison.
[4.74]    Li rois qui son roiaume veut par droit governer
Et li prince et li duc qui terre ont a garder
Et cil qui par proëce veulent riens conquester,
Cil devroient la vie d'Alixandre escouter;
Se il fust crestïens, onques ne fu teus ber.
Rois ne fu plus hardis, ne mieus seüst parler,   [1680]
Ne onques ne fu rois plus larges de doner,
Ne de chevalerie tant feïst a loër;
Onques puis qu'il fu mors ne vit nus hom son per;
Plus donast Alixandres qu'autres n'osast penser.
N'est drois que ja l'escoutent li escars, li aver;
Tout autresi est d'aus, tres bien l'os afremer,
Com il est de l'asnon qui escoute a harper.
Assés vos en puet on longement deviser,
N'en dirai plus avant, ma raison veul finer.
[4.75]    Ci fenissent li livre, des or mais est mesure,   [1690]
Du bon roi Alixandre, qui tant ama droiture.
Sor la tombe de lui ont fait mainte painture,
Et de mer et de terre, de toute creature.
Li Grieu s'en sont torné la petite ambleüre,
Alixandres remest dedens la sepulture.
Dieus li face merci, qui fait la nuit oscure,
S'il onques a cel tans ot de nul home cure.
Ci fenissent li ver, l'estoire plus ne dure.
Ce raconte Alixandres de Bernai vers Eüre,
Qui onques nen ot jor longement aventure;   [1700]
S'un jor la trova blanche, l'endemain l'avoit sure.

<<< >>>